Navigation – Plan du site
Corpus – Financiarisation et travail

Le tournant financier du management

Présentation du Corpus
Salvatore Maugeri et Jean-Luc Metzger

Texte intégral

1Consacré aux interdépendances entre la financiarisation de l’économie et les transformations contemporaines du travail, ce corpus du numéro 3 de la NRT se penche sur certains aspects du fonctionnement des sociétés rarement pris comme objets d’analyse par la sociologie du travail. L’entrée privilégiée ici a en effet été la gestion, ses acteurs et ses dispositifs, instances intermédiaires grâce auxquelles le macro-économique conforme le microsocial, à travers les métamorphoses imprimées au travail. C’est en particulier autour de l’étude critique des actes désormais omniprésents de mesures physiques et de valorisations comptables des activités de travail conduits par les managers (ou les gestionnaires) que s’est construit ce numéro. Dit autrement, les articles ici rassemblés cherchent à éclairer les différentes manières dont les impératifs de rentabilité financière sont réinterprétés en termes de décisions de rationalisation du travail et marquent les organisations contemporaines – qu’elles soient publiques ou privées – du même réductionnisme calculatoire. Procéder à un tel choix, c’est renouer avec une ambition initiale de la sociologie, quand Durkheim et les membres de L’Année sociologique discutaient les impensés anthropologiques de l’économie politique, ou quand Weber, Sombart ou Marx nous invitaient à nous intéresser à la comptabilité pour comprendre comment le capitalisme entraînait le travail dans les voies qui étaient les siennes.

  • 1 En particulier dans son Histoire économique, esquisse d’une histoire universelle de l’économie et d (...)
  • 2 Weber, 1923/1991, p. 26, souligné par nous.
  • 3 Sombart, 1928, cité dans Colasse (2006, p. 17).

2Max Weber, dans ses travaux consacrés aux rapports de l’économie et de la société1, n’écrivait-il pas que « du fait, notamment, de l’omniprésence de la comptabilité, au plus haut point rationalisée, dans un certain sens et dans certaines limites, l’histoire globale de l’économie est l’histoire du rationalisme aujourd’hui triomphant, à savoir celle d’un rationalisme économique fondé sur le calcul »2 ? Il soulignait ainsi clairement l’importance de la gestion, en particulier de la comptabilité, comme condition même du développement de l’économie moderne : pour son déploiement, le capitalisme nécessitait le calcul, n’aurait pu s’imposer sans lui et poussait à inventer sans cesse de nouvelles méthodes de compter pour augmenter sa puissance. En étudiant simultanément les dimensions organisationnelles, techniques et comptables de la rationalisation taylorienne, Sombart ne disait rien d’autre quand il notait que « le capitalisme et la comptabilité en parties doubles ne peuvent absolument pas être dissociés ; ils se comportent l’un vis-à-vis de l’autre comme la forme et le contenu »3, suggérant que le fonctionnement de l’entreprise devait être envisagé comme un « phénomène social total ». Enfin, est-il besoin de rappeler l’intérêt que Marx a accordé au calcul économique, qui repose au final sur des opérations comptables, dans la description des mécanismes de la domination et de l’exploitation de la force de travail ?

  • 4 En France, l’étude de la comptabilité et des actes de gestion est pour ainsi dire exclusivement l’a (...)

3L’impulsion qui a présidé à ce corpus trouvait là son origine, cherchant à combler ce qui peut bien être vu comme une lacune de notre discipline4. Il s’agissait d’appréhender dans un même mouvement ce qui est d’ordinaire dissocié : d’un côté, le travail et son organisation, de l’autre, les dimensions gestionnaires et comptables, du fonctionnement des firmes et des administrations.

4Notre ambition en proposant ce numéro est d’abord de rendre compte de ce qu’un nouveau stade du capitalisme a été atteint avec les transformations économiques et juridiques amorcées à partir des années 1970 et qui a débouché sur la financiarisation des organisations et le triomphe d’une approche métrologique du travail. Il nous a semblé nécessaire de montrer qu’aujourd’hui, du fait de l’emprise croissante des exigences financières, le travail est comme corseté dans un réseau de dispositifs de mesure, dont l’objectif premier est d’alimenter l’organisation en chiffres et ratios de performance avec pour conséquence d’accroître la disciplinarisation gestionnaire des salariés. Et ce, alors même que la performance fait l’objet de définitions unilatérales qui mettent à distance le travail, dans un mouvement de déréalisation des activités concrètes conduisant le plus souvent à la souffrance et à la désillusion des travailleurs. Ce point est particulièrement développé dans l’article de Fatema Safy-Godineau sur la souffrance des soignants, article rappelant simultanément que la pression des marchés financiers s’exerce aussi, quoi que de manière plus indirecte, sur les employés des services publics.

5Pour le sociologue du travail, un tel projet d’analyse suppose un investissement important dans un champ de connaissances qui ne lui est pas familier : celui des économistes en particulier, mais aussi du droit ou de l’histoire, dont les objets sont d’emblée situés à des niveaux d’abstraction peu usuels pour le sociologue, parfois rivé au « terrain », car soucieux du recueil de la parole des « acteurs », mais pouvant négliger le contexte, l’arrière-plan, les courants profonds qui conditionnent l’ici et maintenant du travail. Ce n’est que la première difficulté. Car sous-tendant ce premier mouvement, il était nécessaire de montrer comment les transformations macro-économiques s’inscrivent dans le travail, le mobilisent, le changent, et aussi, nous en étions convaincus, le martyrisent. En somme, c’était le « travail » de disciplinarisation que la finance exerce sur le travail humain qui nous intéressait et qu’il nous importait d’analyser. C’est pour parvenir à ce résultat que le sociologue, après s’être fait économiste, doit consentir à se faire aussi gestionnaire, manager et, en particulier, comptable, afin de pénétrer le mystère de la nouvelle transsubstantiation du capital en profit via le travail.

6Décrypter les mouvements de l’économie mondiale, comprendre les interactions entre les sphères de la finance et celles de l’entreprise, se faire expert du chiffre gestionnaire, pénétrer la genèse et la dynamique sociale des dispositifs de gestion, ces « machines » conçues par le management, afin de mettre en œuvre les visées des propriétaires de l’entreprise ou les administrateurs des organismes publics, c’est ce qu’ambitionnent les textes rassemblés ici. Nous prétendons qu’un tel effort est inévitable si l’on veut comprendre quelque chose au travail contemporain et à ses transformations. Nous allons tenter de nous en expliquer.

De la financiarisation

  • 5 Au-delà de la diversité de leurs perspectives, les ouvrages suivants analysent un ample éventail de (...)
  • 6 En 1971, fin des accords de Bretton Woods régulant depuis 1944 le système financier international ; (...)
  • 7 Crevoisier et al., 2011.
  • 8 Une définition de l’industrie financière résume bien les caractéristiques de l’économie contemporai (...)
  • 9 Le bilan 2010 de PNB Paribas, par exemple, était de 2 240 milliards d’euros, soit plus que le PIB f (...)

7L’actuelle mondialisation est souvent présentée comme une réalité en surplomb, un phénomène d’emblée global, sans acteurs et auquel nous n’aurions d’autre choix que de nous soumettre. Contre cette vision simpliste et manipulatoire, il faut rappeler que les conditions contemporaines de production, de financement, de travail et d’emploi résultent d’une succession de décisions de politique macro-économique, prises dans de nombreux pays, depuis la fin des années 1970, avec l’appui des grandes organisations internationales5. On parlera alors de financiarisation des économies pour désigner le mouvement qui en a résulté et qui se caractérise par : a) une déréglementation internationale de la finance6 ; b) une interconnexion au niveau mondial des systèmes financiers, favorisant l’indépendance des mouvements de capitaux par rapport aux territoires7 ; c) un plus grand recours – et une plus grande dépendance – de la part des acteurs économiques – privés et publics – à l’endettement auprès des marchés financiers (les bourses) et de l’industrie financière (les banques, les fonds d’investissement, etc.)8 ; d) une dynamique d’expansion, basée sur la recherche d’une augmentation continue des cours boursiers (rentabilité financière) ; e) la diffusion de discours favorables aux actionnaires dans le partage de la valeur économique ; f) enfin, la mise en œuvre de dispositifs de gestion qui en accompagnent le déploiement. L’ensemble de ces mesures a permis l’essor de sociétés bancaires et financières d’une puissance démesurée9.

8Les mesures prises par les pouvoirs publics ont contribué d’une autre façon à renforcer le processus de financiarisation en orientant cette fois l’épargne des ménages vers les actifs financiers, à travers, par exemple, les réformes du financement des retraites et du système de santé par capitalisation et assurance complémentaire, ainsi que par les incitations à développer l’actionnariat salarié. Par ailleurs, un ensemble de dispositifs ont été mis en place, partiellement encadrés par les pouvoirs publics, qui ont permis aux fonds d’investissement (banques, sociétés financières) d’évaluer de façon plus simple et rapide la rentabilité des différents actifs et comparer en continu la profitabilité des actions des différentes firmes. Cela a été permis notamment par la mise en place d’une normalisation comptable internationale, la cotation en continu sur la place boursière, la convergence des systèmes de taxes sur les mouvements de capitaux, ou encore l’assomption des agences de notation comme évaluateur en dernière instance de la validité du système (dont le fonctionnement autoréférentiel autant que l’absurdité ont été clairement démontrées lors de la crise dite des « subprimes » en 2007/2008).

  • 10 Pour une présentation du contenu de cette doctrine et de son application à un nombre croissant de s (...)
  • 11 Généreux, 2007.
  • 12 Supiot, 2010. L’auteur parle de façon imagée de « grand retournement » pour désigner l’effort têtu (...)
  • 13 Voir, par exemple, le courant dit « critique de la valeur », dont un des représentants est R. Kurz (...)

9Certains observateurs soulignent que de telles orientations sont inspirées par la doctrine néolibérale10 et défendent la thèse selon laquelle la mise en œuvre de cette doctrine s’accompagne d’une régression11 ou d’un grand retournement12, par rapport aux avancées réalisées dans les années 1945-1970 en termes de droit social et de droit du travail. D’autres auteurs soulignent au contraire ce qui, au-delà de la diversité des formes de capitalisme, demeure fondamentalement constant13. Quoi qu’il en soit de ces débats doctrinaires, les textes de ce corpus montrent, sans l’ombre d’un doute, que les conditions de travail de nombreuses sphères professionnelles ont été largement dégradées, que l’intensification du travail est avérée pour beaucoup de métiers, et que les situations où le travail est « empêché » se rencontrent aussi bien dans le public que dans le privé. En somme, que le travail est sorti amplement affaibli de sa confrontation aux nouvelles logiques du capital, qu’elles soient ou non considérées comme une rupture dans l’évolution économique moderne.

10Ce constat est particulièrement manifeste dans l’article de Christophe Massot portant sur les concepteurs de l’aéronautique après la privatisation de leur entreprise, ainsi que dans l’article de Fatéma Safy à propos des professionnels du secteur hospitalier soumis aux effets cumulés de réformes à répétition. Dans le même sens, Jean-Luc Metzger, Salvatore Maugeri et Daniel Bachet soulignent le gâchis en termes de compétences et de savoir-faire qu’occasionne, pour les ingénieurs et techniciens d’une PME de l’électronique, la privatisation puis le rachat de leur entreprise par une multinationale. Isabelle Chambost complète ce panorama en montrant les conséquences du recours aux montages financiers par effet de levier (LBO) sur les représentants du personnel de plusieurs firmes. Michael Vincent, quant à lui, s’intéresse aux stratégies managériales qui, au moment où se renforce la pression des acteurs financiers sur leurs entreprises, instrumentalisent l’appétence des informaticiens pour la compétition entre pairs. L’article de Valérie Boussard complète ces perspectives en pointant le rôle des professionnels de la finance dans la marchandisation des firmes et en montrant les stratégies qu’ils développent pour faire croire que les fusions-absorptions « créent de la valeur ».

  • 14 L’indicateur comprend sept paramètres : contrôle du crédit, contrôle des taux d’intérêt, droits de (...)
  • 15 Comme le rappellent Broyer et Fava (2011), si le recours aux délocalisations a détruit en dix ans p (...)
  • 16 Broyer et Fava (2011) parlent de « banques captives ».

11Ce qui semble également peu discutable est que l’ensemble des transformations qu’on vient d’évoquer, conjointes et cumulées sur plusieurs décennies, ont créé les conditions d’une extension continue, difficilement résistible, de l’emprise des acteurs majeurs du système financier sur l’économie « réelle » et les systèmes sociaux d’un nombre croissant de pays – dont la localisation s’est élargie, il faut le souligner, des seuls pays de la Triade (États-Unis, Europe, Japon) aux BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine). Cette emprise est à entendre sur plusieurs registres. Tout d’abord, elle prend, à l’échelle internationale, la forme de mesures législatives convergentes, permettant aux acteurs financiers « d’agir » sur des marchés tendanciellement globalisés (autrement dit d’acheter et vendre instantanément des blocs de titres). À ce propos, n’est-il pas édifiant que le Fonds monétaire international ait construit un indicateur de « libéralisation financière » permettant d’apprécier et de comparer le degré d’atteinte de ce marché « parfait » dans différents pays14 ? L’emprise de la finance se matérialise par ailleurs à travers les décisions des États de repenser les fiscalités nationales pour rendre ou maintenir attractives leur économie ce qui, au demeurant, accroît le risque de surendettement public et plonge certains États dans un cercle récessif. Pour être complet, il faut préciser que certaines multinationales du secteur manufacturier (par exemple, l’industrie automobile) entretiennent une relation complexe avec le secteur financier. Si celui-ci exerce une emprise croissante sur les firmes automobiles et leurs sous-traitants, cette emprise résulte, en partie, des choix d’organisation de la production par les industriels eux-mêmes (ainsi, la sous-traitance off-shore accroît les coûts de transport qu’il faut bien financer15), l’accès aux marchés émergents requiert alors un financement externe important (achat à crédit pour une clientèle au pouvoir d’achat encore insuffisant). Ajoutons que certains organismes financiers (banques de crédit) sont des filiales de multinationales16, accroissant ainsi l’intrication entre la finance et l’économie de production des biens et des services, sans doute à un degré inédit jusqu’à aujourd’hui.

Triomphe de la quantification formelle

  • 17 Pour plus de détail, voir Capron et al., 2005.

12Ce qui nous importe le plus dans le cadre de notre réflexion, c’est que l’emprise financière prend également la forme, pour les multinationales cotées, leurs dirigeants et leurs sous-traitants, de la mise en place dans les organisations d’un système de mesures et d’évaluations financières dont l’objectif est de faciliter la comparaison mondiale de la profitabilité des firmes. Ces dispositifs ont entraîné une pénétration sans précédent des logiques financières dans l’organisation des activités de travail. Pour parvenir à ses fins, ce mouvement a bénéficié de l’appui d’organismes privés de normalisation comptable, nationaux ou internationaux, qui ont fixé les règles de reddition des comptes17.

13Ainsi, aux États-Unis, les normes comptables dites GAAP (Generally Accepted Accounting Principles) ne résultent pas d’une règlementation étatique, mais ont été produites par un organisme privé, le FASB (Financial Accounting Standards Board), issu de l’association américaine des comptables certifiés AICPA (American Institute of Certified Public Accountants). Cet organisme s’est donné pour tâche de définir le cadre conceptuel et les règles de reddition des comptes des entreprises nationales, avec pour conséquence que les rapports financiers de toutes les entreprises désireuses de lever des fonds aux États-Unis doivent se soumettre à ces normes. Un processus de normalisation analogue a eu lieu à l’échelle transnationale. En effet, pour unifier le processus de reddition des comptes au niveau international, on a vu apparaître l’IASB (International Association Standards Board), qui a accouché des normes dites IFRS : International Financial Reporting Standards. Comme son homologue américain, cet organisme est entièrement financé par des fonds privés. Les normes IFRS ont obtenu la reconnaissance conjointe de l’Union européenne, qui a abandonné au privé le choix de la production normative en matière de comptabilité, et du FASB, qui s’est engagé à opérer un processus de rapprochement des normes US/GAAP vers les normes internationales. N’est-il pas hautement significatif que le nom des normes internationales de comptabilité ou l’organisme américain de normalisation de celles-ci se réfèrent explicitement à la dimension financière de la comptabilité ?

14L’irrésistible extension de la financiarisation doit également beaucoup au lobbying puissant de quelques grands cabinets-conseils ayant déposé des indicateurs de calcul de la rentabilité financière des firmes (c’est le cas par exemple du Boston Consulting Group ou, mieux, du cabinet Stern and Stewart, avec des indicateurs tels que l’EVA : Economic Value Added, le MVA : Market Value Added et autre FGV : Future Growth Value). L’adoption par les entreprises de ces indicateurs normalisés ou labellisés détermine désormais assez étroitement le travail du management. Plusieurs textes de ce corpus détaillent les modes de calcul et les choix gestionnaires inscrits dans ces indicateurs financiers : c’est le cas, notamment, des articles de Valérie Boussard sur les transactions d’entreprises (fusions-absorptions) et d’Isabelle Chambost sur le rachat d’entreprises par l’industrie financière du Private Equity ou encore de celui de Jean-Luc Metzger, Salvatore Maugeri et Daniel Bachet sur les initiatives conduites par certaines PME en faveur d’une autre conception de la comptabilité.

  • 18 Ce néologisme nous paraît indispensable pour désigner tout ce qui se réfère au travail, en raison d (...)
  • 19 Pastré, 2002.
  • 20 Dans certains pays, l’écart est encore plus accusé : en 2007, BNP Paribas affichait un taux de rend (...)

15Plus généralement, les auteurs réunis ici témoignent de l’intrusion massive des préoccupations financières dans l’activité managériale et illustrent les incidences organisationnelles et « laborales18 » de cette évolution. Ils témoignent d’un mouvement stratégique majeur de la sphère financière en direction des entreprises qui a eu comme résultat le contrôle « externe » des acteurs financiers (banques, fonds de pension, etc.) sur les organisations19, et l’accroissement de leur propension à ignorer le réel du travail et ses difficultés, privilégiant les résultats financiers, en exigeant par exemple des entreprises qu’elles atteignent des rendements élevés (souvent supérieurs à 10 %), dans des contextes macro-économiques caractérisés par des taux de croissance beaucoup plus faibles (généralement moins de 3 %)20.

  • 21 Pour une analyse détaillée de l’un de ces dispositifs, parmi les plus emblématiques (le Balanced Sc (...)
  • 22 Pour une analyse des effets de la financiarisation sur la concentration des secteurs de la communic (...)
  • 23 Comme le met en évidence Rebérioux (2003), les dirigeants des grands groupes industriels ne sont pa (...)

16Pour parvenir à de tels résultats, les textes ici rassemblés montrent que les directions – directement intéressées aux profits par les systèmes de primes et bonus mis en place par les actionnaires – procèdent à des réorganisations quasi continues des entreprises publiques ou privées, mettant en œuvre des dispositifs de gestion toujours plus sophistiqués, articulant recherche obsessionnelle de valeur pour l’actionnaire et contrôle accru du travail21. En cela, on peut dire que la financiarisation des économies permet aux acteurs financiers d’intervenir directement et de plus en plus unilatéralement dans l’évolution des secteurs manufacturiers22 et dans la gestion des entreprises. Certes, certains travaux montrent que l’actionnariat n’est pas en mesure de déterminer toujours entièrement les choix managériaux, ceux-ci conservant certaines marges de manœuvre23. Hélas, en raison des principes de valorisation et de rémunération en vigueur, la logique managériale joue la plupart du temps en faveur des logiques financières dominantes, alors même que d’autres façons d’apprécier la performance, la profitabilité ou la rentabilité pourraient être expérimentées, à condition de changer la représentation de l’entreprise et de sa fonction sociale, comme le propose un des textes présentés ici (voir l’article de Jean-Luc Metzger, Salvatore Maugeri et Daniel Bachet qui discute la pertinence d’indicateurs alternatifs de gestion, fondés sur une conception de la valeur ajoutée plus respectueuse du travail).

  • 24 Pour une présentation synthétique et accessible de ce point, voir Richard (2010). Pour une analyse (...)
  • 25 L’un des premiers effets de la montée en puissance des investisseurs institutionnels internationaux (...)

17Au total, et comme le donne à voir chacun des textes de ce corpus, l’emprise de la finance se manifeste par l’imposition de raisonnements en termes d’objectifs quantifiés, d’accroissement de la performance et de la productivité, ainsi que par l’utilisation croissante de dispositifs d’évaluation, s’appuyant sur les données produites par les différents systèmes d’informations comptables saturés par les préoccupations financières24. Si l’on veut bien admettre que tout n’est pas nouveau dans ce que permet d’impulser la capacité d’action accrue de l’industrie financière, il nous faut bien accepter l’idée que ses effets cumulés ont entraîné des transformations qualitatives aux lourdes conséquences : krachs boursiers à répétition, crises monétaires, contraction du crédit bancaire, fermetures d’entreprises, accroissement du chômage de masse, montées des insécurités économiques et sociales, restriction des budgets publics, crise de confiance dans le politique, dégâts écologiques et environnementaux parfois irréversibles, etc. Comme le montrent notamment les articles de Christophe Massot, de Michael Vincente et d’Isabelle Chambost, un des effets les plus emblématiques de cette évolution pour les salariés est sans doute le déplacement, la « délocalisation » des centres de décisions stratégiques à distance des unités productives, entraînant à la fois un brouillage des repères pour les personnes situées sur le terrain, au contact de l’activité réelle, ainsi qu’une plus grande déconnexion et une plus grande déresponsabilisation des élites vis-à-vis des conséquences sociales et industrielles de leurs décisions25.

18D’un côté, l’activité bouillonnante et la pétulance électronique des grandes places financières situées dans quelques grandes capitales, où des acteurs sans nom et sans visage effectuent d’incessantes transactions (achat et vente d’actions), érigeant l’impératif de liquidité, au sens à la fois de l’économie financière et de celui que lui donne Zygmunt Baumann (2006), au rang d’impératif catégorique ; de l’autre, l’ancrage territorial des firmes, l’inévitable inertie des échanges de biens et de services, les rythmes incompressibles du travail de professionnels aux prises avec la matière et les connaissances, dans des établissements dispersés à travers toute la planète et qui subissent les pesanteurs du temps humain. D’un côté, la capacité accrue à rapatrier sans délai les fonds investis ici ou là, en fonction des cours de la bourse, conduisant l’investisseur à nier l’entrepreneur (voir l’article de Jean-Luc Metzger, Salvatore Maugeri et Daniel Bachet) ; de l’autre, un management intermédiaire et des travailleurs appliqués à suivre la valeur d’indicateurs supposés concentrer toute l’information utile à la prospérité de la firme, mais qui jouent en réalité contre le travail, contre l’emploi et contre les entreprises elles-mêmes. Et tout cela alors que les promoteurs et utilisateurs de ces nouvelles façons de compter clament qu’ils ne sont qu’au service de l’intérêt général.

19Cette rhétorique de la défense du bien commun, popularisée désormais sous le sigle de la « RSE » (responsabilité sociale des entreprises) ou de « l’éthique des affaires », doit impérativement être prise en compte par l’analyse sociologique, car elle constitue l’arrière-plan de nombreux raisonnements tenus par l’élite économique, politique ou médiatique – arrière-plan d’autant plus difficile à discuter qu’il a pris la forme d’une évidence, comme celle véhiculée par la notion de « création de richesse pour l’actionnaire », que des indicateurs comme l’EVA, vu plus haut, sont censés mesurer, pour le plus grand profit collectif.

  • 26 On peut alors parler, avec Honneth (2007), de réification, car il y a réduction de toutes les dimen (...)

20Ainsi, dès lors que l’accroissement et la mesure de la performance – particulièrement financière – deviennent des objectifs en eux-mêmes, déconnectés de toute finalité institutionnelle, industrielle, sociale, etc., clairement assignée à l’entreprise – ou aux administrations publiques – et, par conséquent, des injonctions déconnectées de tout système de valeur négocié et partagé, il devient « naturel » de réduire chaque dimension du travail (les individus eux-mêmes, leur subjectivité, les savoirs, les savoir-faire, les relations, les équipes, etc.) à l’état de choses quantifiables26. Certes, l’industrialisation a fait progresser dès l’origine ou presque le recours à des indicateurs visant à mesurer la « performance » ou la « productivité » du travail. Mais ce qu’on a voulu montrer avec ce corpus, c’est que l’emprise de la financiarisation, sous ses différentes formes, a fait franchir à ce processus une étape supplémentaire : dorénavant, la quantification est prioritairement mise au service de l’impératif de rendement financier, les autres facettes de l’activité économique (production de biens et services, réponse à des besoins sociaux), elles aussi amplement quantifiées, sont passées au second plan ou ne sont prises en considération qu’à la condition qu’elles servent l’impératif de rendement pour l’actionnaire. Comme l’écrit Pierre-Yves Gomez (2013), la financiarisation est avant tout une idéologie pour laquelle « L’atteinte du résultat financier est le but que se donne l’organisation, sa raison d’être » (p. 94). On comprend alors le sens de la « révolution managériale » qu’ont opérée les années 1980-1990 dans le fonctionnement des firmes : désormais, les investisseurs « définissent a priori des objectifs de dividendes à atteindre, plutôt que de les constater a posteriori » (ibid.,97), contraignant les dirigeants à organiser les activités dans ce sens. Au total, avec l’assomption de notions comme celle de « coût du capital » ou de « création de richesse pour l’actionnaire », l’industrie financière « a imposé sa créance résiduelle comme étant prioritaire sur toutes les autres » (ibid.,98). Tout le problème est que c’est le travail qui en paie exclusivement le prix. Au-delà, c’est l’assise même de la société qui est interrogée.

21Ces six articles apportent un premier éclairage sociologique sur les articulations complexes entre rationalisation de l’industrie financière et rationalisation du travail. Leur intérêt est également de signaler l’existence d’une réalité largement inexplorée, celle des chiffres et de leurs jeux de mise en valeur et d’invisibilisation, invitant la sociologie à de plus amples investigations. Cette invitation à poursuivre la recherche concerne également les effets de la transformation des mondes sociaux du travail sur la sphère financière : quels usages les acteurs dominants de cette industrie font-ils des « données » et « bilans » que les gestionnaires font remonter des firmes et administrations publiques ?

Haut de page

Bibliographie

Alderson Arthur S. & Nielsen François (2002), « Globalization and the Great U-Turn: Income Inegality Trends in 16 OECD Countries », American Journal of Sociology, vol. 107, n° 5, mars.

Bauman Zygmunt (2006), La vie liquide, Rodez, Le Rouergue/Chambon.

Belorgey Nicolas (2010), L’hôpital sous pression. Enquête sur le « nouveau management public », Paris, La Découverte.

Bouquillion Philippe (2012), « Concentration, financiarisation et relations entre les industries de la culture et industries de la communication », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne].

Boussard Valérie (2008), Sociologie de la gestion : les faiseurs de performance, Paris, Belin.

Brosnan Peter (2005), « La comptabilité de gestion : une technologie invisible », Travail et emploi, n° 103, juillet-septembre,7-20.

Broyer Sylvain & Ludovic Fava (2011), « Le “fordisme financier” ou pourquoi l’industrie automobile a tant souffert de la crise financière », Revue d’économie industrielle, 134, 2e trimestre,85-103.

Capron Michel (dir.) (2005), Les normes comptables internationales, instruments du capitalisme financier, Paris, La Découverte.

Castells Manuel (1998-1999), La société en réseaux, 3 tomes, Paris, Fayard, [1996].

Chiapello Eve (2005), « Les normes comptables comme institution du capitalisme. Une analyse du passage aux normes IFRS en Europe à partir de 2005 », Sociologie du Travail, 47 (3), juillet-septembre,362-382.

Chiapello Eve & Patrick Guilbert (2013), Sociologie des outils de gestion. Introduction à l’analyse sociale de l’instrumentation de gestion, Paris, La Découverte, coll. Grands repères.

Cook Maria Lorena (2007), The Politics of labor Reforms in Latin America. Between Flexibility and Rights, The Pennsylvania State University Press, University Park.

Crevoisier Olivier, Theurillat Thierry & Pedro Araujo (2011), « Les territoires de l’industrie financière : quelles suites à la crise de 2008-2009 ? », Revue d’économie industrielle, 2e trimestre,133-158.

Dardot Pierre & Christian Laval (2009), La Nouvelle Raison du Monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte.

Eyraud Corinne (2003), « Pour une approche sociologique de la comptabilité. Réflexions à partir de la réforme comptable chinoise », Sociologie du travail, vol. 45, n° 4,491-508.

Fligstein Neil (2001), The Architecture of Markets: An Economic Sociology of Twenty-First-Century Capitalist Societies, Princeton, Princeton University Press.

Friot Bernard (2012), L’enjeu du salaire, Paris, La Dispute.

Gaulejac Vincent (de), 2005, La société malade de sa gestion Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement moral, Paris, Seuil.

Généreux Jacques (2010), La grande régression, Paris, Seuil.

Généreux Jacques (2007), La dissociété, Paris, Seuil.

Giraud Gaël (2013), L’illusion financière, Éditions de l’Atelier.

Gomez Pierre-Yves (2013), Le travail invisible. Enquête sur une disparition, François Bourin éditeur.

Honneth Axel (2007), La réification. Petit traité de théorie critique, Paris, Gallimard [2005].

Jany-Catrice Florence (2012), « Quand mesurer devient maladif », Projet, « Qui décide de ce qui compte ? », vol. VI, 331,6-13.

Jappe Anselm (2012), « La financiarisation et la spéculation sont des symptômes, non les causes de la crise » (entretien réalisé par Gaëtan Flocco et Mélanie Guyonvarch), Les Mondes du Travail, n° 12, novembre,1-12.

Kober-Smith Anémone (2010), Le système de santé anglais à l’épreuve des réformes managériales, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Kurz Robert (2011), Vies et mort du capitalisme, Lignes.

Lantenois Christopher (2010), « Direction des sociétés, modèle de reproduction des élites managériales et financiarisation du capitalisme allemand ; enseignements à partir d’un panel de vingt-cinq sociétés cotées », Revue de la régulation, En ligne, 8, 2e semestre, automne.

Lebaron Frédéric (2010), La crise de la croyance économique, Bellecombe-en-Bauge, Éditions du croquant.

Lojkine Jean (1996), Le tabou de la gestion. La culture syndicale entre contestation et proposition, Les éditions de l’Atelier.

Maugeri Salvatore (dir) (2001), Délit de gestion, Paris, La Dispute.

Metzger Jean-Luc (2008), « L’institution-travail au risque des transformations incessantes : le cas des économies chinoises et indiennes », in Diane Gabrielle Tremblay (dir.), Flexibilité, sécurité d’emploi et flexicurité, Québec, Presses de l’université du Québec,195-238.

Metzger Jean-Luc & Marie Benedetto-Meyer (dir.), 2008, Gestion et sociétés, regards sociologiques, Paris, L’Harmattan.

Quairel-Lanoizelée Françoise, Capron Michel & Marie-France Turcotte, 2010, ISO 26000 : une norme « hors norme » ?, Economica.

Rebérioux Antoine (2003), « Évolution de la gouvernance d’entreprise et financiarisation du rapport salarial : étude sur les données françaises et interprétation conventionnaliste », Forum de la régulation, Paris, 9-10 octobre.

Richard Jacques (2010), « Comment la comptabilité modèle le capitalisme », Le Débat, n° 161,53-64.

Sombart Werner (1966), Le bourgeois, Paris, Payot [1928].

Supiot Alain (2010), L’esprit de Philadelphie. La justice sociale face au marché total, Seuil.

Wallerstein Immanuel (2006), Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des systèmes-monde, Paris, La Découverte [2004].

Weber Max (1991), Histoire économique. Esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société, Gallimard [1923].

Haut de page

Notes

1 En particulier dans son Histoire économique, esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société publiée en 1923.

2 Weber, 1923/1991, p. 26, souligné par nous.

3 Sombart, 1928, cité dans Colasse (2006, p. 17).

4 En France, l’étude de la comptabilité et des actes de gestion est pour ainsi dire exclusivement l’apanage des sciences de gestion. Une fois passée la période de fondation de la sociologie, et en ajoutant aux travaux des durkheimiens ceux des Allemands Marx, Sombart et Weber, l’intérêt sociologique pour le travail des gestionnaires et des comptables n’a jamais été très marqué. En France, ce n’est qu’à partir des années 1990 que des travaux sociologiques ont abordé de nouveau ce continent obscur de la vie économique, d’abord lentement puis avec un intérêt de plus en plus vif (cf. Lojkine, 1996 ; Maugeri, 2001 ; Brosnam, 2005 ; Chiapello, 2005 ; Gaulejac, 2005 ; Boussard, 2008 ; Metzger et Benedetto-Meyer, 2008 ; Jany-Catrice, 2012 ; Chiapello et Guilbert, 2013, etc.).

5 Au-delà de la diversité de leurs perspectives, les ouvrages suivants analysent un ample éventail de faits qui, s’ils ne couvrent pas l’intégralité des dimensions socio-économiques et sociopolitiques, permettent de dénaturaliser les discours dominants sur « la mondialisation », tout en pointant le rôle de certains acteurs dominants : Alderson et Nielsen (2002), Castells (1999), Cook (2007), Fligstein (2001), Lebaron (2010), Metzger (2008), Wallerstein (2006).

6 En 1971, fin des accords de Bretton Woods régulant depuis 1944 le système financier international ; fin progressive du contrôle des changes à partir des années 1990, accélérant la fuite des capitaux et les activités spéculatives ; aux USA, abrogation en 1999 du Glass-Steagall Act (ou Banking Act ) qui, depuis 1930, interdisait aux banques américaines le cumul des activités de dépôt et d’investissement et imposait une régulation étroite des couvertures de défaillance (les fameux CDS : Crédit Défault Sawps, dont la déréglementation est à l’origine de la grande crise de 2008), etc. Imitées par la presque totalité des économies libérales, ces mesures législatives ont entraîné le secteur financier mondial vers la spéculation.

7 Crevoisier et al., 2011.

8 Une définition de l’industrie financière résume bien les caractéristiques de l’économie contemporaine : « l’industrie financière peut être appréhendée comme une activité de construction et d’exploitation de la mobilité/liquidité du capital » (Crevoisier et al., 2011).

9 Le bilan 2010 de PNB Paribas, par exemple, était de 2 240 milliards d’euros, soit plus que le PIB français (cf. Giraud, 2013, p. 151). Si l’on additionne les actifs de toutes les banques commerciales françaises, on arrive, en avril 2012, à la somme de 8 500 milliards d’euros, soit plus de 4 fois le PIB de la France. En 2012, la BCE estimait à 39 900 milliards d’euros le montant des actifs des banques commerciales dans les 17 pays de la zone euro, soit un montant d’actifs bancaires nationaux 3,5 fois supérieur en moyenne au PIB de chaque pays, avec un record pour le Luxembourg (actifs bancaires 25 fois supérieurs au PIB) (cf. http://www.captaineconomics.fr/actualite-economique/item/179-33900-milliards-le-montant-cumule-des-actifs-des-banques-de-la-zone-euro).

10 Pour une présentation du contenu de cette doctrine et de son application à un nombre croissant de secteurs, voir en particulier Dardot et Laval (2009).

11 Généreux, 2007.

12 Supiot, 2010. L’auteur parle de façon imagée de « grand retournement » pour désigner l’effort têtu de détricotage des institutions de l’immédiat après-guerre.

13 Voir, par exemple, le courant dit « critique de la valeur », dont un des représentants est R. Kurz (2011) pour qui nous ne sommes jamais vraiment sortis du keynésianisme. On peut également inclure dans ce courant, Anselm Jappe (2012), aux yeux duquel la financiarisation est un symptôme et non une cause de la crise économique contemporaine. Pour un regard plus distancié vis-à-vis de l’importance du virage néolibéral, voir Friot (2012).

14 L’indicateur comprend sept paramètres : contrôle du crédit, contrôle des taux d’intérêt, droits de douane, réglementation bancaire, privatisation, contrôle des capitaux, contrôle des opérations de bourse. Il s’agit donc avant tout d’un regard porté sur les décisions de politique macro-économique, construit dans l’intention de comparer les États entre eux, avant de comparer les économies ou leur performance. L’indice vaut 100 quand l’ensemble des mesures prises par les gouvernants correspond à une libéralisation totale du marché des capitaux.

15 Comme le rappellent Broyer et Fava (2011), si le recours aux délocalisations a détruit en dix ans plus de 600 000 emplois aux États-Unis, les échanges intra-firmes ou entre donneurs d’ordres et sous-traitants ont cru beaucoup plus rapidement que la demande de voiture. Et le coût des transports correspondant requiert un financement croissant par le crédit à l’export.

16 Broyer et Fava (2011) parlent de « banques captives ».

17 Pour plus de détail, voir Capron et al., 2005.

18 Ce néologisme nous paraît indispensable pour désigner tout ce qui se réfère au travail, en raison de l’absence d’adjectifs issus du mot travail, dans notre vocable. Il est construit à partir de la racine latine labor, qui a donné « labeur » (qu’on retrouve dans le mot « laboureur » (laboratores), évoquant, comme le mot travail, la peine, la souffrance). Il renvoie également à l’anglais labor.

19 Pastré, 2002.

20 Dans certains pays, l’écart est encore plus accusé : en 2007, BNP Paribas affichait un taux de rendement sur fonds propres de 25 % quand le taux de croissance moyenne sur la décennie 2000 était de… 0,8 %. Quoique retombé à 8 ou 9 %, ce taux est toujours 10 fois supérieur à la croissance de l’économie réelle (cf. Giraud, 2013, p. 151).

21 Pour une analyse détaillée de l’un de ces dispositifs, parmi les plus emblématiques (le Balanced Score Card), voir Maugeri (2011).

22 Pour une analyse des effets de la financiarisation sur la concentration des secteurs de la communication et de la culture, voir Bouquillon (2012).

23 Comme le met en évidence Rebérioux (2003), les dirigeants des grands groupes industriels ne sont pas non plus le jouet des marchés financiers. Leurs décisions stratégiques sont, certes, influencées par exemple par la perspective d’une OPA hostile signifiant leur possible mise à l’écart, mais ils peuvent, au prétexte d’anticiper l’action des marchés, mettre en œuvre, de leur propre initiative, des restructurations, entreprendre des mesures de rationalisation, sans répondre aux exigences explicites des actionnaires.

24 Pour une présentation synthétique et accessible de ce point, voir Richard (2010). Pour une analyse détaillée de l’emploi systématique de la quantification et de l’évaluation gestionnaire dans le secteur sanitaire, on se référera à Belorgey (2010) et Kober-Smith(2010) ; dans le secteur de l’enseignement et de la recherche à Laval et al. (2011). Pour leur extension au domaine de la responsabilité des entreprises, voir Quairel-Lanoizelée et al. (2010).

25 L’un des premiers effets de la montée en puissance des investisseurs institutionnels internationaux est de modifier le mode de recrutement/reproduction des élites dirigeantes des firmes. Cela est particulièrement vrai des pays et des secteurs où cette emprise a augmenté rapidement (Lantenois, 2010). Il est vrai que, symétriquement, du point de vue des actionnaires et des investisseurs institutionnels, les nouveaux dirigeants sont au contraire plus « responsabilisés », dans la mesure où leur responsabilité vis-à-vis des propriétaires est accrue.

26 On peut alors parler, avec Honneth (2007), de réification, car il y a réduction de toutes les dimensions de l’activité sociale à des objets sur lesquels il est possible d’exercer les mêmes actions que sur la matière inerte. Non seulement l’autre, l’individu, l’agent, peut être considéré comme un objet, mais il en va de même de l’action sociale. Ici, la recherche exclusive de rendements financiers conduit les promoteurs de cette logique à considérer indifféremment les machines, les salariés, les clients, les fournisseurs, la terre, l’environnement, au même titre que des actifs financiers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salvatore Maugeri et Jean-Luc Metzger, « Le tournant financier du management », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/1011 ; DOI : 10.4000/nrt.1011

Haut de page

Auteurs

Salvatore Maugeri

Vallorem, Université d’Orléans

Articles du même auteur

Jean-Luc Metzger

Sociologue, chercheur associé au centre Pierre Naville et au CNAM-LISE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org