Navigation – Plan du site
Corpus – Financiarisation et travail

Le logiciel libre : un dispositif méritocratique ?

Open Source Software or the paradoxical introduction of a meritocratic system
Software libre: un dispositivo meritocrático?
Michael Vicente

Résumés

Cet article entend présenter l’introduction du logiciel libre dans les entreprises comme la tentative, effectuée par un groupe de développeurs-informaticiens, de contester l’ordre gestionnaire qui régit la profession depuis les années 1970. À partir d’un travail de terrain effectué auprès de développeurs professionnels de logiciels libres, nous verrons qu’en mobilisant dispositifs et principes méritocratiques, ils remettent tout d’abord en cause les légitimités hiérarchiques au sein des entreprises, mais nous montrerons également que dans ce secteur, le recours au principe méritocratique implique une compétition exacerbée et un contrôle panoptique du travail, qui ne vont pas forcément dans le sens de l’autonomisation des développeurs professionnels. Cette évolution s’inscrit précisément au moment où se renforce la pression exercée par les acteurs financiers sur l’organisation et le coût du travail dans le secteur informatique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon l’étude du MERIT (2006), on estime que le logiciel libre était à l’époque, utilisé par 40 % d (...)

1Le monde de la production logiciel est très mondialisé et concentré autour de quelques acteurs. Que l’on pense à Microsoft ou Apple, c’est grâce à la fermeture du logiciel et à sa protection par des droits de propriété intellectuelle qu’a pu émerger le marché du logiciel à proprement parler et la formation de l’empire industriel que l’on connaît. L’histoire du marché du logiciel commence plus précisément en juin 1969, lorsque la firme IBM prend une décision dite de « unbundling », qui correspond à une dissociation entre le logiciel et le matériel, qui auparavant étaient systématiquement vendus conjointement. En effet, l’entreprise menacée de poursuite antitrust pense alors qu’en « lâchant du lest » du côté du logiciel, elle pourrait maintenir sa position avantageuse sur le matériel (Dréan, 1996). C’est donc à partir de ce moment que le marché du logiciel à proprement parler a été créé, et qu’il est devenu ce qu’il est aujourd’hui. L’histoire du logiciel libre quant à elle débute en 1983 et trouve son origine dans la réaction d’un informaticien, Richard Stallman, chercheur au Massachussetts Institute of Technology (MIT), agacé de ne pas pouvoir modifier les logiciels qu’il utilise afin de répondre à ses propres besoins (Stallman, 2002, DiBona, 1999). Il crée alors un ensemble de logiciels qu’il décide de distribuer selon des conditions particulières, allant ainsi à l’encontre de la politique de « fermeture » dominante dans l’industrie informatique. Autour du logiciel libre s’est créé un mouvement qui a pris la forme de collectifs en ligne ou « communautés distantes » (Demaziére et al., 2005) produisant des logiciels, et dont l’activité repose sur la gratuité, la transparence et l’ouverture du code logiciel (le code source, ou la « recette » du logiciel, devient lisible et non cryptée contrairement au code utilisé par les logiciels dits propriétaire). C’est ainsi que des logiciels majeurs, tels que Linux, Firefox ou Apache, sont apparus et se sont diffusés chez les particuliers et dans les entreprises1. On a ainsi vu émerger dans ces entreprises un groupe professionnel singulier, constitué de développeurs rémunérés pour participer à la production communautaire de logiciels transparents et librement accessibles par tous. Le modèle économique de ces nouvelles activités repose alors sur la vente de services associés à l’utilisation de ces logiciels dans les entreprises (Muselli, 2008).

2Nous proposons ici une analyse des différentes étapes du processus par lequel le logiciel libre a d’abord émergé, puis s’est structuré avant d’être instrumentalisé dans une visée gestionnaire. Nous examinerons tout particulièrement les évolutions du contexte professionnel et de son articulation avec la profession de développeur-informaticien, en fonction des changements macro-économiques (financiarisation, concentration et restructuration du secteur informatique). Ainsi, nous tenterons de montrer comment, un groupe professionnel, en réaction à une perte d’autonomie et en revendiquant des principes méritocratiques, a paradoxalement permis la diffusion d’instruments de contrôle du travail. En effet, en souhaitant se donner les moyens techniques de leur autonomie, les développeurs de logiciels libres n’ont-ils pas créé et participé à diffuser un instrument supplémentaire d’objectivation et de quantification de l’activité des développeurs ?

3La thèse que nous défendons est que l’introduction du logiciel libre en entreprise a eu des effets paradoxaux, car initialement envisagée par les professionnels comme une garantie d’autonomie, voire d’indépendance, elle s’est, sous l’effet de la rencontre entre plusieurs processus, progressivement transformée en phénomène inverse. Nous voudrions montrer que le logiciel libre accompagne le mouvement de financiarisation du secteur informatique et que la mobilisation du discours et des dispositifs méritocratiques, si elle conteste l’ordre gestionnaire, s’accommode, voire renforce la financiarisation du secteur.

4Cette étude s’appuie en partie sur un travail de terrain réalisé entre 2007 et 2009, pour lequel nous avions étudié le processus de professionnalisation des experts du logiciel libre et pour cela réalisé 61 entretiens avec des développeurs, en les interrogeant sur leur activité et les conditions de leur recrutement. Nous avons complété cette étude par des entretiens menés avec une dizaine de recruteurs du secteur. Dans un premier temps, nous rappellerons comment, au tournant des années 1970, le groupe professionnel des informaticiens a pu perdre en autonomie dans sa confrontation avec les managers, avec une première vague de contrôle de l’organisation du travail et de maîtrise de l’accroissement des coûts. Puis, nous verrons comment cette nouvelle donne organisationnelle a permis l’émergence des Sociétés de service en informatique industrielle (SSII), acteurs devenus désormais prépondérants dans ce secteur, ce qui coïncide avec la montée en puissance du contrôle exercé par des logiques financières sur le secteur informatique. Enfin, à partir des entretiens recueillis auprès de développeurs de plusieurs communautés de production de logiciels libres, nous nous attacherons à montrer comment, en mettant en avant la question méritocratique, la participation au logiciel libre s’est construite dans les entreprises en opposition à l’ordre managérial. Nous verrons que la méritocratie est présente à la fois dans les textes fondateurs et discours que porte le mouvement du logiciel libre, mais également dans les pratiques concrètes de ces développeurs. Aussi, tels les progiciels de gestion, le logiciel libre et l’ensemble sociotechnique qui le compose constituent également des dispositifs de gestion (Maugeri, 2006) qui, par leur transparence, leur ouverture et la codification nécessaire, ne sont pas incompatibles avec la financiarisation de l’activité. Nous étudierons ainsi la manière dont le logiciel libre et ses dispositifs sont utilisés par les entreprises, non seulement pour le recrutement, mais également dans le but de contrôler le travail, au moment même où on observe une montée en puissance du contrôle exercé par les marchés financiers sur le secteur informatique.

La perte d’autonomie des informaticiens et la contestation de l’ordre gestionnaire

5Afin de mieux comprendre les transformations professionnelles induites par l’introduction du logiciel libre, il convient de s’intéresser à l’histoire de la profession de développeur-informaticien et de voir comment, au tournant des années 1970, le groupe professionnel a perdu en autonomie et, plus récemment, comment l’engagement dans le logiciel libre s’est construit en opposition à un nouvel ordre gestionnaire.

La « révolte des managers » contre les « computers boys »

6Selon Philip Kraft (1979), la profession de développeur informatique ou programmeur, dès son apparition dans les années 1960, fait figure de prototype de profession émergente (« prototypical sunrise occupation »). Cela repose notamment sur deux points : d’abord, le travail de programmeur est très qualifié parce qu’il est davantage basé sur la connaissance (« knowledge-based ») que les professions manuelles ou même managériales, et ensuite parce que le produit du travail des développeurs joue un rôle crucial dans la transformation du travail d’autres professions utilisatrices de logiciels. Ce dernier point est central car, si l’on suit Harry Braverman (1974), l’émergence de nouvelles professions n’est pas uniquement due à l’innovation technique, mais obéit également à une politique délibérée. Selon Braverman, la bataille pour le contrôle de l’innovation ne concerne pas tant l’innovation technologique pour elle-même que le contenu et l’organisation du travail qui lui sont associés. C’est un processus similaire que l’on observe chez les informaticiens : avec le développement de la tertiarisation, l’expansion de la profession est ainsi devenue un enjeu pour tout un secteur de l’économie.

7L’historien de la profession Nathan Ensemenger (2010) met en évidence le fait qu’un tournant a été introduit à la fin des années 1960. En effet, au moment de l’introduction et du développement de l’informatique dans les organisations, on a pu voir que l’institutionnalisation de la profession de développeur est devenue un enjeu important entre le groupe professionnel des informaticiens et celui des managers. Jusque là, le groupe des développeurs, encore très peu structuré, bénéficie d’une large autonomie au sein des entreprises, car il détient le monopole du traitement informatisé des données. Cependant, à la fin des années 1960, on observe que face à la croissance des effectifs de ce groupe professionnel, à leur autonomisation et plus globalement face à une tendance technocratique (Bell, 1973), les injonctions économiques n’ont pas tardé à exercer des pressions budgétaires et organisationnelles importantes sur ce groupe professionnel émergent.

  • 2 « You can see the computer age everywhere except in the productivity statistics ». (Solow, 1987 p.  (...)

8Ainsi, en 1969, dix-huit ans avant les travaux de Robert Solow (1987) et la mise en lumière de son célèbre paradoxe (« vous pouvez voir l’ère informatique partout, sauf dans les statistiques de la productivité »2) qui annonce la nécessité d’un contrôle financier sur l’informatique, le cabinet de consultant McKinsey publiait un premier rapport intitulé : « Unlocking the Computer Profit Potential » (Libérer le potentiel de profit de l’informatique). Ce rapport arrivait à un constat jusqu’alors inédit, celui d’un retour sur investissement assez faible du secteur, et ce malgré les nombreuses promesses et les investissements en matériel informatique et en personnel spécialisé.

  • 3 Ensmenger Nathan (2010, p. 267) nous montre la circulation de ce rapport dans des revues comme Mana (...)
  • 4 « Many otherwise effective top management... have abdicated control to staff specialist ». McKinsey (...)

9Comme le montre Nathan Ensemenger (2010), la réception de ce rapport, d’abord dans les revues de management3, puis dans les entreprises, s’est concentrée sur les questions de gestion des ressources humaines. Écartant la question de savoir si intrinsèquement l’informatique pouvait réellement créer des profits, ce document a assez rapidement mis le doigt sur l’incapacité des managers à gérer les informaticiens : « Trop de personnels d’encadrement ont abdiqué à exercer le contrôle sur le personnel spécialisé »4. C’est donc l’efficacité du management et le trop faible encadrement qui y est mis en cause. En exprimant le souci d’un meilleur retour sur investissement, ce rapport a pesé dans le sens d’une rationalisation de services qui jusqu’à présent avaient été épargnés par les gestionnaires. L’application de ces principes a eu pour conséquence directe une perte d’autonomie, et cela a principalement pris la forme d’un rééquilibrage entre managers et informaticiens et d’un rétablissement de l’autorité des premiers sur les seconds. Les informaticiens, détenteurs de compétences spécifiques, avaient jusque-là profité du flou qui avait entouré la construction de la profession, et échappaient alors en quelque sorte au contrôle managérial. Selon le rapport McKinsey de 1969 :

  • 5 « Only managers can manage the computer in the best interests of the business. The companies that t (...)

Seuls les managers peuvent gérer l’informatique dans le meilleur intérêt du business. Les entreprises qui ont bien intégré cette leçon aujourd’hui seront les leaders du secteur demain5.

10Le rapport McKinsey a ouvert une brèche favorisant la récupération par les managers d’un espace de pouvoir autonome jusque-là laissé aux informaticiens, et ainsi de prendre le contrôle du nouveau territoire professionnel ouvert par l’introduction de cette innovation technique dans les organisations. Il décrit la stratégie adoptée par les managers en deux temps. Premièrement, ils ont tenté de définir la programmation comme une simple activité, réduisant ainsi la complexité des savoirs et savoir-faire sur lesquels reposait leur monopole. Dans un second temps, ils ont proposé d’attaquer leur monopole technique, en imposant notamment des standards rendant lisibles les langages au plus grand nombre. Cela illustre ce que Nathan Ensmenger appelle « la révolte des managers », qui signe alors la fin de l’âge d’or des « computer boys ».

11C’est ce même constat que Philip Kraft et Steven Dubnoff, en suivant Andrew Friedman (1977), font sur le travail concret des informaticiens qu’ils ont observés : quel que soit son degré de sophistication, le travail des informaticiens a fait l’objet d’efforts de la part des managers, afin de le rendre plus standardisé et moins qualifié, dans le but d’en faciliter le contrôle managérial. Plus tard, dans leur ethnographie du secteur de l’informatique, Philip Kraft et Steven Dubnoff insisteront sur le rôle que la standardisation des formats a pu jouer dans l’affaiblissement de la profession.

  • 6 Kraft, Philip et Dubnoff, Steven (1996, p. 194).

Si la programmation était à l’origine le domaine réservé des artisans qui répondent principalement à leur propre vision, à partir des années 1970, de telles qualités idiosyncrasiques ont été éliminées. Entre 1945 et 1975, la notion d’homme-mois incorporée au logiciel a fini de transformer la programmation informatique en une branche de l’ingénierie, avec tout ce que cela implique en termes de standards de management de la production, d’échelle de salaire et de mode de carrière6.

12En segmentant le travail en entités quantifiables, cette standardisation des procédures a permis une véritable comptabilité du travail des informaticiens : la notion d’homme-mois en est une très bonne illustration. Cela est ensuite devenu une sorte d’étalon référent dans la gestion de projet.

13Même s’ils situent cette transition plus tardivement, on retrouve une lecture assez similaire chez Greenbaum (1995), Pichault (1990) et Stevens et Zune (1999). Ainsi, ce qu’ils appellent le « moment intégré », apparu à la fin des années 1970, a succédé au « moment centralisé » et au « moment déconcentré ». Ce « moment intégré » de l’informatique a vu émerger un ensemble de standards et de systèmes visant à rendre le travail des développeurs informatiques non seulement interopérable, mais également évaluable par une personne étrangère au secteur. Ainsi, le secteur de l’informatique n’échappe pas au phénomène de « gestionnarisation » qui, au-delà de la vie économique, s’impose à la société (Craipeau et Metzger, 2011).

L’émergence des sociétés de service en informatique industrielle (SSII)

14Pour William Lazonick, la financiarisation du secteur informatique date du milieu des années 1990, lorsque des entreprises comme IBM ou Cisco, notamment via la distribution de stock-option, privilégient leur rentabilité financière au détriment de la croissance de l’entreprise (Lazonick, 2009, p. 63). Si l’éclatement de la bulle Internet a bien rendu visible ce phénomène, un aspect plus discret de cette financiarisation est lié à l’accroissement de l’externalisation par les entreprises des activités informatiques. Ces dernières années, les sociétés de service en informatique industrielle (SSII), qui le plus souvent portent ces projets d’externalisation, ont ainsi joué un rôle important dans la financiarisation du secteur, qui s’est illustrée par une forte concentration de ces entreprises et une normalisation de l’activité. Aujourd’hui, comme le notent Franck Lacombe et Philippe Rosé́, les SSII ont déplacé le centre de leur activité, du recrutement et de la gestion du personnel vers des aspects financiers, marketing et stratégiques (Lacombe et Rosé, 2011, p. 12).

  • 7 Centré sur le client ce modèle tend à facturer l’usage d’un service et non plus le bien ou le logic (...)

15Dès les années 1990, cette normalisation passe par un ensemble de dispositifs visant à standardiser, à évaluer et à contrôler l’activité. Comme dans d’autres secteurs, les notions de qualité totale, de gestion de projet et les nouvelles théories du management ont également concerné le secteur informatique. Dans le cadre de la conception logicielle, la normalisation des développements passe par l’utilisation de logiciels d’aide à la conception du type CASE (Computer Aide Software Engineering), réduisant d’autant l’autonomie des informaticiens. C’est parce que l’activité des informaticiens a pu être codifiée, évaluée et contrôlée que les entreprises ont ensuite pu externaliser ces services. Les SSII ont accéléré la concentration de l’activité sur du « serviciel »7 et ont achevé de standardiser le secteur, rendant alors les acteurs interchangeables (May, 1993). En effet, comme nous le rappellent Anne Dietrich et Francoise Lozier (2012), entre 1980 et 1998, le nombre de SSII explose, puis suite à des fusions et acquisitions, elles se sont très fortement concentrées, si bien que le plus souvent cotées en bourse : « les vingt-deux plus grandes SSII, en France, représentent près de 50 % du marché total des services et les quatre premières 20 % de ce marché. » (Dietrich et Lozier, 2012, p. 32)

16L’activité des informaticiens est alors très directement orientée vers le marché, autour d’une « triangularisation entre client, employeur et salarié » (Ibid). On assiste alors à une valorisation économique et à une marchandisation du travail des informaticiens, en tant que « savoir expert ».

17Dans leur article de 2009, « La carrière contre le travail ? Savoirs, activités et trajectoires de jeunes experts de la finance et de l’informatique », Michel Lallement et François Sarfati mettent très clairement en parallèle les activités d’expert informatique et d’expert dans la finance. Ils y voient dans les deux cas un déplacement du modèle professionnel vers celui de l’expert :

À la différence des professionnels, ces experts ne bénéficient pas d’une représentation organisée de leurs valeurs et de leurs intérêts. Pour exister socialement, ils doivent composer avec une logique marchande qui les contraint autant qu’elle fournit sens et ressources pour l’exercice de leurs activités. (Lallement et Sarfati, 2009, p119)

  • 8 Dans la littérature managériale, on retrouve l’utilisation du terme « carrière nomade » (Cadin,, Be (...)

18Les carrières des individus sont alors « nomades »8, et leur valorisation se fait avant tout sur une base individuelle. Ce mouvement d’externalisation n’a pas que des sources endogènes, le contexte économique allant également dans le sens d’une financiarisation de nombreux secteurs d’activité. Dans le cas de l’informatique, ce mouvement d’externalisation a également été renforcé par des considérations d’ordre financier et notamment fiscal, dans la mesure où il existe pour les entreprises, en plus de la flexibilité offerte, le recours à des tiers, c’est-à-dire « la possibilité sur un plan comptable d’imputer les dépenses réalisées en investissements de “recherche et développement” plutôt qu’en charges salariales » (Ibid). Dans un contexte d’incitation à l’investissement dans l’innovation, cela permet des économies d’impôts pour les entreprises clientes. De ces multiples facteurs, il résulte que les SSII sont devenues des acteurs incontournables du secteur et du marché du travail, si bien qu’elles représentent aujourd’hui 90 % des recrutements des cadres informaticiens (Ibid, p. 30).

19Lorsqu’apparaît le logiciel libre à la fin des années 1980 et au début des années 1990, le monde des informaticiens n’est donc plus le même qu’à l’âge d’or des débuts. Nous montrerons par la suite que si le développement de l’activité des développeurs de logiciels libres repose sur une contestation de l’ordre gestionnaire, tel que présenté dans notre premier paragraphe, il s’inscrit néanmoins dans la continuité d’une financiarisation de l’activité des informaticiens, illustrée par la monté en puissance des SSII.

Engagement dans le logiciel libre et contestation de l’ordre gestionnaire

20L’implication dans le logiciel libre est présentée par les commentateurs et les principaux acteurs comme le résultat d’une contestation, qui serait porteuse d’un projet politique d’émancipation. On retrouve ce discours, chez les fondateurs et acteurs principaux du logiciel libre, (voir Stallman, 2002 ; DiBona, 1999), mais également dans les premières recherches universitaires sur le sujet (Weber, 2000, 2004) et plus récemment chez les commentateurs francophones (voir Blondeau, 2007, Lazaro, 2008). En revanche, comme nous l’avons fait dans notre enquête de terrain, lorsque l’on interroge les développeurs professionnels sur leur engagement, les raisons exprimées sont très rarement d’ordre politique et ils situent plus volontiers leur engagement dans le logiciel libre comme une contestation de l’ordre organisationnel du développement logiciel qu’ils vivent au quotidien. Notons d’abord que, parmi les développeurs rencontrés, environ 60 % ont déjà travaillé dans les SSII, 20 % chez des éditeurs de logiciels et 40 % dans des entreprises où ils étaient chargés de l’intégration logicielle. S’ils affirment être soumis aux contraintes budgétaires et de marketing dans leur travail au quotidien, l’ancrage de leur activité professionnelle sous la forme de projet (Boltanski et Chiapello, 1999) accentue également leur insatisfaction au travail et les tensions professionnelles.

21C’est lorsque les développeurs de logiciels libres comparent leur activité au sein des communautés au mode de développement en entreprise que l’on comprend mieux cette contestation de l’ordre gestionnaire. Ainsi, ces contraintes s’expriment surtout par le mode projet imposé et par les aspects temporels dont les développeurs n’ont pas la maîtrise.

J’aime bien que le code soit planifié, qu’il soit maintenable. Je me suis rendu compte que dans le monde réel, en pratique, généralement tu as toujours l’inverse. C’est-à-dire tu as toujours le code au dernier moment, tu es toujours sous pression, tu ne prévois pas le futur de ton application, comment elles risquent de se développer donc tu ne prépares pas les choses. Tu es souvent obligé de casser du code. [Homme, ingénieur, 37 ans, employé dans une SSII française]

22La critique adressée par les développeurs porte alors sur le découpage des activités de développement et la nécessité de rendre des comptes à des échéances fixées par la hiérarchie. Selon eux, ces pressions temporelles sur le travail impliquent également des conséquences sur la qualité perçue des logiciels produits. Nous retrouvons ainsi de nombreuses références à la temporalité et à la qualité du travail artisanal, qu’ils opposent à la pratique classique de l’informatique en entreprise :

[Dans le logiciel libre] il y a une culture que certains peuvent trouver délirante du sens du détail, mais c’est un peu comme un artisan qui est très fier de ce qu’il fait et qui va polir même des pièces que personne ne voit et des choses comme ça, et le résultat est là, c’est complément différent. [Homme, développeur, 26 ans, travaillant pour un éditeur français de logiciels dédié à la sécurité]

23De la temporalité, les critiques glissent le plus souvent vers les personnes qui exercent ces pressions au sein de l’entreprise :

  • 9 On appelle « release », l’officialisation de la distribution d’un logiciel.
  • 10 L’activité de « debugage » consiste à trouver et réparer la source d’un dysfonctionnement dans un p (...)

La culture du développement professionnel, c’est les deadlines irréalistes, le rush à la fin pour faire rentrer le truc, qu’on doit réaliser en release9 et quand on release, c’est en l’état, et on laisse les clients debuger10, c’est souvent un peu le cas… Il y a la question surtout du fait qu’on n’est pas pressé, il y a personne pour nous presser, il n’y a pas de gestion de projet, il n’y a pas de project manager. [Homme, 29 ans, ingénieur consultant en SSII]

24Ils cristallisent cette question de pression autour de la figure des managers chargés de l’encadrement de leur travail.

Ce que m’a appris mon expérience dans le logiciel libre, c’est qu’on peut très bien se passer de ces personnes (les managers de projets) et faire un logiciel de qualité, apprécié par les utilisateurs. [Homme, 32 ans, développeur dans une entreprise de télécom]

  • 11 Voir notamment http://notofgeneralinterest.blogspot.fr/2012/01/peter-principle-of-software-developm (...)

25Il est alors intéressant d’observer comment se construit cette contestation, et comment la critique antihiérarchique va remobiliser la notion de méritocratie, pour mieux remettre en cause la légitimité des personnes occupant des positions de direction au sein des entreprises. Les développeurs reprennent ainsi à leur compte une critique formulée dès les années 1960 dans une littérature managériale, antihiérarchique et d’obédience libertaire. Les références au « Principe de Peter » sont à ce titre assez fréquentes. Dans l’ouvrage du même nom, Peter et Hull (1968) avancent avec provocation l’idée selon laquelle les hiérarchies et les méthodes de promotion au sein des entreprises et organisations ont pour résultat que : « tout employé tend à s’élever à son niveau d’incompétence ». Ainsi, dès qu’ils acquièrent des responsabilités managériales, les employés sont « utilisés » pour une activité pour laquelle ils ne sont pas toujours les plus efficaces. On retrouve également cette référence dans de nombreux textes populaires au sein du monde du logiciel libre11. En tentant de créer de l’horizontalité et de contester les hiérarchies dans le processus de réalisation des logiciels, les développeurs de logiciels libres, au nom de l’efficacité, contestent par la même occasion le pouvoir des managers.

Lorsque tu as quelqu’un qui te dit : « voilà ce que pense l’utilisateur et voilà ce qu’il faut faire… » et que cette personne-là n’a jamais aligné deux lignes de code, il y a de quoi enrager. [Homme, 36 ans, ingénieur SSII]

  • 12 Ce phénomène est également à mettre en perspective avec l’augmentation relative de la place des ens (...)

26Plus généralement, les critiques sont adressées à l’encontre du personnel d’encadrement qu’ils identifient comme étant issu d’écoles de commerce ou de formations gestionnaires, ou encore, dans le contexte français, à certains cadres dirigeants issus des grandes écoles d’ingénieurs, mais qui n’ont jamais exercé la profession d’informaticien12. Le rapport au code informatique et sa maîtrise constituent les éléments qui permettent de distinguer ceux qui sont légitimes de ceux qui ne le sont pas. De la même manière que la sociologie industrielle a pu montrer qu’à l’usine, la légitimité des contremaîtres pouvait reposer sur le respect des compétences d’anciens ouvriers qui avaient accédé à cette fonction (Mottez, 1960), on remarque symétriquement que dans le groupe professionnel des développeurs informatique, on conteste l’autorité de ceux qui n’ont pas ou peu exercé d’activités de codage et de programmation informatique.

27Parce qu’il s’oppose aux hiérarchies jugées illégitimes dans les entreprises et aux logiques gestionnaires, le phénomène du logiciel libre entend certes briser les rentes liées à la propriété intellectuelle, mais également et surtout les rentes organisationnelles. Après la « révolte des managers », le recours aux logiciels libres annonce ainsi une revanche des informaticiens.

L’introduction d’un dispositif méritocratique

28À un ordre gestionnaire et aux hiérarchies professionnelles établies, les développeurs de logiciels libres opposent un mode organisationnel différent. Leur contestation passe par la notion de mérite, érigée à la fois en valeur et en principe organisationnel. En étudiant les discours et pratiques, nous verrons comment la mobilisation de la méritocratie va dans le sens d’une forte valorisation individuelle, parfois à contre-courant des principes collectifs et communautaires de groupes de développeurs.

Logiciel libre et méritocratie dans les discours

29Malgré son affichage contestataire, voire libertaire, le travail des développeurs de logiciels libres n’est pas dénué de contraintes. Il obéit à des modes de fonctionnement et de régulation qui lui sont propres. Ces principes sont le plus souvent regroupés dans les « chartes » de ces communautés.

  • 13 Voir les statistiques sur http://searchdns.netcraft.com/

30Cela est par exemple le cas pour le logiciel d’administration de serveur « Apache », l’un des logiciels les plus utilisés ; il est présent sur près de 60 % des serveurs web13 :

  • 14 http://www.apache.org/foundation/how-it-works.html

Lorsque le groupe estime que la personne mérite de faire partie de la communauté des développeurs, il accorde un accès direct au dépôt de code. En augmentant ainsi la taille du groupe, on augmente également la capacité du groupe à développer le programme, à le maintenir et à le faire croître plus efficacement. Nous appelons ce principe de base « méritocratie » : littéralement « le gouvernement par le mérite. »14 (Extrait de la charte Apache)

31Pour la communauté Mozilla, qui conçoit le navigateur Firefox, la question du mérite est là encore primordiale :

  • 15 www.mozilla.org/about/governance.html

Mozilla est un projet open source gouverné comme une méritocratie. Notre communauté est structurée comme une organisation virtuelle où l’autorité est distribuée entre les bénévoles et employés de la communauté, en fonction des capacités de contribution au projet.15 (Extrait de la charte de gouvernance Mozilla)

32Ainsi, même si de nombreuses communautés utilisent des processus et dispositifs d’élection dans la rédaction de leurs chartes, même si, intrinsèquement, il n’y a pas de contradiction entre les deux, elles donnent tout de même la priorité à la méritocratie.

33C’est le cas de la communauté Ubuntu :

  • 16 http://www.ubuntu.com/project/about-ubuntu/governance

Ce n’est pas une démocratie, c’est une méritocratie16. (Extrait de la charte de gouvernance du projet Ubuntu).

  • 17 D’après cette méthode, qui entend répondre au paradoxe mis en évidence par Condorcet, gagne les éle (...)

34C’est également le cas du projet Debian qui a mis en place un dispositif numérique d’élection reposant sur la méthode Condorcet17 :

  • 18 « The Debian Project is not controlled by a board of investors, or a board of directors or a benevo (...)

Debian est un projet qui n’est pas contrôlé par des actionnaires, par un conseil de direction, par un dictateur bienveillant ou un propriétaire privé. C’est une méritocratie avec une élection annuelle du leader et une méritocratie pour les positions clés.18 (Charte Debian)

35Si ces modes de régulation sont divers et nombreux, on retrouve néanmoins comme dénominateur commun la mise en avant de la méritocratie dans les différentes chartes qui régissent ces communautés. Cela en est même presque toujours le principe premier.

36Ce discours est également volontairement repris par les développeurs lorsqu’on les interroge sur leurs pratiques et notamment lorsqu’ils expriment leur perception de la gouvernance du projet. Ce modèle de gouvernance méritocratique s’opposerait non seulement aux modèles hiérarchiques et autoritaires, mais également au modèle démocratique. La disponibilité, l’implication, la réactivité et le travail bien fait sont les principes sur lesquels semble se construire le mérite. Les statuts et positions hiérarchiques sont ensuite « distribués » selon leur appréciation collective.

Il s’agit d’une communauté, mais c’est aussi une méritocratie. Donc, c’est une communauté où l’on travaille ensemble, mais c’est aussi compétitif. […]. Je pense que l’on acquiert un statut lorsque l’on travaille et que l’on prouve qu’on le fait bien. [Femme, 29 ans, ingénieur support au sein d’une entreprise de télécom espagnole]

Oui, c’est le fait que ce n’était pas tenu correctement, il a fallu dire « voilà je vais m’en occuper », c’est souvent vraiment comme ça que les choses marchent dans Debian, ce n’est pas toujours à ce point-là, mais si les choses ne marchent pas correctement, de l’avis d’un développeur, le meilleur moyen de le corriger, c’est de le faire soi-même. Il y a quelquefois des obstructions, mais souvent, globalement, c’est comme ça que ça marche. [Homme, 42 ans, administrateur système dans un centre de recherche français]

37On pourrait résumer le principe de gouvernance de ces communautés en reprenant le mot d’ordre le plus souvent avancé par les développeurs : « c’est celui qui fait qui décide ». Pour expliquer la prise de décision, les développeurs mettent donc en avant l’action effective, qu’ils placent devant les discours, les statuts et les positions hiérarchiques. La construction de la légitimité du pouvoir et le respect des individus reposent sur ces tâches concrètes, effectuées par les individus, et le mérite ou la valeur symbolique qui lui est associée.

C’est une méritocratie donc tu dois commencer à travailler et aussi aider les autres si tu veux en faire partie. […] Il faut sans cesse que tu prouves que tu es viable. Et ça implique que tu dois travailler dur. [Homme, 26 ans, ingénieur R & D, entreprise logistique en Allemagne]

38Dans leur pratique, la méritocratie est érigée en logique d’action qui guide et détermine la « carrière » de ces développeurs et leur maintien au sein des communautés.

Fonctionnement des communautés de développeurs de logiciels libres : méritocratie exacerbée et transparence de l’activité

39Si le mérite et l’effort sont valorisés dans les discours, ce mode de gouvernance se traduit par une très grande fragilité des statuts et une importante réversibilité des positions. Il en résulte une très forte compétition entre développeurs, ce que nous appellerons la méritocratie exacerbée.

40Pour en rendre compte, nous avons suivi l’activité des développeurs du logiciel Debian. Il s’agit d’un projet emblématique du monde du logiciel libre, avec une communauté de près de 1 200 développeurs, et Debian matérialise un des logiciels les plus célèbres et respectés chez les développeurs. Il s’agit d’une distribution dans le sens où, à l’instar des logiciels propriétaires Microsoft Windows ou Mac OS, ce logiciel fait l’interface entre les composants techniques de l’ordinateur et les différents composants logiciels. Le fonctionnement de cette communauté de développeurs repose sur une division sociale du travail qui calque la division technique du logiciel en entités distinctes appelées packages. Chaque développeur est alors responsable du développement de cette partie et doit gérer l’intégration de ses propres composants au sein de modules plus importants. Pour étudier la distribution des places et la mise en action du principe méritocratique, il nous a semblé intéressant de rendre compte de la manière dont la responsabilité de ces composants logiciels et les statuts qui lui sont associés pouvaient être contestés et répartis. Cela se présente avant tout comme un monde de conflits et de rivalités autour des compétences et de la légitimité. Un processus illustre cette activité, il s’agit des NMU (Non-Maintainer Upload ou Chargement des packages non maintenus). Le lancement d’une procédure NMU est le signe d’une forte critique vis-à-vis du mainteneur d’un package. Il s’agit le plus souvent, pour celui qui le lance, de reconstituer en parallèle une partie du programme censée résoudre le problème qui n’a pas été résolu par son mainteneur principal. Ce nouveau programme, s’il est efficace et s’il est adopté par d’autres personnes, peut alors se substituer au package original. Dans ce cas, il s’agit d’une NMU réussie et l’ancien package, n’ayant plus de raisons d’exister, disparaît de fait.

Quelqu’un a fait une NMU sur mon package. En as-tu entendu parler ? Parce que je pense qu’à cette période j’étais en voyage… bref je n’étais pas connecté. Donc à cette période, bien sûr j’aurais pu dire : « ok mon package, je ne peux pas le débuger maintenant parce que je n’ai pas d’ordinateur. » Mais quelqu’un a fait une NMU et ça a vraiment touché à ma fierté. Vraiment c’était un choc. Mais bon, il a fait du bon travail, et maintenant c’est ok. [Homme, 32 ans, développeur dans une entreprise de télécom]

41Nous pouvons ici citer le cas particulier du passage du package Gnome. Le package Gnome était maintenu par un développeur unique, qui faisait l’objet de critiques portant sur des critères techniques, mais aussi sur ses relations avec les autres développeurs.

Christian Mxx, pendant très longtemps, a maintenu les packages de Gnome et il y a plusieurs personnes qui ont considéré que ce travail était catastrophique, en particulier au niveau humain, dans les relations avec les autres développeurs ou avec les développeurs en amont. [Homme, 24 ans, ingénieur stagiaire entreprise conception de composants informatique]

42L’ensemble des personnes ont alors décidé de maintenir les autres packages Gnome, afin d’exercer une pression sur le développeur en question :

Pendant longtemps, ça a été de le contraindre pour qu’il accepte de collaborer donc on a commencé par monter l’équipe, pour les packages qui n’étaient pas maintenus par Christian Mxx. Ce qui est apparu comme bizarre au premier abord, parce qu’il maintenait les packages les plus importants que ce soit Gnome Session, Gnome Panel, tous les packages vraiment du cœur de Gnome, et il y a eu de plus en plus une certaine pression de la part de l’équipe et ça a fait tout un tas de packages autour, qui étaient finalement mieux maintenus, et il a fini par abandonner, par abandonner tous ses packages… [Homme, 24 ans, ingénieur stagiaire entreprise conception de composants informatique]

43Tels qu’ils sont présentés dans ces conflits, les enjeux portent principalement sur l’activité concrète des développeurs. Les valeurs et qualités légitimes sont basées sur le mérite en termes de disponibilité, de compétences et d’effort. Celui qui n’y répond pas risque de se voir disqualifié, et son travail repris par d’autres.

44Le processus de contournement n’est pas uniquement présent pour la gestion des entités comme les packages, on le retrouve également dans plusieurs outils qui gravitent autour du projet, mais qui sont néanmoins pivots. Parmi ces derniers, on trouve des sites et applications Web, comme Popularity Contest. Parce que ce site était victime de disfonctionnements chroniques, un développeur français a décidé de le réhabiliter, non pas en le rénovant, mais en créant de toutes pièces un site alternatif. Tout comme le processus de dépossession évoqué précédemment, il ne s’agit pas d’une action semblable à une NMU :

Non, là, c’est carrément Hijack, c’est pas vraiment NMU, […] NMU, c’est quand tu le fais une fois, quand vraiment tu récupères le package complètement, en général ça veut dire que tu as adopté le package. Donc parfois on dit Hijack si on n’est pas sûr que le mainteneur était d’accord.
– Hijack ?

Oui, pirater, tu sais. Mais bon, c’est plutôt un jeu de mots parce que, en général… Le vrai NMU, c’est quand tu as un bug, tu sais que le type chargé de le corriger le fera dans deux mois et qu’il faut absolument que ce soit corrigé tout de suite, tu fais une NMU. [Homme, 33 ans, chercheur en informatique)

45Par la suite, le nouveau site a servi de référent, on parle alors de piratage (Hijack) dans le sens où le développeur a détourné les données d’un autre développeur. Il s’agit bien entendu d’un piratage légal, les données contournées étant en effet libres et accessibles à tous les développeurs.

46L’impératif d’efficacité et l’application stricte de ce modèle méritocratique impliquent donc un climat de compétition permanente, au sein duquel se développe une culture du piratage.

47La veille de l’activité des autres développeurs et leur contournement sont possibles grâce à la transparence propre aux dispositifs. En effet, les logiciels libres rendent transparente cette activité, puisque chaque action de codage ou d’échange sur les listes de discussion laisse des traces, qui sont automatiquement archivées sur des dispositifs de gestion des versions, tels que Current Version System (CVS)19. Ces dispositifs enregistrent chaque nouvelle entrée ou modification, et en créent un historique disponible pour tous. La nécessité de cet archivage est avant tout opérationnelle. Ce type de stockage de l’information « par différence » permet un travail collectif sur un même fichier, avec la sécurité de toujours pouvoir récupérer la version précédente. L’ouverture et la transparence des traces induisent également un archivage avec un historique dans lequel toute l’activité est inscrite et grâce auquel les réputations de chacun se forgent.

  • 20 On retrouve une discussion de cette notion de méritocratie scolaire dans Breen et Goldthorpe (2001)

48Si le logiciel libre adopte la méritocratie comme principe de fonctionnent, on observe qu’il ne s’agit cependant pas ici d’une méritocratie purement « scolaire »20 dans laquelle le plus qualifié ou bien celui qui acquiert le plus de compétences lors d’une carrière a l’opportunité de monter les échelons plus rapidement, et où l’on obtiendrait un statut basé sur les qualités et compétences de chacun : chacun selon ses dons et ses mérites. Dans le cas du logiciel libre, un développeur qui obtient un certain statut peut, du jour au lendemain, se le voir contesté et confisqué. Il ne s’agit donc pas d’une méritocratie de type scolaire où la valorisation est cumulative et repose sur les efforts passés. Dans le cas présent, la notoriété des développeurs est constamment remise en question. Si un développeur ne contribue pas ou peu, il peut être remis en cause à tout moment, indépendamment de ce qu’il a pu faire auparavant.

  • 21 Il n’est donc pas étonnant de voir que le modèle de valorisation choisi par les entreprises du logi (...)

49Le développeur, en mettant en avant dans ses pratiques le caractère méritocratique, crée une mise en concurrence exacerbée. La valorisation du mérite, associée à sa traçabilité, permet une visibilité de ces « savoirs experts » et une valorisation individuelle. Cette individualisation de la compétence, rendue objectivable par les traces, et sa mise en concurrence n’est pas incompatible avec la logique de marchandisation présente dans les SSII.21

Utilisations managériales de ces dispositifs

50Si des dispositifs tels que les logiciels libres se sont construits à la marge de l’entreprise, a posteriori, on observe une certaine utilisation opportuniste de ceux-ci. C’est notamment le cas des entreprises utilisatrices de logiciels libres. Sur le modèle du nouvel esprit du capitalisme (Boltanski et Chiapello, 1999), on a ici un exemple typique de récupération de la critique et de son intégration dans une industrie. En interrogeant des chefs de projet travaillant dans des entreprises sur le développement de logiciels libres, nous avons pu localiser cette utilisation à deux niveaux : d’une part pour le recrutement des nouveaux développeurs au sein des entreprises, et d’autre part dans le contrôle du travail des salariés.

Comment le logiciel libre devient-il un dispositif de recrutement ?

51La question du recrutement professionnel des développeurs est centrale pour notre problématique, car c’est dans l’articulation entre logiciel libre et marché du travail que la méritocratie, dans son sens premier, c’est-à-dire l’attribution des positions sociales et professionnelles selon le mérite individuel, prend tout son sens.

52En effet, de nombreux professionnels que nous avons rencontrés étaient en charge pour tout ou partie du recrutement de nouveaux développeurs au sein de leurs entreprises. On voit que ces recruteurs ont très vite saisi l’intérêt de ces dispositifs, qui reposent sur des traces concrètes censées rendre compte de l’implication et de la diversité des compétences mobilisées. Ces traces deviennent alors des éléments d’évaluation des compétences en vue d’un recrutement. C’est ainsi qu’à partir de ces traces se met en place un processus d’évaluation, qui permet de juger de la qualité du travail effectué et de repérer les réputations de chacun. Formulant un parallèle avec le monde académique et l’évaluation par les pairs, les recruteurs prennent en compte ces éléments dans les critères qui interviennent dans les recrutements.

Il y a la revue des pairs dans le logiciel libre, la revue des pairs, c’est quand on regarde ce que font les autres pour voir si c’est bien ou pas, donc les gens ont une réputation assez rapidement. [Homme, 37 ans, responsable recrutement entreprise logiciel libre de plus de 100 salariés]

53Mais les procédures d’évaluation prennent également en compte d’autres traces, telles que les messages laissés sur les listes de discussion, comme l’explicite ce recruteur chez Morgan Stanley :

Non, mais ça n’a pas d’importance, ils te connaissent, si tu participes dans les mailing lists, on voit ton nom et plus on voit ton nom, plus on considère que tu es quelqu’un de sérieux. [Homme, responsable sécurité, Morgan Stanley]

54D’autres entreprises en pointe dans ce secteur ont également institutionnalisé ce mode d’évaluation avec des procédures de recrutement qui reposent en partie sur l’analyse des traces d’activité, à commencer par le code lui-même.

Ici, chez Google, on a un système d’entretien particulier, tu as d’abord un entretien classique avec les RH, mais après, il y a encore un entretien sur ce que tu as réellement fait, qui est plus technique, basé sur le code, et là on voit la réputation, c’est très clair. [Femme, 33 ans, responsable de projet open source chez Google]

  • 22 Selon Benkler (2006, p. 46-47), depuis 2002 pour IBM, le chiffre d’affaire autour du logiciel libre (...)
  • 23 http://www.theinquirer.net/inquirer/news/1028463/ibm-patents-method-for-paying-open-source-voluntee (...)
  • 24 p. 224-228. Cité dans Dubar et Tripier (1998, p. 126)

55On voit alors que cette question du recrutement des développeurs de logiciels libres est devenue un enjeu majeur pour les firmes du secteur. C’est ainsi qu’IBM, qui, depuis 1999, investit massivement dans le logiciel libre et recrute de nombreux développeurs22, a breveté une méthode de rémunération des développeurs de logiciels libres23. On voit alors émerger une stratification du champ des développeurs avec, au sein des entreprises, deux classes de développeurs. Il s’agit d’une part d’une structuration entre les développeurs de logiciels libres et les autres développeurs et, d’autre part, d’une hiérarchisation, au sein de ce « marché d’excellence », basée sur la production du capital réputationel. En reprenant les mots de Magali Larson, la méritocratie et ses dispositifs « légitiment le monopole de la compétence par ceux qui ont eu la chance de réussir dans ce système »24.

Contrôle panoptique du travail

56Le second type d’utilisation de ces dispositifs concerne le contrôle et l’évaluation du travail. L’ouverture et la transparence des logiciels et de leur code rendent possible la coopération entre développeurs, mais également le contrôle externe de la production et de l’activité. Ces dispositifs de contrôle sont utilisés à de nombreux niveaux hiérarchiques, notamment pour la gestion des équipes et la division du travail propre au logiciel libre tend à s’implanter dans les entreprises. Ces nouvelles entreprises se calquent pour leur fonctionnement sur le modèle du logiciel libre. Ainsi, l’entreprise Canonical se décrit comme une entreprise « distribuée ». En effet, comptant à peine plus de 100 salariés, les développeurs employés par l’entreprise sont répartis dans 27 pays.

57Sur le modèle du logiciel libre, les employés participent et se coordonnent d’une manière distribuée, via Internet, ils utilisent un Control Version System (CVS), des listes de discussion et la messagerie instantanée. La gestion des équipes se fait également de manière totalement distribuée, et ceci même dans des entreprises plus classiques telles que la banque Morgan Stanley :

On évalue sur le travail qui est fait, pas sur le temps passé à le faire. On paie les personnes assez bien, et cela, peu importe le temps qu’ils passent au bureau. Ils peuvent aussi travailler depuis chez eux, et ils viennent au bureau deux ou trois fois par semaine. Moi, j’habite dans la même ville que celle où je travaille, donc je dois rester chez moi, peut-être une fois par semaine. Par exemple, quelqu’un a du déménager en Afrique du Sud pour des raisons personnelles et il continue à travailler pour nous depuis l’Afrique du Sud. C’était ça ou on perdait cette personne donc... [Homme, responsable sécurité, Morgan Stanley]

58Si l’étude du télétravail (Craipeau, 2010), a permis mettre en évidence une réduction des coûts fixes pour l’entreprise et une flexibilité accrue de la main d’œuvre, on voit ici un accroissement du contrôle du travail individuel, via la transparence, qui prend plusieurs formes.

59D’un point de vue purement organisationnel, la transparence et la traçabilité de l’activité offertes par le logiciel libre permettent donc un contrôle du travail. L’idée n’est pas nouvelle, et dès les années 1990, des philosophes comme David Lyon (1994) ont mis en avant les potentielles dérives de contrôle que pouvaient induire les nouvelles technologies numériques. Reprenant l’idée du contrôle panoptique de Bentham, qui agit comme « un état conscient et permanent de visibilité qui assure le fonctionnement automatique du pouvoir » (Foucault, 1975, p. 233), le philosophe insiste sur l’intériorisation du contrôle chez les individus. Chez les sociologues, Jean Pierre Durand (2003), lorsqu’il parle de « chaines invisibles », illustre le caractère paradoxal du renforcement du contrôle dans des entreprises qui proclament de plus en plus les principes d’autonomie.

60Dans le cas du logiciel libre, l’ouverture et la transparence peuvent également être mobilisées dans une visée panoptique, le contrôle de l’activité et du travail n’est plus uniquement réalisé par les supérieurs hiérarchiques, mais chaque développeur/collaborateur peut juger du travail de chacun. C’est ainsi que certaines entreprises mettent en avant les caractéristiques du logiciel libre pour mobiliser et créer une sorte d’injonction à la qualité. C’est notamment le cas au sein de l’entreprise IBM, qui utilise le logiciel Eclipse, et dont un ancien cadre nous relate ainsi les propos tenus par certains dirigeants lors d’une convention interne au milieu des années 2000 :

Maintenant, vous êtes obligés de faire de la qualité, il n’y a pas que votre boss qui juge de la qualité de votre code, mais aujourd’hui le monde entier voit ce que vous faites.

61On voit donc se décliner une forme subtile de contrôle du travail et des salariés. Cela passe par la mobilisation technique de ces dispositifs, mais également par la mobilisation des valeurs et principes tels que l’ouverture et la transparence qui, dans l’ordre actuel, peuvent difficilement être contestés. La méritocratie exacerbée, mise en avant précédemment, va également dans ce sens, en valorisant l’engagement individuel dans l’entreprise et en rendant légitimes les places de ceux qui les occupent. Cette légitimation est d’autant moins contestable qu’elle repose sur des traces objectives. Grâce à la mise en équivalence de ces traces et la légitimation méritocratique qui lui sont associées, les dispositifs du logiciel libre outillent donc la construction des « carrières nomades » de ces développeurs.

Conclusion

62En s’opposant au modèle industriel tel que celui incarné par Microsoft, le mouvement du logiciel libre critique et contredit dans sa pratique l’ordre gestionnaire. Nous avons cependant vu qu’il y substituait des pratiques et dispositifs qui vont dans le sens de la financiarisation de l’informatique et que ce secteur tend à récupérer ces dispositifs pour en intensifier le contrôle.

63Dans ce contexte, la mobilisation récurrente de la notion de méritocratie peut sembler d’autant plus paradoxale. Le principe de méritocratie, tel qu’il est mobilisé ici, est un argument efficace pour briser les rentes de l’ordre gestionnaire. Nous avons vu qu’il n’était en revanche pas du tout incompatible avec le développement d’un secteur hautement financiarisé, comme c’est le cas pour les SSII. Cela semble au contraire pouvoir accompagner le mouvement d’individualisation des acteurs, caractéristique de la financiarisation du secteur.

64Déjà, dans son pamphlet de 1958, Michael Young anticipe le caractère paradoxal de la mobilisation de la notion de méritocratie. En effet, lorsqu’il imagine une application jusqu’au-boutiste du principe méritocratique, il aboutit à l’instauration d’un monde strictement déterminé. Young présente ainsi la société méritocratique comme une société invivable, où les individus n’ont plus de raisons de se révolter contre la hiérarchie existante, l’ordre étant déterminé en fonction des capacités de chacun. Nous voyons ici que la trajectoire d’un dispositif tel que le logiciel libre et son utilisation par les entreprises traduit ce même parcours et peut créer le même genre d’effets pervers.

65D’autre part, on pourrait être tentés de souligner que le phénomène n’est pas nouveau et que la littérature ces dernières années a déjà mis en avant, notamment via l’étude des progiciels de gestion, la réutilisation en terme de contrôle du travail de dispositifs numériques initialement destinés à la coordination (Berry, 1993 ; Segrestin, Darrèon et Trompette, 2004 ; Winck et Penz, 2008). Ce qui distingue le logiciel libre en entreprise de ces dispositifs et ce que nous avons montré dans cet article est sa trajectoire singulière. Introduit dans l’entreprise par un groupe professionnel qui comptait sur ses principes méritocratiques pour s’autonomiser des contraintes managériales, il a paradoxalement aidé à diffuser les dispositifs techniques de son propre contrôle.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Arthur Michael B. & Denise M. Rousseau (ed.) (1996), The boundaryless career. A new employment principle for a new organizational era, Oxford University Press.

Bell Daniel (1973), The Coming of Post-Industrial Society: A Venture in Social Forecasting Basic Books, New York.

Benkler Yochai (2006), The Wealth of Networks: How Social Production Transforms Markets and Freedom, New Haven, Connecticut, Yale University Press.

Berry Michel (1993), Une technologie invisible – L’impact des instruments de gestion sur l’évolution des systèmes humains, Cahiers du CRG Paris,

Blondeau Olivier (2007), Devenir Média. L’activisme sur Internet, entre défection et expérimentation, Éditions Amsterdam,

Boltanski Luc & Ève Chiapello (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Braverman Harry (1974), Labour and monopoly capital: The degradation of work in the twentieth century, New York & London, Monthly Review. 

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Breen Robert & John H. Goldthorpe (2001), « Class, mobility and merit: the experience of two British birth cohorts », European Sociological Review, vol. 17, n° 2, 81-101.
DOI : 10.1093/esr/17.2.81

Cadin Loic, Bender Anne-Françoise & Véronique Saint-Giniez (1999), « Au-delà des murs de l’entreprise. Les carrières “nomades”, facteurs d’innovation », Revue française de gestion, n° 126, 58-67.

Coris Marie (2006), « Chronique d’une absorption par la sphère marchande : les sociétés de services en logiciels libres », Gérer et Comprendre, n° 84, 12-23.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Craipeau Sylvie (2010) « Télétravail : le travail fluide », Quaderni, 71, p. 107-120.
DOI : 10.4000/quaderni.534

Craipeau Sylvie & Jean-Luc Metzger (2011), « La gestionnarisation de la société : de la volonté de maîtrise à la déréalisation », Mana. Revue de sociologie et d’anthropologie, n° 17-18, mai 2011, 23-40.

Demazière, Didier, Horn, François & Nicolas Jullien (2005), « Le travail des développeurs de logiciels libres. La mobilisation dans des “communautés distantes” », Cahiers lillois d’économie et de sociologie, n° 46, 2e semestre, 171-194.

Derouet Antoine2010, « L’invention de l’autre formation des ingénieurs : débats et controverses autour des enseignements non techniques au milieu du xxe siècle », Cahier de RECITS, UTBM, n° 7, Belfort.

Dubar Claude & Pierre Tripier (1998), Sociologie des professions, Paris, A. Colin.

Durand Jean-Pierre (2003), La chaîne invisible, Seuil.

Ensemenger Nathan (2011), The computer boys take over: computers, programmers, and the politics of technical expertise, Cambridge, Massachusetts, MIT Press.

Foucault Michel (1975), Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

Friedman Andrew (1977), Industry and Labour: Class Struggle at Work in Monopoly Capitalism, London, MacMillan.

Greenbaum Johan (1995, trad. 2006), Fenêtres sur les lieux de travail, Paris, Éditions Myoho.

Kraft Philip (1977), Programmers an Managers: The Routinization of Computer Programming in the United States, New York, Springer.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kraft Philip & Steven Dubnoff (1996), « Job Content, Fragmentation, and Control in Computer Software », Industrial Relations, vol. 25, n° 2, 184-195.
DOI : 10.1111/j.1468-232X.1986.tb00679.x

Lacombe Franck & Philippe Rosé (2011), Entreprises de services et économie numérique, Paris, Nuvis – Phebe Éditions.

Larson Magali (1977), The rise of professionalism: a sociological analysis, Berkeley, University of California Press.

Lazonick William (2009), Sustainable Prosperity in the New Economy? Business Organization and High-Tech Employment in the United States, Kalamazoo, Upjohn Institute Press.

Lazaro Christophe (2008), La liberté logicielle – Une ethnographie des pratiques d’échange et de coopération au sein de la communauté Debian, Bruxelles, Academia-Bruylant.

Linux Fondation (2013), 2013 Linux Jobs Report http://www.linuxfoundation.org/publications/linux-foundation/2013-linux-jobs-report

Lyon David (1994), The Electronic Eye: The Rise of Surveillance Society, University of Minnesota Press.

Maugeri Salvatore (dir.) (2006), Au nom du client. Management néolibéral et dispositifs de gestion, Paris, L’Harmattan.

May Nicole (1993), La mobilité professionnelle des ingénieurs-logiciels : le cas d’un service de génie logiciel, Paris, GIP.

McKinsey & Company (1969), « Unlocking the Computer’s Profit Potential », Computers & Automation, 18.

MERIT (2006), Study on the: Economic impact of open source software on innovation and the competitiveness of the Information and Communication Technologies (ICT) sector in the EU, Final Report, International Institute of Infonomics University of Maastricht

Mottez Вernard « Du marchandage au salaire au rendement », Sociologie du travail, 1960, 2(3), 206-215.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Muselli, Laure (2008), « Le rôle des licences dans les modèles économiques des éditeurs de logiciels open source », Revue Française de Gestion, n° 181.
DOI : 10.3166/rfg.181.199-214

Peter Lawrence & Hull Raymond (1968), The peter principle, Buccaneer Books.

Pichault François (1990), Le conflit informatique, Bruxelles, Éditions universitaires et De Boeck université.

Segrestin Denis, Darréon Jean-Louis & Pascale Trompette (2004), Le mythe de l’organisation intégrée. Les progiciels de gestion, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Solow Robert (1987), « We’d better watch out », New York Times Book Review, July 12, 1987.

Stallman Richard (2002), Free Software, Free Society: Selected Essays of Richard M. Stallman, GNU Press.

Stevens Hélène & Marc Zune (1999), « Entre profession, organisation et marché : le rapport au savoir des informaticiens », communication au Colloque International du RC 52 (Sociologie des Groupes professionnelles), « Savoir, travail et organisation », Université de Saint-Quentin-en-Yvelines.

US departement of Health, Education and Welfare (1973), Special Taskforce Report, Work in America, MIT Press.

Weber Steven (2000), The Political Economy of Open Source Software, Berkeley, BRIE Working Paper.

Weber Steven (2004), The Success of Open Source, Cambridge, Harvard University Press.

Young Michael (1958), The Rise of the Meritocracy, 1870-2033: An Essay on Education and Equality, Baltimore, MD.

Zune Marc (2006), « De la pénurie à la mobilité : le marché du travail des informaticiens », Formation Emploi, n° 95.

Haut de page

Notes

1 Selon l’étude du MERIT (2006), on estime que le logiciel libre était à l’époque, utilisé par 40 % des entreprises privées.

2 « You can see the computer age everywhere except in the productivity statistics ». (Solow, 1987 p. 36).

3 Ensmenger Nathan (2010, p. 267) nous montre la circulation de ce rapport dans des revues comme Management Science, le Journal of Business ou MIS Quaterly

4 « Many otherwise effective top management... have abdicated control to staff specialist ». McKinsey & Company (1969), « Unlocking the Computer’s Profit Potential », Computers & Automation, 18, p. 24-33, cité par Ensmenger Nathan (2010).

5 « Only managers can manage the computer in the best interests of the business. The companies that take this lesson to heart today will be the computer profit leaders of tomorrow. » Cité par Ensmenger Nathan (2010, p. 147).

6 Kraft, Philip et Dubnoff, Steven (1996, p. 194).

7 Centré sur le client ce modèle tend à facturer l’usage d’un service et non plus le bien ou le logiciel.

8 Dans la littérature managériale, on retrouve l’utilisation du terme « carrière nomade » (Cadin,, Bender, Saint-Giniez., 1999), traduction du terme « boundaryless carreer » (Arthur et Rousseau, 1996).

9 On appelle « release », l’officialisation de la distribution d’un logiciel.

10 L’activité de « debugage » consiste à trouver et réparer la source d’un dysfonctionnement dans un programme informatique.

11 Voir notamment http://notofgeneralinterest.blogspot.fr/2012/01/peter-principle-of-software-development.html

12 Ce phénomène est également à mettre en perspective avec l’augmentation relative de la place des enseignements en économie et gestion dans les écoles d’ingénieur (Derouet, 2010) mais également dans les parcours scolaires, avec l’augmentation du nombre de passage par des troisièmes cycles de management à l’issue des études d’ingénieur.

13 Voir les statistiques sur http://searchdns.netcraft.com/

14 http://www.apache.org/foundation/how-it-works.html

15 www.mozilla.org/about/governance.html

16 http://www.ubuntu.com/project/about-ubuntu/governance

17 D’après cette méthode, qui entend répondre au paradoxe mis en évidence par Condorcet, gagne les élections la personne qui, tour à tour, comparée aux autres choix, s’avère la plus appréciée. http://www.debian.org/vote/

18 « The Debian Project is not controlled by a board of investors, or a board of directors or a benevolent dictator, or a private owner. It is a meritocracy with yearly elected leader, and meritocratic key functional positions. » http://wiki.debian.org/WhyDebianForDevelopers

19 http://cvs.nongnu.org/ On peut noter ces dernières années une multiplication des dispositifs similaires tels que Subversion http://subversion.apache.org/ ou encore GIT http://git-scm.com/

20 On retrouve une discussion de cette notion de méritocratie scolaire dans Breen et Goldthorpe (2001).

21 Il n’est donc pas étonnant de voir que le modèle de valorisation choisi par les entreprises du logiciel libre a pris le nom de « Sociétés de service en logiciel libre » (ou SSLL). Il reprend donc à la fois le nom et le modèle économique des SSII (Coris, 2006).

22 Selon Benkler (2006, p. 46-47), depuis 2002 pour IBM, le chiffre d’affaire autour du logiciel libre a dépassé celui lié aux licences logicielles, pour atteindre 2 milliards de dollars en 2003. Selon les études plus récentes de la Fondation Linux, en 2013, 93 % des entreprises informatiques emploient ou envisagent d’employer des professionnels du logiciel libre (Linux Fondation, 2013).

23 http://www.theinquirer.net/inquirer/news/1028463/ibm-patents-method-for-paying-open-source-volunteers

24 p. 224-228. Cité dans Dubar et Tripier (1998, p. 126)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Vicente, « Le logiciel libre : un dispositif méritocratique ? », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 26 octobre 2013, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://nrt.revues.org/1070

Haut de page

Auteur

Michael Vicente

Université de technologie de Compiègne – COSTECH

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue par
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Les cahiers de Revues.org