Navigation – Plan du site
Corpus – Financiarisation et travail

Refonder l’entreprise ? Éléments de réflexion pour une autre gestion

Reshaping the company: elements for another management
¿Cuál es la alternativa a la hegemonía de los accionistas? Reflexiones en torno a “otra” gestión
Jean-Luc Metzger, Salvatore Maugeri et Daniel Bachet

Résumés

Les usages dominants des indicateurs comptables, si structurant dans la gestion des entreprises d’aujourd’hui, ont été réduits à une simple méthode d’étalonnage de la performance financière. Une littérature dorénavant abondante souligne l’importance des effets dysfonctionnels de cette conception de la gestion, tant sur « l’efficacité économique » que sur la santé des travailleurs. Face à une pratique tendanciellement hégémonique, l’article souligne que d’autres manières de faire les comptes et de gérer les entreprises (cotées en bourse ou non) sont possibles. Cela suppose, notamment, de contenir la recherche des seuls intérêts financiers des détenteurs de capitaux. Pour analyser ces pratiques alternatives de gestion, l’article examine d’abord les effets sur le travail et sur l’emploi que produisent, dans un nombre de situations de plus en plus grand, les stratégies des groupes industriels et financiers agissant au sein d’un univers économique dérèglementé. Il présente ensuite les résultats d’enquêtes effectuées dans plusieurs PME qui ont choisi des critères de gestion orientés par la recherche de la « valeur ajoutée » et non par la maximisation du profit. En faisant exister l’« entreprise », entité productive distincte de la « société » de capitaux qui la porte, cette autre comptabilité ne vise plus un optimum financier, mais s’inscrit dans la recherche d’un optimum économique et social global, susceptible de valoriser le travail et l’emploi. Il ne s’agit par pour autant de nier certaines limites inhérentes à cette conception alternative de la gestion, mais de rappeler d’abord qu’une autre comptabilité est possible et qu’elle peut être mise en œuvre dans des entreprises qui arrivent à pérenniser leurs activités ; il s’agit de souligner ensuite que toute quantification est porteuse d’une vision du monde, de l’entreprise et du travail : envisager de changer les règles du jeu économique ou le management des entreprises suppose au préalable une transformation en profondeur de la comptabilité. C’est ce que pointe l’article en conclusion.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article vise à prendre au sérieux les discours et les pratiques des spécialistes de la gestion, en particulier les experts de la finance, en tant qu’ils ont grandement contribué à l’essor d’un fait social d’ampleur mondiale ayant entraîné des bouleversements dramatiques pour l’ensemble de la planète. Nous voulons parler de la financiarisation de l’économie.

2La première partie de ce texte reconstitue les fondements sociaux de cette dynamique et en précise le sens, à partir d’une revue de la littérature spécialisée. Nous y analysons l’hégémonie acquise par les détenteurs de capitaux sur le devenir des entreprises, via l’emploi de dispositifs comptables élaborés par les nouveaux experts de la gestion. L’industrie financière a, en effet, été un puissant vecteur de normalisation sociale, auquel peu d’individus, de groupes ou d’organisations ont pu échapper, notamment quand il s’est agi de définir les critères de l’efficacité ou de la performance des entreprises. Nous présentons rapidement les principaux indicateurs économiques ou financiers produits par les spécialistes du chiffre pour mesurer « objectivement » la « valeur créée pour l’actionnaire », indicateur réputé résumer à lui seul la santé de l’économie et le bien-être collectif. Cette analyse met en évidence la manière dont les détenteurs de capitaux ont réussi à faire porter sur les épaules des seuls salariés le poids des risques financiers et des responsabilités entrepreneuriales. Une section, consacrée à l’étude du cas Molex-Villemeur, illustre la manière dont ces thèses sont mises en œuvre. Elle montre également combien il est difficile de déconstruire les évidences du sens commun managérial et de faire vivre publiquement une autre idée de la gestion, qui est aussi une autre idée de l’entreprise.

3Si telle est la situation dominante pour de nombreuses entreprises dans de nombreux pays, il est nécessaire de rappeler que d’autres représentations et d’autres pratiques de gestion peuvent être envisagées, y compris au cœur des économies les plus riches.

4La seconde partie est justement consacrée à l’analyse d’une expérience de construction d’indicateurs alternatifs de gestion dans plusieurs PME françaises ayant opté pour une autre approche de leurs comptes, grâce aux conseils d’un consultant dont nous avons analysé le travail. Ces formes alternatives de comptabilité sont basées sur une conception différente de l’entreprise, de la valeur et du rôle des travailleurs dans la création de valeur. Ces visions originales du chiffre gestionnaire – jusqu’ici peu médiatisées, rarement présentées dans les établissements d’enseignement supérieur – s’appuient sur la décision de distinguer le volet productif de la firme (« l’entreprise ») de son volet juridico-financier (nous l’appellerons « société », Bachet, 2007). Ce choix conceptuel sera explicité tout au long de ce texte. Comme nous le verrons, les dirigeants de ces PME privilégient le développement de « l’entreprise » – celui de la « société » devant lui être subordonné. Ce choix conduit à une autre construction et un autre usage des indicateurs d’efficacité ou de performance, lesquels sont insérés dans une définition renouvelée des finalités (institutionnelles, industrielles, sociales, etc.) de l’entreprise ; ils sont partiellement co-construits avec des représentants des salariés, ce qui témoigne de la distance séparant ce type de management de celui préconisé par les tenants de la « création de valeur pour l’actionnaire ».

5Loin de soutenir que ce type de construction alternative des comptes résoudrait, comme par enchantement, tous les problèmes inhérents aux conflits d’intérêts entre le travail et le capital, nous en examinerons les apports, avant tout pour montrer que les choix comptables effectués par l’écrasante majorité des entreprises ne relèvent d’aucune nécessité immanente aux logiques économiques : ils résultent d’un résistible processus d’imposition sociale, montrant ainsi qu’une autre comptabilité est possible, donc une autre vision de l’entreprise et de ses parties prenantes. Et surtout, une autre vision du partage des richesses créées par « l’entreprise » et aujourd’hui essentiellement captées par la « société » dirigée par les détenteurs de capitaux.

I. La financiarisation des économies comme vecteur d’une normalisation sociale au profit des détenteurs de capitaux

  • 1 Il est admis par la plupart des commentateurs, que la libéralisation financière a commencé à la fin (...)

6Une abondante littérature, en économie comme en sociologie, fournit des résultats convergents permettant de dresser un portrait des transformations récentes que connaissent un grand nombre de sociétés à l’échelle de la planète. Parmi les accords et les engagements signés à un niveau international – notamment, dans l’Union européenne ou au sein de l’OCDE – nombreux sont ceux qui visent à fluidifier les échanges marchands à l’échelle planétaire, à accroître le champ d’extension de la marchandisation et à instaurer la compétition comme le principe moteur de toute activité sociale. Par vagues successives d’« indispensables réformes », de « virages », de « choix courageux », la volonté de respecter cette triple finalité s’est traduite, dans les pays du Nord comme du Sud, par des mesures de dérèglementation des économies et de libéralisation financière1.

7Dans cette première section, nous allons dresser d’abord le tableau des changements ayant marqué les stratégies d’entreprise et qui nous permettent de parler de financiarisation de l’économie, en en précisant à la fois le sens et les sources. Dans un deuxième temps, nous examinerons comment l’emploi de certains indicateurs de la comptabilité financière a permis à la vision patrimoniale de l’entreprise de devenir hégémonique, au détriment de conceptions alternatives accordant plus d’attention aux salariés, à l’environnement ou aux clients.

1. L’institutionnalisation du primat de l’intérêt du détenteur de capital

8De la même manière que le mode de régulation fordiste a été permis et mis en place par les institutions économiques conçues par les États et organismes internationaux au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, on peut dire que loin d’émerger spontanément par une sorte de dynamique interne aux échanges, le stade contemporain de développement du capitalisme financier doit beaucoup aux mesures prises par les gouvernements libéraux et sociodémocrates et aux accords internationaux, ceci dès les années 1970 : en décompartimentant et provocant la désintermédiation des systèmes bancaires, en privatisant de nombreuses grandes sociétés de capitaux, en rendant plus flexibles les marchés de l’emploi dans les pays où existait un droit du travail relativement favorable aux salariés, les nouvelles législations nationales et internationales ont autorisé la formation d’un nouveau stade du capitalisme. De façon schématique, disons que le nouveau contexte législatif a accéléré des processus déjà à l’œuvre de centralisation autour de pôles financiers interconnectés (les grandes bourses formant la Global City), de concentration du capital financier dans des fonds d’épargne collective (fonds de pension, fonds d’investissement, etc.) et de restructuration de l’industrie financière. Cette concentration, qui se développe à l’échelle mondiale, concerne à la fois le secteur bancaire proprement dit et les marchés financiers, c’est-à-dire les bourses.

9La crise financière globale, débutée dans les années 2007-2008, a confirmé ce processus au travers de la fusion et du rachat de grandes banques multinationales. En France, alors que la concentration avait été particulièrement nette dans les années 1990 avec la constitution de groupes de taille mondiale multi-activités (finance, banque, assurance), la crise financière s’est traduite par la disparition de Fortis et la faillite de Dexia, ainsi que par la filialisation de certaines activités moins rentables. Aux États-Unis, la crise s’est traduite par un mouvement de concentration, suite à la faillite de nombreuses banques et à la constitution de groupes bancaires et financiers (Lebaron, 2010).

  • 2 Dans le vocabulaire de la finance, cette capacité de vendre et acheter des titres est qualifiée de (...)

10Nous considérerons que c’est cet ensemble de transformations articulées qui constitue la financiarisation des économies. Celle-ci se caractérise sommairement par : a) une plus grande capacité des acteurs institutionnels – marchés financiers, banques, fonds d’investissement, etc. – à acheter et à revendre très rapidement, à l’échelle du monde, de grandes quantités d’actions, ce qui renforce l’indépendance relative des investisseurs vis-à-vis du devenir des entreprises ainsi partiellement – et continuellement – vendues et achetées au gré des fluctuations boursières2 ; b) une restructuration permanente du secteur financier lui-même (concentration, fusions, absorption, nouveaux « produits », etc.), accroissant la capacité d’action des institutions financières qui en résultent ; c) une capacité accrue à orienter les évolutions des firmes – ce qu’on nomme l’économie « réelle » –, du fait de cette concentration et de cette indépendance relative.

11Dans la plupart des entreprises, qu’elles soient donneuses d’ordres ou sous-traitantes, qu’elles soient cotées ou appelées à l’être, l’atteinte d’objectifs financiers – dits de « rendements » – s’est ainsi progressivement imposée comme la finalité principale de l’activité managériale, réduisant drastiquement la prise en compte d’autres considérations (sociale, professionnelle, environnementale, mais aussi de production industrielle). Les normes de performance et de rentabilité qui pénètrent la plupart des domaines de la société trouvent, pour partie, leur origine dans cette libéralisation financière qui a imposé ses propres schémas normatifs (étalonnage des performances, quantification, benchmarking, etc.) et ses propres priorités.

12À ce titre, la normalisation financière agit comme un puissant vecteur de normalisation sociale – normalisation au service des détenteurs de capitaux.

  • 3 Une présentation détaillée des articulations entre restructurations de l’industrie financière et tr (...)

13Les mesures prises pour libéraliser le secteur financier et le développement proprement dit de la financiarisation ont tout particulièrement retenti sur la sphère du travail – c’est ce qui nous occupe ici avant tout3. Leurs effets cumulés ont conduit les dirigeants des firmes à se concentrer sur les moyens de demeurer compétitifs, entendus comme « être moins cher que la concurrence », tout particulièrement en s’approvisionnant au moindre coût (externalisations productives et mises sous pression des sous-traitants ou des fournisseurs) et en recherchant une baisse continue du coût apparent du travail. C’est dans ce cadre que les restructurations, les réductions d’effectifs et les délocalisations – ou les menaces de délocalisation – prennent tout leur sens. Ces tendances ne sont certes pas nouvelles, mais les transformations du cadre macro-économique au profit de la sphère financière, en mettant l’accent sur la compétitivité prix, déplacent l’action stratégique vers l’amélioration de la valeur financière des firmes, à partir de données de plus en plus déconnectées du travail réel et supposées permettre une comparaison objective, presque instantanée, entre firmes, établissements, secteurs, etc. C’est ce que montre, tout particulièrement, N. Fligstein (1997 ; 2001), en étudiant l’évolution du système financier américain au cours des années 1990.

14L’émergence de l’impératif de valeur actionnariale vise notamment à contrôler les dirigeants des grandes sociétés en alignant leurs intérêts sur ceux des investisseurs. Une communauté d’intérêts se met alors en place entre ces hauts dirigeants, dont les formes de rémunération sont directement indexées sur l’évolution des cours boursiers, et le secteur financier, dominé par les détenteurs de capitaux (banques, petits actionnaires), actionnaires de contrôle et propriétaires (Morin, 2011 ; Peyrelevade, 2005). En revanche, la situation des salariés évolue négativement. Ce sont eux qui vont supporter à la fois la flexibilité de l’emploi et le risque dévolu autrefois aux investisseurs : leurs revenus réels, en particulier, vont stagner, par contraste avec l’augmentation considérable des rémunérations des agents du système financier, tandis que leur emploi va devenir de plus en plus incertain, à travers la précarisation de larges couches du salariat, même le plus « stable ». Ainsi, l’un des effets de la financiarisation sur les stratégies du gouvernement de l’entreprise, en privilégiant la rémunération des investisseurs et des marchés financiers, est d’inverser la relation entre l’investissement productif et la finance (Lordon, 2003 ; Roubini et Mihm, 2010). On peut dire que rien n’est jamais suffisant pour la « société » (de capitaux) et que l’entité « entreprise » (et ses salariés) doit consentir à tous les sacrifices.

15Si cette analyse est partagée par de nombreux auteurs, en particulier les économistes dits hétérodoxes, mais pas seulement, il convient encore d’expliciter les principes et les pratiques par lesquels la financiarisation des économies contraint les évolutions du travail. Un tel projet suppose d’entrer un peu plus avant dans le laboratoire de la comptabilité capitaliste, en envisageant, par quelques exemples, comment les règles comptables incorporent des visions du monde, de l’entreprise et du partage des richesses créées.

2. L’efficacité des firmes vue de l’industrie financière

16La question ici est de savoir comment les attentes des investisseurs institutionnels, oubliant délibérément « l’entreprise », se concentrent exclusivement sur le versant juridico-financier des firmes (la « société ») et comment ces attentes se traduisent en termes d’indicateurs de performance financière consultés par les marchés, dans un jeu spéculaire dangereux, à la source notamment des bulles financières qui ont éclaté ces dernières décennies (Orléan, 2009) et dont les salariés, après les investisseurs – et plus qu’eux sans doute –, ont à subir les conséquences.

2.1 Définition, choix et usage des indicateurs de rendement

17Comme le montre F. Lordon (2000), les marchés financiers – en réalité, essentiellement « les grands gestionnaires de l’épargne collective » (Gomez, 2013) – ont mis au point un jeu d’indicateurs afin de définir le degré de profitabilité des firmes cotées en bourse ou y envisageant leur entrée (c’est ici que se matérialise la « société »). Ces indicateurs constituent autant de façons d’interpréter et de quantifier la relative indétermination du concept de valeur pour l’actionnaire, en en fixant le mode de calcul. Il fallait en effet expliciter comment mesurer la « valeur créée » du point de vue des détenteurs de capitaux.

18Les méthodes d’appréhension de la valeur pour l’actionnaire ont évolué au cours du temps. Issues de préoccupations comptables, elles ont intégré de plus en plus des considérations financières.

  • 4 Earnings before Interest, Taxes, Depreciation, and Amortization (ou revenus avant intérêts, impôts (...)
  • 5 Issu de l’EBITDA, l’EBIT : Earnings before Interest and Taxes correspond aux revenus avant intérêts (...)
  • 6 Il s’agit d’un indicateur comptable mesurant la rentabilité d’une firme en rapportant son résultat (...)
  • 7 Le ROE est proche du ROCE à la différence que le résultat est cette fois rapporté aux seuls capitau (...)
  • 8 Ces indicateurs n’ont pas tous fait l’objet d’une normalisation dans la comptabilité internationale (...)
  • 9 L’EVA (c’est aussi une marque déposée) vise à mesurer la richesse créée pour l’actionnaire, en part (...)

Petit excursus dans les méthodes de calcul de la performance financière de l’entreprise
Aux côtés de calculs sommaires tels que la variation de la capitalisation boursière d’une entreprise ou le bénéfice réalisé par action, les financiers ont introduit une série de ratios de performance économique (ou de profitabilité) comme l’EBITDA4 ou l’EBIT5, puis de rentabilité économique comme le ROCE (Return on capital employed ou retour sur capitaux investis)6ou de rentabilité financière comme le ROE (Return on Equity ou taux de rentabilité des capitaux propres)7. Ces indicateurs, dont on précisera le sens plus loin, n’ont pas été créés avec la financiarisation des économies, mais se sont généralisés alors que le capital financier prenait un poids prépondérant. Ils se sont imposés aux yeux des investisseurs comme des outils privilégiés pour évaluer les « vertus » comparatives des entreprises8.
Ce qui caractérise sans doute plus nettement le virage de la financiarisation, c’est l’invention de nouveaux indicateurs – parfois brevetés –, objets d’un véritable commerce sur le marché concurrentiel des cabinets de conseils. Le cas le plus emblématique est sans doute celui de l’EVA (Economic Value Added ou Valeur économique ajoutée), qui est devenu l’indicateur le plus ambitieux pour identifier « les gains véritables des propriétaires de l’entreprise » et sans doute le plus répandu. Lordon précise : « en s’inscrivant à l’intersection du financier et de l’économique, il s’adresse aussi bien à l’actionnaire […], qu’au chef d’entreprise » (Lordon, 2000)9. Saisir les caractéristiques, les soubassements théoriques et le mode de conception de ces indicateurs constitue une première voie d’accès à la boîte noire au sein de laquelle les stratégies financières et industrielles se combinent pour définir les pratiques de gestion encadrant le travail et l’emploi. En d’autres termes, une plongée dans la comptabilité de gestion semble un détour obligatoire pour le sociologue du travail. Ce que nous proposons plus loin dans l’article.

De la profitabilité à la rentabilité

19Le premier indicateur utile pour les actionnaires est bien évidemment la profitabilité de l’entreprise, c’est-à-dire le fait de dégager un « résultat » positif au regard de l’activité accomplie (grosso modo : chiffre d’affaires-charges). Rappelons que le « résultat » appartient juridiquement parlant aux actionnaires. Même si, quand on parle de sociétés cotées, les actionnaires minoritaires peuvent être plus intéressés par la partie versée sous forme de dividendes, la profitabilité se traduit le plus souvent par l’appréhension du bénéfice par action. Une information de ce genre est intéressante, mais encore incomplète aux yeux des actionnaires.

  • 10 Et elle se mesure grâce au ROCE (Return on Capital Employed), comme on l’a vu.
  • 11 Et elle se mesure grâce au ROE (Return On Equity).

20C’est pourquoi les experts en gestion ont ensuite conçu des indicateurs permettant une appréhension de la rentabilité. Cette notion étalonne les résultats dégagés en les rapportant aux « moyens » mis en œuvre par l’entreprise, entendus au sens des capitaux apportés à l’activité. Selon le type de rentabilité visée, on s’intéressera à l’ensemble des capitaux apportés sous forme de dettes financières (emprunts bancaires par exemple) et de capitaux propres (capitaux apportés par les actionnaires), et il s’agit alors de rentabilité économique10, ou uniquement aux capitaux propres (ceux qu’apportent les actionnaires sous forme d’injection de capitaux ou laissent dans l’entreprise sous forme de réserves)11.

21C’est à Dupont de Nemours, au début du xxe siècle, que l’on doit ce type d’approche de la comptabilité. Il avait le premier envisagé de décomposer la rentabilité économique en différents indicateurs, plus à même de pénétrer le fonctionnement de l’entreprise. L’originalité de cette conception de la rentabilité repose sur une appréhension des résultats effectivement dégagés au regard des moyens financiers réellement apportés par les actionnaires. Elle privilégiait donc déjà l’intérêt les investisseurs. Cependant, les financiers ont finalement considéré ce type d’approche comme trop tournée vers le passé et d’une utilité limitée d’un point de vue normatif et prospectif. C’est pourquoi l’innovation comptable a encore joué, en proposant de nouveaux indicateurs, en s’inspirant d’autres sources.

  • 12 Notamment par le modèle d’évaluation des actifs financiers (ou MEDAF), fortement critiqué depuis ma (...)
  • 13 Répétons-le, le « coût du capital » désigne en fait sa rémunération moyenne sur le marché. Pour un (...)

22* Dès la fin de xixe siècle, l’économiste Marshall (1890) avait formalisé une approche intégrant plus directement la nécessité de dégager un résultat et donc d’une rentabilité minimum, en considérant que cette dernière devait être supérieure à un certain taux de rendement pour l’actionnaire. Il ne s’agissait plus de dégager un résultat, mais un « bénéfice résiduel » après prise en compte d’une « rémunération » récurrente des capitaux engagés. Les théories financières des marchés, à l’équilibre des années 1950-1960, apportèrent les soubassements théoriques12 nécessaires à l’établissement de cette « rémunération des capitaux » ou « taux de rentabilité exigés par les apporteurs de capitaux », également appelé « coût du capital »13. Le taux de rentabilité exigé se calcule alors en ajoutant au taux d’intérêt « sans risque », une prime de risque de marché (globalement de krach boursier), calculée en tenant compte de la manière dont le cours d’une action amplifie ou atténue les fluctuations d’un indice boursier considéré, ainsi que des primes de risques additionnelles selon l’indice pris comme référence.

23Tout était donc en place pour qu’un cabinet de consultant, Stern et Stewart, décide de proposer, en 1982, un nouvel indicateur, l’EVA, visant précisément à mesurer la « valeur créée pour l’actionnaire ». Leur astuce consista à proposer un indicateur censé expliquer la différence entre la capitalisation boursière d’une société (cours de bourse × par le nombre d’actions), c’est-à-dire la valorisation à un prix de marché du patrimoine des actionnaires, et le montants des capitaux propres enregistrés selon les règles comptables, correspondant aux capitaux réellement apportés à l’entreprise par les actionnaires (au moment de la prise de participation). Selon les financiers, la capitalisation boursière d’une société intègre en effet la perception par les marchés financiers de ses résultats futurs et donc de son potentiel de développement estimé, contrairement aux états financiers comptables, qui n’enregistrent qu’un état dépassé. L’écart précédemment cité se retrouverait en sommant les bénéfices résiduels actualisés (ou EVA) dégagés à l’infini par les sociétés, ce qui est, soulignons-le, bien aventureux.

Triomphe de l’esprit de rente

  • 14 Le souci de défendre d’abord les intérêts de l’actionnaire est clairement affirmé par les « pères » (...)

24Sans entrer dans le détail du mode de calcul de cet indicateur, il suffit de dire, comme l’explique fort bien Lordon (2000), que l’EVA constitue pour les actionnaires une super rente, dans le sens où cet indicateur intègre non seulement une rémunération récurrente et minimale pour les actionnaires (via un taux de rentabilité exigé, étalonné sur la rentabilité moyenne du capital sur le marché), mais également un surplus de profit censé leur revenir en raison de leur prise de risque. En somme, cet indicateur a un double objectif : améliorer la prédictibilité des rendements financiers des firmes (ce qui intéresse tout investisseur au moment de son choix d’actifs) ; assurer un « partage de la valeur ajoutée, faisant sa juste part à l’actionnaire » (Lordon, 2000)14. Sur ce second point, l’EVA permet, d’une part, de garantir un revenu minimum à l’actionnaire et, d’autre part, un surplus obtenu une fois rémunérés tous les apporteurs de fonds. Chercher à obtenir un EVA positif revient à considérer qu’une firme crée de la valeur, non seulement quand elle dégage du profit ou lorsque son résultat est suffisamment abondant pour assurer le « revenu minimum » de l’actionnaire, mais quand elle permet de rémunérer les actionnaires au-delà du rendement des placements « garantis ».

25Certes, l’EVA ne s’est pas imposé par sa seule vertu intrinsèque. Il a fallu plus d’une décennie à ses propagandistes pour convaincre les milieux d’affaires de l’adopter, d’abord aux États-Unis, puis dans la plupart des pays développés. De nombreux efforts de communication et de conviction de la part de ses concepteurs ont été nécessaires auprès des médias spécialisés et des institutions de formation du management. Finalement, l’importance prise par la référence à l’EVA doit se concevoir comme l’accès à une position de monopole sur le marché de la définition opérationnelle de la valeur pour l’actionnaire (Lordon, 2000).

Un benchmarking mondialisé au service de la liquidité absolue

  • 15 S’agissant de justifier cette obsession du « bien-être » de l’actionnaire, le co-fondateur et actue (...)

26Retenons pour l’instant qu’avec l’EVA– mais également avec les autres indicateurs évoqués plus haut –, la contrainte de rentabilité (financière) au service de l’actionnaire a gagné en intensité15. Il ne suffit plus désormais d’organiser le travail et de le gérer pour dégager du profit, comme cela était le cas dans le régime fordien des Trente Glorieuses, où un propriétaire s’estimait heureux si le cours de ses actions ne baissait pas et que quelques dividendes étaient versés en fin d’exercice. Il s’agit cette fois de tout mettre en œuvre pour maximiser en permanence le revenu de l’actionnaire, à travers un benchmarking constant visant l’identification de la meilleure rentabilité, la recherche obsessionnelle de l’action ou du dividende le plus performant – entendu au sens d’allant au-delà du rendement des produits garantis.

  • 16 Un actif – un bloc d’actions – est liquide s’il est aisé de l’acheter et de le vendre rapidement, s (...)

27Le mécanisme d’ensemble est calé sur l’impératif de la liquidité financière, cette possibilité d’acheter et vendre au plus vite16. Et dans ce travail de recherche de maximisation, il ne s’agit plus d’apprécier la valeur économique de l’entreprise, fondée sur son bilan comptable, son savoir-faire, sa position de marché, etc., mais bien de capter sans cesse une valeur supplémentaire – un « surprofit », un profit au-delà de la rémunération déclarée « normale » du capital, et estimé représenter le prix du risque financier. Dans ce modèle, ce n’est plus l’« entreprise » – entité productive – qui est appréciée et valorisée – le projet de l’entreprise demeure d’ailleurs complètement indifférent aux actionnaires –, mais le rendement de l’actif financier géré par la « société », calculé à partir de modèles mathématiques abscons et tous aussi contestable les uns que les autres.

28La conséquence d’une telle hégémonie dans la représentation de « l’entreprise » est que l’ensemble des risques (en dehors du risque boursier) est transféré de l’investisseur vers l’entreprise et ses travailleurs. Ce sont les modalités de ce transfert de risque qu’il convient d’expliciter, toujours à partir du cas de l’EVA.

2.2 Le déport du risque sur « l’entreprise » et ses salariés

  • 17 Ce point est clairement explicité par le cabinet Stern & Stewart, « Value principles should be inte (...)

29Pratiquement, l’utilisation de l’EVA est la suivante : les directions financières, supposées refléter les attentes des marchés, fixent une valeur cible à leur indicateur de rentabilité. Cette valeur est alors prise en compte par les directions opérationnelles de l’entreprise pour arbitrer entre différents projets et différents modes de gestion susceptibles de réaliser les prévisions financières attendues17 ; l’incitation à respecter les directives financières est d’autant plus suivie qu’elle est accompagnée de mesures de sanction en cas de non-respect (Coutrot, 1998 ; Lordon, 2009). C’est donc par le biais d’une double articulation que les décisions de la sphère financière pénètrent jusque dans les ateliers et les bureaux. Tout d’abord, la direction financière du groupe (représentant en cela la « société ») interprète/anticipe la valeur de l’EVA qu’exigent les marchés en général ou les actionnaires en particulier. Cette première médiation débouche sur des objectifs de rendement financier déclinés par entité comptable du groupe. Ensuite, les dirigeants des départements opérationnels (représentants de l’entreprise) négocient à leur tour ces objectifs, souvent dans une concurrence entre départements, sites, filières, programmes, etc. Cette seconde médiation se matérialise, notamment, par la fixation d’objectifs de performance économique et productive, s’accompagnant de restructurations, de décisions d’introduire des dispositifs de gestion ou d’encourager un certain type de management, d’accorder la priorité à tel projet de développement réputé moins risqué (financièrement).

30On peut donc dire que, si les normes de rentabilité financière ne s’imposent pas mécaniquement et directement aux salariés, si elles supposent un travail de management permanent dans les entreprises, elles n’en sont pas moins prégnantes et déterminantes : d’une part, parce que les différentes composantes des directions sont personnellement intéressées à l’atteinte des normes financières via le versement d’importantes primes en cas d’atteinte des objectifs, perspective qui aiguillonne sans cesse leur comportement, et, d’autre part, parce que l’ensemble des personnels, via les entretiens annuels d’évaluation, s’engagent à son tour sur des objectifs qui sont issus des décisions imposées en cascade depuis le sommet stratégique de la « société » jusqu’aux derniers des opérateurs de chaque entité productive constituant « l’entreprise » (Maugeri, 2011).

31Par ailleurs, en communiquant sur la valeur de cet indicateur, les dirigeants des firmes envoient un signal fort aux marchés pour que soit prise en compte la rémunération des actionnaires. Ces derniers constituent un rappel à l’ordre constant dans l’action quotidienne des managers, dont le sort est suspendu aux informations financières communiquées chaque trimestre désormais en direction des marchés. En somme, s’il y a bien des médiations internes aux entreprises, si la financiarisation n’agit pas mécaniquement, mais par le biais d’actes de management renouvelés chaque jour, et soumis de ce fait à de nombreux aléas, le fait d’imposer une norme de rentabilité financière a priori, et la manière dont cette norme est mise en œuvre concrètement – en utilisant des dispositifs de gestion sophistiqués – témoignent de l’emprise des conventions imposées aux salariés par les détenteurs de capitaux (Lordon, 2009). La productivité, la compétitivité ou la performance s’expriment dans des critères et des outils dont l’objectif premier est de valoriser le patrimoine des détenteurs de capitaux.

  • 18 Par exemple, 15 % pour la rentabilité des capitaux propres, comme cela peut être le cas depuis le m (...)
  • 19 On peut alors parler d’un effet de « dé-réalisation » consécutif à la centration excessive sur les (...)

32Cela est particulièrement lourd de conséquences sur les conditions de travail, quand s’accroît démesurément le fossé entre le niveau des exigences financières18 et les possibilités productives des entreprises : vouloir atteindre des seuils de rentabilité financière incompatibles avec les structures matérielles de l’économie conduit obligatoirement à des décisions contradictoires avec le développement durable des firmes et se traduit par des pressions excessives sur le travail, ignorées par les dirigeants. Focalisés sur les indicateurs financiers de court terme, pressés par les actionnaires ou propriétaires de satisfaire aux normes de rentabilité, les dirigeants voient leur attention détournée des questions relatives à la bonne marche de leur entreprise (connaissance des évolutions des marchés, investissements dans l’innovation, maintien des compétences, etc.)19. Les mesures les plus simples, aux effets les plus immédiats, sont toujours privilégiées : la réduction des coûts, le report de décisions d’investissement et le recours aux licenciements.

  • 20 Pour une analyse appliquée à une firme bien précise de ce processus, voir Brissaud (1999) qui rend (...)

33On peut dire alors que le fossé s’ouvrant entre la norme de rentabilité financière et les capacités techniques, organisationnelles, commerciales et humaines de la firme est symptomatique d’un rapport de force pour la définition de l’efficacité, des priorités et tout compte fait, de la finalité même des entreprises, désormais entièrement soumises aux exigences des investisseurs20. L’accent inconsidérément mis sur ce type d’indicateur souligne le rapport d’interdépendance dissymétrique dans lequel les marchés financiers, en imposant une norme peu réaliste, conduisent les dirigeants à agir avant tout pour atteindre cette norme, soit en rationalisant l’outil de production de façon préjudiciable sur le long terme (par exemple, à travers des pertes de compétence) et intenable pour les personnels, soit en recourant à des opérations comptables pouvant aller jusqu’à la manipulation des comptes (Boyer, 2011).

34Quant aux petites et moyennes sociétés non cotées en bourse, elles sont souvent directement affectées par la logique de ce capitalisme actionnarial, en raison des liens financiers (participations) ou industriels (sous-traitance) qu’elles entretiennent avec les grandes sociétés cotées. C’est ce que nous voudrions illustrer à présent avec le cas de l’entreprise Molex-Villemeur, un cas parmi tant d’autres de « management financier ». Nous allons y analyser les effets de l’emprise de la finance sur le travail et sur l’emploi dans cette PME rachetée par une multinationale particulièrement dynamique (Molex). Cette société internationale est un important fabricant de composants électroniques (systèmes d’interconnexion électriques et de fibre optique, commutateurs, circuits intégrés, outillage), présente sur les cinq continents. Son chiffre d’affaires s’est élevé, en 2009, à deux milliards de dollars. Tournée auparavant vers l’innovation technologique, l’entreprise a mis en place une stratégie financière qui illustre à merveille le divorce entre « l’entreprise » et la « société », conduisant à la fermeture d’une de ses filiales françaises, pourtant parfaitement saine. Le pilotage de l’entreprise par les outils de gestion fidèle à la doxa économique (calcul de la marge et du coût de revient pour maximiser l’excédent brut d’exploitation) a privilégié la dimension financière de court terme, négligeant les conséquences à plus long terme de ses décisions, notamment, sur les dimensions socioproductives et commerciales.

3 Molex-Villemeur : exemple emblématique d’une  restructuration conduite sous l’emprise de la gestion financière

  • 21 Nous nous appuyons ici sur l’ouvrage rédigé par des salariés de l’entreprise (Cabanis, 2010) et sur (...)

35Pour illustrer l’impact socioéconomique d’une stratégie à dominante financière, examinons les étapes par lesquelles une firme innovante française – la société Labinal créée en 1932, à Villemeur, en Haute-Garonne – a progressivement été démantelée et réduite à l’état d’indicateurs de gestion au sein du tableau de bord d’une multinationale cotée à la bourse de New York21. En 2000, la famille fondatrice cède à l’État l’entreprise dans le cadre d’une restructuration du secteur aéronautique. Les salariés, majoritairement des techniciens, sont embauchés par la Snecma : Société nationale d’étude et de construction de moteurs d’avions. Le rachat est accompagné d’une dissociation entre les activités de câblage – séparées de Labinal – et les activités de connectique automobile, intégrées dorénavant au sein de la société Cinch, appartenant à Labinal. C’est le premier temps du démantèlement de l’entreprise française.

  • 22 La Snecma fusionnera en 2005 avec la Sagem pour former le groupe Safran.
  • 23 Molex est un groupe coté au Nasdaq, le deuxième marché d’actions des États-Unis et le plus gros mar (...)

36En 2003, la société Snecma, en voie de privatisation22, cède l’activité connectique de Cinch au groupe américain Molex23 qui reprend les outils, les clients et transfère aux États-Unis les doubles des moules et de l’outillage, ce qui était un mauvais démarrage du point de vue des activités françaises. En octobre 2008, Molex informe le comité d’entreprise de sa décision de fermer le site de production français et de transférer la production en Chine. Ce projet intervient à la suite d’un plan de réorganisation mondiale annoncé en juin 2007. Pourtant, comme l’établit l’expert-comptable mandaté par le comité d’entreprise, la société Molex-Villemur ne rencontrait pas de difficultés financières. Elle était même à la pointe de la technologie dans la connectique automobile et « l’usine de Villemur-sur-Tarn a généré le plus fort taux de résultat parmi l’ensemble des sites de la division automobile de Molex » (Cabanis, 2010). Ces éléments suggèrent que l’intention initiale du groupe était, vraisemblablement, avant tout de faire monter le cours de l’action et, à tout le moins, souligne que le sort industriel de l’entreprise ne représentait plus un enjeu pour la « société », malgré des résultats financiers plus qu’honorables : sans doute avait-on estimé qu’une délocalisation chinoise améliorerait encore les résultats et la rentabilité de l’activité.

  • 24 HIG Capital est un fonds d’investissement spécialisé sur le créneau des petites et moyennes entrepr (...)

37En décembre 2009, après un long et intense conflit social, Molex-Villemur est fermée, une partie de ses activités et de ses salariés (environ 60 sur 280) étant repris par le fonds d’investissement américain HIG24. En mars 2010, le ministère de Travail, contre les avis des inspecteurs du travail, appuie la direction en validant le licenciement des salariés restants pour « motif économique », et ce, malgré des bénéfices très significatifs affichés pour l’année fiscale 2008 (1,2 million d’euros). Ce sont ainsi plus de 200 salariés qui sont licenciés, cinq ans après l’arrivée de Molex à Villemur-sur-Tarn. L’entreprise originelle a maintenant disparu ou presque.

38Plusieurs faits permettent de soutenir que la logique financière associée à l’entité « société » a joué contre la logique de développement industriel, associée à l’entité « entreprise » : malgré des bénéfices et une capacité d’innovation importante (Molex-Villemur dépose encore des brevets en 2008), le site est fermé, permettant ainsi aux dirigeants du groupe d’afficher une dynamique de réduction continue des coûts, tout en ne conservant que la fraction jugée strictement nécessaire (15 ingénieurs) pour produire des connaissances lucratives (les brevets). Mais les enseignements de ce cas ne s’arrêtent pas là. Ils témoignent tout autant de la grande difficulté des salariés – et de certains élus locaux – à agir pour préserver, non seulement l’emploi, mais également le potentiel de développement industriel – savoir-faire technique et commercial – d’une région. C’est là un autre aspect de la financiarisation : la distance croissante entre les centres de décision – ici, les dirigeants américains agissant pour accroître la valeur financière – et les établissements de production proprement dits. Dans le capitalisme financiarisé et déterritorialisé, les dirigeants ne se sentent pas responsables des conséquences sociales de leurs choix : à la fois parce que l’usine de Villemur-sur-Tarn n’a de sens, pour ses centres de décisions « hors-sol », que convertie en données quantifiées, intégrées à un benchmarking mondialisé ; et parce que leur regard se fonde sur l’analyse de tableaux de bord réputés mesurer « objectivement » la seule chose qui compte à leurs yeux : la création de valeur financière.

39En d’autres termes, pour les dirigeants de la société Molex, l’entreprise de Villemeur est une structure productive utilisée avant tout comme un instrument au service des détenteurs de capitaux : elle ne présente d’intérêt que dans la mesure où son utilisation – achat, vente partielle ou totale, contrôle – correspond aux attentes financières des actionnaires de contrôle et des cadres dirigeants de confiance. La direction et le management n’ont que très marginalement pris en compte l’entité « entreprise » dans ses dimensions de structure productive (monde physique des produits et critères de gestion orientés vers une efficacité économique et sociale globale). Pour les salariés, à l’inverse, l’entreprise est un outil de travail et de création de richesses (au sens de production de biens et de services). La menace de licenciement les a poussés à sortir de leur réserve et à s’aventurer sur le terrain médiatique pour montrer qu’ils se préoccupaient objectivement du développement industriel de l’entreprise et de ses responsabilités socioéconomiques. Que cet investissement en temps et en énergie n’ait pas abouti et que la voix de « l’entreprise » n’ait pas été entendue, confirment l’emprise d’une finance globalisée sur une économie locale et rappellent l’inégale distribution des capacités d’agir des différentes catégories d’acteurs.

3.1 Hégémonie des représentations patrimoniales dans l’espace public

40L’issue du conflit Molex, signant la défaite des salariés et la disparition de l’entreprise familiale de départ, illustre l’immensité du chemin à parcourir pour permettre aux salariés de faire reconnaître une autre approche de la gestion de l’entreprise et leur rôle dans la création de la valeur. Non seulement, comme l’a théorisé F. Lebaron (2010), la croyance économique en l’efficacité des marchés – ici financiers – structure le fonctionnement du champ médiatique, ce qui réduit d’autant la possibilité de faire entendre une pensée alternative. Mais en plus, les rapports de dominations entre actionnaires, dirigeants et salariés sont naturalisés dans l’utilisation la plus répandue des dispositifs de gestion financière, et la prégnance des indicateurs de rentabilité interdit de « penser autrement l’économie ».

  • 25 Contrairement à la comptabilité anglo-saxonne centrée sur le chiffre d’affaires et le coût de produ (...)

41Ainsi, au-delà du choix de tel ou tel indicateur financier, il est important de souligner la centralité prise par la notion de résultat, qui ne représente que ce qui revient aux actionnaires… Or, en France, dans des années 1950 aux années 1970, le concept de valeur ajoutée occupait une place tout aussi importante d’un point de vue macro et micro-économique. La valeur ajoutée était, à cette époque, considérée comme centrale dans la perspective du rapprochement de la comptabilité des entreprises et de la comptabilité nationale. La présentation des comptes des entreprises par nature de charge25 (production de l’entreprise – et non uniquement le chiffre d’affaires –, consommation des matières premières, salaires, etc.) devait permettre, en effet, de calculer une valeur ajoutée par entreprise et obtenir, par sommation, le PIB. Par ailleurs, la valeur ajoutée permet une autre approche du revenu de l’entreprise dans le sens où elle représente ce que les différents acteurs de l’entreprise (salariés, entreprise, actionnaires, banquiers, État) apportent en sus de la consommation des matières premières pour développer la production de l’entreprise. Par cette approche, les salariés sont ainsi considérés comme des bénéficiaires du revenu créé et non comme des charges. Cette analyse a été formalisée dans les années 1970 par la Centrale des bilans de la Banque de France. Elle a également été déclinée directement dans la gestion des entreprises par les expérimentations mises en œuvre dans une perspective autogestionnaire dans l’ex-Yougoslavie (sous Tito). Nous verrons, dans la suite des développements, qu’il est possible de décliner dans les choix mêmes de l’entreprise cet indicateur, à rebours des approches financières dominantes.

3.2 Intérêt sociologique de la comptabilité

42Ces remarques soulignent la nécessité de – mais aussi la difficulté à – examiner le détail des opérations comptables pour décrypter le « sens commun » managérial, identifier les choix opérés, mais aussi la pluralité des solutions envisageables. Les calculs comptables n’ont rien de cette force irrépressible que les « décideurs » affectent angéliquement de prêter aux chiffres. Les décisions de fermeture, délocalisation, restructuration, etc., s’appuient sur des indicateurs dont le sens et la validité doivent être « déconstruits », ce qui permet de proposer une vision alternative du devenir de l’entreprise. Des analyses similaires pourraient être faites à propos d’indicateurs encore plus « financiarisé », comme l’EVA ou des diverses formes de calcul de la rentabilité dont on a parlé plus haut et qui présentent le même biais : non seulement, ils sont fondés sur des conventions financières discutables (comme la notion de « coût du capital ») et peuvent conduire à vider l’entreprise de sa substance (en réduisant par exemple tout investissement supposé ne pas rapporter suffisamment au regard du taux de rentabilité exigé), mais ils affectent de s’appliquer à l’entreprise, quand il ne font que parler de la « société » de capitaux qui la dirige.

43En marge de ces usages dominants d’indicateurs financiers hégémoniques, il existe des tentatives pour procéder autrement, pour calculer autrement, à partir d’autres postulats et en mettant en œuvre des dispositifs de gestion alternatifs. Pour illustrer cette assertion, nous allons rendre compte de deux expériences, issues de deux cas d’entreprise, qui nous semblent riches d’enseignement. Il ne s’agit pas pour autant de faire l’éloge de la méthode de calcul que l’on va présenter et discuter. Celle-ci ne sera au demeurant qu’effleurée et elle comporte assurément des défauts et limites que des experts du chiffre mettraient vite en lumière. Il s’agit avant tout de démontrer qu’une approche alternative de la comptabilité est possible, que certains dirigeants en comprennent l’intérêt et cherchent à l’appliquer dans la gestion de leurs affaires. Juger de sa pertinence sociale exigerait une recherche longitudinale, inscrite dans la durée, et la mise en place d’un protocole d’évaluation qui prenne en considération la totalité des acteurs et de leurs intérêts respectifs. Nous ne pourrons livrer ici qu’une analyse ponctuelle, indiquant le chemin à suivre pour aller vers « d’autres comptabilités ».

II. L’efficacité des firmes vue de l’économie « socialement responsable »

  • 26 P.-L. Brodier, concepteur de la méthode VadWay, est le promoteur d’une comptabilité et d’un managem (...)

44Dans le cadre d’une recherche effectuée pour la DARES, en 1998, un des auteurs de ce texte a conduit une première enquête sur plus d’une dizaine d’entreprises, essentiellement des PME (Bachet, 1998). D’autres investigations ont été poursuivies dans plus de trente entreprises, en collaboration avec un consultant en management P.-L. Brodier26. Les entreprises traitées sont des PME de 30 à plus de 200 salariés, issues de secteurs très différents (électronique, menuiserie, textile, BTP, etc.). Ces entreprises ont un chiffre d’affaires annuel se situant entre 10 et 50 millions d’euros et un total de bilan qui n’excède pas 43 millions d’euros. Ces entreprises ne dépendant pas de grands groupes cotés en bourse, elles disposent à ce titre d’une plus grande autonomie vis-à-vis des exigences à court terme des marchés financiers et vis-à-vis des impératifs de donneurs d’ordres. Une telle autonomie de gestion leur permet de construire d’autres formes d’efficacité, qui mettent mieux en cohérence l’agencement de capitaux économiques et physiques avec le travail et le temps long de l’activité entrepreneuriale.

45Les pratiques de gestion « alternatives » dont on va parler sont caractérisées avant tout par le fait que leurs dirigeants conçoivent la compétitivité comme reposant sur la « valeur ajoutée » – on parle aussi de compétitivité « hors coût » –, ce qui signifie mettre l’accent sur l’innovation et la « valeur » des produits proposés aux clients, plutôt que sur les prix bas et les bas salaires, comme dans le cas de la compétitivité par les coûts. La compétitivité hors coût entend s’appuyer sur la qualité, la fiabilité, la durabilité, l’originalité, les services avant-vente et après-vente, la réputation de sérieux de l’entreprise, etc. Autrement dit des critères avant tout qualitatifs et globaux, et non plus « quantitatifs » et strictement « financiers ». Examinons les principes qui ont guidé l’action de ces dirigeants.

1. L’intérêt du compte de valeur ajoutée

46Au centre des pratiques de gestion des entreprises étudiées se situent les comptes de « valeur ajoutée » : ces derniers ont été construits pour prendre acte de l’existence de l’« entreprise » en tant que structure productive. Comme on l’a vu précédemment, la valeur ajoutée est le véritable revenu de l’entreprise – comme son nom l’indique d’ailleurs, la valeur ajoutée est le prix que les clients payent en reconnaissance de l’utilité et de la qualité du travail ajoutées par l’entreprise aux produits et services achetés par celle-ci à l’ensemble de ses fournisseurs pour élaborer ses propres produits et services (déduction faite des taxes et redevances institutionnelles, bien sûr). Les entreprises qui accordent toute sa place à la valeur ajoutée s’appuient sur cet indicateur pour calculer la performance économique globale : c’est l’accroissement de la valeur ajoutée qui va être visé – autrement dit, la plus haute « utilité » et « qualité » possible des produits et services vendus – et non un certain taux de profit, lequel ne doit être considéré que, on l’a vu, comme un solde ou un résultat comptable, n’intéressant que la « société ». L’idée ainsi développée consiste à s’appuyer sur le concept ancien de valeur ajoutée pour essayer de le décliner concrètement dans les décisions de l’entreprise telles que le développement de nouveaux produits…

47Certes, la compétitivité par la valeur ajoutée ne supprime pas la concurrence et n’abolit pas les recherches de réduction des coûts. Cependant, elle permet de ne pas se polariser sur la seule réduction des coûts et vise avant tout l’adéquation de l’offre avec les besoins de la clientèle : en somme, sous cette conception de la valeur ajoutée se profile l’hypothèse selon laquelle les clients sont prêts à payer plus cher un produit adapté à leur besoin. Ce type de conviction ouvre la voie à une façon spécifique d’appréhender la compétitivité et la comptabilité qui en résulte.

48La comptabilité de gestion a pour objectif premier de calculer des coûts de revient, lesquels doivent permettre de calculer la marge de rentabilité des produits, évalué par le ratio marge/prix de vente, et de là, on en viendra à mesurer la richesse « créée » pour l’actionnaire ou le propriétaire. Dans le cas des entreprises étudiées, la comptabilité par la valeur ajoutée est basée sur la conviction que la clientèle va faire le choix du produit et reconnaître que son prix supérieur correspond à une prestation supérieure, autrement dit que sa valeur ajoutée mérite d’être payée. La finalité de ces firmes – envisagées sous leur versant « entreprise » – sera alors d’accroître leur valeur ajoutée, qui est la seule façon de rémunérer tous les facteurs de production : le capital, mais aussi le travail. Les indicateurs innovants de leur comptabilité vont être conçus pour refléter cet objectif et le systématiser dans les tableaux de bord. Symétriquement, l’utilisation de ces indicateurs fondés sur la valeur ajoutée va renforcer la redéfinition de la stratégie de l’entreprise en fonction de cette orientation.

49La manière dont les tableaux de bord sont utilisés par les directions présente également l’avantage de viser une meilleure et plus large implication des membres de l’entreprise : les stratégies d’incitation ne sont pas réservées aux cadres, désignés comme les alliés privilégiés des actionnaires, mais étendues dans les mêmes termes à l’ensemble des salariés. Certes, le management actionnarial prétend lui aussi finalement enrôler la totalité des membres de l’organisation. La différence est ici que la maximisation de la valeur ajoutée constitue un objectif plus mobilisateur que la recherche continuelle de la seule diminution des ressources qui caractérise le management classique. Cet effet de mobilisation nécessite, toutefois, que cette valeur ajoutée soit partagée et n’alimente pas les seuls revenus des propriétaires ou salariés de confiance. C’est par là également que le fonctionnement de ces entreprises diffère de la gouvernance actionnariale. Cette seule innovation ne vient pas pour autant à bout de tous les problèmes, mais envisage les rapports de production d’une autre façon, permettant à l’entité « entreprise » et aux hommes qui l’animent d’exister à la fois au moment de l’élaboration de l’offre de produits et services et au moment du partage de la richesse. Les deux cas étudiés en 2005 et 2009 montrent l’intérêt de ce renversement comptable.

2. Entreprise Cornut : faire exister l’entreprise et valoriser le travail par les comptes de gestion

50Cornut est une entreprise de soixante personnes, spécialiste de l’adaptation de poids lourds et de véhicules spéciaux. Cette entreprise combine un métier hautement sophistiqué et une grande variété de prestations. L’éventail des activités de cette PME de 55 personnes, dirigée par les trois enfants du fondateur, va de la modification des châssis à l’installation de nacelles ou bras de manutentions en passant par la mise aux normes de véhicules d’occasion pour le transport de matières dangereuses. La clientèle est très hétérogène : armée, firmes du BTP, leveurs, transporteurs, convoyeurs de fonds, etc. Chaque commande est singulière, chaque devis spécifique. Et pour complexifier son métier, Cornut est à la fois installateur d’équipements et fabricant de ses propres bras hydrauliques. Au milieu des années 2000, l’entreprise est confrontée à un risque de faillite et doit faire face à la perspective de licenciements. Une fois le choc passé, la direction et l’encadrement ne se sont pas contentés des méthodes classiques de gestion – licenciements, restructurations, etc. –, mais ont cherché à analyser les raisons de cette situation.

51Sous l’impulsion du consultant qu’ils ont engagé, les membres de la direction ont pris conscience du caractère réducteur et déformé de la réalité économique que les indicateurs courants donnaient de l’entreprise. Les décisions de licenciement, envisagées primitivement, ont été revues dès que la direction a réalisé qu’elles s’appuient sur des outils et des grilles aux postulats discutables, conduisant à une définition de la productivité forcément défavorable au travail (le chiffre d’affaires étant sommairement rapporté à l’effectif, les gains ne peuvent venir que d’une baisse de ces derniers ou une hausse du premier ; comme les concurrents s’opposent à la seconde mesure, le plus simple reste le licenciement…). C’est pour rompre avec cette logique que le consultant a développé sa méthode comptable (le calcul via les comptes de valeur ajoutée), qu’il a réussi à faire adopter par les directions des entreprises envisagées. La méthode de gestion renouvelée intègre l’ensemble des ressources et ne fait plus reposer les efforts de rationalisation sur la seule masse salariale. Cette manière de compter est aussi une façon d’assigner à la firme une autre logique économique qui consiste à faire « exister l’entreprise » comme entité productive. L’adhésion des salariés est sollicitée et globalement acceptée par eux, comme on va le voir.

52La méthode de gestion mise en place par la direction, conformément aux directives du consultant, s’appuie sur la participation de l’ensemble des agents, cadres et non-cadres, en particulier pour la définition des indicateurs qui vont être utilisés pour orienter la production et ses évolutions. Cette adhésion n’est toutefois pas aveugle, comme le résume un technicien de 35 ans, délégué du personnel :

On nous parle produit et valeur maintenant et non plus productivité. C’est quand même plus motivant. Si je travaille, c’est pour que les produits de qualité que fabrique mon entreprise soient bien perçus et qu’ils se vendent sur le marché. Je reste cependant vigilant et je veux que ceux qui contribuent à la bonne marche de l’entreprise ne soient pas perdants.

53Ajoutons que la participation des salariés à la conception du système de gestion et à son utilisation dans une visée favorable au travail ne s’improvise pas. Elle nécessite une montée en compétence du personnel sur les domaines économiques. C’est un effort de longue haleine qui s’enrichit de la pratique, comme l’exprime spontanément cet ouvrier de 28 ans :

Il y a bien parfois des tensions et même des conflits parmi certains d’entre nous, mais nous parvenons assez facilement à faire des compromis. Nous avons un droit de regard sur les comptes et si quelque chose cloche, la direction s’expliquera. C’est aussi à nous d’être attentifs sur tous les aspects qui concernent notre travail et notre entreprise. On a le droit de le faire et on exerce notre pouvoir. C’est aussi grâce aux connaissances économiques que l’on a acquises avec le temps.

54En acceptant de se prêter au jeu, en cherchant à maximiser la valeur ajoutée, les employés ont à choisir entre augmenter les salaires ou la capacité d’autofinancement de l’entreprise – et conserver ainsi une marge d’autonomie par rapport aux investisseurs. La force d’un tel projet de gestion alternative est de proposer aux agents une approche globale qui se focalise sur le monde de « l’entreprise » (biens et services) et non sur la seule obtention d’un gain financier.

55On peut dire que tant que la confusion entre les deux entités distinctes que sont « l’entreprise » (structure productive) et la « société » (entité juridique) sera maintenue, notamment par l’introduction et la primauté à accordée à des indicateurs financiers comme l’EVA, les règles du jeu seront brouillées et l’issue toujours défavorable aux salariés. La tentative de repenser les finalités de l’entreprise et de sortir de la confusion en « faisant exister l’entreprise » permet de clarifier les objectifs pour la totalité des « parties prenantes » au jeu entrepreneurial. Cela ne signifie pas la fin des conflits et des oppositions, mais leur mise en perspective dans le cadre d’une nouvelle logique plus favorable au travail, dès lors que celui-ci n’est plus appréhendé comme un coût qu’il faudrait sans cesse réduire, mais comme une ressource créatrice de richesse, qu’il faut savoir utiliser au mieux de ses compétences.

3. Entreprise SEDEC : refonder la gestion et l’organisation des pouvoirs

56La deuxième entreprise est une PME familiale de plus de trente personnes, SEDEC, qui est située à Saint-Pourçain-sur-Sioule (Allier). Cette entreprise conçoit et fabrique des fenêtres, des portes d’entrée et des escaliers à la commande. Spécialiste, depuis de nombreuses années, de la menuiserie sur-mesure, la haute technicité et le savoir-faire des salariés lui ont permis de réaliser toutes les fabrications spéciales de menuiseries extérieures et d’escaliers à des prix industriels. Elle a adopté une approche fondée sur la même logique économique que Cornut, mais en a sophistiqué le mode d’application. Le responsable de l’entreprise avait initialement été formé aux méthodes de gestion classiques dans une école de commerce et admettait que l’attention des décideurs doit se focaliser sur le prix de vente, le prix de revient et la marge qui en résulte. Selon cette perspective, un produit ayant une marge négative – ou jugée insuffisante – est réputé faire perdre de l’argent : il faut en abandonner la production. Comme le résume le responsable, âgé de 63 ans :

Auparavant, je pensais que pour augmenter mon résultat, il fallait soit que j’augmente mon chiffre d’affaires soit que je réduise les coûts d’exploitation et donc les salaires qui en font partie. Je pensais aussi que pour augmenter le chiffre d’affaires, il fallait baisser les prix. Pour préserver les marges, j’avais toujours tendance à vouloir réduire les coûts de revient. Je me suis rendu compte qu’à force de réduire les coûts, il y avait des limites au-delà desquelles les effets devenaient contraires à l’objectif visé. La qualité des produits se dégradait et à terme l’image de mon entreprise. La logique de la valeur ajoutée nous a permis de porter une attention de plus en plus grande à ce qui fait la valeur des produits aux yeux de nos clients, et dans ce domaine les gisements de progrès sont énormes.

57Sensibilisé par P.-L. Brodier (le consultant), le responsable comprend que supprimer les produits qui n’ont pas une marge jugée suffisante n’est pas la solution. Il décide de programmer les investissements d’abord en fonction des produits à concevoir et à fabriquer, et non en fonction d’un retour rapide et élevé sur investissement : la place accordée à la rentabilité économique traditionnelle est relativisée, la logique financière, centrée sur l’entité « société », est mise à distance. Le responsable souligne également que c’est cette nouvelle conception de l’efficacité productive qui lui a permis de modifier la répartition des pouvoirs en institutionnalisant une concertation permanente avec tous les salariés et associés :

Quand je me suis rendu compte que, grâce à ces nouveaux comptes, je parvenais à relier les caractéristiques des produits qui se situent dans le monde physique avec le monde économique, j’ai changé ma manière de voir. J’ai compris que j’étais avant tout un entrepreneur et que mon objectif principal n’était pas le profit. Un consultant nous a aidés à prendre conscience collectivement que notre stratégie était à revoir. La complexité croissante des technologies et des méthodes de travail nécessite une forte implication du personnel. Nous avons tous vu l’intérêt à nous mobiliser sur l’objectif de valeur ajoutée plutôt que sur celui de la maximisation du résultat. […] Certains de mes collègues chefs d’entreprise disent que je suis un révolutionnaire. J’essaye simplement de mettre en cohérence le métier de mes collaborateurs et le travail qu’ils effectuent dans le cadre de l’entreprise, avec une conception renouvelée de compter et de gérer qui valorise le personnel.

58En appliquant ces principes, non seulement l’entreprise n’a pas disparu, mais elle s’est considérablement développée, employant dorénavant trente-deux salariés – contre seize il y a quinze ans – qui utilisent un outillage sophistiqué (deux machines à commandes numériques remplacent les dix machines qui fonctionnaient alors). Le succès de l’entreprise s’explique également par la flexibilité des horaires, modulés en fonction des besoins de l’activité, cette flexibilité semblant acceptée par la majorité des salariés qui, plus généralement, manifestent une implication forte.

4 Une comptabilité orientée travail

59L’une des raisons de cette implication dans le travail résulte de la stratégie mise en œuvre par les directions et par le management des entreprises étudiées pour, mettre simultanément en application la nouvelle conception de la compétitivité et rendre la pratique de gestion plus participative. Un nouveau logiciel de gestion est mis en place dans les organisations pour suivre, tous les trimestres, l’évolution des activités en faisant parler les données comptables selon une logique orientée valeur ajoutée. Ce logiciel de gestion prend en compte un indicateur-clef : le taux d’équilibre économique qui est le rapport entre la valeur ajoutée directe – les produits vendus – et le coût total des ressources mises en œuvre – coût de la structure productive. Ce rapport doit être au moins égal à « 1 » pour assurer le développement de l’entreprise. La mesure de l’efficacité par cet indicateur est compatible avec la prise en compte du travail comme facteur de développement, puisque celui-ci n’est plus appréhendé comme un coût dans la comptabilité de gestion.

60Mais ce qui explique l’engagement des salariés, c’est l’usage concret qui est fait de ce logiciel et l’objectif au service duquel il est envisagé. Chaque mois, l’ensemble du personnel est réuni pour aborder et traiter tous les sujets liés au fonctionnement de l’entreprise. Chaque catégorie de salariés a voix au chapitre et participe aux grandes orientations concernant la production, l’investissement. La démarche est ainsi multidimensionnelle et exigeante : la conception alternative de la gestion nécessite une définition spécifique de la compétitivité, des outils ad hoc, une manière coopérative de les utiliser, et une montée en compétence généralisée en matière de gestion – la plupart des salariés ont ainsi acquis une maîtrise de cette nouvelle gestion. Ils sont en mesure de penser la gestion au lieu de la subir et participent à des décisions argumentées, tant au niveau des indicateurs économiques que de l’organisation du travail. Cette maîtrise généralisée de la rationalité gestionnaire et l’assurance que tous les avis comptent permettent d’élargir le cercle des gestionnaires et de tenir compte des multiples perspectives que fournit la division du travail. Les travailleurs peuvent ainsi contredire les cadres de gestion sur leur propre terrain, en leur faisant voir des aspects qu’ils auraient ignorés en se contentant de suivre des indicateurs. C’est ce dont témoigne une responsable de la comptabilité, âgée de 40 ans, et nouvelle associée d’une des PME étudiées :

S’il m’arrive d’être en désaccord, je sais que je pourrai le dire clairement lors des réunions du personnel et que l’on en tiendra compte. On ne discute pas en l’air ici. Il faut avoir des arguments et apporter des solutions qui marchent. Ici chacun est reconnu dans son métier et dans ses compétences. Et si un jour l’entreprise rencontre des difficultés, nous règlerons les problèmes tous ensemble. Je crois que chacun d’entre nous possède une petite culture économique qui nous permet de nous défendre.

61L’intérêt de ce témoignage est de souligner que le succès de ces entreprises et le maintien d’un haut niveau d’implication tiennent à une disposition supplémentaire qui concerne cette fois le statut même des travailleurs et leur mode d’accès au partage de la valeur ajoutée : les salariés sont intéressés aux résultats – la part de l’intéressement est environ de 23 % du résultat net – et un certain nombre d’entre eux demande régulièrement à devenir associé. C’est déjà le cas du responsable de production et de la comptable, on vient de le voir, pour la société SEDEC. La possible progression des salariés vers le statut de membres « associés » dans l’entreprise change la nature du contrat de subordination vis-à-vis de l’employeur. Les parts sociales sont diffusées au-delà de la structure du capital familial pour intégrer de plus en plus les salariés-associés au cœur des processus de décision.

62On le voit, c’est donc de façon incrémentale et multidimensionnelle qu’une autre façon de gérer a progressivement été instaurée dans ces entreprises, le dispositif comprenant à la fois des principes partagés (conception de la compétitivité fondée sur la valeur ajoutée, discussions collectives, décisions collégiales) et des mesures portant aussi bien sur le processus productif que sur le partage des revenus, le tout s’inscrivant dans une dynamique de progression de carrière (culminant avec le statut d’associé).

Conclusion

63Comme le montre l’étude de ces deux entreprises, il est possible de mettre en œuvre une stratégie entrepreneuriale différente de celle associée à la financiarisation de l’économie. C’était l’objectif premier de notre réflexion. Il s’agissait avant tout de « dénaturaliser » la contrainte gestionnaire, en laissant apparaître certains impensés de la comptabilité orientée « actionnaires ». Certes, il conviendrait d’aller beaucoup plus loin dans cet exercice qui n’a été qu’esquissé ici. Au moins a-t-on voulu montrer que, comme tout construit social, la comptabilité est le produit d’influences sociales qu’il convient de saisir par l’analyse ; produite par des rapports de force, elle est aussi l’instrument à travers lequel se règlent les conflits sociaux en dotant les groupes dominants l’économie d’armes politiques présentées comme de simples outils techniques de mesure de la réalité économique, indiquant la voie de décisions inévitables. Déconstruire la comptabilité, c’est ôter aux décideurs la force des évidences qui arrachent aux salariés la conviction qu’on ne peut que se plier aux choix du management. Nombreux sont aujourd’hui les exemples montrant que la critique comptable permet de réfuter des choix présentés comme obligatoires. Hélas, dans la grande majorité des cas, ces enseignements n’ont d’autres effets que de mieux négocier les primes de licenciement concédées aux salariés par des directions désinvesties de leur responsabilité sociale. Inverser cette tendance, offrir une alternative à la gestion actionnariale et aux décisions funestes qu’elle entraîne pour le corps social suppose de frayer de nouvelles voies à de nouveaux modes de calcul de la rentabilité de l’entreprise, afin de faire admettre que quelque chose est possible, en dehors du capitalisme financiarisé et des stratégies de prédation qu’il entretient du côté des « propriétaires ».

64Dans cet article, nous avons voulu montrer, avec le cas de la comptabilité par la valeur ajoutée qu’une approche alternative de l’entreprise – a-financière – était envisageable. Cette comptabilité, assurément critiquable et perfectible, repose sur un ensemble de dispositifs de gestion, touchant aussi bien à la définition juridique de l’entreprise (entité productive), qu’à la conception de compétitivité (basée sur la valeur ajoutée), qu’aux indicateurs permettant de la calculer (taux d’équilibre économique), mais également au mode d’implication du personnel et à la montée collective en compétences de gestion, qui donnent du grain à moudre à tous ceux qui veulent penser autrement l’entreprise et sa comptabilité. Les dispositifs envisagés dans nos analyses accordent une plus grande place au travail, qui n’est ni réduit à une variable d’ajustement, ni seulement à un « coût » ou à une « charge » qu’il faut réduire, mais est pressenti comme la source de la véritable valeur produite par l’entreprise. Même si ces nouveaux jeux d’écriture s’inscrivent dans le cadre d’un rapport salarial inchangé dans ses grandes lignes, les travailleurs y apparaissent doublement comme produisant de la valeur économique : d’une part, dans le mode de calcul des indicateurs de compétitivité et de productivité ; d’autre part, comme interlocuteurs reconnus dans les prises de décisions stratégiques et salariales.

65Cela ne signifie pas, pour autant, la fin des conflits et des oppositions entre les détenteurs de capitaux et les salariés, mais on a vu que la conflictualité évoluait, y compris vers des formes d’autogestion – aspirations centrales dans les années 1970 que le discours patronal a depuis tournées en ridicule, mais qui pourraient renaître de leurs cendres aujourd’hui. À travers l’analyse des choix gestionnaires réalisés par les dirigeants des entreprises choisies comme terrain d’étude, ce que nous avons voulu montrer, d’abord, c’est qu’en cas de difficulté, il ne s’agit plus seulement et exclusivement d’envisager restructuration et compensations salariales des licenciements, mais d’apprécier autrement les comptes, ici en mesurant le plus exactement possible la valeur ajoutée du travail et la répartition des bénéfices, pour bâtir une nouvelle vision de l’avenir de l’entreprise, plus juste, équitable et durable. Grâce à cette autre approche des comptes, où tous les avis sont pris en considération, les salariés sont impliqués le plus en amont possible dans les décisions, co-concevant les indicateurs, et, informés des paramètres économico-financiers tenus pour valables, on peut affirmer que leur opposition se manifeste d’abord dans le cadre des discussions d’experts partageant les mêmes intérêts – ce qui est loin d’être le cas dans la comptabilité patrimoniale.

66Certes, une telle méthode suppose une formation et, d’une manière générale, une certaine appétence pour les chiffres, ce qui pose d’autres difficultés. Néanmoins, une culture commune peut être créée, dès lors que se répand la conviction que ses bénéfices seront équitablement partagés. Avec l’exemple du calcul de la valeur ajoutée, on voit qu’un autre type de comptabilité permet d’envisager une autre approche du management : la façon de compter et, plus généralement, la manière d’envisager les actes comptables aident à mettre en évidence le fait que les données produites par les services comptables sont toujours porteuses d’une vision du monde et d’une vision de l’entreprise. Dans la comptabilité patrimoniale, la vision du monde est celle de la maximisation de la valeur pour l’actionnaire, tandis que l’entreprise est réduite à un instrument de réalisation de cet objectif, indépendamment du sort réservé aux salariés. Les mesures de la performance ou de l’efficacité sont ainsi toujours relatives, porteuses d’un intérêt social qui ne dit pas son nom.

67Encourager une autre comptabilité, c’est aussi militer pour que les intérêts sociaux portés par les chiffres soient révélés, qu’ils puissent se confronter publiquement, et qu’ainsi une autre vision de l’entreprise puisse émerger. Pour changer réellement le fonctionnement des entreprises, la conception et la production d’indicateurs chiffrés ne doivent plus être structurées par des critères et des outils valorisant le seul patrimoine des investisseurs. Ils ne doivent plus viser seulement un optimum financier (apprécié par la valeur du ROE, de l’EVA ou de tout autre indicateur produit par l’industrie de la finance), mais doivent s’inscrire dans la recherche d’un optimum économique, social voire écologique global. La comptabilité, autrement dit, est une discipline politique. Il faut la faire sortir du ghetto « technique » où elle affecte de se cantonner pour montrer son vrai visage au plus grand nombre.

68On le voit, ce qui est en jeu c’est la maîtrise collective de la comptabilité et avec elle la redéfinition de la finalité institutionnelle assignée à l’entreprise : la rendre à l’ensemble des parties prenantes du jeu économique, c’est faire d’elle proprement une institution centrale du salariat capable de rendre au travail tout son sens.

Haut de page

Bibliographie

Bachet D. (1998), « Entreprise et performance globale », Étude pour la Direction de l’animation, de la recherche, des études et des statistiques (DARES), Paris.

Bachet D. (2007), Les fondements de l’entreprise. Construire une alternative à la domination financière, Paris, Les éditions de l’Atelier.

Boyer R. (2011), Les financiers détruiront-ils le capitalisme ?, Paris, Economica.

Brissaud L. (1999), La déclinaison d’une norme collective financière dans la firme capitaliste contemporaine. Des activités chimiques de Rhône-Poulenc à Rhodia S.A., Thèse de Doctorat en sciences économiques, CNRS, Université Lumière, Lyon.

Brodier P.-L. (2001), La VAD, La valeur ajoutée directe, Une approche de la gestion fondée sur la distinction entre société et entreprise, Montpellier, AddiVal.

Cabanis E. (éd) (2010), Portraits d’une lutte. Les « Molex » pour mémoire, Paris, Les éditions Arcane 17.

Coutrot T. (1998), L’entreprise néo-libérale, nouvelle utopie capitaliste ?, Paris, Éditions La Découverte.

Craipeau S. & J.-L. Metzger (2011). « La gestionnarisation de la société : de la volonté de maîtrise à la déréalisation », Mana, n° 17-18, mai, 23-40.

Fligstein N. (1997), « Rhétorique et réalité de la mondialisation », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 119, 36-47.

Fligstein N. (2001), The Architecture of Markets : An Economic Sociology of Twenty-First Century Capitalist Societies, Princeton, Princeton University Press.

Heem G. (2007), « La communication sur les indicateurs de performance non définis en IFRS par les sociétés du CAC 40 », Revue française de comptabilité, n° 403, 25-28.

Gomez P.-Y. (2013), Le travail invisible. Enquête sur une disparition, Paris, François Bourin Éditeur.

Lebaron F. (2010), La crise de la croyance économique, Bellecombes-en-Bauge, Éditions du Croquant.

Lordon F. (2000), « La “création de valeur” comme rhétorique et comme pratique. Généalogie de la “valeur actionnariale” », L’Année de la régulation, vol. 4, 117-165.

Lordon F. (2003), Et la vertu sauvera le monde… Après la débâcle financière, le salut par l’« éthique » ?, Paris, Raison d’agir, Paris.

Lordon F. (2009), La crise de trop, Reconstruction d’un monde failli, Paris, Fayard.

Maugeri S. (2011), « Cadrage des activités de production de l’ethos gestionnaire. Le rôle des dispositifs de gestion dans la domination actionnariale », Mana, n° 17-18, juin, 93-128.

Morin F. (2011), Un monde sans Wall Street ?, Paris, Seuil.

Orléan A. (2009), De l’euphorie à la panique. Penser la crise financière, Paris, Editions de la rue d’Ulm.

Peyrelevade J. (2005), Le capitalisme total, Paris, Seuil.

Pons-Vignon N. & P. Ncube (dir.) (2012), Affronter la finance. Mobiliser les 99 pour cent en faveur du progrès économique et social, Genève, Bureau international du travail.

Roubini N. & S. Mihm (2010), Crisis Economics. A crash Course in the Future of Finance, London, Penguin.

Haut de page

Notes

1 Il est admis par la plupart des commentateurs, que la libéralisation financière a commencé à la fin des années 1970 au Royaume-Uni et aux États-Unis. En France, mentionnons : la loi déréglementant le secteur bancaire (1984), l’acte unique européen (1986) qui instaure « le plus haut degré de libéralisation possible » et la loi de déréglementation financière – dites Bérégovoy – (1986) qui promeut les quatre D : déréglementation, désintermédiation, décloisonnement et désinflation.

2 Dans le vocabulaire de la finance, cette capacité de vendre et acheter des titres est qualifiée de liquidité.

3 Une présentation détaillée des articulations entre restructurations de l’industrie financière et transformations de l’emploi à l’échelle globale est proposée par Pons-Vignon et Ncube (2012).

4 Earnings before Interest, Taxes, Depreciation, and Amortization (ou revenus avant intérêts, impôts (taxes), dotations aux amortissements et provisions sur immobilisations) ; il correspond approximativement à l’EBE français (excédent brut d’exploitation). Cet indicateur prétend fournir une information sur la profitabilité opérationnelle à court terme d’une entreprise. Il a toutefois été utilisé comme indice de rentabilité et a connu un succès grandissant lorsque les entreprises ont réalisé, à partir des années 1990, de nombreuses acquisitions financées par de la dette (voir dans ce numéro les articles d’Isabelle Chambost et Valérie Boussard). Lors de ces transactions, une des méthodes de valorisation d’une activité consiste en effet à prendre un multiple d’EBITDA comme référence de prix. Cet indicateur figure dans les bilans d’activité de quasiment toutes les sociétés cotées.

5 Issu de l’EBITDA, l’EBIT : Earnings before Interest and Taxes correspond aux revenus avant intérêts et impôts. Proche du « résultat d’exploitation » français. L’EBIT est lui aussi utilisé dans les calculs de ratios financiers

6 Il s’agit d’un indicateur comptable mesurant la rentabilité d’une firme en rapportant son résultat d’exploitation (ou EBIT) aux capitaux employés (immobilisation en capital + besoin en fonds de roulement). Il est largement utilisé dans le domaine de la finance pour comparer la performance entre firmes et vérifier si les capitaux investis produisent une rentabilité suffisante pour rémunérer le capital.

7 Le ROE est proche du ROCE à la différence que le résultat est cette fois rapporté aux seuls capitaux propres des actionnaires (à l’exclusion donc de tout autre apport en capital, comme les dettes bancaires). C’est une notion économique à la fois très ancienne et très contestée, utilisé néanmoins par un quart des sociétés du CAC 40 aux fins de la comparaison de la rentabilité financière entre firmes (Heem, 2007). On l’a compris, le terme Equity ici n’a rien à voir avec la recherche d’une quelconque « équité », sinon celle du « retour » d’argent espéré par un spéculateur sur ses equities, à savoir ses actions…

8 Ces indicateurs n’ont pas tous fait l’objet d’une normalisation dans la comptabilité internationale (normes IFRS), mais sont néanmoins calculés de façon presque similaire par les firmes (qui explicitent généralement leurs modes de calcul dans les bilans destinés aux investisseurs).

9 L’EVA (c’est aussi une marque déposée) vise à mesurer la richesse créée pour l’actionnaire, en partant du principe que de la valeur est créée quand et seulement quand le profit dégagé par le capital apporté par les investisseurs est supérieur au « coût du capital », c’est-à-dire à sa rémunération moyenne sur les marchés financiers. Un EVA positif désigne ainsi un profit pour l’actionnaire supérieur à la moyenne du marché, en somme, un « surprofit ». D’après ses concepteurs, il a été adopté par plus de 700 compagnies à travers la planète « en tant que système de management pour mesurer la performance, allouer le capital en vue de saisir les meilleurs opportunités d’investissement, former et développer le capital humain afin de comprendre les principes de la valeur » (cf. http://www.sternstewart.com/?content=history&p=1990s). On peut consulter les 10 pages d’éloges recueillis par le cabinet à propos de l’EVA, notamment ceux d’un prix Nobel (M. Miller), de Golman Sachs, du Crédit suisse, de Merryll Linch, etc., et de nombreux dirigeants de différentes compagnies américaines ou autres (http://www.sternstewart.com/?content=published&p=testimonial). Le moteur de recherche Google Scholar donne plus de 2 500 000 résultats pour la recherche « Economic Value Added »…

10 Et elle se mesure grâce au ROCE (Return on Capital Employed), comme on l’a vu.

11 Et elle se mesure grâce au ROE (Return On Equity).

12 Notamment par le modèle d’évaluation des actifs financiers (ou MEDAF), fortement critiqué depuis mais toujours très utilisé d’un point de vue opérationnel.

13 Répétons-le, le « coût du capital » désigne en fait sa rémunération moyenne sur le marché. Pour un investisseur, engager son capital dans une opération « risquée » présente un « coût », estimé par rapport à la rémunération moyenne qu’il pourrait théoriquement obtenir sur le marché des produits « sans risque ».

14 Le souci de défendre d’abord les intérêts de l’actionnaire est clairement affirmé par les « pères » de l’EVA : « Our philosophy is as clear, objective and transparent as our proprietary Economic Value Added philosophy: corporations exist to create wealth for their owners. Managers, their agents, should deliver on or beat owners’ expectations » (cf. http://www.sternstewart.com/?content=consulting&p=wealthcreation).

15 S’agissant de justifier cette obsession du « bien-être » de l’actionnaire, le co-fondateur et actuel chairman de la société, Joël Stern, ne manque pas d’en appeler à l’intérêt général : « Many people have asked me why it is that I focus so much on the creation of value. The reason is, if firms maximize value over time, the surplus they will create will be invested elsewhere in society and this will create additional job opportunities and income for people who would not otherwise be able to earn it. My focus is on creating walue in order to enhance the general welfare » (cf. http://www.sternstewart.com/?content=chairman). La recherche du profit est finalement présentée comme une forme de philanthropie au service de l’emploi et du bien commun…

16 Un actif – un bloc d’actions – est liquide s’il est aisé de l’acheter et de le vendre rapidement, sans que cela n’ait d’incidence importante sur son cours. Ici, l’entreprise elle-même, au travers des titres de propriété que sont les actions, devient un actif liquide.

17 Ce point est clairement explicité par le cabinet Stern & Stewart, « Value principles should be integrated into a company’s resource allocation processes and into the models that managers use to make decisions. Value creation should be a fundamental part of both strategic and operational decision making, and used to point managers to the strategies and actions that will maximize the wealth of the shareholders » (c’est le M3 de l’approche par l’EVA, cf. http://www.sternstewart.com/?content=consulting&p=framework). Voir dans ce numéro l’article de Ch. Massot, « La mise sous silence du travail de conception par la création de valeur actionnariale », envisageant le recours à l’EVA dans le secteur aéronautique.

18 Par exemple, 15 % pour la rentabilité des capitaux propres, comme cela peut être le cas depuis le milieu des années 1990.

19 On peut alors parler d’un effet de « dé-réalisation » consécutif à la centration excessive sur les indicateurs fournis par les dispositifs de gestion (Craipeau et Metzger, 2011).

20 Pour une analyse appliquée à une firme bien précise de ce processus, voir Brissaud (1999) qui rend compte du cas des activités chimiques de Rhône-Poulenc et Rhodia S.A.

21 Nous nous appuyons ici sur l’ouvrage rédigé par des salariés de l’entreprise (Cabanis, 2010) et sur des entretiens réalisés par nos soins.

22 La Snecma fusionnera en 2005 avec la Sagem pour former le groupe Safran.

23 Molex est un groupe coté au Nasdaq, le deuxième marché d’actions des États-Unis et le plus gros marché électronique d’actions du monde.

24 HIG Capital est un fonds d’investissement spécialisé sur le créneau des petites et moyennes entreprises, pratiquant, pour environ 20 % de son activité, la reprise partielle d’entreprises et, pour 60 % de son chiffre d’affaires, le rachat d’entreprises avec effets de levier (dit LBO : Leverage By Out) (Voir dans ce numéro les articles d’Isabelle Chambost et Valérie Boussard).

25 Contrairement à la comptabilité anglo-saxonne centrée sur le chiffre d’affaires et le coût de production des produits vendus…

26 P.-L. Brodier, concepteur de la méthode VadWay, est le promoteur d’une comptabilité et d’un management fondé sur le calcul de la VAD (valeur ajoutée directe). Ce consultant est l’auteur de plusieurs publications (notamment, Brodier, 2001) et de quelques articles présentant sa méthode et ses conceptions : « La logique de la valeur ajoutée, une autre façon de compter », Expansion Management Review, mars 2013, n° 148, pp. 20-27 ; « Productivité, valeur ajoutée, valorité », Expansion Management Review, 2004 ; « Vouloir la croissance, c’est dissocier la notion d’entreprise et de société », Le Monde, 22 avril 1997, etc. Cf. http://www.vadway.com/Pages/PLB.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, Salvatore Maugeri et Daniel Bachet, « Refonder l’entreprise ? Éléments de réflexion pour une autre gestion », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/1081 ; DOI : 10.4000/nrt.1081

Haut de page

Auteurs

Jean-Luc Metzger

Sociologue, chercheur associé au centre Pierre Naville et au CNAM-LISE

Articles du même auteur

Salvatore Maugeri

Vallorem, Université d’Orléans

Articles du même auteur

Daniel Bachet

Université d'Évry-Val-d’Essonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org