Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Valérie Boillat, Bernard Degen, Elisabeth Joris et al., La valeur du travail. Histoire et histoires des syndicats suisses

Antipodes, Lausanne, 2006, 330 p.
Georges Ubbiali
Référence(s) :

Boillat Valérie, Degen Bernard, Joris Elisabeth et al. La valeur du travail. Histoire et histoires des syndicats suisses, Antipodes, Lausanne, 2006, 330 p.

Texte intégral

  • 1 On lira avec profit la déconstruction des mythes helvétiques dans le très stimulant et bien illustr (...)
  • 2 Le lecteur intéressé peut se référer au livre de Studer Brigitte, Valloton François (dir.), Histoir (...)
  • 3 Jeanneret Pierre, Béguin Jérôme, Deux siècles de luttes. Une brève histoire du mouvement socialiste (...)
  • 4 Le PC suisse a joué un rôle très important dans le mouvement communiste international, bien au-delà (...)
  • 5 Vuilleumier Marc, Histoire et combats. Mouvement ouvrier et socialisme en Suisse, 1864-1960, Lausan (...)
  • 6 Se référer au site, www.aehmo.org pour les sommaires des Cahiers depuis 1984.

1Généralement, quand un Français songe à la Suisse, cela lui évoque le chocolat ou les paysages enneigés des sports d’hiver1. Pourtant, on s’en doute, il existe une autre Suisse, celle d’un pays où le travail et son organisation ont pris des formes singulières. Si ce compte rendu est centré sur la forme qu’y prend le syndicalisme à travers l’ouvrage publié pour les cent vingt-cinq ans de l’Union syndicale suisse (USS), on en profitera pour évoquer deux publications récentes qui permettent d’apporter un surcroît d’information sur les éléments essentiels du paysage ouvrier et socialiste helvétique2. Le premier est un modeste ouvrage, Deux siècles de luttes3, fruit de la collaboration d’un historien, Pierre Jeanneret, et d’un journaliste, Jérôme Béguin. Il s’agit de la publication en recueil de seize articles parus dans Gauche Hebdo, le journal du Parti communiste suisse4. Ces courts articles permettent de jeter un œil sur le mouvement ouvrier (l’accent est d’ailleurs plutôt mis sur sa dimension politique que proprement syndicale), depuis la révolution industrielle jusqu’à l’émergence des nouveaux mouvements sociaux dans les années 1980. D’une toute autre ampleur et ambition apparaît le livre de Marc Vuilleumier, Histoire et combats5. M. Vuilleumier est sans doute l’historien de référence de l’histoire sociale helvétique et européenne, bien qu’il ait eu une carrière universitaire tout à fait marginale, ainsi que l’expliquent les préfaciers. Cet ouvrage consiste en un choix de 22 articles, difficiles d’accès car disséminés dans de nombreuses revues, s’échelonnant de la première Internationale aux années 1960, traitant aussi bien des dimensions sociales (par exemple, le rôle de la police politique avant 1914) que politiques (le rôle de Bakounine dans l’Internationale ou la grève générale de 1918) du mouvement ouvrier. Cet imposant travail évoque ces gens réputés sans histoire, rattachant leurs actions à celle de l’histoire européenne. Ce travail de connaissance se poursuit de nos jours par le biais de l’Association pour l’étude de l’histoire du mouvement ouvrier (AEHMO), qui publie une revue annuelle sur ces thématiques, les Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier, dont les derniers numéros portent sur « Des grèves au pays de la paix du travail » (2012, n° 28), « Les syndicats et la politique sociale » (2011, n° 27) ou sur la « Justice sociale, justice de classe ? » (2010, n° 26)6. Assurément, ces deux ouvrages apportent des compléments d’information utiles à l’intelligence de l’ouvrage qui nous occupe dans ce compte rendu.

  • 7 Le livre de Karila-Cohen, Pierre et Wilfert, Blaise, Leçon d’histoire sur le syndicalisme en France(...)
  • 8 Sur cet aspect, on se référera au livre récent de Skenderovic Damir, Späti Christina, Les années 68 (...)

2La Valeur du travail a d’abord été publié en allemand, car il faut rappeler que la partie alémanique de la Suisse constitue le cœur économique du pays. On se plait à rêver qu’existât un ouvrage équivalant sur le syndicalisme français. Certes, la publication d’ouvrages sur le mouvement syndical en France est tout à fait soutenue. Néanmoins, à quelques exceptions près, il n’existe pas d’ouvrage récent7 proposant une synthèse mêlant histoire, sociologie et économie, illustrée de surcroît, sous une forme accessible à un large public. En effet, La valeur du travail, bien qu’éditée par l’Union syndicale suisse, ne se résume pas à une histoire de cette organisation, puisque l’ensemble du mouvement syndical y est pris en compte. La précision de la contextualisation socio-économique permet de faire de ce livre beaucoup plus qu’une simple histoire de l’organisation, même si cette dimension n’est naturellement pas absente. Le propos se déploie en six chapitres, selon un axe chronologique. Chaque chapitre est rédigé par Bernard Degen, qui se voit adjoindre plusieurs collaborateurs, proposant chaque fois un éclairage spécifique. Prenons l’exemple du chapitre 3, qui porte sur la Première Guerre mondiale, la grève générale et ses conséquences. En plus de l’analyse développée sur cette période, cinq compléments sont proposés. Le premier porte sur une militante, Rosa Bloch-Bollag ; le second traite de la réaction des banquiers suisses et leur phobie du bolchévisme ; un troisième angle est proposé avec le procès de la grève générale en 1919, un éclairage spécifique étant apporté sur la ville de Lugano ; enfin, le statut des femmes, de la loi sur les fabriques à aujourd’hui, conclut ces sous-chapitres au sein du récit principal. Ajoutons que de nombreux documents iconographiques sont mobilisés tout au long des pages: des photos, bien sûr, mais aussi des extraits de presse, des dessins, des tracts, des affiches, etc. Sont ainsi abordées au fil des chapitres les périodes structurantes de l’histoire et la sociologie de la Suisse productive et travailleuse. Si l’on ne peut détailler chacun des aspects de ce livre, très bien écrit, le lecteur gardera à l’esprit les multiples éléments d’information lui permettant de comprendre la situation contemporaine d’un syndicalisme, puissant par rapport à de nombreux autres pays du continent européen (taux de syndicalisation de l’ordre d’un tiers d’un salariat de 2,5 millions), tout en étant corseté (fruit de l’histoire) dans une paix sociale qui dure depuis presque un siècle désormais. Bien que commandé par l’Union syndicale suisse, ce livre ne ressemble en rien à une hagiographie. Le lecteur sera parfois assez surpris des critiques, parfois féroces, adressées à l’organisation syndicale : son degré de bureaucratisation, son institutionnalisation, sa difficulté à organiser les immigrés, les femmes ou se lier aux nouveaux mouvements sociaux8, constituent autant de thèmes qui sont abordés frontalement par les rédacteurs. De très volumineuses annexes (bibliographie bien sûr, mais aussi abréviations et liste des présidents de l’USS) complètent ce livre qui possède toutes les qualités pour une appréhension de la structuration du travail dans la Confédération helvétique. Le seul petit regret en refermant l’ouvrage, c’est que les illustrations auraient gagnés à être reproduites en couleur, tout au moins pour un certain nombre d’entre elles. Pour le reste, avec La valeur du travail, le lecteur dispose d’un ouvrage de référence, récent, sur ce pays qui n’abrite pas que des banques.

Haut de page

Notes

1 On lira avec profit la déconstruction des mythes helvétiques dans le très stimulant et bien illustré ouvrage de François Waltzer, La Suisse au delà du paysage, Paris, Gallimard, 2011.

2 Le lecteur intéressé peut se référer au livre de Studer Brigitte, Valloton François (dir.), Histoire sociale et mouvement ouvrier 1848-1998, Lausanne, éd. d’En bas/Zürich, Chronos, 1997, qui comporte une bibliographie de plus de mille titres en histoire sociale.

3 Jeanneret Pierre, Béguin Jérôme, Deux siècles de luttes. Une brève histoire du mouvement socialiste et ouvrier en Suisse, Genève, Gauchebdo, 2012, 62 p.

4 Le PC suisse a joué un rôle très important dans le mouvement communiste international, bien au-delà de la place géographique du pays. Rappelons que le premier secrétaire de l’Internationale communiste fut Jules Humbert-Droz, suisse de son état. Il existe plusieurs livres sur le PC suisse, dont l’étude de référence de Brigitte Studer, Un parti sous influence. Le parti communiste suisse, une section du Komintern, 1931-1939, Lausanne, L’Âge d’homme, 2000. Pierre Jeanneret a également produit Popistes. Histoire du parti ouvrier et populaire vaudois, 1943-2001, Lausanne, éd. d’En bas, 2002.

5 Vuilleumier Marc, Histoire et combats. Mouvement ouvrier et socialisme en Suisse, 1864-1960, Lausanne, éd. d’En bas/Genève, Collège du travail, 2012, 564 p.

6 Se référer au site, www.aehmo.org pour les sommaires des Cahiers depuis 1984.

7 Le livre de Karila-Cohen, Pierre et Wilfert, Blaise, Leçon d’histoire sur le syndicalisme en France, PUF, 1998, constitue une des dernières publications, même si cet ouvrage ne comporte pas de documentation iconographique.

8 Sur cet aspect, on se référera au livre récent de Skenderovic Damir, Späti Christina, Les années 68 (en Suisse). Une rupture politique et culturelle, Lausanne, éd. Antipodes, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Ubbiali, « Valérie Boillat, Bernard Degen, Elisabeth Joris et al., La valeur du travail. Histoire et histoires des syndicats suisses », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/1113

Haut de page

Auteur

Georges Ubbiali

Département de sociologie, Université de Bourgogne, Centre Georges Chevrier, UMR-CNRS 5605

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org