Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Paul Bouffartigue avec la collaboration de Jacques Bouteiller, Temps de travail et temps de vie

Paris, PUF, coll. Le Travail Humain, 2012, 231 p.
Jens Thoemmes
Référence(s) :

Paul Bouffartigue avec la collaboration de Jacques Bouteiller, Temps de travail et temps de vie, Paris, PUF, coll. Le Travail Humain, 2012, 231 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Paul Bouffartigue et de Jacques Bouteiller s’appuie sur un certain nombre de recherches récentes et plus anciennes dans le domaine du travail focalisées en particulier sur la question du temps de travail. C’est sans doute le sous-titre de l’ouvrage « les nouveaux visages de la disponibilité temporelle » qui décrit le mieux l’apport des auteurs par rapport aux recherches antérieures dans le domaine des temporalités du travail. Quelle est la thèse que les auteurs défendent avec ce nouvel ouvrage ?

2On pourrait d’abord dire très schématiquement que pour les auteurs la notion de disponibilité temporelle au travail se substitue à la notion de temps de travail. Cette notion est aussi préférée à celle de flexibilité, bien que nous allons voir que cette dernière est réintroduite dans la thèse principale de l’ouvrage. La notion de disponibilité temporelle s’inspire ici de travaux antérieurs (Alaluf, 2000 ; Devetter, 2006). Elle va permettre d’intégrer différentes formes et échelles de subordination du temps humain en interrogeant leurs unités : temps de travail/temps libre, vie professionnelle/vie familiale, travail domestique, travail du consommateur, etc. La notion de disponibilité permet aussi d’intégrer les usages des nouvelles technologies et du travail à distance. Le projet du livre est donc d’inclure au sein du temps de travail ces différentes temporalités de la disponibilité au travail.

3En ce qui concerne le cadre sociologique, les auteurs tentent d’infléchir une tradition matérialiste des temporalités — incarnée notamment, par Norbert Elias et William Grossin — en éclairant non seulement les représentations et les dimensions idéelles, mais en tentant un retour vers les sujets sociaux : l’expérience temporelle des travailleurs est au centre de l’intérêt. Ceci devient particulièrement clair à la fin des années 1990, lorsque les 35 heures sont analysées : les notions d’échec, de bilan mitigé, de déception viennent alors relativiser l’enthousiasme suscité par cette réforme ambitieuse. Mais les auteurs ne s’arrêtent pas là. Ils cherchent à formaliser les implications subjectives des normes de temps de travail, en proposant des idéaux-types, un peu comme Max Weber l’a proposé, même si ce dernier n’est pas cité. Les auteurs formalisent ainsi la norme de la disponibilité temporelle, laquelle prendrait trois figures : une première norme dite fordienne et deux autres normes qui s’y substituent (donc post-fordiennes ?), dont l’une est qualifiée de flexible autonome et l’autre de flexible hétéronome. Ce sont ces deux dernières normes de la disponibilité temporelle « autonomes et hétéronomes » qui polarisent le champ dans lequel se logent les temporalités au travail. Cet apport conceptuel de l’ouvrage n’est pas sans rappeler la théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud — avec sa distinction entre « régulation autonome » et « régulation hétéronome » —, mais cette théorie n’est pas prise comme référence. Comment les auteurs procèdent-ils alors pour expliquer d’un côté le retour aux sujets, et de l’autre l’émergence de ces normes temporelles post-fordiennes ?

4D’une part, ils nous proposent un ouvrage, atypique par de multiples aspects. Organisé en neuf chapitres de longueur inégale, l’ouvrage oscille entre la restitution de recherches antérieures ou plus récentes, des parties plus théoriques, des histoires et trajectoires de personnes qui visent à éclairer concrètement en quoi consistent les formes de la disponibilité temporelle. C’est ici que nous apprécions particulièrement la qualité de descriptions que nous connaissons aux auteurs, en rendant une restitution fine de la réalité : citations extensives, histoires biographiques, et trajectoires. Les conditions d’existence et le point de vue des personnes, travailleurs et travailleuses, sont pris au sérieux, notamment par la mise en valeur des propos tenus au cours de ces enquêtes. D’autre part, les auteurs nous invitent à participer à leur cheminement de chercheur ayant concentré leurs efforts sur la question des temporalités pendant une vingtaine d’années. Nous y voyons des recherches de terrain autour de multiples professions : les infirmières et aides-soignantes, les cadres, les travailleurs indépendants, le personnel de nettoyage, des salariés de l’industrie.

5L’organisation de l’ouvrage correspond donc à cette ambition d’utiliser la notion de disponibilité temporelle pour interroger le caractère subjectif de la norme. Pour ce faire, trois parties vont se succéder. Une première partie va d’abord s’attacher à décrire le contexte des analyses proposées. Dans le premier chapitre, les auteurs cherchent à développer les orientations théoriques qui les ont guidés dans la fabrication de cet ouvrage. La notion de conflit de temporalités est évoquée pour rappeler que les temporalités sont des construits sociaux, malgré les prétentions du temps de l’horloge à dominer le monde du travail. Les auteurs cherchent à donner un sens à la crise du temps industriel, en mobilisant d’autres travaux et registres analytiques. C’est par exemple chez Hartmut Rosa, avec sa thèse de l’accélération, que les auteurs trouvent des manières d’appréhender les changements technologiques, les transformations sociales et l’évolution de la vie quotidienne. Pourtant ces explorations font également l’objet de remarques critiques sur la manière dont ces travaux nieraient l’identité des sujets et l’existence des collectifs. De cette critique naît l’intérêt pour la notion de réappropriation des temps qui est explorée au cours de ce chapitre. Cette réappropriation passe par différentes formes de conflits de temporalité qui ont aujourd’hui tendance à s’organiser sur une durée plus longue que par le passé : d’où l’intérêt pour les arbitrages et compromis réalisés tout au long de la vie familiale et de la carrière professionnelle. . Le second chapitre interroge la division sexuelle du travail professionnel et domestique. Ce chapitre revient sur la salarisation massive des femmes « ayant participé à la mise en crise du régime temporel fordiste », construit sur un modèle masculin. Les enquêtes budget-temps peuvent ici montrer les inégalités persistantes, mais en nuançant les différences de genre en fonction des atouts scolaires et professionnels. Le troisième chapitre revient sur les 35 heures. Il cherche à établir un bilan de cette réforme en évitant de la positionner soit du côté des libéraux – qui l’interprètent comme un carcan bureaucratique et juridique —, soit du côté des apôtres du temps libre et de ceux qui y voient un progrès social majeur. La thèse est que les 35 heures ont moins infléchi les dynamiques antérieures du monde du travail au regard du temps de travail que l’on a bien voulu le dire de part et d’autre.

6La seconde partie éclaire la thèse principale en étudiant les deux normes post-fordiennes qui caractérisent aujourd’hui la disponibilité temporelle au travail. Le chapitre 4 va inaugurer cette partie centrale de l’ouvrage qui cherche à définir ce que les auteurs entendent par norme temporelle du travail, schéma et illustration à l’appui. Les auteurs partent de l’idée que le caractère objectiviste des normes a longtemps écrasé et empêché l’expression et le côté subjectif de ces mêmes normes. Il s’agirait là d’un effet intrinsèque de l’hégémonie du temps industriel avec ses règles juridiques tentant à réduire la complexité et les dimensions qualitatives des normes temporelles. Selon les auteurs, c’est tout le contraire qu’il faudrait faire en intégrant dans le temps de travail d’autres facettes de la relation salariale, certaines plus autonomes, d’autres plus hétéronomes, selon le point de vue et selon la situation dans laquelle se trouve le salarié. Les deux chapitres suivants vont alors détailler la norme flexible autonome (chapitre 5) et la notion de norme flexible hétéronome (chapitre 6). Le chapitre 5 revient sur les salariés les plus qualifiés que sont des cadres et qui ont fait le plus souvent l’objet d’une régulation forfaitaire de leur durée du travail. Les inconvénients des avantages sont alors interrogés par les auteurs : l’autonomie relative dans l’organisation temporelle du travail et la protection de fait vis-à-vis des horaires les plus pénibles se paie d’un risque de disponibilité extensive, compte tenu de l’insuffisance des mécanismes collectifs de contrôle de la charge de travail. En ce qui concerne le chapitre suivant, l’hétéronomie et la norme hétéronome sont considérées comme révélatrices d’une précarité salariale. Cette précarité caractérise les activités de commerce et de services. Elle se retrouve en particulier chez les femmes les moins qualifiées, tel qu’en témoigne notamment le secteur du nettoyage.

7La dernière partie du livre regroupe les professions, et les biographies s’appuient ici sur ces professions très féminisées que sont les infirmières et les aides-soignantes. La description des temporalités de la vie quotidienne indique comment ces professions médicales « jonglent » avec l’emploi du temps, montrant par ailleurs les ressources pour obtenir des promotions et des horaires socialement plus normaux au fil de leur parcours professionnel (chapitre 7). Le chapitre suivant va regarder comment les arbitrages se font entre trois différents types de temporalités : celle du contenu et de la qualité du travail, celle des horaires et celle de la vie familiale. Les auteurs y voient la mesure des effets de l’affirmation d’un modèle de vie familiale « à double carrière » et de l’émancipation féminine provoquant des tensions dans la vie conjugale. Enfin, le dernier chapitre va présenter la figure des travailleurs de nuit qui s’avère, dans cette recherche, moins systématiquement négative que les enseignements de la chronobiologie et l'étude des cycles physiologiques le laisseraient entendre. Il s’agirait de prendre en compte un ensemble d’éléments référant à la qualité de la vie au travail : le rapport avec les collègues et avec de la hiérarchie, la possibilité d’influer sur le contenu du travail, etc. Ces éléments permettent d’envisager que dans certains cas le travail de nuit peut offrir une possibilité de « mieux », voire de « bien » vivre la vie au travail.

8La plupart des observations des auteurs sont totalement justifiées au regard des recherches qu’ils nous présentent dans cet ouvrage de synthèse : l’importance de la notion de disponibilité temporelle, les 35 heures négligeant les sujets, les différences en fonction des qualifications (autonomie pour les plus qualifiés, et hétéronomie pour les moins qualifiés), la place des femmes et l’obligation des tâches domestiques qui continuent à peser sur leur vie professionnelle, la pluralité des configurations temporelles et la nécessité de réintroduire le sujet dans des normes objectivistes. Afin d’engager la discussion, trois aspects mériteraient d’être approfondis : la focalisation sur le caractère subjectif des normes, la critique à l’égard des 35 heures, mais aussi la portée théorique de la thèse proposée. Sans entrer dans la discussion sur l’existence de normes fordiennes ou post-fordiennes, on peut admettre que les « 30 glorieuses » ont donné lieu à l’élaboration d’un type de disponibilité temporelle en voie de disparition aujourd’hui. Les auteurs nous placent alors devant l’alternative d’une disponibilité flexible autonome et d’une disponibilité flexible hétéronome. C’est bien sûr cette première que les auteurs vont valoriser comme permettant une meilleure prise en compte du sujet et de ses temporalités. Deux interrogations pourraient être formulées à l’égard de cette manière de voir les temporalités. La première porte sur la prise en considération de la construction collective de ces formes de disponibilité. Quel rôle pour la négociation collective ? Quel rôle pour le conflit de groupes, de classes ? Quel rôle pour les mobilisations sociales ? Le retour au sujet ne suppose-t-il pas une prise en considération des dynamiques collectives qui permettent d’élaborer des alternatives ? La deuxième interrogation porte sur les registres théoriques qui permettent de comprendre ce retour au sujet. En particulier, la coïncidence entre l’élaboration des normes post-fordiennes et les références à des travaux sur la modernité tardive semblent suggérer que le retour au sujet passerait par une critique des thèses modernistes, matérialistes et progressistes. Quelle est précisément la nature de ces critiques et de quelle manière pourrait-elle rejoindre des travaux qui appartiennent à un autre horizon de l’analyse des temporalités ? Les auteurs cherchent-ils à promouvoir l’idée d’une individualisation positive ? Cette posture peut-elle éviter à son tour d’être critiquée comme subjectiviste ?

9Un autre point sur lequel des discussions pourraient être engagées constitue la réforme des 35 heures. Ces discussions ne concernent d’ailleurs pas le fond de ce que les auteurs pensent et que l’on peut partager, mais plutôt la position qui les conduit à parler d’un « bilan mitigé », voire d’un « échec » des 35 heures. Pour durcir le point de vue des auteurs : les 35 heures n’ont pas tellement changé le monde du travail, leur démantèlement pratique n’est donc pas un enjeu important, malgré les tentatives juridiques et politiques en ce sens. On pourrait dire, bien que l’ensemble des critiques des 35 heures soit présent, que la réforme elle-même est banalisée dans l’ouvrage, peut-être à juste titre. La raison en est que les 35 heures ne s’inscrivent pas dans la logique de la réduction de la durée du travail, pas plus celle du début du xxe siècle, que celle des 30 glorieuses : cette réforme s’inscrit plutôt dans le processus d’éclatement et de flexibilisation et d’annualisation des temps travaillés. D’ailleurs pour ne pas évoquer la vieille revendication du mouvement ouvrier, on devrait plutôt parler des 1 600 heures annuelles pour indiquer que la norme hebdomadaire « a sauté ». Il s’agirait alors selon nous, de prendre en compte que les 35 heures ont tout de même, dans beaucoup de cas, fondamentalement changé la vie au travail : pour les uns négativement en matière de rythme, de charge de travail, de disparition des heures supplémentaires ; pour d’autres positivement en augmentant de manière considérable le temps libre, le plus souvent par journées entières. Ces effets sont inégaux selon les salariés, comme le disent les auteurs. Cette réforme constitue néanmoins à nos yeux une rupture fondamentale avec la manière d’envisager la réduction de la durée du travail qui avait cours dans les décennies précédentes : le temps des marchés devient la référence positive (l’emploi) et négative (la disponibilité, la flexibilité) pour tous les travailleurs. On peut supposer que sans cette rupture, banalisant aussi le recours aux heures supplémentaires et à la modulation des durées du travail, la loi de la défiscalisation des heures supplémentaires n’aurait pas pu être décidée une décennie plus tard. Bien que l’élargissement progressif du plafond des heures supplémentaires n’ait pas été utilisé par les entreprises, en raison de la crise économique, une partie des travailleurs a pu être attachée et habituée à la défiscalisation des heures supplémentaires dans le contexte d’une absence d’augmentation des salaires. Cette partie, certes minoritaire des salariés, est devenue de manière compréhensible une force sociale au service du « travailler plus pour gagner plus ». Ce qui ne rend pas la tâche plus facile, ni en matière d’augmentation des emplois ni en matière d’augmentation des revenus. Bref, à notre avis, il s’agit de ne pas de sous-estimer l’impact de la réforme des 35 heures qui va continuer à interpeller les sociologues.

10En conclusion, nous pouvons nous féliciter que des chercheurs continuent à explorer les temporalités du travail et les nouveaux visages de la disponibilité temporelle. La lecture de l’ouvrage est stimulante pour celles et ceux qui pensent que les temporalités de la vie sociale dépendent encore très largement de la manière de vivre le travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jens Thoemmes, « Paul Bouffartigue avec la collaboration de Jacques Bouteiller, Temps de travail et temps de vie », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://nrt.revues.org/1148

Haut de page

Auteur

Jens Thoemmes

CERTOP/SPLOT (Centre d’étude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir/Systèmes Productifs et Organisations du Travail)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org