Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Patrick Cingolani (dir.), Un travail sans limites ? Subordination, tensions, résistances

Toulouse, Éditions Érès, 2012, 248 p.
Morgane Kuehni
Référence(s) :

Patrick Cingolani (dir.), Un travail sans limites ? Subordination, tensions, résistances, Éditions Érès, 2012, 248 p.

Texte intégral

1L’ouvrage collectif dirigé par Patrick Cingolani s’empare d’une question aussi cruciale que difficile : quelles sont aujourd’hui les temporalités du travail ? Ne se heurtent-elles pas de plus en plus souvent, et de plus en plus violemment, aux autres temps de la vie ? Si le travail déborde du temps productif, s’il colonise l’espace privé, s’il « contamine » parfois la vie hors travail, n’est-ce pas l’une des conséquences des transformations du marché du travail ? « De quelles métamorphoses du travail les reconfigurations de nos temps sociaux témoignent-elles ? » (p. 19), s’interroge Michel Lallement dans son article. Il me semble également possible de poser la question à l’envers : de quelles reconfigurations des temps sociaux les métamorphoses du travail augurent-elles ? Intensification, organisation flexible de la production, concurrence entre salariés pour trouver un emploi et s’y maintenir dans un contexte d’incertitude, ces différents aspects ne sont-ils pas à l’origine du fait que les travailleuses et travailleurs, aujourd’hui plus qu’hier, peinent à trouver la juste mesure du temps travaillé ? Qu’en est-il des personnes sans emploi : leur temps n’est-il pas outrageusement capté au nom d’un avenir qui ne peut exister en dehors du travail salarié ? Le temps hors travail ne souffre-t-il pas d’un défaut de reconnaissance dans nos sociétés (post)industrielles ?

2Les contributions de cet ouvrage esquissent une série de réponses en insistant sur la difficulté de la mesure : loin d’être linéaires, quantifiables et facilement repérables, les temps du travail sont mouvants, ils s’entrechoquent ou se superposent, mais surtout ils font l’objet d’enjeux fortement différenciés selon les situations d’emploi (précaire, stable, salarié, assisté, etc.), les groupes professionnels, le statut ou encore le type et le nombre d’activités exercées. Si ces questions sont au cœur de la sociologie du travail contemporaine, ce livre est un outil précieux pour celles et ceux qui s’interrogent sur la place du travail dans les sociétés occidentales. Les temps du travail sont aujourd’hui loin d’être déterminés par Chronos : les frontières entre travail et non-travail s’enchevêtrent selon des logiques et des mécanismes complexes. L’ouvrage pose clairement la question d’un « travail sans limites », mais il ne traite toutefois pas tant du « rallongement paradoxal de la durée du travail, que d’une multiplication des porosités et des passages entre la sphère du travail et les autres sphères de la vie » (p. 9). Il aborde des sujets variés : la fin des trajectoires linéaires structurées par le triptyque formation-travail-retraite, la pluriactivité, les nouvelles formes d’organisation du travail, la responsabilisation croissante des salariés, la servitude volontaire, l’épineuse question de la « conciliation travail-famille » ou encore la précarisation des situations de travail et la quête de stabilité menée par les personnes en situation d’emploi précaire. L’ouvrage collectif réunit les contributions de onze auteurs, il est organisé en quatre parties qui procèdent chacune d’une introduction rédigée par Patrick Cingolani dressant les enjeux communs des articles présentés dans chaque section. La qualité des textes réunis et l’excellente mise en perspective permettent aux lecteurs de mesurer les tensions qui existent aujourd’hui autour de la question des temporalités dans différentes situations de travail. Si ce livre traite avant tout des limites, des seuils et des frontières, il met aussi au jour certains franchissements et zones de perméabilité, puisque les auteurs laissent une part belle aux stratégies de résistance des individus.

3Dans la première partie intitulée « Temps, travail et société », il est avant tout question du rapport salarial : le temps de travail d’hier, soit de la période industrielle fordiste, est-il révolu ? Le rapport salarial est-il devenu l’essence même d’un rapport incertain, marqué par la contrainte du besoin ? Dans sa contribution, Michel Lallement montre que les frontières de la société industrielle sont aujourd’hui de plus en plus perméables, car le travail salarié pénètre des sphères qui lui échappaient : privatisation du secteur public, développement de la formation par le travail, droit de suspendre son travail à des fins privées (congés parentaux), etc. Par ailleurs, comment se satisfaire des critères de type comptable et industriel à l’heure où le travail se dématérialise de plus en plus (p.31) ? Selon l’auteur, la décentralisation de la négociation, dont l’issue est de plus en plus souvent « dérogatoire aux règles légales » (p. 21), laisse souvent les travailleurs et travailleuses assumer seuls la responsabilité de leur travail, qui n’est plus du ressort des entreprises, et ses conséquences. Chantal Nicole Drancourt, quant à elle, propose de sortir du paradigme de l’emploi et trouver une alternative à la logique providentielle. Pour l’auteure, il faut « élargir la question des temps (et notamment celle des temps travaillés) à celle de leur reconnaissance, de leur légitimation sociale et aux supports légaux de leur exercice » (p. 49). À partir de l’analyse du dispositif du « complément de libre choix d’activité », un dispositif de congé parental, l’auteure plaide pour la fin du régime temporel propre à la société fordiste. Elle propose d’entrer dans une société du travail (au sens juridique du terme précise-t-elle), compris moins comme une « injonction à travailler pour vivre (effacement de la dette sociale) que d’une redéfinition de la valeur travail (redéfinition de la dette sociale) (p. 45). Autrement dit, il s’agirait de passer d’un statut salarial (Castel, 1995) à un “état professionnel” (p. 47) qui déboucherait sur la reconnaissance les activités hors travail comme appartenant au monde du travail.

4La deuxième partie de l’ouvrage pose la question centrale des tensions entre subordination et autonomie. Les lecteurs entrent de plain-pied dans le quotidien des salariés de sociétés de service et d’ingénierie informatique, des tâcherons dans l’abattage des volailles et des postiers/ères. De l’un à l’autre, les situations sont fort diverses, mais cette hétérogénéité permet justement de pointer la dilution et l’éclatement des normes temporelles. Les informaticiens étudiés par Isabelle Berebi-Hoffmann peuvent paraître extrêmement libres au premier abord, tant les hiérarchies sont effacées. Leurs qualifications et leur statut hybride dans les entreprises, dans la mesure où les clients deviennent des “quasi-employeurs” (p. 64), leur offrent d’importantes marges de manœuvre pour négocier leur indépendance. Toutefois, cette possibilité comporte des revers : étant à la fois en dehors et à l’intérieur des entreprises où ils servent, c’est non seulement les frontières des entreprises qui s’effacent, mais aussi la nature des liens hiérarchiques qui se transforme. Ces salariés sont alors “en quête de structuration d’un espace de liberté rendu problématique par son ampleur même” (p. 79). Dans son article sur le tâcheronnat, Sylvie Célérier dresse le portait d’hommes travaillant dans l’industrie de la viande. Ces derniers doivent “taper dedans” dans les différents sens du terme : faiblement rémunérés pour un travail extrêmement pénible, sans aucune garantie et dans des situations qu’elle décrit comme “hors la loi”, ces derniers effectuent une prestation de service décomptée en nombre de pièces à réaliser. Selon l’auteure, le tâcheronnat est avant tout marqué par une profonde ambivalence : d’un côté il ouvre une “brèche dans la lourdeur des destins ouvriers” (p. 82), mais il est aussi un principe de précarisation des trajectoires professionnelles. Comme le déroulement du travail n’est ni prescrit ni encadré par des normes de sécurité, les entreprises se dédouanent complètement des dangers de l’activité et de ses répercussions sur la santé. Pourtant, les tâcherons ne peuvent être considérés comme une main d’œuvre sans qualité et occupent toujours des postes stratégiques pour les entreprises (p. 94). Ils ne sont donc pas facilement substituables et peuvent espérer trouver une certaine stabilité dans cette industrie. Paul Bouffartigue s’empare de la problématique de la précarité partant d’une enquête menée sur des postières et postiers en contrat à durée déterminée (CDD). Pour l’auteur, la précarité est un processus et non un état, il faut donc penser en termes de “continuum de conditions et d’expériences salariales” (p. 103) et éviter tout lien mécanique entre les trois dimensions de la précarité professionnelle : le statut juridique de l’emploi, le sentiment subjectif de la précarité sociale et le repli sur des stratégies individuelles. Pour les postiers en CDD, la précarité n’est pas qu’une expérience de fragilisation, “elle s’inscrit dans un parcours de stabilisation appuyée sur une dynamique de développement des capacités sociales et professionnelles” (p. 108). Toutefois, si l’horizon d’une stabilisation est envisageable et souvent espéré, il n’en demeure pas moins que les travailleurs et travailleuses en contrat précaire subissent des pressions spécifiques, alors que leurs ressources sont souvent moindres.

5Dans la troisième partie, intitulée “usages et mésusages du dispositif segmentaire”, il s’agit d’investiguer ce que Patrick Cingolani désigne comme un “processus de colonisation du monde vécu” (p.120). Entre les promesses d’embauche et les menaces de licenciement, le temps hors travail est de plus en plus souvent capté et assujetti. Dans le chapitre sur “l’attente du travail : sociologie du dispositif précaire” (p. 124), l’auteur montre que nombre de salariés ont la charge d’assurer la continuité de l’emploi et la perpétuation de leur force de travail. Le propre de ce qu’il nomme le “dispositif précaire” est de renvoyer aux travailleurs la gestion de l’incertitude et des aléas du travail. Ce dispositif réactive par conséquent “un rapport de dépendance et de captation de l’individu en ouvrant artificiellement la discontinuité entre travail et travailleur, et l’exigence d’assurer sa continuité pour ce dernier” (p. 130). Le travail devient alors une faveur et l’attente peut être punitive. Poursuivant la réflexion sur la discontinuité temporelle dans les situations de travail précaires, Dominique Glaymann traite des jeunes intérimaires. Déroulant les différents usages que les travailleurs peuvent faire de l’intérim à partir du degré de choix qui caractérise la situation (des choix autonomes aux choix contraints), l’auteur s’arrête spécifiquement sur la dimension socialisatrice de cette forme d’emploi. Pour Glaymann, l’intérim fait partie de la “course à obstacles” qu’est devenue la primo-insertion professionnelle. Dans un monde où “la jeunesse est présentée comme un risque pour l’employeur” (p. 159), il ne fait point de doute que l’intérim sert surtout à discipliner ces jeunes salariés qui doivent prouver qu’ils méritent leur embauche. John Krinsky et Maud Simonet nous font voyager sur un autre continent, dans les parcs new-yorkais, où officient les travailleurs et travailleuses du workfare. Clairement situés aux marges de l’emploi, n’étant pas payés pour leur temps de travail, mais devant travailler un certain volume d’heures en fonction du niveau d’aide qu’ils et elles reçoivent, les nettoyeurs des parcs à l’assistance sont une sorte de figure idéale typique des travailleurs “non standards” (p.168). Partant de l’importance de tenir compte du statut de l’emploi pour comprendre la relation au temps, mais aussi aux activités de travail, à son contenu et sa reconnaissance, les sociologues mettent l’accent sur le “brouillage des frontières entre État et société civile” qui constitue un “aspect important de cette réorganisation et redistribution du travail” (p.186).

6La quatrième partie traite d’un en deçà ou d’un “par-delà le travail”. Les contributeurs y questionnent les injonctions au travail et les impossibilités de les réaliser dans une société qui persiste à se définir à partir du travail. Mathias Waelli et Philippe Fache signent une contribution intitulée “Être ailleurs au travail” portant sur les caissiers/ères d’hypermarchés. Les auteurs mettent en exergue des solidarités “électives et contractuelles” (p. 196) qui se fondent principalement sur des intérêts hors entreprise. Dans un contexte de fort turn-over émanent des liens faibles et polymorphes révélateurs du fait que “chacun tente de se servir sans s’asservir” (p.205). Les auteurs mettent donc au jour de “nouvelles façons d’être ensemble au travail qui ne reposent plus sur le travail”. S’ils font l’hypothèse que ces liens sont corrélatifs à un degré supérieur de scolarisation et à l’emploi massif des étudiants en caisse (p. 208), l’on aurait souhaité savoir quels en sont les usages “dans le travail” : ces liens peuvent-ils jouer comme une ressource pour résister à la pression temporelle par exemple ? Laurence Roulleau-Berger s’atèle aux travailleurs et travailleuses migrants, souvent pris en “captivités dans des espaces de faible légitimité” (p. 216), contraints au “sale boulot” et subissant de multiples discriminations. Pris dans un double bind entre une forte injonction de travailler, tout en étant confrontés à l’impossibilité de travailler selon les formes attendues, l’auteure met au jour l’existence de niches ou d’“enclaves éthiques” (p. 213) dans lesquelles ces travailleurs font l’expérience de l’éclatement des ordres économiques, producteurs d’ordres de reconnaissance différenciés. Pluriactivités, polyactivités, mais aussi réversibilités caractérisent ces trajectoires biographiques actualisant les enjeux de justice, mais aussi de propriété ou de perte de soi (p. 215).

7Au terme de cet ouvrage, l’on mesure pleinement l’éclatement de la relation salariale traditionnelle et l’ampleur de ses répercussions sur les temps sociaux en termes de dissonances, voire de discordances. Dans sa conclusion, Patrick Cingolani revient sur la nécessité de trouver des sécurités au-delà de l’emploi, mais aussi sur le lien entre précarité et soumission : plus les salariés sont précaires, plus les hommes et les femmes sont à la merci des exigences productives. Certes, le contrôle du temps devient l’objet de mécanismes de sujétion de plus en plus subtils, mais l’on aurait souhaité en savoir davantage sur les capacités individuelles et collectives de structurer son temps à l’échelle des parcours de vie, car elles sont toujours parties prenantes d’un passé et tendues vers un avenir. L’envie de lire davantage sur le sujet est le signe prometteur qu’en esquissant certaines réponses, l’ouvrage appelle également certaines questions : quels sont les effets de la colonisation du temps sur la santé des travailleurs, mais aussi sur leurs enfants, leurs conjoints ou leurs amants ? Le temps, ses usages ou encore sa “métrologie” (Lallement, p. 31) sont résolument une affaire collective et politique, en conséquence c’est un champ de recherche toujours en chantier...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Morgane Kuehni, « Patrick Cingolani (dir.), Un travail sans limites ? Subordination, tensions, résistances », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://nrt.revues.org/1153

Haut de page

Auteur

Morgane Kuehni

Professeure, École d’études sociales et pédagogiques (EESP) – Responsable de recherche, Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org