Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Maël Dif-Pradalier et Fabien Reix, Figures de salariés CFTC en lutte. “Le cas de Continental et de Nortel”

Paris, IRES/CFTC, coll. « Arguments », 2012, 176 p.
Jean-Pierre Durand
Référence(s) :

Maël Dif-Pradalier et Fabien Reix, Figures de salariés CFTC en lutte. “Le cas de Continental et de Nortel”, Paris, IRES/CFTC, coll. « Arguments », 2012, 176 p.

Texte intégral

1Écrit par deux sociologues, cet ouvrage a pour objectif d’analyser les rôles des sections syndicales de la CFTC dans deux conflits marquant la fin de la première décennie de ce nouveau siècle. Dans les deux cas, la CFTC était fortement implantée dans les établissements.

2À Continental (usine de Clairoix dans l’Oise, 1 120 salariés), la CFTC était majoritaire au comité d’entreprise avant de perdre pied lors de l’annonce, en mars 2009, de la fermeture de l’usine de pneus par la direction de l’entreprise à capitaux allemands. C’est ensuite la CGT qui mène le mouvement grâce, nous disent les auteurs, à un militant charismatique de LO, ancien de l’usine, revenu sur le terrain. À la suite d’atermoiements juridiques et de déceptions, un groupe de salariés occupe la sous-préfecture de Compiègne et, des violences accompagnant cette occupation, le conflit obtient une telle médiatisation que le pouvoir politique parisien se voit contraint d’organiser la réunion tripartite direction-syndicats-État que les salariés réclamaient. Étonnamment, selon les auteurs, les syndicats – en particulier la CGT qui anime le mouvement – ne défendent pas le maintien du site, mais exigent et obtiennent, après quelques péripéties, des conditions « honorables » de départ : 50 000 euros de primes de licenciement s’ajoutant aux primes légales, 24 mois de maintien de leur salaire et des stages de formation ou de reconversion. Pour les uns, il s’agit d’un « bon accord » pour d’autres, « ce qu’on a gagné en sortant, c’est plus de respect ».

3Le chapitre 2 expose une réduction massive de l’emploi à Nortel (Chateaufort dans les Yvelines). Le groupe canadien d’équipements de téléphonie emploie en France 700 salariés en R&D et 130 salariés dans une filiale commerciale. Contrairement à Continental, la culture syndicale est à peu près inexistante parmi ces ingénieurs, techniciens et cadres (p. 62-66). La CFE-CGC a la majorité au CE, la CFTC est le second syndicat du site. Après l’annonce de la demande de liquidation en mai 2009, les syndicalistes ont bien du mal à mettre les salariés en grève, à maîtriser le casse-tête juridique de « sauvegarde » de l’établissement et à médiatiser leur mouvement. Jusqu’à ce que certains d’entre eux disposent des bouteilles de gaz dans l’établissement en menaçant de le faire sauter. En quelques jours, les élus locaux relaient le mouvement social jusqu’à ce que le « groupe de résistance » signe un accord avec la direction qui restera longtemps confidentiel. 465 salariés sont licenciés pour motif économique et seulement 200 resteront comme prévu dans l’entreprise avant son rachat par une firme autrichienne. Les conditions financières et de reconversion sont moins bonnes qu’à Continental, mais se situent nettement au-dessus des minimums légaux.

4Cet ouvrage a l’originalité de présenter le point de vue de la CFTC sur deux conflits récents où elle a été l’un des acteurs essentiels. Il cite de longs verbatim et fait la part belle aux logiques d’acteurs de la CFTC : il offrira ainsi un intérêt certain pour les historiens. Pour le sociologue des relations professionnelles et des mouvements sociaux, il met bien en exergue les difficultés de la CFTC à faire face à ses propres contradictions : proposer un diagnostic radical sur la financiarisation de l’économie et, dans la pratique, adopter des positions plutôt conciliantes avec le patronat dans les institutions représentatives du personnel ou dans les négociations au niveau national. Par exemple, dans l’introduction à l’ouvrage un proche du président de la CFTC dénonce combien « la logique d’un ultralibéralisme prédateur et sans frontière fracasse les destins d’hommes et de femmes et mutile le paysage industriel de notre pays » ou bien comment « les salariés [sont] sacrifiés sur l’autel du seul profit [et qu’il faut] comprendre les mécanismes des abus d’un libéralisme qui poussent à faire des plans sociaux, malgré des profits énormes. Mais, en même temps, l’ouvrage montre que l’affaiblissement de la CFTC à Continental tient essentiellement à sa signature d’un « marché de dupes » en 2007 (formulation des auteurs) dans lequel le syndicat majoritaire acceptait le retour aux 40 heures au nom de la compétitivité contre une promesse, jamais écrite, d’une pérennisation du site de production de Clairoix. Autrement dit, ce que nous montre cet ouvrage, en creux bien sûr, est que si le diagnostic peut être partagé, du point de vue du syndicalisme défenseur des salariés, sur les méfaits de l’ultralibéralisme, rien n’est dit sur la tendance intrinsèque au capitalisme à évoluer vers cet ultralibéralisme et surtout vers sa financiarisation (ce que montrent tous les théoriciens du capitalisme...).

5La nature d’un syndicat de « construction sociale » telle qu’elle est définie par l’auteur de l’introduction n’est-elle pas, justement, de signer des accords de dupes comme celui de 2007 à Continental ? Au fond, cette orientation n’affaiblit-elle pas le rôle historique du syndicalisme de défense des salariés en laissant entendre qu’il y a des « alternatives douces » aux positions plus dures d’autres confédérations syndicales ? Si l’ultralibéralisme triomphe ne faudrait-il pas alors douter des possibilités de « construction sociale » au cœur du capitalisme prédateur dénoncé dans la même introduction ? Car n’est-ce pas ce décalage entre le diagnostic économico-financier et la situation faite aux salariés aujourd’hui d’une part et, d’autre part, les pratiques syndicales (signature d’accords aux contenus peu favorables aux salariés, faible participation aux luttes sociales) qui est la pierre angulaire des profonds déséquilibres dans les rapports entre le capital et le travail ou, pour le dire autrement dans les relations professionnelles ?

6Bien sûr, la réalité est toujours un peu plus ambivalente que le suggère ce questionnement. En particulier, les auteurs de l’ouvrage rappellent que lors des négociations finales à Continental, seul le délégué CFTC souhaitait poursuivre la négociation considérant que les 50 000 euros d’indemnités proposés par la direction n’étaient pas suffisants par rapport aux 200 000 euros demandés par les grévistes. Démarche tactique du délégué ou surenchère inutile ? On peut se poser la question. Cependant, ce rappel des faits converge avec les doutes mis en avant par les auteurs quant à la stratégie de la CGT (et du leader LO, omniprésent dans les luttes), qui n’a pas demandé le maintien du site, se satisfaisant de « voir le drapeau CGT flotter partout ».

7Le principal intérêt de l’ouvrage réside certainement dans les interrogations du chapitre 3 sur la place et le rôle de la violence dans les conflits sociaux. En effet, il apparaît que la violence n’a pas seulement pour cause les exactions des employeurs vis-à-vis des salariés désarmés devant les licenciements massifs : il s’agit à chaque fois d’attirer le regard des médias pour que le conflit, en général cantonné à la page locale de la presse, gagne en visibilité et que le pouvoir politique intervienne afin de le régler au bénéfice des salariés (qui votent aux élections générales !). C’est en ce sens que les auteurs parlent du caractère symbolique de la violence dans les luttes sociales : ce ne serait pas une violence de haine, mais une violence instrumentalisée pour atteindre d’autres objectifs : la sortie, par le haut, de conflits dans lesquels les directions d’entreprise traitent les salariés et les syndicats par le mépris et l’ignorance.

8La radicalisation et la violence des salariés dans leurs luttes apparaît ainsi comme un non-choix, comme une contrainte imposée par le dédain des employeurs et des actionnaires – y compris à travers la dilution de leurs propres responsabilités par des montages juridiques qui obscurcissent ou masquent leur réelle implication. Nous sommes donc bien loin de la démocratie dont se targuent encore les hommes politiques qui laissent faire sans légiférer sur les causes fondamentales de tous ces maux, en proposant par exemple une réglementation nationale, continentale et internationale encadrant les comportements des acteurs financiers et des actionnaires « agissant sans foi ni loi » (selon une formule de l’introduction de l’ouvrage). Plus encore, les textes répressifs envers les militants syndicaux promulgués par le gouvernement Fillon n’ont pas été abrogés. Et certains des militants ayant participé à l’occupation de la sous-préfecture de Compiègne en 2009 voient aujourd’hui leur condamnation confirmée par un tribunal. Le déséquilibre dans la gestion publique de la violence se voit réaffirmée : à la violence légale contenue dans l’inégalité du rapport salarial (et surtout dans celle du libre droit à la destruction d’emplois qui en découle) répond une violence des salariés qui demeure illégale contre leurs employeurs ou contre l’État qui légitime et légalise la première.

9Dans ce même chapitre 3, les auteurs regrettent l’évolution du syndicalisme vers un syndicalisme de service dans le sens où nombre de syndiqués adhèrent (sans militer) pour se protéger des aléas de la vie en entreprise, la majorité attendant passivement les fruits du travail des militants. L’abandon de l’objectif de « l’émancipation intégrale des travailleurs », que met en avant la Charte d’Amiens, apparaît dommageable aux auteurs, puisqu’elle laisse « aux employeurs la maîtrise de la question de l’emploi et celle de l’organisation du travail » (p. 109). Les auteurs regrettent aussi que les organisations syndicales – et plus particulièrement la CGT à Continental – aient abandonné la revendication du maintien des activités sur les sites condamnés par les directions de groupe (allemande et canadienne) pour ne réclamer qu’une amélioration des conditions de licenciements et de départs (primes, contrats de travail prolongé de deux ans chez Continental, stages de reconversion, etc.) : « En abandonnant toute perspective réelle de se battre pour le maintien de l’activité [perspective d’autant plus justifiée et justifiable que l’activité est parfaitement rentable], ils témoignent dans le même temps avoir intériorisé les catégories de perception véhiculées notamment par les directions d’entreprises qui fatalisent l’existant et expliquent qu’il ne peut en être autrement. Cette position, le plus souvent appelée “réaliste” sert alors de justification de la part des représentants syndicaux vis-à-vis de leurs bases pour expliquer le choix et la modération de leurs revendications en même temps qu’elle ne manque pas d’être exigée par les représentants patronaux, mais aussi étatiques, en rappelant rituellement les représentants syndicaux à leurs “responsabilités”. » (p. 107-108). Et plus loin, démontant le processus de décision des fermetures de site Maël Dif-Pradalier et Fabien Reix écrivent : « Les salariés et leurs représentants se retrouvent ainsi face à une logique de système qui s’affirme incontournable dès lors que les directions sont elles-mêmes soumises à la [forte] pression des actionnaires et ont le sentiment de ne pas pouvoir faire autrement. » (p. 110)

10Les auteurs peuvent alors mettre en évidence ce qu’ils dénomment « l’absence de discours alternatif » au discours patronal de la part des syndicalistes. Cette position ne manque pas d’étonner dans un ouvrage édité par le Bureau d’études de la CFTC, puisqu’elle se situe assez loin des positions doctrinales de la CFTC. À moins que par « position alternative », il faille comprendre qu’elle doive se situer à l’intérieur des règles du capitalisme actuel, ce qui serait alors contradictoire avec l’introduction de l’ouvrage déjà citée qui condamne la financiarisation du capitalisme. Il est probable que nous rencontrions ici toute l’ambiguïté de cet ouvrage avec ses hésitations permanentes quant aux analyses et perspectives des actions syndicales et quant au syndicalisme lui-même. Par exemple, quand Maël Dif-Pradalier et Fabien Reix regrettent l’absence de discours alternatif, on peut leur opposer quelques auteurs proposant de réglementer les actions des puissances financières à l’échelon national et international tels que Frédéric Lordon (p. 128), d’ailleurs cité un peu plus loin avec sa proposition de SLAM (Shareholder Limited Authorized Margin pour marge actionnariale limite autorisée) dans Le Monde diplomatique de février 2007. La question à poser est peut-être celle du fait que de telles propositions alternatives sont totalement inaudibles au-delà d’un cercle restreint de militants et d’intellectuels. Pourquoi ? Comment s’y prendre pour que des propositions en général rapidement qualifiées d’irréalistes soient prises en compte par les appareils syndicaux, les militants et plus généralement les salariés ?

11Cette ambivalence de l’ouvrage se retrouve à quatre pages d’intervalle. D’une part, les auteurs vont au moins aussi loin que Frédéric Lordon (cf. Jusqu’à quand ? L’éternel de la crise financière, Raison d’agir, 2008) ou Alain Bihr (par exemple dans Les rapports sociaux de classe, Lausanne, p. 2, 2005) puisqu’ils considèrent qu’« une radicalisation aurait en outre supposé de ne pas se limiter au seul objectif d’une amélioration des conditions de départ, mais d’élargir la plate-forme revendicative en posant frontalement des questions relatives à l’exercice de la propriété des moyens de production » (p. 113). D’autre part, les auteurs reprennent à leur compte la proposition de la CFTC d’un « statut du travailleur » pour sécuriser les trajectoires professionnelles des personnes (p. 117). Or, insérée dans les pratiques actuelles du capitalisme financiarisé – tel que dénoncées précédemment dans cet ouvrage –, cette proposition ne peut conduire qu’à de nouveaux accords déséquilibrés comme l’Accord national interprofessionnel sur la compétitivité et la sécurisation de l’emploi, signé entre le MEDEF et seulement trois syndicats (dont la CFTC) en janvier 2013.

12Ce cheminement chaotique, qui laisse percevoir de temps à autre une reprise du texte des auteurs par le préfacier, se termine par un appel à la mise en place de « revendications syndicales véritablement transnationales [imposant] une négociation collective au niveau européen » et un « plafonnement de la rentabilité actionnariale » : autant de points de vue auxquels on peut souscrire, mais dont les accords signés par la CFTC s’éloignent trop souvent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Durand, « Maël Dif-Pradalier et Fabien Reix, Figures de salariés CFTC en lutte. “Le cas de Continental et de Nortel” », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/1156

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Durand

Centre Pierre Naville, Université d’Evry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org