Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Sabine Fortino, Benjamín Tejerina, Beatriz Cavia, José Calderón, Crise sociale et précarité

Paris, Champ social Éditions, coll. Questions de société, 2012, 312 p.
Laëtitia Sibaud
Référence(s) :

Crise sociale et précarité, Paris, Champ social Éditions, coll. Questions de société, 2012, 312 p.

Texte intégral

1Le 15 mai 2011, à la Puerta Del Sol en Espagne, des milliers de manifestants se rassemblent. Débute alors le mouvement des « Indignés » dénonçant les mécanismes et conséquences de la crise économique de 2008, notamment la précarité. Les sciences sociales s’emparent bien souvent de cet objet en cloisonnant les champs (emploi, travail, modes de vie, relations familiales, etc.) et les populations affectées (femmes, jeunes, chômeurs, etc.). Mais cet ouvrage collectif, fruit du colloque « Ce que la précarité nous apprend de la société. Regards croisés France/Espagne », aborde la précarité de façon plurielle tout en mettant en regard ses différents registres. En effet, Crise sociale et précarité ne se limite pas à la sphère socioproductive. Il appréhende également la vie quotidienne, les modes de vie et les identités des précaires. L’ouvrage rend ainsi compte des processus multiples de « vulnérabilisation sociale », que ce soit au sein de l’entreprise (mode de management), du hors-travail ou des relations sociales ; d’où la notion centrale de précarité vitale. C’est cette dernière, que les auteurs définissent comme » une situation caractérisée par une restriction, une impossibilité ou une limitation d’accès aux conditions, exigences et ressources considérées comme nécessaires pour pouvoir envisager et mener une vie autonome » (p. 29), qui forge la principale richesse et originalité de l’ouvrage.

2Pour conduire cette approche multidimensionnelle de la précarité, l’ouvrage se compose de trois parties et de 14 contributions pluridisciplinaires en sciences sociales, s’appuyant sur de solides enquêtes de terrain menées en France et en Espagne par des chercheurs des deux pays. La problématique transversale est celle du processus de précarisation sociale, au-delà de la précarité socio-économique. L’ouvrage complète donc la notion de précariat (centrée sur le marché de l’emploi) de Robert Castel. La plupart des textes combinent précarité de l’emploi et du travail, insistant sur la généralisation de la précarité, sans oublier le fait qu’elle fragilise davantage les femmes, les jeunes, les travailleurs pauvres et immigrés. Les différents chapitres s’attachent ainsi à trois populations particulièrement affectées par ce processus de précarisation dans les deux pays tout en s’efforçant d’en décrire les spécificités. Les auteurs montrent que les marchés de l’emploi français et espagnols sont en effet discriminants pour les femmes, les travailleurs immigrés et les travailleurs les moins qualifiés, notamment les jeunes, et que le risque de fracture sociale n’a jamais été aussi présent dans les deux pays. L’ouvrage revêt donc un double intérêt : appréhender la notion de précarité dans ses diverses dimensions et l’analyser selon deux configurations nationales différentes.

3L’introduction, très détaillée, avance les clefs pour comprendre au mieux l’enjeu de la comparaison et des développements à suivre qui traitent notamment de la détérioration du marché de l’emploi et des conditions d’emploi (flexibilité, contrats précaires, relations professionnelles instables) ainsi que de la montée fulgurante du chômage et de ses effets sur les dynamiques familiales. Les auteurs nous livrent une description très précise de la dégradation du marché de l’emploi (le lecteur a d’ailleurs parfois tendance à se perdre quelque peu dans les nombreux chiffres à l’appui de la démonstration) : forte augmentation du chômage, développement du sous-emploi, de la part des CDD et plus globalement des emplois atypiques. Autant de marqueurs de la précarité socio-économique qui prend un nouveau visage inquiétant : celui des travailleurs pauvres, de la « pauvreté laborieuse », distincte et complémentaire de la « pauvreté d’exclusion ». Ce processus contemporain de précarité sociale est forgé par le concept novateur de précarité vitale qui ne se limite pas à la précarité socio-économique et conjoncturelle des débuts de parcours, mais rend compte de cette nouvelle précarité structurelle qui s’enracine au sein de nombreuses trajectoires et en devient en quelque sorte consubstantielle. L’augmentation de l’isolement et de la solitude du travailleur, rendue possible par l’affaiblissement des collectifs de travail et de l’action collective, représente le fil rouge de ce livre.

4Une autre originalité de cet ouvrage réside dans la notion de précarité subjective qui complète parfaitement l’approche classique en termes de précarité objective, bien souvent circonscrite à la sphère de l’emploi (précarisation salariale). Précisons qu’il y a « précarité subjective lorsque l’individu subit une perte de sens et de maîtrise sur son travail » (p. 32) ; l’un des indicateurs forts de cette précarisation subjective étant les suicides au travail. La précarisation subjective, en tant qu’extension de la précarité objective à des catégories de travailleurs qui semblaient jusque-là être épargnés (les « stables »), se présente comme une notion véritablement novatrice.

5La première partie – « La précarité et ses cibles » – s’attache à cerner les personnes qui subissent la précarité. Ainsi, le texte de Beatriz Cavia et Maria Martinez analyse la précarité comme un manque à la fois de ressources, de protection et de perspectives chez les groupes sociaux qui en sont principalement affectés pour ouvrir ensuite sur une approche contemporaine, plus sensible aux dimensions socioculturelles de la précarité. Les articles de Sabine Fortino et Teresa Torns dévoilent les processus de précarisation vécus par les femmes. Cette vulnérabilisation des femmes (notamment immigrées), tant en France qu’en Espagne, tend à devenir la norme sociale de l’emploi. Puis, Luis Enrique Alonso aborde la question des jeunes générations par le prisme de la précarisation de l’élaboration des projets de vie. Enfin, Lorenzo Cachon décrit comment l’Espagne a construit un « cadre institutionnel discriminatoire » stigmatisant les travailleurs immigrés qui subissent une législation spécifique en matière d’emploi.

6La deuxième partie, intitulée « Précarité objective et subjective et souffrance au travail », est composée de cinq chapitres. Le premier, de Danièle Linhart, ouvre le débat et remet en cause l’opposition trop évidente entre stables et précaires puisque désormais le sentiment de vulnérabilité n’affecte plus seulement les salariés instables. D’où l’intérêt de la notion de précarité subjective. Yves Clot introduit ensuite la question de la santé au travail par une double interrogation : les conséquences de la perte d’emploi du point de vue de la santé mentale et physique ainsi que les raisons de se sentir précaires dans le travail et le hors-travail. Dans cette lignée, le texte de Pascale Molinier questionne l’émergence d’une « nouvelle catégorie psychopathologique » : les suicides liés au travail même si cet acte ne doit pas être réduit au seul point de vue professionnel. Puis Amparo Serrano, Maria Paz Martin et Eduardo Crespo avancent une approche critique de notions individualisantes, comme la flexicurité ou l’employabilité, qui font perdre la dimension collective du travail aux individus. Ramon Ramos Torre explore quant à lui les différentes formes de mal-être qui surgissent entre le temps du travail et le temps quotidien.

7La troisième partie, qui traite des stratégies et des pratiques de résistance des précaires, explore la manière dont ils s’organisent pour gagner leur place au sein des collectifs de travail et pour être reconnus dans les organisations syndicales. En ce sens, Pablo Lopez Calle traite des processus de précarisation du travail des jeunes Espagnols et de la démobilisation générale. Le collectif ASPLAN analyse plus spécifiquement les mobilisations de salariés sans-papiers autour de l’enjeu de la régularisation par le travail. Dans une perspective comparable, Jose Angel Calderon décrit notamment les relations entre les travailleurs stables et précaires qui se tissent au sein des syndicats. Enfin, l’article de Benjamin Tejerina et Andrés Seguel démontre comment la précarité vitale a permis d’élaborer des formes d’organisation particulières et de transformer la nature des luttes au sein du mouvement altermondialiste.

8En somme, cet ouvrage collectif interroge de façon minutieuse les objets classiques de la sociologie sous l’angle de la précarité : l’emploi et le travail (approche socioproductive), mais également les temps sociaux, le hors-travail (consommation, temps libre), la question du genre et des générations ainsi que l’action collective. Cette approche sociographique d’une pluralité de registres qui s’entremêlent représente la véritable richesse de ce livre ainsi que son caractère novateur. Cette analyse rappelle l’image des dominos, où une précarité en engendre une autre et où le tout fait système : la précarité de l’emploi précarise les relations professionnelles qui précarisent à leur tour les conditions et modes de vie ; cette approche globale, qui aborde la condition précaire permanente, revêt un véritable intérêt intellectuel et politique.

9Cette comparaison très stimulante des deux côtés des Pyrénées mériterait d’être prolongée par la traversée de la Méditerranée en élargissant l’analyse, par exemple, aux pays du « Printemps arabe » ayant d’ailleurs initié le mouvement des Indignés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laëtitia Sibaud, « Sabine Fortino, Benjamín Tejerina, Beatriz Cavia, José Calderón, Crise sociale et précarité », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/1159

Haut de page

Auteur

Laëtitia Sibaud

Post-doctorante, FMSH

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org