Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Gérald Gaglio, Sociologie de l’innovation

Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 2012, 126 p.
Gaëtan Flocco
Référence(s) :

Gérald Gaglio, Sociologie de l’innovation, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 2012, 126 p.

Texte intégral

1La sociologie de l’innovation est désormais un champ de la sociologie contemporaine. Elle possède ses propres objets, méthodes, cadres théoriques et débats constitués. Le livre de Gérald Gaglio entreprend de dresser ici la synthèse des acquis de ce domaine. La démarche est légitime tant l’innovation est devenue omniprésente, que ce soit dans les discours, dans les pratiques ou dans les objets présents dans une multitude d’univers sociaux. Il était donc nécessaire de faire le point sur cette notion, notamment dans une perspective de déconstruction sociologique des catégories mises en œuvre par cette sous-discipline. Rédigé à partir d’une thèse de doctorat, le livre est composé de quatre parties. La première définit l’innovation. La deuxième examine ses propriétés sociologiques. La troisième partie traite de la question centrale des processus de diffusion de l’innovation. Le propos s’achève sur une quatrième partie présentant quelques-unes de ses expressions contemporaines, en particulier dans l’action publique, dans l’entreprise ou encore à travers la figure idéaltypique de l’Internet. Cet ouvrage est fort utile et tout à fait stimulant, même si certains développements peuvent aussi parfois donner au lecteur le sentiment d’avoir omis des questions fondamentales posées par les processus d’innovation. C’est le cas lorsqu’il contribue à délimiter un périmètre somme toute assez restreint de la sociologie de l’innovation. Toujours est-il qu’il s’agit là d’un livre bien conçu, bien écrit et par conséquent agréable à lire. Sa lecture suscite de nombreuses interrogations et invite au débat. Ce sont précisément ces questions que nous proposons de soumettre ici. Auparavant, il faut rappeler les apports de cet ouvrage.

2L’un de ses premiers points forts est d’être accessible et particulièrement didactique. En ce sens, il correspond tout à fait à la ligne éditoriale de la collection « Que sais-je ? ». On y apprend ainsi que le terme d’innovation est employé de multiples façons, ce qui nécessite un travail de clarification. Pour ce faire, l’auteur précise d’abord ce que n’est pas l’innovation – une invention, une nouveauté, une mode, une tendance ou encore la créativité – pour mieux distinguer ensuite les critères qui la définissent. On compte parmi eux la création d’un artefact ou d’un dispositif, sa mise sur le marché et enfin son succès commercial. Deuxième point fort, ce livre propose une synthèse réussie des principaux débats théoriques de la sociologie académique. On pense en particulier à celui qui porte sur ses modalités de diffusion des innovations, un débat qui met en scène l’anthropologie diffusionniste, les travaux de Veblen, de Bourdieu, ou encore ceux de Callon et Latour. Le troisième apport appréciable de cet ouvrage est que le propos est nourri d’anecdotes et d’exemples précis et simples, concernant une multitude d’innovations. Un cas revient fréquemment tout au long de l’ouvrage, et auquel l’auteur a consacré sa thèse de sociologie, ainsi qu’un certain nombre d’articles : celui du téléphone portable. Il représente un exemple bien choisi d’une innovation qui s’est extraordinairement répandue dans la société et qui est par conséquent parlant pour le lecteur susceptible d’en avoir une expérience directe. Enfin, ce livre possède le mérite de déconstruire certaines idées reçues sur l’innovation, à l’image de celle, tenace, de la figure du « génial inventeur », isolé dans son garage, et qui doit son innovation à son seul talent de créateur. L’auteur rappelle fort justement la dimension collective des processus d’innovation. D’après lui, ils résultent des actions convergentes d’une multitude d’acteurs. Surtout, l’innovateur, plus que d’être un fantastique inventeur, est d’abord un individu qui possède plusieurs cordes à son arc dont une, déterminante, est celle de l’entrepreneuriat – et également celle du lobbyiste, de l’animateur de réseau ou encore du catalyseur d’idées.

3Il faut dire aussi que cet opus ne se contente pas d’être une boîte à outils pratique à destination des étudiants. On a là un ouvrage qui défend une thèse : celle selon laquelle les processus d’innovation ne seraient pas ce qu’on en dit le plus souvent, c’est-à-dire une sorte de mouvement inéluctable, un rouleau compresseur obligeant, comme il est écrit en quatrième de couverture, à « innover, être innovant… ou disparaître ! » Au contraire, Gérald Gaglio soutient l’idée que l’innovation est un processus fragile, extrêmement aléatoire et incertain. C’est donc tout l’objet de la sociologie de l’innovation que de mettre à jour les processus faisant advenir ou non une innovation. Or, c’est précisément cette thèse qui peut, par certains aspects, rendre sceptique le lecteur. Elle semble en effet n’expliquer qu’une dimension assez restreinte des innovations : celle des séquences, des étapes de création et de diffusion. Mais elle ne dit pas grand-chose sur les logiques situées en amont, celles qui déterminent ces innovations, ni sur les phénomènes situés en aval, relatifs aux effets produits sur la société. Cela viendrait alors confirmer une remarque un peu ironique formulée par l’auteur en conclusion : « La sociologie de l’innovation risque donc de paraître peu enthousiasmante et de donner l’impression de ne pas apporter de “réponses” » (p. 122). Pour mieux comprendre cette réserve, il faut expliciter trois interrogations auxquelles le livre ne répond pas, ou trop peu.

4La première interrogation porte directement sur la thèse du livre. On peut en effet se demander si elle ne néglige pas l’emprise qu’exerce l’innovation technique sur la société d’aujourd’hui. Certes, nombre d’innovations et de changements sont tout à fait incertains, voire parfois illusoires, dans le sens où ils relèvent d’abord d’un discours. Par exemple, certains slogans politiques et managériaux reprennent la thématique du changement alors que les structures économiques, organisationnelles et politiques demeurent rigoureusement inchangées. Or, n’en va-t-il pas différemment pour l’innovation technologique ? Que ce soit du côté de la production ou de celui de la consommation, ne sommes-nous pas face à un véritable mot d’ordre ayant des effets très concrets ? N’avons-nous pas l’impression de subir un changement permanent, en particulier technologique, qui s’accélère toujours plus (Rosa, 2010) ? N’assiste-t-on pas à une véritable obsession pour le changement et la performance technique dans les sociétés modernes ? Obsession plus ou moins forcée d’ailleurs : que l’on aime ou pas ce que représentent et font les technologies, on peut difficilement s’en passer par la « grève individuelle » (Anders, 1956), en raison des habitudes et des interdépendances sociales qu’elles produisent – comme le prouve le caractère indispensable de l’ordinateur ou du téléphone portable. Plus encore, n’avons-nous pas l’impression que l’innovation technologique – avec les logiques économiques qu’elle draine – modifie davantage le cours de nos vies que les décisions politiques ? Un indice significatif de ce premier impensé du livre : deux pages seulement sont consacrées à ce que l’auteur appelle les « méfaits de l’innovation intensive ». Cela nous amène à une deuxième interrogation.

5Elle soulève le fait que la sociologie de l’innovation ne nous dit rien sur ce que fait l’innovation à la société et aux individus. L’auteur prend soin de rappeler que la sociologie de l’innovation s’inscrit dans la tradition d’une sociologie du changement social, en se positionnant à un niveau plus microsocial. Toutefois, il semble que cette sociologie se refuse à caractériser la nature de ce changement. Le fait aujourd’hui de circuler avec tout un appareillage technologique sur soi – casques audio, ordinateurs et téléphones portables, tablettes numériques, etc. –, ne modifie-t-il pas les comportements des individus et les relations sociales ? Certains linguistes ont étudié la manière dont le déferlement des écrans dans la société exerçait un impact sur les formes d’intelligence (Simone, 2012). On peut aussi évoquer l’utilisation massive aujourd’hui des systèmes de géolocalisation, par les automobilistes, et désormais aussi par les piétons grâce à leur intégration aux Smartphones. Sous couvert d’une plus grande autonomie à l’égard d’autrui, cette technologie ne risque-t-elle pas de nuire au sens de l’orientation de tout un chacun ? Ne rend-elle pas les individus plus vulnérables et dépendants de la technique ? Quid également des atteintes à la vie privée occasionnées par l’innovation technique, et notamment, de la diffusion de technologies de contrôle toujours plus efficaces et de la concentration sans précédent de l’information privée (Groupe Marcuse, 2012) ? Enfin, que dire de la pression et du stress au travail ou encore de la perte de sens lié à des processus productifs toujours plus abstraits (Crawford, 2009) ? Ici, la sociologie de l’innovation ne paraît pas se préoccuper de ces effets qui sont pourtant avérés et importants.

6Troisième et dernière interrogation : la sociologie de l’innovation n’évacue-t-elle pas les liens indéfectibles entre innovation et logique économique ? Là encore, on a l’impression d’avoir affaire à un angle mort de cette sociologie. Le livre s’engageait plutôt bien en repartant d’une référence forte à Joseph Schumpeter : celle qui consiste à dire que l’innovation correspond à une « impulsion fondamentale qui met et maintient en mouvement la machine capitaliste » (p. 9). Pour introduire le célèbre économiste, Gérald Gaglio précisait à juste titre que l’innovation « recompose l’appareil productif » et fait « émerger de nouveaux besoins parmi les consommateurs » (p. 8). Mais dans la suite du développement, cette idée fondamentale est délaissée par la sociologie de l’innovation. D’ailleurs, l’auteur ne précise-t-il pas que celle-ci « insiste sur le mouvement, l’incertitude, les désajustements » plutôt que de « démontrer l’existence de régularités au sein d’ensembles sociaux vastes » (p. 121). N’existe-t-il pas cependant des logiques transverses, des tendances et des récurrences d’ordre économique qui permettent d’expliquer en grande partie la raison d’être de ces innovations aujourd’hui ? Qu’en est-il par exemple du rôle fondamental joué par la publicité, les stratégies marketing ou encore celui de l’obsolescence programmée (Latouche, 2012) ? En ce sens, l’innovation est-elle au service de la société ou d’abord des intérêts privés ? Ici, la sociologie de l’innovation ne se risque pas à trancher. D’ailleurs, l’auteur rappelle que nombre d’innovations font figure au départ de gadgets – le téléphone portable et plus récemment les tablettes numériques –, pour ensuite progressivement s’imposer aux individus comme absolument indispensables, à force de commercialisation, puis d’interdépendances techniques et sociales. Ce ne seraient donc pas les besoins ni l’utilité qui présideraient à l’innovation, mais d’abord la possibilité de créer de nouveaux marchés. Ces nouveaux marchés font écho à des techniques et à des usages existants. Des usages qui eux-mêmes sont recherchés parce qu’ils permettent de dégager du temps pour pouvoir faire toujours plus de choses – attitude typique des sociétés guidées par l’accumulation du capital. Finalement, est-ce que la tendance fondamentale de l’innovation technique ne serait pas d’étendre les principes de productivité et de rentabilité à tous les domaines de la vie, et pas seulement à ceux de la production ? Dans le même temps, ne contribuent-elles pas à marchandiser toujours plus toutes les dimensions de la vie sociale ?

Haut de page

Bibliographie

Anders Günther (2002 – 1re édition 1956), L’obsolescence de l’homme. Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle, Paris, Édition de l’encyclopédie des nuisances.

Crawford Matthew B. (2009), Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, Paris, La Découverte.

Groupe Marcuse (2012), La liberté dans le coma. Essai sur l’identification électronique et les motifs de s’y opposer, Paris, éditions La Lenteur.

Latouche Serge (2012), Bon pour la casse ! Les déraisons de l’obsolescence programmée, Paris, Les liens qui libèrent.

Rosa Hartmut (2010), Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte

Simone Raffaele (2012), Pris dans la toile. L’esprit au temps du web, Paris, Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëtan Flocco, « Gérald Gaglio, Sociologie de l’innovation », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://nrt.revues.org/1165

Haut de page

Auteur

Gaëtan Flocco

Centre Pierre Naville, Université d’Evry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org