Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

William Gasparini et Lilian Pichot (dir.), Les compétences au travail : sport et corps à l’épreuve des organisations

Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2011, 270 p.
Nicolas Roux
Référence(s) :

William Gasparini et Lilian Pichot (dir.), Les compétences au travail : sport et corps à l’épreuve des organisations, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2011, 270 p.

Texte intégral

  • 1 Quantitativement, on constate une « progression régulière des emplois depuis une vingtaine d’années (...)

1L’introduction à cet ouvrage collectif situe d’emblée le problème : « Questionner sociologiquement le travail dans les organisations sportives est un souci scientifique relativement récent » (p. 7). L’objectif de cet ouvrage est ainsi de combler ce vide : investiguer et légitimer un objet de recherche longtemps délaissé par la sociologie française, « le sport au travail ». Comment expliquer ce phénomène, alors que depuis les années 1980 on assiste à une croissance des secteurs des services sportifs marchands et de l’industrie des équipements et biens sportifs1 ? Plusieurs raisons sont avancées.

  • 2 Ils sont membres de l’Équipe de recherche sciences sociales du sport à l’université de Strasbourg.

2De manière générale tout d’abord, la surreprésentation politico-médiatique du sport professionnel par rapport au sport amateur, qui tend à masquer la diversité des situations et des structures – l’association est par exemple particulièrement développée –, est une des causes expliquant le faible intérêt de la sociologie française pour ce secteur. Ensuite, les coordonnateurs de cet ouvrage, William Gasparini et Lilian Pichot, sociologues du sport2, affirment que la sociologie du travail et la sociologie du sport ont longtemps constitué deux champs distincts et étanches. D’une part, parce que la diversification de la sociologie du travail, tant au niveau des notions et des thématiques abordées (d’abord sociologie de l’atelier puis, entre autres, de l’entreprise, de l’emploi, de l’activité de travail et de service), que des méthodes utilisées n’a pas favorisé un rapprochement venant de la sociologie du sport. D’autre part, parce que cette dernière « s’est constituée historiquement autour de l’analyse sociale des participants et des cultures sportives dans la société contemporaine » (p. 14), délaissant ainsi les organisations sportives. Ainsi, alors que l’entreprise est depuis longtemps investiguée par la sociologie du travail, elle a longtemps été considérée comme un terrain d’étude « hors champ » (p. 15) par la sociologie du sport.

3Les transformations du travail et de l’emploi sportifs, liées en partie à la progressive marchandisation du secteur et au développement des biens sportifs ainsi qu’à l’apparition de nouvelles identités professionnelles, représentent un des facteurs ayant favorisé les échanges entre les deux champs. Cet ouvrage se situe ainsi dans la continuité de cette évolution : il réunit des sociologues du travail, de l’emploi et du sport, et mobilise des méthodes et des cadres théoriques divers. Il s’agit bien de « tracer les contours d’un domaine de recherche interdisciplinaire en voie de construction » (p. 7).

4L’objet de recherche qu’est « le sport au travail » est analysé dans cet ouvrage au prisme de l’activité de travail. C’est la notion de « compétences » qui va faire le pont entre les différents niveaux d’analyse : elle permet d’illustrer aussi bien les constructions sociales qui structurent l’activité (emploi, organisation du travail, normes professionnelles, etc.), que ce qui se joue au travail (implication, reconnaissance, identité, etc.). Ce cadre de référence se comprend là aussi dans la continuité de l’évolution de la sociologie du sport, au départ marquée par l’approche structuraliste : « une approche plus compréhensive du travail dans le sport qui envisage l’appréciation du travail et de l’activité comme un construit social » (p. 20).

5Si une place importante est donc légitimement donnée aux enquêtes de terrain issues d’univers professionnels différents, la première des trois parties de l’ouvrage entend au préalable donner un aperçu de certains cadrages conceptuels développés par la sociologie française pour traiter du travail en général et du sport au travail en particulier. Michel Lallement explique ainsi que la sociologie du travail a trop longtemps étudié séparément le triptyque emploi-travail-activité : ces éléments devraient dorénavant être systématiquement mis en relation, le travail étant une « institution sociale » (p. 57). Sylvie Monchatre rappelle quant à elle que la notion de « compétences », au-delà de s’adapter à l’évolution du travail, a également accompagné les évolutions de l’emploi – en contribuant à la « fragilisation de la relation salariale » (p. 77). Enfin, Pascal Ughetto montre que la sociologie de l’activité peut aussi rendre compte de l’encastrement de celle-ci, en mettant en lumière les compétences développées par les salariés pour s’adapter à la mise en place de dispositifs de gestion. Il ressort de ces trois contributions que la notion de « compétences » recouvre bien les différents niveaux d’analyse nécessaires à la compréhension de l’activité de travail (macro, méso et micro).

6La deuxième partie met ensuite en perspective cette notion de « compétences », enquêtes de terrain à l’appui. Il s’agit de voir ce qu’est d’« être compétent » dans ces univers professionnels. Le principal enseignement dégagé est que si le capital sportif (connaissance du milieu, importance du corps, etc.) joue un rôle certain au niveau de l’activité ou des pratiques de recrutement, il doit être relativisé. D’une part, son importance peut varier en fonction du niveau hiérarchique du poste visé et de la place du « sportif » par rapport au « commercial » au sein de l’organisation, comme l’a constaté Pascal Bauger en enquêtant sur les recruteurs de professions directement liées au sport ou secondairement (journaliste, agent de joueur, etc.). D’autre part, d’autres compétences sont nécessaires pour être recruté, s’insérer dans un collectif de travail et faire carrière : sociales chez les coureurs cyclistes de Nicolas Lefevre, argumentatives et éthiques chez les enseignants d’éducation physique et sportive de Chrystelle Marsault.

7La question du corps au travail ne peut donc pas être appréhendée séparément des constructions sociales qui structurent l’activité. C’est l’objet de la troisième partie que de mettre plus précisément l’accent sur « l’exercice corporel en train de se faire » (p. 191) qui, dans tout univers professionnel – en attestent les récits d’ouvriers de Thierry Pillon –, constitue une clé d’analyse. Le corps au travail peut effectivement faire la liaison entre le travailleur et l’activité ainsi qu’entre les compétences et les rapports sociaux qui les conditionnent. Il apparaît ainsi que la question du corps n’est pas uniquement réservée au milieu sportif et que ses usages sont spécifiques à chaque secteur d’activité. C’est pourquoi la signification de la « professionnalisation par corps » (p. 181) dont parle Serge Katz quant aux deux populations qu’il étudie, renvoie à des significations différentes. Pour les élèves comédiens du secteur audiovisuel tout d’abord, le « corps légitime » (p. 191) est le premier critère de sélection. Les élèves doivent adhérer à cette norme professionnelle basée principalement sur un jugement esthétique et qui est entretenue, entre autres, par les intermédiaires du travail que sont les directeurs de casting ou les agents artistiques. En revanche, l’auteur montre qu’au théâtre, la sélection corporelle joue un rôle moindre : c’est la capacité de l’élève comédien à s’imprégner et à interpréter le texte dramatique, en relation avec le metteur en scène, qui est déterminante. De même, au niveau des pratiques de recrutement, Oumaya Hidri Neys et Anaïs Bohuon révèlent que « paraître sportif » (p. 219) chez les cadres commerciaux du commerce sportif est fondamental pour être embauché ; alors que chez ceux de la grande distribution, l’absence de culture commune autour des valeurs et des pratiques sportives laisse plus de place à l’appréciation subjective du recruteur.

8Tous ces éléments permettent à Julien Pierre et Michel Koebel de résumer en conclusion les qualités et enseignements de l’ouvrage. Celui-ci a permis de réfléchir sur les notions utilisées dans la sociologie française pour traiter du sport au travail. Il a principalement montré comment l’activité s’inscrit dans une « économie globale des rapports sociaux » (p. 253) et a livré des clés d’interprétation pour caractériser les « compétences sportives ». Certaines de ces compétences sont spécifiques au secteur sportif ou sont davantage mises en valeur, comme l’importance du capital sportif ou du « corps légitime ». D’autres peuvent par contre être transposées à d’autres univers professionnels, tant elles se situent dans la lignée des évolutions du travail et de l’emploi : connaissance et adhésion aux normes professionnelles, savoir-être ou encore compétences relationnelles.

9Cet ouvrage collectif échappe donc à l’écueil d’une juxtaposition de chapitres qui ne feraient pas ressortir de notions clés ou de résultats transversaux. Le triptyque activité-corps-compétences vu sous l’angle des rapports sociaux traverse les différents textes de l’ouvrage. Il reste néanmoins à espérer qu’il sera appliqué à une plus grande diversité de terrains d’enquête, comme l’a fait Pascal Ughetto avec les associations. De même, si la sociologie du travail ou la sociologie de l’activité sont représentées dans cet ouvrage, la sociologie de l’emploi au sens de Michel Lallement est moins visible. Le chapitre de Sylvie Monchatre illustre bien en quoi la mobilisation des compétences peut se comprendre à travers la relation salariale, et en particulier sur le long terme des trajectoires professionnelles, mais il se limite à des précisions théoriques et n’intègre pas de résultats empiriques. L’emploi sportif n’est effectivement pas épargné par l’incertitude et les trajectoires discontinues, et la diversité de ce secteur (professionnels du sport, distribution d’articles sportifs, secteur associatif, etc.) ne devrait que susciter les prochains travaux à davantage prendre en compte cette dimension. L’emploi fait également partie intégrante de la question des compétences, et il me semble qu’il ne peut pas être négligé si l’on veut mettre en cohérence des « trajectoires subjectives » et des « mondes vécus du travail » (p. 22). Cela permettrait de poursuivre ce chantier entamé par cet ouvrage et de dessiner plus précisément les contours de cet objet de recherche qu’est le « sport au travail ».

Haut de page

Notes

1 Quantitativement, on constate une « progression régulière des emplois depuis une vingtaine d’années (de 200 000 dans les années 1980 à plus de 300 000 emplois au début du xixe siècle). » (p. 11)

2 Ils sont membres de l’Équipe de recherche sciences sociales du sport à l’université de Strasbourg.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Roux, « William Gasparini et Lilian Pichot (dir.), Les compétences au travail : sport et corps à l’épreuve des organisations », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/1168

Haut de page

Auteur

Nicolas Roux

CNRS, Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), LISE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org