Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Vincent de Gaulejac, La recherche malade du management

Versailles, Éditions Quæ, 2012, 96 p.
Jean-Pierre Durand
Référence(s) :

Vincent de Gaulejac, La recherche malade du management, Versailles, Éditions Quæ, 2012, 96 p.

Texte intégral

1Ce petit ouvrage rassemble deux conférences faites par Vincent de Gaulejac à la demande du groupe « Sciences en question » de l’INRA. En répondant à la question « pourquoi le modèle managérial est-il source de mal-être ? », l’auteur reprend l’essentiel de ses démonstrations présentes dans ses publications précédentes et aujourd’hui bien connues : l’intensification du travail, la culture de l’urgence, la maltraitance institutionnelle, la perte de sens, les conflits de loyauté, l’attente de reconnaissance jamais satisfaite, la lutte des places, l’insécurité et la peur d’être exclu, etc. Vient alors une analyse critique du New public management comme mise en œuvre dans le secteur public des préceptes appliqués depuis deux décennies dans le secteur privé. Les arguments de l’ultralibéralisme sont passés en revue : l’action publique est un coût, les services publics sont largement improductifs, la compétition en interne et la concurrence en externe sont des stimulants de l’efficacité, la culture du résultat doit l’emporter sur celle des moyens, etc. (p. 25 et 26). L’organisation par projet y est sévèrement critiquée comme inutilement coûteuse en temps et en énergie.

2Puis l’auteur analyse l’évolution des conditions de la recherche scientifique publique ; il y montre comment l’idéologie de l’excellence y sévit, conduisant à des réorganisations permanentes qui ne cessent d’activer les contradictions et de multiplier les injonctions paradoxales : c’est l’occasion de reprendre sa thèse sur les systèmes paradoxant (p. 35 à 39). Puis Vincent de Gaulejac s’en prend à l’évaluation : si l’évaluation démocratique repose sur le débat dans des espaces collectifs de réflexivité et de confrontation (résultats des recherches, méthodes), l’évaluation prescriptive « est construite à partir d’indicateurs censés mesurer les résultats de l’activité en toute neutralité alors que ces indicateurs sont autant de prescriptions fondées sur des présupposés rarement explicités » (p. 42). Les fondements et les pratiques de l’AERES y sont vertement critiqués comme aboutissant à des résultats contraires aux principes de la recherche.

3La citation suivante résume bien la pensée de l’auteur : « La recherche de la haute performance devient le critère ultime pour exister alors même que l’excellence produit l’exclusion et intensifie la lutte des places. Le management par projet nous conduit à passer plus de temps pour acquérir les moyens de travailler qu’à travailler vraiment. L’évaluation prescriptive et quantitative pervertit les fondements mêmes de la recherche scientifique fondés sur la discussion publique, l’argumentation et la controverse. L’idéologie des ressources humaines instrumentalise l’humain pour le rendre utile, soumis et productif. La culture de l’urgence nous entraîne dans une course permanente qui empêche de prendre le temps de la réflexion et de la critique. Les exigences opérationnelles envahissent l’institution au détriment de nos tâches primaires, l’enseignement et la recherche. Les primes et l’avancement au mérite engendrent l’individualisme, le chacun pour soi, la lutte des places et la déception chronique : un gagnant produit immanquablement une multitude de perdants. La reconnaissance n’est plus recherchée dans le bon travail mais dans des grilles et des critères » (p. 56).

4Le fond de cet ouvrage est le refus de la perversion des institutions publiques (ici de la recherche publique) et du politique (qui devrait conduire à la construction du bien commun selon H. Arendt, citée p. 36) par les valeurs et la logique du capitalisme ultralibéral. L’auteur va-t-il jusqu’à établir un lien entre réduction des dépenses publiques (toutes considérées comme des coûts dans la théorie libérale), réduction du budget de l’État et valorisation du capital privé ? Ce petit ouvrage n’a pas pour objectif de répondre à la question, mais affirme l’importance que devrait revêtir la recherche publique comme moyen d’accroître le bien commun par la diffusion sociale ou économique de ses résultats dans toute la société. Car c’est bien de la nature et du rôle de la recherche publique dans une société démocratique dont il s’agit. D’où la proposition qu’avec un autre mode d’évaluation, l’attention devrait porter sur :

  • « ce que le sujet a dû déployer pour faire face au réel du travail, et pas seulement au prescrit et aux objectifs ;

  • la mise en discussion dans des espaces de réflexivité publics face à l’évaluation quantophrénique (maladie de la mesure) ;

  • la gratitude face aux contributions réelles pour l’organisation dans son ensemble ;

  • laisser place au jugement de beauté, à la reconnaissance par les pairs, la communauté des travailleurs, des semblables, de ceux qui connaissent l’art du métier ;

  • prendre en compte ce qui favorise la coopération et pas seulement la compétition » (p. 57).

5Dans l’immédiat Vincent de Gaulejac appelle son auditoire à « entrer en résistance contre ce système destructeur et improductif ». Mais comment ? Et surtout quand et qui va faire le premier pas ? Ce sont les questions de fond dans un système où la gestion des universités (voire des laboratoires) est devenue un éternel compromis qui consiste à tuer ou au moins à neutraliser les fortes têtes, à partir de la situation ainsi caractérisée, selon nous :

  • d’une part, les directions s’entourent de personnalités plus ou moins « complaisantes » afin de neutraliser toute opposition ou pour éviter les conflits en leur préférant les débats feutrés qui reproduisent l’existant ;

  • d’autre part, les opposants à la normalisation en cours sont de fait confinés et toute tentative de durcissement se solde par leur isolement encore plus grand...

6L’affirmation d’une politique alternative de recherche apparaît donc comme une entreprise difficile dans un monde où une partie non négligeable des chercheurs est conduite à mettre en œuvre des pratiques qu’elle condamne par ailleurs (par exemple des évalués qui deviennent évaluateurs de l’AERES). Nous nous retrouvons à nouveau face à l’énigme de la servitude volontaire... Y compris parce que la plupart des dénonciateurs de l’évaluation finissent par l’accepter, voire par la pratiquer. Par crainte de disparaître dans un système où l’emprise du symbolique sur l’ego constitue le principal mobile de l’action, malgré les fréquentes dénégations.

7On peut s’étonner que l’auteur utilise le vocabulaire des managers du New public management : après les distinctions byzantines des gestionnaires entre efficacité et efficience, faut-il conserver ce second terme qui n’apporte pas grand-chose à la langue française, sauf une complication manipulatrice ? En effet, si l’efficience définit la capacité à atteindre un but au moindre coût et l’efficacité signifie tout simplement atteindre un objectif, la langue gagnerait à rester explicite en supprimant un (faux) concept qui recouvre une part déterminante de non-dit : le moindre coût !

8De même, le mot gouvernance qui a largement remplacé celui de gouvernement tend à masquer les responsabilités des dirigeants des entreprises ou des dirigeants politiques : la gouvernance tend à décrire un état (comme l’enfance) plutôt qu’une action ou un processus comme celle dénotée par gouvernement.

9Ce débat montre bien que la question du management de la recherche est devenue centrale comme l’indique la discussion qui a lieu à la fin de l’ouvrage entre le conférencier et la salle. D’où la condamnation de la politique du chiffre qui conduit tout un chacun à tricher pour avoir de bons résultats (p. 68). La conclusion s’impose pour faire face aux exigences politiques constitutives de la gestion de la recherche : « il faut construire des problématiques complexes et donner aux chercheurs comme aux décideurs les moyens de comprendre cette complexité et ce pluralisme » (p. 63).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Durand, « Vincent de Gaulejac, La recherche malade du management », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/1172

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Durand

Centre Pierre Naville, Université d’Évry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org