Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Pierre-Yves Gomez, Le travail invisible. Enquête sur une disparition, Gaël Giraud, Illusion financière & Pascal Chabot, Global burn-out

Salvatore Maugeri
Référence(s) :

Pierre-Yves Gomez, Le travail invisible. Enquête sur une disparition, François Bourin Éditeur, 2013, 252 p.

Gaël Giraud, Illusion financière, Les éditions de l’Atelier/Les Éditions ouvrières, 2013, 179 p.

Pascal Chabot, Global burn-out, PUF, 2013, 168 p.

Texte intégral

1Les trois ouvrages analysés ici touchent aux méfaits de la financiarisation sur le travail, l’entreprise et la société. Ils justifiaient donc d’être réunis dans cette triple recension. Une autre particularité les rapproche : ils sont tous trois sous-tendus par des convictions religieuses ou « spiritualistes », offrant ainsi un regard critique sur notre économie et notre société qui ne s’appuie pas d’abord sur le corpus marxien. Si l’ouvrage de P. Chabot s’offre à la vue avant tout comme une réflexion philosophique sur notre époque, les deux autres ouvrages fourmillent de données empiriques et d’analyses qui font qu’ils mériteraient d’être introduits dans le programme de lecture des jeunes sociologues, et tout particulièrement des sociologues du travail, et, assurément, de tous ceux qui parlent de l’économie, de l’entreprise ou du travail sans accorder l’importance voulue aux règles absurdes qu’a mis en place l’industrie de la finance dans le fonctionnement de nos sociétés « dérégulées ». Les éléments de connaissance mis à notre disposition par ces deux ouvrages en font un détour quasi obligé pour tous ceux qui veulent comprendre notre monde et espérer pouvoir le changer. Ils apportent des éclairages stimulants et complémentaires à ceux que nous offrent, en France, les économistes dits « hétérodoxes ».

2L’auteur du premier ouvrage de cette recension, P.-Y. Gomez, est économiste, docteur en gestion, professeur de stratégie et de gouvernance d’entreprise, consultant en stratégie, expert en placement financier. Il est connu pour son engagement social en faveur d’une « autre » gouvernance, notamment à travers l’Institut français de gouvernement d’entreprise (IFGE) de l’EM/Lyon, dont il est le directeur, et la Chaire alter-gouvernance du Centre de recherche clermontois en gestion et management. À l’instar de G. Giraud, il met donc ses connaissances académiques au service d’un engagement. On l’aura compris, la disparition dont il est question dans le titre de cet ouvrage est celle du travail et, corrélativement, celle des travailleurs. Pour l’auteur, le travail est devenu « invisible », au sens où il a disparu de l’horizon des analyses économiques tout autant que des tableaux de bord gestionnaire et financier des organisations. Le « travail réel », dans sa matérialité physique et ses engagements corporel et psychique, a disparu derrière l’écran des données comptables et financières, des chiffres, ratios et calculs saturant la vie des entreprises. Pire encore, il a été oblitéré par la rhétorique actionnariale et managériale de l’amélioration de la compétitivité et du profit, au nom d’un hypothétique bien-être collectif dans/par la surconsommation, escamotant les hommes et leurs tâches, le travail et les efforts déployés par le travailleur pour satisfaire aux exigences des directions et de leurs mandants. Il s’agit évidemment d’un drame et d’une erreur de perspective, car « le travail humain est la source de la création de la valeur économique » (p. 10). À rebours des illusions de croissance éternelle diffusées par la « nouvelle économie », celle de l’Internet et des jeux spéculatifs prétendument autopoïétiques, c’est à une entreprise de réhabilitation du travail dans la création de la valeur économique que se consacre l’auteur tout au long des 253 pages de l’ouvrage.

3La thèse de l’auteur est tout à fait pertinente. Celle-ci est défendue toutefois à partir d’un postulat qui rend ce livre à la fois exaspérant et décourageant. En effet, il fait des travailleurs, gagnés à « l’esprit de rente », les principaux responsables de la négation et de l’exploitation dont ils sont les victimes (chapitre 1). P.-Y. Gomez estime que nous nous sommes laissés abuser par l’idée qu’il nous serait désormais possible de recevoir des revenus sans travailler, sous forme de retraites, de dividendes, de profits ou de loyers… Tel est « l’esprit de rente » qui aurait gangréné notre société et à laquelle nous aurions, collectivement, adhéré. C’est ce qu’il appelle le « cauchemar de Karl Marx », qui s’apparente, pour l’auteur, à une sorte de revendication générale d’un « droit à la paresse ».

4Le malaise ressentit à la lecture de ces pages provient du fait que l’auteur range dans la même catégorie de « rente » des choses aussi différentes dans leur genèse, fonction et légitimité morale que la retraite, les bourses d’études, les diverses allocations sociales et les revenus du rentier, de l’actionnaire ou du propriétaire foncier. On est très étonné d’un tel amalgame dans un ouvrage par ailleurs documenté, bien écrit et animé du souci évident de la justice sociale. C’est ainsi que ce sont les travailleurs eux-mêmes, nous dit-il, ou du moins les anciens travailleurs que sont les retraités, qui, par le biais des fonds de pension gérant leur épargne, font pression sur les millions de travailleurs actuels pour garantir leurs revenus. Le travail, en somme, exploite le travail. Et « l’esclavage du prolétaire est assuré par la domination de l’épargnant-prolétaire rentier ou futur rentier » (p. 25).

5Avec cette affirmation, l’auteur commet, semble-t-il, deux erreurs. D’abord, la France, l’Europe continentale et bien d’autres pays du globe ne sont pas les USA, et le rôle des fonds de pension comme la façon dont est gérée l’épargne des salariés y sont assurément différents. Quand bien même on pourrait adhérer à l’idée d’un mouvement profond qui entraîne l’ensemble des économies du globe vers le modèle financiarisé anglo-saxon, la notion de « modèle social » est là pour rappeler qu’il existe des spécificités nationales qui mettent en cause l’universalité du rôle du retraité dans la domination du capitaliste financiarisé. L’autre aspect contestable des prémices adoptées par l’auteur est que pour autant que l’épargne des salariés américains soit mobilisée par les fonds de pension et utilisée comme moteur de l’auto-exploitation du prolétariat, c’est assurément sans le consentement de ce dernier. Aucun retraité de Californie ou du Connecticut n’a participé à l’élaboration de la stratégie financière du fonds de pension qui gère son épargne. Surtout, si ceux-ci ont pu se livrer à la guerre impitoyable au profit qu’ils ont déclenchée à travers la planète, c’est qu’ils ont pu profiter des aménagements législatifs introduits par les gouvernements néo-libéraux à partir des années 1970-1980, et qui ont accouché de la nouvelle forme de capitalisme qui est la nôtre. Partant de ce désaccord, on est donc bien en peine d’adhérer aux conclusions thérapeutiques de l’auteur et d’approuver les contremesures aux dérives du capitalisme financiarisé qu’il présente en fin d’ouvrage.

6Ce dernier affiche pourtant de nombreuses qualités. Les chapitres 2 à 6 renferment toutes les informations utiles, parfaitement bien exposées, à une compréhension des logiques financières qui se sont emparées de notre économie. De la genèse des transformations législatives à leurs effets sur les décisions micro-économiques de chacun d’entre nous quand il s’agit de savoir ce qu’il convient de « faire de son argent », en passant par la radiographie des structures et outils de production de la rente des géants de la finance et des mécanismes de leur prise de pouvoir sur le fonctionnement des entreprises, c’est à une véritable déconstruction du capitalisme financiarisé que se livre l’auteur. Il montre que d’une réforme à l’autre, l’industrie financière a pris le contrôle de l’économie, et les professionnels de la finance (gestionnaires de fonds, analystes financiers, agences de notation et tout le « peuple d’intermédiaires, de courtiers et de conseils agissant pour que se rencontrent l’offre et la demande de capitaux » [p. 39]), sont devenus les véritables gouvernants de notre monde, à travers l’influence qu’ils exercent sur le fonctionnement des entreprises cotées. Certes, il y a toutes les autres, les PME familiales, les artisans, etc., mais négliger le rôle tenu par les « géants de l’économie » dans le devenir de notre société serait une erreur. Ces géants ont émergé avec une fulgurance jamais connue et atteint une puissance économique colossale. Via un processus constant d’absorption et de fusion, la croissance des entreprises semble impossible à enrayer, conduisant à la création d’organisations démesurées, en nombre de plus en plus faible, dont les conséquences sur le fonctionnement économique sont écrasantes. Une telle situation a des effets directs sur les comportements des investisseurs, dont le panurgisme, parfaitement décrit par Keynes et, chez nous, par Aglietta ou Orlean, conduit à la constitution régulière de bulles spéculatives, tout aussi régulièrement « purgées », pour le malheur des travailleurs victimes des plans de restructuration suivant les crises. C’est évidemment le premier symptôme et le premier effet de la domination de l’industrie financière sur l’économie réelle, de son obsession d’innovation et de « créations destructrices », afin d’augmenter sans cesse les revenus des détenteurs de capital. Mais ce n’est pas le seul. L’écart croissant entre les salaires des « capitaines d’industrie » et « cadres à haut potentiel » et le reste du salariat ne fait que grossir. Si pour Platon, l’écart de richesse entre les plus pauvres et les plus riches ne devait pas dépasser le rapport de 1 à 4 pour l’établissement d’une véritable démocratie, aujourd’hui entre dirigeants les mieux payés et leurs salariés les plus modestes, l’écart de rémunération dans les pays occidentaux est passé de 1 à… 650 (chiffres 2010, p. 78), alors qu’en 1990, cet écart était de 1 à 85. Et que dire des fameux « traders » ? En France, en 2010, 7 750 traders se sont partagé 1,75 milliard d’euros de bonus (soit 225 800 euros en moyenne, en sus du salaire). À Wall Street, écrit l’auteur, ils sont moins de 50 000 à s’être partagé 104 milliards d’euros (soit en moyenne : 208 000 euros). Au final, « c’est l’ensemble de la sphère financière qui a vu ses rémunérations s’accroître depuis 30 ans » (p. 81). Cette « puissance de l’argent », souligne l’auteur, doit beaucoup aux abstractions numériques élaborées par les maîtres de la finance, à la puissance des « calculateurs » disséminés à travers les places boursières, et aux réseaux de télécommunication qui les relient entre eux. C’est précisément aux effets sur le travail de ce formidable travail d’abstraction et d’invisibilisation des hommes accompli par les calculs gestionnaires, comptables et financiers que sont consacrés les chapitres 7 à 10. Chapitres déterminants pour l’intelligence de notre monde, qui placent les dispositifs de gestion au centre de l’attention.

7Avant tout, une précision : ce n’est plus de finance qu’il s’agit aujourd’hui, c’est de financiarisation, c’est-à-dire, écrit l’auteur, d’une « idéologie qui inverse le sens donné à l’activité […] L’atteinte du résultat financier est le but que se donne l’organisation, sa raison d’être » (p. 94). On comprend alors le sens de la révolution managériale qu’ont opérée les années 1980-1990 : les investisseurs désormais « définissent a priori des objectifs de dividendes à atteindre, plutôt que de les constater a posteriori » (p. 97), contraignant les dirigeants à organiser les activités dans ce sens. Ce constat – ce ne peut être fortuit – rejoint celui fait par plusieurs textes réunis dans le corpus de ce numéro de la NRT. Comme le dit l’auteur, avec l’assomption de la notion de « coût du capital », l’industrie financière « a imposé sa créance résiduelle comme étant prioritaire sur toutes les autres » (p. 98), c’est bien ce qu’il faut entendre avec l’expression « création de valeur pour l’actionnaire » qui subordonne toute la stratégie de l’entreprise à l’enrichissement des détenteurs « d’avoirs », dans une vision court-termiste négligeant investissements productifs et salaires. Cette hégémonie du capital financier sur le travail, qu’on pourrait assimiler à une lutte de classe entre possédants et prolétaires, est cependant fortement nuancée par l’auteur, quand il écrit « qu’on ne peut pas distinguer, aussi aisément que par le passé, une classe sociale d’actionnaires coupée d’une classe sociale de salariés » (p. 99), au prétexte, encore une fois, que les dividendes collectés par les fonds de pension seraient redistribués à une myriade de petits épargnants « minuscules et anonymes ». L’auteur paraît oublier ce qu’il écrit lui-même de la puissance de « l’oligarchie financière », de la concentration des fortunes aux mains d’un groupuscule réduit d’individus à l’échelle de la planète. L’analyse de la répartition de la valeur ajoutée entre la période 1950-1980 et celle qui suit permet de montrer, selon lui, la confusion des rôles que la financiarisation a induite entre le travailleur et le « rentier » : si la part des salaires dans la valeur ajoutée a baissé, c’est aussi parce que celle-ci a été compensée (au moins partiellement, nuance-t-il) par la rémunération de l’épargne placée sur les marchés financiers. On revient ainsi au postulat de départ, qui fait de chacun d’entre nous le « coupable » de la situation. L’auteur pourtant donne lui-même les contre-arguments à sa propre thèse. Quand il évoque la « nouvelle fracture sociale » (p. 101), qu’il rappelle la part prépondérante d’actionnaires dominants dans la détention des capitaux d’entreprise, quand il fait référence de nouveau à l’oligarchie financière, aux connivences d’intérêt entre hauts dirigeants et actionnaires, liés par les bonus et la distribution gratuite d’actions : ne dessine-t-il pas un monde où le capital et le travail sont en situation d’affrontement direct, nonobstant la mythologie d’une démocratie actionnariale ? Sans aucun doute. Et il va même nous en proposer la radiographie avec son analyse de la « bureaucratie de verre » qui se met en place dans les entreprises. Les « outils du contrôle de gestion, avec leurs batteries de ratios comptables et […] un arsenal technique permettant de traduire l’activité réelle […] la vie matérielle de l’entreprise, en strictes normes chiffrées, comptables et comparables » (p. 104) ont permis à la finance, écrit-il, « de réinventer le management » (p. 103), provocant la « déréalisation des organisations » et l’invisibilisation du travail (chapitre 8). « Financiariser le travail, cela ne signifie pas qu’on repère la contribution de celui-ci au profit, mais qu’on assimile le travail à sa contribution au profit » (p. 107) ; toute la différence est là, entre l’ère préfinancière, où le travail conservait sa consistance propre, et aujourd’hui, où il se voit « absorbé » par le chiffre comptable, de préférence normalisé à l’échelle internationale, afin d’offrir une lecture univoque des comptes de l’entreprise de New York à Londres et de Tokyo à Francfort, Zurich ou Paris.

8Malgré ces contre-arguments, il revient à ses convictions : une telle situation, nous en sommes tous responsables. Par notre ignorance, par l’attrait qu’exerce sur nous l’esprit de rente, par l’énorme endettement public qu’on a tous plus ou moins voulu, afin de satisfaire notre appétit « d’hyperconsommation », en particulier en matière de logements. C’est notre destin et notre malheur, construit collectivement, sans pilote, sans responsable, sans coupable. Pourtant, plus loin, la responsabilité de l’oligarchie financière fait retour dans les propos de l’auteur, « celle qui détient le pouvoir réel et assume la responsabilité de l’économie de rente de masse […] elle connaissait mieux que quiconque le fonctionnement du système, elle pouvait donc agir pour l’amender (sinon qui pouvait le faire ?) » (p. 137). Oui, effectivement, sinon elle, qui ? Les « grands » réunis régulièrement à Davos ont ce pouvoir. Mais ils n’ont rien fait. Gomez invoque implicitement des arguments « culturels » : « ceux qui ont autorité pour orienter l’activité économique (et souvent politique), vivent comme dans un espace-temps différent du reste des mortels […] le travail leur est invisible » (p. 139-140). Non seulement ils sont aveugles, mais ils doivent être sourds aussi pour ne pas avoir entendu les cris des manifestants à travers toute la planète depuis 30 ans, et particulièrement depuis 2008. C’est la faute à « l’algèbre comptable », ajoute-t-il. Ratios, normes, agrégats autoréférentiels, instruments financiers « abstraits », « normes et modes de gestion si éloignés des expériences communes », « représentation du monde fluide et globale » si loin de l’ancrage territorial et pesant du commun, voilà qui explique l’insensibilité des « grands » de ce monde et les coups portés par le « marteau sans maître » de la financiarisation sur le monde « réel ». L’Union soviétique, en son temps, avait connu le même phénomène, nous dit l’auteur. On connaît sa fin. Comment sauver le capitalisme ? C’est l’objet des derniers chapitres de l’ouvrage, d’abord en affinant le diagnostic sur la perte du sens du travail, ensuite en énonçant les contremesures qu’il convient de mettre en place pour enrayer la financiarisation.

9L’auteur entreprend dans le chapitre 11 un rapide historique de l’essor du travail salarié et de ses contradictions. Avec la manufacture puis l’usine, le travailleur autonome a perdu peu à peu de la liberté acquise par l’abrogation du servage. Certes, il y a gagné certains avantages matériels : sécurité de l’emploi, aisance matérielle relative et indifférence à l’incertitude des débouchés, incombant désormais à l’employeur. Mais la promesse de liberté propre au libéralisme se voit contredite par l’organisation rationnelle de la production. Comment renouer avec la liberté ? La réponse qu’aurait donnée notre époque est simple : il faudrait renoncer au travail pour ne vivre que de rente en usant de divers expédients, d’abord la machine, désormais la finance. Voilà l’erreur qui nous attache collectivement à ce monde anomique. Nous avons pris en grippe le travail, confortant le lieu commun qui fait de celui-ci « une malédiction divine », en raison d’une erreur d’interprétation de la Bible. Ici l’auteur se fait exégète en même temps que philologue, et nous propose une révision radicale de l’étymologie du mot travail, « largement fantaisiste » (p. 151), selon lui, quand on veut faire de lui « une aliénation pathétique de la liberté », en se référant à la racine latine du mot (tripalium), qui renvoie à un dispositif destiné à entraver un animal à ferrer, à marquer ou à soigner… Entraver donc, immobiliser, mais non point torturer. La conception « doloriste » du travail fondée sur l’étymologie est ainsi une première mystification. Le travail n’est pas un supplice, mais un « inconfort », une « gêne », ainsi que l’éprouve le voyageur autrefois soumis au chaos des mauvaises routes (to travel vient de la même racine latine), ou la femme en couche qu’il faut immobiliser durant le « travail ». Dire que la femme en couche ne souffre pas, voilà qui est pour le moins curieux. Mais interpréter le passage de la genèse où Dieu chasse du paradis Adam et Ève et les condamne à se nourrir désormais « à la sueur de leur front » comme la simple continuité de la mission de « gardien et curateur de la nature » qui leur a été confiée lors de leur installation dans le Jardin d’Éden, voilà qui est encore plus fort. Et si par leur faute, la « terre devient maudite », il ne faut y voir aucune malédiction sur le travail, mais la simple annonce des catastrophes écologiques qui s’abattront sur nous en raison du « péché originel »… Le travail, lui, est épargné et conserve ses vertus anthropologiques et théologiques : il est « une dimension essentielle de la nature humaine, qui permet aux humains de participer activement à embellir une terre que Dieu leur a confiée pour qu’ils en prennent soin » (p. 153). C’est pourquoi, combattre l’esprit de rente, c’est d’abord et avant tout revaloriser le travail, dénoncer et combattre la conception doloriste de celui-ci, fondu au cœur du projet libéral, et rappeler sa fonction vitale pour l’être humain et la société. Ainsi s’ouvre le parcours de l’auteur à travers les textes « canoniques » sur la question, Hannah Arendt, d’abord, pour la critiquer, Simone Weil, surtout, à travers qui l’inspiration chrétienne de l’auteur peut trouver le chemin de la rédemption du travail. L’homme est fait pour travailler, et « le progrès social ne consiste donc pas à dégager du temps pour “l’œuvre” mais à créer les conditions d’un travail authentique […] c’est-à-dire libérateur, en lui assurant toujours l’intelligence et la conscience de lui-même » (p. 165). Si le travail devient une « oppression », c’est parce que les « règles et les lois » qui lui sont imposées, au nom de la rationalisation, interdisent la subjectivité, l’intelligence, le sens et donc la pleine réalisation de la personne humaine dans son travail » (ibid.). Le chapitre 13 précise les conditions à réunir pour revaloriser le travail. Un tel projet passe par la reconnaissance du travail subjectif (l’auteur marche ici dans les pas de Y. Clot), soit de l’engagement psychique de l’homme dans son activité ; par la reconnaissance du travail objectif, c’est-à-dire une juste évaluation des apports de chacun à l’acte productif, autrement dit : il faut inventer de nouveaux indicateurs de performance ; enfin, par la reconnaissance du travail collectif, c’est-à-dire de la solidarité qui unit les travailleurs dans l’effort. Ce sont ces trois dimensions du travail qui doivent être prises en compte pour réhabiliter le travail. Cela suppose, précise l’auteur, un nouveau management, plus attentif à la « ressource humaine », plus juste dans ses rétributions et plus motivant, afin de créer les synergies collectives, facteurs de performance. Gomez, ici, n’invente plus. Il reprend les leçons de la sociologie du travail et des organisations, leçons que le patronat n’a jamais entendues que lorsque le rapport de force est moins défavorable aux salariés. Le chapitre 15 décrit les remèdes de l’auteur à la disparition du travail. Nous ne nous y appesantirons pas. Ce sont d’abord de « vrais meneurs d’hommes » dont on aurait besoin ; l’utilité et l’efficacité des managers est selon lui en première ligne. Il faut aussi « reconnaître la gratuité », l’auteur veut dire « l’acte gratuit », autrement dit la liberté de l’acteur, afin que la prescription ne soit pas absolue ; il faut aussi « redonner du sens », bien entendu, car celui-ci « participe puissamment à valoriser la dimension objective du travail » (p. 217) ; enfin, il faut « soigner le travail collectif », afin de « savoir être fier » de ce que l’on fait et en obtenir la reconnaissance adéquate. L’inspiration d’Honneth se fait sentir. Les deux derniers chapitres voudraient indiquer la voie pour « définanciariser l’économie » et instaurer une « économie du travail vivant ». Appel à l’autonomie du travailleur, à la codétermination ou la « participation des salariés au gouvernement de l’entreprise » sur le modèle allemand, où « les salariés ne sont pas invités à participer à la direction de l’entreprise, mais à en superviser, avec les représentants des actionnaires, son bon fonctionnement » (p. 230), voilà les « recettes » de l’auteur. On ne peut être que déçu.

10Si on était tout prêt à suivre l’auteur dans sa tentative de réhabiliter le travail et les travailleurs, si ses appels à la définanciarisation de l’économie et à défétichisation du chiffre comptable, associé à sa réflexion sur les voies d’une nouvelle « gouvernance » étaient tout à fait convaincants, on ne peut que se désolidariser des solutions préconisées. Celles-ci semblent tout à la fois dérisoires et incantatoires, datées et insignifiantes face aux forces sociales engagées dans la mondialisation financiarisée. Les remèdes ne se situent pas au niveau des rapports de travail entre encadrement et opérateurs, ou dans l’aménagement superficiel des formes de gouvernance de l’entreprise, mais au niveau des règles juridiques et des rapports de force politiques qui organisent la confrontation du travail et du capital à l’échelon planétaire. Les préconisations des économistes hétérodoxes sont de ce point de vue d’une pertinence bien supérieur et on s’étonne qu’elles aient été négligées par l’auteur.

***

11Autrement plus percutantes sont les propositions de Gaël Giraud pour sortir de la financiarisation. Cet ouvrage propose en effet une analyse d’une grande clarté des mystifications et impasses de l’économie financiarisée, mais offre de surcroît une perspective pour en sortir « par le haut ». L’acte politique central de la « grande transformation » proposée par l’auteur consiste dans l’institution de la liquidité et du crédit (donc de la monnaie) comme des communs, au sens de E. Ostrom, et dans la perspective ouverte par Polyani à propos des biens dont on devrait renoncer à faire des marchandises comme les autres. Faire de la monnaie un commun constitue le moment fondateur d’un nouveau rapport entre l’économique et le social et le préalable à la « transition écologique » souhaitée par l’auteur. Avec la monnaie, la nouvelle gouvernance doit toucher la terre et le travail. C’est par cette dernière dimension que cet ouvrage intéresse les lecteurs de la revue. Certes, les pages consacrées explicitement au travail sont très minces (essentiellement p. 137 et 140), mais elles disent beaucoup et, compte tenu de ce que nous avons pu lire chez Gomez, on trouve dans l’ouvrage de Giraud des thèses et recommandations qui viennent parachever notre vision des rapports entre l’univers de la finance et l’entreprise. Il est intéressant de souligner que, là encore, il s’agit d’un livre inspiré par des convictions religieuses, mais elles sont ici pleinement assumées : la quatrième de couverture précise que G. Giraud est jésuite et chercheur en économie au CNRS. Le chapitre 11 reprend plusieurs passages de la Genèse, et d’autres pages font référence à la théologie médiévale franciscaine ou à différentes « bulles » ou « encycliques » papales pour alimenter la critique du libéralisme. L’auteur est par ailleurs membre du conseil scientifique du Laboratoire sur la régulation financière et de l’observatoire européen Finance Watch. Il est également membre du conseil scientifique de la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme. Il a publié plusieurs ouvrages en faveur d’un changement de paradigme dans notre conception de la croissance. D’aucuns diront qu’il s’agit d’un auteur « engagé ». Et ils auront raison. G. Giraud pense que notre modèle de croissance (fortement « carbonée » et financiarisé) est dans un cul-de-sac et qu’il faut changer de cap. Le scientifique met ici ses capacités d’analyse au service du citoyen. La rigueur de la réflexion montre que cette option n’entache en rien la force et le caractère stimulant d’une posture qui, quoique riche d’accents politiques, n’en est pas moins parfaitement conforme aux canons de la science. N’est-ce pas la preuve que neutralité axiologique ne rime pas avec insignifiance, ainsi que trop de sociologues inclinent à le penser ?

  • 1 Le « tranching » consiste dans l’assemblage de créances financières dans des produits dits « struct (...)
  • 2 L’effet « toxique » des crédits subprimes vient de certaines règles régissant la spéculation qui pe (...)

12Les chapitres 1 à 6 de l’ouvrage (à l’exclusion du chapitre 4 consacré à la transition écologique) s’emploient à démonter la mécanique de la financiarisation, mise en place à partir des années 1970. Ils constituent à ce titre un précieux complément aux analyses de Gomez. De nouveaux, les actes quasi magiques d’innovation financière posés par les professionnels du secteur, à partir des années 1990, d’abord aux USA, puis dans le reste du monde, sont passés en revue : titrisations des créances, en particulier celles des ménages américains, « tranching » des crédits avec les CDO (Collateralized Debt Obligation1), puis CDO au carré, mise en place de produits d’assurance contre les défauts de crédits (les fameux CDS : Credit Default Swaps), notation « triple A » accordée généreusement par les agences spécialisées à ces nouveaux produits, etc. : ce mécanisme spéculatif autoréférentiel a fait monter la dette privée à des hauteurs inédites, alors que le bien sur lequel est indexé le crédit primaire (le « collatéral ») n’a cessé de voir sa valeur s’accroître artificiellement, en raison des jeux spéculatifs parasitaires dont il était l’objet – avant l’effondrement final, en 2007-08, du fait de l’incapacité des ménages pauvres à rembourser. Initialement américaine, la crise des « subprimes » contamine l’ensemble de la planète, en raison de la « toxicité » de produits bancaires diffusés à tout le secteur bancaire mondial, dont les responsables ont plus ou moins consciemment voulu ignorer les risques, compte tenu des profits réalisés2. L’ensemble du système, écrit l’auteur, n’est rien d’autre qu’une énorme pyramide de Ponzi, cette « chaîne du bonheur » qui consiste à enrichir les premiers maillons par l’argent investi par les nouveaux entrants, jusqu’à ce que le système explose faute d’une quantité suffisante de nouvelles recrues. Il convient de souligner que l‘impulsion initiale de la crise des subprimes est située, selon l’auteur, dans « l’idéal messianique » proposé aux ménages américains de devenir propriétaire : c’est en cédant au mirage de la propriété qu’en somme s’est construite la pyramide de Ponzi des subprimes, laissant entendre que ce ne sont pas seulement les banquiers et professionnels de la finance qui ont fauté par excès de convoitise et d’irresponsabilité, mais aussi chacun des ménages américains endettés, qui a cru pouvoir accéder à la propriété sans sacrifice… On retrouve au moins dans ce passage cette idée de faute collective à l’origine de notre malheur général déjà présente chez Gomez (« Nous sommes tous complices, ne fut-ce qu’à travers notre épargne, dont une part importante a été placée par les banques sur les marchés financiers », p. 10). On comprend ainsi que l’ouvrage se referme sur un chapitre intitulé « Se libérer du Veau d’or » (p. 165), évoquant un passage de la Bible appelant à nous défaire des « fausses idoles », et rappelant « La joie de la pauvreté » (p. 174), afin de définir, entre le collectivisme et la propriété privée, une troisième voie, celle des « communs », où la catégorie de « l’usage », s’opposant à celle de la propriété, permet au plus grand nombre de jouir des bienfaits économiques, sans exclure autrui de cette jouissance, moyennant des règles d’accès définies collectivement dans la perspective de l’intérêt général.

13J’ai déjà dit ce que je pensais de cette « complicité générale » avec l’économie financiarisée. On ne peut pas tenir pour responsable des catastrophes causées par la financiarisation les petits ménages, économisant laborieusement de quoi faire face aux aléas de la vie ou s’acheter un « chez soi ». Cependant, l’appel à la modération consumériste qui sous-tend la réflexion de l’auteur, son plaidoyer pour la « transition écologique », afin de sauver le monde du spectre de l’épuisement des ressources fossiles et du saccage de la planète dans la recherche de la dernière goutte de pétrole ou du dernier kilo de terre rare, constituent des propositions respectables et, surtout, convaincantes, dès lors qu’elles s’accompagnent, comme c’est le cas, de véritables propositions de réforme du système financier libéralisé.

14Avant d’en arriver aux solutions, soulignons les belles pages consacrées par l’auteur à la démonstration de l’inefficacité des marchés financiers et aux rôles des « taches solaires » dans le fonctionnement des marchés, c’est-à-dire aux croyances (autoréalisatrices) propagées par les acteurs de la finance. Ces croyances nourrissent les surenchères puis les dépressions financières, à rebours des poncifs de « rationalité des marchés » répandus par les économistes orthodoxes. Quelques passages où d’anciens traders ou responsables de grandes sociétés financières font leur « mea culpa » et crachent violemment « dans la soupe » avant de se retirer, riches à millions, des jeux de la spéculation, complètent le tableau à la fois tragique et absurde de l’époque barbare dans laquelle nous vivons (voir les pages 32-33 relatant le témoignage de Greig Smith, responsable des produits dérivés chez Goldman Sachs, ou les pages 59-60 consacrées au témoignage d’Andrew Lahde, gestionnaire d’un edge fund en Californie). Époque barbare, en effet, que celle qui interdit aux banques centrales ou nationales de financer le déficit des États, pour les forcer à emprunter sur les marchés financiers, c’est-à-dire aux banques que ces mêmes États ont quasiment toutes sauvées de la faillite en faisant payer leurs pertes à la collectivité (le sauvetage de Dexia, par exemple, a coûté environ 12 milliards d’euros aux contribuables belges et français, p. 40). Et ce n’est pas tout. Ces banques imposent aux Etats des « primes de risque », autrement dit, des taux de crédit parfois exorbitants, au prétexte que leur solvabilité est sujette à caution, quand elles-mêmes ont été incapables de faire face aux exigences de liquidité qu’entraînait la crise. Autrement dit, elles demandent aux États des règles prudentielles qu’elles ont elles-mêmes transgressées, et tout cela avec la bénédiction de nos dirigeants nationaux et européens. L’auteur se demande, à ce propos, si c’est la « fin de la démocratie » (p. 50) ; la réponse est oui, évidemment, dès lors que les gouvernements sont privés de leviers politiques centraux comme ceux du financement de la dette ou de la création monétaire, ou, pire encore, dès lors que des « instruments financiers » manipulés par les banques permettent à celles-ci de prêter de l’argent à un État et, dans le même temps, via les CDS (Crédit Default Swaps), d’offrir à des spéculateurs de s’assurer contre le risque d’impayés de ces États, c’est-à-dire de s’assurer contre un risque qu’ils ne courent pas eux-mêmes, et dont l’occurrence est susceptible de leur rapporter de l’argent. Imaginez que vous soyez autorisé à vous assurer contre le risque d’incendie de la maison du voisin, qu’on soit même des dizaines à être assurés contre ce risque. Quelle est la probabilité pour que l’un de nous aille mettre le feu à cette maison, ou mieux, qu’on s’entende pour que cette maison brûle ? C’est la situation même dans laquelle se trouvent les États face à cette finance dérégulée. Les « double binds » dans lesquels se trouvent placés les États du fait de cette dérégulation sont tragiquement absurdes : ainsi, une banque qui aurait commercialisé, comme c’est le cas de BNP Paribas, de gros volumes de CDS sur la dette de la France (1,5 milliard d’euros en 2011), risque de se voir en grande difficulté si d’aventure la détérioration des finances publiques françaises était avérée. Car dans ce cas elle devrait rembourser aux acheteurs de CDS des primes de risque (qu’ils n’encourraient pas !), qui obligeraient certainement l’État français à intervenir pour sauver la banque afin d’éviter un effet domino sur le système financier mondial d’un défaut de paiement de celle-ci. Ce sauvetage accroîtrait alors le déficit de l’État, ce qui entraînerait une révision à la baisse de la notation de la France, ce qui déprécieraient alors davantage le bilan des banques vendeuses de CDS (p. 40). Peut-on imaginer plus déraisonnable ? On demande à quelqu’un qui se noie de venir au secours de son sauveteur, si bien qu’ils doivent se sauver ensemble ou mourir tous les deux ! Les règles du bon sens le plus élémentaire ont été violées par les « génies de la finance », aidés en cela par les abandons successifs de souveraineté des États et l’abrogation des lois qui, jusque-là, jugulaient les appétits des « faiseurs d’argent ». Les pages relatant l’origine privée des dettes publiques ne manquent pas de sel non plus, où l’on apprend que si les médias focalisent notre attention sur les déficits publics, ils négligent de préciser que le secteur financier privé est bien plus lourdement endetté que le public en Europe (140 % du PIB, contre 88 %), que la tendance ne cesse de croître, même après 2008, et que si la dette publique a explosé dans nombre de pays, c’est avant tout parce que les États ont été appelés à la rescousse du secteur bancaire, et, qu’à présent, ces mêmes États sont contraints de se refinancer auprès des banques qu’ils ont sauvé, à des taux fixés par le marché... Cherchez l’erreur.

  • 3 La dernière catégorie étant les biens « clubs » ou à péages, autrement dit non rivaux mais exclusif (...)

15Face à ces aberrations, on comprend qu’il faille chercher des voies alternatives. C’est ce que propose l’auteur dans les chapitres 7 à 10. Ces pages constituent la grande originalité de l’ouvrage. On doit saluer les propositions de l’auteur qui, avec certains économistes hétérodoxes, mais parfois avec quelque nouveauté, propose des voies de réflexion très intéressantes pour gouverner l’économie d’une autre façon. Comme on l’a vu, c’est autour d’une réflexion sur les communs que s’élaborent les propositions de l’auteur. Ce terme désigne cette catégorie de biens intermédiaires entre biens privés et biens publics, qui supposent une gestion spécifique. Il ne s’agit ni de biens « exclusifs et rivaux », autrement dit privatisables, c’est-à-dire dont le détenteur peut empêcher l’accès à toute autre personne, et dont la consommation individuelle exclut toute consommation par une autre personne ; ni de biens « non exclusifs et non rivaux », soit publics, autrement dit de biens inappropriables, comme l’air, par exemple, et dont la consommation peut être étendue à un grand nombre de personne sans coût supplémentaire, comme l’éclairage public. Il s’agit de biens hybrides, dont la caractéristique est d’être à la fois non exclusifs et rivaux : on peut difficilement en empêcher l’accès au plus grand nombre, mais leur usage par les uns peut en interdire l’appropriation ou l’exploitation par les autres ; c’est le cas par exemple des zones de pêche, de pâturages, de système d’irrigation, de l’environnement, de l’eau, des forêts, des surfaces cultivables, etc.3 De nombreuses ressources naturelles figurent ainsi dans la liste des communs. Mais attention, la réflexion autour des communs n’appelle aucun « naturalisme » ou « réalisme » : les communs n’existent que par une décision politique, un acte volontariste d’institutionnalisation, ils « ne sont pas des “biens” au sens matériel du terme, mais plutôt des systèmes de règles régissant des actions collectives, des modes d’existence et d’activité de communautés » (p. 111). Ainsi, les énergies fossiles font, aujourd’hui, l’objet d’un accaparement privé, mais « nous pourrions décider d’en faire des ressources communes » (p. 110). Et c’est le cas de nombreux biens livrés aujourd’hui au jeu des marchés, mais qu’il serait assurément socialement plus utile de transformer en commun. Ainsi en va-t-il de la monnaie.

16Après avoir montré qu’aujourd’hui ce sont les banques qui sont à l’origine de la création monétaire, l’auteur souligne que, dès lors que les jeux spéculatifs auxquelles se livrent celles-ci font courir à toute la société un risque général d’illiquidité, en bloquant le mécanisme de création de monnaie et donc de crédit, on peut considérer que ces instruments doivent échapper à l’appropriation privée (« En dérégulant les marchés financiers, nous avons autorisé leurs intervenants à y entrer [investir] et à s’en extraire [thésauriser] sans aucun engagement de leur part, menaçant la liquidité des marchés à tout instant » [p. 113]). Il ne convient pas plus de « collectiviser » leur gestion, car les caractéristiques de ces biens les rendent impropres à une gestion publique. Il s’agit de biens intermédiaires, qui relèvent d’une gestion par les « communs », autrement dit par des règles de production et d’usage définis collectivement. Cette reprise de la création et de l’allocation monétaires par les communs est indispensable à la transition écologique souhaitée par l’auteur, car c’est la seule façon de soustraire aux appétits privés les mécanismes de régulation de l’économie (l’allocation du crédit), en en remettant le contrôle aux mains des États et de leur gouvernement démocratiquement élu, lesquels doivent inventer de nouveaux mécanismes de régulation fédéralistes (cf. le chapitre 8, plutôt technique. Les communs que sont la monnaie ou la terre, l’eau ou les ressources fossiles doivent faire l’objet d’accords de production et d’usage au niveau communautaire, puisque désormais c’est devenu l’espace de notre vivre ensemble). Le chapitre 9 précise ces règles qui doivent présider au gouvernement des communs (socialiser la production des règles d’usage des communs ; garantir par la loi ce droit à la gestion collective ; négocier et faire appliquer des règles de contrôle et de sanction, etc.). La notion de « réciprocité » est au centre de l’échafaudage régulationniste communautaire futur, pas tant pour des raisons d’équité sociale, mais bien d’efficacité économique : la régulation communautaire doit créer une situation « où aucun intervenant n’aurait intérêt à modifier sa contribution au commun si, alors qu’il dévie de sa position d’équilibre, tous les autres intervenants étaient autorisés à modifier la leur dans les mêmes proportions » (p. 134). C’est une autre manière d’énoncer l’impératif catégorique kantien : « Agis comme si la maxime de ton action devait, par ta volonté, être érigée en loi universelle ». Ou comme le propose l’Évangile « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le pour eux ». Il doit y avoir « une proportionnalité réciproque dans nos déviations respectives par rapport à la situation sur laquelle nous nous sommes mis d’accord » (p. 135).

17C’est donc vers une Europe confédérale qu’il faut se diriger, et redonner le pouvoir aux instances politiques issues du vote démocratique. Cette Europe confédérale doit s’atteler à certains « chantiers communs prioritaires » (chapitre 10) : mise en place d’une réglementation contracyclique des marchés financiers ; séparation des métiers bancaires (soit un retour à 1933 et à une sorte de Glass Steagall Act qui interdisait le cumul des activités de dépôts et celles de spéculation), seule façon d’empêcher la privatisation des bénéfices issus de la spéculation et la collectivisation des pertes ; guerre au gigantisme bancaire, qui débouche sur la constitution de puissance financière démesurée (le bilan 2010 de BNP Paribas, par exemple, était de 2 240 milliards d’euros, supérieur au PIB français ; il a encore augmenté depuis, malgré 2008) ; reréglementation du secteur financier européen, en particulier lutte contre les paradis fiscaux et l’évasion fiscale ; création d’une monnaie « Smart » (Système monétaire à réserve totale), qui interdit aux banques de prêter plus qu’elles n’ont en caisse auprès de la Banque centrale ; enfin, institution d’une monnaie commune mais non unique, celle-ci étant plus nuisible qu’utile dès lors qu’elle ne s’accompagne d’aucune fédération budgétaire autorisant des transferts financiers entre les pays de la zone euro, en fonction des déviations dans les paramètres de base de leur économie. Ces propositions sont longuement argumentées et permettent à tous ceux qui sont désireux de comprendre les dysfonctionnements européens et d’y remédier de nourrir un peu d’espoir face à l’avenir. Concernant spécifiquement le travail, on trouve des suggestions qui rencontrent ici et là quelques échos, mais hélas encore faibles ou rhétoriques : donner une existence juridique à l’entreprise et pas seulement à la société de capitaux qui la contrôle. C’est un point crucial, révolutionnaire. On sait que juridiquement « les actionnaires sont propriétaires de la société […], mais non de l’entreprise […] et que la fonction première de celle-ci n’est pas la maximisation des dividendes versés aux actionnaires mais son utilité sociale » (p. 137). Reconnaître l’entreprise, c’est donner autant d’importance aux stakeholders (parties prenantes) qu’aux shareholders (actionnaires) dans la définition de sa gouvernance ; et c’est assurément refondre les règles de la comptabilité, afin de faire apparaître et prendre en compte l’intérêt de chaque partie prenante. Les entreprises ne seraient plus alors « des boîtes noires destinées à produire du cash », mais « une communauté de parties prenantes liées par un projet économique » (p. 140). Tout est encore à faire en la matière, certes, mais au moins est-on sûr que des alternatives à la gouvernance financière des firmes existent et qu’il est plus que temps d’y réfléchir collectivement. Le sociologue du travail aura sûrement à définir sa place dans cette discussion, sauf à prendre le risque de devenir une « science morte »...

***

18Le dernier ouvrage de cette recension – Global burn-out – vient compléter avec à propos la liste des livres dressant l’inventaire des dégâts causés par un développement techno-économique placé sous le signe de la finance. Il est écrit par un philosophe, spécialiste des techniques, qui met son talent et ses connaissances au service de la dénonciation d’un monde dont « l’un des nouveaux combustibles est le psychisme de certains humains » (p. 126). « Maladie de la civilisation », le burn-out n’est pas le fruit de l’inadaptation individuelle aux exigences de l’époque, mais le résultat de la violence de celle-ci sur tous ceux qui ont voulu, avec la plus grande application, lui vouer ce qu’ils ont de meilleur. Le burn-out est ainsi plutôt le produit du surconformisme, du surinvestissement, de la surenchère personnelle dans le sacrifice de soi de travailleurs aux prises avec un travail soumis aux exigences du profit, et qui brûle, qui carbonise ceux qui ont trop cru en lui. S’il a touché d’abord les « professions d’aide » : personnel soignant, enseignants et éducateurs, dont les représentants alimentent toujours un fort contingent de victimes (p. 69), les employés, les cadres et les ouvriers grossissent désormais les rangs, indiquant que les mécanismes qui le sous-tendent se sont propagés à l’ensemble des professions. La cause première semble être la perte de sens qui affecte un travail accompli dans un monde sans boussole, placé sous la coupe de money makers qui nourrissent sans scrupule une convoitise généralisée. « Dans un monde où l’on attend de l’individu qu’il dépense l’argent qu’il n’a pas pour acheter des choses dont il n’a pas besoin afin d’épater des gens qu’il n’aime pas, la boulimie semble partout, le sens nulle part. L’excès de travail des uns répond à la frénésie de consommation des autres, suscitée par la voracité financières des troisièmes » (p. 62-63). Les machines, inventées d’abord pour construire la civilisation du loisir que les vieilles générations ont rêvée, se sont retournées contre l’homme et contre le travail. Elles n’ont permis que l’augmentation des cadences, du stress, des contrôles et des contraintes. Certes, cette évolution s’est faite parce que le déploiement technologique a été lui-même soutenu par une logique économique cherchant d’abord à optimiser tous les rendements, ce qui ouvre la voie à une réflexion sur un possible changement. Mais dans l’immédiat, elles restent au service de méthodes de management qui semblent prises de folie. « L’humain est une ressource : qu’il dégorge, lui aussi, ses meilleures énergies, sa sueur, son temps. Il est de toute façon surnuméraire, et donc remplaçable » (p. 15). Assujettissement, soumission, pressurisation de la force de travail, mais aussi démantèlement des solidarités, individualisation, appel à la délation, trahison de l’autre : le nouveau management mobilise des mécanismes les plus régressifs qui réveillent au fond de nous rien moins que la peur, une peur animale, primitive. Telles sont les sources du burn-out, en particulier pour les plus faibles, les plus exposés, les plus vulnérables, et les femmes sont de ceux-là. Le remède se laisse deviner. « C’est le travail qu’il faut défendre […] le travail est une valeur qui est source d’émancipation. Son organisation est d’emblée politique » (p. 17). C’est en écoutant son corps, en cassant la frénésie de l’époque, en restaurant le temps de la réflexion et en se demandant ce qu’on veut vraiment faire de la vie, de sa vie, qu’on peut avoir une chance de changer la donne. « Il faut remettre les logiques économiques et techniques à leur place secondaire, afin qu’elles continuent à servir des finalités plus intéressantes, plus métaphysiques et plus tendres » (p. 18).

19La première partie de l’ouvrage s’attache à préciser les origines du terme. L’expression burn-out est révélée au grand public par un ouvrage de Herbert J. Freudenberger et G. Richardson, publié en 1985 (Burn-out. The High Cost of High Achievement). Ce livre relate l’épisode « d’épuisement émotionnel et mental » du psychiatre en charge de toxicomanes qu’était Freudenberger dans les années 1970. Mais le terme aurait été forgé par Graham Greene, l’écrivain britannique, qui publia, en 1961, A Burn-out Case, roman relatant la fuite africaine d’un Anglais qui finit « épuisé par sa vocation » dans une léproserie congolaise. Il ne guérira de son mal de vivre qu’après avoir atteint le stade de consumation intérieure totale. Si le terme burn-out est repris dans le titre de l’ouvrage, c’est parce qu’il est à l’origine un terme médical désignant un certain stade d’évolution de la lèpre, après lequel la maladie stoppe sa progression dans l’organisme. Il est employé par l’auteur de façon métaphorique pour désigner l’état mental de son héros. Ainsi, le burn-out est le début d’un renouveau, quand il n’y a plus rien à brûler… L’auteur considère que cette expression pourrait n’être qu’une réminiscence sécularisée d’un état décrit par les théologiens, nommé acédie, et qui désigne la situation de crise du moine épuisé par les exercices spirituels. Comme le salarié trop perfectionniste, l’acédie désigne le moment où, à force de multiplier jeûnes, sacrifices de sommeil et prières, le moine s’effondre, incapable du moindre effort supplémentaire. Considérée comme péché capital, l’acédie était fortement redoutée et combattue par la hiérarchie monastique, car elle menaçait de se muer en perte de foi, abjuration, retour au monde séculier et athée. Elle est en cela comparable au burn-out qui débouche toujours sur une remise en cause des valeurs dominantes, générant « les nouveaux athées du technocapitalisme » (p. 35).

20La deuxième partie précise les sources de l’épuisement qui gangrène notre époque : le culte du profit, l’égoïsme matérialiste de certains acteurs : « multinationales, spéculateurs, agences de notation, agents de la nouvelle puissance de l’argent » (p. 59). L’auteur complète ainsi à merveille un diagnostic déjà effectué par les deux auteurs précédents. Ces nouvelles puissances de l’argent nous pressent de nous adapter à un monde qui interdit toute réflexion sur les fins, transforment les travailleurs de la connaissance en tâcherons de l’ignorance, pervertissent la langue en parlant de valeurs là où il ne s’agit que « d’ordres déguisés », de « contraintes rebaptisées » (ibid.), et, enfin, oblitèrent la durée, séquestrent le temps, le segmentent, l’emprisonnent et finalement le retournent contre l’homme de façon mortifère en faisant de lui une machine au service des machines... Pour enrayer le phénomène, contrarier l’épuisement de l’humanisme qu’exprime le burn-out, il faut opposer au « progrès utile », un « progrès subtil » (p. 75). Celui-ci « concerne l’individu, son éducation, sa manière de vivre et de se soigner, d’enrayer ses névroses et d’imaginer la joie » (ibid.). Ce progrès est celui qu’on attend en premier lieu des soignants et des enseignants, et qu’ils ne sont plus en mesure d’encourager. Cette impuissance engendre un énorme déficit de sens, d’attention à l’autre, en même temps que de privation de reconnaissance dans toutes les professions, avec quelques spécificités en ce qui concerne les femmes (cf. chapitre Women’s burn-out). Face sombre de l’organisation contemporaine du travail, le burn-out est bien une de ses maladies de civilisation qui signe un état de sécession avec les valeurs dominantes. Il arrive après l’acédie, le spleen, la neurasthénie, et frappe avant tout l’homme ou la femme qui, dans un premier temps, semblait s’épanouir parfaitement dans son activité professionnelle, mais qu’un excès d’investissement combiné à un déficit de sens et de reconnaissance envoie en enfer. L’image est la meilleure, qui évoque les flammes de la combustion que symbolise l’expression burn-out. Définir un nouveau pacte technique, affirmant que « le but à préserver est l’être humain et la biosphère » (p. 141), rompre avec l’avidité matérialiste de l’époque et réinvestir la sphère spirituelle, trop délaissée par la modernité, voilà les conseils modestes du philosophe et que les sciences sociales ont à prolonger en indiquant quelles peuvent être les voies concrètes du changement. Avec ces trois ouvrages, on voit bien qu’il y a une convergence de vue entre de nombreuses disciplines sur la violence et les dysfonctionnements de notre époque. Une des voies indiquées par ces trois textes pour sortir des apories de l’économie financiarisée est de remettre au centre de la réflexion les questions eschatologiques bannies par l’approche scientifique, « positive », des phénomènes sociaux dont se prévaut le manager aussi bien que le politicien qui s’en inspire pour construire le lien social. Attendre des calculs gestionnaires, des dispositifs de gestion, des contrôles, mesures et comptages qu’on leur confie le sens qui doit guider notre action est, on le voit bien, l’expression d’une paresse intellectuelle souvent intéressée, toujours dommageable à notre vivre ensemble. Le sociologue, en particulier le sociologue du travail, peut-il plus longtemps rester à l’écart de ce mouvement de réflexivité sociale et d’interrogation morale qui doit présider aux réformes profondes des logiques économiques de notre temps ? C’est la question qu’on peut offrir à la réflexion collective au terme de ces lectures croisées.

Haut de page

Notes

1 Le « tranching » consiste dans l’assemblage de créances financières dans des produits dits « structurés » permettant de vendre avec de bonnes « dettes » (la tranche dite « senior »), des dettes moins fiables (tranche « mezzanine »), voire très risquées (tranche « equity »). On pensait ainsi « sécuriser » les jeux spéculatifs, en occultant les interdépendances entre les différentes tranches du « mille feuilles » et le risque que le défaut sur les tranches douteuses puissent entraîner le défaut des tranches « sûres », ce qui est arrivé effectivement.

2 L’effet « toxique » des crédits subprimes vient de certaines règles régissant la spéculation qui permettaient aux sociétés financières d’emprunter jusqu’à 98,4 % de la valeur de l’actif acheté et n’apporter que 1,6 % du capital utilisé dans l’opération d’investissement. C’est le fameux « effet de levier » sur lequel s’appuie nombre d’opérations de spéculation : le marché des créances hypothécaires titrisées (mortgage security) s’est ainsi élevé ainsi à 2 500 milliards de dollars avant la crise.

3 La dernière catégorie étant les biens « clubs » ou à péages, autrement dit non rivaux mais exclusifs, comme les autoroutes ou les ponts ou les spectacles sportifs ou artistiques payants

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salvatore Maugeri, « Pierre-Yves Gomez, Le travail invisible. Enquête sur une disparition, Gaël Giraud, Illusion financière & Pascal Chabot, Global burn-out », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2010, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/1175

Haut de page

Auteur

Salvatore Maugeri

Vallorem, Université d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org