Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Matthieu Hely et Maud Simonet (dir.), Le travail associatif

Presses universitaires de Paris Ouest Nanterre, 2013
Sandrine Nicourd
Référence(s) :

Matthieu Hely et Maud Simonet (dir.), Le travail associatif, Presses universitaires de l’Ouest, 2013

Texte intégral

1Ce livre collectif coordonné par Matthieu Hély et Maud Simonet est composé de contributions issues du colloque sur le travail associatif organisé en 2008 par l’université de Paris Ouest Nanterre la Défense par l’IDHE. À la suite des précédentes publications des coordinateurs sur le secteur associatif, ce livre apporte de riches éclairages sur la variété des formes et objets associatifs, sur les enjeux sociopolitiques et leurs incidences sur le travail associatif et également sur les recompositions de l’action publique.

2Ce livre comporte plusieurs originalités : la première consiste à offrir à des militants la possibilité de publier un article dans un ouvrage scientifique. En effet, Julien Bayou et Fanny Castel, tous deux engagés au sein du collectif « génération précaire », rendent compte de leurs activités et des difficultés spécifiques d’un engagement qui dénonce l’abus des stages dans le secteur associatif. La deuxième originalité consiste à privilégier une ouverture internationale avec plusieurs articles qui s’appuient sur des données internationales : un article en anglais d’une chercheuse britannique, Rebecca Taylor, qui apporte un éclairage sur les habitus militants, ainsi qu’un article sur les contextes américain et français des programmes de volontariat, écrit par Maud Simonet et Anne Bory. Enfin, la dernière originalité dans le choix des contributions consiste à adopter une approche pluridisciplinaire en publiant un article d’un économiste (Narcy).

3Le livre est construit en trois parties, formulées sous forme d’interrogations : « Les travailleurs associatifs sont-ils des salariés comme les autres ? L’entreprise associative au service de l’entreprise citoyenne ? Le travail associatif : renouvellement ou remise en cause de service public ? » Au total, une partie est centrée sur les travailleurs qui composent ce secteur et sur leurs formes d’emploi, une autre sur la croyance en la citoyenneté et la dernière sur les dialectiques entre service public et associations, notamment dans la construction sociale et le traitement des problématiques d’exclusion. Plusieurs idées transversales, alimentées par des contextes empiriques forts variés (aide alimentaire, banque solidaire, microcrédit, programmes de volontariat, mécénat d’entreprise ou encore associations de relogement d’urgence), apportent des connaissances essentielles tout en offrant un cadre d’analyse pertinent pour d’autres situations associatives. Nous développerons ici les arguments clés qui constituent ces problématiques transversales.

4Le premier s’exprime dans une perspective critique à l’égard des discours normatifs, incantatoires et enchantés sur le monde associatif. L’article d’Yves Lochard est au cœur de cette problématique en développant une démonstration sur « la lecture doxique des problèmes sociaux » selon le monde associatif, lecture souvent entretenue par les gouvernements, qui mettent en avant les actions du secteur comme une panacée pour régler la question sociale. Les auteurs montrent au contraire les limites du postulat d’un « tiers secteur », entre le secteur privé lucratif et le secteur public, aux vertus sociales et humaines présentées comme spécifiques. Le monde associatif est resitué dans un champ et non présenté par une vision normative ou « surdéterminée par une référence à la morale et aux valeurs ». Yves Lochard interroge les fondements sociohistoriques du processus de construction sociale de cette « rhétorique de la distinction » qui met en avant sa singularité irréductible à d’autres secteurs et son « surplomb moral » (p. 156). Ce n’est donc pas un monde à part, « un contre monde » qui ne serait régulé que par le désintéressement, la croyance dans l’utilité sociale ou bien encore le dogme de la citoyenneté. Le livre montre cependant que ces croyances sont récurrentes et qu’elles ont probablement un rôle à jouer dans les « enrôlements » associatifs. Cette récurrence appelle l’idée que la religion resterait non seulement une marque des origines associatives, mais aussi un référentiel implicite même laïcisé. On se souviendra notamment que la loi de 1901 fût votée dans un contexte de conquête de laïcité et on voit notamment dans l’article d’Emmanuel Lescure et Francis Lebon que les racines vocationnelles sont présentes chez nombre de professionnels associatifs. Le lecteur peut même considérer que cette rhétorique, souvent entretenue par les médias et dans la rédaction des dossiers de demande de subventions, deviendrait une sorte de dogme qui ferait écho à bon nombre de socialisations religieuses des travailleurs, bénévoles ou salariés, du monde associatif.

5Le livre apporte également un éclairage sur la sociologie des emplois associatifs, notamment pour comprendre les processus de professionnalisation, sous l’angle de l’organisation progressive d’un métier en carrière (Lebon, Lescure, p. 42). Les auteurs cherchent à se différencier des définitions souvent flottantes utilisées dans le sens commun et qui ont tendance à déclarer la professionnalisation du secteur associatif comme une donnée inéluctable. Or, la forte augmentation des emplois associatifs ne s’est pas associée à une consolidation des carrières, mais au contraire à des conditions d’emploi moins favorables que dans d’autres secteurs, ce qui se confirme notamment dans les modes de rémunération. L’article sur le développement des stages dans le secteur associatif montre – parfois de façon abusive – que cette idéologie associative du don de soi pourrait constituer une forme de rétribution. Là encore, le monde associatif apparaît comme un monde du travail comme les autres. À travers l’article de Maud Simonet et Anne Bory, l’exemple du volontariat en entreprises montre comment l’engagement peut être finalement utilisé dans une organisation lucrative comme dans une association par des formes de travail sous-payé. Sous l’angle du marché de l’emploi, beaucoup de postes associatifs apparaissent comme des « ensembles flous, incertains aux identités fragiles », notamment dans l’animation et la formation (Lebon, Lescure, p. 41), du fait de leur soumission aux régulations sociétales de l’emploi (précarité, temps partiel, stages) ou encore à la prédominance des emplois aidés (Crom, Retière, p. 89). Nous sommes, là aussi, loin des discours laudatifs sur le secteur associatif. Pourtant, l’article de Mathieu Narcy montre que les salariés associatifs sont « intrinsèquement motivés », c’est-à-dire engagés par une « activité à laquelle il accorde de la valeur ». Les résultats de son analyse multivariée montrent des emplois « plus autonomes, moins répétitifs et plus innovants » (p. 29) que dans le secteur privé. La rationalité en valeur qui caractérise nombre de finalités associatives peut donc constituer une spécificité qui ne saurait se réduire à une motivation pour l’intérêt général. La contribution de Jean-Pierre Crom et Jean-Noel Retière souligne également les gratifications que peuvent trouver les bénévoles dans la relation aux pauvres. Le livre apporte donc un éclairage en nuances qui ne souhaite ni réduire les engagements associatifs à des engagements désintéressés ni les assimiler à des implications salariales comme d’autres.

6Plusieurs travaux ont mis en évidence que des pratiques historiquement liées aux entreprises se diffusent dans le secteur associatif (gestion par objectifs, rationalisation gestionnaire, rhétorique managériale). Si les contributions du livre soulignent cette évolution, là encore les auteurs se montrent heureusement prudents dans la généralisation de cette vision du secteur associatif. Tout comme pour les entreprises à but lucratif et souvent avec le critère déterminant de la taille des organisations, les associations font diversement l’objet d’une rationalisation des modes de régulation et d’organisation. Ainsi, l’article de Jean-Pierre Crom et Jean-Noel Retière montre bien que le secteur de l’aide alimentaire a vécu de fortes évolutions dans les modes d’organisation sous l’effet de la « renaissance » du secteur dans les années 1980. Les associations doivent alors se protéger contre les conséquences de leur développement, en mettant en avant la relation à l’autre et pas seulement la distribution alimentaire sous la forme d’un « hypermarché du pauvre ». Si le bénévolat n’est pas traité dans beaucoup d’articles qui se concentrent plus souvent sur les salariés, l’article de Jean-Pierre Crom et Jean-Noel Retière montre que ces nouvelles contraintes dans l’organisation du travail ont des incidences sur le travail bénévole : les « compétences » dans des « profils de poste » sont plus souvent recherchées que les « forces » et le cadre de la division du travail devient plus rigide. Comme le soulignent les auteurs, « tout se passe comme si le référentiel du dévouement humanitaire subissait l’assaut de nouveaux critères d’excellence humanitaire ».

7Le deuxième intérêt transversal est de nature sociopolitique et met en perspective le rôle des associations dans les formes de régulation publiques et sociétales. L’article d’Éric Cheynis montre notamment comment le travail associatif est également un travail politique qui s’élabore avec l’expertise comme principale ressource. L’article montre bien la complexité liée à la variété et aux contradictions entre les différents référentiels sociopolitiques non explicités par les associations dans la mise en œuvre du travail et des revendications. À cela s’ajoutent des différences dans les pratiques et dans la production des réponses face à la question du logement d’urgence. Il en ressort que les associations peinent à se constituer en véritables acteurs politiques, même si certains cas présentés, notamment dans l’article d’Éric Cheynis, montrent leur refus d’être considérées comme de simples exécutants ou opérateurs de l’action publique et revendiquent par la même une « expertise expérientielle de la pauvreté ». Les associations ont produit un travail politique au point de constituer de nouvelles catégories de l’action publique dans le champ de l’exclusion. L’article d’Éric Cheynis sur la loi de 1994/1998 en est une parfaite illustration. L’article d’Olivier Louail montre également l’émergence d’un courant critique de la part des acteurs associatifs qui se distinguent des positions des pouvoirs publics et également des professionnels du travail social dans la mobilisation des « enfants de Don Quichotte ». Une politisation, notamment dans le sens d’une collectivisation des causes, est un fait émergent dans le suivi social des populations « mal logées ». Ainsi, le livre propose une analyse nuancée loin des propos parfois réducteurs sur l’instrumentalisation des associations par l’action publique.

8À l’heure où l’économie sociale et solidaire bénéficie de nouveaux éclairages publics, ce livre apporte donc des connaissances et des angles d’analyse qui contribuent parfaitement au débat sociologique sur les multiples formes et recompositions des régulations de l’action publique en éclairant le rôle central des associations. En revanche, le lecteur trouve moins les formes concrètes du travail, au sens de l’activité, les pratiques et organisation du travail au sein des associations. Comme le souligne Yves Lochard, l’enjeu consiste bien à faire moins une sociologie des associations qu’une sociologie de l’activité associative et de ses acteurs. À ce titre, les différentes configurations relationnelles internes aux associations qui prennent la forme de jeux de pouvoir sont moins mises en perspectives notamment dans la relation entre les bénévoles et les salariés. Si le livre se concentre surtout sur les entreprises associatives qui se caractérisent par l’emploi de salariés, il reste que la majorité des associations sont aujourd’hui composées de bénévoles exclusivement et dans des organisations de petite taille. On peut alors faire l’hypothèse de régulations du travail influencées par ces deux facteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Nicourd, « Matthieu Hely et Maud Simonet (dir.), Le travail associatif », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 04 décembre 2016. URL : http://nrt.revues.org/1179

Haut de page

Auteur

Sandrine Nicourd

Laboratoire PRINTEMPS – UVSQ

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org