Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Marcela Hernandez Romo, Sestrategias empresariales de subcontratación internacional: la influencia de las configuraciones culturales y subjetivas

Plaza y Valdés, México, D.F, 2013
Marcela Hernandez Romo, Les stratégies de sous-traitance des entreprises internationales : l’influence des contextes culturels et subjectifs, Plaza y Valdés, México, D.F, 2013
Rolando Javier Salinas García
Traduction de Joyce Sebag
Référence(s) :

Marcela Hernandez Romo, Les stratégies de sous-traitance des entreprises internationales : l’influence des contextes culturels et subjectifs, Plaza y Valdés, México, D.F, 2013

Texte intégral

1Les « Nouvelles recherches sur le travail en Amerique latine » ont fondé une école de pensée dont la préoccupation majeure est d’intégrer les perspectives théoriques et méthodologiques qui pourraient expliquer les particularités du monde du travail dans notre région. Cela a permis l’émergence de courants de pensée qui ont brisé la dépendance intellectuelle et l’importation de théories provenant d’autres espaces aux caractéristiques économiques, sociales et politiques différentes de celles que nous rencontrons actuellement en Amérique latine. Au Mexique, l’un des efforts les plus importants pour construire une école de pensée originale a été celui du paradigme configurationniste développé par Enrique de la Garza (De la Garza, Enrique [2010] Hacia un Concepto Ampliado de Trabajo. Barcelona, Anthropos ; Enrique de la Garza y Gustavo Leyva [2012] Tratado de Metodología de las Ciencias Sociales. México, D.F. : Fondo de Cultura Económica).

2Le livre présenté ici, Stratégies des entreprises de sous-traitance internationales : l’influence des configurations culturelles et subjectives, écrit par Marcela Hernandez Romo, fait partie du courant de pensée configurationniste et représente un travail important pour comprendre et débattre des nouvelles perspectives qui ont été élaborées à propos du monde du travail. La structure de l’ouvrage est un exemple clair de la façon dont les débats théoriques devraient s’articuler avec les preuves empiriques. Ainsi cet ouvrage ne se limite pas à énoncer une position théorique à partir d’hypothèses abstraites. Il effectue également un exercice de collecte de données empiriques qui conduit à faire appel directement aux espaces de travail, au contexte dans lequel les sujets agissent et construisent leurs façons de voir et de comprendre la réalité du travail.

3Pour y parvenir, l’ouvrage se compose de six chapitres, les deux premiers chapitres traitent de la perspective théorique qui fournit le cadre pour la réalisation de l’analyse des stratégies d’entreprise et les caractéristiques du modèle maquilador (zone de fabrication pour l’exportation, équivalent des zones franches, NTR) au Mexique. Les trois chapitres suivants sont axés sur l’étude détaillée des entreprises qui ont participé à l’étude tandis que le dernier chapitre nous donne les conclusions de l’étude et l’importance du paradigme configurationniste comme méthode théorique alternative pour l’étude des entreprises et des entrepreneurs. L’une des constantes de ce travail est de préciser l’un des principes fondamentaux de la perspective configurationniste : la réalité n’est pas donnée, il est nécessaire de la reconstruire.

4S’il est vrai que les pressions structurelles sont importantes, elles ne déterminent pas les sujets lors de la construction de leur action. Le livre de Marcela Hernandez nous en présente ces aspects et met en évidence l’importance des champs subjectifs, culturels, relationnels et de pouvoir au moment où les acteurs économiques prennent une décision. La position prise par l’auteur est celle d’un débat permanent contre les positions théoriques qui soutiennent que les décisions que les acteurs économiques prennent sont basées uniquement sur des raisonnements économiques de type coût-bénéfice (faibles coûts de main-d’œuvre, main-d’œuvre abondante, avantages fiscaux, etc.). Elle montre que lorsqu’une entreprise décide de s’installer au Mexique, il « entre également en jeu la conception qu’a l’entreprise des travailleurs, des syndicats et des cadres ».

5Un aspect novateur de son travail est l’intégration des facteurs ethniques, raciaux et nationaux comme forme de différenciation sociale au sein des entreprises. Dans une perspective économique, ces caractéristiques n’ont pas une grande importance parce que les décisions sont limitées au rapport coût-bénéfice. Cependant, l’auteur nous montre tout au long de l’ouvrage l’importance cruciale des facteurs ethniques et raciaux, qui sont présents comme formes de différenciation sociale et qui servent à définir et légitimer les actions des sujets. À la lumière de ces preuves empiriques, l’une des propositions centrales de ce travail est que le champ des configurations subjectives possibles ne se limite pas seulement à l’économique, mais qu’il le transgresse et le revisite dans un univers symbolique qui crée un sens en relation avec la société, les travailleurs, la religion, la morale, la famille, la nationalité, la race, le sexe, la classe sociale.

6Par ailleurs, ce travail nous donne non seulement une lecture de la façon dont les décisions se construisent en tenant compte des éléments subjectifs et culturels, mais il nous donne aussi l’occasion de nous plonger dans un débat qui subsiste dans les recherches sur le travail et les modèles productifs. Les données empiriques collectées dans des études qui se référent au paradigme configurationniste ont considérablement remis en question le concept régulationniste de « modèle productif ». Ce questionnement est apparu parce que ce concept ne prend pas en compte dans sa construction les dimensions de cultures de travail et de gestion, par exemple. L’alternative présentée pour combler les lacunes de la notion de modèle productif est la configuration sociotechnique du processus de travail.

7Ainsi, tout au long de la lecture du livre, nous avons été témoins de la construction des configurations productives des entreprises analysées, non seulement comme un ensemble de techniques qui permettent la production, mais aussi comme des espaces où se construisent et s’expriment les luttes, les résistances et les relations de pouvoir entre les travailleurs, les cadres et les administrateurs. Il convient de noter l’important travail de documentation de l’auteur pour démontrer comment se construit la dynamique d’exploitation dans les entreprises étudiées, brisant les déterminismes économiciste, psychologiste et structurel auxquels se limitent souvent les études sur le travail. Enfin, je voudrais ajouter que les débats suscités par ce livre sont fondamentaux pour comprendre le monde du travail au Mexique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rolando Javier Salinas García, « Marcela Hernandez Romo, Sestrategias empresariales de subcontratación internacional: la influencia de las configuraciones culturales y subjetivas », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/1182

Haut de page

Auteur

Rolando Javier Salinas García

Universidad Autónoma de Querétaro, UMEST (Unidad Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org