Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Marylène Lieber, Janine Dahinden et Ellen Hertz, Cachez ce travail que je ne saurais voir

Lausanne, Antipodes, coll. Existences et société, 2010, 228 p.
Paul Bouffartigue
Référence(s) :

Cachez ce travail que je ne saurais voir, Lausanne, Antipodes, coll. Existences et société, 2010, 228 p.

Texte intégral

  • 1 Blanca Jiménez García, « Les industries du sexe : une économie en pleine expansion », Les clés du s (...)

1« Le “plus vieux métier du monde” n’a été étudié sous l’angle du “travail” que de manière remarquablement timide » (p. 10). Dévoiler la réalité de ces « métiers du sexe » comme travail, alors qu’elle est encore largement occultée – y compris par les sciences sociales : tel est l’objet de ce livre. Il résulte d’un colloque tenu à Neuchâtel en janvier 2008. Cachées, ces activités ont pourtant une dimension massive, ce que l’approche économique reconnaît à sa manière quand elle en parle comme « industrie du sexe ». C’est-à-dire, selon un article récemment publié sur la question, « non seulement la prostitution ou le trafic d’êtres humains à des fins sexuelles […] (mais aussi) la pornographie, la commercialisation de produits destinés aux adultes, les clubs de striptease, le tourisme sexuel, le cybersexe. Selon les pays, ces activités peuvent être légales ou illégales et, en ce dernier cas, renvoient à des catégories plus larges, mais souvent floues de marché noir, d’économie souterraine ou encore d’économie de l’ombre […]. Près de 250 millions de personnes seraient consommatrices des biens et services produits par ces industries dont le chiffre d’affaires représenterait près de 100 milliards de dollars selon des sources américaines se rapportant à l’année 2006, et se serait multiplié par 6 en 20 ans. En comparaison, et pour la même période, le chiffre d’affaires de Microsoft s’élevait à 44,8 milliards de dollars… ».1

2Sur un total de onze, huit chapitres du livre présentent autant de résultats d’enquêtes sur des activités et des contextes très variés de production de services sexuels. Trois autres contributions sont à dominante théorique et épistémologique, mais le chapitre de Pascale Absi sur les maisons closes en Bolivie comporte également d’importants développements théoriques. Avant de présenter les lignes de force de ces quatre contributions plus générales, signalons que les situations empiriques présentées dans le livre se situent en Amérique latine (Brésil, Bolivie, Colombie) et en Europe (Suisse et France) : maisons closes en Bolivie (Pascale Absi) ; prostituées « traditionnelles » en camionnettes du Bois de Vincennes (Malika Amouche) ; rues et bordels de Belo Horizonte au Brésil (Marina França) ; salons de massages érotiques en Suisse (Alice Sala) ; migrantes venues du Nord de la Chine à Paris (Lieber et Lévy) ; organisations des déplacements des danseuses de cabaret en Suisse (Romaric Thiévent) : travestis brésiliens en Suisse (Loïse Haenni) ; tournages de films pornographiques en France (Mathieu Trachman). L’ensemble est une somme de grande qualité qui intéressera quiconque réfléchit à ce qu’est le travail, et ne néglige aucune des situations sociales limites qui permettent d’en renouveler l’approche.

3Les quatre contributions les plus transversales prennent de front les questions suivantes : pourquoi traiter du « travail du sexe » reste-t-il si difficile dans l’espace politique et académique ? Dans quelle mesure appréhender ces activités comme « travail du sexe » en éclaire-t-il les réalités, tout en portant un éclairage plus large à la fois sur le travail et sur les rapports sociaux de sexe ?

4Les coordinatrices du livre sont parties de la nécessité de sortir d’un champ de discussion très polémique et très polarisé entre deux points de vue : la prostitution comme forme extrême d’exploitation, excluant son approche comme travail ; ou, au contraire, comme activité remettant en cause les rapports d’exploitation et traduisant une certaine liberté via sa qualité de travail rémunéré. On sait que ces deux postures divisent profondément le mouvement féministe, alors que certaines luttes ou associations de prostituées – certaines étant explicitement rattachées au mouvement syndical – demandent, comme le fait d’ailleurs également l’OIT, leur reconnaissance en tant que « travailleuses du sexe », et revendiquent donc les droits sociaux associés au statut de travailleur.

  • 2 Paola Tabet, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, L’Harmattan, 2004

5Dans la présentation générale du livre, les trois éditrices se demandent d’abord comment rendre compte de la quasi-absence d’approche de la prostitution comme travail. Certes ce sont des activités illégales pour lesquelles l’accès au « terrain » est difficile, mais d’autres activités « informelles » ou « souterraines » ont été bien mieux explorées. Par ailleurs, on assiste à une légalisation de la prostitution dans de nombreux pays. Mais une légalisation qui ne lève pas le stigmate qui lui est associé ni n’éradique ses formes clandestines : les migrantes en situation irrégulière sont nombreuses dans les segments les plus précaires de ces activités. Pour autant, faut-il réduire les prostituées au statut de marionnettes, entièrement victimes de leur sort, privées de toute marge de manœuvre sur leur destin ? Plus fondamentalement, les auteures expliquent le refoulement du travail sexuel par le « biais misogyne », lequel fait du « sexe » une affaire de nature pour le seul genre féminin. S’il s’agit d’une activité rémunérée, la science économique devrait sans hésitation aucune l’inclure dans son objet. Mais y fait obstacle la force des représentations populaires, pour lesquelles c’est justement la présence de l’argent dans le contexte d’activités sexuelles qui est un impensé, voire un impensable. Or, si l’on reprend l’ensemble des critères définissant « le travail », dans son sens ordinaire et quotidien, a priori un seul d’entre eux pose un problème, fort significatif au demeurant : celui de la « dépense d’énergie » (physique ou mentale). En effet, ce critère se heurte à la représentation sexiste fondamentale des femmes comme passives dans l’acte sexuel. Pour le reste, c’est précisément le fait que l’activité prostitutionnelle a toutes les caractéristiques d’un travail rémunéré, mais pratiqué dans la sphère que le sens commun perçoit comme la sphère même de l’intimité et de la gratuité, qu’elle « viole alors une des normes fondamentales des rapports sociaux de sexe dominants » (p. 19). Le système de genre exige la « gratuité » des « vrais » rapports sexuels au service d’un seul homme. En l’absence d’égalité économique et sociale entre les sexes, le mariage n’est que l’un des pôles d’un « continuum économico-sexuel »2, dont l’autre est la prostitution.

6Rompre avec cet impensé ouvre donc la possibilité d’études ethnographiques – impliquant une pratique de présence « périphérique » – qui montrent la grande diversité des réalités du travail de sexe au sein d’un éventail bien plus ouvert que celui des deux pôles identifiés plus haut. Parmi les points forts et convergents de ces études, on relève : la hiérarchisation sociale des activités ; l’importance des tâches non sexuelles, ainsi que des compétences à acquérir pour réaliser ces dernières ; et donc le rôle des capacités d’action des personnes, qui se réduisent rarement au statut de pures victimes… même s’il s’agit toujours d’activités « choisies » sous forte contrainte : « Si des femmes choisissent de devenir et de rester prostituées, celles-ci ont rarement l’alternative entre avocate, professeure, ou pute » (Alice Sala, p. 135). On ajoutera un autre critère parfois utilisé par des militantes abolitionnistes pour désigner le caractère stigmatisant et contraint de cette activité : aucune prostituée ne souhaite voir sa propre fille emprunter cette voie professionnelle.

7En dehors de la présentation du livre par ses éditrices, trois autres contributions ont une ambition plus transversale. Celle de Lilian Mathieu, qui reprend certaines conclusions de son travail pionnier pour ce qui est de la France, La condition prostituée, Textuel, 2007. Il insiste sur son double enjeu, de classe – les femmes concernées sont issues des milieux sociaux les plus modestes – et de genre – la vente de services sexuels est condamnée parce qu’elle remet en cause la dépendance matérielle des femmes à l’égard des hommes. On doit ensuite à Pascale Absi, puis à Paola Tabet les deux autres réflexions les plus transversales de l’ouvrage.

8Pascale Absi s’appuie sur une ethnographie des maisons closes en Bolivie pour montrer qu’au-delà de la plasticité des représentations qu’ont les prostituées de leur activité, sa réalité est bien plus proche de celle « des vendeuses sur les marchés boliviens que les membre d’un club de sport ou d’une association citoyenne » (p. 96). L’anthropologue est donc en droit d’utiliser la catégorie de « travail du sexe » pour désigner une réalité qui n’est pas pensée sous cette catégorie par les prostituées. Mais elle prend soin de préciser que « démontrer qu’il existe une construction qui est conforme aux représentations classiques du travail […] n’implique pas nécessairement de militer pour la professionnalisation juridique de la profession » (p. 100).

9Un point fort et commun à l’ensemble des contributions du livre porte sur l’ensemble des stratégies et des tactiques construites par les travailleurs du sexe afin de mettre à distance le stigmate, de séparer la prestation de services sexuels de la sphère des relations intimes ou amoureuses, de maîtriser autant que faire se peut le choix des clients et des prestations, d’optimiser le rapport entre temps et rémunération des actes. Autant de traits que l’on retrouve effectivement dans la condition sociale et les pratiques professionnelles d’autres travailleurs.

10Paola Tabet tire quelques conclusions du colloque en s’arrêtant sur deux de ses enjeux théoriques. Le premier est celui de la dé-naturalisation des activités économiques liées au sexe que permet leur conceptualisation comme travail, puisqu’elle rend visibles – de même que pour le travail domestique – les compétences et apprentissages spécifiques qu’elles supposent. En tant que pourvoyeur de ressources financières moins médiocres que celles des autres activités qui forment l’horizon de leurs possibles, ce travail permet d’échapper, d’une certaine manière, à l’emprise des hommes, père ou mari. Telle femme entièrement dépendante économiquement de son mari n’accepte de relations sexuelles avec lui que par obligation, par contrat moral. Telle autre, qui subvient à ses besoins, est en position de refuser les relations sexuelles non souhaitées. Appréhender ces activités comme travail permet également de dévoiler l’importance du travail émotionnel qui conditionne, comme dans d’autres activités de service, mais de manière plus radicale, la non-identification totale avec le travail.

11Le second est un retour sur le concept d’échange économico-sexuel, initialement proposé par l’auteure, pour penser le fait que « toute forme de relation sexuelle comporte une compensation de la part de l’homme pour le service sexuel fourni par la femme », et que les formes sociales en varient, interdisant une définition universelle – et non relationnelle – de ce qu’est la prostitution et la prostituée : il y a un continuum allant du mariage à la prostitution. L’axe théorique se déplace alors vers « le lien organique […] entre la gestion de la sexualité, la division sexuelle du travail, et l’accès inégal aux ressources » (p. 200). Dans nos sociétés, les inégalités de genre sont légitimées par une vision différentialiste qui naturalise une supériorité des besoins sexuels chez les hommes, et qui interdit de saisir cette continuité allant du mariage à la prostitution dans les échanges économico-sexuels. Le fait que la prostitution masculine – marginale numériquement, et encore peu étudiée – soit nettement moins stigmatisée que la prostitution féminine indique clairement combien cette dernière est révélatrice du système de domination de genre et de sa reproduction.

12Sans doute que les transformations sociales contemporaines, dans ce domaine comme dans tant d’autres, sont porteuses de nombreux paradoxes et de bien des contradictions. Le creusement des inégalités à l’échelle mondiale suscite des flux migratoires prenant parfois la forme de trafics d’êtres humains. Mais les évolutions des formes légitimes de sexualité et des rapports sociaux de sexe ne sont pas sans remettre en question le noyau différentialiste qui légitime la domination masculine. Nombreuses sont donc les voies ouvertes à ce champ de recherche prometteur, à l’heure où les débats sont relancés en France autour des manières de combattre la prostitution – via, par exemple, la pénalisation des clients, comme c’est déjà le cas en Suède… Parmi ces voies, une mise en perspective comparative internationale serait des plus précieuses.

Haut de page

Notes

1 Blanca Jiménez García, « Les industries du sexe : une économie en pleine expansion », Les clés du social, http://www.clesdusocial.com/, 24 Juillet 2013.

2 Paola Tabet, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, L’Harmattan, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartigue, « Marylène Lieber, Janine Dahinden et Ellen Hertz, Cachez ce travail que je ne saurais voir », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/1189

Haut de page

Auteur

Paul Bouffartigue

Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (LEST) – UMR 7317

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org