Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Jean-Baptiste Malet, En Amazonie. Infiltré dans le « meilleur des mondes »

Paris, Fayard, 2013, 164 p.
Jean-Pierre Durand
Référence(s) :

Jean-Baptiste Malet, En Amazonie. Infiltré dans le « meilleur des mondes », Paris, Fayard, 2013, 164 p.

Texte intégral

1Un ouvrage à lire et à faire lire absolument, pour connaître le système Amazon... et pour bien vite retourner chez son libraire de quartier et ne plus acheter dans l’une de ces grandes machines infernales qui détruisent le tissu local qu’il soit social, économique ou intellectuel.

2Jean-Baptiste Malet est journaliste dans le sud de la France. Face au silence obligatoire et contraint des salariés – selon un engagement qu’ils signent, ces derniers ne peuvent parler de leur entreprise aux médias –, l’auteur a décidé de se faire embaucher dans l’entrepôt de Montélimar (36 000 m2 de stocks) comme intérimaire, avant Noël, moment d’activité intensive. Il décrit finement le processus des approvisionnements (inbound) et de préparation des colis pour les clients (outbound). Ici deux fonctions essentielles : la collecte des objets par les pickers et leur emballage, à la main, par les packers. L’auteur souligne en quoi, avec ce process en flux tendu, si les ouvriers ne fabriquent par réellement d’objets, ils produisent des colis et cette production transforme bien l’entrepôt en usine : dans ce cas précis, le service que procure Amazon est bien industrialisé.

3L’ouvrage ne manque pas de données chiffrées. Après avoir ouvert son premier site en 2000 à Saran dans le Loiret (47 000 m2), puis celui de Montélimar en 2010, l’entreprise en installe deux autres en 2012 en Saône et Loire (40 000 m2) et en 2013 dans le nord de la France (90 000 m2). Amazon vend déjà plus de 8 % des livres distribués en France. Au-delà des 5 % de réduction faite sur les prix (plafond de la Loi Lang), l’entreprise livre gratuitement les ouvrages : après quelques opérations en justice des concurrents, cette livraison gratuite n’a pas été reconnue comme une prime illégale. On comprend donc bien en quoi cette firme et ses semblables constituent « une incroyable violence, pour les librairies indépendantes, grandes ou petites, comme pour les leaders, naguère, de la grande distribution spécialisée dans les produits culturels. » (p. 23)

4Selon des statistiques citées par l’auteur, les destructions d’emplois dans le secteur de distribution traditionnel sont 18 fois plus conséquentes que les quelques milliers d’emplois créés dans les entrepôts liés à la distribution via Internet ! Ce qui n’empêche pas les collectivités territoriales d’entrer en concurrence entre elles pour subventionner au mieux l’installation de ces usines sur leur territoire. Ainsi l’État et la puissance publique financent la destruction d’emplois en France. Tout un chacun conclut que si ces entrepôts ne s’installent pas en France, les destructions d’emplois auront quand même lieu, sans les « bénéfices » de ces créations. N’y a-t-il pas d’autres alternatives au niveau européen – c’est-à-dire aussi sous la pression des gouvernements des nations victimes de ce système dévastateur – que cet enfermement dans des logiques sans issue ? En particulier lorsqu’on ajoute le fait que par « un savant montage financier dont de malicieux conseillers juridiques ont le secret, Amazon.fr exerce une activité commerciale dont les clients, les stocks (pour la plupart des produits commandés) et les travailleurs se trouvent à peu près tous physiquement en France, mais pour laquelle le tiroir-caisse est situé au Luxembourg » (p. 26). En 2012, la France a ainsi réclamé 198 millions d’arriérés de TVA à Amazon pour des opérations effectuées en France (pour les exercices fiscaux de 2006 à 2010).

5Quant aux types d’emplois créés, ils tiennent dans un ratio simple : pour 350 emplois en CDI, l’entrepôt de Montélimar recrute 1 200 intérimaires pour la période de Noël dans les diverses agences de la région. Deux équipes travaillent le jour et une autre la nuit. Jean-Baptiste Malet a choisi de travailler la nuit : il montre bien ce que signifient les dérèglements biologiques du travail de nuit et surtout la déstructuration de la vie sociale qui va avec, en particulier quand le travail est dur physiquement et que le salarié doit récupérer dans la journée avant de rejoindre son poste en début de nuit. Le recrutement des intérimaires par l’agence d’intérim, en présence d’un représentant d’Amazon, apparaît comme un moment crucial pour cette entreprise qui y investit beaucoup. Tout le processus d’accompagnement est strictement conçu comme un outil de contrôle social à travers la vidéo d’intégration, une discipline extrêmement rigoureuse, des sanctions pour les retards (rapidement suivies de la mise à pied), jusqu’au contrôle de la vitesse des véhicules sur le parking des salariés en passant évidemment par les fouilles au corps à la sortie de l’usine. Comme ailleurs, le passage des intérimaires en CDI est la carotte brandie en permanence par les managers. Selon l’auteur, la « bonne conduite » est faite de l’acceptation immédiate des heures supplémentaires à effectuer, de la « coopération » avec l’encadrement, c’est-à-dire de la délation des collègues qui auraient des comportements douteux – même s’il ne s’agit que « d’impressions ». C’est un véritable « patriotisme amazonien » qui est attendu de chaque salarié, y compris intérimaire. Selon le PDG Jeff Bezos, « nous recherchons activement des leaders capables d’inventer, de voir en grand, de passer à l’action et de fournir des résultats au nom de nos clients, affirme le fondateur et PDG Jeff Bezos sur un site de recrutement. Ces principes sont certainement ceux des hommes et des femmes qui s’engagent dans l’armée pour servir leur pays. L’expérience de ces leaders est d’une valeur inestimable dans notre environnement de travail en accéléré » (p. 59). Évidemment cette soumission est d’autant plus facile à obtenir que les entrepôts sont implantés dans des régions économiquement dévastées où les chances de trouver un emploi n’existent plus... sauf chez Amazon. Le vocabulaire utilisé de « travail en accéléré » est symptomatique des conditions de travail : il ne s’agit pas seulement de cadences et de vitesses d’exécution des tâches, mais d’amélioration en permanence de celles-ci, ce qui constitue bien une accélération.

6Le pickeur, qu’est Jean-Baptiste Malet, dispose d’un scan qui lui indique la ligne, la hauteur et le rang de l’objet à prendre et à placer sur son chariot ; dès que l’objet est scanné, l’emplacement du prochain apparaît immédiatement sur l’écran. L’ordinateur central qui sait où se trouve le pickeur organise son travail afin de réduire ses déplacements, c’est-à-dire d’optimiser son travail créateur de valeur. Lui, travaillant chez Amazon, va parcourir en moyenne vingt kilomètres à pied durant sa nuit de huit heures de travail : ce sont donc des jeunes en pleine forme physique dont a besoin la compagnie. À travers le système informatique qui donne les ordres aux pickeurs, les leaders et les managers assurent un suivi en temps réel des faits et gestes de ces derniers et peuvent leur adresser directement des remarques à propos de leur travail, sur l’écran du scan, sans que ceux-ci ne puissent répondre. Ce qui frappe ici, c’est à la fois le contrôle social assuré directement par la machine (via ce flux tendu objectivé dans le défilé des ordres de la machine), par l’encadrement en temps réel, et le déséquilibre informationnel : les leaders et les managers connaissent l’état de réalisation du quota des pickeurs, mais ceux-ci l’ignorent... sauf quand ils ont pris du retard ! L’auteur écrit qu’au bout du compte, il se pense lui aussi comme un « objet Amazon », au même titre que ceux qu’ils manipulent, que son scanner ou que son chariot. « Le pickeur, même quand il est éloigné physiquement des ses supérieurs hiérarchiques, est “tracé” en permanence par son scan Wi-Fi, qui transmet en continu toutes les informations qu’il enregistre » (p. 86). Voici pourquoi, selon l’auteur, le scan est aussi un « petit flic électronique » un « téléflic » pourrait-on dire qui accroît d’autant l’isolement de chaque pickeur dans le travail, y compris parce qu’il n’a pas le droit de parler à l’un de ses collègues pendant le temps de travail.

7Dans le chapitre X que l’on pourrait intituler « Work hard, Have fun, Make History », qui est le slogan diffusé dans les entrepôts, Jean-Baptiste Malet propose une très bonne analyse de l’intégration par le jeu et par le divertissement d’une population ouvrière jeune, démunie tant économiquement qu’affectivement (en particulier pour ceux de l’équipe de nuit aux rythmes sociaux décalés) : c’est Amazon qui devient leur famille, leur village et qui prend en charge les relations sensibles. En effet, comme le souligne l’auteur, « la fatigue physique “impacte” l’humeur, la sensibilité, ainsi que l’émotivité. Toute personne en ayant fait l’expérience sait que la tentation des comportements régressifs est alors considérablement accrue » (p. 104). Amazon s’engouffre dans cette brèche avec des fêtes, le bowling, le cinéma, les sorties diverses : « cette convivialité façonnée par Amazon ne se contente pas de dissoudre les anciennes convivialités, jadis construites par le travailleur lui-même. Par l’occupation de son temps libre, le “have fun” élabore des nouveaux rapports sociaux. C’est une technique d’ingénierie sociale destinée à tisser autour du travailleur une mécanique d’emprise. [...] Amazon n’est plus dès lors une simple entreprise, mais devient un village coupé du monde, reconfigurant les rapports sociaux de ses travailleurs » (p. 106). L’auteur montre dans le détail comment les syndicats ont du mal à exister – ici la CGT – puisque non seulement les militants vivent sous contrôle (en particulier face à l’engagement pris de ne pas parler de l’entreprise à l’extérieur), mais parce que la place qu’ils pourraient occuper dans la subjectivité des travailleurs est déjà prise par Amazon à travers ses multiples initiatives de conquête des travailleurs transformés en sujets. Un des chapitres souligne combien les salariés qui se risqueraient à se rapprocher du syndicat ne le peuvent pas, surtout s’ils sont intérimaires puisqu’ils abandonneraient alors la maigre chance d’être « titularisés ». Les salariés vivent dans la peur et l’activité syndicale se fait dans une atmosphère de clandestinité.

8En Amazonie est un ouvrage écrit par un journaliste ; sa première fonction est d’informer et l’on peut dire qu’il la remplit très bien. Deux séries de textes, l’une sur l’amélioration des résultats des salariés – entendez l’incrémentation des sanctions pour ceux qui n’accélèrent pas leur production – et l’autre sur l’engagement de confidentialité (c’est-à-dire restreignant la citoyenneté de chacun) ­témoignent de la chape de plomb que la direction impose aux salariés de cette entreprise. La richesse des matériaux recueillis et l’expérience accumulée auraient permis à un sociologue de conduire à des analyses plus approfondies sur les transformations du travail et sur les innovations sociotechniques dans un tel entrepôt : au-delà des observations ethnographiques, même microsociales, l’auteur disposait de tous les éléments pour présenter de façon plus détaillée les nouvelles conditions de travail (physique et mentales), les effets sur la santé au travail, les modifications des subjectivités des intérimaires ou des salariés en CDI : quelles alliances, quels groupes affinitaires reconstruits, etc. ?

9Enfin, Jean-Baptiste Malet donne des armes pour pourfendre les tenants de la « destruction créatrice » de Schumpeter à propos des quelques centaines d’emplois créés face aux dizaines de milliers qui sont détruits dans le même temps. Non seulement la théorie du « déversement des emplois » comme conséquence de l’innovation technique ne fonctionne peut-être pas avec l’avènement des technologies de l’information et de la communication, mais la mauvaise foi des hommes politiques est clairement mise en évidence quand l’auteur fait la balance entre les subventions et le refus de s’acquitter des impôts que ce soit en France ou au Royaume-Uni : « si les revendications ne visent pour l’heure que le comportement fiscal d’Amazon, peut-être demain des citoyens responsables décideront-ils d’évoquer le volet social de cette entreprise » (p. 149). Pour ceux qui auront lu le livre – souhaitons qu’ils soient nombreux –, demain est déjà aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Durand, « Jean-Baptiste Malet, En Amazonie. Infiltré dans le « meilleur des mondes » », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 26 juin 2016. URL : http://nrt.revues.org/1193

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Durand

Centre Pierre Naville, Université d’Evry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org