Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Pascale Molinier, Le travail du care

Paris, La Dispute, 2013, 222 p.
Ingrid Voléry
Référence(s) :

Pascale Molinier, Le travail du care, Paris, La Dispute, 2013, 222 p.

Texte intégral

1Paru aux Éditions La Dispute en 2013, le dernier ouvrage de Pascale Molinier s’attelle à ouvrir la boite noire du care, tel qu’il se déploie dans le quotidien d’un EHPAD de la région parisienne (renommé Villa Plénitude). S’inscrivant dans la lignée des travaux de psychologie et de philosophie qui en ont tenté une formalisation outre-Atlantique, son principal apport est de donner chair à une notion devenue « tarte-à-la-crème », en l’ancrant dans la réalité de situations professionnelles qui débordent les tâches de nettoyage auxquelles le travail de care est souvent réduit. Reprenant la définition donnée par Joan Tronto (2009 [1992]) (« une activité́ générique qui comprend tout ce que nous faisons pour maintenir, perpétuer et réparer notre “monde” (comprenant) nos corps, nous-mêmes et notre environnement »), l’auteure s’engage dans un double projet particulièrement ambitieux. Ambitieux au plan théorique puisqu’elle entend utiliser le care pour déconstruire un certain nombre d’épistémès relatives aux champs du travail, à celui des rapports sociaux de sexe ou, même, aux philosophies de la morale. Audacieux également sur un plan politique, car l’ouvrage livre un double plaidoyer : à l’endroit des cadres de santé qui occultent les enjeux psychiques du travail de care en institution gériatrique et entravent parfois les pratiques de « soutien à la vie » que les soignants tentent de mettre en œuvre ; mais surtout à l’endroit de certaines féministes, « intellectuelles privilégiées » (p. 37) ignorant ce que leurs revendications égalitaires coûtent aux femmes des groupes dominés et méprisant les catégories à travers lesquelles ces dernières se vivent au travail et se disent au chercheur. La structuration même du livre suit ce double projet qui en fait l’originalité, mais qui en creuse en même temps les zones d’ombre.

2Le propos de l’auteure s’organise autour de trois chapitres reprenant les différents volets relatifs au travail, à l’éthique et au politique. Dans le premier, Pascale Molinier énonce le cœur de son entreprise en abordant le care à partir des situations professionnelles : notamment de la manière dont elles sont socialement et psychiquement investies, par l’encadrement, mais, surtout, par celles qu’elle nomme les « subalternes » (femmes peu qualifiées, migrantes ou issues de migrations, chargées des tâches les moins nobles du care – nettoyage des locaux, des souillures et des fluides corporels). Elle y montre, en particulier, combien ces femmes sont pressées par les familles des résidants et par leur propre hiérarchie à une disponibilité perpétuelle, mais aussi, sommées de mettre en œuvre un hexis du corps digne et une éthique morale socialement orientée (les normes de bientraitance de femmes blanches des « classes moyennes »). Mais également comment ces travailleuses demeurent des actrices essentielles du care et résistent aux catégories d’analyse du chercheur qui souhaiterait lire leurs pratiques à partir des concepts dominant les théories du travail : qu’il s’agisse de la qualification, de la compétence ou plus largement de tout ce qui, sous couvert de valoriser le care, l’enferme un peu plus dans ce qu’il n’est pas – une spécialité qu’il conviendrait de professionnaliser. Pascale Molinier entame ensuite une formalisation alternative de ce que le care engage des corps et des personnes qui le dispensent : dans quelles conditions matérielles le care se fabrique-t-il ? À travers quelles fragiles frontières se distingue-t-il du « simple ménage » fait chez soi ou chez d’autres femmes plus riches ? De la servitude ? Et enfin, (dans) quelles relations de pouvoir le care (se) construit-il ?

  • 1 Psychologue américaine qui a engagé la première formalisation du care à partir d’une étude de l’exp (...)

3Le Chapitre 2 aborde l’éthique ordinaire qui, en affleurant au ras des paroles et des gestes de ces travailleuses, lance un défi théorique au chercheur. Car leurs pratiques échappent aux approches philosophiques étudiant les conduites morales à partir des grilles instrumentalistes ou cognitivistes. Très influencée par les perspectives de Carol Gilligan (2008 [1982])1, Pascale Molinier voit dans l’éthique des travailleuses du care une « éthique de l’amour ». Cette éthique des « subalternes » se structure autour de cinq points formant une « culture populaire du care » (p. 152) dénigrée par un encadrement y voyant, au contraire, un manque de compétences : la domestication de l’environnement (« faire comme à la maison »), l’établissement de « relations épaisses » sur le modèle familial (« faire comme si c’était son parent »), la séduction et la tendresse (l’usage des « mon chéri »), la recherche d’identification par la mimésis et l’autodérision (chahuter certains résidents, en parodier d’autres pour amuser les collègues), enfin, l’investissement spontané d’activités ludiques appartenant au monde ordinaire (« faire des crêpes (plutôt que du tai-chi ) »). Autant de pratiques permettant de maintenir un investissement de soi dans un travail peu reconnu socialement, mais aussi intrinsèquement anxiogène puisqu’il confronte à la mort et à la vulnérabilité.

4Le dernier chapitre revient sur la dimension politique du care et s’attache à montrer son heuristique en même temps que sa dissidence. Au-delà des théories du travail (épinglées pour leur caractère « virilo-capitaliste » (p. 34)), le care questionne les politiques de la reconnaissance sociale (aujourd’hui fortement valorisées) parce qu’il invite, au contraire, à théoriser la « force en soi » : celle qui permet d’être au monde en l’absence du regard des autres. Le care révèle, en outre, les problèmes théoriques, politiques et humains, découlant de la spécialisation et de la hiérarchisation excessive des organisations actuelles : tout particulièrement lorsqu’elles concernent des institutions de soin dont la psychiatrie institutionnelle a montré les formes de violence. Enfin, il invite les féministes à questionner la manière dont elles occultent les expériences et les modes de pensée des femmes « subalternes ». On soulignera ici la stimulante réflexion que l’auteure engage autour de la notion d’amour (des personnes âgées), régulièrement évoquée par les employées enquêtées mais dénigrée par les chercheurs. Plutôt que d’y voir un voile autorisant la reproduction de la domination, l’auteure y décèle, au contraire, la marque de ce que l’humain parvient à lui soustraire : ce qui lui permet de résister à la disqualification sociale et à l’angoisse suscitées par des situations de travail dont les féministes ne prennent pas la pleine mesure. C’est d’ailleurs sur ce registre que la critique est, sans nul doute, la plus acerbe (la plus investie personnellement ?), mais en même temps, la moins aboutie.

5Si les contradictions internes aux études des rapports sociaux de sexe et du genre sont à raison pointées, elles ne sont pas toujours suffisamment étayées et assumées par l’auteure. D’une part, parce qu’elle oublie de faire référence à tout un pan de travaux qui héritent du black feminism américain et qui poursuivent, depuis plusieurs années, l’objectif de déconstruire une « classe de femmes » loin d’être homogène. En particulier, ils mettent au jour la manière dont les assignations de sexe sont étroitement imbriquées aux rapports de classe sociale et d’ethnicisation (Taraud, 2009 [2003] ; Dorlin, 2005 ; Bilge, 2010 ; Hamel, 2005 ; Kergoat, 2010). Partant de perspectives théoriques différentes, toutes ces auteures se sont attachées à formaliser des grilles de lecture étudiant les entrecroisements de catégorisations (de sexe, de classe, ethnoculturelles), les formes d’oppression que ces lacis peuvent construire, mais aussi, les résistances singulières qui peuvent en découler.

6D’autre part, parce que ce projet de déconstruire le « groupe des femmes » doit être poussé plus avant. D’abord en revenant sur l’homogénéité dans laquelle ces femmes « subalternes » sont maintenues. En effet, Pascale Molinier ne dit pas grand-chose des vies de ces travailleuses du care – à l’exception du fait qu’elles sont peu qualifiées, en situation de précarité, « noires » pour les plus assujetties et « maghrébines », plus anciennes sur le territoire et dans l’institution pour les plus résistantes aux pressions de l’encadrement (p. 23). Cette caractérisation des « subalternes », d’emblée posée comme un groupe homogène, fait problème. En particulier, elle tait les contrastes et les contradictions existant entre ces femmes et prête donc le flanc à l’essentialisation. Qu’est-ce que ces femmes, rangées dans la catégorie des « subalternes » par la chercheuse, ont en commun ? Quid, par exemple, des expériences migratoires spécifiques dont Danièle Kergoat (2010) a montré qu’elles discriminaient le rapport au travail et à l’encadrement ? Enfin, quid du rapport existant entre « subalternes » et « majoritaires » ? Groupe mis en arrière-plan de l’analyse, mais dont on ne sait pratiquement rien. S’agit-il de l’encadrement ? De travailleuses du care non qualifiées, mais qui bénéficieraient d’un capital d’autochtonie reconnu au sein de l’institution (des « blanches » ? des « filles du coin » ?) ? Au-delà, à partir de quels critères la frontière entre « majoritaire » et « subalterne » se trace-t-elle ? Autant de questions restant partiellement en suspens.

7Ensuite, en revenant sur la manière dont la notion de « femmes » est utilisée dans l’analyse. Car le propos de l’auteure est souvent ambigu. Certes Pascale Molinier insiste sur la nécessité de s’affranchir des stéréotypes réservant aux femmes la sollicitude et le souci de l’autre, tout particulièrement en jeu dans les pratiques de care. Elle souligne notamment combien ces dispositions seraient présentes chez les enfants dès la naissance, puis, différemment développées chez les garçons et les filles du fait des contextes de socialisation traversés par les uns et les autres. Le sexe duquel parle l’auteure y est donc clairement un « sexe social ». Mais ces qualités, socialement modelées, sont ensuite trop souvent prises pour « seconde nature ». Elles sont réifiées à travers l’idée d’une « psyché féminine » qui se construit durant la prime enfance et qui semble bien peu réversible à l’âge adulte (références à des « soi masculin et féminin » [p. 96 et 97], à des éthos professionnels masculin et féminin [p. 128], à une sublimation particulière de la sexualité chez des travailleuses portant une « forme de vie féminine enfermée dans les mots de la maison du maître » [p. 181]). Ces dispositions sont ensuite utilisées pour justifier une spécificité de la parole politique des femmes, seules capables de connaitre l’expérience par corps de l’être femme et donc seules capables de parler au nom des femmes (p. 39). Une telle position est doublement surprenante. D’une part, elle renoue avec une perspective différentialiste, théorisée par des psychanalystes françaises engagées dans le mouvement féministe des années 1980, mais fortement contestée par les tenants des approches matérialistes desquelles Pascale Molinier se réclame pourtant. D’autre part, le durcissement de dispositions situées en un « éthos de femmes » semble contradictoire avec les références théoriques mobilisées par l’auteure, y compris dans ce même ouvrage : qu’il s’agisse de la psychodynamique du travail ou des travaux de Carol Gilligan ayant pointé combien la voix morale différente qu’elle étudie est moins une affaire de sexe (propre au groupe des « petites filles ») qu’une affaire de disqualifié (que cette disqualification soit liée à l’âge, au statut familial, à l’ethnicisation, etc.). Tenir compte des dispositions affectives et psychiques en actes dans les situations de care pour ensuite apprécier ce que ces dispositions doivent aux assignations de sexe constitue assurément une entreprise théorique légitime et pertinente. Mais elle pourrait emprunter des chemins alternatifs : par exemple, en tenant compte de la diversité de positions et de dispositions au sein même du groupe des « femmes subalternes » et en s’efforçant de saisir la pluralité des voix de ces femmes (Buitelaar, 2006). En un mot, si le projet de l’auteure est d’un indéniable intérêt scientifique et politique, les interprétations du matériau constitué semblent parfois privilégier un effet « sexe social » là où d’autres facteurs entrent probablement en ligne de compte. Cette posture conduit à affaiblir, voire à occulter, certaines variables : c’est le cas de celles faisant varier les attitudes des « femmes subalternes » nous l’avons vu. Mais c’est aussi le cas d’une dimension centrale et non théorisée dans l’ouvrage : celle de l’âge.

8C’est là la dernière zone d’ombre d’une contribution, par ailleurs tout à fait stimulante. Les résidants dont il est question ne sont pas seulement des « vulnérables » aux prises avec d’autres travailleuses vulnérables. Ce sont aussi des personnes âgées, en particulier des vieilles femmes dont on ignore les expériences sociales et professionnelles antérieures, mais aussi, les stéréotypes et les assignations spécifiques dont elles sont les objets. Pourquoi ces vieilles femmes sont-elles saisies « à gros traits », victimes, comme les travailleuses du care, de l’indifférence des « majoritaires » ? Est-ce lié au regard de la chercheuse ? Ou sont-elles indifférenciées par des travailleuses du care qui, pour renverser les hiérarchies de classe et de sexe qui les minorent, réduisent des hommes et des femmes « autochtones », parfois de bon milieu, à des « papys-mamies » dé-singularisés et réassignés à une forme de minorité ? Autant de questions qui gagneraient à être prises en compte dans l’analyse, sous peine de retomber dans un autre effacement marquant l’histoire de la gériatrie (Katz, 2002) et les recherches en sciences sociales. Car, si l’on commence à accumuler des savoirs sur l’entrecroisement des dominations liées au sexe social, au milieu social et à l’ethnicisation, les rapports d’âgisation et les (dis)qualifications qu’ils induisent demeurent peu étudiés en France (Quéniart, Charpentier et Lebreton, 2011 ; Legrand et Voléry, 2012). La réflexion engagée autour du care pourrait alors être utilisée pour extirper la question de l’âge de celle de la vulnérabilité dans laquelle elle est diluée (le care auprès des personnes âgées des EHPAD étant parfois mis en parallèle avec celui des malades psychiques) et rendre visible sa dimension sociale et politique.

Haut de page

Bibliographie

Bilge Sirma (2010), « “Alors que nous, Québécois, nos femmes sont égales à nous, et nous les aimons ainsi” : la patrouille des frontières au nom de l’égalité de genre dans une “nation” en quête de souveraineté », Sociologie et Sociétés, n° 42/ 1, 197-226.

Buitelaar Marjo (2006), « “I am the Ultimate Challenge”. Accounts of Intersectionality in the Life-Story of a Well Known Daughter of Moroccan Migrant Workers in the Netherlands », European Journal of Women’s Studies, n°3/13, 259-276.

Crenshaw Kimberlé (2005 [1991]), « Cartographie des marges : Intersectionnalité, politiques de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du genre, n° 39 (publication originale (1991) : Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics, and Violence against Women of Color, Stanford Law Review, n°6/43, 1241–1299).

Dorlin Elsa (2005), « Les blanchisseuses. La société plantocratique antillaise, laboratoire de la féminité moderne », in Rouch Hélène, Dorlin Elsa, Fougeyrollas-Schwebel Dominique (dir), Le corps entre sexe et genre, Paris, L’Harmattan, 143-157.

Gilligan Carol (2008 [1982]), Une voix différente. Pour une éthique du care, Paris, Flammarion.

Hamel Christelle (2005), « De la racialisation du sexisme au sexisme identitaire », Migrations et sociétés, vol. 17, 91-104.

Katz Stephen (2002), « Les vieilles dames de Charcot », Cahiers du Genre, n° 31, 105-128.

Kergoat Danièle (2010), « Une sociologie à la croisée de trois mouvements sociaux », L’Homme et la société, n° 176-177/2, 27-42.

Legrand Monique, Voléry Ingrid (2012), « Introduction au Dossier “Genre et vieillissement” », SociologieS [En ligne], Dossiers, Genre et vieillissement, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 01 août 2013. URL : http://sociologies.revues.org/4116

Quéniart Anne, Charpentier Michèle, Lebreton Christelle (2011), « La recherche féministe et les femmes aînées : une rencontre récente », Labrys, Études féministes, 20. http://www.tanianavarroswain.com.br/labrys/labrys20/franco/anne.htm#_ftn1. ;

Taraud Christelle (2009 [2003]), La prostitution coloniale. Algérie, Maroc, Tunisie (1830-1962), Paris, Éditions Payot & Rivages.

Tronto  Joan (2009 [1992]), Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 Psychologue américaine qui a engagé la première formalisation du care à partir d’une étude de l’expérience morale spécifique aux petites filles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ingrid Voléry, « Pascale Molinier, Le travail du care », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://nrt.revues.org/1195

Haut de page

Auteur

Ingrid Voléry

Maître de conférences en sociologie, Université de Lorraine, Laboratoire lorrain de sciences sociales

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org