Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Florent Schepens (dir.), Les soignants et la mort

Toulouse, Éditions Érès, coll. Clinique du travail, 2013, 262 p.
Paloma Moré
Référence(s) :

Florent Schepens (dir.), Les soignants et la mort, Toulouse, Éditions Érès, coll. Clinique du travail, 2013, 262 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, élaboré sous la direction de Florent Schepens, maître de conférences en sociologie à l’université de Bourgogne et codirecteur de l’axe « Santé, vie, vulnérabilité » du centre Georges-Chevrier (CNRS), constitue une approche riche et pluridisciplinaire sur la problématique du travail auprès de la mort. Privilégiant la sociologie du travail, mais incorporant aussi d’autres perspectives comme l’anthropologie, la philosophie ou l’histoire, cet ouvrage construit une unité cohérente et réussie à partir des regards de 19 coauteurs qui présentent des enquêtes de terrain très diverses.

2Problématisant les définitions de la mort, des défunts, des corps et des cadavres, chaque auteur nous invite à nous poser les questions qui servent de fil conducteur à l’ouvrage : quel sens à la mort pour les soignants ? Comment arrivent-ils à la supporter dans leur quotidien ? C’est précisément grâce à l’analyse systématique de ces questions dans les différents services et positions de la hiérarchie hospitalière que le lecteur prend conscience de la très grande pluralité d’expériences entre les soignants. Loin de considérer les soignants comme une catégorie homogène, cet ouvrage décortique leurs expériences à travers la perspective de la division sociale du travail, arrivant ainsi à dévoiler l’existence d’un éventail de cultures, de stratégies et de « savoir-faire » professionnels très variés. Les aspects relationnels sont explorés à plusieurs reprises et dans des perspectives différentes tout au long de l’ouvrage, permettant de montrer les nuances – non exemptes d’ambivalences et de tensions – du vécu de ces soignants qui sont confrontés quotidiennement au fait de la mort des patients.

3Dans la première partie, les différentes définitions de la mort sont interrogées. Pour ceux qui travaillent dans les services de réanimation ou qui sont confrontés à la personne en état végétatif chronique, la frontière entre la vie et la mort reste floue, la définition n’est pas claire ou même, comme le montre Élodie Cretin, il y en a plusieurs selon le point de vue où on se situe et le moment vital auquel on fait référence. Se situer à la frontière entre la vie et la mort permet aussi de montrer, comme le font Nancy Kentish-Barnes et Julien Valy, le changement de logique qui s’opère pour les soignants des services de réanimation quand ils doivent reconnaître les limites de la médecine et son pouvoir curatif, et laisser la place à la logique palliative et à l’irruption du patient-sujet.

4L’objet de la deuxième partie de l’ouvrage est la relation conflictuelle qu’entretiennent les vivants avec les corps sans vie suite au décès. Les ambigüités et ambivalences à l’égard du statut du cadavre, envisagées par David Le Breton, nous montrent le caractère contextuel de la représentation sociale de la mort et du cadavre toujours traversés de représentations et de valeurs. Les exemples ambivalents et parfois contradictoires des différentes significations attachées au cadavre prouvent que celui-ci est toujours un fait de relation. À quel moment s’efface l’humanité du défunt et commence-t-il à n’être plus qu’un corps vide, un déchet ? Il n’y a pas de réponses simples ni absolues, car cela dépend de la signification sociale que l’on attribue à la mort. De ce fait, comme il est souligné dans le texte d’Éric Hamraoui, les critères choisis pour donner une définition de la mort doivent être considérés dans une démarche historique, politique et symbolique plus large qui transcende le fait individuel de la disparition de la vie. Par ailleurs, à travers une perspective historique, Serenella Nonnis Vigilante retrace les lignes du projet pédagogique des élites sociales, depuis le Code napoléonien de 1804, pour réglementer toutes les phases de la gestion de la mort, dans la volonté de créer une véritable séparation entre le défunt et le cadavre.

5De la même façon que sont construites socialement les catégories qui définissent le fait de la mort et les statuts du cadavre et du défunt, la confrontation quotidienne des soignants avec la mort se matérialise toujours par une socialisation qui prend la forme d’un apprentissage des codes de la profession. De cette manière, Emmanuelle Godeau montre le rapport différencié et hiérarchisé aux cadavres qu’ont les différents groupes professionnels qui sont censés manipuler les corps pendant les cours d’anatomie. Alors que les garçons de salle sont constitués comme groupe subalterne « pollué » par la proximité des « macchabées », pour les étudiants en médecine les leçons d’anatomie constituent le rite initiatique par excellence pour accéder aux étapes « nobles » de la profession.

6Quand le travail des soignants se déroule en première ligne auprès de la mort, les stratégies pour « prendre distance » sont nécessaires et font partie de la socialisation professionnelle. Comme le montre Godeau, les étudiants sont censés développer toute sorte de stratégies pour se distancer physiquement et moralement des corps des défunts dès les premières confrontations. Chez les chirurgiens, Emmanuelle Zolesio signale la place centrale que jouent les « stratégies de défense » pour permettre aux professionnels de surmonter les échecs à « sauver des vies ». Ainsi, la distanciation par rapport au patient et l’humour noir sont des caractéristiques de la profession chirurgicale qui permettent la gestion individuelle et collective des émotions pour bien faire le travail.

  • 1 Établissements d'hébergement des personnes âgées dépendantes.

7Le travail relationnel, qui fait l’objet de la troisième partie de cet ouvrage, est aussi partie intégrante du travail des soignants dans les services proches de la vieillesse, des états avancés de la maladie et de la fin de vie. À ce propos, Michel Castra montre que, dans les services de soins palliatifs, la relation au patient est envisagée comme une forme privilégiée de compétence professionnelle qui fait partie d’une nouvelle conception de l’éthique de fin de vie, mais qui est aussi traversée par les divisions du travail selon la place que l’on occupe dans la hiérarchie hospitalière. C’est justement par le travail relationnel que les médecins généralistes développent des savoirs et des compétences qu’ils revendiquent comme propres, notamment dans leurs interventions à domicile auprès de leurs patients en fin de vie. Dans son analyse, Martine Bungener, montre comment les généralistes mettent en avant ces compétences relationnelles pour se distinguer des autres équipes et pour se considérer comme une spécialité médicale à part entière. Par ailleurs, Maud Vinet-Couchevellou analyse la nécessité pour les soignants des EHPAD1 de professionnellement construire la « mort ordinaire » afin de pouvoir faire face à des décès répétés sans négliger leur mission quotidienne de donner des soins de confort aux résidents.

8Dans la partie finale de cet ouvrage, les expériences des soignants face à la mort sont interrogées. Depuis un point de vue philosophique, Éric Fiat analyse la mort comme un événement rare, singulier et surprenant, que les soignants risquent de banaliser à force de la côtoyer. À ce propos il réclame la nécessité d’une attitude vigilante chez les soignants pour éviter la « routinisation » et les automatismes qui pourraient effacer ce que la mort d’un être humain a d’événement. L’article de Florent Schepens, justement, pourrait être considéré comme une réponse contradictoire à ces propos. Analysant les unités de soins palliatifs, il nous offre en effet un exemple concret de construction d’une culture professionnelle auprès de la mort où celle-ci est envisagée comme un processus « normal » qui ne perturbe pas les soignants autant que l’on pourrait l’imaginer. Tout au contraire, la culture professionnelle en soins palliatifs implique la dédramatisation de la mort, d’autant plus que la valorisation du travail ne passe pas par l’empêchement de la mort, mais à travers le soulagement et l’accompagnement permettant de laisser mourir les patients dans les meilleures conditions.

9Pour sa part, Catherine Le Grand-Sébille montre que les morts des jeunes adultes et grands adolescents à l’hôpital sont toujours difficiles et conflictuelles pour les professionnels et aussi dans les relations avec les familles des patients. Elle met en avant deux dimensions importantes qu’il faut articuler pour comprendre comment les soignants arrivent à gérer ces situations difficiles : d’une part la dimension interne et subjective de leur travail et d’autre part la demande de collégialité comme protection face à des situations qui les dépassent. Finalement, Maria Helena Guerra Gomes Pereira analyse les stratégies de préservation de soi et les systèmes défensifs des soignants dans les services de gynécologie et de soins palliatifs. Les ressources symboliques nécessaires pour surmonter les situations de trouble ou le sentiment de faire « du sale boulot » sont souvent possibles grâce à des systèmes défensifs qui, malgré la division du travail, se construisent de façon collective.

10En définitive, la lecture de cet ouvrage fait un état de lieux réussi et cohérent de la problématique du travail auprès de la mort et il est recommandé aux lecteurs qui voudraient s’approcher d’un objet d’étude peu habituel, mais qui nous semble d’un intérêt révélateur. Dans ces pages, ils trouveront un ensemble d’approches pluridisciplinaires ainsi que des terrains d’enquête divers pour saisir une problématique complexe, hétérogène et fascinante.

Haut de page

Notes

1 Établissements d'hébergement des personnes âgées dépendantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paloma Moré, « Florent Schepens (dir.), Les soignants et la mort », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/1200

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org