Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Emmanuelle Zolesio, Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes

PUR, coll. Le sens social, 2012, 294 p.
Magdalena Rosende
Référence(s) :

Emmanuelle Zolesio, Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes, PUR, coll. Le sens social , 2012, 294 p.

Texte intégral

  • 1 À la différence de la littérature anglo-saxonne notamment, où la chirurgie fait l’objet d’un nombre (...)

1Consacré aux chirurgiennes, l’ouvrage d’Emmanuelle Zolesio constitue une incursion opportune et originale dans un univers professionnel relativement peu investigué par la sociologie française des groupes professionnels1. Issu d’une recherche doctorale, le travail qui est présenté dans ce livre mêle de manière originale différentes méthodes de recueil de données – observations in situ, entretiens auprès d’enquêtés exerçant la chirurgie digestive dans différents établissements hospitaliers français. L’auteure propose un savant mélange de portraits sociologiques, d’extraits d’entretiens et de notes ethnographiques.

2Comme le montrent les travaux de Régine Bercot et Alexandre Mathieu-Fritz, la chirurgie, à l’instar d’autres professions médicales, connaît des transformations importantes : technicisation et hyperspécialisation, mutations organisationnelles des établissements hospitaliers, luttes entre les professions de la santé pour le monopole de nouvelles compétences techniques, judiciarisation, etc. À la différence d’autres spécialités médicales qui se féminisent fortement, la chirurgie demeure cependant un « bastion masculin ». En France, la part des femmes est inférieure à 15 % dans les spécialités proprement chirurgicales (mais à peine 3 % pour l’orthopédie-traumatologie), alors que les femmes constituent près de 60 % des nouvelles promotions d’étudiants en médecine.

3Pour saisir les raisons de cette sous-représentation, Emmanuelle Zolesio s’intéresse à la culture professionnelle chirurgicale tout en s’efforçant de ne pas considérer cette dernière « comme un tout unifié, un bloc indivisible se transmettant systématiquement, totalement et uniformément aux nouveaux entrants dans la profession » (p. 10). Cherchant à saisir l’éthos professionnel, l’auteure analyse les façons de voir, de penser et d’agir spécifiques dans leurs différents contextes, leur incorporation et leurs modalités de transmission. La socialisation professionnelle est donc au cœur de cet ouvrage. Emmanuelle Zolesio adopte une perspective chère à Bernard Lahire, qui lui permet de mettre en évidence la multiplicité des instances de socialisation. Plus précisément, elle articule différents processus d’apprentissage pour comprendre l’inégal accomplissement de la socialisation professionnelle. En effet, « selon que le candidat est un homme ou (plus rarement) une femme, un membre issu des catégories supérieures ou (plus rarement encore) des catégories populaires, les dispositions professionnelles spécifiques attendues et portées par le corps professionnel se transmettront avec plus ou moins de facilité et seront intériorisées avec plus ou moins de force et d’évidence. » (p. 11).

4Comment les femmes chirurgiennes font-elles pour s’intégrer dans cet univers masculin ? Partant des « exceptions statistiques » de la profession, l’auteure opte pour une posture qui lui permet d’éclairer ce qui se passe en son centre et de mettre en lumière la culture chirurgicale et la « domination masculine qui lui est attachée » (p. 10), Emmanuelle Zolesio analyse finement les dispositions que les femmes acquièrent, mettent en avant ou en veille dans les différents contextes de travail. Structurée par le genre, la chirurgie sollicite en effet des comportements et des aptitudes professionnels qui sont généralement considérés comme masculins : la technicité, le caractère accaparant, l’attrait pour l’action, la prise de décision rapide, le leadership, la volonté, la détermination, la combativité et l’endurance physique reviennent de manière récurrente dans les récits. Emmanuelle Zolesio mobilise ce faisant les concepts issus de la recherche féministe et apporte une contribution importante à la réflexion sur le genre.

5Après avoir démontré, dans le premier chapitre, la sous-représentation féminine au sein de la profession, l’auteure met en évidence les caractéristiques techniques et symboliques de la chirurgie considérées comme masculines. Comme leurs homologues masculins, les femmes font preuve d’une faible empathie pour les patients, elles développent une propension à jouer de la séduction (à l’égard des hommes), se mettent en colère (dans les blocs opératoires). Elles font preuve d’assurance, et, last but not least, tolèrent la misogynie et le machisme (blagues). En bref, la domination masculine est patente, même si les formes de violence verbale à l’encontre des femmes se sont atténuées au début du xxie siècle.

6Le deuxième chapitre examine les motivations professionnelles. Le choix de la chirurgie se fait tôt. Les stages chirurgicaux effectués pendant l’externat apparaissent comme une « expérience socialisatrice clivante » (p. 51). Plusieurs présentent le choix de cette spécialisation comme une « vocation » ou une « révélation », alors que d’autres voient leur projet annulé pour cause de dispositions inadaptées au métier. Le cas d’une chirurgienne dont la socialisation chirurgicale est « ratée » révèle en creux les valeurs prônées par l’institution et incarnées par ses membres. 

7Les trois chapitres suivants dressent le portrait des chirurgiennes « heureuses » de travailler dans cet univers. Des femmes qui ont une disposition marquée pour le surinvestissement professionnel, peu d’appétence pour le relationnel et qui pratiquent ou s’accommodent de l’humour grivois. L’analyse montre qu’elles sont toutefois confrontées au fait de devoir davantage faire la preuve de leur force ou endurance, y compris pendant les périodes de grossesse. L’aptitude à l’investissement est en effet un critère central de l’intégration dans la profession en général, d’une carrière hospitalo-universitaire en particulier. Une fois la formation chirurgicale achevée, le niveau d’investissement diminue, mais pas au point de faire passer la vie familiale et privée au premier plan. La recherche met ensuite en exergue l’adhésion plus ou moins active des chirurgiennes au type d’humour qui prévaut dans cet univers professionnel. Les plaisanteries à caractère sexuel et scatologique renvoient à l’internat, à l’ambiance des salles de garde et trouvent leur origine dans l’utilisation de vestiaires mixtes, ainsi que dans la manipulation de corps nus. L’analyse montre clairement que l’« ancrage familial précoce de telles habitudes en matière d’humour sexuel et scatologique semble lui aussi peser pour saisir les cas d’enquêtées à la posture participative » (p. 140). La faible appétence pour le relationnel constitue la troisième disposition exigée par la profession et transmise pendant son apprentissage. Lors des visites (« tours ») auprès des personnes alitées ou pendant les consultations, la relation médecin/patient est en effet mise au second plan. Seuls les actes opératoires, critère de sélection de la spécialisation et activité centrale de la profession, sont « évalués » drastiquement et apportent le prestige.

8L’enquête de terrain met toutefois au jour l’existence de chirurgiennes au profil opposé. Si la majorité d’entre elles sont définies comme masculines par leur entourage professionnel, d’autres ont un profil « plus féminin ». Emmanuelle Zolesio examine tout d’abord les dispositions qui conduisent à percevoir les chirurgiennes comme masculines. Leurs manières de faire et de voir sont ancrées dans la socialisation primaire. Elles disent avoir été des « garçons manqués » et avoir bénéficié d’une « socialisation inversée » pour reprendre les termes de Christine Mennesson. Les dispositions intériorisées sont ensuite « intensément mobilisées et amplifiées au cours de l’internat de chirurgie » (p. 181). La gouaille, le franc-parler, la surenchère grivoise, l’aptitude à régler des conflits de manière tranchée, la propension à se comporter de manière directive sont autant d’étiquettes masculines valorisantes qui favorisent leur intégration au sein de la profession. Ainsi, les expressions « vrai mec » et « femmes à couilles » (p. 174) associées à ces chirurgiennes sont positives.

9Jouissant également d’une bonne intégration professionnelle, les femmes au comportement plus féminin sont plus rares. « Celles que l’on ne nomme pas » (p. 191), dont « on ne parle pas », ou encore « que l’on n’entend pas » participent à la compétition professionnelle, mais demeurent en retrait face aux collègues masculins, évitent la surenchère et les affrontements ; elles mettent en avant leurs dispositions à s’occuper de leurs enfants et font le projet d’exercer dans le secteur public en qualité de praticiennes hospitalières. Ces chirurgiennes « féminines » ont souvent bénéficié du soutien de maris médecins et d’un « parrain masculin » paternaliste, contrairement aux femmes chirurgiennes « masculines » qui ont été confrontées à des « patrons » réputés pour leur autoritarisme.

10Dans le dernier chapitre de l’ouvrage, Emmanuelle Zolesio met au jour deux formes de « pluralité dispositionnelle ». Elle constate d’une part que plusieurs enquêtées cumulent des dispositions « féminines » et des dispositions « masculines », et d’autre part qu’elles en font un usage différencié selon l’étape de leur carrière et le contexte. La pluralité « synchronique » est étroitement liée au contexte professionnel des chirurgiennes. Selon qu’elles interagissent avec des chirurgiens ou des infirmières, les chirurgiennes activent des dispositions étiquetées masculines (propension à l’autoritarisme, au parler franc, etc.) ou féminines (parler de soi ou de sa vie privée, évoquer les difficultés du métier). La pluralité « diachronique » renvoie à l’évolution au fil du temps des manières de faire dont sont porteuses les femmes enquêtées. En début de carrière, ces dernières tendent à se comporter comme leurs homologues masculins (surinvestissement professionnel, distance à l’égard du patient, etc.). L’auteure observe une « reféminisation » des comportements de certaines chirurgiennes, au gré de l’avancement de la carrière, en général après la maternité (rééquilibrage entre investissement professionnel et privé/familial, mode de commandement moins autoritaire, etc.). Empruntant le concept de « virilité alternée » (p. 249) à Geneviève Pruvost pour rendre compte de la « plasticité dispositionnelle » des femmes dans un métier d’hommes, Emmanuelle Zolesio rappelle qu’il s’agit là d’une « caractéristique des dominés parmi les dominants », un signe de leur moindre légitimité professionnelle.

11Cette étude d’un groupe professionnel à partir de la marge apporte un éclairage original sur les groupes professionnels en général et les multiples instances et processus de la socialisation professionnelle en particulier. L’examen des trajectoires des chirurgiennes – improbables du point de vue statistique – permet d’appréhender les mécanismes sociaux plus largement à l’œuvre dans cet univers de travail. La perspective sociologique développée dans l’ouvrage porte à la fois sur les représentations du métier, les pratiques et les interactions de travail à travers lesquelles la socialisation professionnelle est à l’œuvre. L’analyse met particulièrement bien en évidence la complexité des mécanismes ainsi que les tensions qui peuvent résulter des processus d’apprentissage eux-mêmes. L’intérêt pour la connaissance sur le genre est indéniable. Face aux chirurgiens, les chirurgiennes sont sommées de mettre en œuvre des dispositions considérées comme masculines, alors qu’elles doivent adopter des comportements considérés comme féminins en présence des femmes du personnel paramédical. Compatible avec une approche en termes de rapports sociaux, l’entrée par les dispositions permet ensuite d’interroger la notion de qualités que l’on emploie fréquemment lorsque l’on s’intéresse à la sexuation des métiers et d’éviter l’écueil de concevoir l’individu comme un bloc homogène. Un autre intérêt de la sociologie dispositionnelle réside dans le fait de souligner les limites de la notion d’identité en général, d’identité professionnelle ou d’identité sexuée en particulier. « La frontière entre identité professionnelle et identité sexuée devient floue dès lors que l’on a affaire à une identité professionnelle imprégnée de marquages sexués comme c’est le cas pour la plupart des métiers « masculins » ou « féminins ». (p. 217)

12On conclura en remarquant que si la pluralité dispositionnelle est de mise pour les femmes, on reste sur sa faim en ce qui concerne les hommes, qui apparaissent comme un groupe homogène en raison du dispositif adopté. Les résultats de recherches récentes sur la profession médicale et sur les masculinités laissent penser que la sélection opérée par la socialisation chirurgicale concerne également des hommes. La socialisation antérieure ne livre pas forcément les dispositions à la virilité exigées dans l’univers chirurgical.

Haut de page

Notes

1 À la différence de la littérature anglo-saxonne notamment, où la chirurgie fait l’objet d’un nombre important de travaux depuis plusieurs années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Magdalena Rosende, « Emmanuelle Zolesio, Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/1207

Haut de page

Auteur

Magdalena Rosende

Université de Lausanne, Chercheuse senior FNS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org