Navigation – Plan du site
Ouvertures

Manufacturing Consent revisité

Manufacturing Consent revisited
Una nueva aproximación a Manufacturing Consent
Michael Burawoy
Traduction de Manuel Benguigui
Cet article est une traduction de :
Manufacturing Consent revisited

Résumés

Cet article présente rapidement Manufacturing Consent publié en 1979 dans lequel la direction d’Allis Chalmer organisait la discipline du travail ouvrier par la coercition et par le consentement, en particulier à travers l’établissement des quotas de production qui fondait une sorte de jeu social entre ouvriers (the game of making out). L’auteur revient sur la méthode ethnographique utilisée alors pour la critiquer et il propose de la remplacer par « l’étude de cas élargie » (the extented case method) qui prend en compte le contexte du travail dont les trajectoires des acteurs, les transformations des marchés et du rôle de l’État, sans négliger les éléments spatio-temporels facteurs de changement. C’est l’occasion pour l’auteur de passer en revue les publications récentes qui ont élargi les objets de recherches à la question du genre, au travail domestique, aux travailleurs migrants, aux services, au syndicalisme, etc. L’article suggère que l’enjeu des luttes passerait de l’exploitation à la marchandisation (commodification) avec les luttes consuméristes qui l’accompagneraient ; lesquelles inaugureraient une nouvelle ère de mobilisations transnationales étendues à l’Europe de l’Est et à l’Asie. Ce qui conduit l’auteur à reprendre les thèses de Polanyi sur La Grande Transformation en les actualisant avec l’avènement présent d’une troisième vague ultra-libérale qui étend la marchandisation à la nature (terre, eau et air) et aux connaissances : les mouvements « d’occupation » (“occupy” movements) en seraient les premières ripostes.

Haut de page

Notes de l’auteur

Dans les réflexions critiques vis-à-vis de mon propre travail qui vont suivre, je me suis efforcé de prendre en compte les contributions des étudiants formidables avec lesquels j’ai travaillé au cours des trente dernières années à Berkeley et ailleurs.

Texte intégral

  • 1 L’École de Chicago est davantage célébrée en France qu’aux États-Unis, pour preuve la sélection de (...)

1C’est le 2 juillet 1974 que j’ai débuté mon travail de terrain de onze mois en tant que conducteur de machine pour la Allied Corporation, filiale de construction d’engins de la multinationale Allis Chalmers. Par le plus grand des hasards, je m’étais retrouvé dans l’usine qu’avait étudiée le grand ethnographe de Chicago, Donald Roy, en 1944-451. En 1979, j’ai rendu compte, dans mon ouvrage Manufacturing Consent (Burawoy, 1979), des changements qui s’étaient produits au cours des trente années écoulées depuis les travaux de Roy. En 2004, après trois décennies d’absence, je suis retourné sur mon ancien lieu de travail à Harvey, dans la zone sud de Chicago (Illinois).

2Les bâtiments, délabrés, cernés de plantes sauvages, avaient changé de propriétaire mais étaient encore debout. En 1974, Allis Chalmers était la plus grande entreprise de fabrication de matériel agricole après Caterpillar et John Deere. Peu après, elle entra dans une période de graves difficultés économiques et finit par être rachetée par l’entreprise allemande K-H-Deutz AG en 1985. Le département de Harvey dans lequel j’avais travaillé fut fermé et transformé en entrepôt pour Allied Tubes, un fabricant local de tuyaux d’acier. Ainsi, par un autre coup du hasard sociologique, le pseudonyme que j’avais donné à Allis Chalmers se révéla être le vrai nom de l’entreprise qui la racheta. En 1987, Allied Tubes lui-même fut racheté par Tyco, le conglomérat international connu pour plusieurs scandales retentissants, parmi lesquels l’accusation en 2003 de ses deux plus hauts cadres pour fraude boursière, évasion fiscale et détournement de centaines de millions de dollars.

3Le passage à l’activité de stockage comme les détournements de fonds illustrent bien les conséquences de l’ère Reagan, qui avait commencé en 1980, cinq ans après mon départ de Allis Chalmers. Le sud de Chicago avait été le lieu de résidence de minorités ethniques ouvrières, notamment autour de ses aciéries, décrites par Bill Kornblum (1974) dans Blue Collar Community – un livre qui fut publié juste après mon arrivée à Allis. Mais au fil des fermetures d’usines, l’ensemble de la zone sud de Chicago est devenu une morgue industrielle. Allied Tubes fut l’une des dernières entreprises en activité. En lieu et place de la banlieue ouvrière d’antan, il y a aujourd’hui un ghetto, peuplé en majorité d’Afro-américains. Un grand nombre d’entre eux ont vécu le début des Robert Taylor Homes (loués autant que critiqués), ensemble de logements situé au Sud de Chicago. Lorsque ce housing project fut achevé en 1962, il était connu comme le plus grand complexe d’habitations sociales des États-Unis. Sudhir Venkatesh (2000) a très bien raconté l’ascension et la chute des Robert Taylor Homes dans American Project. Les logements ont été démolis depuis ou transformés pour abriter des familles à faible niveau de revenus, tandis qu’une grande partie des anciens habitants a été relogée sur les terrains en friche du sud de la ville, dans des zones comme Harvey.

4Si le paysage de Harvey a changé, la zone de banlieue où j’avais habité était encore reconnaissable en 2004, en dépit des affiches immobilières vantant des « prix cassés », en dépit des logements vides, des immeubles abandonnés, des fenêtres brisées, des fastfoods, des panneaux de mise aux enchères, des églises afro-américaines et des bars délabrés. Une bonne partie du South Side a subi le même sort que Harvey. Ce qui s’y est produit est une histoire que l’on retrouve un peu partout dans la Rust-belt, une conséquence des fermetures d’usines, ou des délocalisations, qui furent partiellement remplacées par une économie de service et par la révolution informatique. L’État a nié toute responsabilité concernant la dislocation sociale et économique, ouvrant la voie à des inégalités grandissantes, à une hausse du taux de criminalité et à la pauvreté. Il est aujourd’hui difficile de trouver un local syndical dans cet endroit qui fut pourtant le cœur de luttes historiques et héroïques sur les conditions de travail et sur les salaires. Voilà l’héritage de l’ère Reagan.

Rivé au passé : les défauts méthodologiques de Manufacturing Consent

  • 2 Depuis la publication de Manufacturing Consent (1979), j’ai élaboré cette méthode ethnographique da (...)

5Je n’ai rien anticipé de tout cela dans Manufacturing Consent. Au lieu de prêter attention à l’environnement, je me suis concentré sur ce que j’ai appelé « l’organisation hégémonique du travail » comme si c’était la fin de l’histoire. Malgré toute mon insistance sur l’« étude de cas élargie »2 (the extended case method) et sur la nécessaire contextualisation du terrain ethnographique, malgré toutes mes critiques du traitement par Donald Roy du lieu de travail comme communauté fermée et immuable, je dois avouer que ma propre étude souffrait des mêmes limites. J’étais aveugle au futur qui se présentait déjà devant moi, alors que je n’étais pas très éloigné des aciéries qui fermaient les unes après les autres. Pourquoi les usines échapperaient-elles au même sort ? Je ne voyais pas ce qui se passait autour de moi parce que j’étais rivé au passé, concentré sur l’idée d’expliquer les petites transformations de l’organisation du travail entre l’époque où Roy avait étudié l’usine en 1944-45 et le moment où je le faisais en 1974-75. Je tournais le dos au futur.

  • 3 Le « game of making out » désigne une pratique ayant cours dans les ateliers de production. Il s’ag (...)

6La relative constance de l’organisation de la production entre 1944 et 1974 fut une aubaine méthodologique. Mais ce qui m’a conduit à me concentrer sur les petits changements m’a fait négliger les transformations macro économiques cruciales du capitalisme au cours de cette période, sa « destruction créatrice », comme l’a dit Joseph Schumpeter. Tout n’était cependant pas perdu, puisque cette constance de la technologie et du système de paye aux pièces m’a permis de me focaliser sur le mode de régulation du travail, ce que j’ai appelé le régime de production, à savoir les appareils politiques et idéologiques de la production – ce que d’autres, dans un cadre théorique différent, nomment simplement le modèle de relations industrielles. J’ai interprété cette transition de trente ans comme un mouvement continu menant d’un régime despotique vers un régime hégémonique, d’une extraction de l’effort à travers la coercition et la peur vers une extraction de l’effort par l’organisation du consentement avec usage éventuel de la force. La coercition et le consentement sont toujours conjointement présents, mais leurs proportions relatives et leur articulation ont changé au fil du temps, l’importance du consentement prenant le pas sur la coercition, l’application du consentement devenant elle-même l’objet du consentement. Ce basculement dans le régime de production était exprimé dans le développement d’un marché du travail interne qui privilégiait l’ancienneté et créait donc des travailleurs ayant intérêt à la longévité de l’entreprise. Cela s’exprimait également par ce que j’ai appelé l’état interne dans lequel le système de revendications donnait des droits et des obligations aux travailleurs alors que l’appareil de négociations collectives coordonnait les intérêts des travailleurs et des dirigeants. Ces deux institutions encadraient un « game of making out »3 afin de rendre cet état encore plus séduisant, voire plus efficace pour obtenir notre consentement spontané aux attentes managériales de production.

7J’ai attribué le changement de régime de production à deux facteurs externes. D’un côté, la Geer Company – comme Roy avait rebaptisé la vieille Buda Company – était passée d’une situation de concurrence directe sur le marché à son intégration dans la grande entreprise, ce qui avait entraîné une plus grande protection de la main-d’œuvre et ainsi posé les bases d’un régime hégémonique fondé sur le compromis de classe. Au-delà de ces transformations propres à l’entreprise, les années suivant la Seconde Guerre mondiale ont vu apparaître un changement durable dans les relations industrielles avec l’institutionnalisation du New Deal, ce qui a promu les marchés internes du travail, le système de revendications et de négociations collectives dans les secteurs syndicalisés de l’industrie.

  • 4 James Zetka (1994) prolonge mon analyse des régimes hégémoniques en étudiant non seulement la trans (...)
  • 5 Pour un compte-rendu exhaustif de la grève des contrôleurs aériens de 1981 et des forces qui y ont (...)

8Cependant, je me suis trompé en prenant le régime hégémonique de production pour une forme en grande partie naturelle et éternelle, parce que j’ai sous-estimé les forces externes qui le généraient. Je n’ai pas compris que ces forces externes – les marchés et les États – ne sont pas figées mais sont elles-mêmes le produit de processus sociaux possédant leur propre dynamique4. D’abord, je ne voyais pas que les marchés mondiaux étaient en train d’englober les marchés nationaux, faisant par là plonger l’industrie américaine. Comme tant d’autres entreprises, Allis Chalmers ne pouvait plus rivaliser, ni sur le marché intérieur, ni sur le plan international. Deuxièmement, je n’ai pas anticipé l’offensive politique contre le syndicalisme, marquée par l’élection de Reagan à la présidence. En 1981, celui-ci régla la grève des contrôleurs aériens en les remplaçant par des employés non syndiqués. L’attaque contre les contrôleurs du trafic aérien et contre leur syndicat – le PATCO (Professional Air Traffic Controllers Organization) – coïncida avec la nomination par Reagan de ses partisans au National Labor Relations Board, qui donnèrent à ce dernier une majorité pro-patronale légitimant les offensives de l’employeur contre les syndicats.5

9La double attaque contre le travail – d’abord par le biais des marchés puis de l’État – a transformé le régime hégémonique, que j’avais envisagé comme une forme éternelle de domination, en un moment éphémère de l’histoire des relations professionnelles aux États-Unis. Plutôt qu’un signe avant-coureur de l’avenir, le régime hégémonique que j’avais discerné en 1974 était sur le point d’être remplacé par ce que, rétrospectivement, j’ai appelé le despotisme hégémonique – un despotisme construit sur les fondements de l’hégémonie qui avait désarmé les travailleurs face à l’assaut managérial. De manière ironique, la période 1974-75 s’est avéré être un tournant de l’histoire du travail aux États-Unis, après lequel la puissance des syndicats n’a plus fait que décliner de manière régulière. Le taux de syndicalisation global est passé de 24 % en 1974 à 13 % de la population active en 2004. En 1974, les taux de syndicalisation des secteurs public et privé étaient identiques, mais depuis lors, ils ont pris des directions opposées pour atteindre respectivement 37 % et 8 % en 2004 (Freeman, 1988 ; Farber & Western, 2001, 2002) !

10Non seulement je n’ai pas anticipé la transformation des marchés et du rôle des États, et donc la pression accrue sur le travail, mais je n’ai également pas perçu combien le travail était devenu vulnérable en raison du régime hégémonique lui-même. Je n’ai pas discerné comment le régime hégémonique a semé les graines de sa propre destruction. En atomisant les travailleurs – ce qui a mené à la formation de « citoyens industriels » – et en liant les intérêts du travail à ceux du capital, le régime hégémonique a non seulement sapé l’opposition du travail au management, mais aussi sa capacité à résister aux offensives des employeurs. L’erreur était à l’opposé de celle que j’avais faite avec les forces extérieures au travail et à l’entreprise. C’est-à-dire que, tout comme j’avais négligé les processus sociaux à l’œuvre derrière les forces extérieures, j’avais aussi négligé d’analyser comment les processus sociaux peuvent se transformer en forces sociales. Le plus souvent, nous pensons que les processus deviennent des mouvements sociaux – des forces positives – qui poussent au changement ; mais ce n’est pas toujours le cas. Ce fut effectivement la critique de Rick Fantasia (1988) faite à Manufacturing Consent. Dans Cultures of Solidarity, il a montré comment les mouvements se développent dans l’atelier de production à partir des revendications, soutenus par les solidarités émergentes de la race, du genre, voire de la classe sociale. Mais, s’il y bien sûr eu de nombreuses luttes spontanées de ce type, les données historiques globales montrent que ces luttes déclinent et que mon hypothèse relative à leur affaiblissement était pertinente. Parallèlement, la coordination des intérêts réalisée par le régime hégémonique constituaient une force sociale négative, qui a rendu le travail de plus en plus vulnérable face aux offensives des employeurs et a diminué la mobilisation collective.

Les nouvelles études du travail : insuffisances théoriques de Manufacturing Consent

  • 6 Une série d’insuffisances a également été mise en évidence par les retours critiques de Gottfried e (...)
  • 7 La notion de extended case method est difficilement traduisible de façon juste et esthétique : mot (...)

11Les défauts méthodologiques sont étroitement liés aux insuffisances théoriques6. L’étude de cas élargie7 (extended case method) repose sur quatre types de déploiements ou d’élargissements (extensions) de la démarche : la prise en compte par l’observateur de la trajectoire de l’acteur (participant), la prise en compte des facteurs temporels et spatiaux dans les observations, le passage de l’analyse des micro processus aux forces macro-sociales, et finalement, sous-tendant et alimentant chacune de ces trois préoccupations, l’approfondissement de la théorie elle-même. Au lieu de générer une théorie ex nihilo, nous partons d’une théorie et nous l’améliorons à la lumière des phénomènes inattendus (anomalies) que nous fournit le terrain. J’ai commencé avec les théories marxistes de la production et du politique, avec des théories fondées sur la séparation de la base et de la superstructure où la base est la source de la lutte de classes, qui est elle-même contenue dans la superstructure. Cependant, dans mon expérience, la thèse selon laquelle la production était source de conscience de classe et lieu de la lutte de classes a été en permanence remise en question par les ouvriers qui se mobilisaient pour atteindre les normes de production. Moi-même, marxiste au dernier degré, je n’étais pas le moins engagé et le moins enthousiaste (bien que peut-être le moins compétent) dans le « making out ».

  • 8 Le concept de politics of production est traduit ici par politique de production, ce qui est insati (...)

12Ma reconstruction du marxisme consistait à appliquer les théories de la superstructure à la base. À l’usine, je pouvais faire l’analogie avec la « nature de classe de l’État » de Nicos Poulantzas, et avec les appareils idéologiques d’État de Louis Althusser. En me fondant sur mes observations et sur mon expérience de Allis, j’ai affirmé que les hégémonies politique et civile de Gramsci étaient nées dans l’atelier de production – indépendamment de ce qui s’était produit dans l’État et dans la société civile. En accord avec la politisation de la vie quotidienne par les féministes et avec la micro-physique des pouvoirs de Foucault, j’ai créé le concept de « politique de production8 ». Comme tant d’innovations théoriques, le pouvoir de cette idée, mais aussi sa faiblesse, provenait de sa focalisation implacable et singulière, de sa vision univoque. En reconstruisant les théories de la production et de la politique, j’ai laissé intactes les théories conventionnelles de l’État, des marchés et de la société civile. Peut-être n’est-il possible de problématiser qu’une seule chose à la fois – il faut bien garder le regard rivé sur le but à atteindre, – mais dans le cas qui nous occupe, cela signifie que j’avais perdu de vue le dynamisme des forces extérieures qui engloutissaient la production. Réifier ces forces externes, tout comme rendre subjectifs les processus internes, constituaient une insuffisance aussi bien théorique qu’empirique.

13J’ai donc échoué à anticiper la fin de l’industrie américaine, du mouvement syndical (au moins dans le secteur privé) et, bien sûr, du régime hégémonique de production. Les erreurs de prédiction sont cependant le moteur de la science. Des études ultérieures ont compensé mes insuffisances en débattant des transformations que j’ai échoué à prédire. L’étude de l’industrie a indiqué deux chemins : la « voie haute » et la « voie basse ». D’un côté se trouvaient des arguments optimistes, tels ceux développés dans The Second Industrial Divide de Piore & Sabel (1984), selon lesquels la production de masse allait être remplacée par une production spécialisée, qui à son tour requérrait une spécialisation flexible et une requalification du travail. De l’autre côté, le point de vue pessimiste, tel qu’il fut développé dans Lean and Mean de Bennett Harrison (1994), n’envisageait pour l’avenir qu’une intensification du despotisme et de la polarisation.

14Tandis que certains commentateurs américains se lamentaient sur la fin des centres industriels et sur les conséquences de la désindustrialisation, d’autres se sont tournés vers l’étude du secteur des services. L’ouvrage The Managed Heart, de Arlie Hochschild (1983) – une étude des personnels aériens – a ouvert de nouvelles voies quant à la naissance du travail émotionnel et a stimulé toute une littérature nouvelle sur le secteur du care. Fast Food, Fast Talk, de Robin Leidner (1993), a eu un impact similaire : son propos se focalisait sur la relation triangulaire, caractéristique du travail de service, entre les managers, les travailleurs et les consommateurs, dans deux secteurs très différents, l’assurance et les fast-foods. Dans les deux études étaient analysées les formes nouvelles de contrôle et de résistance du travail, négligeant l’organisation toujours problématique du consentement. Cette lacune a été récemment comblée par Rachel Sherman (2007) dans Class Acts, où sont étudiés les jeux de pouvoir et de crédibilité auxquels les travailleurs jouent contre leurs clients dans les hôtels de luxe, et par Jeffrey Sallaz (2009) dans The Labor of Luck – vaste étude ethnographique de l’industrie des casinos aux États-Unis et en Afrique du Sud.

15L’une des conséquences de l’apport féministe a été la prise en compte de la signification même du travail, du travail salarié au travail domestique non rémunéré. Dans ce domaine aussi, Hochschild (1989) a apporté une contribution essentielle, par le biais de The Second Shift, une interrogation des mythes et des réalités de la division des tâches domestiques. Il n’y avait plus qu’un petit pas à franchir vers la jeune littérature sur le travail domestique, analysé comme une relation entre employeur et salarié, de Between Women (Judith Rollin, 1985) à Domestica (Pierrette Hondagneu Sotelo, 2001) et Raka Ray & Seemin Qayum (2009) en passant par l’analyse du partage des tâches domestiques entre hommes et femmes à Kolkata. Le travail domestique a été aussi croisé avec les modèles migratoires, comme dans l’étude de Pei-Chia Lan (2006) sur les femmes philippines à Taiwan, la comparaison par Rachel Parrena (2001) des domestiques philippines à Rome et Los Angeles, et l’observation par Cinzia Solari (2010) des domestiques ukrainiennes, dont la migration circulatoire vers Rome est opposée à leur migration linéaire vers San Francisco.

16Bien avant ces travaux, le féminisme avait envahi les études historiques de l’industrie, par le biais de Ruth Milkman (1987) qui, dans Gender at Work, par exemple, attribuait le déplacement des frontières de genr dans les industries électrique et automobile avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale à des logiques d’accumulation du capital. D’autres ont étudié des usines de l’hémisphère Sud où la population active était dominée par les femmes. Chaing Kwan Lee (1998), dans Gender and the South China Miracle, comparait les régimes de genre dans deux usines – l’une dans le Sud de la Chine, l’autre à Hong-Kong – tandis que Leslie Salzinger (2003), dans Genders in Production, analysait les régimes de genre très différents à l’œuvre dans des usines en zone franche situées à la frontière américano-mexicaine. Au-delà de l’industrie, il existe aussi, dans le secteur public, une politique de genre, comme l’a montré Linda Blum (1991) dans son analyse où elle croise logique de classe et discrimination positive.

17Ces études historiques et comparatives ne portent pas toutes la marque du féminisme. Dans The Fabrication of Labor, Richard Biernacki (1995) a expliqué la divergence des « régimes d’usine » dans l’industrie du textile de l’Allemagne et de l’Angleterre du XIXe siècle par des conceptions différentes du travail. Dans Between Craft and Class, Jeffrey Haydu (1988) a comparé les ouvriers de la métallurgie en Angleterre et aux États-Unis durant la Seconde Guerre mondiale. Dans Work and Democracy in Socialist Cuba, Linda Fuller (1992) a examiné la transformation de la politique de production à Cuba dans les années 1970, lorsque la décentralisation industrielle était accompagnée par une plus grande participation démocratique. Plus tard, elle a pris le même cadre de politique d’usine (factory politics) pour observer le silence de la classe ouvrière durant la transition de l’Allemagne de l’Est vers le capitalisme (Fuller, 1999). On trouvera une version très différente dans Transition from Below, de Karl Von Holt (2003), qui se focalise sur la micro-dynamique de la politique de l’atelier de production dans la métallurgie en Afrique du Sud. Dans ce pays, la politique d’usine était au centre des luttes contre l’apartheid, mais a ouvert la voie à un système de travail (workplace regime) post-apartheid très fragile. Finalement, Gwoshyong Shieh (1992), dans « Boss » Island, a repris l’idée d’une politique de production dans une direction différente en observant les réseaux de sinisation de l’industrie à Taiwan.

  • 9 Les Chevaliers du Travail étaient membres du « Noble and Holy Order of the Knights of Labor », orga (...)

18Chacun de ces travaux – et il s’agit là d’une liste très incomplète, largement puisée dans des livres issus de thèses de doctorat soutenues à Berkeley – reflète certains traits ou tendances saillants observables dans le monde. Il arrive toutefois que la sociologie aille délibérément à contre-courant. On peut le dire à propos de l’intérêt résurgent pour les liens entre régime de production et mouvement ouvrier. C’est le cas de la synthèse de la théorie des mouvements sociaux et de celle du procès de travail, comme dans l’étude susmentionnée de Fantasia (1988) sur la mobilisation collective, intitulée Cultures of Solidarity, ou dans le compte-rendu historique de l’ascension et de la chute des Chevaliers du Travail,9 The Making of American Exceptionalism (Kim Voss, 1993), ou encore dans le livre que ces deux chercheurs ont écrit ensemble (Fantasia & Voss, 2004) sur le possible renouveau du mouvement ouvrier américain.

19Davantage focalisé sur l’organisation contemporaine du travail, Paul Johnston (1994) a expliqué dans Success While Other Fail comment la syndicalisation du secteur public a remporté ses plus grands succès en exploitant les intérêts communs entre travailleurs et clients. Plus récemment, Chris Rhomberg (2004), dans No There There et Steve Lopez (2004), dans Reorganizing the Rust Belt, ont étudié des zones géographiques spécifiques (Oakland en Californie, Pittsburgh en Pennsylvanie) pour montrer l’importance des politiques de la ville et de l’État dans le succès des mouvements ouvriers. Dans With God on our Side, Adam Reich (2012) a montré, dans son analyse de l’aspect culturel d’une campagne pour organiser l’un des hôpitaux catholiques de Californie, comment les mouvements syndicaux peuvent être compliqués : luttes internes des syndicats, rapports complexes entre syndicats et employeurs, etc.

20Dans The Next Upsurge, son compte-rendu de la réorientation de l’AFL-CIO (American Federation of Labor and Congress of Industrial Organizations) vers l’organisation de stratégies et de techniques innovantes d’un ou deux syndicats tels que le SEIU (Service Employees International Union) et le HERE (Hotel Employees and Restaurant Employees), Dan Clawson (2003) a osé prédire la renaissance de ce qu’il appelle le syndicalisme du mouvement social – la fusion du travail avec d’autres mouvements sociaux. Ruth Milkman (2000) a rassemblé de nombreux travaux qui posent la question de savoir pourquoi la dynamique d’expansion des organisations syndicales en Californie est due aux travailleurs immigrants, dont on pensait pourtant qu’il était impossible de les organiser. Milkman (2006) a poursuivi son étude dans L.A. Story, une analyse des succès différenciés des tentatives pour syndiquer les travailleurs migrants à Los Angeles. La dynamique du mouvement s’est déplacée des ouvriers employés localement vers les travailleurs marginaux et vers de nouvelles stratégies symboliques. Enfin, Jennifer Chun (2009) a montré comment un tel phénomène se produit non seulement aux États-Unis, mais aussi en Corée du Sud.

21En dépit des ces travaux intéressants, en dépit des tactiques innovantes qui contournent la loi, en dépit des victoires notables contre des employeurs récalcitrants (tels que United Parcel Service), en dépit de la syndicalisations des nouveaux métiers, en dépit de la réorientation de ressources centrales vers les organisations de base, en dépit de tout cela, le ralliement de nouveaux membres ne permet toujours pas de compenser la perte des anciens. Le déclin global du syndicalisme américain est inexorable.

22Les perspectives des organisations ouvrières ont souvent l’air plus radieuses dans d’autres parties du monde. Gay Seidman (1994) a ainsi identifié les sociétés en cours d’industrialisation comme le lieu d’une nouvelle syndicalisation. Dans Manufacture Militance, elle a repéré une convergence inattendue des mouvements ouvriers du Brésil et d’Afrique du Sud, ancrés d’une part sur des connexions étroites entre le travail et la communauté et, d’autre part, sur le partage des rôles entre l’État et le capital – partage qui est lui-même surdéterminé par le rythme de l’industrialisation au niveau mondial. Dans son récent ouvrage Forces of Labor, Beverly Silver (2003) donne à cette perspective de l’évolution des systèmes mondiaux une portée historique et comparative plus large, soutenant que la transplantation globale de l’industrie charrie avec elle son lot de nouvelles luttes de classe et d’organisation des classes. Optimiste, elle envisage que la prochaine vague de lutte de classe aura lieu en Chine, alors que Pun Ngai (2005) propose une image plus pessimiste de l’ordre despotique des régimes en place dans les usines chinoises.

23Beverly Silver (2003) établit une importante distinction entre les luttes de type marxiste fondées sur le pouvoir de pression des travailleurs pour résister à l’exploitation et les luttes de type Polanyi fondées sur le pouvoir d’association pour résister à la marchandisation. Elle suggère un glissement des luttes, dont l’enjeu passerait de l’exploitation à la marchandisation (commodification) avec les luttes consuméristes. Ces luttes inaugureraient une nouvelle ère de mobilisations transnationales. Ching Kwan Lee (2007) établit la même distinction lorsqu’elle découvre les luttes de type Polanyi dans la Rustbelt du Nord de la Chine, et les luttes de type marxistes dans la Sunbelt du Sud du même pays. Hwa-Jen Liu (2006) a développé ces idées pour expliquer pourquoi les luttes environnementales avaient été plus importantes en Corée du Sud. Où qu’ils se trouvent, les chercheurs étudiant le travail cherchent toujours des scénarios optimistes dans un monde désolé !

Du capitalisme au capitalisme via le socialisme : au-delà de Manufacturing Consent

24J’ai moi aussi cherché des scénarios optimistes, qui se sont brisés sur les rochers du capitalisme renaissant. Je vais à présent retracer les grandes lignes de mon parcours sur les trente dernières années. L’une des critiques de Manufacturing Consent que j’ai prise très au sérieux fut l’accusation selon laquelle j’avais décrit la logique de l’industrialisme et non celle du capitalisme. Relever ce défi requérait de comparer la production capitaliste avec la production non capitaliste. Mais qu’est-ce que la production non capitaliste ? J’ai estimé nécessaire d’étudier le travail dans les sociétés soviétiques. Pendant longtemps, j’avais pensé que le talon d’Achille du marxisme était le « socialisme existant », dont les marxistes ignoraient la singularité, à leurs propres risques et périls. Il était malhonnête de simplement écarter l’Union soviétique comme une forme de capitalisme étatique (ou d’État dégénéré des travailleurs) puis de projeter le « vrai » socialisme comme une utopie face aux réalités atroces du capitalisme. Une telle idée n’était pas plus acceptable que d’attaquer l’Union soviétique en comparant sa brutalité et son inefficacité avec les idéalisations du capitalisme entretenues par ses apologistes et autres idéologues. Ces fausses comparaisons entre l’idéalisation d’une société et sa réalité devaient être remplacées par des comparaisons d’un type idéal avec un autre type idéal, de la réalité avec la réalité. La meilleure chose à faire était donc une comparaison des relations entre idéalisation et réalité dans les deux mondes.

25J’ai commencé à investir la littérature sur les usines soviétiques. Le matériel était bien maigre, et c’est peu dire – la production soviétique étant en-deçà des limites acceptables de l’analyse sociologique sérieuse. Toutefois, le destin (une fois de plus) me fit découvrir le texte intitulé A Worker in a Worker’s State, de Miklos Haraszti (1977) – un compte-rendu autobiographique du travail au sein d’un atelier de fabrication aux pièces qui était très similaire aux ateliers de Allis ! Effectivement, l’usine de l’Étoile Rouge était l’équivalent hongrois direct de Allis Chalmers aux États-Unis. Les deux produisaient des équipements agricoles, et les deux étaient en crise financière. En outre, l’atelier de production décrit par Haraszti comportait les mêmes séries de perceuses, de fraiseuses, de tours revolver, etc. et, ainsi qu’à Allis, les opérateurs étaient payés à la pièce.

26Bien évidemment, il y avait aussi des différences. Pour commencer, Haraszti faisait quelque chose d’impossible – il faisait fonctionner deux machines à la fois ! Je n’arrivais pas à le croire. Et cela dans un pays où l’on disait que les travailleurs avaient obtenu le droit de ne pas travailler durement. Bien sûr, le régime de production hongrois était lui aussi complètement différent : le parti, la direction et le syndicat collaboraient pour organiser ce que j’ai appelé le « despotisme bureaucratique ». Ce régime avait plus en commun avec les despotismes de marché des débuts du capitalisme ou avec les despotismes coloniaux que j’avais étudiés en Zambie et en Afrique du Sud qu’avec les régimes hégémoniques du capitalisme avancé. J’ai écrit sur ces différents régimes dans The Politics of Production (Burawoy, 1985), ouvrage dans lequel j’ai avancé des propos plutôt radicaux quant à la façon dont le régime de production façonnait la lutte de classe. Je soutenais que, si l’État, le marché et la société civile étaient importants dans la lutte de classe, alors leurs effets étaient médiatisés par le régime de production qu’ils déterminaient.

27Après avoir lu A Worker in a Worker’s State, j’ai écrit mon premier article sur le socialisme d’État en 1979, où je comparais le despotisme bureaucratique et l’hégémonie du marché, arguant que le premier nourrissait l’hostilité de classe vis-à-vis de l’État-parti – comme dans la révolte est-allemande de 1953, les révoltes hongroise et polonaise de 1956, et l’opposition étouffée du printemps de Prague en 1968 (Burawoy, 1980). Cette hypothèse fut confirmée, de manière inattendue, par le mouvement polonais Solidarnoscc de 1980-1981. Intéressé par ce mouvement de la classe ouvrière avec ses dimensions sociétales visant délibérément une révolution limitée, j’ai commencé à préparer des recherches en Pologne. Mais il était trop tard : Jaruzelski organisa son putsch avant que je puisse même fermer mes valises. À la place, avec l’aide de Ivan Szelenyi, je me suis alors tourné vers la Hongrie, qui vivait sa propre révolution clandestine. Sur une période de sept ans (de 1982 à 1989), j’ai travaillé dans diverses usines hongroises – une usine de champagne, une coopérative textile, un atelier d’usinage et, mon rêve ultime, la fameuse aciérie Lenine de Miskolc.

28Du point de vue de la politique de production, je me suis demandé pourquoi la première véritable révolte de la classe ouvrière de l’histoire avait eu lieu contre l’État socialiste et non contre le capitalisme, et pourquoi en Pologne et non en Hongrie. J’ai développé l’idée que le processus de travail socialiste, et non pas le capitaliste, était l’archétype de la spécialisation flexible, qui accordait une autonomie considérable aux travailleurs, tandis que le régime de production introduisait l’État-parti directement dans l’atelier, de façon oppressive. J’ai utilisé la peinture socialiste comme une métaphore pour décrire l’expérience du socialisme par la classe ouvrière. Elle dérivait d’un incident amusant survenu alors que je travaillais dans la Brigade Socialiste de la Révolution d’Octobre. Le Premier ministre devait venir nous voir et on nous avait imposé une journée supplémentaire non rémunérée pour repeindre d’un jaune éclatant notre usine crasseuse. N’ayant pu trouver qu’un pinceau et de la peinture noire, j’avais commencé à peindre nos pelles de cette couleur. Le contremaître, furieux, vint me voir et exigea que je lui explique ce que j’étais en train de faire. Avec toute l’innocence que je pus rassembler, je lui répondis timidement : « Je construis le socialisme ». Un silence anxieux traversa la brigade, jusqu’à ce qu’un de mes collègues plein d’esprit, nommé ET, réponde : « Misi, Misi, tu n’es pas en train de construire le socialisme, tu es train de peindre le socialisme ! Et en noir, qui plus est ! » Sur quoi la brigade entière éclata d’un rire incontrôlable.

29J’ai donc décidé de prolonger l’idée de ET : les rituels du socialisme organisé par l’État-parti nous imposaient de peindre le socialisme aux couleurs de l’efficacité, de l’égalité et de la justice, et ce faisant, ils attiraient justement l’attention sur le fait que c’était inefficace, inégal et injuste. Le socialisme d’État était un jeu consistant à faire semblant, un jeu où faire semblant devenait la réalité, où l’on fabriquait le mécontentement. J’en concluais donc que la conscience de classe socialiste provenait effectivement de la production – une critique immanente du socialisme d’État, qui avait échoué à atteindre sa propre idéologie en tant qu’État des travailleurs. L’État-parti avait semé les graines de sa propre transformation. La seule question était la direction de cette transformation : socialisme démocratique ou capitalisme de marché ? Avec la foi du charbonnier, j’ai cru que l’insurrection des conseils ouvriers – comme un nouveau 1956 – et que le droit des salariés sur leurs sociétés l’emporteraient, j’ai parié sur le socialisme démocratique.

30The Radiant Past, rédigé avec János Lukács, résume notre décennie de recherche dans le secteur industriel en Hongrie. L’ouvrage a paru en 1992, trois ans après la chute du socialisme d’État. Nous y avons développé l’idée que, si le communisme était censé avoir été le « futur radieux », il n’était pas le « passé radieux ». De façon ironique, nous affirmions que, pour nos collègues de travail, le passé apparaîtrait effectivement radieux à mesure que les marchés capitalistes détruiraient le cœur industriel de la Hongrie, comme ils l’avaient déjà fait à Chicago et ailleurs. János et moi sommes retournés sur place en 1999, dix ans après la chute du communisme, pour interroger nos anciens collègues de la Brigade Socialiste de la Révolution d’Octobre. Bien que le nombre de salariés fût passé de 15 000 à 3 000, ils étaient parmi les quelques chanceux à avoir pu conserver leur emploi. Ils n’étaient plus les fiers travailleurs que nous avions connus, mais les rejets démoralisés d’un capitalisme sans pitié.

31Je m’étais rendu en Hongrie pour étudier ce que le socialisme démocratique pouvait offrir, mais je m’étais retrouvé entraîné dans un marché de transition vers le capitalisme. Je suis donc parti pour l’Union soviétique au début de 1991, aussitôt que la glasnost et la perestroïka eurent rendu possible les recherches ethnographiques. C’était une période très excitante ! Dans l’hiver moscovite glacial de 1991, Kathy Hendley, alors étudiante en 3e cycle à Berkeley en sciences politiques, et moi-même sommes allés étudier la célèbre usine de caoutchouc, Kauchuk, située au cœur de la ville (Burawoy & Hendley, 1992). Quelle histoire ! Quelles conditions de travail atroces ! Plus inattendu encore, nous sommes arrivés au moment d’une véritable guerre civile, non pas entre les travailleurs et les dirigeants, mais entre les dirigeants eux-mêmes. Nous avons assisté, sous une forme intensifiée, à une guerre qui se déroulait un peut partout en Union soviétique et opposait les marketeurs et les planificateurs, les jeunes et la vieille garde, ceux qui voulaient s’affranchir de l’État-parti et ceux qui cherchaient à maintenir les structures qui s’effondraient.

32Après deux mois passés à Kauchuk, je me suis rendu plus au Nord, à Syktyvkar, la capitale de la République Komi, où j’ai obtenu un emploi d’opérateur dans une usine de meubles. Là, à la périphérie, les remous politiques arrivaient adoucis du centre, même si on pouvait malgré tout sentir leurs effets. Déjà à cette époque, au printemps de 1991, mon collaborateur Pavel Krotov et moi-même pouvions retracer l’historique du marché qui était en train d’émerger de l’ordre soviétique en pleine désintégration (Burawoy & Krotov, 1992). Je suis resté là-bas de mars à juin 1991. En août, eut lieu l’insurrection moscovite avortée de la vieille garde et en décembre l’Union soviétique appartenait au passé.

33N’ayant nulle part où aller, j’ai continué mes recherches en Russie, dans la République Komi. J’ai observé comment la planification se métamorphosait en marchés avec des caractéristiques soviétiques – un mélange bizarre d’argent et de troc. Ceux qui contrôlaient les échanges, qu’ils soient oligarques ou financiers, mafieux ou marchands, devinrent la nouvelle classe qui s’éleva du marécage dans lequel se noya le reste de la société. J’ai décrit cette situation comme une involution économique où les ressources étaient pompées de la sphère productive pour être injectées dans la sphère improductive de la consommation et de l’enrichissement personnel. Le destin de la classe ouvrière était lié aux emplois proposant de vrais salaires, dont le nombre diminuait rapidement, les autres vivant de l’assistance sociale. Dans ce monde de désindustrialisation rampante, les hommes devenaient superflus, comme des fardeaux pour les foyers, au lieu d’en être les gagne-pain. Ce furent les femmes qui reprirent alors la défense de la société.

34On peut se demander en quoi les ghettos du Sud de Chicago sont différents des ruines industrielles de la Russie post-soviétique. En quoi les oligarques russes, qui ont pillé l’économie post-soviétique, sont-ils différents des crapules de Tyco et Enron ? Seule l’échelle sépare Khodorkovsky, jugé pour s’être enfui avec des milliards de dollars d’argent public par le biais des escroqueries liées à la privatisation de l’industrie pétrolière dans les années 1990, de Kozlowski, le PDG de Tyco – conglomérat propriétaire des vieux locaux de mon atelier de Chicago, – jugé, lui, pour avoir escroqué les actionnaires et les employés de seulement quelques centaines de millions de dollars.

De Marx à Polanyi : l’abandon de Manufacturing Consent

35Où que mes voyages ethnographiques m’aient conduit, j’ai laissé derrière moi les traces de la destruction. J’avais à peine quitté la Copperbelt de la Zambie – lieu de ma première recherche sur l’industrie en 1968-1972 – que le prix du cuivre s’effondrait et avec lui l’économie et la société zambiennes (Ferguson, 1999). À la suite de mon départ de Allis Chalmers en 1975, comme je l’ai déjà dit, la zone industrielle du Sud de Chicago s’est transformée en désert industriel. En 1989, à la fin de mon dernier travail de terrain en Hongrie, le socialisme d’État se désintégra et l’économie industrielle hongroise suivit le chemin de Chicago vers son déclin rapide. Ma conversion au travail ouvrier en Union soviétique, au début de 1991, fut rapidement suivie par l’échec du putsch communiste, puis par l’effondrement de l’ordre soviétique à la fin de la même année. S’ensuivit un déclin économique inédit en temps de paix. Si certains m’ont tenu responsable de toutes ces catastrophes, ce n’était en fait que la faute du tsunami du marché qui, amorcé dans les années 1970, avait dévasté toute l’économie mondiale.

36Le pouvoir des marchés, que j’ai reconnu tardivement, a mené à un glissement de la sphère de la production à celle de l’échange et de l’exploitation à la marchandisation (commodification). Au fil des années 1990, j’ai assisté à la disparition de l’industrie russe – à quelques exceptions près comme le bâtiment – face à la puissance des marchés et de la spéculation, qu’il s’agisse du petit commerce ou du troc, en passant par la protection mafieuse, la banque et la finance. C’est à ce moment là que je me suis tourné vers l’ouvrage de Karl Polanyi (1944) intitulé La Grande Transformation pour comprendre la dévastation provoquée par la transition vers le marché.

37Beaucoup ont puisé chez Polanyi l’idée qu’il ne peut y avoir de voie vers le capitalisme de marché sans des institutions politiques et sociales portant le développement économique. Ceci explique pourquoi la transition vers le marché a eu tellement plus de succès en Chine, où l’État-parti a maintenu son hégémonie, qu’en Russie, où la destruction irréfléchie du système étatique de planification a mené à une involution économique. D’autres ont tiré de Polanyi des spéculations à propos de l’inévitable riposte face à la rapide expansion du marché. Cette seconde lecture dynamique remplace la première appropriation statique et fonctionnaliste des idées de Polanyi. J’ai pour ma part choisi une reconstruction plus radicale de l’histoire du capitalisme par Polanyi, focalisée sur son concept trop peu développé de « marchandise fictive » (Burawoy, 2010).

38Dans cette troisième interprétation, le problème sous-jacent est l’échec de Polanyi à anticiper une autre vague de fondamentalisme du marché. Polanyi a supposé que l’humanité ne permettrait plus jamais une expérience aussi désastreuse que celle qu’il a décrite. Or, il avait tort. Le monde a été assailli par une troisième vague de fondamentalisme du marché, qui a commencé avec la crise pétrolière de 1973. Le refus de Polanyi d’envisager cette troisième vague était fondé sur sa conception d’une certaine expansion du marché suivie d’une riposte. Une étude attentive de son analyse permet de bien comprendre les deux premières vagues. La première est celle qu’il décrit à propos de la Révolution industrielle anglaise débutant à la fin du XVIIIe siècle avec l’attaque dirigée contre le système Speenhamland du travail régulé et s’achevant avec la New Poor Law de 1834 : à partir de là, le travail contre-attaqua tout au long du XIXe siècle et au début du XXe siècle avec le mouvement ouvrier dans les usines, les coopératives, les organisations bénévoles et les partis politiques. Après la Première guerre mondiale, le fondamentalisme du marché reprit le dessus (seconde vague), cette fois-ci en se focalisant sur le commerce international et sur les échanges monétaires fixes : si au XIXe siècle, la riposte avait pris la forme de résistances locales glissant au niveau national, au XXe siècle, elle se manifesta sous les traits de régulations nationales – fascisme, stalinisme, démocratie sociale, New Deal, etc. – pour s’élever ensuite au niveau international avec Bretton Woods, le GATT, l’OMC, le FMI et la Banque Mondiale. Au cours du dernier quart du XXe siècle et au début du XXIe siècle (troisième vague), les forces du marché ont à nouveau été agressives, brisant les régulations protectrices du travail et de l’argent, menant à leur re-marchandisation, mais également à la marchandisation de la nature (terre, eau et air), et à quelque chose que Polanyi n’avait pas anticipé : la marchandisation des connaissances.

39Nous assistons aujourd’hui à des contre-attaques locales et nationales, mais pour être efficaces dans la régulation du capital financier et pour contenir la destruction environnementale, ces contre-attaques devront se manifester au niveau mondial. Or, comment pourrait se construire une telle riposte ? Si certains font porter tous leurs espoirs sur un mouvement ouvrier transcendant les frontières nationales, les signes d’un tel phénomène sont rares et flous. Une coalition des forces fondées pas tant sur la production et l’exploitation (qui est en train de devenir un privilège dans le monde moderne) que sur l’expérience du marché et de la marchandisation (consumérisme) est plus vraisemblable. Les études sur le travail devront donc prendre leurs distances avec la production pour traiter de la marchandisation de la nature à travers sa dépossession, pour traiter de la gestion de l’argent par la dette et du remplacement de l’acquisition des connaissances par la fétichisation des diplômes (credentialism).

40Comme je l’ai écrit, les récents mouvements d’« occupation » (“occupy” movements) semblent avoir une telle vision des choses. Fondés sur une précarité toujours plus grande, elle-même produit de la marchandisation des connaissances (notamment à l’université), soutenus et encouragés par une classe ouvrière de plus en plus (dés)organisée (marchandisation du travail), et attisés par la multiplication spontanée des phénomènes de dépossession (marchandisation de la terre), les mouvements « d’occupation » remettent en question le despotisme du capital financier. L’insistance sur la démocratie directe constitue une réfutation symbolique de la démocratie représentative, incapable de réglementer le capital dans l’intérêt public, quelle que soit la définition de ce dernier. La réinterprétation de La Grande Transformation nous permet de situer l’importance du travail aux côtés de l’argent, de la nature et des connaissances dans l’expansion et dans la contestation du capitalisme du XXIe siècle.

Haut de page

Bibliographie

Biernacki Richard (1995), The Fabrication of Labor : Germany and Britain, 1640-1914, Berkeley University of California Press.

Blum Linda (1991), Between Feminism and Labor, Berkeley, University of California Press.

Burawoy Michael (1979), Manufacturing Consent : Changes in the Labor Process Under Monopoly Capitalism, Chicago, University of Chicago Press.

Burawoy Michael (1980), « The Politics of Production and the Production of Politics : A Comparative Analysis of Piecework Machine Shops in Hungary and the United States », Political Power and Social Theory, 1, 259‑97.

Burawoy Michael (1985), The Politics of Production : Factory Regimes Under Capitalism and Socialism, Londres, Verso.

Burawoy Michael (2009), The Extended Case Method : Four Countries, Four Decades, Four Great Transformations, and One Theoretical Tradition, Berkeley, University of California Press.

Burawoy Michael (2010), « From Polanyi to Pollyanna : The False Optimism of Global Labor Studies », Global Labour Journal 1(2), 301-313.

Burawoy Michael & Kathryn Hendley (1992), « Between Perestroika and Privatization : Divided Strategies and Political Crisis in a Soviet Enterprise », Soviet Studies 44(3), 371-402.

Burawoy Michael & Pavel Krotov (1992), « The Soviet Transition from Socialism to Capitalism : Worker Control and Economic Bargaining in the Wood Industry », American Sociological Review 57(1), 16-38.

Burawoy Michael & János Lukács (1992), The Radiant Past : Ideology and Reality in Hungary’s Road to Capitalism, Chicago, University of Chicago Press.

Burawoy Michael et al. (1991), Ethnography Unbound, Berkeley, University of California Press.

Burawoy Michael et al. (2000), Global Ethnography : Forces, Connections and Imaginations in a Postmodern World, Berkeley, University of California Press.

Chun Jennifer (2009), Organizing at the Margins : The Symbolic Politics of Labor in South Korea and the United States, Ithaca, Cornell University Press.

Clawson Dan (2003), The Next Upsurge, Ithaca, N.Y., Cornell University Press.

Farber Henry & Bruce Western (2001), « Accounting for the Decline of Unions in the Private Sector, 1973-1998 », Journal of Labor Research 22(3), 459-485.

Farber Henry & Bruce Western (2002), « Ronald Reagan and the Politics of Declining Union Organization », British Journal of Industrial Relations 40(3), 385-401.

Fantasia Rick (1988), Cultures of Solidarity, Berkeley, University of California Press.

Fantasia Rick & Kim Voss (2004), Hard Work : Remaking the American Labor Movement, Berkeley, University of California Press.

Ferguson James (1999), Expectations of Modernity : Myths and Meanings of Urban Life on the Zambian Copperbelt, Berkeley, University of California Press.

Freeland Robert (2001), The Struggle for Control of the Large Corporation : Organizational Change at General Motors, 1924-1970, Cambridge, Cambridge University Press.

Freeman Richard (1988), « Contraction and Expansion : The Divergence of Private Sector and Public Sector Unionism in the United States », Journal of Economic Perspectives 2(2), 63-88.

Fuller Linda (1992), Work and Democracy in Socialist Cuba, Philadelphia, Temple University Press.

Fuller Linda (1999), Where was the Working Class ? : Revolution in East Germany, Urbana, University of Illinois Press.

Gottfried Heidi, Robin Leidner, Steven Vallas, Jennifer Pierce, Robert Freeland, Gay Seidman, Leslie Salzinger & Michael Burawoy (2001), « A Continuities Symposium on “Manufacturing Consent” », Contemporary Sociology 30(5), 435-58

Haraszti Miklos (1977), A Worker in a Worker’s State, Harmondsworth, Angleterre, Penguin Books.

Harrison Bennett (1994), Lean and Mean : The Changing Landscape of Corporate Power in the Age of Flexibility, New York, Basic Books.

Haydu Jeffrey (1988), Between Craft and Class : Skilled Workers and Factory Politics in the United States and Britain, 1890-1922, Berkeley, University of California Press.

Hochschild Arlie (1983), The Managed Heart, Berkeley, University of California Press.

Hochschild Arlie (1989), The Second Shift : Working Parents and the Revolution at Home, New York, Viking Books.

Hondagneu-Sotelo Pierrette (2001), Doméstica, Berkeley, University of California Press.

Johnston Paul (1994), Success While Others Fail : Social Movement Unionism and the Public Workplace, Ithaca, N.Y., Cornell University Press.

Kornblum William (1974), Blue Collar Community, Chicago, University of Chicago Press.

Lan Pei-Chia (2006), Global Cinderellas : Migrant Domestics and Newly Rich Employers in Taiwan, Durham, NC, Duke University Press.

Lee Ching Kwan (1998), Gender and The South China Miracle, Berkeley, University of California Press.

Lee Ching Kwan (2007), Against the Law : Labor Protests in China’s Rustbelt and Sunbelt, Berkeley, University of California Press.

Leidner Robin (1993), Fast Food, Fast Talk : Service Work and the Routinization of Everyday Life, Berkeley, University of California Press.

Liu Hwa-Jen (2006), Red And Green : Labor And Environmental Movements In Taiwan and South Korea, PhD, Berkeley, University of California.

Lopez Steven (2004), Reorganizing the Rust Belt, Berkeley, University of California Press.

McCartin Joseph (2011), Collision Course : Ronald Reagan, the Air Traffic Controllers, and the Strike that Changed America, New York, Oxford University Press.

Milkman Ruth (1987), Gender at Work : The Dynamics of Job Segregation by Sex During World War II, Urbana, University of Illinois Press.

Milkman Ruth (ed.) (2000), Organizing Immigrants : The Challenge for Unions in Contemporary California, Ithaca, N.Y, ILR Press.

Milkman Ruth (2006), L.A.Story : Immigrant Workers and the Future of the U.S. Labor Movement, New York, Russell Sage Foundation.

Ngai Pun (2005), Made in China : Women Factory Workers in a Global Workplace, Durham, NC, Duke University Press.

Parreñas Rhacel (2001), Servants of Globalization : Women, Migration, and Domestic Work. Stanford, Stanford University Press.

Piore Michael & Charles Sabel (1984), The Second Industrial Divide, New York, Basic Books.

Polanyi Karl (1944), The Great Transformation : The Political and Economic Origins of Our Time, New York, Farrar & Rinehart.

Ray Raka & Seemin Qayum (2009), Cultures of Servitude : Modernity, Domesticity and Class in India, Stanford, Stanford University Press.

Reich Adam (2012), With God on Our Side, Ithaca, Cornell University Press.

Rhomberg Chris (2004), No There There : Race, Class and Political Community in Oakland, Berkeley, University of California Press.

Rollins Judith (1985), Between Women : Domestics and Their Employers, Philadelphia, Temple University Press.

Roy Donald, Jean-Pierre Briand & Jean-Michel Chapoulie (2006), Un Sociologue à l’usine : textes essentiels pour la sociologie du travail, Paris, La Découverte

Salzinger Leslie (2003), Genders in Production, Berkeley, University of California Press.

Sallaz Jeffrey (2009), The Labor of Luck. Casino Capitalism in the United Stsates and South Africa, Berkeley, University of California Press.

Seidman Gay (1994), Manufacturing Militance : Workers’ Movements in Brazil and South Africa, 1970-1985, Berkeley, University of California Press.

Sherman Rachel (2007), Class Acts : Service and Inequality in Luxury Hotels, Berkeley, University of California Press.

Shieh Gwo-shyong (1992), « Boss » Island : The Subcontracting Network and Micro-Entrepreneurship in Taiwan’s Development, New York, Peter Lang

Silver Beverly (2003), Forces of Labor : Workers’ Movements and Globalization since 1870, New York, Cambridge University Press.

Smith Vicki (1990), Managing in the Corporate Interest, Berkeley, University of California Press.

Solari Cinzia (2010), Exile vs Exodus : Nationalism and Gendered Migration from Ukraine to Italy and California, PhD, Berkeley, University of California.

Venkatesh Sudhir (2000), American Project : The Rise and Fall of a Modern Ghetto, Cambridge, Harvard University Press.

Von Holdt Karl (2003), Transition from Below : Forging Trade Unionism and Workplace Change in South Africa, Durban, University of Natal Press.

Voss Kim (1993), The Making of American Exceptionalism : The Knights of Labor and Class Formation in the Nineteenth Century, Ithaca, Cornell University Press.

Zetka James (1994), Militancy, Market Dynamics, and Workplace Authority : The Struggle over Labor Process Outcomes in the U.S. Automobile Industry, 1946-1973, Albany, NY, State University of New York Press.

Haut de page

Notes

1 L’École de Chicago est davantage célébrée en France qu’aux États-Unis, pour preuve la sélection de travaux de Donald Roy publiée en français par Jean-Pierre Brian et Jean-Michel Chapoulie (2006). Il est dommage qu’une telle sélection ne soit ne soit pas disponible en anglais.

2 Depuis la publication de Manufacturing Consent (1979), j’ai élaboré cette méthode ethnographique dans un grand nombre de publications rassemblées dans Burawoy (2009). Voir également les projets collectifs (Burawoy et al., 1991 et 2000). Voir la note 7 pour la traduction du concept d’extended case method.

3 Le « game of making out » désigne une pratique ayant cours dans les ateliers de production. Il s’agit de gérer les rythmes du travail ouvrier en établissant un quota de pièces à fabriquer : si le quota, fixé par les managers, est réalisable, les ouvriers essayent de le dépasser de 25% mais pas plus, pour toucher une prime. S’il est inatteignable, les ouvriers ralentissent la cadence, sachant que le salaire minimum est de toute façon garanti. Enfin, si le quota est très bas, les ouvriers font en sorte de ne pas aller trop au-delà, afin d’éviter que les managers ne l’augmentent. Par ailleurs, peuvent s’organiser des jeux collectifs et des débats pour atteindre ou non les quotas, pour comparer l’habileté de chacun ; ce qui contribue à la construction du consentement.

4 James Zetka (1994) prolonge mon analyse des régimes hégémoniques en étudiant non seulement la transformation de l’intervention de l’État, mais également celle des marchés dans lesquels opéraient de grosses entreprises. Il met le doigt sur une autre lacune de mon étude des ateliers de production, à savoir le besoin d’une analyse plus approfondie des relations fluctuantes entre le département des moteurs et les services centraux de Allis Chalmers, type d’analyse que Robert Freeland (2001) a effectué de manière si efficace pour General Motors. Une telle analyse était nécessaire pour comprendre que les mêmes principes de production appliqués aux ouvriers puissent l’être aux managers, comme Vicki Smith (1990) l’a montré dans son étude sur la façon dont les managers se dirigent eux-mêmes. Tous ces travaux ont débroussaillé les processus agissant derrière les forces que j’avais réifiées.

5 Pour un compte-rendu exhaustif de la grève des contrôleurs aériens de 1981 et des forces qui y ont conduit, voir McCartin (2011).

6 Une série d’insuffisances a également été mise en évidence par les retours critiques de Gottfried et al (2001).

7 La notion de extended case method est difficilement traduisible de façon juste et esthétique : mot à mot il s’agit de la « méthode contextualisant l’étude de cas » ou mieux encore de la « méthode contextualisant le cas étudié », en réaction aux propres démarches antécédentes de M. Burawoy, trop ethnographiques selon lui. Nous proposons donc la formulation suivante : « étude de cas élargie » ou « étude de cas situé » qui ne sont pas immédiatement significatives au lecteur, il est vrai ! Dans la première formulation, c'est l'étude qui est élargie au contexte (du cas) et dans la seconde, le cœur de la question réside dans la mise en situation du cas (cas situé)... Ce qui revient au même : ce jeu sur l'orthographe souligne la pertinence du concept d'extended dans une langue et son impossible traduction, ici, dans une autre (NDLR).

8 Le concept de politics of production est traduit ici par politique de production, ce qui est insatisfaisant car cette notion ne « parle » pas au lecteur : il s’agit pour l’auteur de toute la politique managériale et des effets du marché et de l’État sur la production elle-même et sur le travail. En France, le terme de système productif utilisé par les Régulationnistes ou par des Marxistes correspondrait plus à politics of production, dans son sens originel ; mais la disparition de politique au bénéfice de système (ou de modèle) transforme significativement la pensée de l’auteur. D’où le maintien de politique de production (NDLR).

9 Les Chevaliers du Travail étaient membres du « Noble and Holy Order of the Knights of Labor », organisation de défense ouvrière pré-syndicale américaine (1869-1949), inspirée du modèle maçonnique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Burawoy, « Manufacturing Consent revisité », La nouvelle revue du travail [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/122 ; DOI : 10.4000/nrt.122

Haut de page

Auteur

Michael Burawoy

Université de Berkeley (Californie), Département de Sociologie

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org