Navigation – Plan du site
Varia

Résister à l’emprise de la gestion : ce que l’armée du salut nous apprend

Resisting the domination of managerialism: lessons from the Salvation Army
Accounterability o la resistencia ante la accountability [responsabilidad] en el trabajo
Vassili Joannides et Stéphane Jaumier

Résumés

À travers des outils de gestion tels que le reporting, l’exigence de reddition de comptes s’étend aujourd’hui au-delà du monde marchand et de l’entreprise. L’article propose, à l’aide de la notion d’accountability (rendre des comptes), d’interroger l’introduction de cette pratique à un domaine qui lui est a priori étranger : l’Armée du Salut. Que signifie « rendre des comptes » dans le cadre d’une congrégation religieuse orientée vers le salut et l’action caritative ? L’article montre à la fois les impasses d’un tel modèle et comment les soldats de l’Armée du Salut développent des mécanismes de résistance ouvrant sur des contre-modèles.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le concept d’accountability, tel que notre étude s’attache à le définir dans la partie 1.1, n’a pas (...)
  • 2 II Rois12:4 ; I Chroniques 27:24 ; II Chroniques 26:11 ; Job 33:13 ; Psaumes 144:3 ; Ecclésiaste 7: (...)

1Dans la langue anglaise, la notion d’accountability1 définit la capacité à rendre compte de soi et comptabiliser ses activités. Déjà dans les premières traductions en anglais de la Bible (voir la version King James2), le terme accountability est employé et présenté comme un impératif s’imposant au croyant dans ce que l’apôtre Paul qualifie de justification. L’accountability renvoie alors à l’obligation faite à l’individu ou l’organisation de rendre compte à autrui du caractère raisonnable de ses actions. Pour cela, tous les moyens d’administration de la preuve sont à la disposition de celui qui se trouve comptable de sa conduite. Dans un contexte religieux, ces moyens recouvrent aussi bien des auditions par un ministre du culte (McKernan & Kosmala, 2007) que divers mécanismes formalisés et bureaucratisés, tels une comptabilité des sacrements (Aho, 2005), des péchés et des indulgences ou des actes et de leur impact sur la Création .

2Par extension, cette notion, historiquement d’origine religieuse, s’est trouvée faire l’objet d’une appropriation par l’économie au point de transformer l’enjeu moral de la justification en simple processus de reddition de comptes financiers formels. Les tenants contemporains de l’accountability en sont venus à exiger la production de comptes prouvant les efforts faits pour créer de la valeur ou pour le moins « gérer efficacement » les ressources confiées (McKernan, 2012 ; McKernan & McPhail, 2012 ; Messner, 2009 ; Roberts, 2009). Ce faisant, d’emblème du projet moral du Livre, l’accountability est devenue le vecteur du phénomène gestionnaire : la vie sociale se trouve réduite à la production de chiffres supposés représenter des objectifs impératifs à atteindre, eux-mêmes ramenés à la gestion efficace, économique et efficiente des ressources (Benedetto-Meyer, Mauguéri & Metzger, 2011 ; Gauléjac, 2009).

3La colonisation par le fait gestionnaire tend alors à faire tomber sous la coupe du management et de la finance des pans entiers de la vie sociale que le citoyen éclairé aurait pu imaginer être épargnés, comme la recherche et l’éducation, par exemple (Gauléjac & Falque, 2012). Aussi, aujourd’hui chacun se trouve-t-il dans l’obligation de devoir rendre compte de soi et de ses activités en permanence, y compris lorsque celles-ci s’y prêtent peu ou pas. À supposer que l’individu accepte de se soumettre à cet effort permanent de justification, un certain nombre de questions restent en suspens, soulevant autant de problèmes sans pour autant offrir de solution opératoire. Qui doit rendre compte ? À qui dois-je rendre compte ? Au nom de quoi dois-je rendre des comptes à cet autre ? De quoi suis-je redevable ? Par quels moyens dois-je m’exécuter et me montrer accountable ?

4Lorsqu’on en vient à répondre à ces questions et à rendre opérationnelle l’accountability sont soulevés des problèmes quant à ce qui doit être fait et au nom de quoi. C’est alors qu’on peut relever un fossé entre les prescriptions d’un régime d’accountability et les pratiques quotidiennes réelles des individus (Ahrens, 1996b ; Ahrens & Chapman, 2002 ; Herath, Wickramasinghe & Indriani, 2010). Pour autant, ces derniers ne doivent pas être accusés de mauvaise foi ou de manque d’implication. Il est des résistances, tantôt politiques, tantôt organiques, qui peuvent faire dévier une demande d’accountability de sa trajectoire, nécessitant ainsi une force correctrice – une autre forme de résistance – qui la remettra sur le droit chemin . Une telle « réflexion sur la signification d’une demande de comptes suivie d’une réponse pratique à la problématique de son opérationnalisation » (Joannidès, 2012, p. 247) a trouvé dans la littérature critique en management le nom d’accounterability.

5C’est pourquoi cet article cherche à comprendre comment la résistance aux apories de l’accountability permet de l’opérationnaliser en réintroduisant son projet moral. À ce jour, la recherche en management, même critique, étudie l’accountability au niveau des structures (McKernan, 2012 ; McKernan & Kosmala, 2004, 2007 ; Roberts, 1991 ; Roberts & Scapens, 1985 ; Scapens & Roberts, 1993) et non des pratiques ou à la rigueur des seules pratiques comptables et financières (Ahrens, 1996a, 1996b ; Ahrens & Chapman, 2007 ; Gibbon, 2012 ; Johansen, 2008). Un pan pourtant très large des publications en management tend à négliger les pratiques quotidiennes les plus insignifiantes des acteurs de terrain. Aussi, cet article présente-t-il l’originalité d’observer l’appropriation et l’opérationnalisation des demandes de reddition de comptes par les acteurs de terrain dans leurs tâches quotidiennes les plus banales. D’une certaine manière, nous étudions l’accountability au travers de l’invention du quotidien comme la culture a pu être étudiée au travers des pratiques de rupture du pain, de service du vin ou d’utilisation des couverts à table (Certeau, 1988).

6Dans cette perspective, nous retenons délibérément comme site empirique un contexte qui pourrait laisser penser que le fait gestionnaire est absent. Pour autant, le phénomène de gestionnarisation de la société colonise également le cas que nous avons retenu : l’Armée du Salut en France. Cette situation extrême nous permet d’apprécier le projet moral de l’accountability, mais aussi de comprendre par quels mécanismes celle-ci se managérialise et enfin comment les résistances suscitées par ce phénomène permettent, in fine, de rendre possible une forme de reddition de comptes. En étudiant l’Armée du Salut, congrégation religieuse avant d’être une organisation caritative, nous avons choisi un terrain d’observation nous permettant de mettre en discussion l’opérationnalisation quotidienne des demandes de comptes que l’on trouve déjà dans les premières traductions en anglais de la Bible. Aussi espérons-nous, grâce à ce choix empirique inattendu, approcher une forme d’ontologie de l’accountability.

7Notre démonstration est structurée de la manière suivante. La première section passe en revue la littérature critique sur l’accountability et ses apories afin de formuler le cadre théorique sur lequel s’appuie le reste de l’article. La deuxième partie présente le champ empirique choisi ainsi que les méthodes employées dans cette étude. La troisième partie caractérise l’accounterability et ses conséquences sur l’accountability au sein de l’Armée du Salut. La quatrième section conclut l’article par la discussion de ses résultats empiriques et suggère des pistes de recherche future sur l’accountability et l’accounterability.

1. Les construits : de la demande d’accountability à l’accounterability

8Dans cette section seront présentés notions et enjeux liés à la reddition de comptes. Dans un premier temps, une ontologie de l’accountability sera brièvement exposée, suivie d’une discussion de la nature aporétique de cette dernière. En conformité avec la littérature critique sur l’accountability, trois contradictions intrinsèques non résolues qui éloignent la reddition de comptes du projet moral de l’accountability seront détaillées. Enfin, la notion d’accounterability comme mécanisme de résistance à ces trois apories sera explicitée.

1.1. Les enjeux de l’accountability

9En amont du phénomène gestionnaire et de la colonisation du monde social par celui-ci, l’accountability peut être résumée comme une relation de demande et d’administration de la preuve d’un engagement pour des valeurs . Cette relation implique un rapport à soi-même et à un Autre de la personne comptable de ses actes . Le besoin d’identifier la personne à qui l’on doit rendre des comptes met en évidence le fait que cette exigence est formulée par autrui, cet Autre étant considéré comme légitime pour exprimer une telle demande. Du fait de cette légitimité, celui qui doit rendre compte est tenu à un « devoir absolu envers autrui » (McKernan & Kosmala, 2004, p. 356) : il devra raconter une histoire crédible sur son engagement pour les valeurs. Les comptes résultant de ses enregistrements ainsi que ses récits l’engagent moralement à l’égard de cette tierce partie intéressée.

10Comme bien souvent, lorsque la microéconomie s’empare d’une notion d’ordre moral, elle la simplifie outrancièrement, faisant perdre au pluriel son sens. C’est ainsi que l’engagement pour des valeurs devient dans le fait gestionnaire un engagement pour la valeur . Celle-ci se trouve réduite à la seule valeur financière, y compris dans des contextes improbables dans lesquels elle n’a guère de sens. Cette value for money se trouve indûment devenir l’alpha et l’oméga de la reddition de comptes et est appréhendée de manière purement quantitative et calculatoire . Sa dimension narrative se trouve au mieux reléguée au second plan lorsqu’elle n’est tout simplement pas ignorée.

11Tout l’enjeu tient alors à la capacité des demandeurs de comptes à ne pas la réduire à un simple fait gestionnaire mais à mettre en avant les valeurs auxquelles celle-ci se rattache et ainsi exiger des récits. C’est dans ce contexte que sa mise en œuvre par les acteurs de terrain se heurte à des apories à ce jour peu explorées par la recherche critique, plus intéressée par les rapports de domination associés à la reddition de comptes .

12Alors qu’il est largement admis que l’accountability porte en elle les germes de la contestation politique et sociale du fait des relations de domination qu’elle suscite, peu de chercheurs se sont intéressés à ses apories ontologiques. Dans ces rares travaux exploratoires, trois principales apories, inspirées de la lecture des travaux de Judith Butler, Peggy Kamuf et Jacques Derrida sont identifiées.

13En premier lieu, les ambiguïtés de l’objet et de la finalité de la reddition de comptes font perdre à l’accountability de son ascendant moral sur le monde alors même qu’elle devait en être une condition de possibilité. En second lieu, l’impossibilité d’être systématiquement transparent dans chacun des comptes et récits ou enregistrements que l’on donne de sa conduite exclut la possibilité d’une accountability idéale. Enfin, il découle de ces deux apories un questionnement sur le caractère absolu du devoir envers autrui : alors que l’accountability répond à un impératif absolu, celui-ci se trouve relativisé, perdant ainsi sa vocation et son influence sur le monde.

1.2. Valeur ou valeurs : ambiguïté de l’objet

14Une incertitude quant à l’objet et la finalité de la reddition de comptes pèse sur l’accountability. C’est la première aporie. De quoi au juste un compte doit-il être rendu ? Le caractère individuel de l’accountability autorise, nous dit Butler (2007), un objet pluriel : des valeurs. En revanche, l’inscription de ce projet moral dans une relation de réciprocité réduit la multiplicité des valeurs à un objet intelligible aux deux parties. Ces valeurs se trouvent simplifiées pour devenir la valeur. Du fait d’un tel passage du pluriel au singulier, le projet et l’objet de l’accountability s’avèrent ambigus .

15Selon McKernan (2012), en effet, lorsque rendre compte relève d’un programme moral comme celui associé au fait religieux, le récit par l’individu de ses actes, de leur motivation et de leurs conséquences sur le reste du monde social ne peut emprunter que deux canaux : la prière et la narration, fût-elle orale ou écrite. Dans le premier cas, on rend compte à l’autorité suprême reconnue légitime pour demander des justifications. Dans le second cas, on recourt à une langue intelligible aussi bien à cette autorité suprême qu’à toute sorte d’intermédiaires. La valeur du récit tient à la plausibilité de l’histoire restituée dont on attend qu’elle se conforme aux canons traditionnels de la narration . On comprend donc aisément que fournir la preuve d’un engagement pour des valeurs repose principalement sur des mécanismes d’ordre quasi littéraire.

16En ramenant les valeurs à la valeur, la reddition de comptes repose sur la mesure (McKernan, 2012). En ce sens, la justification ne porte plus sur la conformité à des valeurs mais sur l’engagement à créer de la valeur de laquelle tout considérant d’ordre moral se trouve de fait exclu. Et ce, alors même que la reddition de comptes devait ontologiquement participer de la construction morale de l’individu. Désincarnée, la reddition de comptes n’a alors plus lieu d’être, voire elle remplit une mission contradictoire avec son objet.

17McKernan (2012) poursuit cette idée, expliquant que l’accountability est rongée par une contradiction interne : plus que le contenu de la justification, la reddition de comptes encourage le conformisme, puisque les mécanismes narratifs et calculatoires à l’œuvre empruntent des schémas bien connus et acceptés. En cela, l’individu n’a plus de choix à faire quant à la manière de raconter son histoire. Il se trouve ainsi déchargé de sa responsabilité. In fine, souligne McKernan (2012), l’accountability, pratiquement, met en danger le projet qui pourtant fonde son ontologie !

1.3. Opacité et incapacité à rendre compte

18La seconde aporie de l’accountability tient à ce que le sujet qui doit rendre des comptes n’est pas toujours en capacité de le faire. La transparence n’est pas toujours possible parce que celui qui doit rendre des comptes ne peut pas toujours traduire ses actions et ses motifs en mots et en nombres . En amont, le sujet qui doit rendre des comptes n’est pas toujours capable de relier ses actions à un but : parfois, aucune raison intelligible ne peut être fournie. Avant de rendre une action intelligible à Autrui, le sujet doit d’abord clarifier son action à lui-même, requérant par conséquent qu’il « prenne la position d’une tierce personne et […] établisse une distance entre [lui-même] en tant que comptable et [lui-même] en tant qu’objet de [ses] comptes et récits » (Messner, 2009, p. 924). Seulement, une fois que j’ai développé de la réflexivité, suis-je capable de saisir « ce qu’autrui veut exactement de moi » (Roberts, 2009, p. 960) et de réfléchir à mes actes ? La façon dont je les rapporte devrait être une représentation juste de la façon dont je perçois ma propre conduite et être intelligible à autrui. Faire face à ces contraintes, disent Messner et Roberts, est presque impossible parce qu’elles se contredisent fréquemment.

19Si ma compréhension des attentes d’autrui est incohérente, mon compte-rendu ne peut lui être intelligible, bien qu’il constitue peut-être une représentation juste de la perception que j’ai de moi-même. Inversement, je peux comprendre pleinement ce qu’autrui exige de moi et être contraint de distordre mon compte-rendu pour le rendre intelligible. Dans ce cas, le compte-rendu que je livre n’est pas une représentation juste de la façon dont je perçois les événements que je rapporte. La même aporie s’applique aux enregistrements numériques. Les livres de comptes offrent une représentation quantitative des événements, mais tout ne peut pas être mesuré et comptabilisé. L’évaluation devient par conséquent problématique et les fondations idéologiques du choix des unités et des modèles restent ouvertes à la contestation . Par conséquent, l’accountability reste limitée par le « besoin de médiation en comptabilité entre les pôles du calcul et de l’incalculable, du possible et de l’impossible » (McKernan & Kosmala, 2007, p. 732). Une telle médiation ne peut être que de la responsabilité de l’individu appelé à clarifier son intelligence des exigences d’autrui et se conduire conformément à cette compréhension (McKernan & Dunn, 2003, p. 442 ; McKernan, 2009, p. 2).

1.4. Impossibilité d’une obligation morale absolue envers autrui

20La troisième aporie de l’accountability découle des deux premières et réside dans l’impossibilité d’un devoir absolu envers autrui alors même qu’un tel devoir est au fondement du projet moral de la reddition de comptes . Au mieux, le devoir peut seulement être relatif. Défendre le caractère absolu du devoir envers autrui, c’est considérer comme acquis le fait que le résumé offert par les comptes et récits témoigne scientifiquement et objectivement de la réalité, supposant que le choix des unités, des mots et des façons de présenter les événements est neutre (McKernan & Kosmala, 2004, p. 342). Pourtant, les outils de l’accountability ne font que filtrer la réalité ; raconter l’histoire complète de l’objet considéré est en pratique impossible . La vérité rapportée ne peut être absolue : elle est sélective et par conséquent contingente à la subjectivité de celui qui raconte . Sa confrontation avec la subjectivité de celui qui écoute révèle l’accountability comme un nœud d’appropriations intersubjectives des événements rapportés (McKernan & Dunn, 2003, p. 444 ; McKernan & Kosmala, 2004, p. 335). Plutôt qu’absolu, le devoir est relatif, et l’intersubjectivité prend la place de l’objectivité.

21Dans un tel contexte, ceux qui demandent des comptes au nom d’une autorité suprême ne sont objectivement pas en position légitime pour le faire. La légitimité résulte d’arrangements intersubjectifs et d’accords sur qui peut faire quoi et dans quelles limites (McKernan & Dunn, p. 446 ; Messner, 2009, p. 923). Les rôles et devoirs de chaque partie impliquée dans la relation d’accountability méritent d’être clarifiés : la relativité de mon devoir envers autrui devrait le conduire à me donner des raisons pour lui rendre des comptes. Si il ou elle ne réussit pas à démontrer sa (relative) légitimité, je peux refuser de me soumettre à son autorité.

1.5. L’accounterability comme résistance constructive

22Du fait de ces trois apories, répondre à une demande d’accountability ne peut que s’avérer problématique. Il conviendra soit de surmonter ces contradictions soit de mettre en œuvre des pratiques alternatives les contournant. C’est ce mécanisme que Kamuf (2007) et Joannidès (2012) qualifient d’accounterability, soit l’opérationnalisation de l’accountability en réponse aux inévitables résistances qui se manifesteront en réaction aux contradictions internes de la reddition de comptes. Empruntant à la physique, Kamuf (2002) estime que la résistance est une force qui dévie un objet de sa trajectoire. Moyennant l’activation d’une autre force, la trajectoire de l’objet peut se trouver corrigée. On peut prendre comme exemple d’une telle dialectique la crise du Christianisme au XVIe siècle qui a donné le jour à la Réforme, et elle-même à la Contre-Réforme d’où est né l’ordre des Jésuites qui a mis fin aux excès les plus notoires de l’Église catholique romaine et ainsi permis sa survie .

23Ces résistances, écrit Kamuf (2002), peuvent être d’ordre politique ou organique. Dans le premier cas, elles consistent en une remise en question systématique des structures et demandes d’accountability. Les trois apories se trouvent systématiquement opposées au demandeur. Il en résulte alors la formation d’une pratique alternative que l’on pourrait aussi qualifier de contre-programme. Dans le second cas, la résistance est une friction qui fait dévier l’objet de sa trajectoire, tel le vent affectant la direction d’un avion. L’interprétation et la compréhension d’une demande par un acteur devant rendre compte peuvent constituer une résistance organique : deux modes de pensée peuvent ne pas se rencontrer. Il apparaît que ces résistances sont des conditions de possibilité de l’opérationnalisation de l’accountability. Seulement, la forme que prendra cette opérationnalisation ne peut être connue à l’avance.

2. Choix empiriques et méthodologiques

24Cette section introduit et motive le choix du contexte religieux de l’Armée du Salut et la méthodologie ethnographique utilisés pour répondre à la question de recherche.

2.1. Les raisons d’étudier un cas extrême

25Dans cet article, l’Armée du Salut, un cas dit expressif , est retenue dans la mesure où elle neutralise certaines problématiques en vue d’éclairer des phénomènes qui ne seraient pas observables dans des contextes (fonctionnels) plus traditionnels. Quatre raisons expliquent ce caractère. Premièrement, en tant qu’organisation religieuse, l’Armée du Salut permet de discuter de l’opérationnalisation de l’accountability telle qu’on peut la trouver historiquement et ontologiquement dans son projet moral. De ce fait, on pourrait espérer que l’idéologie gestionnaire n’ait pas encore complètement colonisé cette organisation . Ce faisant, les aspects financiers de la reddition de comptes ainsi que les enjeux d’efficacité ou efficience économique pourraient être laissés en marge de l’étude du fait que nous nous intéressons aux pratiques de reddition de comptes quotidiennes les plus insignifiantes. Pour autant, et c’est le deuxième facteur faisant de ce cas une situation extrême, la colonisation (ou au moins un certain degré de colonisation) de l’Armée du Salut par le phénomène gestionnaire, telle que notre étude permet de l’observer, met en évidence l’ambiguïté du passage des valeurs à la valeur, soulignant de profondes contradictions liées à l’essence même de la reddition de comptes. Que signifie en effet la valeur pour Dieu et comment peut-elle être appréhendée ? Troisièmement, l’absence de normes extrinsèques pour rendre compte à Dieu de sa propre conduite conduit à ouvrir la boîte de Pandore de ce qui peut être compté ou raconté ainsi que sur les manières dont on peut procéder pour le faire. Quatrièmement, même dans le champ religieux, l’Armée du Salut constitue un cas extrême d’accountability et d’accounterability, comme le révèle cette étude. En résumé, étudier les pratiques quotidiennes à l’Armée du Salut fournit un regard neuf sur l’accounterability et les apories de l’accountability.

2.2. L’objet de recherche : l’Armée du Salut

  • 3 Historiquement, Soupe, Savon, Salut a constitué la devise de l’Armée du Salut et a servi de base id (...)

26L’Armée du Salut fut fondée en 1867 dans les districts pauvres de Londres par un pasteur méthodiste, William Booth. Quand il eut compris que les déshérités étaient vus comme des fauteurs de trouble, il quitta l’Église méthodiste britannique et décida de fonder une congrégation leur procurant Soupe, Savon et Salut 3. Le salut est offert gratuitement à chacun par Dieu, la seule condition requise étant que les individus répondent à Son appel. À cette fin, l’Armée du Salut fournit une aide temporaire d’urgence (la soupe), ses soldats offrant la nourriture aux pauvres afin qu’ils ne meurent pas de faim et puissent entendre l’Évangile . Aujourd’hui, cette mission a été étendue pour fournir un plus large support matériel d’urgence, incluant la restauration, l’habillement et le logement temporaire . Tandis que la soupe remplit des besoins immédiats, le savon permet aux exclus de retrouver dignité et hygiène. De nos jours, la provision de savon a été élargie à toutes sortes d’œuvres sociales destinées à restaurer l’humanité des personnes .

27Convaincue que seule une discipline militaire appuyée peut inculquer aux gens des règles claires de comportement, l’Armée du Salut a adopté pour socialiser les exclus une structure militaire fondée sur des titres et une hiérarchie (Booth, 1890). Depuis que la congrégation a été fondée, un général élu par des commissaires sélectionnés parmi un corps d’officiers (le clergé) l’a dirigée. Il nomme des chefs de territoire pour administrer les pays où ceux-ci délèguent, en son nom, des majors, capitaines et lieutenants pour enrôler des soldats qui s’engagent à faire advenir le royaume de Dieu. Comme c’est le cas dans d’autres contextes religieux, le Seigneur constitue la plus haute autorité à laquelle les individus doivent rendre des comptes.

28De confession protestante, l’Armée du Salut compte actuellement 5 millions de soldats et 10 millions de fidèles répartis en 77 000 paroisses dans 117 pays. En accord avec sa théologie, l’Armée du Salut est dans ces pays une fondation reconnue d’utilité publique et aide 50 millions de personnes déshéritées chaque année .

2.3. Données et méthodologie : une recherche fondée sur le quotidien

  • 4 Ahrens & Chapman (2002, 2007) étudient l’accountability à travers la confection des menus dans une (...)

29En réponse à des appels répétés à des travaux de recherche consacrés à l’accountability en tant que pratique de tous les jours 4, cet article étudie les contradictions internes non résolues de l’accountability telles qu’elles se manifestent au travers des activités quotidiennes. Comme dans de précédentes recherches ethnographiques sur la comptabilité et l’accountability en contexte religieux, l’affiliation d’un des auteurs à la congrégation étudiée a constitué notre principale source d’informations . La collecte et l’analyse des données se sont inscrites dans un processus en trois temps

  • 5 Avant septembre 2005, la participation à la vie de la paroisse n’était pas orientée par la recherch (...)

30Premièrement, cet auteur a participé à la vie quotidienne de sa paroisse à Paris entre septembre 2005 et septembre 20085. Il a assisté chaque semaine au service du dimanche et pris part à toutes les actions sociales en semaine, incluant les distributions de soupe, la supervision des devoirs, divers services à la communauté et les opérations de levée des fonds. Il a occasionnellement servi comme pasteur suppléant, ce qui l’autorisait à légitimement demander des comptes à ses brebis. De manière réflexive, il a également pu observer des formes conscientes ou inconscientes de résistance au devoir absolu qu’a chacun de rendre compte de son engagement pour les valeurs de la congrégation.

31Deuxièmement, il a passé trois mois au siège à Paris à observer les gens au travail. Soit en tant que membre de la congrégation, soit en tant que pasteur suppléant, il a également participé aux réunions des dirigeants, ministres du culte, directeurs de centres, salariés, bénévoles et fidèles. À ces occasions, il a été en mesure de saisir comment les responsables religieux concevaient l’accountability et faisaient face à ses possibles apories dans la conduite des activités quotidiennes.

32Troisièmement, vingt-cinq entretiens compréhensifs d’un format relativement flexible (enregistrés, quoique non retranscrits) ont été conduits avec des dirigeants et soldats de l’Armée du Salut. En conformité avec les recherches examinant les pratiques quotidiennes, l’implication réflexive des acteurs dans le processus de recherche a été une des méthodes employées . Les personnes ainsi interrogées devaient s’exprimer réflexivement sur les observations et conclusions des chercheurs. Elles devaient expliquer la façon dont elles perçoivent et font face aux apories de l’accountability présentées dans le cadre théorique et opérationnalisent la reddition de comptes. La sélection des événements jugés comme suffisamment significatifs pour être présentés dans cette étude a fait l’objet d’un processus en deux étapes. Tout d’abord, les personnes interrogées devaient considérer comme critique pour la congrégation chacun des événements que nous avions envisagés. Tous les événements considérés comme non critiques ont ainsi été écartés. Ensuite, les éléments exposés dans l’étude ont été choisis en fonction de leur cohérence avec les problèmes théoriques soulevés dans l’article.

33L’auteur a pris systématiquement des notes et écrit de courts rapports sur chaque événement, conversation, réflexion, témoignage et impression sur la façon dont pasteurs et paroissiens construisent et interprètent leur propre accountability envers Dieu. Nous avons attribué chacun des rapports à une métacatégorie (accountability, apories, pratiques alternatives). La sélection d’événements devait répondre à un double impératif. En premier lieu, les rapports devaient synthétiser les problèmes principaux mentionnés par la majorité. En second lieu, les rapports sur l’accountability et ses apories devaient être similaires en nature et se répondre les uns aux autres afin que l’histoire puisse se lire de manière cohérente. En d’autres mots, nous avons considéré qu’un extrait d’interview ne pouvait répondre à une observation ethnographique. Les données sont restituées sous la forme d’événements en apparence anodins tirés du quotidien et complétés par des commentaires issus d’entretiens compréhensifs.

3. Accountability et accounterability à l’Armée du Salut

34Les trois dimensions de l’accountability sont présentées séparément. Pour chacune d’elles, l’histoire se lit systématiquement comme une anecdote en trois temps. Premièrement, la logique de l’accountability est présentée brièvement. Deuxièmement, une analyse de la façon dont les individus mettent à jour les apories de cette logique suit. Troisièmement, des résistances qui pourraient permettre la mise en œuvre d’une forme différente d’accountability sont mises en évidence.

3.1. Accountability, idéologie et doctrines

35La reddition de comptes à l’Armée du Salut repose sur une subtile confection de livres de comptes et récits dont l’objet souffre d’une profonde ambiguïté. Le croyant se confronte à l’obligation d’administrer la preuve de son engagement pour des valeurs cependant qu’il doit estimer une valeur. Dans cette situation, il oppose finalement une résistance organique opérationnalisant l’accountability en inversant la logique de l’administration de la preuve. Ceci est rendu possible par son interprétation des doctrines organisationnelles qui souligne certaines contradictions ontologiques encore non résolues.

3.1.1. Sauvés pour servir et rendre compte comme fondement théologique et moral

36L’Armée du Salut, en tant que congrégation religieuse guidée par la théologie pragmatique de John Wesley et adaptée par William Booth, est animée par une forte culture de la reddition de comptes . Dans n’importe quelle paroisse du monde, chaque culte commence ainsi :

Mes bien chers frères et sœurs, si nous sommes réunis en ce lieu aujourd’hui, c’est parce que nous avons été Sauvés pour servir. Je vous rappelle que c’est le sens à donner aux deux S qui décorent vos uniformes. Nous sommes bénis parce que nous avons compris et accepté le plan que le Seigneur a pour chacun d’entre nous. Il nous revient à présent de rendre à Dieu le salut qu’il nous a offert gratuitement.

37À la différence de nombreuses théologies, celle de John Wesley, fondateur de l’Église méthodiste, postule que la grâce divine nous est donnée sans contrepartie. Le simple fait d’accepter Jésus comme sauveur et seigneur permet au nouveau croyant (converti) d’intégrer la communauté des enfants de Dieu. À ce titre, il se trouve sauvé : parce que désormais il suit le plan tracé pour lui par le Seigneur, il trouvera sa place dans ce monde et pourra ainsi œuvrer à l’avènement du royaume de Dieu . Toute la responsabilité (l’accountability selon les propres termes de John Wesley et William Booth) du croyant consiste à capitaliser sur son salut afin de sauver le reste de l’humanité. Un conseiller du général de l’Armée du Salut confirme cette théologie de l’accountability dans un entretien qui suit une réunion :

La valeur la plus élevée pour une congrégation est le royaume de Dieu. Quand il viendra, la valeur la plus haute aura été créée dans cette vie. Pour le moment, nous nous engageons tous à faire advenir le royaume de Dieu. En accord avec notre théologie, notre engagement doit s’incarner dans un travail social. Donc, en tant que pasteurs en chaire ou suppléants vous devez superviser la valeur dans vos congrégations.

38Selon la théologie de John Wesley et William Booth, une fois sauvé, le fidèle peut contribuer au salut de l’humanité et à l’avènement du royaume de Dieu par trois moyens. Tout d’abord, il peut offrir des moyens matériels, humains et financiers à la congrégation pour qu’elle puisse mener à bien ses œuvres sociales. Ensuite, il peut soutenir ce travail d’avènement du royaume de Dieu en priant abondamment pour celui-ci ainsi que pour le salut de l’humanité. Enfin, il doit s’investir physiquement et quotidiennement dans les œuvres sociales de l’Armée du Salut. À un congrès européen de théologie salutiste qui se tenait à Zurich en mai 2006, le général développe cette idée en anglais à un parterre d’officiers et de soldats :

Nous ne sommes pas justifiés par nos actes. Justifiés, nous le sommes déjà parce que nous avons accepté Jésus comme sauveur et seigneur. Non, nous avons été sauvés et il nous revient de le faire partager au reste du monde. Pour cela, notre accountability, notre pratique de reddition de comptes, doit servir, non pas à montrer à Dieu que nous faisons bien les choses, mais à l’humanité combien notre Dieu nous aime et combien nous l’aimons. En tant que général de l’Armée du Salut, je n’ai cure de vos comptes. Ce qui m’importe, c’est ce que nous parvenons à faire pour le Seigneur et pour l’humanité. J’attends donc de vous tous que vous vous mettiez au travail et le fassiez savoir partout où vous pourrez évoluer. Dieu vous bénisse. Amen.

39Dans tous les cas, n’œuvrant pas seul, le croyant est tenu de montrer à ses pairs comment il contribue à cet avènement. La question de l’implication dans les œuvres sociales est centrale, insiste dans un entretien un ancien général en retraite :

Il ne faut pas se leurrer, nous ne pourrons pas sauver l’humanité si les gens meurent de faim. Prends un SDF, je doute qu’il soit réceptif à l’Évangile s’il doit se préoccuper de trouver de la nourriture et un toit. Non, c’est pourquoi il est impératif que nous nous occupions des déshérités. Une fois qu’ils auront le ventre plein, ils seront susceptibles d’écouter notre témoignage. Tous ne le feront pas, mais ce n’est pas grave : nous aurons au moins fait ce que nous avons pu et les aurons aidés. Le travail social doit précéder le coaching spirituel. Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs.

40Cette déclaration à elle seule résume et le projet moral et la théologie salutiste de l’accountability : il s’agit d’un marqueur de l’ancrage spirituel et temporel du croyant à destination du reste du monde. Mais la reddition de comptes doit également permettre une forme d’égrégore entre soldats qui, forts de ce que font leurs pairs pour honorer le Seigneur, pourront à leur tour capitaliser sur leurs croyances, leur foi et leurs activités quotidiennes pour faire advenir Son royaume sur terre comme aux cieux, indique l’épouse du général en retraite :

Lorsque j’étais jeune officière, je n’avais pas compris l’utilité de tenir des comptes et de parler de tout ce que nous faisons pour le Seigneur. C’est avec l’âge que j’ai commencé à saisir en entendant sans cesse ce refrain que tu dois connaître :

Compte les bienfaits de Dieu
Mets-les tous devant tes yeux.
Et tu verras en les comptant
Combien le nombre en est grand.

Aussi, nos comptes devraient donner des idées aux uns et autres quant à ce qui peut être fait et comment on peut le faire. C’est une source d’information et d’imagination incroyable. Béni soit le Seigneur.

41En d’autres termes, rendre compte de soi est un moyen de faciliter l’accountability d’un autre croyant et de l’aider à contribuer activement à l’avènement du royaume de Dieu. En ceci, la théologie de John Wesley et William Booth constitue le socle moral de l’accountability à l’Armée du Salut : faire du croyant un coach spirituel de l’humanité en vue de l’avènement du royaume de Dieu sur terre, valeur suprême.

3.1.2. Valeurs ou valeur : ambiguïté de la mesure et des comptes

42Ces vingt dernières années ou presque, certains chercheurs ont voulu montrer que la principale aporie de l’accountability en contexte religieux réside dans la difficulté à rendre compte de tous les aspects du quotidien, sauf à être très discipliné et parfaitement réflexif sur soi. Par exemple, le temps passé à lire la Bible, prier pour soi ou pour les autres ou encore louer le Seigneur ne peuvent faire l’objet d’une comptabilisation aisée . Aussi, face à des demandes incessantes visant à rendre calculables les pratiques quotidiennes, certains croyants manifestent une impossibilité à le faire, n’étant pas toujours en mesure d’identifier la valeur et encore moins une manière de la mesurer.

Paris-Cœur-de-Vey, service du dimanche 6 mars 2005
Chaque semaine, au cours du service, le pasteur invite un paroissien à témoigner de son expérience du salut. Une personne vient sur la scène et commence à parler :

« Je travaille comme chef d’entreprise. Ma position sociale révèle comment Dieu m’a sauvé : j’ai accepté et suivi Son plan. À travers ma position, je peux prier, Le louer et Lui rendre aisément ce qu’Il m’a offert. Je suis convaincu qu’il y a quelqu’un que je devrais remercier pour tout ce que j’ai reçu. Je cherche à partager avec des déshérités ce que j’ai reçu de Dieu. Je pense que c’est ma façon de payer Dieu en retour de Ses bienfaits. Soupe, Savon, Salut ; cela a du sens pour moi. C’est pour cela que j’ai rejoint l’Armée du Salut. »

Alléluia ! Amen !” s’exclame alors l’assemblée.

43Ici, le croyant insiste sur une dimension centrale des valeurs de la congrégation qui pourtant ne sont pas reflétées dans le système formel et officiel d’accountability : rendre gloire et grâce à Dieu par la foi. Or, ceci n’est pas expressément chiffrable. Ce paroissien interroge les modalités de l’avènement du royaume de Dieu. En acceptant qu’il vienne quand toutes les parties du monde auront été sauvées, ne rappelle-t-il pas les fondements théologiques de l’accountability dans une congrégation protestante ? Par Amour, le Seigneur offre des bienfaits infinis à l’humanité et n’attend rien en retour . Notamment dans le protestantisme britannique dont relève l’Armée du Salut, comme l’illustre ce témoin de l’invisible, l’accountability est fondée sur la notion du partage de son expérience du salut avec d’autres, ce pour quoi des mécanismes narratifs d’ordre littéraire sont particulièrement appropriés .

3.1.3. Théologie et témoignage comme résistances à l’administration de la preuve

44Selon les dires de son principal dignitaire, l’Armée du Salut se voit guidée par une forte idéologie comptable dans la reddition de comptes, celle-ci se heurtant à une autre force idéologique suscitant une manière différente d’opérationnaliser l’accountability. Au nom de la logique de partage qu’implique le témoignage, au cœur de la théologie de cette congrégation religieuse, au lieu d’administrer la preuve de leur engagement envers Dieu, les soldats confient à autrui ce que le Seigneur peut faire. Alors que la doctrine officielle encourage les fidèles à sauver l’autre, le soldat indique son propre salut comme faisant partie de l’avènement du royaume de Dieu et par conséquent comme preuve de celui-ci. Par cette résistance, l’opérationnalisation de la reddition de comptes se trouve renversée : au lieu de donner des preuves de ce qu’ils font formellement pour le Seigneur, les soldats partagent avec autrui ce qu’ils ont reçu de Lui en tant que témoins de l’invisible , donnant ainsi à autrui un aperçu des capacités de Dieu.

45Ce faisant, ils mettent en évidence la multiplicité des modalités d’engagement pour le royaume de Dieu, les œuvres sociales n’en constituant plus qu’un parmi d’autres. Après avoir témoigné, le soldat commente dans un entretien :

Conformément aux doctrines du salut, je devrais distribuer de la soupe aux SDF pour faire et comptabiliser du travail social et porter témoignage. Bon, je peux témoigner de ce que fait l’Armée du Salut. Mais dans mon milieu, ça n’a pas grand sens. Autant il est facile de comptabiliser des heures de travail social, autant il est n’est pas naturel de porter les couleurs de l’Armée du Salut dans un milieu social hyper-privilégié. C’est là que je peux faire connaître mon église. Du coup, je fais d’autres choses en parlant leur langue : je porte une cravate floquée Armée du Salut avec mon costume quand je travaille, je porte un polo Armée du Salut quand je joue au tennis, j’utilise un sac de voyage Armée du Salut y compris en première dans l’avion…

46Aussi, à travers sa conduite, ce soldat peut montrer dans son milieu qu’être un membre de l’Armée du Salut est compatible avec l’appartenance à la société. Être membre de l’Armée du Salut n’empêche pas de travailler (comme chef d’entreprise), jouer au tennis ou faire quoi que ce soit d’autre. Certains pourraient même y voir une relation de cause à effet telle la reconnaissance de soi dans l’œil de l’autre  : je suis dans ce monde parce que Dieu m’a sauvé . Pour être sauvés, les membres de la société civile doivent se fier au témoignage du membre de l’Armée du Salut et se voir reflétés dans ce témoin. Ils devraient voir dans cette personne un double dual : à la fois un membre de l’Armée du Salut et un membre de la société civile. Si un témoignage peut les convaincre de la compatibilité de cette double appartenance, ils pourront un jour envisager rejoindre la congrégation. Il semble que les habits de tous les jours portés par un témoin recréent la communauté entre le membre de l’Armée du Salut et autrui. Les soldats peuvent dire à autrui : « Je suis là comme vous » (McKernan & Kosmala, 2004, 370). Par la suite, les soldats rendent des comptes à autrui, lui fournissent des raisons pour rejoindre l’Église. Pour faire advenir le royaume de Dieu, il semble que l’accountability envers ces parties prenantes soit requise.

47Il semble que l’ambiguïté de l’objet du compte à rendre puisse mettre mal à l’aise certains acteurs dans leurs pratiques quotidiennes. Aussi, forts de cette ambiguïté, ils peuvent opposer une forme de résistance que d’aucuns pourraient voir comme politique. Compte tenu du fait que ce soldat, chef d’entreprise par ailleurs, souhaite porter haut le message de l’Armée du Salut, il semblerait plutôt que cette résistance soit ici de type organique. Autre chose que la seule idéologie dans laquelle on serait comptable de la piété de ses actes, tant au sens propre qu’au sens figuré, semble plus pertinent. La cohérence du projet moral de l’accountability salutiste qu’une forme de managérialisme semble avoir colonisé se trouve mise à mal. Ceci se traduit alors par un engagement, non à entrer en conformité avec le modèle, mais à en revenir à son essence. Pour cela, ce sont des gages de ce que le Seigneur et l’Armée du Salut peuvent faire qui semblent attendus pour que le royaume de Dieu vienne. Cette forme de résistance organique non seulement opérationnalise la reddition de comptes, mais la rend possible tout en l’enrichissant en en renversant la logique : témoigner envers autrui revient à lui donner un aperçu de la valeur que Dieu peut créer pour lui. En dernier lieu, adresser des comptes et récits à la société civile devrait faire advenir le royaume de Dieu.

3.2. Opacité, transparence et reddition de comptes

48Lorsqu’elle abandonne son projet moral pour embrasser des considérants d’ordre managérial, l’accountability repose sur une demande mise en mots, mais surtout en chiffres des conduites individuelles. Un tel exercice se heurte à une seconde aporie : l’impossibilité d’être suffisamment réflexif pour parvenir à rendre compte de ses actes et pensées profondes. Aussi les salutistes opposent-ils une résistance organique en s’en remettant à une certaine essence de Dieu ainsi que des comptes et récits de la foi.

3.2.1. L’accountability comme traduction de la foi en chiffres et en mots

49Compte tenu de la théologie de l’Armée du Salut dans laquelle l’implication personnelle dans les œuvres sociales de la congrégation est le fondement de la foi, les soldats doivent non seulement s’investir, mais surtout en rendre compte de manière systématique et intelligible. Ils se trouvent ainsi à devoir enregistrer le temps qu’ils ont consacré aux différents programmes proposés par la congrégation et chaque semaine défendre leurs comptes auprès de leur pasteur, explique le secrétaire en chef de la congrégation dans un entretien :

L’Armée du Salut est wébérienne. Notre spiritualité est fortement ancrée dans la comptabilité […]. Nous avons développé une comptabilité dérivée de notre théologie pour laquelle la conduite reflète la foi.

50Cette référence explicite à Weber met en évidence le fait que l’accountability à l’Armée du Salut repose sur une spiritualité couplée à des procédures rationnelles et systématiques pour rendre compte, telle la comptabilité à entrée double, utilisée par la congrégation comme moyen de mesure et d’enregistrement de l’engagement pour ses valeurs. L’audition des récits opère comme une forme d’audit oral de leurs enregistrements comptables. Le paroissien doit alors non seulement exposer ce qu’il a fait pour Dieu mais également justifier de la conformité de ses actions avec le projet moral de l’Armée du Salut. Dans un entretien, le chef de territoire, Canadien anglophone, explique comment doit se pratiquer l’accountability dans la congrégation :

L’accountability chez nous est fondée sur un principe et deux modes opératoires. Le principe est que par la foi le soldat s’implique dans le travail diaconal de la congrégation. Sans foi, pas d’œuvres sociales et inversement sans œuvres sociales pas de foi. Sur le mode opératoire, tout d’abord, fin décembre chaque salutiste reçoit par voie postale deux formulaires. Sur le premier, il doit préciser toutes les actions de l’Armée du Salut dans lesquelles il a été impliqué pendant l’année écoulée. Sur l’autre, il doit cocher les actions dans lesquelles il compte s’impliquer pour l’année à venir. Une fois que nous avons reçu les deux formulaires, le service contrôle compare les promesses faites en début d’année et les réalisations. En cas de décalage notoire, nous convoquons le paroissien à un entretien pour qu’il puisse s’expliquer. Ensuite, comme je te disais, nous avons un deuxième moyen de rendre nos soldats accountable. Chaque dimanche après le culte, dans les postes [paroisses], les soldats doivent s’inscrire pour les œuvres sociales de la semaine. Tu vois, il y a un grand tableau présentant toutes les activités et leurs créneaux horaires. Chaque soldat inscrit son nom là où il promet d’intervenir dans la semaine. Ensuite, le samedi soir, après la chorale, chaque soldat expose auprès de son officier dans quelles actions il a effectivement été impliqué. Une fois par mois, les officiers nous font remonter au Quartier général leurs comptes. Nous les vérifions et en fin d’année les croisons avec les formulaires dont je viens de te parler.

51Il apparaît ici qu’une forme de comptabilité de la foi est pratiquée. Le fait de s’inscrire dans un certain nombre d’activités et de comptabiliser les heures passées dans tel ou tel programme est un mécanisme de mise en chiffres de soi par ses actes. Le croyant se trouve alors justifié à la fois par les actes et la preuve en chiffres de leur véracité. Pour cela, un triple mécanisme de contrôle est à l’œuvre. Tout d’abord, le croyant s’engage à s’impliquer et quantifie cette promesse. Puis, il comptabilise son implication réelle. Enfin, tout ceci est contrôlé une première fois par un échange verbal avec le pasteur chargé de vérifier la véracité des chiffres. L’ensemble est ensuite contrôlé une seconde fois par le siège de l’Armée du salut où la cohérence de tous les chiffres est appréciée. Il apparaît donc qu’au-delà d’une simple déclaration, des procédures formelles pour mesurer et rendre compte de l’engagement doivent être respectées.

3.2.2. L’impossible réflexivité comme aporie à la comptabilisation et à la narration

52Dans le cadre du projet moral de l’accountability, la reddition de comptes ne saurait être limitée à la seule comptabilisation et narration de l’implication personnelle dans les programmes de l’Armée du Salut. En appliquant cette logique à l’extrême, il reviendrait aux paroissiens de rendre compte de tous les aspects de leur vie. Ceci soulève alors une aporie profonde à l’accountability : l’impossibilité à rendre compte de tout, comme en témoigne un soldat un samedi soir, après s’être entretenu avec le pasteur de la paroisse :

Quand tu es chrétien, tu es engagé envers Dieu dans tous les événements de ta vie. Tu ne peux pas faire la différence entre les actions destinées à Dieu et les autres. Donc, comptabiliser sa conduite religieuse reviendrait à trouver des façons de quantifier tout ce que je fais ! Je ne pense pas que cela soit faisable.

53La capacité à rendre des comptes exige que l’individu responsable soit capable de relier rationnellement n’importe quel événement de sa vie à son engagement envers le royaume de Dieu. L’individu devrait constamment réfléchir à la nature spirituelle de ses actions et, en dernier lieu, en rendre compte de manière intelligible. La rationalité économique exigerait donc que chaque individu soit capable de mesurer de tels événements et leur contribution au royaume de Dieu. Le fait que notre engagement à faire advenir le royaume de Dieu se manifeste même dans nos activités quotidiennes les plus insignifiantes montre à quel point nous sommes incapables de rendre compte honnêtement de tout : les croyants ne peuvent pas « traduire [leur] foi en chiffres » (Kamuf, 2007, p. 252). Comme l’explique le même soldat :

Je suis juste incapable de te dire à quel point mon petit-déjeuner de ce matin reflétait mon engagement envers le royaume de Dieu. Il le reflétait certainement. Mais je ne sais pas comment.

54Pour faire face à l’impossibilité pour quelque fidèle que ce soit de rendre compte de manière intelligible de soi-même, les responsables de l’Armée du Salut se reposent sur des enregistrements offrant une approximation de l’équilibre entre foi et actes au travers d’une comptabilité du travail social. En n’étant qu’une approximation de ce que fait le croyant, ces comptes et récits constituent une aporie intrinsèque à l’accountability, comme se désole un conseiller du général dans un entretien :

Étant données nos racines protestantes, nous ne pouvons pas évaluer la foi de nos soldats. Au mieux, nous pouvons la supposer, dans la mesure où ils ont signé un pacte avec Dieu de leur plein gré. Au mieux, nous pouvons évaluer la cohérence de leurs actions avec leur foi.

55Cette aporie forte à la reddition de comptes, l’impossible réflexivité sur soi et le caractère incomplet des comptes et récits demandés, se traduit par une résistance organique à ces exigences. En faisant dévier l’accountability de sa trajectoire initiale, les salutistes proposent une opérationnalisation différente de leurs redevabilité et responsabilité envers Dieu.

3.2.3. La relation directe à Dieu comme résistance et opérationnalisation

56Lorsque les Salutistes doivent rendre compte de leur conduite, c’est par une comptabilité et des récits très partiaux, et ce alors même qu’ils ne sont pas toujours en mesure d’évaluer l’ensemble de leur conduite. Cette difficulté se heurte alors à une forme de résistance visant à identifier ce que le Seigneur attend précisément de Ses fidèles et comment Il apprécie ce qu’ils font pour Lui. Ici, lorsqu’il est impossible de formellement satisfaire aux demandes partielles de l’Armée du Salut, une résistance consiste à prendre conseil directement auprès de celui qui ordonne et demande des comptes : Dieu. Au cours d’un séminaire sur la foi et les actes organisé par le siège européen de l’Armée du Salut, un soldat se montre particulièrement éloquent.

La prière est le moyen par lequel je suis en contact avec Dieu et par lequel Il peut me signifier ce que je dois faire. Dieu est ma seule autorité.

57Au cours de la même réunion, un second soldat intervient :

Oui. Une fois que j’ai reçu Ses ordres, il est de ma responsabilité d’y donner du sens : je dois réfléchir à la communion que j’ai eue avec Dieu pour comprendre ce qu’Il veut de moi. Ça n’est pas toujours facile ; cela peut prendre du temps. Quel que soit le temps que ça prend, une fois que je le comprends, j’ai la responsabilité de me conduire en conformité avec cela.

58La difficulté de la réflexivité de nos pratiques et l’impossibilité à rendre compte d’une conduite basée sur la foi constituent la seconde aporie de l’accountability. La comptabilité ne peut être utilisée comme intermédiaire entre les hommes et Dieu. Seule la prière le peut à un niveau individuel : prier Dieu est une communion privée et secrète pour le croyant qui reçoit ainsi ses ordres directement de Lui. S’il n’est pas possible de connaître le contenu exact des prières de quelqu’un, alors il n’est pas non plus possible d’évaluer extérieurement à quel point sa conduite de croyant reflète son engagement à faire advenir le royaume de Dieu. Il est donc de la responsabilité du croyant ou de la croyante, seul(e) devant Dieu, de se conduire conformément aux ordres qu’il ou elle reçoit. Personne si ce n’est le ou la croyant(e) et Dieu ne peut évaluer cette conformité. Comme l’accountability est limitée par l’impossibilité de rendre compte de soi et d’enregistrer ses actions, le caractère secret de la responsabilité individuelle peut lui servir de relais (McKernan, 2009, p. 3-7). Ceci signifie qu’un système de reddition de comptes est nécessairement fondé sur une idéologie, fût-elle gestionnaire, managériale ou autre. Ce soubassement idéologique est porteur de la troisième aporie de l’accountability.

59Ce déplacement de l’accountability et l’apparition de nouveaux acteurs enclins à demander des comptes amènent à s’interroger sur le caractère absolu du devoir.

3.3. Obligation (morale), entre absolu et relatif

60En tant que porteuse d’un projet moral, l’accountability ontologique et historique implique que la personne devant rendre des comptes soit tenue par une obligation absolue envers celles et ceux qui l’exigent. Confrontée à une aporie forte qu’est l’impossibilité de connaître exactement les demandes de cet autre, l’opérationnalisation de l’accountability se heurte à des résistances d’ordre politique qui vont en altérer le contenu et les modalités.

3.3.1. Rendre compte : une obligation absolue envers le demandeur

61À l’Armée du Salut, le système d’accountability prévoit que le fidèle rende périodiquement compte de ses actes à son pasteur, son supérieur direct. Compte tenu de la théologie de la congrégation religieuse, rappelons que la piété des actions quotidiennes du croyant est résumée théologiquement par l’implication formelle dans les actions de travail social prévues et programmées par le siège. Aussi, au niveau le plus local, celui des paroisses, c’est au pasteur qu’il revient de demander des comptes à ses brebis, elles-mêmes supposées tenues de lui répondre en toute bonne foi. La saynète ci-dessous exprime cette obligation du soldat envers son pasteur :

Bureau du pasteur, Paris-Cœur-de-Vey, chaque jeudi, 2005-2008, 20 h

« – Bonsoir
– Bonsoir Major.
Le major : Alors, qu’as-tu fait cette semaine ?
Moi : Et bien, j’ai participé à des activités planifiées, comme tu le sais. Mercredi, j’ai supervisé les devoirs d’un adolescent pendant deux heures.
Le major : Sur quel sujet ?
Moi : Cette semaine, nous nous sommes préparés pour les examens de Russe et d’Anglais. Nous avons également fait plusieurs exercices de maths sur le théorème de Thalès. »

Pendant ce temps, son épouse a transcrit sur un livre de comptes mes propos exacts.

62Le pasteur exprime une demande pour obliger le soldat à donner une réponse. On voit dans un premier temps que le grade de major (officier supérieur dans l’armée britannique) opère comme un marqueur de distance hiérarchique et d’autorité. À l’inverse, le paroissien est au mieux un simple soldat au pire un étranger à la hiérarchie. À cet égard, un témoignage du chef de territoire dans un entretien se montre particulièrement éloquent :

Il ne faut pas se leurrer. L’Armée du Salut, c’est comme l’ordre des Jésuites au xviie siècle. Nous avons une structure militaire forte qui doit légitimer les ordres des supérieurs et les rendre ainsi directement exécutables. Nous différons des Jésuites, plus sur notre théologie que sur notre mode opératoire.

63Comme en témoigne la comparaison avec l’ordre des Jésuites, la position hiérarchique opère comme un marqueur de la proximité avec la volonté de Dieu, comme si l’officier était plus près de Dieu que ne l’est le soldat. Nonobstant son caractère réformateur, l’ordre des Jésuites considère les prêtres comme les représentants de Dieu sur la terre. Plus leur grade dans cette armée de Jésus est élevé, plus ils sont en mesure de définir le bien et le mal, le beau et le laid, le vrai et le faux et, partant, d’exiger des comptes de qui aurait une position hiérarchique inférieure . En raison de leur proximité avec le Seigneur, ils se considèrent comme légitimes pour agir en Son nom. C’est pour cette raison que l’officier peut demander des comptes sur la conduite du soldat au nom de Dieu.

64D’un point de vue heuristique, la question du « quoi » ainsi posée appelle des clarifications et des précisions relatives à la conduite passée. Symétriquement, le soldat fournit des réponses ad hoc, dans lesquelles la précision et le détail satisfont les exigences de l’officier. Quand plus aucune question n’est soulevée sur la clarté des réponses, la conversation prend fin. Bien que l’exercice de questions-réponses puisse apparaître comme une simple formalité, un secrétaire n’en enregistre pas moins toutes les déclarations dans un livre. En ce sens, le clergé rend tous les comptes et récits consultables, comme en témoigne dans un entretien l’épouse du pasteur, scribe pour l’occasion :

Une fois que nous avons les comptes-rendus d’activité de tous les soldats du poste [la paroisse], nous les transmettons au Quartier général [le siège]. Pour cela, nous avons un format bien particulier prescrit par le chef de territoire.

65L’individu est tenu par les comptes et récits qu’il rend de sa vie sous la supervision des autorités pastorales. Comme dans l’ordre des Jésuites, s’adressant à un autre croyant supposé plus proche de Dieu qu’il ne l’est lui-même, du fait de son grade marquant son expérience de la foi, mais aussi d’une dévotion au Seigneur dépassant le cadre du temps plein, le paroissien se trouve tenu à une obligation d’apparence indiscutable . Pour autant, cette obligation repose sur le postulat implicite qu’il est possible de connaître les commandements du Seigneur et que le rang hiérarchique influence cette connaissance.

3.3.2. La connaissance comme aporie au caractère absolu de l’obligation envers les pasteurs

66La troisième aporie de l’accountability réside dans les tensions qui résultent de l’impossibilité de connaître Dieu en personne. Il s’ensuit que l’impossibilité de connaître scientifiquement ou objectivement ce qu’Il exige rend le caractère absolu du devoir envers un quelconque intermédiaire impossible ou pour le moins discutable. Un moment hors du temps dans la relation d’accountability entre les fidèles et les responsables religieux semble nécessaire pour réfléchir à de possibles voies alternatives à cette reddition de comptes. Cela commence avec la résistance frontale à ceux qui dirigent la congrégation, comme le souligne le chef de territoire dans un entretien :

Les représentants de nos soldats en France m’ont dit qu’ils voudraient être consultés. Ils voudraient participer à la prise de décision. L’Armée du Salut est une théocratie, pas une démocratie : je donne des ordres et les personnes exécutent. Point final.

67Il apparaît que certains membres de l’Armée du Salut contestent la structure théocratique de la congrégation. Leurs revendications démocratiques montrent que la légitimité des pasteurs, nonobstant leur rang, n’est aucunement absolue. Il y a deux raisons à cela. Tout d’abord, l’hypothèse de l’omniscience de Dieu devrait exclure le besoin absolu de rendre compte : le Seigneur sait déjà ce que le croyant fait et pour quelles raisons il le fait. Ensuite, l’impossibilité de Le connaître en personne empêche quiconque de Lui adresser quelque compte-rendu que ce soit. Contes, récits et autres enregistrements exigés par les pasteurs apparaissent comme un instrument de médiation déployé par le clergé. Cette aporie est parfaitement illustrée par l’incident ci-dessous, représentatif d’un certain malaise dans la congrégation.

Paris-Cœur-de-Vey, jeudi 23 novembre 2006, 20 h 30
L’officier a un échange vif avec un soldat dont les en
registrements révèlent des niveaux insuffisants d’implication dans les œuvres sociales de l’Armée du Salut :

« Officier : En tant que membre de l’Armée du Salut, tu dois t’impliquer dans nos œuvres sociales. Comment peux-tu prétendre être un soldat fidèle et aimer ton prochain si tu ne participes pas aux soupes de nuit [distribution de soupe] ?
Soldat : Hmm. Honnêtement, je pense qu’être un soldat n’implique pas nécessairement de participer aux activités pour lesquelles je ne suis pas doué. Je crois que je sers mieux le Seigneur en faisant autre chose que participer aux soupes de nuit. Quid de la supervision du travail scolaire d’adolescents en situation d’échec ou de l’assistance spirituelle aux adolescentes de l’Est forcées de se prostituer sur le Boulevard des Maréchaux ?
Officier : N’importe quoi fera l’affaire. Je sais que tu as énormément de temps à consacrer à nos activités, alors vas-y et inscris-toi au moins pour certaines !
Soldat : D’accord ! Mais, Dieu sait ce qu’Il attend de moi. Vous pas ! »

68Cet échange entre un ministre et un soldat a trait au caractère absolu de la vérité avancée par le pasteur au sujet des demandes de Dieu. C’est sans doute une discussion ontologique de l’identité et des attentes du Seigneur qui permet de mettre au jour la troisième aporie de l’accountability. L’essence du Seigneur est au-delà de la compréhension humaine : Le connaître, Lui et Ses requêtes est simplement impossible . Au mieux, les individus – parmi lesquels les membres du clergé – peuvent seulement approcher ses attentes. Aucune vérité absolue n’existe, quand bien même elle est révélée ; seule la somme de toutes les approches individuelles pourrait s’en approcher . Une fois encore, l’impossibilité d’agréger toutes ces approches partielles rend la vérité, même révélée, partiale et relative. À cet égard, personne n’est supérieur à son prochain, si bien que nul ne peut être ontologiquement tenu à une obligation (morale) absolue à son endroit.

69Tous les êtres humains sont supposés égaux devant Dieu, avec Lequel ils ont une relation individuelle . Il s’ensuit que les rôles et devoirs du clergé méritent une certaine attention, s’agissant notamment de la cohérence des perceptions qu’ont les ministres d’eux-mêmes, eu égard à l’impossibilité du caractère absolu du devoir à leur encontre. Dans une théocratie, les pasteurs en tant que scientifiques du divin seraient légitimes de manière absolue pour faire appliquer les normes. Pourtant, consacrer leur vie à Dieu devrait les conduire à reconnaître l’impossibilité de connaître le Seigneur. En toute logique, ils devraient d’eux-mêmes admettre que toute obligation à leur égard ne peut être que relative, la seule obligation absolue qui vaille étant celle envers Dieu . S’il est admis que les pasteurs travaillent non pas au nom de Dieu, mais pour Son compte, ils se retrouvent dans le rôle de bergers guidant leur troupeau en apportant le conseil et le réconfort nécessaires. La relation d’accountability devient alors duale en ceci qu’un pasteur rend compte à Dieu de ce qu’il fait pour ses brebis et à ces dernières de ce qu’il fait pour les rapprocher du Seigneur. Du fait de l’impossibilité de connaître l’Éternel en personne et de l’ambiguïté théologique qui en découle, l’Armée du Salut se trouve confrontée à un choix de modèle. Les paroissiens, forts de cette aporie, semblent porter leur choix sur la seconde dimension du ministère, comme l’explique un officier lors d’un entretien.

En tant que pasteur, je ne peux rien suggérer ou imposer. Mes soldats attendent de moi d’être un berger et non pas un chef. J’ai été sauvé pour les servir. Je dois être présent pour leurs questions et leurs doutes, dans le cas où ils ont besoin d’aide ou d’encadrement spirituel. Je dois être là pour les aider à trouver Jésus. Ils s’attendent à ce que tout découle de leur foi. Mes soldats ont confiance en moi parce qu’ils savent que je suis capable de les accompagner spirituellement. Je ne sais pas dans quelle mesure ils me feraient confiance si j’étais incapable de les servir.

70Les pasteurs sont dans une position dans laquelle ils doivent constamment légitimer leur rôle de bergers. Le devoir à leur encontre n’est plus absolu ; au contraire, il est relatif et réciproque. La troisième aporie à la reddition de comptes que constitue l’impossible connaissance de ce qu’attend l’autorité suprême fait se heurter l’accountability à une nouvelle force soulignant l’ambiguïté de l’obligation due. Cette résistance politique ou organique en vient à questionner les modalités de la redevabilité du croyant. Compte tenu de la réponse fournie, l’accountability doit être réciproque : par leur conduite en tant que bergers, les pasteurs donnent à leur troupeau des raisons pour demander des comptes et, en retour, ce dernier accepte de donner des raisons pour sa conduite. La relativité du devoir semble mener les soldats et les pasteurs à être mutuellement responsables.

3.3.3. La réciprocité des comptes comme opérationnalisation de l’accountability

71Dans les activités quotidiennes, les résistances auxquelles s’oppose la demande de comptes se traduisent par la promotion d’un modèle de relations sociales ramenant chaque individu à un pied d’égalité par rapport à son prochain. L’opérationnalisation de l’accountability s’en trouve alors affectée : désormais, elle est une relation mutuelle dans laquelle des individus égaux peuvent s’engager. Les pasteurs sont responsables de la gestion de leur troupeau et des opérations dans lesquelles il est engagé. En retour, les paroissiens opèrent en tant que relais sur le champ de bataille, explique un soldat au cours d’une réunion de bénévoles.

Une fois que nous avons identifié des besoins sociaux dans nos communes, nous suggérons des actions et les ressources que nous estimons nécessaires. Ensuite, nous rapportons tout cela au chef de territoire. Nous nous attendons à ce qu’il nous accorde les ressources pour subvenir à ces besoins ou qu’il nous explique devant Dieu pourquoi il ne le fait pas. Les officiers doivent faire face à leurs responsabilités !

72Les membres de l’Armée du Salut se portent volontaires pour identifier les besoins sociaux à travers le pays et y répondre. Par conséquent, ils peuvent produire ce que McKernan & Dunn (2003, p. 463) appellent du savoir local, un savoir que les personnes en première ligne créent pour autrui, qui ensuite le transforme en actions. En communiquant un tel savoir, les personnes à la base de l’organisation identifient la façon dont le royaume de Dieu peut advenir, à condition que la congrégation leur apporte le soutien humain, matériel et financier nécessaire. Le savoir qu’ils produisent devrait encourager les pasteurs et chefs religieux à engager l’organisation dans ces œuvres sociales prioritaires et à allouer les ressources en conséquence.

73Par leur conduite, de laquelle ils rendent compte au clergé, les fidèles donnent des raisons pour soutenir les propres décisions des leaders religieux. Les chefs religieux soit s’exécutent sur le fondement des raisons fournies par les fidèles soit ignorent ces demandes et doivent alors justifier de leur inaction. Cette justification se fera devant Dieu, le clergé n’étant tenu par aucune obligation absolue envers les paroissiens. Dans cette configuration, un pasteur a une obligation relative de rendre compte de sa conduite à ses fidèles et une obligation morale envers Dieu seulement. Dans un entretien, un soldat exprime l’objet de la résistance politique à l’opérationnalisation du programme de l’accountability.

Bien sûr que nous devons rendre compte à Dieu. C’est aussi le cas des pasteurs. Soyons cohérents, voyons ! J’ai l’impression qu’ils ont tendance à l’oublier. Rendre compte, ça les concerne aussi t plutôt deux fois qu’une !

74Les paroissiens opposent ainsi une résistance d’ordre politique à la demande d’accountability en demandant un rééquilibrage des responsabilités et en rappelant l’égalité ontologique entre croyants. Tout comme face aux deux autres apories, c’est ici au nom du projet moral de l’organisation et de l’accountability que les fidèles s’opposent à l’obligation absolue de rendre compte. Ce faisant, ils ramènent les pasteurs à leur condition humaine de croyants exposés à la méconnaissance de Dieu. Au nom de la troisième aporie ontologique au projet de l’accountability, l’opérationnalisation de cette dernière semble nécessiter que les supérieurs hiérarchiques rendent compte de leur légitimité à demander des comptes. Par leur résistance et ses conséquences sur la nature et le contenu des comptes effectivement rendus, les acteurs de la base nous montrent qu’ils jouent un double rôle dans l’opérationnalisation de l’accountability . Ils ne rendent compte de leurs actes qu’en retour à une justification de leur nécessité par ceux qui le demandent.

4. Discussion

75La situation de l’Armée du Salut nous permet de tirer trois grandes séries d’enseignement permettant de comprendre l’accountability, notamment par le truchement de ses apories et des difficultés que pose son opérationnalisation. En premier lieu, nous pouvons voir que le principe de reddition de comptes est fondé sur une idéologie qui oriente largement les manières de procéder. Ensuite, en étudiant les possibilités de l’accounterability, le cas de l’Armée du Salut nous permet de comprendre la notion de résistance telle que proposée par Peggy Kamuf (2002, 2007). Le troisième enseignement porte sur le rôle et la légitimité de la hiérarchie, et plus particulièrement de l’encadrement.

4.1. L’accounterability ou la morale contre la gestionnarisation

76Alors qu’historiquement l’accountability s’inscrit dans un projet moral d’ordre religieux, la situation de l’Armée du Salut révèle que, même au-delà d’une idéologie gestionnaire et managériale qui gangrène la vie sociale, la reddition de comptes se trouve limitée dans son essence et son opérationnalisation par les fondements idéologiques qui l’animent. Dans le cas étudié, l’impératif que la foi se manifeste par l’implication dans du travail social dicte la manière dont chacun doit rendre compte de soi. Ici, le phénomène gestionnaire est absent, si bien qu’il est impossible de dénoncer les excès de la finance. En revanche, on constate que cette idéologie propre à l’organisation observée conduit en elle-même, par une réduction des valeurs à une valeur, à imposer une mise en chiffres des comptes et récits de chacun. Alors que le projet moral de l’accountability se fonde historiquement plutôt sur des récits , l’idéologisation de la reddition de comptes réduit l’objet de ceux-ci à ce qui semble compter pour les garants de la doctrine. Le pilotage et le contrôle de ce qui compte reposent alors sur l’obligation pour ceux qui doivent rendre compte de leur engagement pour ces valeurs à se concentrer sur une quantification de leur conduite au détriment de la narration. Celle-ci ne sert qu’à titre auxiliaire si les chiffres fournis ne se montrent pas satisfaisants pour qui demande des comptes.

77L’unité de compte retenue est, sans surprise, intrinsèquement liée à ce qui fonde cette idéologie. Ici, c’est l’implication dans les œuvres sociales au nom de la foi. Mais dans d’autres contextes, ces unités peuvent être différentes. Alors que Gauléjac (2009, 2012) dénonce la société malade de la gestion et la recherche du management, cet article nous permet de présenter la vie sociale et professionnelle malade de ses comptes.

78Ces observations nous permettent de contribuer à la connaissance sur les apories et problématiques de l’accountability. Cette littérature a mis en avant le fait que la « managérialisation » et la financiarisation de l’accountability font perdre à cette dernière sa dimension morale. Dans le cas de l’Armée du Salut, comme dans celui de la recherche, la reddition de comptes semble, dans on essence, pouvoir contribuer d’un projet moral. Un tel projet moral se trouve abandonné au fur et à mesure de la managérialisation et de la gestionnarisation de l’une comme de l’autre. Dans les deux contextes, le passage du pluriel au singulier animé par une pression à produire des chiffres se traduit par une obligation de mise en conformité avec des procédures de reddition de comptes plutôt qu’à s’engager dans une construction morale de soi. Avec la managérialisation et la gestionnarisation, une contradiction forte se fait jour : l’accountability contre la morale qu’elle devait pourtant rendre possible.

79Une idéologie forte, comme l’indique Alain Badiou (1990), substitue la valeur aux valeurs. Ce passage du pluriel au singulier se traduit par une attention toute particulière à un objet qui ne peut que faire l’objet d’un nouveau réductionnisme à un chiffre dont on pourra se prévaloir. La production et la présentation de ce chiffre reposent alors sur les méthodes et artifices offerts par la comptabilité. Rendre compte consiste alors à produire le chiffre tant attendu et tend à devenir une finalité, n’étant ainsi plus un moyen. En devenant un seul exercice calculatoire et comptable, la reddition de comptes perd son projet moral ontologique. Au nom de l’accountability, on peut même se trouver à falsifier les données comptables, comme ce fut le cas pour Enron, Worldcom et bien d’autres . En d’autres termes, la gestionnarisation tout comme la managérialisation de la société font perdre à la reddition de comptes sa dimension morale alors même qu’elles prétendent célébrer son avènement. L’accountability se trouve malade de la gestionnarisation et de la managérialisation. Et les promoteurs d’une reddition de comptes qui contribuerait à un projet moral sont les premiers à développer des mécanismes de résistance ouvrant vers des contre-modèles.

4.2. L’Accounterability ou les modalités de l’accountability

80Dans cet article, comme dans les travaux de Kamuf (2007) et Joannidès (2012), la notion d’accounterability est entendue comme l’opérationnalisation de l’accountability par des résistances politiques ou organiques faisant dévier les demandes de comptes de leur trajectoire. Dans la recherche en sciences sociales sur la résistance, une définition de ses ressorts n’est que rarement discutée. Le terme est souvent employé dans son acception quotidienne pour qualifier des actes de rébellion . Kamuf (2002) prolonge les travaux de Derrida sur la résistance et y voit une dimension politique ou organique qu’elle ne définit pas véritablement.

81Le cas de l’Armée du Salut nous permet d’alimenter théoriquement les observations de Kamuf (2002). La résistance politique peut renvoyer à deux réalités distinctes. D’une part, elle peut consister en une critique sur le bien-fondé d’un système de valeurs ou de pratiques. En ceci, le système en vigueur se trouve rejeté dans ses fondements. Mais pour qu’un tel positionnement soit acceptable, il convient de proposer une solution alternative fondée sur des valeurs très différentes. Le seul rejet sans proposition alternative ne constituerait qu’une critique de vérité . D’autre part, la pratique du système et non son bien-fondé peut faire l’objet de résistance. Là encore, souligne Boltanski (2009), l’absence de proposition alternative au rejet d’une pratique ne constitue qu’une critique de réalité. Or, la résistance – et ainsi l’accounterability – doit bien se traduire par une contre-proposition de pratique.

82Dans le cas étudié, un soldat rejette explicitement le bien-fondé de l’implication dans les œuvres sociales de l’Armée du Salut comme reflet de sa foi et propose une solution alternative. Il témoigne dans son univers de ce que l’Armée du Salut a fait pour lui. Ici, il n’y a ni implication dans les œuvres ni compte-rendu (chiffré) de celle-ci, mais bien une narration de ce qu’il fait. À la valeur reconnue par l’organisation s’oppose une résistance des valeurs et ainsi le remplacement progressif du compte-rendu chiffré par un récit de soi.

83Le cas de l’Armée du Salut offre également une situation de résistance à la pratique ou au fonctionnement du système de reddition de comptes. La discussion relative au rôle des pasteurs dans les pratiques d’accountability conduit les salutistes à rejeter, non pas le principe de la reddition de comptes, mais un clergé théocratique. À ce dernier ils opposent à la fois une conception du pasteur comme berger et une pratique de l’accountability par la prière, relation individuelle et directe à Dieu.

84L’examen du cas de l’Armée du Salut permet enfin de comprendre la notion de résistance organique proposée par Kamuf (2002, 2007) puis Joannidès (2012). Une forme de résistance organique se manifeste lorsque les Salutistes, au moment de rendre compte de leur conduite à Dieu, s’aperçoivent qu’ils ne sont pas en mesure de le faire, faute d’identifier clairement ce qui doit être compté ou narré. L’opacité de leur propre condition, telle que conceptualisée par Butler (2007), fait obstacle à une opérationnalisation de l’accountability. Aussi développent-ils par eux-mêmes des moyens de contourner leurs propres apories et de rendre compte par la prière. Par la relation directe qu’ils établissent avec le Seigneur, ils reçoivent des ordres directement de Lui et Lui ouvrent leur cœur, l’Éternel étant le seul en mesure d’en déchiffrer le contenu. Une pratique alternative de reddition de comptes se construit dans le souhait d’opérationnaliser un système auquel on croit. Les pratiques alternatives ainsi développées se fondent sur une forme de créativité et d’inventivité au quotidien .

85Là où la résistance politique est fondée sur une critique de vérité ou de réalité et s’inscrit dans une logique de confrontation, la résistance organique apparaît plus comme une logique de soutien à une institution. Sur le lieu de travail, une telle forme de résistance se montre constructive . Le caractère politique ou organique de la résistance semble trouver sa cause dans le degré d’adhésion et la volonté de pérenniser ce qui compte pour autrui (des valeurs ou de la valeur). Quelle que soit sa forme, la résistance peut se traduire par le développement de nouvelles pratiques, ici de reddition de comptes. Dans le cas de la résistance politique de vérité, un système alternatif et les pratiques associées sont déployés. La résistance politique de réalité donne lieu au développement de pratiques alternatives pour un système accepté. Enfin, la résistance organique vise à proposer une mise en pratique du système lorsque les principes le sous-tendant sont généraux ou génériques.

4.3. Une mise en question du rôle des cadres

86Il découle des problématiques liées à l’essence et à l’opérationnalisation de la reddition de comptes un questionnement sur l’identité, l’utilité sociale et le rôle des cadres. Dans le cas de l’Armée du Salut, accountability et accounterability soulignent une ambiguïté du rôle et du positionnement du clergé, souvent perçus comme intermédiaires entre Dieu et les hommes. Ceci conduit à admettre, comme le fait le chef de territoire, que le clergé constitue l’encadrement de la congrégation. C’est en cette qualité qu’ils exigent des comptes de leurs fidèles. Deux mécanismes remettant en question leur essence sont alors à l’œuvre. En premier lieu, lorsque les Salutistes leur demandent de bonnes raisons de leur rendre compte, ils demandent une accountability réciproque, et ce faisant interrogent leur légitimité. Cette observation illustre les ressorts du malaise des cadres dont l’identité sociale n’est pas reconnue, à la différence de la classe ouvrière, des médecins ou encore des enseignants .

87Un tel malaise peut également s’expliquer par le second mécanisme à l’œuvre. Ce dernier se trouve intimement lié à l’opacité qui caractérise l’individu. Je suis opaque et ne sais en conséquence pas de quoi rendre compte. Celui qui me donne des ordres et me demande des comptes est également opaque à mes yeux ; je ne sais pas exactement ce qu’il attend de moi . Comme le souligne Boltanski (1982), le cadre n’est qu’un intermédiaire entre le sommet hiérarchique et la base de l’organisation qui lui sont également opaques. Il ne peut se prévaloir de savoir exactement ce que la direction générale de l’entreprise ou les actionnaires attendent précisément. De la même manière, il n’a pas l’assurance de parfaitement saisir l’essence profonde de ce que je peux lui rapporter. À ce titre, la légitimité des ordres qu’il me donne n’est que relative. En retour, mon obligation à son endroit l’est également.

88La situation de l’Armée du Salut illustre ce phénomène de manière éloquente en montrant comment par la prière le croyant peut contourner l’illégitimité du cadre pour directement recevoir ses ordres de Dieu et Lui rendre compte de ses actes. Plus généralement, la réflexion sur le caractère absolu du devoir mène les subordonnés à clarifier les rôles et devoirs des cadres. Ces derniers doivent rendre des comptes à l’organisation et à l’autorité suprême. Dans une entreprise cotée, ils devraient clarifier à leurs subordonnés dans quelle mesure travailler conformément à leurs prescriptions permet à l’entreprise de satisfaire les attentes des actionnaires. Les subordonnés jouent un double rôle d’accountability  : les comptes et récits réciproques mettent à nouveau l’accent sur la responsabilité des managers dans l’accountability d’entreprise.

89Compte tenu des trois apories de l’accountability discutées dans cet article, il apparaît que le rôle des cadres, bien au-delà de l’Armée du Salut, reste très flou. Ils semblent en revanche les garants d’une idéologie organisationnelle dont ils contrôlent la valeur par le déploiement d’outils et technologies, souvent comptables, empêchant paradoxalement l’avènement du projet ontologique moral de l’accountability. Cette contradiction liée au rôle des cadres se trouve accentuée dans les situations de gestionnarisation et de managérialisation du social.

Conclusion

90À l’heure où le phénomène gestionnaire prend le pas sur les questions morales, l’accountability s’avère bien plus compliquée qu’il n’y paraît. C’est lorsque l’individu doit effectivement rendre compte de soi qu’il se trouve confronté aux apories de l’accountability. Celles-ci sont telles qu’elles rendent la reddition de compte au pire contradictoire et au mieux impossible. C’est dans ce contexte que des résistances politiques de vérité ou de réalité ainsi que des résistances organiques permettent le développement de pratiques alternatives de reddition de comptes en cohérence avec des valeurs communément partagées. L’accounterability qui résulte de ce processus d’identification des apories, de résistance et de développement de pratiques alternatives se trouve être une condition de possibilité de l’accountability.

91Dans le cas étudié ici, où le phénomène gestionnaire n’apparaît pas de manière flagrante, on comprend que les apories de l’accountability sont bien plus fortes que celles liées à la seule financiarisation ou la seule production de chiffres. On peut en effet voir que l’impératif de rendre des comptes toujours plus précis et complets à la fois n’est que la conséquence d’une abdication des valeurs auxquelles on adhère au profit d’une valeur à laquelle il convient de démontrer qu’on contribue activement. L’obsession du chiffre et des systèmes comptables préviennent tout projet moral, sauf à ce que des mécanismes d’accounterability se mettent en place.

92Cet article appelle à de futures recherches tant sur l’accountability que sur l’accounterability. Tout d’abord, la reddition de comptes a les atours d’une pratique artificielle et rend nécessaire une compréhension de la façon dont les systèmes d’accountability sont construits et mis en place dans des contextes organisationnels spécifiques. Ceci fournirait également une meilleure compréhension de la construction des idéologies et des identités organisationnelles. Enfin, la recherche sur l’accounterability en étant à ses balbutiements, des efforts supplémentaires de conceptualisation des mécanismes de résistance et de construction de pratiques alternatives s’avèrent nécessaires.

Haut de page

Bibliographie

Aho James (2005), Confession and bookkeeping – the religious, moral, and rhetorical roots of modern accounting, State University of New York Press, New York.

Ahrens Thomas (1996a), « Financial and operational modes of accountability: differing accounts of British and German managers », in Munro R. & J. Mouritsen (dir.), Accountability: Power, ethos and the technologies of managing, International Thomson Business Press, London, 149-163.

Ahrens Thomas. (1996b), « Styles of accountability », Accounting, Organizations and Society, vol. 21, n° 2-3, 139-173.

Ahrens Thomas, & Christopher S. Chapman (2002), « The structuration of legitimate performance measures and management: day-to-day contests of accountability in a U.K. restaurant chain », Management Accounting Research, vol. 13, n° 2, 151-171.

Ahrens Thomas & Christopher S. Chapman (2007), « Management accounting as practice », Accounting, Organizations and Society, vol. 32, n° 1-2, 1-27.

Armée-du-Salut (1985), Les témoins de l’invisible, Armée du Salut, Paris.

Armée-du-Salut (2012), Fondation de l’Armée du Salut – rapport d’activité 2011, Armée du Salut, Paris.

Armée-du-Salut & Bernard Stasi (2004), La laïcité est une chance. L’Expérience de l’Armée du salut, Philippe Rey, Paris.

Badiou Alain (1990), Le nombre et les nombres, Seuil, Paris.

Badiou Alain (1998), Saint Paul ou la fondation de l’universalisme, Presses Universitaires de France, Paris.

Benedetto-Meyer Marie, Mauguéri Salvatore & Jean-Luc Metzger (dir.) (2011), L’emprise de la gestion. La société au risque des violences gestionnaires, L’Harmattan, Paris.

Berry Anthony (2005), « Accountability and control in a cat’s cradle », Accounting, Auditing & Accountability Journal, vol. 18, n° 2, 255-297.

Boltanski Luc (1982), Les cadres : la formation d’un groupe social, Éditions de minuit, Paris.

Boltanski Luc (2009), De la critique : précis de sociologie de l’émancipation, Éditions Gallimard, Paris.

Booth Peter. (1993), « Accounting in Churches: A Research Framework and Agenda », Accounting, Auditing & Accountability Journal, vol. 6, n° 4, 37-67.

Booth William (1890), In darkest England and the way out, International Headquarters of the Salvation Army, London.

Brigou Denise (1994), La Maison du Partage. Cabédita, Yens sur Morge.

Butler Judith (2007), Le récit de soi, Pratiques théoriques, Paris.

Certeau Michel (de) (1988), L’invention du quotidien, tome 2, Habiter, cuisiner, Folio, Paris.

Certeau Michel (de) (1993), La culture au pluriel. Point Seuil, paris.

Cohen Jeremy (1980), « Original Sin and the Evil inclination: a Polemicit’s appreciation of human nature », The Harvard Theological Review, vol. 73, n° 3/4, 495-520.

Conseil constitutionnel (2010), Commentaire de la décision n° 2010-20/21 QPC – 6 août 2010. M. Jean C. et autres. Les cahiers du Conseil Constitutionnel, vol. 30, Paris, Conseil constitutionnel, 10.

Courpasson David, Dany Françoise & Stewart Clegg (2012), « Resisters at work: generating productive resistance in the workplace », Organization Science, vol. 23, n° 3, 801-819.

Courpasson David & Damon Golsorkhi (2011), « Power and resistance variations on “what’s going on in and around organizations” », M@n@gement, vol. 14, n° 1, 1-46.

Coutts Frederick (1973), The History of the Salvation Army, vol. 6: The better fight, 1914-1946, Thomas Nelson and sons, London.

Coutts Frederick (1986), The History of the Salvation Army, vol. 7: The weapons of goodwill, 1946-1977, Hodder and Stoughton, London.

Derrida Jacques (1967), De la grammatologie, Les Éditions de Minuit, Paris.

Derrida Jacques & Michel Wieviorka (2001), Foi et savoir, Seuil, Paris.

Eliade Mircea (1959), Le sacré et le profane, Gallimard, Paris.

Gauléjac Vincent (de) (2009), La société malade de la gestion : idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social, Point, Paris.

Gauléjac Vincent (de) & Alain Falque (2012), La recherche malade du management, Quae Éditions, Paris.

Gibbon Jane (2012), « Understandings of accountability: An autoethnographic account using metaphor », Critical Perspectives on Accounting.

Grimsey Darrin & Mervyn K. Lewis (2005), « Are Public Private Partnerships value for money?: Evaluating alternative approaches and comparing academic and practitioner views », Accounting Forum, vol. 29, n° 4, 345-378.

Hallman Barbara (1985), Italian Cardinals, Reform and the Church as Property, University of California Press, Los Angeles.

Hardy Les & Harry Ballis (2005), « Does one size fit all? The sacred and secular divide revisited with insights from Niebuhr’s typology of social action », Accounting, Auditing & Accountability Journal, vol. 18, n° 2, 238-254.

Harzing Anne-Wil & Ron van der Wal, (2009), « A Google Scholar h-index for journals: an alternative metric to measure journal impact in economics and business », Journal of the American Society for Information Science and Technology, vol. 60, n° 1, 41-46.

Herath Siriyama Kanthi, Wickramasinghe Danture & M.W. Indriani (2010), « Improving efficiency and accountability: a case study on outsourcing strategies in higher educationin Sri Lanka », International Journal of Managerial and Financial Accounting, vol. 2, n° 3, 275.-304.

Irvine Helen (1999), Who’s counting? An institutional analysis of expectations of accounting in a nonprofit religious/charitable organization within a changing environment, Unpublished PhD dissertation, University of Wollongong.

Irvine Helen (2002), « The legitimizing power of financial statements in The Salvation Army in England, 1865-1892 », Accounting Historians Journal, vol. 29, n° 1, 1-36.

Irvine Helen (2005), « Balancing money and mission in a local church budget », Accounting, Auditing & Accountability Journal, vol. 18, n° 2, 211-237.

Irvine Helen & Michael Gaffikin (2006), « Getting in, getting on and getting out: reflections on a qualitative research project », Accounting, Auditing & Accountability Journal, vol. 19, n° 1, 115-145.

Jacobs Kerry (2005), « The sacred and the secular: examining the role of accounting in the religious context », Accounting, Auditing & Accountability Journal, vol. 18, n° 2, 189-210.

Jacobs Kerry & Stephen Walker (2004), « Accounting and accountability in the Iona Community », Accounting, Auditing & Accountability Journal, vol. 17, n° 3, 361-381.

Joannidès Vassili (2009), Accountability et ethnicité dans une congrégation religieuse – L’Armée du Salut en France, en Suisse, au Royaume-Uni et en Suède, Unpubllished PhD dissertation, Université Paris Dauphine.

Joannidès Vassili (2012), « Accounterability and the problematics of accountability », Critical Perspectives on Accounting, vol. 23, n° 3, 244-257.

Johansen Thomas Riise (2008), « `Blaming oneself’: Examining the dual accountability role of employees », Critical Perspectives on Accounting, vol. 19, n° 4, 544-571.

Kamuf Peggy (2002), « Introduction: event of resistance », in KAMUF, Peggy (dir.), Without alibi, Stanford University Press, Stanford, 1-27.

Kamuf Peggy, (2007), « Accounterability », Textual practice, vol. 21, n° 2, 251-266.

Laughlin Richard, (1988), « Accounting in its Social Context: An Analysis of the Accounting Systems of the Church of England », Accounting, Auditing & Accountability Journal, vol. 1, n° 2, 19-42.

Laughlin, Richard (1990), « A model of financial accountability and the Church of England », Financial Accountability & Management, vol. 6, n° 2, 93-114.

Lévinas Emmanuel (1974), Autrement qu’être ou au-delà de l’essence, Livre de Poche, Paris.

Lévinas Emmanuel (1991), Entre nous (Essais sur le penser à l’autre), Livre de Poche, Paris.

Lightbody Margaret (2000), « Storing and shielding: financial management behaviour in a church organization », Accounting, Auditing & Accountability Journal, vol. 13, n° 2, 156-174.

Lightbody Margaret (2003), « On Being a Financial Manager in a Church Organisation: Understanding the Experience », Financial Accountability & Management, vol. 19, n° 2, 117-138.

Linguet, Simon-Nicolas-Henri (1748), Lhistoire impartiale des Jésuites, Paris.

McKernan John Francis (2007), « Objectivity in accounting », Accounting, Organizations and Society, vol. 32, n° 1-2, 155-180.

McKernan John Francis, (2012), « Accountability as aporia, testimony and gift », Critical Perspectives on Accounting, vol. 23, n° 3, 258-278.

McKernan, John Francis & John Dunn (2003), « Reflection and the destruction of accounting knowledge », Critical Perspectives on Accounting, vol. 14, n° 4, 441-477.

McKernan John Francis & Katarzina Kosmala (2004), « Accounting, love and justice », Accounting, Auditing & Accountability Journal, vol. 17, n° 3, 327-360.

McKernan John Francis & Katarzina Kosmala (2007), « Doing the truth: religion  deconstruction  justice, and accounting », Accounting, Auditing & Accountability Journal, vol. 20, n° 5, 729-764.

McKernan John Francis & McPhail Ken (2012), « Accountability and accounterability », Critical Perspectives on Accounting, vol. in press.

Messner Martin (2009), « The limits of accountability », Accounting, Organizations and Society, vol. 34, n° 8, 918-938.

Parker Lee D. (2001), « Reactive planning in a Christian Bureaucracy », Management Accounting Research, vol. 12, n° 3, 321-356.

Parker Lee D. (2002), « Budgetary incrementalism in a Christian bureaucracy », Management Accounting Research, vol. 13, n° 1, 71-100.

Quattrone Paolo (2004), « Accounting for God: accounting and accountability practices in the Society of Jesus (Italy, XVI-XVII centuries) », Accounting, Organizations and Society, vol. 29, n° 7, 647-683.

Quattrone Paolo (2009), « Books to be practiced: Memory, the power of the visual, and the success of accounting », Accounting, Organizations & Society, vol. 34, n° 1, 85-118.

Roberts John (1991), « The possibilities of accountability », Accounting, Organizations and Society, vol. 16, n° 4, 355-368.

Roberts John (2009), « No one is perfect: The limits of transparency and an ethic for ’intelligent’ accountability », Accounting, Organizations and Society, vol. 34, n° 8, 957-970.

Roberts John & Scapens Robert (1985), « Accounting systems and systems of accountability – understanding accounting practices in their organisational contexts », Accounting, Organizations and Society, vol. 10, n° 4, 443-456.

Rodinson Maxime (1966), Islam et Capitalisme Seuil, Paris.

Sandall Robert (1947), The History of the Salvation Army, vol. 1: 1865-1878, Thomas Nelson and sons, London.

Sandall Robert (1950), The History of the Salvation Army, vol. 2: 1878-1886, Thomas Nelson and sons, London.

Scapens Robert W. & John Roberts (1993), « Accounting and control: a case study of resistance to accounting change », Management Accounting Research, vol. 4, n° 1, 1-32.

Schweiker W. (1993), « Accounting for ourselves: accounting practices and the disclosure of ethics », Accounting, Organizations & Society, vol. 18, n° 2-3, 231-252.

Shearer Teri (2002), « Ethics and accountability: from the for-itself to the for-the-other », Accounting, Organizations and Society, vol. 27, n° 6, 541-573.

Weber Max (1921), L’éthique protestante ou l’esprit du Capitalisme Seuil, Paris.

Weber Max (1922a), Économie et Société Seuil, Paris.

Weber Max (1922b), Sociologie de la religion Gallimard, Paris.

Wesley John (1765), Wesley’s notes on the Bible Zondervan, Amsterdam.

Wesley John (1956), The standard sermons of John Wesley, Epworth Press, London.

Haut de page

Notes

1 Le concept d’accountability, tel que notre étude s’attache à le définir dans la partie 1.1, n’a pas d’équivalent dans la langue française. Les notions de comptabilité, de redevabilité ou de responsabilité n’en recouvrent que très imparfaitement certains aspects. Cette aporie linguistique explique la relative absence d’études consacrées à cette notion dans la littérature francophone.

2 II Rois12:4 ; I Chroniques 27:24 ; II Chroniques 26:11 ; Job 33:13 ; Psaumes 144:3 ; Ecclésiaste 7:27 ; Matthieu 12:36, 18:23, Luc 16:2 ; Actes 19:40 ; Romains 14:12 ; I Corinthiens 4:1 ; Philippens 4:17 ; Phiémon 1:18 ; I Pierre 4:5 ; II Pierre 3:15.

3 Historiquement, Soupe, Savon, Salut a constitué la devise de l’Armée du Salut et a servi de base idéologique à la conduite de la congrégation.

4 Ahrens & Chapman (2002, 2007) étudient l’accountability à travers la confection des menus dans une chaîne de restauration britannique ; Quattrone (2004, 2009) s’intéresse à l’accountability des pêchés dans la société de Jésus à la Renaissance italienne ; Messner (2009, p. 928) présente l’accountability des chefs à travers leur cuisine.

5 Avant septembre 2005, la participation à la vie de la paroisse n’était pas orientée par la recherche et aucune collecte d’information systématique ne prenait place. Néanmoins, cette participation a procuré une forme de préconnaissance de ce qui allait ensuite devenir l’objet empirique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vassili Joannides et Stéphane Jaumier, « Résister à l’emprise de la gestion : ce que l’armée du salut nous apprend », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/1244 ; DOI : 10.4000/nrt.1244

Haut de page

Auteurs

Vassili Joannides

École de management de Grenoble

Stéphane Jaumier

École de management de Grenoble

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org