Navigation – Plan du site
Matériaux

La consubstantialité des expériences de travail professionnelles et domestiques

The consubstantiality of professional and domestic experiences of work
Consubstancialidad de las experiencias de trabajo profesionales y domésticas
Anne Flottes

Résumés

Au-delà de l’emploi, quels liens les pathologies attribuées au travail ont-elles avec la division sexuelle du travail et les rapports sociaux, dont le genre ? À partir de son expérience d’intervenante, l’auteure montre qu’analyser les activités de travail suppose de tenir compte de la consubstantialité du travail professionnel et domestique. Elle éclaire quelques dynamiques, sociales et subjectives, de travail, caractérisée par des illusions individuelles et collectives de croissance infinie et de toute-puissance technique. Si l’effondrement de ces représentations produit des troubles, élaborer ces crises révèle, fut-ce en creux, l’empreinte des rapports sociaux et des espaces de subversion.
Depuis 20 ans, Anne Flottes intervient sur des lieux de travail en réponse à des demandes de collectifs confrontés à des « souffrances » jugées insupportables. Elle fonde son action sur une diversité d’expériences professionnelles − secteur public et privé, production et services, cadre et ouvrière −, et scientifiques −sociopolitiques, ergonomique, psychodynamique du travail.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article ne relate pas le résultat synthétique d’une recherche aboutie, il tente seulement de mettre en mots, sans les euphémiser, les questions que pose une pratique singulière de travail du travail, du point de vue des troubles de la santé attribués au travail. Les analyses menées avec les personnes concernées dans cette perspective construisent une analyse de leur activité singulière et de ses vicissitudes. Si, les contraintes du contexte, les conflits hiérarchiques et les conflits intrasubjectifs sont au cœur des embarras du travail, les rapports sociaux de sexe n’apparaissent qu’en ombre chinoise, aussi présents qu’inaccessibles.

2Faute de pouvoir aujourd’hui m’appuyer sur des interprétations validées, le texte qui va suivre n’abordera pas directement les rapports sociaux de sexe. Il décrira les multiples façons dont des femmes (et des hommes) vivent leur assignation de genre dans le travail professionnel et le travail domestique. Ce faisant, il défera quelques « évidences » communes, confirmera des références théoriques toujours actuelles, mettra en évidence des contradictions et des complexités ordinairement passées sous silence, suggérera les embarras que suscitent les analyses de terrains, proposera des hypothèses à remettre sur le métier.

3En m’appuyant sur des situations diverses réellement rencontrées dans des interventions, je montrerai que, pour les hommes et pour les femmes, chacun selon ses positionnements − de genre mais pas que de genre −, les activités de travail professionnelles et les activités de travail domestiques se construisent en écho. Du point de vue de la santé cependant, cette consubstantialité n’est pas univoque : la résonnance entre les deux champs peut, dans chaque histoire individuelle et collective, avoir un effet protecteur de la santé ou amplificateur des pathologies.

4Partant de l’hypothèse que la majorité des travailleurs butent sur une maladie d’époque caractérisée par l’effondrement d’illusions de toute-puissance technique, en même temps que de déni des rapports de domination-exploitation, je me demanderai ce qu’il en est du genre et des rapports sociaux de sexe dans ce contexte. Je terminerai en suggérant que l’enjeu de la domination et donc aussi celui de la subversion et de la santé, réside sans doute dans le degré de zèle ou d’indifférence des travailleuses et des travailleurs vis-à-vis non pas du travail, mais de la croyance aux images communes de « préventions des risques psychosociaux grâce au dialogue social », ou de droit à la « croissance » individuelle et collective infinie, à la juste « reconnaissance » du travail, etc.

1. Petite introduction théorique et méthodologique

5Les propos qui suivent s’appuient sur une pratique de consultante répondant à des demandes portant sur des « pathologies » dont les travailleurs et/ou leurs représentants sont convaincus qu’elles ont un lien avec le travail, mais sans être en mesure de préciser la nature de ce lien ; demandes collectives − émanant le plus souvent de représentants du personnel dans le cadre d’établissements de toutes sortes − ou demandes individuelles − accueillies, hors de tout contact avec leur structure de travail, dans le cadre d’un dispositif créé par les Mutuelles de France. Ces demandes ont en commun d’être, implicitement ou explicitement, inspirées par un intense ressenti de débordement délétère, et par la volonté de tout faire pour que cesse ce qui apparaît comme une souffrance d’autant plus insupportable qu’elle semble bloquée dans une dynamique de répétition sans issue.

  • 1 On trouvera un exposé théorique des principes de la psychodynamique du travail et de la méthode de (...)

6Je ne développerai pas ici les expériences qui m’ont amenée à me référer dans ces cas à la méthodologie de l’enquête en psychodynamique du travail1. J’en rappellerai seulement brièvement les fondements et les modalités concrètes.

7L’ergonomie a montré que l’organisation du travail, telle qu’elle est prescrite par les concepteurs et les stratèges − aussi bien intentionnés et compétents soient-ils − ne peut tenir compte ni de la variabilité du réel, ni des contradictions intrinsèques aux systèmes de travail −  faire bien, dans les délais, en sécurité, de façon économique : tous ces objectifs sont légitimes, mais ne sont pas congruents. Pour que soient effectivement produits des services et des objets, il faut que, sur le vif, les travailleurs inventent des façons de faire et assument des arbitrages. Ces savoir-faire ingénieux sont toujours risqués en tant qu’ils relèvent de l’intuition individuelle, qu’ils sont imprévisibles et décalés de la norme.

8La dynamique de l’activité réelle de travail est donc nécessairement complexe : techniquement parce qu’elle implique de contrevenir aux prescriptions, tout en s’appuyant sur elles pour construire entre collègues une coordination, qui tienne compte à la fois des résultats socialement attendus et des contraintes de la réalité ; subjectivement parce que la mobilisation qui anime le travail s’ancre à la fois dans les vicissitudes de l’histoire de chacun et dans les opportunités offertes, ou pas, par le contexte social, parce que travailler suppose d’abord pour chacun de se conserver soi-même en état de poursuivre cette activité dans la durée.

9Pour tout être humain, cette complexité fait de l’activité de travail un enjeu central dépassant de loin les seules questions habituellement posées de la préservation du statut social, et de la qualité observable des conditions de travail. Elle est aussi ordinairement source de souffrance. Il revient à la psychodynamique du travail d’avoir montré que travailler sans tomber malade suppose de construire, non seulement des savoir-faire ingénieux, mais aussi des processus psychiques partagés, des stratégies collectives de défense (SCD) permettant de mettre à distance les dimensions de l’activité qui risqueraient d’affecter les travailleurs au point de les empêcher de continuer à travailler. D’où l’ambivalence du zèle individuel et collectif qui permet de travailler dans la durée et avec une certaine satisfaction, mais en même temps nourrit l’exploitation, conforte la représentation que les prescriptions fonctionnent, et voile aux yeux des intéressés eux-mêmes une réalité douloureuse qui n’a pas disparu pour autant et peut donc réapparaître brutalement.

10J’insiste sur ce point essentiel : lorsque les savoir-faire ingénieux et les SCD fonctionnent, ils sont invisibles, et tout le monde, y compris les travailleurs pense que le travail est simple et qu’il se fait comme cela est prescrit. Les astuces de travail et les SCD ne se perçoivent que quand elles ratent. Plus exactement ce que chacun mesure alors ce sont les effets de leur mise en défaut. Mais pour sortir de l’impasse, il est nécessaire d’analyser ce qui était resté insu, afin de pouvoir reconstruire une dynamique de transformation quotidienne des pratiques et des coopérations qui rende le travail à nouveau supportable.

11Concrètement, lorsque des salariés nous sollicitent, directement ou par l’intermédiaire de leurs représentants, nous validons d’abord avec eux qu’ils ne sont pas confrontés à un problème « technique » de condition de travail relevant des pratiques d’un ergonome, ou à un conflit revendicatif que notre intervention ne saurait arbitrer ou résoudre par magie. Si des atteintes à la santé, énigmatiques (le plus souvent), ou une incapacité à travailler, manifestent que les SCD sont en défaut, nous nous assurons − en expliquant notre méthodologie et en exigeant des démarches individuelles de candidature −, qu’il existe bien une demande des personnes concernées − et pas seulement des directions ou même des représentants du personnel − pour s’engager dans le travail proposé.

  • 2 Le travail en tête à tête, fait avec des personnes accueillies individuellement et à leur seule ini (...)

12Notre intervention consiste alors à réunir un groupe de volontaires et un binôme d’intervenants pour analyser la psychodynamique de travail problématique. S’agissant de rendre intelligible ce qui est invisible et insu des intéressés eux-mêmes, c’est-à-dire non seulement ce que font les personnes, mais pourquoi elles font comme ça et ce que ça leur fait de faire ce qu’elles font, nous engageons uniquement un travail de parole. L’élaboration collective construit de nouvelles représentations, analyse les vicissitudes du zèle et les conflits occultés, dévoile que l’ingéniosité pourrait être orientée différemment, découvrant par là même des espaces d’action ignorés. Cette interprétation toujours parcellaire et inachevée de l’aventure commune est ensuite retranscrite par les intervenants dans un rapport provisoire, qui est précisément corrigé et complété par les participants avant d’être diffusé à l’ensemble de l’établissement. Notre intervention s’arrête là, renonçant à tout diagnostic et recommandation, afin de laisser la responsabilité de l’action aux travailleurs eux-mêmes, seuls experts légitimes de ce qui peut être transformé, et dans quel sens, pour favoriser une activité satisfaisante.2

13Notons d’emblée que ces demandes centrées sur des pathologies du travail ne font jamais aucune allusion au genre. Les catégorisations discriminantes, leurs effets pour l’organisation du travail et pour la santé des travailleuses et des travailleurs n’apparaissent donc dans nos interventions qu’au cours du travail et même le plus souvent de façon implicite… Ce qui, de mon point de vue, ne signifie pas qu’elles sont « périphériques » au travail et aux pathologies, mais qu’elles y sont à la fois incluses et voilées.

2. Des « co-constructions » des activités de travail professionnelles et domestiques, qui permettent de tenir, ou pas

  • 3 Pour en rester aux textes principaux, on peut citer les lois Roudy et les plans d’égalité professio (...)

14Progressivement, beaucoup d’interdits concernant l’emploi des femmes ont été levés, le taux d’activité des femmes se rapproche de celui des hommes, et elles sont majoritairement plus diplômées ; non seulement le cadre législatif affirme l’égalité des hommes et des femmes et sanctionne les discriminations, mais depuis plus de 30 ans, de multiples plans d’incitation à la promotion des femmes, parfois même appuyés par des mesures de discrimination positive, se sont succédés3. Certes il est encore bien des actions possibles pour favoriser une égalité statutaire des emplois, mais l’accumulation de ces dispositifs et l’analyse des données statistiques de leurs effets, justifie de mettre en doute l’efficacité de démarches exclusivement règlementaires. Dans nos interventions, la souffrance, l’énigme du ressenti délétère, ne portent pas tant sur l’emploi que sur l’activité elle-même ; et à ce niveau ce qui résiste à l’égalité dans le travail professionnel autant que dans le travail domestique apparaît beaucoup plus ambigu.

2.1 Même lorsqu’ils occupent les mêmes fonctions, les hommes et les femmes ne travaillent pas de la même façon, ne développent pas les mêmes pathologies, ne construisent pas les mêmes défenses

15Je prendrai d’abord l’exemple de ces conseillers téléphoniques auxquels nous avons tous eu à faire pour des demandes et/ou des réclamations, et à qui l’entreprise prescrit surtout de profiter de l’occasion pour « vendre au rebond » divers services supplémentaires.

16Sans surprise, les procédures à appliquer pour faire face aux réclamations sont construites pour réduire autant que possible les dépenses de l’entreprise, et les produits à placer sont moins avantageux pour le client que profitables à l’entreprise. Diverses incitations financières et des compétitions ludiques sont censées stimuler l’intérêt des conseillers à participer aux ventes attendues.

17En réalité, les conseillers sont d’autant moins dupes de ce qu’ils font que les usagers ne se laissent pas tous faire. Les appels ont beau être calibrés dans un temps fort court, et les rappels être mutualisés pour éviter que le client retombe sur le même salarié, les échanges sont fréquemment tendus voire agressifs. Sans compter que, hors temps de travail, les conseillers sont aussi à leur tour clients de leur propre entreprise ou d’une autre similaire, et qu’ils éprouvent alors eux-mêmes ce qu’ils font subir à leurs interlocuteurs.

18L’attrait du jeu et l’appât des (maigres) primes sont vite insuffisants pour entretenir la mobilisation, et poursuivre cette activité exige des SCD plus rudes : l’excitation de la compétition, le plaisir de la rivalité et l’ingéniosité de la manipulation sont dopées par une altérisation de l’interlocuteur (usager ou collègue), désormais considéré seulement comme un objet à soumettre.

19Si cette défense insue permet de tenir les objectifs, elle n’est pas sans effets délétères : les personnes reconnaissent que, même hors du travail, elles ne savent vivre que dans une excitation permanente, et qu’elles ne peuvent sortir qu’entre elles : « nous, on n’est pas des gentilles » ; les relations entre collègues et avec la hiérarchie sont violentes ; de jeunes hommes disent ne pouvoir cesser des pratiques sportives dangereuses, ou collectionner les aventures amoureuses sans parvenir à se stabiliser ; d’autres disent qu’eux, ça va, mais que leur femme est dépressive ; de jeunes femmes racontent qu’elles dépensent leurs primes en achats compulsifs ; d’autres femmes déplorent l’énervement incoercible qu’elles ramènent à la maison et font subir à leurs proches.

20Finalement, certaines conseillères en viennent à dire qu’en tant que « mères élevant seules de jeunes enfants », tenir ce positionnement les « fragilise trop ». Elles expliquent que « ça les épuise » de refuser des remboursements à des clients, parce qu’elles pensent à ce qu’il leur en coûterait à elles d’être privées de telles sommes d’argent ; elles racontent comment la tension indispensable pour maîtriser leurs interlocuteurs, leur est insupportable lorsque de retour chez elles, elles l’exercent aussi sur leur enfant. Elles décrivent alors comment pour préserver les conditions de leur activité de travail familiale, pour se préserver elles-mêmes et leurs enfants, elles ont inventé une autre façon de faire leur travail professionnel. Abandonnant la manipulation altérisante du client, elles s’efforcent de nouer une alliance avec lui − elles l’écoutent, lui expliquent ce qu’elles vont faire pour essayer de le satisfaire et ce qu’il pourra faire si ça ne marche pas, elles ne proposent que les produits qu’elles supposent correspondre à ses besoins et ne craignent pas de dénoncer certaines pratiques de l’entreprise.

21Au sein du groupe, ce discours produit à la fois un conflit véhément et un déplacement : certains participants s’insurgent qu’elles sapent ainsi les revendications sur le montant des primes, et portent atteinte à l’image valorisée et valorisante de l’entreprise, mais d’autres femmes osent dire qu’elles aussi travaillent de cette façon, et d’autres encore, hommes et femmes, impressionnés par leur apaisement manifeste, suggèrent qu’ils vont essayer cette stratégie. Ce qui ne veut pas dire que ces personnes travaillent désormais sans stratégies défensives − elles font un minimum de « chiffre » ! Mais de ces stratégies nous ne saurons rien, sauf qu’elles fonctionnent, c’est-à-dire qu’elles permettent de tenir ce travail sans tomber malade et donc qu’elles restent insues des personnes concernées, indicibles.

22On voit bien que le point discriminant de cette rupture n’est pas un quelconque instinct maternel ni une qualité naturelle des femmes (ou des hommes). C’est bien l’assignation de certaines femmes à des tâches domestiques spécifiques qui leur impose de réduire l’incohérence entre les savoir-faire et les stratégies défensives indispensables à leurs activités de production et de reproduction. Mais il n’est pas anodin (nous y reviendrons ultérieurement) que l’assignation de genre des conseillères se révèle, dans ce cas précis, protectrice de leur santé et que leurs stratégies puissent de ce fait ouvrir des perspectives de transformation de l’activité de travail y compris pour d’autres (hommes ou femmes) qui ne sont pas directement soumis à cette exigence de conciliation. Il est d’ailleurs tout aussi remarquable que ceux qui se sont révélés les plus réfractaires à cette orientation soient des hommes pris dans des assignations de genre différentes − en l’occurrence des fils d’immigrés chargés au nom de toute la famille de réaliser une ascension sociale rapide.

23La situation est remarquable d’un autre point de vue : le partage des rôles entre ceux qui assurent des « statistiques » élevées et celles qui maintiennent un certain calme des relations avec les clients, a été immédiatement perçu et apprécié par certain(e)s chefs d’équipe comme une bonne régulation collective, une condition favorable à leur propre activité. Ils l’entretiennent donc, ce qui protège l’invention de pratiques différenciées satisfaisantes.

2.2 Comment les choses se passent-elles alors dans des situations de travail exigeant des stratégies défensives beaucoup plus rigides ?

24J’évoquerai maintenant le cas d’une une usine de production d’équipements ménagers : la majorité des ouvrières y font un travail de montage, répétitif et sous contrainte de temps. L’angoisse partagée est de ne pas tenir. La stratégie défensive commune est d’affirmer qu’« une bonne ouvrière », travailleuse et dure au mal, peut arriver à tenir la cadence et la qualité.

25Mais pour éviter que cette conviction rassurante soit mise à mal par les débordements fréquemment observés, il faut tout faire pour être affectée dans un poste supportable et s’y maintenir, voire se démener pour sortir de l’atelier, au prix de manœuvres d’élimination des concurrentes potentielles et de soumission aux objectifs managériaux. Il faut aussi entretenir la représentation que les ouvrières qui en viennent à travailler à mi-temps le font parce qu’elles « ont les moyens » ; et que celles qui ne parviennent pas à tenir la cadence sont des jeunes inexpérimentées, ou des anciennes qui « se déclenchent » des crises de tétanies ; il faut se convaincre que celles qui sont contraintes à accepter des postes aménagés, soi-disant « doux » et en tout cas inintéressants, ne sont pas des personnes handicapées par les mauvaises conditions de travail, mais des demeurées ou des feignantes. Il s’en suit des rivalités qui sont attribuées sur la « naturelle propension des femmes à la mesquinerie et aux jalousies ». Et aussi − c’est généralement ce qui provoque nos interventions −, des pathologies plus graves lorsque les ouvrières qui avaient tenu ces propos sont elles-mêmes mises en défaut − incapables de tenir ou brusquement mal évaluées −, ou lorsque le dénigrement collectif d’une collègue « ex-bonne-ouvrière-ne-parvenant-plus-à-suivre » est suivi de son suicide.

26Si l’on compare avec des situations similaires de travail parcellisé sous contrainte de temps concernant des ouvriers, par exemple dans l’assemblage automobile, les défenses mises en place pour tenir dans ces activités extrêmement contraignantes ne sont guère différentes, et en tout cas pas moins dangereuses pour la santé.

27Il n’y a pourtant rien là non plus d’inéluctable. Avec des organisations du travail similaires, des collectifs d’ouvrières peuvent construire des coopérations plus protectrices. En tant que consultante, je ne suis jamais conviée à les observer, et je me garderais bien de tomber dans une naïveté ouvriériste ou dans l’idéalisation de certains témoignages faits a posteriori. Pour avoir cependant été moi-même ouvrière dans plusieurs entreprises de l’électronique, je maintiens qu’il existe aussi des réseaux de coopération et de résistance au management dans les ateliers. Sans ces constructions collectives, personne ne pourrait tenir et en même temps elles restent toujours potentiellement pathogènes : on ne peut pas s’affranchir de cette complexité. Il s’agit en effet de coopérations fondées sur ce que j’appelle une solidarité « technique », c’est-à-dire relevant non pas de la morale, mais de l’organisation quotidienne de bricolages par celles et ceux qui réalisent l’activité afin qu’elle soit supportable ; il s’agit de résistances qui peuvent déboucher sur des actions revendicatives, mais qui restent le plus souvent invisibles. Pour peu que les équipes soient suffisamment stables, ces échanges discrets entre ouvrières débordent rapidement sur la prise en compte des contraintes domestiques, non pas comme il est souvent dit, parce que les femmes seraient bavardes et peu intéressées par leur travail, mais parce que mettre en cohérence leurs activités professionnelles et extraprofessionnelles fait intégralement partie du travail et qu’elles peuvent ainsi d’une certaine façon collectiviser ce travail d’ajustement. Mais là encore il ne s’agit pas d’idéaliser, cette mise en cohérence est ambivalente par rapport à la santé, puisqu’elle peut conduire soit à compenser/desserrer les contraintes − en échangeant des services, des horaires, des recettes, etc. − soit à les entretenir − en rivalisant de rapidité/dextérité dans les tâches professionnelles et domestiques.

  • 4 Parmi bien d’autres aventures collectives accessibles citons, un livre (Rossignol, 2008) et deux fi (...)

28Les récits, recueillis par des observateurs extérieurs peuvent sans doute être marqués par un certain enjolivement et ils ne disent évidement pas toutes les ambigüités du travail. Mais plus ou moins explicitement derrière les coopérations pour lutter contre des fermetures ou des réorganisations, pour tenter de construire des coopératives préservant un emploi, ou au moins des actions sociales protectrices pour la santé, transparaissent les expériences précédemment partagées pour tenir durablement dans les activités professionnelles et domestiques4.

2.3 Les travaux de « care », parce que pratiqués par des collectifs féminins et réputés cohérents avec les activités de reproduction, seraient-ils alors plus favorables à la santé ?

29Les stratégies collectives de défense (SCD) emblématiques, celles qui ont été mises à jour les premières par la psychodynamique du travail, renvoient à des situations de travail dangereuses pour la vie des travailleurs. Il est alors apparu que des défenses permettant de dénier la perception du danger − danger dont chacun n’est que trop conscient − ou au moins le risque du danger « pour soi-même » sont une condition sine qua non pour réussir à travailler. Les situations initialement étudiées étant des travaux d’hommes (les travailleurs du bâtiment, des industries chimiques, les pilotes de chasse), leurs SCD décrites sont « viriles » (P. Molinier, 2006). Mais sous des formes moins héroïques, plus « féminines », des ouvrières confrontées au risque de pathologies physiques dans des ambiances toxiques (ce qui a toujours existé, bien que cela ait été largement minoré, et reste fréquent avec le développement des nanotechnologies et des produits cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques) recourent à des processus de déni similaires.

30Ultérieurement, Pascale Molinier (2006) a montré que des infirmières confrontées à la peur et au dégoût de la dégradation du corps s’en débrouillent tout autrement. Il est effectivement important de noter que dans la plupart des métiers « féminins » étudiés, les travailleuses sont moins confrontées au danger pour elles-mêmes (encore que cela soit le cas pour les soignantes de personnes potentiellement porteuses de maladies transmissibles), qu’à la difficulté de côtoyer la mort et la souffrance des autres. De plus, dans ces situations, la mort, la maladie, la déchéance ne peuvent être déniées, puisque c’est l’objet même de l’activité. Tenir de telles activités de travail suppose donc d’autres constructions. Comme le dit Hélène Chaigneau (2011), « Plus les malades sont au centre des préoccupations professionnelles qui nous rassemblent […] moins le système hiérarchique dans sa rigidité nous importe. […] Dans un fonctionnement moins hiérarchique, les infirmiers vont devoir imaginer une organisation de leur travail qui permette de tenir et d’offrir une disponibilité fidèle. […] s’atteler à la tâche de découvrir quelle peut être leur place et à quoi servent les voisins, dans une lutte commune contre la solitude, la désespérance, la peur, la maladie, devant l’inéluctabilité de la mort qui n’est pas affaire de soin, mais qui sans cesse l’enlace. »

31Mais si l’on considère le nombre des demandes auxquelles nous répondons et qui concernent des salarié(e)s du soin, de l’éducation ou des divers services sociaux, ces constructions capables de préserver à la fois les bénéficiaires du travail et les travailleuses et travailleurs concernés, ne vont pas de soi.

32Je prendrai l’exemple d’un établissement d’accueil d’enfants placés par l’aide sociale à l’enfance (ASE). Notre intervention, mystérieusement justifiée par « une histoire lourde dont le traumatisme demeure vivace » malgré les actions entreprises, suscite tant de volontaires qu’il faut tirer au sort les participant(e)s. L’histoire en question comporte plusieurs étapes vécues par les plus anciens : initialement orphelinat pour fillettes méritantes, l’établissement se modernise dans les années 1980 ; d’autres enfants sont accueillis et des éducateurs embauchés qui vivent comme « un âge d’or » une brève phase d’ouverture socioculturelle passionnante, bien qu’elle ne répugne pas aux méthodes musclées. Rapidement vient un « temps de splendeur et d’autoritarisme » marqué par des projets mirifiques qui échouent, des soupçons de magouilles financières et une guerre de clans entre les salarié(e)s : la peur et le manque de confiance mutuelle s’installent, entre adultes et vis-à-vis des jeunes. Il faut dire que les enfants qui arrivent sont en plus grande difficulté, que les exigences sociales croissent, et que les moyens financiers diminuent.

33Le cataclysme final est la création d’un service dédié à la prévention de la délinquance, fonctionnant sur un accueil provisoire et un accompagnement (en réalité un contrôle rapproché) des familles. Tout le personnel idéalise cette perspective qui réduirait les besoins d’internat. Les professionnels, confrontés à une misère globale qui les déborde, tentent de personnaliser les difficultés ; ils se persuadent que de « bons éducateurs » à la fois « aimants » et « capables de dire “non” sans crainte de ne pas être aimés » pourraient résoudre les problèmes de comportement qu’ils attribuent à des « parents défaillants », et répondre à l’injonction politique de résorber l’inadaptation scolaire des enfants. Mais rien ne marche : les enfants sont finalement placés ou pris en internat, les éducateurs ne parviennent pas à contenir les groupes sans recourir à une violence aujourd’hui interdite, ils se sentent en échec, s’accusent mutuellement tout en attendant des miracles de la part des collègues et de la direction.

34Et les troubles se multiplient lorsque des éducateurs sont soupçonnés de violenter ou de laisser violenter des petits, ou lorsque des éducatrices, persuadées d’être des mères « normales » et « aimantes », en même temps que des éducatrices compétentes, ne parviennent pas mieux à éviter les comportements « inadaptés ». Pas plus de la part de leurs propres enfants que de ceux dont elles ont la charge professionnelle.

35L’équipe a pu, un temps, être soudée autour de l’illusion d’un beau projet de prévention de la délinquance et d’éducation d’enfants en difficulté, autour de l’espoir d’éviter cette lutte commune dont parle Hélène Chaigneau. Mais de telles représentations risquent de provoquer de graves difficultés lorsqu’elles s’effondrent. Dans ces situations, la similitude des activités professionnelles et domestiques non seulement ne protège pas, mais elle risque au contraire de jouer un rôle amplificateur de la mise à mal des stratégies de défense de façon concomitante dans les sphères professionnelle et domestique.

3. Le genre, périphérique ? Non, mais pas « suffisant »

36Dans ces histoires, la question des rapports sociaux de sexe en tant que rapport social de domination-exploitation dans le travail n’est jamais posée. Ce que le travail fait apparaître et même parfois explicitement prendre en compte c’est la consubstantialité des activités de travail professionnelles et domestiques pour les femmes chargées du « care » familial, comme pour les hommes pourvoyeurs des revenus et d’autorité, responsables de la position sociale de la famille. Et sans doute aussi, pour les autres, ceux dont nous ne savons pas décrypter avec quel conflit d’activités et de contraintes ils doivent composer. Car la vie hors travail n’étant pas élaborée dans nos interventions, ce qui en est mis en mot grâce au travail des groupes se révèle bien peu généralisable. Les processus dévoilés sont à la fois trop divers, et trop parcellaires. Même lorsqu’on l’on perçoit ce qui échoue et perturbe, il est bien hasardeux d’en déduire ce qui reste hors champ, justement parce que ça fonctionne.

3.1 Si l’on tente cependant de synthétiser ces instants tragiques de mise en crise des processus de travail, il semble tout d’abord que le genre s’efface

  • 5 Voir les définitions de Pascale Molinier (2006, p. 194 et 216) : les stratégies collectives de défe (...)

37Les processus d’effondrement des stratégies de défense – et plus encore des idéologies de défense5 – que je rencontre aujourd’hui ont, pour la grande majorité des travailleuses et des travailleurs quelques points communs. Ils se repèrent à cette étrange expression, évidemment uniquement dicible au passé : « nous avions voulu/préféré croire que… » (Flottes, 2013b).

38Il semble que progressivement, à la faveur des 30 glorieuses et de notre enrichissement par l’exploitation coloniale, se soit installée une représentation partagée, conjuguant la confiance en un progrès infini − du développement technique susceptible d’assurer une amélioration continue de la consommation des biens et services produits, du bien-être au travail, des progressions sociales individuelles, etc. − et la croyance que les rapports sociaux pourraient se résoudre dans un « dialogue social » sur les organisations du travail « objectivement » les plus adaptées.

39Les rivalités, les conflits d’intérêts et les contradictions intrinsèques au travail n’ont évidemment pas disparu, ni au sein des collectifs de travail ni entre dominants et dominés. De plus la croissance du PIB par habitant s’est arrêtée (sans doute définitivement). Mais pour continuer à travailler en éloignant les embarras douloureux, chacun a « préféré » continuer à penser que l’augmentation prescrite de la production et des profits était accessible en même temps que le « risque zéro », qu’il pouvait être un consommateur comblé en même temps qu’un héros en progression constante, à condition d’accepter la « modernité », et que ceux qui n’y parvenaient pas étaient des personnes fragiles, résistantes aux changements, incompétentes, etc. Jusqu’à ce que cette illusion s’effondre lorsque les uns et les autres basculent à leur tour, à l’occasion d’un évènement banal, du côté des faibles, des dupés, des rejetés. Les ravages pathogènes de la culpabilité objective (Gaignard, 2008) sont alors à la mesure du fait que chacun savait qu’il aurait dû savoir, que ce n’était qu’une illusion, et qu’il avait en fait agi au service de l’exploitation du travail des dominés proches ou lointains, avant d’être mis à mal comme les autres.

40Mais ce moment de désillusion peut aussi être celui où chacun découvre comment le drame s’est noué, discerne qu’il s’agit là des vicissitudes du zèle au travail et non de questions d’intelligence, de personnalité ou de morale, perçoit aussi ce qu’il a fait et qu’il aurait pu faire autrement ou ne pas faire, mesure enfin ses propres ambigüités et le fait qu’elles sont ordinairement humaines donc partagées. C’est une opportunité de liberté et de solidarité de fait.

  • 6 Voir par exemple Sociologie du travail (2011).

41Ce sont de telles expériences, maintes fois vécues, qui m’incitent à dénoncer sans relâche le soi-disant concept de « facteurs de risques psychosociaux » et les démarches de prévention prétendant les réduire. Non seulement cette assimilation de la santé psychique à la santé physique est largement dénoncée dans la communauté des chercheurs s’intéressant au travail6, mais, en installant les travailleurs en objet passifs d’organisations du travail maltraitantes ou de managers pervers, cette représentation, détourne de l’analyse des conflits sociaux et psychiques qui animent le travail, désamorce et dévalorise les tentatives de transformation discrète des activités par les travailleurs eux-mêmes, là où les marges de liberté se révèlent, là où elles peuvent être réellement subversives.

42Sur cette dimension du travail, sur ce point déterminant des enjeux psychiques et politiques de préservation de l’ingéniosité et de la mobilisation des travailleurs, je serais bien en peine de discriminer de façon décisive en quoi les hommes et les femmes se différencieraient. Et si la nature de l’activité de travail, l’aventure de la situation de travail dessinent des modalités singulières, le processus semble caractériser notre contexte historique et géographique commun. Une preuve pourrait en être cette déploration commune et lancinante d’un « manque de reconnaissance » qui occupe immanquablement le début de toutes nos interventions… et qui finit tout aussi régulièrement par apparaître comme l’exigence que soit reconnu, non pas l’activité productrice elle-même, mais ce que chacun ressent avoir engagé de lui-même contre lui-même… « Nous avions fait tant d’effort pour rentrer dans leur définition du bon travail, pour faire gagner des sous à l’entreprise » enrageaient ainsi des conseillères en assurance après qu’elles aient été privées d’une prime sur laquelle elles comptaient parce qu’elles avaient déployé un grand savoir-faire pour sous-évaluer les remboursements des sinistres, et qui ne leur avait finalement pas été attribuée parce qu’elles n’avaient pas obtenu de résultats suffisants aux enquêtes de satisfaction des clients... ce qui était bien justifié, elles ne le savaient que trop bien.

3.2 Et pourtant, les hommes et les femmes ne tombent pas malades des mêmes pathologies…

43Les statistiques sont sans appel : les suicides concernent majoritairement des hommes tandis que les tentatives de suicide sont plus souvent féminines. Si les insomnies, la perte de confiance et d’estime de soi, sont évoqués par tous, les femmes se plaignent plus de « harcèlement », de peur de retourner au travail, de dépression, de burn-out, et les hommes de surcharge de travail, d’épuisement, de débordement de violence.

44Certes, ce n’est pas nouveau, les maladies sont socialement définies (Murat, 2011), soit parce qu’on ne mesure que ce qui correspond aux représentations − ainsi les femmes étant réputées travailler dans des postes « doux », leur morbidité liée au travail n’a longtemps pas été évaluée (Bruno et al., 2011) −, soit parce que les personnes elles-mêmes expriment leur mal dans les cadres sociaux disponibles, qui différent selon qu’on est homme ou femme, encadrant(e) ou ouvrier(e), etc.

45Reste que le rapport des hommes et des femmes aux pathologies (et singulièrement aux pathologies psychiques) attribuées au travail apparaît différencié de façon presque caricaturale. Il ne me semble ainsi pas anodin que les femmes soient proportionnellement plus nombreuses que les hommes, aussi bien dans les personnes qui sollicitent notre dispositif d’accueil « souffrance et travail » que dans les volontaires qui participent aux groupes d’enquête en psychodynamique du travail. Et encore moins que ce soient souvent les participantes qui fassent avancer l’élaboration et qui la portent ensuite avec le plus de constance, soit lors de la rédaction des rapports d’enquête, soit dans leur suivi au sein des instances représentatives. Mais s’il arrive fréquemment que les participants s’étonnent que la composition du groupe ne reflète pas celle de la population, s’ils donnent souvent alors des motifs à cette distorsion en termes de métier, aucune explication en termes de genre n’est jamais évoquée. Je ne peux donc que faire des hypothèses d’interprétation non validées.

46Les femmes seraient-elles plus malmenées par le management actuel ? Seraient-elles plus sensibles à l’approche centrée sur le concret de l’activité de travail que nous proposons ? Capables comme les hommes de dénier les dangers pour soi-même, seraient-elles plus sensibles aux dangers « pour autrui » (que ce soit le client ou les collègues) ? Ces interprétations seraient simples, au sens où elles pourraient facilement être mises en relation avec leur assignation au travail de « care », voire même être convoquées pour nourrir une représentation essentialiste des différences entre hommes et femmes au travail. L’ennui c’est qu’elles ne rendent pas compte des situations (pas si rares) où les femmes sacrifient durablement leur travail domestique à leur travail de professionnel…

47Les femmes sont-elles seulement, moins engagées, non pas dans le travail, mais dans l’idéologie dominante héroïque de « toute-maîtrise », moins entièrement dupes des promesses de promotion, moins capables de ne pas voir la domination à l’œuvre et donc plus susceptibles de prendre le risque de perdre ce qu’elles savent ne pas pouvoir réellement obtenir ? Ce serait donner corps à l’utopie de « l’indifférence fondée sur la raison » que Virginia Woof proposait dans Trois guinées comme mot d’ordre pour la « société des marginales » qu’elle aurait voulu fonder avec les « filles d’hommes cultivés ». On en rêve toujours !

48Mais si tel était le cas, les femmes seraient sans doute moins atteintes par les pathologies actuelles : elles seraient moins quérulentes dans l’exigence, que leur souffrance soit reconnue, que l’ingratitude du management et de leurs proches condamnée. On verrait moins de femmes malades de ne pas être « appréciées » par leur patron ou leurs subordonnés comme des salariées parfaites, en même temps que par leurs conjoint et enfants comme des mères parfaites.

49Il se peut que certaines femmes manifestent plus vite et plus facilement des pathologies qu’elles ont alors l’opportunité de travailler au lieu de casser brutalement ; tandis que certains hommes, dont les défenses professionnelles et hors travail seraient plus congruentes, seraient plus atteints face à une double désillusion. Mais justement, ce n’est pas le cas de toutes les femmes, pas le cas de tous les hommes.

50Il est vrai que certaines femmes se rétablissent, avec indignation mais soulagement, dès qu’on lâche la fascination pour le harcèlement et que l’on construit des interprétations en termes de rapports sociaux orientés par l’exploitation de leurs activités de production et de reproduction. Mais cela suppose toujours un travail, et il est frappant de constater avec quelle facilité, au moment même où le concept de genre se diffuse, bien des travailleuses, individuellement, se convainquent qu’elles, personnellement, ne sont pas concernées.

51Cet effacement qui permet de se couler avec zèle dans les systèmes de management par la promesse de « monter » rapproche d’autant plus les femmes des hommes qu’elles croient pouvoir prétendre à un niveau élevé de rétribution financière ou statutaire. Certaines femmes ont une position de chef de famille, gagnent plus que leur conjoint, peuvent s’offrir des aides domestiques pour garantir une disponibilité professionnelle sans faille. Mais le risque de désillusion et de décompensation n’en est alors que plus grand, pour celles qui, tôt ou tard, sont confrontées aux contradictions entre leurs aspirations professionnelles et leurs contraintes domestiques, ou pire, à la butée de leur carrière alors même qu’elles y avaient sacrifié toute vie intime.

52Car les inégalités n’ont évidemment pas disparu, même si elles se sont déplacées. Il est significatif et paradoxal de constater que les femmes, qui sont par ailleurs reconnues par les assurances comme moins à risques graves que les hommes, soient plus qu’eux prises au piège de la prévention médicale des risques psychosociaux.

53Parce que les médecins du travail, les préventeurs, les représentants du personnel partagent la représentation que les femmes seraient plus « fragiles » que les hommes, qu’elles seraient plus sensibles au « contexte relationnel », que la dimension technique de leur activité serait négligeable, et que le travail professionnel leur serait moins indispensable, elles sont, au premier signe de trouble, à la première plainte de difficulté avec des collègues ou des supérieurs, protégées par des antidépresseurs, par des « inaptitudes relationnelles », par des invalidités pour burn-out… En fait, elles sont ainsi mises progressivement hors des « risques » du travail, c’est-à-dire privées du risque d’être affectées par leur travail, mais aussi privées de l’opportunité de construire quelque chose de différent dans leur activité de travail professionnel et extraprofessionnel, renvoyées au chômage ou aux seules activités domestiques. Sans doute certaines personnes confortent-elles intentionnellement ou non de telles démarches. Mais, le plus souvent, les travailleuses concernées sont là aux prises avec les effets de rapports sociaux imbriqués. Elles perçoivent bien, et cela ne fait qu’aggraver leur état, que cette mise à l’écart du marché du travail renvoie moins à un souci pour leur santé qu’au besoin de préserver un système d’exploitation/domination que leur « non-conformité » même limitée et leurs manifestations « pathologiques » risquaient de perturber.

Et alors, quoi de neuf ?

54Au bout du compte, ces quelques réflexions ne font qu’illustrer ce que Danièle Kergoat a analysé et écrit depuis longtemps : que les rapports sociaux de classe, de genre et de race sont caractérisés et hiérarchisés par et pour le travail, qu’ils sont consubstantiels et historiquement déterminés. Mais aussi, et c’est justement ce qui préserve du déterminisme, que « Refuser de raisonner sur des entités figées […], cela permet de remettre au centre le sujet politique (et non pas seulement des victimes des dominations) en prenant en compte toutes ses pratiques ambivalentes et souvent ambigües. C’est un effort pour penser − et donner une méthode pour penser − tant la pluralité des régimes de pouvoir que l’alchimie qui transforme, à plus ou moins long terme, cette domination pourtant intériorisée en pratiques de résistances. C’est donc une méthode pour détecter les germes d’utopie dans les situations présentes. » (Kergoat, 2010)

55Remettre au centre le sujet politique, en restaurant une dynamique subjective et collective plus lucide sur les différents rapports sociaux et leurs effets, c’est bien ce que nos pratiques s’efforcent de faire… Mais elles découvrent alors des embarras nouveaux. S’il existe ponctuellement des exemples de déplacement du zèle au travail et de résistance à l’exploitation par le système des stratégies défensives communes, ils me semblent chaque fois singuliers et je ne parviens pas aujourd’hui à les théoriser et encore moins à en esquisser une utopie porteuse de changement. Ce qui ressort est plutôt que les représentations soutenant le système par l’effacement des rapports d’exploitation/domination sont inégalement mais désespérément attrayantes.

56Finalement c’est du côté de la, ou plutôt des crises économiques, écologiques, politiques que me semblent pouvoir être trouvés les germes les plus prometteurs de résistance : si la mise à mal des défenses collectives et individuelles provoque des drames, elle permet aussi de révéler, de partager au plus près du travail quotidien, les résistances ingénieuses et imprévisibles, les inventions des dominés − des femmes, mais pas toutes et pas que. En même temps, les désillusionnés, ceux et celles qui convaincus de leur non-conformité sont devenus inaccessibles aux appâts du management, ceux et celles qui ayant éprouvé l’ambigüité de leur volonté d’héroïsme préfèrent désormais ne pas mettre leur zèle dans cette affaire, ceux et celles qui ne croient plus que les dominants puissent être contraints à changer et à abandonner leurs privilèges, mettent leur intelligence à bricoler au quotidien des activités plus supportables… Sans doute est-ce dans ces pratiques discrètes de travail que quelque chose de nouveau peut apparaître concernant les rapports sociaux de sexe ? L’ennui c’est qu’elles restent largement inaccessibles aux regards extérieurs…

Haut de page

Bibliographie

Bruno A.-S., Geerkens É., Hartzfel N. & C. Omnes (2011), La santé au travail entre savoirs et pouvoirs, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Dejours C. (2008 [1980]), Travail, usure mentale, Paris, Nouvelles Éditions Bayard.

Chaigneau H. (2011), « Paroles », Institutions (Hors-Série), coll. La Boîte à outils.

Dorlin E. et al. (2010), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF, coll. Actuel Marx Confrontation.

Flottes A. (2013a), Travailler, quel boulot ! Les conflits du travail, enjeux politiques du quotidien, Paris, Syllepse.

Flottes A. (2013b), « “Nous avons voulu croire”, une maladie politique », Travailler, n° 29.

Gaignard L. (2009), « Fatalisme économique, ambition et psychose de souhait », Travailler, n° 20.

Kergoat D. (2012), Se battre, disent-elles…, Paris, La Dispute.

Kergoat D. (2010), « Dynamique et consubstantialité des rapports sociaux », in Dorlin E. et al., Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, Paris, PUF, coll. Actuel Marx Confrontation.

Molinier P. (2006), Les enjeux psychiques du travail, Paris, Payot.

Murat L. (2011), L’homme qui se prenait pour Napoléon. Pour une histoire politique de la folie, Paris, Gallimard.

Rossignol S., Notre usine est un roman, La Découverte, Paris, 2008

« Maux du travail : dégradation, recomposition ou illusion ? » (2011) (Dossier), Sociologie du travail, n° 53.

Filmographie
Helia M. (2000), Les filles de la sardine, Paris-Brest Production (50’).

Otero M. (2010), Entre nos mains, Archipel 33/Denis Freyd (87’).

Haut de page

Notes

1 On trouvera un exposé théorique des principes de la psychodynamique du travail et de la méthode de l’enquête en psychodynamique du travail chez Dejours (2008) et Molinier (2006).
Mon cheminement théorique et pratique, ainsi que des exemples précis montrant les conditions et les modalités concrètes de mes interventions, les résultats qu’il est possible d’en attendre et ce à quoi il est en revanche indispensable de renoncer, sont développés dans Flottes (2013).

2 Le travail en tête à tête, fait avec des personnes accueillies individuellement et à leur seule initiative dans le cadre du réseau créé à Lyon par les Mutuelles de France, repose sur des principes identiques de volonté d’élaboration du travail dans toutes ses dimensions, et de suspension localisée de l’action. La seule différence est que dans ce cas aucun compte rendu n’est fait à l’entreprise qui ignore tout de la démarche des personnes, pas plus d’ailleurs qu’à un médecin du travail, des représentants du personnel ou un avocat.

3 Pour en rester aux textes principaux, on peut citer les lois Roudy et les plans d’égalité professionnelle de 1983, la loi Génisson relative à l’égalité professionnelle de 2001, la loi relative à l’égalité salariale entre les hommes et les femmes de 2006, les contrats pour la mixité professionnelle de 2011, et les mesures en cours de préparation qui comportent toutes des propositions similaires visant à mettre fin aux inégalités entre hommes et femmes…

4 Parmi bien d’autres aventures collectives accessibles citons, un livre (Rossignol, 2008) et deux films (Helia, 2000 ; Otero, 2010).

5 Voir les définitions de Pascale Molinier (2006, p. 194 et 216) : les stratégies collectives de défenses, « formes localisées d’inconscience sociale » renvoient à une coopération permettant de « ne pas penser aux dimensions de l’activité qui font souffrir » : les idéologies défensives sont une radicalisation des stratégies collectives lorsque celles-ci ont été mises en défaut et qu’elles deviennent un programme en soi et non plus un moyen de lutter contre la souffrance pour parvenir à travailler.

6 Voir par exemple Sociologie du travail (2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Flottes, « La consubstantialité des expériences de travail professionnelles et domestiques », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 03 novembre 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/1348 ; DOI : 10.4000/nrt.1348

Haut de page

Auteur

Anne Flottes

Consultante

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org