Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

François Eymard-Duvernay (dir.), Épreuves d’évaluation et chômage

Toulouse, Octarès Éditions, 2012, 200 p.
Léa Lima
Référence(s) :

François Eymard-Duvernay (dir.), Épreuves d’évaluation et chômage, Toulouse, Octarès Éditions, 2012, 200 p.

Texte intégral

1François Eymard-Duvernay et l’équipe de socioéconomistes qui l’accompagnent poursuivent avec cet ouvrage le programme de recherche entamé il y a une vingtaine d’années par cette branche de l’économie hétérodoxe pour un renouveau de la théorie du chômage. Les liens avec la sociologie de l’emploi y sont particulièrement saillants, plusieurs de ces chapitres étant coécrits par des économistes et des sociologues.

2L’enjeu de ce programme détaillé dans le premier chapitre du livre est de taille puisqu’il ne s’agit pas moins que de compléter l’analyse keynésienne du chômage par une approche des conventions de qualité du travail afin d’élaborer une définition du chômage d’exclusion. Dans un débat opposant les tenants d’une politique de l’offre qui prônent l’ajustement sur le marché du travail par la baisse du coût du travail (le prix trop élevé du travail est alors la cause du déséquilibre entre offre et demande, c’est-à-dire du chômage) et ceux qui, comme les keynésiens, défendent l’hypothèse d’un chômage par insuffisance de la demande (c’est dans ce cas l’anticipation par les producteurs de la faible consommation qui les conduit à peu investir et peu embaucher), le pari de cette économie du travail ci est d’ouvrir une troisième voie d’analyse où la « crispation du jugement sur une convention dominante » (p. 53) détermine non seulement la distribution du chômage dans la population, mais aussi son niveau. À ce titre, l’économie de François Eymard-Duvernay est une économie de l’offre, mais de l’offre considérée comme le produit social d’un jugement sur le travail. Et le problème ne tiendrait pas tant au coût du travail qu’aux manières employées par ceux qui recrutent pour évaluer sa qualité probable. En ouvrant la boîte noire du recrutement et de l’intermédiation sur les marchés du travail, cette analyse permet de sortir d’une vision naturalisante et strictement quantitative du chômage.

3Le chômage d’exclusion procède tout d’abord de la fermeture excessive des processus de recrutement et de leur caractère inégalitaire. À partir des données de l’enquête Ofer de 2005, Guillemette de Larquier et Emmanuelle Marchal passent les pratiques de recrutement des entreprises au crible d’une sociologie des épreuves qui est aussi une théorie normative de la justice. Dans la perspective pragmatiste, l’épreuve est un dispositif de jugement des compétences/incompétences des personnes : ici le C.V., la lettre de motivation, l’entretien d’embauche, ou encore le test de graphologie sont autant de formes de jugement incorporées et réifiées qui opèrent mécaniquement une sélection importante parmi les candidats. De ce point de vue les résultats ne sont pas univoques : si l’ouverture à la concurrence par le recours à des méthodes formelles et extensives de recherche de candidats (type « petites annonces » ou progiciel de tri des candidatures, par exemple) peut sous certains aspects éviter l’usage de critères clairement discriminatoires, elle favorise aussi l’exclusion de candidats peu qualifiés qui ne « passent pas » cette épreuve très concurrentielle de jugement alors que leurs compétences sont valorisées par des formes de jugement ancrées dans des réseaux de proximité. Se plaçant dans une posture normative propre à l’économie, les auteurs insistent alors sur la nécessité de varier les manières de juger afin de garantir une chance d’être recruté à chacun.

4Les épreuves d’évaluation que subissent les individus diffèrent selon les marchés sur lesquels ils sont amenés à évoluer. Dans le chapitre 3 rédigé par Emmanuelle Marchal et Delphine Remillon, elles transparaissent dans les récits de vie professionnelle qui sont marqués par les épisodes répétés ou au contraire soudains de recherche d’emploi. Le chômage d’exclusion est ainsi vu du côté des demandeurs d’emploi confrontés à des échecs plus ou moins fréquents à des épreuves d’évaluation, ces échecs finissant par atteindre leur rapport au travail et leur identité professionnelle. On voit ainsi comment la rupture dans les relations de confiance et de réputation qui sont éprouvées à chaque embauche sur les marchés professionnels recrutant par le réseau affecte la trajectoire d’emploi d’un électricien industriel ; ou bien comment les habitués du marché interne « qui trouvaient sans chercher » grâce à leur réseau professionnel doivent-ils se former aux épreuves d’évaluation typiques du marché externe, plus formalisées et systématiques.

5Le chapitre 4 (François Eymard-Duvernay et Delphine Rémillon) entre plus encore au cœur du propos en montrant très exactement la fabrique du chômage d’exclusion. L’approche biographique qui y est adoptée n’est pas en soi originale, mais la notion d’« épreuve », et les dynamiques de valorisation/dévalorisation cumulatives sur le marché du travail que les épreuves engendrent, donne un sens précis à ces parcours pour l’analyse du chômage d’un point de vue économique. Les auteurs mettent l’accent sur le contexte et l’agencement des épreuves qui conduisent à enfermer les personnes dans un cycle d’échecs et de rejets sur le marché du travail plutôt que sur les qualités intrinsèques des personnes. À travers les récits des parcours professionnels par les individus eux-mêmes, le sens et l’évaluation éthique du travail ainsi que les inférences apparaissent concrètement comme un élément incontournable de compréhension du phénomène du chômage et de la recherche d’emploi.

6Enfin le dernier chapitre que l’on doit à Yolande Benarrosh apparaît quelque peu décalé par rapport au reste de l’ouvrage. L’auteur ne reprend pas le même cadre d’analyse pour étudier la manière dont les chômeurs reçoivent et interprètent les normes institutionnelles véhiculées par les intermédiaires publics de l’emploi. Yolande Benarrosh utilise des outils plus classiquement mobilisés en sociologie comme la notion de rapport au travail ou de rapport aux institutions ou encore la question des « attentes » institutionnelles pour analyser la rencontre entre des chômeurs qui fréquentent les institutions de gestion du chômage dans certaines dispositions et les professionnels de l’intermédiation qui posent le cadre de l’interaction. On peut lire ce chapitre comme une belle illustration d’une sociologie de la socialisation aux institutions de chômage qui analyse la construction sociale des figures de chômeurs déviants, ceux qui « ne cadrent pas » avec les attentes institutionnelles. L’intérêt de l’approche de Yolande Benarrosh est de considérer ce processus, un peu comme l’avait fait Didier Demazière en son temps, comme une co-construction entre le chômeur et le professionnel, co-construction qui se joue aussi dans les expériences professionnelles et personnelles en amont de l’interaction. Ce chapitre marque ainsi un déplacement par rapport aux chapitres précédents qui se situaient au niveau du vécu de l’évaluation et du sens que les individus lui donnent alors que Yolande Benarrosh veut rendre compte de l’émergence du jugement institutionnel.

7Cet ouvrage donne des armes théoriques et empiriques pour lutter contre une pensée économiciste étroite du chômage et de l’emploi qui essentialise les compétences. Dans cette dernière, les compétences des travailleurs existent, mais elles ne sont pas forcément révélées à l’employeur, ce qui place le moment du recrutement sous le signe de l’incertitude. Les auteurs focalisent sur des hypothèses alternatives du fonctionnement du marché du travail en réinjectant la question du jugement de la qualité du travail dans l’analyse de l’emploi. C’est pour le sociologue du travail un des grands apports de ce livre. On pourra toutefois regretter qu’un ouvrage qui se donne comme ambition de requalifier l’évaluation du travail et des qualités professionnelles comme opération politique ne donne pas plus de place à l’action collective dans ses investigations. En effet, le prisme des récits de vie écrase le travail politique de construction du rapport de force dans les évaluations et le jugement. Les débats aujourd’hui quelque peu oubliés sur l’opposition entre qualifications et compétences avaient pourtant permis de mettre au jour la dimension politique et négociée des qualifications, notamment dans les grilles des conventions collectives. Dans l’ouvrage, le statut de partenaire de la communauté politique que constitue l’entreprise est toujours évoqué sous forme d’utopie. Peut-être que l’exploration de dispositifs d’évaluation de la qualité du travail plus démocratiques, sur les marchés internes par exemple, ou dans des entreprises bâties sur un modèle économique alternatif (dans l’économie sociale) permettrait de mieux saisir les enjeux de ces travaux. Plus largement, ils méritent d’être mis en résonnance avec les approches critiques des évaluations du travail en entreprise.

8Cet ouvrage dense constitue une ressource importante dans la construction d’une sociologie économique des marchés du travail. En prolongeant l’étude des manières de recruter des employeurs ou des experts en recrutement par une analyse des parcours des travailleurs et de ce que les épreuves du recrutement font à ces parcours, il offre de belles perspectives de recherche en sociologie de l’emploi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léa Lima, « François Eymard-Duvernay (dir.), Épreuves d’évaluation et chômage », La nouvelle revue du travail [En ligne], 3 | 2013, mis en ligne le 30 octobre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/1391

Haut de page

Auteur

Léa Lima

LISE CNAM-CNRS, chercheure associée au CEE

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org