Navigation – Plan du site
Corpus – Santé au travail : regards sociologiques

Santé au travail : regards sociologiques

Présentation du Corpus
Paul Bouffartigue

Texte intégral

1Depuis quelques années le domaine de la santé au travail fait l’objet d’une production foisonnante en sciences sociales. Cette dynamique est en rapport avec l’intérêt renouvelé porté à ces questions dans l’espace public, avec la dégradation des indicateurs de la santé au travail, les transformations des expressions des pénibilités du travail, ainsi qu’avec la crise et les recompositions du système institué de santé au travail : ne s’est-il pas révélé incapable de prévenir une catastrophe sanitaire majeure comme celle de l’amiante, se traduisant par des dizaines de milliers de victimes ?

Du Corpus sollicité au Corpus réel

2Dans son appel à contribution, La Nouvelle Revue du travail souhaitait mettre en exergue les apports du regard sociologique au sein de et sur cette dynamique, et éclairer les effets d’un certain retard – du moins relativement à l’ergonomie, la psychologie du travail, l’épidémiologie ou même à l’histoire – de cette discipline dans la prise en compte de cette thématique. Parmi les facteurs sociaux insuffisamment étudiés de la construction de la santé au travail et des inégalités et différenciations sociales de santé nous citions le rôle du chômage et de la précarité de l’emploi, de l’organisation du travail, et de certaines formes de domination sociale comme les rapports sociaux de sexe ou de race. Nous sollicitions également des réflexions sur l’originalité de la conjoncture historique nationale présente de la santé au travail en France, à la fois dans une perspective comparative – historique et internationale – et au regard des transformations du travail et de la place spécifique qu’il occupe dans notre pays ; sur la manière dont l’activité de travail et la vie professionnelle autorisent ou non une santé fragilisée ; sur la place nouvelle prise par les enjeux de santé mentale au travail du point de vue des transformations du monde du travail et de l’emploi ; sur les liens entre mobilisations collectives et pratiques individuelles dans le domaine de la santé au travail ; et sur le rôle de certains acteurs sociaux, dans la mise en (in)visibilité des liens travail-santé et la (re)connaissance des risques et pathologies professionnelles.

3Il est clair que la rubrique Corpus d’une seule livraison de la NRT ne pouvait prétendre traiter la totalité de ces thèmes. Reste qu’une bonne partie d’entre eux s’y retrouvent. Le genre fait l’objet de deux articles, l’un comme clé de lecture centrale des processus d’invisibilisation des liens travail-santé, mais aussi – ce qui est bien moins connu – comme principe d’une mobilisation syndicale effective. Sont également examinés la manière dont des salariés dont la santé est fragilisée par des processus largement étrangers aux risques professionnels doivent faire avec cette donnée dans le monde du travail, les conditions sociales de l’entrée en lutte de groupes de travailleurs initialement parmi les moins prédisposés à interroger les sources professionnelles de leur santé, les agriculteurs, ainsi qu’une contribution originale et précieuse pour la sociologie francophone, celle de Marc Loriol, « Les sociologues et le stress ». On y apprend comment nos collègues anglo-saxons se sont emparés de longue date – bien avant l’apparition du thème des « risques psychosociaux » en France – de la notion de stress pour tenter de l’extraire des approches psychologisantes ou médicalisantes. Ajoutons qu’à la rubrique Varia du présent numéro de la NRT on trouvera un article révélant comment l’un des pères fondateurs de la sociologie, Max Weber, s’est saisi, y compris empiriquement, des questions de santé au travail dans l’Allemagne du début du xxe siècle.

4Notre revue apporte ainsi sa pierre au développement des travaux sur les liens santé-travail. Elle a commencé dès ses premiers numéros1, et elle continuera, tant cette thématique contribue au renouvellement des savoirs sur les mutations du monde du travail, et plus largement du monde social. Il conviendra en particulier de revenir sur les implications du chômage de masse et de la précarisation de l’emploi sur la santé, et d’élargir notre regard au-delà des frontières pour mieux comprendre les singularités françaises, ou encore prendre la mesure de la manière dont la délocalisation d’activités productives se traduisent souvent par une délocalisation de risques professionnels parmi les plus graves – on sait par exemple que la silicose est loin d’avoir disparu en Extrême-Orient.

Le contexte d’un nouvel intérêt sociopolitique et intellectuel

5Avant d’entrer dans le vif de la présentation des six contributions qui composent ce Corpus, rappelons quelques éléments du contexte du renouvellement de l’intérêt sociopolitique et scientifique pour le thème de la santé au travail.

6Les dernières 10 à 15 dernières années sont marquées par un paradoxe majeur : la question des risques professionnels semble occuper une place nouvelle dans l’opinion publique, dans les préoccupations politiques et les initiatives institutionnelles, sans que cela ne se traduise par l’amélioration de la santé de la population au travail ou en demande de travail. Des tendances à l’amélioration de la visibilité et de la reconnaissance des atteintes professionnelles à la santé coexistent avec des tendances contraires. Le scandale de l’amiante et les changements juridiques qu’il a provoqués sont significatifs à cet égard. Car il a mis a jour un retard spécifique à notre pays dans la prévention des risques du travail, largement imputable à la matrice de la loi de 1898 sur les accidents du travail, reprise dans celle de 1919 sur les maladies professionnelles : en l’inscrivant avant tout dans une logique d’indemnisation négociée entre patronat et syndicats, la santé au travail échappait pour l’essentiel à une logique de prévention et au domaine d’action propre à la santé publique. Les arrêts amiante forment un tournant dans la jurisprudence. L’entreprise est en effet tenue depuis 2002 à une « obligation de sécurité de résultat », et l’employeur voit sa responsabilité pénale engagée lorsqu’il « avait ou aurait du avoir conscience du danger auquel était exposé le salarié ». Au même moment la notion de risque professionnel s’élargit à l’ensemble des composantes susceptibles de porter atteinte à la santé physique et mentale des travailleurs. Outre l’affaire de l’amiante, il convient de relever le rôle joué par la montée en puissance du droit européen dans cet élargissement

7Cet élargissement de la responsabilité patronale sur les risques professionnels s’accompagne d’un certain élargissement des prérogatives du CHS-CT sur les conditions et l’organisation du travail, dont le recours au droit d’expertise est l’une des facettes. Le mouvement syndical affiche quant à lui un intérêt plus soutenu pour le travail, les conditions de travail, les risques professionnels. Le début des années 2000 est également marqué par la volonté de mieux intégrer la santé au travail dans la santé publique (« plans santé-travail »), et par l’affichage dans les projets de réforme de la médecine du travail d’une volonté d’améliorer l’action préventive de ce qui est devenu depuis le système de « santé au travail ». Cette période se signale enfin par une impulsion nouvelle donnée à la recherche publique en ce domaine, et il est peu contestable que l’ensemble des savoirs sur les liens entre santé et travail ait fait de notables progrès.

8Comment donc interpréter que l’ensemble de ces inflexions ne se traduit pas ou peu par l’amélioration de la santé au travail ? Trois pistes pourraient être ici creusées.

9La première est celle de la reproduction ou de l’accentuation de logiques structurelles qui tendent à la dégradation du travail, à l’invisibilisation, à la méconnaissance ou à la sous-déclaration des atteintes professionnelles à la santé. La persistance d’un chômage et d’un sous-emploi massifs et l’extension des emplois précaires en forment l’une des plus puissantes. Elle amène les salariés en poste ou les « survivants » des licenciements collectifs à venir travailler la peur au ventre, à tolérer une dégradation des conditions de leur activité qui amène nombre d’entre eux à ne plus se reconnaître dans leur travail, et à minorer les atteintes professionnelles à la santé qui pourraient conduite à les exclure de la production. Les suicides de chômeurs sont bien moins médiatisés que ceux de cadres, pourtant leur état de santé physique et mentale est bien plus préoccupant, et cette population reste dans l’angle mort de notre système de santé au travail. De même, les travailleurs intérimaires et précaires sont en pratique moins bien suivis et protégés par ce système alors qu’ils sont surexposés à de multiples risques professionnels. Les transformations des formes d’organisation du travail et des modes de management tendent à déliter les collectifs au sein desquels se transmettaient les cultures de métier et de protection de la santé et s’organisaient les « controverses professionnelles » qui conditionnent leur vitalité. Le travail est plus solitaire au moment même où la complexification des activités professionnelles requiert des collectifs plus vivants. Le culte de la performance et de l’excellence, la culture de l’évaluation tendent à multiplier les figures de « vulnérables » à surveiller ou à écarter, loin de toute interrogation sur les sources pathogènes alimentées par l’organisation elle-même.

10La seconde est celle des évolutions institutionnelles au sein desquelles les stratégies patronales laissent des traces, et qui sont loin d’être unilatéralement porteuses de progrès en matière de prévention des risques professionnels. Les réformes de la médecine du travail – de même que le projet en cours de réforme de l’inspection du travail – ne sont pas contestées qu’au nom d’arguments corporatistes. Elles écartent – ou l’acceptent comme donnée – le problème-clé de la pénurie d’effectifs de médecins ou d’agents de contrôle, et tendent davantage à réduire qu’à accroître l’indépendance de ces services par rapport au jeu des employeurs. Au-delà, il faut se demander dans quelle mesure l’approche dominante, fondatrice et réductrice de la santé au travail et qui a accompagné sa construction institutionnelle – le travail comme « risque » et non comme opérateur potentiel de santé ; le travailleur comme opérateur à « protéger » et non comme acteur s’appropriant son milieu de travail au travers de son activité et de sa subjectivité – est réellement remise en question.

11La troisième questionnerait plus largement la question des limites des savoirs sur la santé au travail – les « nouveaux » risques sont multicausaux, à effets différés, et sans « seuil limite » identifiable – et, plus encore, celle des conditions de la mobilisation des savoirs constitués sur les liens travail-santé par les acteurs les plus intéressés à la prévention des risques professionnels. Car il ne suffit pas que ces liens soient connus pour que s’engagent des actions individuelles et collectives en faveur de la prévention. D’abord parce que les progrès de la sensibilité de l’opinion publique sur les risques comme l’amiante, les TMS ou les RPS se sont probablement opérés au prix d’une certaine dilution de leur dimension strictement professionnelle. Ensuite parce qu’en ce domaine comme dans bien d’autres, les dégâts du capitalisme peuvent être largement déplorés sans qu’il soit imaginable de pouvoir les combattre sérieusement.

Le genre : une dimension essentielle de la mise en (in)visibilité

12L’article de Bruno Mahouche est riche de plusieurs intérêts. Il montre que le syndicalisme peut se préoccuper sérieusement du sort des fractions les plus exploitées et dominées du salariat, même si ces préoccupations ne sont pas détachables des intérêts de l’organisation elle-même. L’auteur a d’ailleurs choisi largement de mettre l’accent sur cette dernière dimension. Il révèle le rôle des relations entre syndicalistes et chercheurs dans la mobilisation du thème des conditions de travail et de la santé mentale au travail. Et il permet de retracer la genèse de la lente maturation des revendications de temps de travail dans le monde du travail des années 1960, en voie de rapide féminisation. Pour l’auteur, c’est le contexte de la guerre froide et des difficultés rencontrées par la CGT à cette époque, entre autres à la Poste, qui permet de comprendre pourquoi ce syndicat décide de mettre en avant le thème des conditions de travail des salariées « du bas de l’échelle » – employées des chèques postaux et téléphonistes. Car le poids de ces salariées s’accroît, alors qu’elles restent en marge du syndicalisme CGT. La direction de ce syndicat va alors s’appuyer sur les travaux d’un psychiatre communiste avec laquelle elle coopère, Louis Le Guillant, un des fondateurs de la psychopathologie du travail. Ce dernier soutient que ces salariées développent des troubles mentaux dus à leurs conditions de travail et à l’organisation taylorienne de leur activité. Bien que contestés, notamment par la direction de la Poste et la médecine du travail de cette administration, et non dénués de faiblesse scientifique selon Mahouche – qui relève notamment une sous-estimation de la participation active des travailleuses à l’intensification de leur travail –, ces travaux sont utilisés par la direction syndicale pour légitimer la thèse d’une « fatigue nerveuse ». Elle en rend responsable à la fois les conditions objectives de travail, et une vulnérabilité spécifique des femmes du fait de leur docilité face à la hiérarchie. L’auteur met l’accent sur deux types d’effets de cette stratégie syndicale de mise en visibilité des atteintes à la santé des postières : la mise en invisibilité relative des pénibilités qui concernent davantage les hommes – trieurs, receveurs, monteurs de lignes ; la maturation de la revendication de réduction du temps de travail au sein du syndicat au cours des années 1960, et la montée de sa popularité au sein des travailleuses concernées. Cet article constitue ainsi un apport et précieux et historiographiquement fondé sur le rôle joué par le syndicalisme dans l’acceptation/contestation de l’organisation capitaliste du travail et son intégration relative dans le compromis fordiste, dans la mesure où la dénonciation de cette organisation débouche davantage sur la négociation de contreparties salariales – y compris en termes de diminution de la durée du travail – que sur une mise en question pratique de ce mode d’organisation du travail. Il montre aussi comment le lent processus d’accès des femmes aux responsabilités dans les organisations syndicales a pu être favorisé par des campagnes ciblées sur des bastions de l’emploi féminin en fort développement.

13L’article de Sabine Fortino nous projette quant à lui dans l’actualité de l’inégalité de genre au regard de la visibilité de la pénibilité du travail. On note que cette contribution porte également sur une entreprise publique au sein de laquelle les forces dont dispose le syndicalisme facilitent le travail des sociologues. L’auteure, à rebours des approches objectivistes et additives de la pénibilité, définie comme la somme de facteurs principalement physiques, développe une approche de celle-ci en termes de construction sociale et subjective. Elle ne peut dès lors ignorer les représentations sexuées de la pénibilité qui, héritées de l’histoire des luttes sociales comme de celle de l’expertise scientifique, tendent à survaloriser les métiers masculins et à dévaluer les métiers féminins. C’est le cas pour les métiers commerciaux du transport ferroviaire, les seuls dans l’entreprise étudiée à être marqués par une certaine mixité. Or, l’enquête de Sabine Fortino met au jour la multitude des facettes cachées de leur pénibilité : vétusté et inconfort des locaux, flexibilité et irrégularité des horaires, articulation acrobatique des temps sociaux, tensions croissantes avec le public, formatage du comportement et des interactions avec les usagers, multiplication des contrôles hiérarchiques. Bref, autant de facettes d’une pénibilité effective, qui sont autant de conditions favorables aux « risques psychosociaux ». Au regard de l’ampleur de ces pénibilités, les avancées de leur prise en charge syndicale sont encore récentes et timides. Elles sont insuffisantes en tout état de cause pour les faire sortir de cet « impensé collectif ». Une féminisation plus massive de ces emplois, associée à un affaiblissement syndical significatif, serait-elle susceptible de provoquer une inflexion stratégique des directions syndicales en direction de la mise en visibilité publique de ces pénibilités ? Telle est la question qu’on ne manque pas de se poser en mettant en relation cet article avec celui de Bruno Mahouche.

Une santé fragilisée interroge le travail

14Un état de l’art des connaissances sur les relations entre travail et santé le confirmerait certainement : c’est bien plus du côté de ce que le travail fait – en général négativement – à la santé, que du côté de ce que la santé fait au travail qu’elles sont documentées. Or, ce dernier point de vue est un enjeu social et scientifique majeur. Une fraction croissante des travailleurs et des chômeurs présentent en effet une fragilité ou un handicap de plus en plus difficilement compatible avec des organisations du travail exigeantes. On les estime à 10 millions en France parmi les 15-64 ans, dont seulement 2,5 bénéficient d’une reconnaissance administrative de leur handicap. Dans le même temps se raréfient les possibilités de protection dans le travail, ou de retrait de la vie professionnelle avec un statut social convenable. En témoigne le report de l’âge autorisant une pension de retraite à taux plein. Or, interroger les conditions du maintien ou du retour en activité des groupes sociaux à santé fragilisée amène à interroger l’activité et les rapports de travail autant que la construction de santé. Contre la vision médicale et institutionnelle de la pathologie qui fait de la déficience un handicap propre à la personne elle-même, il s’agit de la penser au sein de la situation qu’elle rencontre et de mettre l’accent sur les ressources qu’elle-même, comme les autres protagonistes du milieu de travail, mobilise ou peut mobiliser. Tel est le point de vue des deux contributions qui suivent.

15La première rend compte d’une « recherche-action » sur les malades chroniques (Guillaume Huyez-Levrat et Anne-Marie Waser) – touchés par un cancer, le diabète, un TMS durable, le VIH-SIDA, etc. Le cas présenté est celui d’un magasin, dont la tradition de politique « sociale » est en cours de révision. Le texte propose de subvertir le regard négatif porté sur les malades, associé au stigmate de « handicapé » ou de « malade » reconnu administrativement comme tel. Son originalité est de mettre l’accent sur une dimension-clé constitutive de ce regard et de sa potentielle transformation, la perception comme équitable ou non de l’ensemble des échanges formels et informels qui s’organisent dans l’entreprise avec ces salariés afin de leur permettre de travailler et de faire face aux contraintes de productivité : quels sont, au niveau des situations de travail, les termes d’un aménagement ou d’un arrangement perçu comme juste à la fois pour les personnes handicapées et pour leurs collègues ? L’enquête révèle la faible visibilité de la maladie chronique en entreprise, suite à sa sous-déclaration et à l’inadéquation des catégories administratives à la reconnaissance de sa polymorphie et de son caractère instable, évolutif. Autant de caractéristiques qui conduisent à la fois à des écarts aux normes du travail et à des stratégies pour les masquer, car faute de reconnaissance officielle de sa fragilité le salarié doit régulièrement faire preuve de sa maladie, donner des gages de bonne volonté pour bénéficier du soutien des collègues et de la hiérarchie. La recherche montre à la fois la multiplicité de ces arrangements informels, et leur fragilité, faute d’être pensés au niveau de l’entreprise. Elle propose des pistes d’amélioration : la mise en visibilité des effets de la maladie chronique en interne et en externe – en direction des clients ; la valorisation des tâches confiées dans les postes allégés ; des échanges réguliers avec l’encadrement sur les compensations qui fonctionnent sur le long terme ; la mise en place d’un tutorat.

16La seconde contribution s’appuie sur deux enquêtes conduites auprès de personnes sourdes et malentendantes (Sophie Dalle-Nazébi et Audrey Sitbon). Les auteurs mettent également au premier plan les enjeux de mise en visibilité des ressources personnelles et organisationnelles mobilisées ou mobilisables comme ressort des dynamiques de santé au travail. Loin de la représentation commune et homogénéisante du handicap, la surdité s’inscrit dans des configurations existentielles hétérogènes – elle survient avant ou après l’entrée dans la vie professionnelle, et peut être masquée par des pratiques addictives. Une série d’idées fausses sur ce handicap amènent à négliger la sécurité au travail des sourds, ou, inversement, à ignorer le droit du travail en les écartant de postes de travail qu’ils ont pu occuper grâce à des ressources compensatoires. Finalement, ces salariés révèlent mieux que d’autres à quel point tous développent un travail d’ajustement ou de négociation de leur activité,  plus ou moins empêché par l’organisation. Renouveler le regard sur le handicap au travail en rendant visibles les ressources et les empêchements spécifiques auxquels il est associé est donc une voie féconde du renouvellement plus large du regard sur les liens santé-travail.

Une mobilisation collective improbable pour la protection de la santé au travail

17Par sa position de classe comme par son adhésion au modèle agricole productiviste, fortement consommateur de pesticides, les agriculteurs étaient fort peu prédisposés à se mobiliser en tant que victimes de leur usage. Ce sont les conditions sociales et politiques d’une telle mobilisation improbable que l’auteure élucide (Coline Salaris), l’activité d’une association de victimes dont la création en 2011 a été encouragée par des associations tournées vers la défense de l’environnement et de la santé. Elle montre le difficile cheminement de la reconnaissance de l’origine professionnelle des maladies par les victimes elles-mêmes, le processus de retournement du stigmate permis par le passage au collectif, et l’ensemble des freins organisés par l’industrie phytosanitaire et le système de santé au travail à une reconnaissance administrative de ces atteintes à la santé.

Le « stress » objet ancien de controverse entre psychologues et sociologues

18C’est largement par le biais des questionnements autour des liens entre travail et santé mentale que s’est renouvelée en France la recherche en sciences sociales sur la santé au travail. D’où le grand intérêt de l’article de Marc Loriol, fin connaisseur des controverses anglo-saxonnes sur le stress, intervenues dès les années 1970, mais peu connues dans notre pays. L’auteur montre d’abord comment les sociologues ont tenté d’objectiver une relation causale entre stress et structures sociales, soit à une échelle macrosociale, soit à celle de l’organisation du travail. Le modèle de Karasek – dont l’auteur rappelle la filiation suédoise – et celui de Siegrist ont connu un grand succès car leurs résultats sont cohérents sur ces deux plans. Mais ils sont critiqués à la fois du point de vue de leurs usages managériaux et de leurs fondements épistémologiques. Ils tendent en effet à décontextualiser les relations entre facteurs sociaux et phénomènes de stress. À l’opposé, une approche constructiviste du stress est également présente dans la littérature concernée. Et quelques travaux, plus rares, invitent à dépasser cette opposition, l’auteur plaidant pour « l’articulation et l’imbrication de quatre niveaux d’analyse » : la genèse et l’appropriation des théories et catégories cliniques du stress ; la construction locale du sens et situations et difficultés ; l’étiquetage dans le travail des personnes « stressées » et ses effets.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartigue, « Santé au travail : regards sociologiques », La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 04 mai 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/1403 ; DOI : 10.4000/nrt.1403

Haut de page

Auteur

Paul Bouffartigue

CNRS – Aix-Marseille université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org