Navigation – Plan du site
Corpus – Santé au travail : regards sociologiques

Femmes téléphonistes et employées des chèques postaux aux PTT : une stratégie syndicale de mise en visibilité des atteintes à la santé au travail (1950-1960)

Female French Post Office telephone workers and cheque service employees: union strategies increasing the visibility of damage to workplace health and safety (1950-1960)
Mujeres telefonistas y empleadas encargadas de los cheques postales en las oficinas de correos: una estrategia sindical para evidenciar el daño a la salud en el trabajo (1950-1960)
Bruno Mahouche

Résumés

Cet article rend compte des enjeux liés au processus de mise en visibilité du lien entre le travail et les atteintes à la santé mentale d’un personnel féminin des PTT, les téléphonistes et les employées des chèques postaux. La reconnaissance de risques liés à leur travail dépend d’abord d’une posture scientifique qui passe par Louis Le Guillant, médecin psychiatre reconnu et militant communiste. Elle est ensuite prise en charge par des militants de la fédération de la CGT, et un peu plus tard par des militantes féministes. Ces acteurs sociaux contribuent à la lente maturation d’un discours syndical qui vise à prendre appui sur le thème de la santé au travail pour mobiliser le personnel féminin du bas de l’échelle, supposé rétif à l’action collective. Ainsi, au cours des années 1960, l’administration des PTT devient le théâtre de nombreux mouvements sociaux du fait de l’engagement des téléphonistes et des employées des chèques postaux.

Haut de page

Texte intégral

1Alors que les atteintes à la santé au travail des femmes dans les organisations font souvent l’objet de dénis, cet article se propose de rendre compte des enjeux liés au processus de mise en visibilité du lien entre le travail et les atteintes à la santé mentale d’un personnel féminin ayant travaillé aux PTT dans les années 1950 et 1960, les téléphonistes et les employées des chèques postaux. La visibilité des liens entre la santé et le travail rencontre souvent un nombre important d’obstacles pour ceux qui se donnent l’objectif d’en établir les traces (Volkoff & Molinié, 2012). Or, l’exemple des téléphonistes et des employées des chèques postaux représente un cas de mise en visibilité d’atteintes à la santé au travail d’un personnel féminin alors que, par exemple, à la même époque aux PTT, les atteintes connues à la santé au travail d’employés masculins comme les agents du tri postal, affectés en grand nombre par la tuberculose, ne sont pas mises sur le devant de la scène. Dès lors, il convient de nuancer la proposition de l’intérêt des syndicats vis-à-vis du thème de la santé au travail pour de strictes raisons sanitaires, et de se poser la question de savoir pourquoi seules les plaintes d’un personnel féminin ont été transposées en revendications collectives dans cette intense période de mobilisation ouvrière qu’étaient les années 1950 et 1960. Le point de départ consiste à engager une réflexion en direction de la diversité des stratégies mises en œuvre par les syndicats pour parvenir à atteindre leurs objectifs à savoir ici, dans le cas de la CGT, l’organisation d’actions revendicatives sur la base d’une confrontation sans concession avec l’État et le patronat (Dreyfus, 1995).

2La stratégie syndicale de mise en visibilité des atteintes à la santé des travailleuses subalternes conduite par la fédération CGT des PTT se développe dans le contexte de la « guerre froide » et d’une forte conflictualité sociale et politique. En effet, la guerre froide entre l’Est et l’Ouest rejaillit en France au sein de la CGT inféodée au Parti communiste. Il apparaît que la mise en visibilité des atteintes à la santé des téléphonistes et des employées des chèques postaux a d’abord répondu à des enjeux politiques qui ont indubitablement orienté le processus de reconnaissance des atteintes à la santé au travail des travailleuses concernées. La reconnaissance de risques liés à leur travail dépend d’abord d’une posture scientifique qui passe par la voix forte de Louis Le Guillant, médecin psychiatre reconnu et militant communiste. Elle est ensuite prise en charge par quelques hérauts nationaux de la CGT comme Benoît Frachon ou Georges Frischmann, et plus tard par des figures militantes féministes moins connues de la CGT-PTT comme Madeleine Colin, Paulette Dayan ou Madeleine Vignes. Ces acteurs contribuent à la lente et progressive maturation d’un discours syndical qui vise à prendre appui sur le thème de la santé au travail pour mobiliser le personnel féminin du bas de l’échelle, supposé rétif à l’action collective. C’est ainsi qu’au cours des années 1960, l’administration des PTT est le théâtre de nombreux mouvements sociaux de la part des téléphonistes et des employées des chèques postaux. Cette configuration invite à porter le regard vers l’usage qu’une organisation syndicale, la fédération CGT des PTT, syndicat puissant grâce à son nombre d’adhérents mais aussi à ses ressources politiques, a fait dans les années 1950 et 1960 de la question de la santé au travail dans une période de forte conflictualité comme celle de l’après-guerre.

Le recours à la notion de « fatigue nerveuse »

  • 1 Le Guillant entre au Parti communiste français en 1947.
  • 2 Le Guillant souligne que la notion de névrose des téléphonistes est réapparue dans la littérature s (...)
  • 3 Voir par exemple Victor Lapie, (La fatigue nerveuse, 1950), qui attribue à la fatigue nerveuse une (...)

3Au début des années 1950, Louis Le Guillant se donne un objectif majeur : faire prendre conscience des liens qui existent entre le travail et la santé des travailleurs. Partant des travaux de Pavlov, il défend l’idée que l’action du milieu du travail a des effets sur l’activité nerveuse des individus (Le Guillant, 1954). Le recours à la « psychologie scientifique » d’obédience pavlovienne est dicté chez Le Guillant comme chez tous les psychiatres communistes de cette époque par la nécessité de se démarquer de la théorie freudienne1. En 1954, il publie un article dans le Bulletin du cercle Claude Bernard, intitulé « Quelques perspectives nouvelles sur la pathologie du travail » où il dévoile des pistes de recherche pour élaborer ce qu’il nomme une nouvelle médecine du travailleur. Son ambition scientifique consiste à montrer le rôle fondamental du système nerveux chez l’être humain toujours en se référant aux travaux de Pavlov pour y déceler des névroses expérimentales2. Il s’attache alors à construire une notion à visée psychologisante, la « névrose des téléphonistes et des mécanographes », en vue de contribuer à l’élaboration d’une discipline scientifique naissante, la psychopathologie du travail (Coffin, 2005). Le Guillant mobilise aussi la notion de « fatigue nerveuse » pour rendre compte d’un aspect essentiel du monde moderne, la fatigue morale des travailleurs, à partir de l’exemple des téléphonistes. Dans la recherche des causes de cette fatigue, il insiste sur la dimension « mentale » de la fatigue au travail, car il estime cet aspect aussi important que la dimension physique du travail. Il ne partage pas l’affirmation, répandue à l’époque, qui consiste à dire que les métiers de service seraient moins nuisibles que les métiers industriels en termes d’effets sur la santé des travailleurs. Au début des années 1950, la « fatigue nerveuse » a déjà fait l’objet d’un fort retentissement à tel point qu’un grand nombre d’articles et de communications parus dans des revues scientifiques y ont été consacrés3. Des journées de médecine du travail, des conférences internationales, des thèses et des ouvrages ont eu pour thème principal cette notion.

  • 4 PTT-Solidarité, n° 29, avril 1956.

4Entouré d’un groupe de médecins, Le Guillant entreprend au cours de l’année 1954 une recherche pour tenter d’évaluer l’influence des conditions de vie et de travail des téléphonistes sur leur santé mentale. Il déclare que ce n’est pas un hasard s’il en est venu à s’intéresser aux employés des PTT, et plus particulièrement aux catégories féminisées du bas de l’échelle comme les téléphonistes ou les mécanographes des chèques postaux. Lors des consultations de neuropsychiatrie qu’il donne dans son cabinet, il a pu évaluer la forte prévalence de troubles nerveux chez ces employées : « Il n’est pas une consultation dans mon service, pas un service de neuropsychiatrie où elles ne se présentent en nombre à chaque fois de plus en plus grand, déclare-t-il. D’ailleurs, souligne-t-il encore, les responsables des PTT savent et reconnaissent en privé que l’état nerveux des téléphonistes et des mécanographes est de plus en plus atteint »4. Il faut noter que le projet de Le Guillant s’inscrit dans un contexte bien particulier dépendant de l’idée que se fait le ministère des PTT de la médecine du travail. Depuis 1943, la médecine du travail s’est généralisée dans l’administration des PTT par le biais de comités médicaux. Mais, centrée sur le contrôle de l’aptitude des candidats lors de leur recrutement et des agents en cours de carrière, cette médecine est d’abord une médecine du travail au service de l’entreprise orientée vers la recherche de l’efficacité, sous-tendue par une logique disciplinaire (Join-Lambert, 2003). Par ailleurs, l’instauration de comités d’hygiène et de sécurité en vigueur depuis 1947 dans le secteur privé qui vise à associer employeurs et syndicats n’existe pas aux PTT, sauf dans les centres de tri où des commissions d’hygiène sont créées pour y évaluer le niveau d’insalubrité, mais dont le fonctionnement reste embryonnaire dans les années 1950.

  • 5 Les congés de longue maladie ont été institués dans l’administration des PTT en 1948 pour 4 types d (...)

5Le Guillant part du postulat que l’augmentation importante du nombre de cas de maladies mentales dans les services féminisés des PTT tient d’abord à la dégradation des conditions de travail. Son argumentation repose sur un pilier essentiel : les statistiques publiées par l’Association pour les congés de longue durée (APCLD) en 1955 qui font état d’une augmentation substantielle des congés de longue durée pour maladie mentale dans l’administration des PTT5. De 1948 à 1955, le nombre de ce type de congés passe de 76 en 1948 à 636 en 1955, même si, prend-on la peine de signaler, ces données statistiques sont sûrement passibles de corrections. Mais leur interprétation se trouve rapidement au centre d’une controverse. Insistant sur le nombre de cas de congés de longue durée pour maladies mentales au vu des statistiques disponibles, c’est-à-dire celles de l’APCLD, Le Guillant y voit un grave problème de santé mentale au travail là où le médecin en chef des PTT n’y voit qu’un problème mineur au regard du nombre de cas concernés. Tout le problème consiste alors à expliquer l’origine de ces cas de troubles nerveux, s’ils relèvent de la maladie mentale, ce qui permettrait aux agents concernés de pouvoir bénéficier de congés de longue durée.

  • 6 L’Humanité, novembre 1955, « SOS dans les PTT ».

6C’est ainsi que les conditions de travail deviennent le thème de recherche principal à partir duquel se structurent les enquêtes de Le Guillant. L’objectif affiché est double : d’une part, montrer que le surmenage des téléphonistes et des mécanographes des centres de chèques postaux est dû au rôle néfaste de l’organisation du travail fortement influencée par l’organisation scientifique du travail, et, d’autre part, rechercher les éléments pathogènes à l’origine de la fatigue nerveuse ailleurs que sous l’angle des conditions de vie, du comportement ou des prédispositions des individus. Le Guillant entend aussi accumuler suffisamment de preuves pour alimenter la thèse qu’il défend, à savoir l’existence d’une névrose expérimentale chez les téléphonistes et les mécanographes des PTT. En 1955, il alerte l’opinion publique en publiant des tribunes dans le journal L’Humanité pour dénoncer les graves dangers que présente, selon lui, la « course à la productivité » dans les entreprises. En prenant l’exemple des téléphonistes et des employés des centres de chèques postaux, il rapporte au cours de « journées marxistes sur la productivité » que les travailleurs soumis à des cadences excessives présentent incontestablement des signes d’épuisement nerveux ou, plus exactement, d’un trouble de l’activité nerveuse supérieure de moins en moins réversible par le repos au fil du temps6. Il signe quelques mois plus tard avec Benoît Frachon, secrétaire général de la CGT, un article dans l’Humanité intitulé « L’envers de l’opération productivité ». Citant Marx, Le Guillant se livre à une critique en règle de l’organisation scientifique du travail, conçue selon lui spécifiquement pour servir la loi du capitalisme, au travers de laquelle une puissance inhumaine règne sur tout. Il accuse surtout le capitalisme d’être à l’origine des « nouvelles maladies de la productivité » qui entraînent des troubles fonctionnels nerveux, digestifs et circulatoires. Selon lui, d’innombrables facteurs y concourent : la fixation de normes à respecter, l’attribution de primes et le contrôle accru du travail, la densité de la journée de travail et la diminution de la porosité du temps de travail qui sont, selon Le Guillant, « poussés à un point intolérable ».

  • 7 PTT-Solidarité, n° 27, janvier 1956.

7Le Guillant obtient l’autorisation de diffuser un questionnaire détaillé aux militants cégétistes pour réaliser une enquête grâce à l’entremise du secrétaire général de la CGT-PTT, Georges Frischmann, membre du bureau exécutif du Parti communiste avec qui Le Guillant entretient des liens étroits. Mais il est conscient que l’échantillonnage risque d’être biaisé parce que trop peu représentatif des caractéristiques sociales et culturelles de l’ensemble du personnel des PTT. De plus, le faible échantillon mobilisé dans le cadre de l’enquête risque d’atténuer la validité de son caractère scientifique. Le Guillant cherche alors à l’élargir pour faire reposer son travail sur une base statistique moins réfutable. De fait, il envisage d’utiliser le concours de l’APCLD pour mener une enquête dont les premiers résultats sont rapportés en décembre 1955 lors d’une journée d’étude organisée par l’APCLD, puis publiés presque simultanément dans la revue de l’association PTT-Solidarité en janvier 19567et dans une revue médicale à vocation scientifique, La Presse médicale en février de la même année. Présentés sous la forme d’un tableau clinique reprenant les différents symptômes de surmenage nerveux des employées, ils tendent à montrer une forme de mal-être au travail que Le Guillant attribue au travail répétitif sous contrainte d’un contrôle du rendement coercitif (Le Guillant, 1956). Selon lui, les symptômes décrits par les téléphonistes ne leur sont pas propres mais concernent « tous les emplois comportant, avec ou sans fatigue musculaire, un rythme excessivement rapide des opérations ainsi que des conditions de travail objectivement ou subjectivement pénibles associant mécanisation des actes et monotonie, surveillance étroite, rapports humains dans l’entreprise altérés » (Ouvrier-Bonnaz, 2006). Les conditions de travail sont alors clairement identifiées comme étant à l’origine de ce mal-être. De son point de vue, l’âge, la situation familiale, les conditions de vie ne jouent qu’un rôle mineur dans l’apparition des troubles liés au mal-être au travail : « Nous avons retrouvé à peu près les mêmes symptômes quelles que soient les conditions de vie, ce sont donc les conditions professionnelles qui semblent pour l’essentiel responsables des névroses » (Le Guillant, 1956). S’il ne réfute pas complètement l’explication par les facteurs liés aux conditions de vie, Le Guillant déclare que ce sont bien d’abord les effets néfastes de l’intensification du travail, et plus spécifiquement l’organisation du travail fondée sur la « course aux rendements » qui sont à l’origine de la « fatigue nerveuse » des employées des PTT. Cela lui permet d’avancer l’idée de l’existence d’un syndrome de l’activité nerveuse dont seraient atteintes un grand nombre de téléphonistes, notamment chez celles travaillant dans les centraux téléphoniques parisiens.

  • 8 Archives nationales, 19890032, article 8, notifié par le directeur régional de la région de Toulous (...)
  • 9 Archives nationales, 19890032, article 8, notifié par le directeur régional de la région de Toulous (...)

8Mais le scepticisme autour des travaux de Le Guillant s’empare de médecins. Suite à l’article paru dans la presse médicale, le médecin chef des PTT reçoit une proposition de collaboration d’un professeur de médecine, M. J. Planques, pour porter la contradiction à Le Guillant. Impressionné par les conclusions auxquels sont parvenus Louis Le Guillant et Jean Bégoin, ce professeur reconnaît d’abord l’importance et l’impact prévisible des travaux des deux médecins, avant d’émettre de sérieux doutes concernant le fait que les téléphonistes puissent fournir un important contingent de névrosés : « Cela ne peut manquer d’avoir un grand retentissement dans le monde médical, et ne peut laisser indifférent les médecins attachés à l’administration des PTT. [...] Le fait ne nous paraît pas évident. Il ne pourrait ressortir que de l’étude statistique. Si cette étude statistique ne confirme pas les points de vue de Le Guillant, alors il me paraît nécessaire qu’une mise au point vigoureuse soit souhaitable dans La presse médicale et je m’offre à y collaborer éventuellement »8. À l’inverse, souligne-t-il, si cette étude confirme le bien-fondé des critiques qu’adressent les auteurs à l’administration des PTT, force sera bien de rendre plus humaines les conditions de travail des téléphonistes en France. Mais finalement, aucune étude infirmant ou confirmant la thèse de Le Guillant n’est réalisée de la part de ce professeur de médecine. Il en va aussi du Docteur Mazette de l’université de Lyon, membre de l’APCLD, qui émet l’idée de concilier les points de vue des salariés dont la médecine du travail doit protéger la santé physique et l’équilibre psychique, et les intérêts de l’entreprise où l’activité s’accroît rapidement, en mettant l’accent sur l’amélioration du « climat psychologique dans l’entreprise et en adaptant la main-d’œuvre à des tâches conformes avec les exigences de la physiologie et les règles de l’hygiène »9.

La pénibilité avérée du travail des téléphonistes et des employées des chèques postaux

  • 10 Archives nationales, F 90 bis 840249, article 111, secrétariat général des PTT, direction de la Cai (...)
  • 11 PTT-FO, syndicaliste, février 1954.

9De fait, aux PTT, le statut de fonctionnaire mis en place en 1946 est concomitant de nouvelles méthodes d’organisation du travail qui répondent à une exigence accrue de rationalisation de la gestion du personnel, et ce dans un contexte d’augmentation rapide du trafic postal et téléphonique (Join-Lambert, 2001). Juste après la guerre, l’administration des PTT doit recruter massivement du personnel pour faire face à la croissance de l’activité postale et des télécommunications. Les PTT qui ont déjà une longue tradition d’une répartition sexuée des emplois préfèrent recruter des femmes pour les métiers de téléphonistes et d’employées des chèques postaux à partir d’un principe justificateur simple, celui reposant sur leur supposée plus grande efficacité que les hommes pour effectuer des tâches de bureau parcellisées (Bachrach, 1986 ; Bertinotti, 1985). On pense aussi qu’elles sont plus nerveuses que les hommes et que, de ce fait, elles ont un meilleur rendement qu’eux. À Paris, l’administration des PTT est un grand pourvoyeur de main-d’œuvre féminine pour combler les emplois dans les centraux téléphoniques et les centres de chèques postaux des grands centres urbains après la guerre. Ainsi, au centre de chèques postaux de Paris, le personnel d’exécution est constitué à 100 % de femmes sur un effectif d’environ 3 200 personnes. Dans les centraux téléphoniques, les concentrations de personnel féminin sont impressionnantes : environ 90 % des 4 000 agents du service de l’interurbain sont des femmes. Inspirés par les principes de l’organisation scientifique du travail, les gestionnaires cherchent aussi à organiser l’activité des téléphonistes et des employées des chèques postaux de la façon la plus efficace possible. En effet, comme dans les centres de tri, on pense que les centres de chèques postaux offrent une excellente opportunité pour y mener des expériences de rationalisation du travail étant donné « les frappantes analogies avec les organismes industriels ou commerciaux où des méthodes rigoureuses de travail ont été couronnées de succès »10. C’est ainsi qu’au milieu des années 1950 prédomine dans ces établissements un travail exécuté à une cadence accélérée qui accentue la monotonie du travail. Il est vrai que, depuis longtemps, le travail dans les centres de chèques postaux a une réputation d’usure avérée à tel point que le syndicat Force ouvrière n’hésite pas à déclarer que « lorsqu’un agent féminin est nommé à “Paris-Chèques”, c’est pour elle une véritable catastrophe : “Paris-Chèques” est un véritable enfer »11. Les employées sont réparties dans différentes salles où travaillent en général une quarantaine de personnes qui exécutent toute la journée les mêmes opérations :

  • 12 Témoignage de Camille Senon, colloque « Femmes et syndicalisme », Actes du colloque, Institut CGT d (...)

Il faut à vive allure vérifier et ajuster les chiffres. On n’est encore plus abrutie le soir quand on a tapé que des chiffres toute la journée. C’est un travail à la chaîne, à la cadence accélérée sous l’œil de surveillantes tatillonnes qui distribuent généreusement des procès-verbaux… Une erreur ? Vous devez faire des recherches et rester une heure ou deux après la sortie : tout le trafic doit être épongé au cours d’une vacation.12

  • 13 Avant l’institution de cette directive, lorsqu’une opératrice avait établi un nombre de communicati (...)

10Dans les centraux téléphoniques, les opératrices sont soumises à un système de normes productives difficiles à respecter que l’administration des PTT a consigné dans un bulletin officiel en 1950. Il est notifié notamment que leurs performances individuelles doivent être systématiquement comparées au rendement moyen d’un groupe de dix opératrices, ce rendement moyen étant obtenu en divisant le nombre total d’appels par le nombre d’opératrices13. Ainsi, la logique disciplinaire se trouve accentuée par les exigences de productivité et la mise en concurrence des employées :

  • 14 Témoignage rapporté dans Raffa-Lonati, Fourrier, Lhomet & Le Naour, 2005.

Rivés au meuble avec une pause de quelques minutes, casque d’écoute sur la tête, nous travaillons à un rythme effréné dans un bruit incessant, harcelées par les surveillantes, soumises à une obligation de rendement transmise régulièrement… Les évanouissements, les crises de nerfs sont choses courantes. Il y a, toujours prête, cachée derrière le meuble, une civière pour évacuer celle qui s’écroule. Je l’utiliserai aussi…14

11Comme chez les téléphonistes, le travail dans les centres de chèques postaux se caractérise d’abord par le manque d’initiative qui revient aux employés. Entièrement codifié, il tend à transformer les agents en automate dont la qualité s’apprécie d’abord en fonction de la rapidité des gestes à effectuer. Le roulement entre les différents postes existe, mais se fait de façon variable. En général, ce sont les plus jeunes qui sont affectées au travail mécanisé, les plus anciennes n’ayant pas un rendement suffisant pour tenir ces positions. Au fil du temps, le volume de chèques à traiter ne cesse d’augmenter : de 1949 à 1960, la progression des virements dépasse 50 %, et celle des mandats de paiement 70 %, alors que dans le même temps les effectifs n’augmentent que de 6 % : « Les nerfs en prennent une rude secousse et la santé aussi », notent les militants de la CGT-PTT. Dans les centres de chèques postaux, les chèques doivent être traités au jour le jour si bien que les piles de dossiers qui s’amassent devant les tables constituent une pression au rendement. Bien que les salles soient presque toutes insonorisées, il règne dans les salles de travail un bruit de fond, sourd et assourdissant qui altère sensiblement les conditions de travail :

Lorsqu’on entrait dans notre salle de travail, immense, on aurait dit qu’il pleuvait tellement les machines étaient bruyantes… Le bruit assourdissant des machines de mécanographie dans un bâtiment entièrement construit au ciment était vraiment insupportable.

12En 1955, Jean Cayeux, président de la commission de la famille, de la population et de la santé publique résume de cette façon la situation des effectifs dans les centres de chèques postaux dans un courrier qu’il adresse à l’Assemblée nationale :

  • 15 Archives nationales F 90 21, 21 janvier 1955, Assemblée nationale, lettre à M. le Ministre, suggest (...)

Le ministère des Finances ne satisfaisant pas les demandes d’effectifs présentées par l’administration, il s’ensuit que les centres de chèques postaux se trouvent dans l’obligation d’imposer au personnel des normes de rendement élevées et souvent excessives.15

  • 16 PTT-Solidarité. Organe officiel de l’association du personnel des PTT France et outre-mer en congé (...)

13De l’aveu même des surveillantes, la situation est particulièrement critique au centre des chèques postaux de Paris où 4 000 employées remplissent un certain nombre de « tâches excessives, sont sujettes à des prises de service matinales, travaillent 7 ou 8 heures sans interruption, sans compter les rivalités entre les brigades, les crises de nerfs qui surgissent. »16

14Cependant, certains éléments comme la contribution des travailleurs à leur propre exploitation viennent contrebalancer le seul argument des conditions de travail avancé par Le Guillant pour expliquer les atteintes à la santé au travail du personnel féminin du bas de l’échelle aux PTT. Comme dans le cas des agents du tri postal, une règle non officielle joue pleinement le rôle régulateur de gestion de la charge de travail des employés des chèques postaux (Mahouche, 2010). Cette règle contient l’idée d’être « au pair » à la fin de chaque vacation du matin, c’est-à-dire de traiter la totalité de la charge de travail pour ne pas la reporter sur la brigade de l’après-midi. Dans cette brigade, c’est plutôt la solidarité qui joue entre les employés : elles connaissent à peu près la charge de travail à traiter tout au long de la vacation et mettent un point d’honneur à ne pas laisser une « situation en désordre », comme elles disent, à leurs collègues de l’après-midi. L’entraînement par le collectif fonctionne alors à plein pour les employées :

  • 17 Témoignage d’une employée des chèques postaux de Paris, PTT-Solidarité. Organe de l’association du (...)

Celles qui travaillent en face-à-face s’entraînent les unes avec les autres. On voit les gestes d’en face et on a tendance à suivre la même cadence. Souvent, je dis à mes camarades : “Mais ne travaillez donc pas si vite”, mais c’est plus fort qu’elles… C’est un peu de notre faute si les cadences sont vives : il faut tout liquider dans la journée…17

15Dans les brigades de l’après-midi, l’encadrement a institué une règle officieuse qui consiste à faire bénéficier le personnel de sorties anticipées pour compenser les effets d’une charge de travail importante lors des pointes de trafic. En effet, comme les agents du tri postal, les employées des centres de chèques postaux acceptent facilement un surcroît de travail en échange d’une baisse de l’amplitude de leur journée de travail, car elles sont avides de bénéficier de sorties anticipées de l’ordre de 10, 20, 30 ou même parfois de 45 minutes lorsque les circonstances le permettent : « Si tout est fini à 19 heures, vous partirez à 19 heures au lieu de 19 heures 30 ». Cet arrangement ne rencontre que peu d’obstacles de leur part, car chacune des jeunes femmes aspire à sortir avant l’heure légale pour arriver plus tôt à la maison. Il permet surtout d’augmenter les cadences des employés grâce à la technique de « l’appât » sans qu’aucune pression sous la forme d’un contrôle direct ne soit instituée. Les employées, prises d’émulation, atteignent alors des cadences élevées :

  • 18 Le Figaro, Hélène de Turkheim

Les mécanographes tapent à une vitesse folle sur les machines sans qu’il soit possible de voir leurs mains sur le clavier tant le va-et-vient du chariot de la machine est rapide. Les machines ne sont pas insonorisées et leur bruit martèle les pauvres têtes pendant les sept heures trente de la vacation. Le bruit règne en maître du haut en bas des 6 étages : elles m’ont paru encore plus épuisées que les téléphonistes... Pour gagner 30 minutes, il se passe un phénomène difficile à contrôler : les opératrices travaillant en vis-à-vis arrivent à tenir des cadences forcenées qu’on ne leur réclame pas obligatoirement, mais qui sont favorisées par la sortie anticipée qu’offrent les chefs quand le travail est terminé : pour 30 minutes gagnées chaque soir, déplore un chef, elles deviennent des sortes de robots… comme elles sont encore jeunes, elles résistent 2 à 3 ans et puis c’est la dépression nerveuse.18

16Paulette Dayan, militante de la CGT, se souvient de la tension créée par l’envie de bénéficier d’une sortie anticipée, renforcée par le désir de permettre à ses collègues de partir plus tôt :

  • 19 Témoignage de Paulette Dayan, colloque « Femmes et syndicalisme », Actes du colloque, Institut CGT (...)

Finalement, le pire n’était pas les journées chargées, mais la journée moyenne, car les filles se livraient alors à une course épuisante pour gagner un quart d’heure, une demi-heure ou parfois davantage. Puis, elles finissaient par s’habituer progressivement à des cadences élevées. Ensuite, pour les mécanographes, c’était impossible de ralentir la cadence... Pour elles, aller tout doucement était une souffrance trop affreuse.19

  • 20 Témoignage de Madeleine Colin, militante cégétiste détachée pour des raisons de santé.

17Ainsi se dessine un bilan mitigé concernant l’origine de la « fatigue nerveuse » des employées des PTT qui tient aussi bien au caractère délétère de leurs conditions de travail qu’à la fatigue générée par l’augmentation volontaire du rythme de travail pour pouvoir bénéficier de sorties anticipées (Roy, 2006 ; Burawoy, 1979). Le mal-être au travail provient aussi parfois de ce que le personnel féminin noue comme rapport dans le cadre de ses interactions quotidiennes avec la hiérarchie. L’encadrement, spécifiquement masculin, est souvent méprisant : il use parfois de déclarations grivoises en direction des jeunes filles lorsqu’elles font, par exemple, une déclaration de grossesse auprès de leur hiérarchie : « Lorsqu’une employée est enceinte, elle a droit à ce type de réflexion : « vous vous êtes endormie sur le rôti » ou bien « il n’y a pas d’eau courante chez vous »20. Dans les années 1950, le phénomène d’altération de la santé au travail du personnel féminin d’exécution des PTT est aussi en prise avec un fait social majeur, l’évolution du travail salarié des femmes dans les grandes villes qui favorise une concentration importante de jeunes femmes originaires du monde rural dans des grands centres urbains. Grâce à l’instruction obligatoire qu’elles ont reçue, le temps passé au travail a plus de valeur qu’avant la guerre surtout dans le contexte de la fonction publique où l’égalité de traitement est assurée avec les hommes (Tilly, Scott & Scott, 1978). Un grand nombre de ces jeunes femmes continuent à travailler après l’arrivée de leur premier enfant même si elles éprouvent de sérieuses difficultés pour concilier leur vie professionnelle et leur vie personnelle. De fait, à Paris, la majorité des employées des chèques postaux et des téléphonistes, soumises à des horaires de travail atypiques, éprouvent de grandes difficultés à concilier leur vie professionnelle et leur vie privée lorsqu’elles ont un enfant. Leur quotidien ressemble alors souvent à une course effrénée entre le travail, les transports en commun et les tâches parentales et ménagères (Mahouche, 2012).

La mise sur agenda de la « fatigue nerveuse » par la CGT-PTT

  • 21 Cette tradition est matérialisée dans une revue syndicale d’inspiration féministe, Le journal des D (...)
  • 22 Rapport moral de la Commission exécutive fédérale du 14e Congrès fédéral, novembre-décembre 1952, l (...)

18Au début des années 1950, la CGT, affaiblie par la scission de Force ouvrière, ne cesse de perdre des adhérents surtout chez les employés et les fonctionnaires où la confédération subit une érosion notable de ses effectifs après le schisme de décembre 1947 (Mouriaux, 1982). En 1953, la CGT a perdu la moitié de ses effectifs par rapport à 1948. De plus, isolée depuis l’entrée dans la guerre froide, elle subit des attaques de la part des pouvoirs publics alors que, dans le même temps, la participation des salariés à la vie syndicale décline. Benoît Frachon, son secrétaire général, décide alors de revenir à une conception très anticapitaliste du syndicalisme sur la base de la théorie de la paupérisation absolue qui conduit la CGT à organiser des actions revendicatives sur la base d’une confrontation sans concession avec l’État et le patronat. Or, aux PTT, bien qu’il existe une tradition de lutte teintée de féminisme, ce projet vient buter sur le faible engagement du personnel féminin dans le syndicalisme et les mouvements sociaux21. La grande majorité du personnel féminin n’a pas de rapport direct avec le syndicalisme au début des années 1950. Son taux de syndicalisation est très faible et très peu de femmes ont des responsabilités syndicales, sans compter que le militantisme est vivement réprimé dans les centres de chèques postaux et les centraux téléphoniques (Mangiapane, 2003). Leur éloignement vis-à-vis du syndicalisme est tel que les rares femmes qui prennent la défense des salariés sont d’abord des femmes de militants. D’origine rurale pour la plupart, les employées des PTT ont passé leur enfance dans des familles où l’autorité paternelle est forte. Leur part de docilité les conduit à accepter facilement un rythme de travail intensif tandis que leur part d’obéissance les amène à ajuster leur comportement sur celui des autres pour ne pas prendre le risque de se faire remarquer, de se voir attribuer des remontrances ou appliquer des sanctions. Perçues comme rétives à l’action collective, les employées n’osent, pense-t-on à la CGT, se singulariser en se syndiquant. De 1947 à 1953, les grèves ne touchent pas les services féminisés des PTT, exceptés lors du mouvement social de la fonction publique d’août 1953 qui voit la participation d’un grand nombre de téléphonistes et d’employées du centre de chèques postaux de Paris. Mais, par exemple, les grèves lancées par la Fédération postale en 1952 ne rencontrent aucun écho de la part du personnel féminin, ce qui conduit un militant cégétiste de l’époque à déclarer que « ce n’est pas avec les filles de Paris-Chèques qu’on fera la révolution. Même la grève insurrectionnelle de 1944, elles ne l’avaient pas fait… Pourtant, elles en ont bavé. » L’enjeu consiste alors pour Benoît Frachon « à gagner la bataille des femmes qui représentent le tiers ou la moitié de la classe ouvrière et dont le plus grand nombre se trouve en bas de l’échelle sociale en vue de leur mobilisation dans le cadre de la grève générale. »22

  • 23 L’examen de la contribution de la CFTC et de Force ouvrière au thème de la santé au travail dans le (...)

19C’est ainsi que Georges Frischmann, secrétaire général de la CGT-PTT et membre du comité central du Parti communiste, saisit l’occasion de favoriser l’engagement du personnel féminin dans l’action collective en prenant appui sur le problème de santé mentale au travail des téléphonistes et des employées des chèques postaux relevé par Le Guillant. Dans la presse syndicale cégétiste, la référence constante à ses travaux contribue à édifier sous couvert de légitimité scientifique l’idée d’une dégradation irrémédiable de la santé des téléphonistes et des employées des chèques postaux à cause du travail. Tributaire des savoirs de Le Guillant, Georges Frischmann décide de s’appuyer sur ses travaux pour appréhender un phénomène qu’il ne maîtrise pas, les atteintes à la santé au travail des téléphonistes et des employées des chèques postaux, même si la figure pathologique de ce personnel hante depuis longtemps les PTT. C’est dans ce cadre que le recours à la notion de la « fatigue nerveuse » entérine l’idée qu’il existe aux PTT une pathologie officielle touchant de façon uniforme le personnel féminin du bas de l’échelle23. Outre le fait que la façon dont Georges Frischmann se saisit de ce thème engage de sa part un élément politique stratégique, c’est aussi dans un souci de traduction de la notion de « névrose » susceptible d’être mal appréhendée par une partie du personnel qu’il préfère mobiliser la notion de « fatigue nerveuse », ancrée dans une réalité sociale ancienne, pour sensibiliser le personnel au thème de la santé au travail. La « fatigue nerveuse » devient alors l’instrument de cadrage essentiel à partir duquel la CGT développe un travail à visée mobilisatrice que la littérature cégétiste contribue à rendre visible en l’objectivant au plus près de son idéologie. Sa mise en visibilité est une opération qui s’inscrit d’abord dans le cadre du répertoire des ressources politiques des dirigeants de la fédération postale. Pour Georges Frischmann, cette notion s’avère une entrée intéressante pour pénétrer un univers de travail peu syndicalisé, car elle conduit à s’intéresser aux différentes formes de contrôle du rendement en vigueur dans les centraux téléphoniques et les centres de chèques postaux, et surtout d’en dénoncer les effets négatifs sur la santé au travail des employés :

  • 24 Vignes (1984).

Dans les chèques et le téléphone, la productivité maximale est obtenue grâce à une discipline rigoureuse et sous la menace constante d’une réduction des notes. Il en résulte une atmosphère fiévreuse et tendue qui explique l’augmentation inquiétante des maladies nerveuses dans ces services. C’est pourquoi la “fatigue nerveuse” doit être révélée pour que le personnel concerné puisse prendre conscience de la gravité du problème.24

20La démarche démonstrative consiste à faire apparaître que les taux de distribution de « fatigue nerveuse » présentent une forte corrélation avec les effectifs du personnel féminin occupant un poste subalterne. Les cas de « fatigue nerveuse » du personnel féminin recensés sont dénoncés comme des signes évidents de la pression au travail du fait que l’activité est effectuée dans un cadre disciplinaire extrêmement contraignant, ce qui conduit irrémédiablement à une recrudescence des affections nerveuses et mentales :

  • 25 Archives GF 9/23, Tract CGT, Institut CGT d’histoire sociale.

Outre les congés de longue durée (CLD), il faudrait tenir compte des milliers d’affections de santé des collègues du téléphone et des chèques… Ce personnel hésite à prendre du repos de la crainte de voir sa note baissée, et de la peur des surveillances de tout ordre.25

21Ainsi, la conception de la santé au travail qui transparaît du discours de la CGT induit une forme de déterminisme dans lequel le corps et l’esprit du personnel féminin, passifs, apparaissent comme soumis à une exposition permanente irrémédiable agissant de la même façon sur tous les individus. Dans ce contexte, la « fatigue nerveuse » n’est pas seulement la traduction de l’état pathologique du personnel féminin du bas de l’échelle aux PTT. Elle devient aussi l’expression d’un rapport de force, d’un rapport d’exploitation et de domination, constitutive de la condition sociale des téléphonistes et des employées des centres de chèques postaux qui rend ipso facto illégitime leurs conditions de travail. Au final, elle tend à agir comme un mécanisme d’attribution de caractéristiques féminines qui tendent à expliquer à la fois leur extrême vulnérabilité face aux conditions de travail et leur grande docilité vis-à-vis de l’autorité hiérarchique.

Un régime « sexué » de mobilisation collective

22En juin 1955, l’élection de Madeleine Colin au bureau confédéral de la CGT sur la proposition de Georges Frischmann lui permet d’obtenir des responsabilités qu’elle entend mettre au service d’une action syndicale dirigée vers les femmes :

  • 26 Colin (1989). Madeleine Colin qui est téléphoniste en 1952 fonde la revue Antoinette est aussi mili (...)

Les dirigeants de la CGT avaient compris que, sans les femmes qui représentaient environ 40 % des effectifs dans les PTT, ils ne pouvaient atteindre les objectifs politiques qu’ils s’étaient fixés.26

23C’est à cette occasion qu’est créé un organe mensuel syndical destiné aux femmes, Antoinette, dont Madeleine Colin devient la directrice. Tournée résolument vers la prise en charge de la condition féminine, l’idée que les problèmes de santé au travail rencontrés par les employées des PTT travaillant dans les grandes villes résultent autant de leurs conditions de travail que du produit de l’évolution du travail salarié des femmes prime avant tout. L’entreprise de dénonciation de ce magazine s’appuie comme l’a fait Georges Frischmann quelques années auparavant sur les travaux de Louis Le Guillant tout en ayant le souci de replacer les choses dans un contexte social plus large. Les auteurs mettent en avant une représentation de la condition sociale du personnel féminin dont l’avenir est scellé autour des liens qui se nouent entre les atteintes à la santé au travail et la difficile conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle. Cadences de travail sans cesse accrues, effectifs de plus en plus serrés, contrôle hiérarchique tatillon et déresponsabilisant, mais aussi temps contraint et absence de temps libre sont des éléments qui ressortent en leitmotiv et qui renvoient à la condition sociale du personnel féminin des PTT. À partir du début des années 1960, s’appuyant sur les travaux de Le Guillant expliquant que seuls deux jours de repos consécutifs permettent de récupérer véritablement de la fatigue et de la tension nerveuse d’une semaine de travail, les militantes féministes de la CGT-PTT mènent une campagne revendicative pour faire bénéficier le personnel féminin de la semaine de 5 jours :

  • 27 « Agents d’exploitation et contrôleurs des chèques. CGT-PTT », octobre 1960.

L’économie de temps, d’argent, de dépense nerveuse correspond à une volonté de ne plus vivre uniquement au bureau, faire son travail mais voir un peu ce qui se passe autour de nous, s’intéresser à ses enfants et, pour les jeunes filles, prendre le temps de tricoter ou coudre, se distraire… Voilà ce que veut le personnel, car les congés de maladie ne diminuent pas, bien au contraire.27

  • 28 La revendication de la réduction du temps de travail pour le personnel féminin n’est pas nouvelle : (...)
  • 29 Il est vrai que le personnel des PTT peut difficilement s’appuyer sur le corps médical pour y trouv (...)
  • 30 Madeleine Vignes, Les téléphonistes dans les PTT, préface de Madeleine Reberioux, Paris, 1984.

24Porteur d’une logique d’action qui permet de relier entre eux les ordres de justification relatifs à la fois aux conditions de travail et à la vie personnelle du personnel féminin, cette revendication qui s’ordonne autour de la réduction du temps de travail est l’occasion d’une mise en forme d’éléments déjà établis par ailleurs28. Elle s’incarne dans le désir profond du personnel de pouvoir échapper à des semaines de travail trop longues, de subir un rythme de travail épuisant auquel vient s’ajouter irréversiblement le travail dû aux charges familiales. Mais surtout, elle apparaît comme le meilleur moyen de donner corps aux plaintes du personnel féminin en lien avec leur santé au travail. Les militantes de la Fédération postale mettent d’abord en avant le fait qu’il est préférable d’avoir 52 samedis de repos plutôt que quelques repos compensateurs difficiles à obtenir. Elles établissent aussi un point de comparaison entre les services des chèques postaux et le milieu de la banque où les deux jours de repos consécutifs sont désormais la règle. Les formes de résolutions pratiques pour obtenir cette réduction du temps de travail s’orientent vers la mise à disposition de « cahiers de revendications » visant à recenser les problèmes d’ordre professionnel et privé du personnel féminin des PTT. En mars 1960, les premières remontées des cahiers revendicatifs laissent apparaître des préoccupations centrées autour de la question des conditions de travail, des questions de santé – comme la nécessité d’avoir un médecin permanent dans les centres de chèques postaux et un examen annuel de la vue pour tous les mécanographes –, mais aussi des questions liées à la vie familiale à travers la revendication de crèches et de garderies. Ces cahiers de revendications permettent aussi de recueillir un grand nombre d’affects, d’émotions laissant entrevoir le mal-être au travail persistant du personnel féminin. C’est ainsi qu’outre la réduction du temps de travail, les militantes féministes de la CGT saisissent l’occasion d’orienter leur argumentaire en direction de la défense, de la protection de la maternité et de l’application d’une médecine préventive du travail aux PTT29. Michèle Crenier, secrétaire du syndicat des services financiers de la Seine, tente d’imposer par exemple la création d’une crèche et d’une garderie au centre de chèques postaux de Paris, dénonçant la conception trop répandue au sein de la hiérarchie qui consiste à considérer la maternité comme « une calamité et un obstacle au rendement… Il suffit d’illustrer les brimades et les discriminations quotidiennes dont sont l’objet les employées qui travaillent en “mixte”, c’est-à-dire le plus souvent les mamans qui n’ont d’autres solutions de ces horaires qui correspondent aux heures d’ouverture des garderies », explique-t-elle. En effet, malgré ses 8 000 employés, l’établissement ne compte ni crèche ni garderie et les jeunes mères sont sujettes aux pires difficultés pour assurer la garde de leurs enfants. Les procès-verbaux pour quelques minutes de retard sont fréquents même lorsque cela concerne la garde d’un enfant malade : « Qu’on nous fasse grâce de ces réflexions désobligeantes pour les mères de famille. »30

  • 31 Correspondance de Paulette Dayan 1963-1964 et Madeleine Vignes 1967 : 3/10, Institut CGT d’Histoire (...)
  • 32 Madeleine Vignes, Les téléphonistes dans les PTT, préface de Madeleine Rébérioux, Paris, 1984.

25À partir des années 1960, les militantes féministes de la CGT-PTT revendiquent la réduction du temps de travail dans les centraux téléphoniques et les centres de chèques postaux en s’appuyant sur un mot d’ordre porteur en soi de progrès social « avoir le temps et les moyens de vivre » pour « qu’enfin les femmes puissent concilier leur rôle de travailleuse et leur rôle de mère »31. Ce mot d’ordre qui se veut fédérateur et mobilisateur est popularisé pour la première fois dans la revue Antoinette en 1962 dans le cadre d’une commission féminine organisée sur le thème de la réduction du temps de travail par la CGT-PTT32. La formule est reprise lors des assises pour la réduction du temps de travail en 1965, organisées par la confédération CGT à laquelle participent des personnalités du monde médical, des sociologues et des organisations féministes. Elle renvoie plus largement à la prise en compte des aspirations des femmes salariées, notamment celles qui travaillent dans les grandes villes et qui ont des enfants, pour l’accès à une meilleure qualité de vie. Ainsi, Georges Frischmann déclare en 1964 :

  • 33 Georges Frischmann, « Nécessité d’un médecin notamment dans les “grands services féminins" », Le Mi (...)

Les employées des chèques sont soumises à des “intervacations” qui allongent l’amplitude de leur journée de travail tandis que les téléphonistes sont assujetties à des horaires matinaux ou tardifs sans compter le travail du dimanche insuffisamment compensé par rapport à leurs collègues masculins.33

  • 34 Vignes (1984).

26La revendication liée à la réduction du temps de travail est aussi un moyen pour la CGT de militer activement pour limiter les suppressions d’emplois du fait de la diffusion d’innovations technologiques qui se profilent à l’horizon aux PTT. Pour les militantes féministes de la CGT-PTT, le progrès technique tel que la diffusion de l’informatique dans les centres de chèques postaux ou de l’électronique dans les centraux téléphoniques, perçu comme générateur de progrès social, doit permettre de réduire le temps de travail34. C’est le cas par exemple à partir de 1961 lorsque les centres de chèques postaux entrent dans une phase de modernisation technique. En décembre 1961, à Dijon Chèques, 95 % du personnel signe une pétition pour obtenir la semaine en 5 jours, ce qui renforce la conviction des militantes féministes que les choses commencent à évoluer :

  • 35 Agents d’exploitation et contrôleurs des chèques, CGT-PTT, 1961.

Il y a quelques mois, aborder la question de la suppression du samedi matin était quelque chose qui faisait sourire. Chaque employé des chèques y pensait, mais comme on pense un rêve trop beau, presque inaccessible. Les autres syndicats nous taxaient presque de démagogie. L’ambiance n’est aujourd’hui plus la même. Pourquoi ? Parce que la CGT du centre de chèques postaux de Dijon a expliqué sans relâche depuis un an que le seul moyen de contrebalancer un peu de nos conditions de travail, le seul remède à apporter pour lutter contre la fatigue nerveuse sont les deux jours de repos consécutifs.35

27En 1961, la revendication de la semaine des 36 heures en 5 jours entre dans une nouvelle phase à Lyon-Chèques lors d’une consultation commune entre Force ouvrière, la CGT et la CFTC. Des grèves éclatent dans les centres de chèques postaux de Marseille, Lyon, Paris, Rennes, Rouen et Toulouse pour satisfaire aux revendications liées à la réduction hebdomadaire du temps de travail :

  • 36 Madeleine Vignes, « Grèves à Lyon et à Dijon actions à Paris Chèques », décembre 1962.

Pour la première fois dans l’histoire du mouvement syndical postier, des grèves ont lieu dans les services des chèques pour obtenir deux jours de repos consécutifs… Jamais, on avait vu des femmes et les jeunes filles en grève, toutes seules, pour leurs revendications particulières, note alors Madeleine Vignes36.

28Au centre de chèques postaux de Limoges, la revendication de la semaine en 5 jours est très populaire, mais le chef de centre se refuse à toute discussion, invoquant les sorties anticipées qui se limitent souvent à pouvoir bénéficier d’un quart d’heure avant l’heure de sortie officielle. En janvier 1963, un mouvement social est organisé par l’ensemble des syndicats dans les centres de chèques postaux pour obtenir la semaine en 5 jours auquel estimant que la santé des employées l’exige plus que tout.

29En janvier 1965, Paulette Dayan, militante féministe de la CGT, déclare lors du 19e congrès de la Fédération postale :

  • 37 Correspondance de Paulette Dayan 1963-1964 et Madeleine Vignes 1967, 3/10, Institut CGT d’histoire (...)

Les actions et les grèves dans les centres de chèques postaux et les centraux téléphoniques ont permis des succès que nous devons élargir notamment pour obtenir la diminution du temps de travail. Quelques acquis, çà et là : 20 minutes de pause à Paris Chèque, pas de sortie après 18 h 30 à Nantes… Qu’il ne soit pas fait obligation de demander deux ans de disponibilité pour le personnel féminin, des congés exceptionnels pour soigner un enfant, la fin de la baisse des notes pour les congés de maladie pendant la grossesse et les congés de maternité, la création de crèches et de garderies, un médecin obligatoire dans les grands services des PTT, l’application de la médecine du travail dans les PTT.37

30En février 1967, la Fédération postale qui annonce alors 10 000 adhérentes sur 120 000 employées des PTT revendique alors 18 semaines de congé maternité pour que les employées puissent concilier les obligations maternelles et professionnelles, le maintien intégral de toutes les primes en cas de congé de maternité, des congés exceptionnels sur simple certificat médical pour soigner un enfant malade, et l’éloignement des femmes enceintes des positions pénibles :

  • 38 Correspondance de Paulette Dayan 1963-1964 et Madeleine Vignes 1967, 3/10, Institut CGT d’histoire (...)

Les téléphonistes et les employées des centres de chèques postaux attendent toujours la réduction du temps de travail, la semaine en 5 jours, la création d’un réseau d’œuvres sociales… Elles se proposent d’être à la fois des mères de famille et des travailleuses, d’avoir de véritables loisirs, en un mot de conquérir le temps et les moyens de vivre38

31Ainsi, tout au long des années 1960 et même des années 1970, les mots d’ordre liés à la réduction du temps de travail remportent une vive adhésion chez un nombre grandissant d’employées des PTT alors que ce sont plutôt les hausses de salaire qui rencontrent la faveur des revendications du personnel masculin.

Conclusion

  • 39 Alors que dans le cas des mines, toute la difficulté réside pour les travailleurs à mobiliser les s (...)

32Dans les années 1950 et 1960, l’intérêt de la CGT-PTT pour le thème de la santé au travail permet d’insuffler une nouvelle voie à l’action collective aux PTT, grâce à l’engagement de militants syndicaux sur le terrain du savoir qui s’appuient sur l’expertise scientifique d’un médecin psychiatre reconnu, Louis Le Guillant39. La « sanitarisation » du discours syndical de la CGT-PTT se comprend dans le cadre de l’élargissement du répertoire de l’action collective en vue de capter le salariat féminin, perçu comme rétif à l’action collective, sur la base d’un espace de discussion entre syndicalistes et scientifiques. L’expertise scientifique a donc ici une influence prépondérante sur la prise en charge de ces thèmes considérés par la CGT-PTT comme secondaire par rapport à celui de la revalorisation des salaires au cours des années 1950, mais acquiert aux PTT un statut particulier dans les années 1960. Cette orientation permet alors véritablement une montée en puissance de la mobilisation du personnel féminin tout au long des années 1960 sur la base de revendications faisant écho aux transformations du salariat féminin et de la famille, centrées autour de la réduction du temps de travail et de l’amélioration de la condition féminine du personnel féminin dans les PTT.

  • 40 Voir par exemple « Pour une histoire par en bas de la santé au travail. Entretien avec l’historien (...)

33Au fil du temps, le thème de la santé au travail devient partie prenante du rapport de force qui se noue entre l’administration des PTT et la CGT-PTT où la première cherche à tirer le meilleur parti du temps et de la force de travail des employées, et la seconde tente de susciter l’adhésion des catégories de personnel féminin du bas de l’échelle en s’appuyant sur l’expertise scientifique pour atteindre des objectifs politiques. Ainsi, émerge un double questionnement s’inscrivant dans l’histoire de la santé au travail des PTT autour de la place respective que prennent l’expertise scientifique et l’action syndicale dans la mise en visibilité des problèmes liés à la santé au travail et autour de la configuration des relations entre les différents acteurs sociaux pour rendre compte de la façon dont le thème de la santé au travail est pris en charge aux PTT. Cette façon d’aborder le thème de la santé au travail dans une institution comme les PTT permet de renouveler l’analyse historique de la contribution des organisations syndicales au thème de la santé au travail en passant d’une histoire du mouvement ouvrier à une histoire qui s’intéresse à l’histoire de l’expertise, des faits politiques et des relations professionnelles40.

Haut de page

Bibliographie

Bachrach Susan (1987), « La féminisation des PTT en France, au tournant du siècle », Le Mouvement social, n° 140, 69-87.

Bertinotti Dominique (1985), « Carrières féminines et masculines dans l’administration des postes et télégraphes à la fin du xixe siècle », Annales ESC, 625-640.

Bressol Élyane, Dreyfus Michel, Hedde Joël et Michel Pigenet (dir.) (2006), La CGT dans les années 1950, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Billiard Isabelle (2001), Santé mentale et travail ; l’émergence de la psychopathologie du travail, Paris, La Dispute.

Burawoy, Michael (1979), Manufacturing Consent : Changes in the Labor Process Under Monopoly Capitalism, Chicago, University of Chicago Press.

Coffin Jean-Christophe (2005), « Le travail dans les services rend-il malade ? L’analyse du psychiatre Louis Le Guillant dans les années 1950-1960 », Le Mouvement social, n° 211, 67-81.

Colin Madeleine (1989), Traces d’une vie dans la mouvance du siècle, Paris.

Dreyfus Michel (1995), Histoire de la C.G.T. Cent ans de syndicalisme en France, Bruxelles, Complexe.

Frischmann Georges (1967), Histoire de la fédération CGT des PTT, Paris, Éditions sociales.

Join-Lambert Odile (2001), « Au nom du rendement. L’invention de l’inaptitude aux PTT (1944-1958) », La Revue de l’Ires, n° 37.

Join-Lambert Odile (2003), « Regards sur l’État employeur et la santé au travail. Histoire du service médical des PTT (1943-1977) », Travail et emploi, n° 96.

Le Guillant Louis (1954), « Introduction à une psychopathologie sociale », L’Évolution psychiatrique, 19, 1-52.

Le Guillant Louis (1956), « La névrose des téléphonistes », La Presse médicale, vol. 64, n° 13, 275.

Lapie Victor (1950), La fatigue nerveuse, Paris, Éditions J. Oliven.

McAdam Doug, Tarrow Sidney et Charles Tilly (2001), Dynamics of Contention, Cambridge, Cambridge University Press.

Mahouche Bruno (2010), Les centres de tri de la Poste dans la tourmente de l’histoire, Paris, L’Harmattan.

Mahouche Bruno (2012), « Conflits d’activité, conflits sociaux », Temporalités [En ligne]. URL : http://temporalites.revues.org/2289

Mangiapane Sylviane (2003), Les filles des chèques postaux. Contribution à l’histoire du syndicalisme PTT, 1945-1978, Le Temps des Cerises et L’Institut d’histoire sociale de la CGT-PTT.

Mouriaux Réné (1982), La C.G.T., Paris, Le Seuil.

Lhomet Elisabeth (2005), « Une vie aux PTT : une simple vie de non-cadre mais si riche… », dans Raffa-Lonati Louise, Fourrier Christiane, Lhomet Élisabeth et Josette Le Naour, Travail et intimité. Les PTT au féminin, Paris, Comité pour l’histoire de la Poste, Mémoire postale, 124-232.

Ouvrier-Bonnaz Régis  (2006), « L. Le Guillant. Le drame humain du travail. Essais de psychopathologie du travail », L’Orientation scolaire et professionnelle, 35/4, 597-600.

Rosenthal Paul-André (2009), « De la silicose et des ambiguïtés de la notion de “maladie professionnelle” », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 56, 83-98.

Roy Donald (2006), Un sociologue à l’usine. Textes essentiels pour la sociologie du travail, Paris, La Découverte.

Schwartz Colette, Jacquet Yveline et Pierre Lhomme (2008), Des demoiselles du téléphone aux opérateurs des centres d’appel, Pantin, Le Temps des Cerises.

Tilly Louise A. et Joan W. Scott (1978), Les femmes, le travail et la famille, Paris, Petite Bibliothèque Payot.

Vignes Madeleine (1984), Les téléphonistes dans les PTT, préface de Madeleine Reberioux, Paris, M. Vignes.

Vincent Julien, « Pour une histoire par en bas de la santé au travail. Entretien avec l’historien Jean-Claude Devinck », Mouvements, 2/2009 (n° 58), 68-78.

Volkoff Serge et Anne-Françoise Molinié (2011), « L’écheveau des liens santé-travail et le fil de l’âge », dans Degenne A., Marry C. et S. Moulin (s/d.), Les catégories sociales et leurs frontières, Laval (Québec), Presses de l’université Laval, 323-344.

Haut de page

Notes

1 Le Guillant entre au Parti communiste français en 1947.

2 Le Guillant souligne que la notion de névrose des téléphonistes est réapparue dans la littérature scientifique ces toutes dernières années avec la publication de l’étude de Mme Pacaud qui a analysé certains mécanismes de la fatigue nerveuse des téléphonistes (Pacaud, 1949).

3 Voir par exemple Victor Lapie, (La fatigue nerveuse, 1950), qui attribue à la fatigue nerveuse une multiplicité de causes comme « le tempérament nerveux », le surmenage, l’atmosphère moderne, les chocs émotifs ou encore les contrariétés.

4 PTT-Solidarité, n° 29, avril 1956.

5 Les congés de longue maladie ont été institués dans l’administration des PTT en 1948 pour 4 types de maladies : la tuberculose, le cancer, la poliomyélite et les maladies mentales. Juridiquement, cette mesure permet aux agents des PTT atteint de maladie mentale d’accéder au statut de malade et d’être mis en congé de longue durée.

6 L’Humanité, novembre 1955, « SOS dans les PTT ».

7 PTT-Solidarité, n° 27, janvier 1956.

8 Archives nationales, 19890032, article 8, notifié par le directeur régional de la région de Toulouse à M. le secrétaire d’État des PTT, lettre manuscrite du professeur J. Planques au médecin chef des PTT, objet : article paru dans La Presse médicale » concernant la névrose des téléphonistes, février 1956.

9 Archives nationales, 19890032, article 8, notifié par le directeur régional de la région de Toulouse à M. le secrétaire d’État des PTT, lettre manuscrite du professeur J. Planques au médecin chef des PTT, objet : article paru dans La Presse Médicale » concernant la névrose des téléphonistes, février 1956.

10 Archives nationales, F 90 bis 840249, article 111, secrétariat général des PTT, direction de la Caisse nationale d’épargne, des chèques postaux et des articles d’argent. Circulaires confidentielles à l’attention des directeurs régionaux.

11 PTT-FO, syndicaliste, février 1954.

12 Témoignage de Camille Senon, colloque « Femmes et syndicalisme », Actes du colloque, Institut CGT d’histoire sociale, 2 et 3 décembre 1999.

13 Avant l’institution de cette directive, lorsqu’une opératrice avait établi un nombre de communications équivalent à la charge de base du service, elle avait atteint ses quotas.

14 Témoignage rapporté dans Raffa-Lonati, Fourrier, Lhomet & Le Naour, 2005.

15 Archives nationales F 90 21, 21 janvier 1955, Assemblée nationale, lettre à M. le Ministre, suggestions concernant les problèmes intéressant le fonctionnement du centre de Paris.

16 PTT-Solidarité. Organe officiel de l’association du personnel des PTT France et outre-mer en congé de longue durée, février 1955. 

17 Témoignage d’une employée des chèques postaux de Paris, PTT-Solidarité. Organe de l’association du personnel des PTT en congé de longue durée, janvier 1955.

18 Le Figaro, Hélène de Turkheim

19 Témoignage de Paulette Dayan, colloque « Femmes et syndicalisme », Actes du colloque, Institut CGT d’histoire sociale, 2 et 3 décembre 1999.

20 Témoignage de Madeleine Colin, militante cégétiste détachée pour des raisons de santé.

21 Cette tradition est matérialisée dans une revue syndicale d’inspiration féministe, Le journal des Dames des PTT, qui paraît de 1924 à 1937.

22 Rapport moral de la Commission exécutive fédérale du 14e Congrès fédéral, novembre-décembre 1952, la Fédération postale, octobre 1952.

23 L’examen de la contribution de la CFTC et de Force ouvrière au thème de la santé au travail dans les années 1960 montre qu’il n’existe aucun consensus parmi les syndicats aux PTT concernant l’usage de la notion de la « fatigue nerveuse ». Si la CFTC ne se désintéresse pas du thème de la santé au travail, la notion de « fatigue nerveuse » n’est jamais reprise à des fins revendicatives comme elle l’est par les dirigeants de la Fédération postale.

24 Vignes (1984).

25 Archives GF 9/23, Tract CGT, Institut CGT d’histoire sociale.

26 Colin (1989). Madeleine Colin qui est téléphoniste en 1952 fonde la revue Antoinette est aussi militante au Parti Communiste. Voir.

27 « Agents d’exploitation et contrôleurs des chèques. CGT-PTT », octobre 1960.

28 La revendication de la réduction du temps de travail pour le personnel féminin n’est pas nouvelle : en 1955, lors d’une conférence consacrée aux téléphonistes, les opératrices du central téléphonique de Lille Interurbain revendiquaient la possibilité de prendre un repas chaud à la cantine et surtout évoquaient la réduction du temps de travail à 36 heures par semaine pour pouvoir bénéficier du même régime que leurs collègues de l’Interurbain à Paris. Voir La Fédération postale, « Les conditions de travail des téléphonistes », séance du 30 novembre 1955, février 1956. 

29 Il est vrai que le personnel des PTT peut difficilement s’appuyer sur le corps médical pour y trouver un soutien moral lors des visites médicales de routine. Ainsi, cette employée qui, convoquée à une visite médicale fait part au médecin de sa grande fatigue, se voit adresser une fin de non-recevoir alors qu’elle souffrait de tuberculose : « Ce n’est rien, ne vous inquiétez pas, tout le monde est très fatigué », lui déclare alors le médecin qui la reçoit.

30 Madeleine Vignes, Les téléphonistes dans les PTT, préface de Madeleine Reberioux, Paris, 1984.

31 Correspondance de Paulette Dayan 1963-1964 et Madeleine Vignes 1967 : 3/10, Institut CGT d’Histoire Sociale

32 Madeleine Vignes, Les téléphonistes dans les PTT, préface de Madeleine Rébérioux, Paris, 1984.

33 Georges Frischmann, « Nécessité d’un médecin notamment dans les “grands services féminins" », Le Militant, Rapport d’activité de la C.E. nationale et programme fédéral, décembre 1964.

34 Vignes (1984).

35 Agents d’exploitation et contrôleurs des chèques, CGT-PTT, 1961.

36 Madeleine Vignes, « Grèves à Lyon et à Dijon actions à Paris Chèques », décembre 1962.

37 Correspondance de Paulette Dayan 1963-1964 et Madeleine Vignes 1967, 3/10, Institut CGT d’histoire sociale.

38 Correspondance de Paulette Dayan 1963-1964 et Madeleine Vignes 1967, 3/10, Institut CGT d’histoire sociale.

39 Alors que dans le cas des mines, toute la difficulté réside pour les travailleurs à mobiliser les syndicats et les médecins malgré une sensibilisation extrême à leur environnement de travail, à la Poste, c’est le phénomène inverse qui se produit (Rosenthal, 2009). Ce sont d’abord les médecins, puis un syndicat qui prend en charge un phénomène lié à la santé au travail à partir de considérations politiques.

40 Voir par exemple « Pour une histoire par en bas de la santé au travail. Entretien avec l’historien Jean-Claude Devinck », J.-C. Devinck, Le mouvement ouvrier et l’avènement de la médecine du travail en France (1880-1950), doctorat d’histoire, Paris, EHESS, 2009 pour une histoire qui s’intéresse au thème de la santé au travail par le biais de l’histoire du mouvement ouvrier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Mahouche, « Femmes téléphonistes et employées des chèques postaux aux PTT : une stratégie syndicale de mise en visibilité des atteintes à la santé au travail (1950-1960) », La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 22 mai 2017. URL : http://nrt.revues.org/1405 ; DOI : 10.4000/nrt.1405

Haut de page

Auteur

Bruno Mahouche

Docteur en histoire contemporaine

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org