Navigation – Plan du site
Corpus – Santé au travail : regards sociologiques

Les sociologues et le stress

Quelques enseignements des recherches anglo-saxonnes
Sociologists and stress. Lessons from English language research
Los sociólogos y el estrés. Algunas enseñanzas de las investigaciones anglosajonas
Marc Loriol

Résumés

Discuté depuis plus longtemps qu’en France dans les pays anglo-saxons et scandinaves, le stress au travail a fait l’objet de plusieurs tentatives d’analyses sociologiques, dont certaines demeurent peu connues. Dans un premier groupe d’étude, l’on peut trouver les travaux qui cherchent à objectiver par des données statistiques le lien entre la position sociale ou l’organisation du travail d’une part et la survenue de tel ou tel risque de santé d’autre part. Ces recherches butent toutefois sur la dimension subjective et contextualisée de la perception des situations de travail et du mal-être. Les approches constructivistes, quant à elles, permettent de mettre en évidence la dimension sociale et collective du sens donné aux difficultés rencontrées dans le travail. L’articulation des ces deux grandes approches pour aborder le stress comme un processus social complexe et dynamique caractérise les recherches sociologiques plus récentes et apporte un éclairage subtil sur la grande variabilité, d’un milieu professionnel à l’autre, du rapport à l’activité et au mal-être.

Haut de page

Texte intégral

1Avec la médiatisation et le début de prise en compte du stress ou de ce que l’on appelle maintenant les risques psychosociaux (RPS), un nombre croissant de sociologues se sont tournés vers l’étude de ce phénomène présenté comme « nouveau ». La participation des sciences sociales au débat sur le stress au travail est motivée par deux logiques complémentaires. De nombreux auteurs, tout d’abord, on été attirés par un objet qui permettait de penser l’articulation du social et du psychologique, des structures économico-sociales et du psychisme individuel, de l’objectif et du subjectif. Ensuite, beaucoup ont réagi aux représentations du social véhiculées par les théories psychologiques ou médicales sur le stress et fondées sur une approche de l’individu et du psychisme décontextualisée et anhistorique (Newton, 1995) qui appelle une critique sociologique.

  • 1 Par rapport à la France, les travaux des sociologues nord-américains intéressés par le stress ne se (...)

2En réaction à cette psychologisation des difficultés au travail, quelques auteurs ont proposé une grille d’analyse permettant d’apporter un regard spécifiquement sociologique et ont participé, quoique de façon plus discrète que la médecine et la psychologie, à notre appréhension actuelle du phénomène. C’est le cas notamment aux États-Unis et en Grande-Bretagne où l’intérêt scientifique et les controverses autour du terme de stress1 ont été plus précoces (dés les années 1970). C’est pourquoi cet article porte essentiellement sur les enseignements et réflexions épistémologiques et pratiques à tirer des travaux anglo-saxons, dont certains sont peu connus en France. Il ne s’agit pas de proposer une revue exhaustive de ces recherches, mais plutôt de présenter un échantillon représentatif des différentes postures de recherches et des questions qu’elles soulèvent en vue de développer un programme d’analyse sociologique des difficultés et du stress ressenti au travail.

3Deux grandes postures peuvent être dégagées pour caractériser la critique sociologique. La première reproche aux travaux médicaux ou psychologiques d’ignorer les facteurs sociologiques structurels responsables du stress, tandis que la seconde remet en cause l’idée même de stress ou de RPS comme entités bien définies, à l’étiologie stable et universelle. Alors que la première approche privilégie les études statistiques visant à mettre en lumière les liens entre des facteurs structurels objectifs (statut social, forme d’organisation du travail, etc.) et l’apparition de risques, la seconde valorise plutôt les dimensions subjectives du phénomène et les études de cas montrant comment le sens des contraintes liées au travail et le mal-être éventuel sont localement construits et gérés en ayant recours ou non à des entités pathologiques. Plus récemment, pour dépasser les apories de ces deux approches ainsi que l’opposition entre éléments objectifs et perceptions subjectives, certains auteurs ont tenté de définir le stress comme un processus social complexe et dynamique. Chacune de ces approches conduit à valoriser certains types d’intervention et de prévention plutôt que d’autres.

1. Stress et structures sociales : tenter d’objectiver une relation causale

4Relier la souffrance ou le mal-être, y compris au travail, à la position sociale n’est pas une nouveauté pour les sociologues puisque les principaux « pères fondateurs » de la discipline ont développé des réflexions dans ce sens. Marx, à propos du travail aliéné, précise dès 1844 que l’ouvrier « y mortifie son corps et ruine son esprit ». Durkheim, quant à lui, reliait la profession et le statut social au taux de suicide, via le niveau d’anomie du groupe. Ces intuitions fondatrices ont inspiré diversement les sociologues.

1.1. Stress et stratifications sociales

5En opposition aux approches médicale et psychologique du stress, centrées sur la réaction individuelle aux stresseurs étudiée indépendamment de la position sociale des sujets, plusieurs sociologues ont souligné le fait que l’exposition aux difficultés et aux stresseurs, tout comme la capacité à réagir à ces difficultés et à ces stresseurs, variaient forment d’un groupe social à l’autre. La structure sociale détermine en effet la plus ou moins grande exposition aux difficultés et aux privilèges, aux menaces ou à la sécurité, à la pénibilité ou au confort, etc. Mais la position sociale détermine également les ressources (financières, sociales, cognitives) plus ou moins importantes pour faire face aux problèmes.

  • 2 L’idée de coping, en sociologie, remonte à William Isaac Thomas (1863-1947) pour qui la capacité d’ (...)

6Bruce Dohrenwend, (1961) est un des premiers à démontrer que la façon de s’adapter à un stresseur (le coping2) ne dépend pas seulement des compétences individuelles, mais aussi de facteurs plus structurels comme l’appartenance de classe ou l’origine ethnique qui déterminent les contraintes et les ressources de chacun. Ainsi, étudiant 1 800 familles relogées après l’agrandissement d’un pont à Manhattan, il met en évidence le fait que les familles blanches ont plus de facilités à se reloger et présentent moins de symptômes liés au stress que les familles noires.

7Les sociologues qui étudient les corrélations entre la classe sociale et le stress insistent alors sur la conjonction de facteurs congruents. Mark Tausig (1999), par exemple, résume les travaux sur le lien entre santé mentale au travail et stratification sociale en distinguant quatre grandes dimensions : tout d’abord, les emplois les plus modestes sont généralement ceux qui présentent à la fois de mauvaises conditions de travail, de fortes exigences et de faibles possibilités de contrôle et de reconnaissance ; ensuite, les milieux sociaux défavorisés sont les plus exposés au chômage, au sous-emploi, aux conséquences des restructurations économiques ; de plus, le marché du travail est segmenté et les emplois et avantages ne sont pas équitablement distribués entre les différentes catégories sociales ; enfin, les conflits de rôle, notamment pour les femmes, sont plus difficilement gérés dans les familles modestes, d’autant qu’elles sont plus touchées par la fragilisation de la structure familiale traditionnelle (famille monoparentale, remise en cause, du fait du chômage, du rôle de « soutien de famille » de l’homme, etc.).

  • 3 Une étude sur le système australien d’indemnisation du stress professionnel (qui existe dans l’État (...)

8Pour le sociologue Australien Chris Peterson (1999), les ouvriers sont plus à risques du point de vue du stress que les cols blancs, car ils cumulent des emplois mal payés, pénibles, dangereux (risque de blessures, d’exposition aux toxiques ou au bruit), peu prestigieux, avec de faibles marges de contrôle et d’autonomie, un travail exploité et aliéné, des difficultés hors travail plus importantes, etc. De plus, la fréquence et la banalité des atteintes à la santé conduisent les ouvriers, par rapport à d’autres groupes sociaux, à moins tenir compte de leurs problèmes tandis que la médecine et la santé publique auraient tendance à minimiser les atteintes à la santé par le travail, notamment industriel. Les ouvriers sont donc moins bien pris en charge et leurs problèmes moins bien reconnus et donc renvoyés à des fragilités individuelles (dépression), ce qui accentue encore les inégalités avec d’autres groupes3.

9Ces travaux sociologiques sont confortés par les résultats de l’épidémiologie sociale. Deux spécialistes, Richard G. Wilkinson (2005) et Michael Marmot (2005) ont contribué à la mise en évidence des liens entre inégalités sociales et santé : plus un groupe ou une société est marqué par de fortes inégalités de revenu et de prestige, plus les indicateurs sanitaires moyens y seront mauvais. L’étude longitudinale dite de Whitehall II, menée depuis 1985 auprès d’une cohorte de 10 308 fonctionnaires britanniques âgés de 40 à 64 ans, montre ainsi que lorsqu’on descend dans l’échelle sociale le risque de mourir de façon prématurée d’une maladie cardiovasculaire augmente. Bien évidemment, le stress n’est pas la seule explication pour ces inégalités : en moyenne, on fume plus, on boit plus, on mange de façon moins équilibrée quand on est employé ou ouvrier que lorsqu’on est cadre. Mais les comportements à risque (tabac, alcool, alimentation) n’expliquent qu’un peu moins de la moitié des inégalités observées. Le reste est attribué par les réalisateurs de l’étude à la capacité de résistance au stress. Ceux qui occupent un poste élevé semblent mieux supporter les contraintes liées au travail. Par exemple, si la pression artérielle ou le taux de cortisol augmentent pendant le travail pour toutes les catégories de salariés, après le travail, ils diminuent d’autant plus vite que l’on est haut de la hiérarchie (Marmot et al., 1997). La situation de faible contrôle sur son travail empêche des formes de coping centrées sur l’action et favorise la chronicisation des mécanismes physiologiques de stress qui d’adaptatifs deviennent nocifs. Cette étude conforte les hypothèses et travaux conduits par Karasek et Theorell (1990), avec qui Marmot a d’ailleurs publié plusieurs articles.

10Les sociologues qui se sont intéressés aux inégalités sociales et à ses conséquences sur la santé et le stress préconisent généralement de dépasser le niveau de l’entreprise ou du poste de travail pour replacer le problème dans une vision plus globale de l’économie, de la société et des politiques publiques : renforcement des droits des travailleurs face aux propriétaires des moyens de production et promotion d’une égalité réelle (et non plus seulement formelle) face à l’accès aux différents droits (santé, éducation, logement, etc.). L’absence de préconisations d’actions au niveau de l’entreprise peut expliquer le faible retentissement des ces travaux dans les débats sur le stress.

1.2. Lier l’organisation du travail et les atteintes à la santé

11Différents sociologues ont cherché, à l’inverse, à déterminer quelle dimension de l’organisation du travail pouvait le mieux expliquer et prédire le risque de stress professionnel. Un exemple typique est, dans les années 1970, le modèle de l’ambiguïté et des conflits de rôle du psychologue social Robert L. Kahn (1964). Selon cette théorie, recevoir des consignes ou des prescriptions contradictoires ou floues dans son activité professionnelle serait générateur d’angoisses et de stress, car un rôle ne peut être accompli qu’au détriment des autres. Mais, comme l’ont démontré Crozier et Friedberg (1977), l’incertitude peut aussi être l’occasion pour le salarié d’augmenter ses marges de manœuvre (zone d’incertitude), de se soustraire au contrôle des autres à l’instar du médecin dans l’organisation hospitalière ou du policier face à sa hiérarchie. Robert L. Kahn, lui-même avait bien conscience de cette possible objection. C’est pourquoi, pour tenter de la dépasser, il pose que ce n’est pas la situation objective de conflit ou d’ambiguïté de rôle en elle-même qui est nocive, mais la façon dont elle est perçue par l’individu. Cette nouvelle formulation semble toutefois tautologique : les contradictions et le flou dans les prescriptions seraient source de stress pour ceux qui vivent mal cette situation et pas pour ceux qui la vivent bien ! Devant une telle évidence, la question intéressante serait plutôt de comprendre pourquoi certains salariés subissent l’ambiguïté ou les conflits de rôle comme des contraintes tandis que d’autres peuvent en faire une ressource pour accroître l’autonomie collective. Cela suppose une attention à chaque contexte organisationnel particulier.

  • 4 L’Américain Robert Karasek, après des études d’ingénieur et d’architecture a réalisé son doctorat e (...)

12C’est pour surmonter cette difficulté que des modèles plus élaborés ont tenté de caractériser la situation dans laquelle se trouve pris le travailleur à travers deux (voire trois) variables différentes. Le modèle de Karasek et Theorell (1990)4 cherche ainsi à intégrer les dimensions de l’organisation collective et des conditions de travail. L’idée est que le salarié confronté à un travail exigeant et complexe (charge de travail élevée, rythmes de travail rapides et morcelés, activités complexes, etc.), avec de faibles marges de manœuvre (peu de libertés sur l’organisation du travail, de mobilisation possible des compétences, d’épanouissement, etc.) mais aussi peu de soutien social (aide et réconfort des collègues et supérieurs) va devoir prendre sur lui et ses réserves, ce qui se traduira à terme par une dégradation de la santé. Dans le questionnaire de Karasek, les items portent sur des dimensions du travail censées porter atteinte – sans médiation par une évaluation subjective – à la santé. La situation de Job Strain (forte demande et faible latitude) est objective et place quasi mécaniquement le salarié dans une situation difficile pour sa santé et son bien-être.

13L’analyse de Karasek doit beaucoup à l’étude menée par Bertil Gardell en 1975 dans laquelle l’aliénation et le manque d’autonomie des travailleurs étaient reliés aux atteintes à la santé mentale. Cette « école suédoise » ou « nordique » (Väänänen et al., 2012) d’analyse et de prévention du stress va trouver des applications immédiates dans la loi de 1977 sur l’environnement de travail (Arbetsmiljölagen) qui prévoit que le travail doit être varié et offrir à chaque travailleur de véritables occasions de coopération, de participation à l’organisation de l’emploi du temps et au contrôle de la cadence comme des méthodes de travail (Marichalar, 2013), mais aussi avec l’expérience dans deux usines automobile Volvo qui supprime la chaîne traditionnelle de montage au profit d’équipes autonomes ayant la responsabilité de tout un ensemble de tâches (Kalmar en 1972), puis à Uddevalla (1985) où l’ensemble du montage d’un véhicule est confié à une équipe réduite (Theorell, 2003 ; Väänänen et al., 2012).

  • 5 Johannes Siegrist, après des études de sociologie à l’université de Bale, est directeur de l’instit (...)

14Le modèle de Siegrist5 met quant à lui en balance les efforts au travail (rythme, charge, interruption, heures supplémentaires, efforts physiques) et les retours que le salarié en retire (respect et soutien des collègues et des supérieurs, justice, perspective de carrière, sécurité de l’emploi, salaire, etc.). Le sentiment d’injustice conduit à épuiser l’envie de s’investir. L’évaluation du caractère plus ou moins perturbant des items par le répondant montre que le questionnaire de Siegrist laisse une petite place à la subjectivité individuelle et intègre une mesure des « profils de personnalité ». Pour une part, le déséquilibre effort-récompense participe de la perte de sens du travail qui a souvent été pensée comme une des formes de l’anomie.

15Les modèles de Karasek et de Siegrist ont connu un fort succès, tant auprès des chercheurs que des praticiens, et sont cohérents avec les résultats des travaux sur le lien entre santé et classe sociale (même s’ils ne font pas référence à cette notion). Ils possèdent un certain pouvoir prédictif au niveau de larges populations et ont donné lieu à des échelles d’évaluation des risques relativement facile à utiliser. Toutefois, leur usage très répandu comme outil de gestion des risques au niveau de l’entreprise est critiqué. Peu sensibles aux contextes locaux particuliers qui rendent les déséquilibres demandes/latitude ou efforts/récompenses plus ou moins nocifs pour le psychisme et la santé, ces échelles ont pour effet de « moyenniser » les situations, de masquer certaines formes de souffrance dans des entreprises où les résultats ne sont « pas pires qu’ailleurs », comme certaines directions d’entreprise ont tenté de l’argumenter.

1.3. La psychologisation de deux concepts sociologiques : l’aliénation et l’anomie

16Dans les écrits de Marx, l’aliénation ouvrière est le fruit du système capitaliste et de la propriété privée des moyens de production. Le travailleur est rendu étranger à l’espèce humaine en devenant une marchandise, sa propre production lui est devenue étrangère, lui échappe pour devenir elle-même une marchandise soumise aux lois du marché et le travail réel, dépourvu de sens, n’est plus un lieu d’épanouissement et de réalisation de soi. Il s’agit clairement d’une condition objective qui pèse sur les travailleurs et contribue à la « mortification du corps et de l’esprit », au sentiment de ne pas être soi dans son travail. Ce concept du « jeune Marx » semble toutefois éclipsé par ses travaux économiques sur l’exploitation.

  • 6 Melvin Seeman est actuellement (2013) professeur émérite de sociologie à l’UCLA (University of Cali (...)

17L’aliénation connaît néanmoins au cours des années 1960-1970 un regain d’intérêt dans le cadre d’une sociologie critique du travail, comme moyen de rendre compte de l’insatisfaction ou du malaise ressentis. Le sociologue américain Melvin Seeman6 se fait, dès 1959, le champion de l’application empirique de la notion d’aliénation à l’étude des effets des conditions de travail. Mais pour faire de la notion marxiste, issue de la philosophie, un outil quantitatif maniable, il en change radicalement la signification. Non seulement il décompose l’aliénation en cinq grandes dimensions (impuissance, perte de sens, anomie, décalage de valeurs et non-réalisation de soi), mais surtout il tente de proposer pour chacune des échelles de mesure applicables à chaque individu. D’une situation objective et collective, structurellement déterminée, l’on passe donc à une perception individuelle liée à des dynamiques psychologiques personnelles. Ainsi, l’inégalité structurelle de pouvoir n’est plus abordée que sous le prisme du « sentiment d’impuissance » (c’est-à-dire la probabilité estimée par l’individu que son comportement ait ou non une influence sur son monde social, son impression de contrôler ou non la situation). Comme le reconnaît Seeman (1967), ce n’est pas la situation réelle qui l’intéresse, mais les attentes des individus comprises sous un angle psychologique.

18La première raison d’un tel déplacement est de donner une plus grande cohérence opérationnelle au concept d’aliénation. Chacune des dimensions hétérogènes évoquées dans la littérature est ramenée à un même ordre de phénomène : attentes de compréhension du milieu, attentes de réussite conformément aux normes du milieu, etc. Les cinq dimensions sont ainsi approchées de façon cohérente en prenant pour base les qualités de l’individu et son rapport personnel au milieu social. Cela permet alors d’établir plus facilement des corrélations statistiques entre tel ou tel type de comportement et telle ou telle dimension de l’aliénation : par exemple, l’anomie aurait ainsi pour conséquence l’hostilité entre catégories de salariés tandis que l’étrangeté des valeurs conduirait au « désordre mental ». La significativité statistique des corrélations entre les attentes ou valeurs mesurées par les échelles et les comportements, constate Seeman, est supérieure à celle existant entre les éléments objectifs du contexte et les comportements. Ce sont donc bien des considérations pratiques et pragmatiques qui poussent Seeman et d’autres sociologues américains à psychologiser les notions d’aliénation ou d’anomie de façon à mieux mettre en évidence des corrélations statistiques valables dans différents contextes professionnels ou culturels. Le passage de la situation concrète, toujours particulière, à des attentes et valeurs standardisées par des échelles de mesure quantitatives rend apparemment comparables des cas qui ne l’étaient pas auparavant.

19Cet épisode des recherches sociologiques sur la satisfaction au travail à l’aide d’outils quantitatifs individualisant des concepts sociologiques est significatif à plus d’un titre. Non seulement certaines des intuitions ou corrélations ainsi mises au jour vont se retrouver dans les outils les plus récents d’évaluation du stress et des RPS – échelles de Karasek ou de Siegrist, échelles de stress, etc. –, mais surtout, la psychologisation, pour éviter les effets des contextes locaux réduisant la capacité à établir des liens de causalité statistiques généraux, jalonne l’histoire du stress des années 1960 à nos jours. Pourtant, dès 1956, Pitirim Sorokin avait dénoncé cette « quantophrénie » ou « testomanie » de la sociologie américaine qui tend à simplifier les phénomènes étudiés. Ainsi, ce n’est pas seulement parce que le stress a été essentiellement étudié par des médecins ou des psychologues que cette notion a été psychologisée ou individualisée, mais aussi parce que les chercheurs ont cherché à objectiver le phénomène pour en dresser une étiologie et une sémiologie universelle, capable de prédire les risques dans n’importe quel contexte. D’un déterminisme socioéconomique essentiellement vérifié à l’échelle de larges populations et en termes probabilistes, l’on passe à un déterminisme psychologique difficilement réfutable, car en partie tautologique (les gens qui vont mal sont ceux qui perçoivent négativement leur situation sociale). L’individu est ainsi rendu responsable de son stress (il n’a qu’à changer sa façon de voir) et l’organisation est dédouanée.

2. Démontrer la dimension collective et sociale de la perception du stress et des stresseurs

20La définition la plus reprise, notamment par l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, repose sur une analyse cognitivo-comportementale : le stress survient lorsqu’il y a « un déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et ses propres ressources pour y faire face ». Cela serait donc un déséquilibre ressenti – perçu, plutôt que réel – par le travailleur en fonction de sa personnalité, de ses traits de caractère. Le travail sociologique doit au contraire mettre en avant les dimensions sociales et collectives des perceptions des stresseurs et du stress. Tout d’abord en montrant que la notion de stress a une histoire et que la construction du sens des difficultés peut être variable d’un milieu de travail à l’autre.

2.1. La construction sociale de la catégorie de stress

21Dans une approche de sociologie des sciences, plusieurs auteurs ont proposé une étude critique de la notion de stress afin d’en souligner la dimension socialement construite et située.

22Le travail d’Hans Selye (1907-1982) a été particulièrement étudié (Newton, 1995 ; Viner, 1999) tant sa contribution à l’institutionnalisation de la théorie du stress a été importante. Toute sa vie, Selye n’a eu de cesse de reconstruire sa propre « découverte » du stress au fur et à mesure que le concept était repris dans différentes arènes scientifiques et profanes. Il a également créé plusieurs instituts, fondations et centres d’étude sur le stress et a œuvré à rapprocher les différents chercheurs travaillant sur le thème. Face à la réception mitigée d’une partie de la communauté scientifique, il a constamment recherché des « alliés » (au sens de la théorie de l’acteur-réseau de Latour) dans différents cercles. Ce sont les médecins et psychologues militaires qui ont tout d’abord soutenu ses recherches, mais il a aussi su intéresser les milieux industriels et religieux à ses réflexions (promesse d’adaptation de l’homme au travail et d’efficacité, prétention à synthétiser dans ses travaux la philosophie de vie de la plupart des religions, etc.) ? C’est justement le caractère plastique et ouvert de la définition du stress qui a été une des clés de son succès. Toutefois, le recours à des alliés puissants, notamment les psychologues cognitivo-comportementalistes, a eu pour effet que la définition du stress lui a peu à peu échappé, passant d’un modèle physiologique général à un concept psychologique différentialiste.

23D’après l’anthropologue Allan Young (1980), en intercalant entre les évènements et les réactions physiologiques, la perception individuelle et émotionnelle de la réalité sociale plutôt que la réalité elle-même, les théories psychologiques et même psychosociales du stress rendent la corrélation difficilement réfutable empiriquement et permettent de concevoir le « social » comme autant de caractéristiques décontextualisées isolables les unes des autres. Ce faisant les travaux sur le stress apportent une caution scientifique à une croyance de sens commun plus ancienne que les théories du stress elles-mêmes : les émotions négatives causées par des changements auxquels l’individu peine à s’adapter provoquent des maladies.

24Le succès des théories du stress est donc lié à la fois aux efforts des promoteurs du concept et au contexte historique et social qui leur donne sens. Pour David Wainwright et Michael Calnan (2002), la forte croissance des plaintes de stress en Grande-Bretagne dans les années 1980 est liée à la conjonction de deux évolutions. D’une part une attaque idéologique contre les travailleurs et leurs représentants : discours politique agressif contre les supposés avantages excessifs des travailleurs ; remise en cause de l’emploi à vie ; exigence de flexibilité au profit des employeurs et des actionnaires ; responsabilisation individuelle des salariés ; remise en cause des syndicats. D’autre part, une métamorphose des valeurs sociales et des formes de gestion de la déviance et des conflits : valorisation de l’expression des émotions ; apparition puis diffusion dans la psychiatrie de la notion de stress traumatique ; psychologisation, victimisation et médicalisation des personnes prises dans des difficultés sociales. « L’épidémie » (le terme est utilisé de façon ironique pour souligner le soudain engouement pour ce type d’explication individualisante des problèmes) de stress au travail serait donc une réponse aux changements dans le travail prenant les formes promues par ce nouveau cadre socioculturel.

25Dans leur étude sur le succès de la notion de stress aux États-Unis à partir de 1976, Barley et Knight (1992) analysent l’usage symbolique qui est fait de ce terme dans certains groupes professionnels, notamment les métiers intermédiaires en quête de légitimité. Mettre en avant son stress, c’est souligner la difficulté de l’activité prise en charge, l’engagement personnel des professionnels concernés et enfin la compétence particulière qu’il faut savoir mettre en œuvre pour tenir malgré tout. À l’appui de cette hypothèse, les journaux destinés aux infirmières voient le nombre d’articles sur le stress augmenter de façon exponentielle à partir de 1976, tandis qu’il reste stable dans ceux destinés aux médecins. Les professionnels dont la légitimité est mieux établie auraient plutôt tendance à exprimer leurs problèmes en termes « d’insatisfaction au travail » qu’à travers la plainte de stress. Les recherches académiques sur le stress répondent à la recherche de légitimité de nombreuses semi-professions immergées dans de grandes organisations qui y voient une façon commode de gérer le malaise de leurs salariés.

26Le rapport entre les théories et la gestion du stress comme la mise en forme de l’expérience des difficultés professionnelles peut être vu de façon circulaire : les théories du stress ont du succès et sont réappropriées dans certains milieux sociaux parce que les acteurs concernés se reconnaissent au moins en partie dans la lecture qui est faite de leurs problèmes ; mais en même temps, le recours à la notion de stress contribue à formater plus encore l’interprétation de la situation dans un sens particulier. Tim Newton (1995) propose une expérience imaginaire : si l’on pouvait interroger deux personnes faisant exactement le même travail en 1904 et en 1994 sur les difficultés de leur métier, la première ne ferait pas référence au stress (un terme alors uniquement employé par des spécialistes de la mécanique et quelques physiologistes), tandis que la seconde s’y référerait abondamment ; elle aurait appris à exprimer son vécu au travail à travers la théorie du stress. Cela ne permet en aucun cas de dire que le travailleur de 1994 serait plus « stressé » ou plus atteint dans sa santé mentale que son homologue de 1904.

27Le savoir sur le stress a donc un caractère performatif et participe à la construction des stresseurs comme à la psychologisation de la lecture et de la gestion des problèmes sociaux. Ainsi, les salariés qui connaissent les théories du stress sont plus enclins à signaler, lors d’enquêtes par questionnaire sur leurs conditions de travail, les facteurs traditionnellement associés à ces entités (Moss & Lawrence, 1997). À l’inverse, les salariés qui se représentent plutôt leurs difficultés comme liées à des causes organisationnelles se trouvent renforcés face à l’adversité ; ils sont aussi moins réceptifs aux dispositifs de gestion psychoémotionnelle du stress (Harkness et al., 2005).

2.2. La construction locale du sens des situations stressantes et de la pénibilité

28D’autres recherches se sont penchées à un niveau plus mésosociologique, sur la mise en forme, à chaque fois spécifique, des difficultés et du mal-être au sein des organisations ou des équipes de travail. Ce qui « fait problème » (et la manière d’y faire face) dépend de la façon dont est négociée l’identité professionnelle. Une recherche sur une brigade de pompiers d’une ville moyenne américaine (Scott & Tracy, 2007) montre ainsi que les interventions médicales de routine auprès des SDF et des familles défavorisées remettent en cause l’image de héros ou du soldat du feu et sont perçues comme du sale boulot. Pour faire face à ce qui représente un risque de dévalorisation et de souillure, plusieurs stratégies sont mobilisées : mise en avant des interventions, des procédures et des équipements techniques les plus spectaculaires (usage de l’échelle, de la sirène, etc.), démonstrations et évocations viriles de l’usage de la force physique pour se démarquer du travail de « care », vantardise sur les prouesses sexuelles, etc. C’est à travers les interactions et discussions quotidiennes, les rituels, que les pompiers travaillent collectivement à maintenir leur identité. Marek Korczynski (2003) propose de parler de « communauté de coping » pour rendre compte de la façon dont les salariés gèrent ensemble et de façon spécifique à chaque groupe de collègues les émotions potentiellement négatives suscitées par les situations de travail qu’ils rencontrent.

29Chaque collectif de travail cherche, en fonction du contexte local et avec plus ou moins de succès, à construire un sens aux situations potentiellement stressantes afin de rendre supportable les exigences psychologiques de la tâche. Dans une étude sur les services sociaux de cinq hôpitaux américains, Debra Meyerson (1994) montre que dans un établissement où les patients souffrent plutôt de problèmes chroniques, les travailleurs sociaux sont fortement engagés dans le suivi et l’accompagnement des personnes. Pour eux, le burn out n’est pas un risque que les bons professionnels sauraient éviter mais une caractéristique de leur métier qui peut être plus ou moins supportable en fonction de la charge de travail, de l’organisation collective. Par contre, dans les quatre autres hôpitaux étudiés où les malades en phase aiguë sont plus nombreux et dans lesquels la vision médicale de la santé est prépondérante (la maladie est pensée comme le résultat d’un dysfonctionnement individuel que seul le médecin peut soigner), les travailleurs sociaux perçoivent leur rôle comme celui d’auxiliaire aidant à recaser les patients guéris mais en difficulté sociale. Pour eux, le bon professionnel ne doit pas confondre son rôle avec celui de soignant et devrait ainsi pouvoir limiter l’implication personnelle et le risque de burn out.

3. Le stress comme processus complexe et interactif

30Dire que le stress est la conséquence objective de conditions matérielles et sociales extérieures aux individus et qui s’imposent à eux et poser le stress comme une construction collective et contextualisée peut sembler incompatible. Pourtant, quelques travaux, depuis une vingtaine d’années invitent à dépasser cette opposition entre subjectif et objectif pour mieux en comprendre les imbrications dynamiques complexes.

3.1. Le modèle du « Stress Process »

  • 7 Leonard Pearlin est professeur émérite de sociologie à l’université de Colombia et a présidé les se (...)

31Le sociologue Leonard Pearlin7 (1989, 1999) est un des premiers à proposer une approche sociologique globale et intégrative du phénomène de stress. Il s’agit pour lui de le définir comme un processus dynamique complexe qui lie trois dimensions partiellement imbriquées : les stresseurs ou évènements qui peuvent potentiellement provoquer le stress, les médiateurs entre l’environnement et les conséquences sur la santé et le résultat sous la forme d’un tableau clinique particulier (stress, dépression, comportements déviants, etc.).

32Les stresseurs ou facteurs de stress, qui peuvent être aussi bien des évènements bien circonscrits que des contraintes plus durables et diffuses, sont généralement étudiés séparément dans la littérature, alors que dans la vie sociale ils apparaissent souvent liés sous la forme de « clusters de stresseurs ». Cela s’explique par deux raisons : la première est que les problèmes sociaux à l’origine de tel ou tel facteur de stress (mauvaises conditions de travail, manque de reconnaissance, etc.) sont souvent également responsables (ou corrélés à) d’autres facteurs (un manque de ressources, une absence de perspective de carrière) ; la seconde est que certains facteurs de stress peuvent entraîner l’apparition d’autres stresseurs (par exemple, des difficultés professionnelles peuvent rejaillir sur l’équilibre familial). Ainsi, des stresseurs primaires peuvent provoquer l’apparition de stresseurs secondaires qui viennent non seulement s’ajouter les uns aux autres, mais également rendre l’adaptation aux différentes difficultés plus laborieuse. Par exemple, les tensions familiales aggravées par les problèmes professionnels réduisent l’effet protecteur du soutien du conjoint et peuvent engendrer d’autres évènements comme un divorce, des comportements inadaptés (alcool, drogues, dépenses compulsives) qui portent atteinte aux ressources disponibles pour faire face. Ainsi, stresseurs et médiateurs entre l’environnement et le stress sont difficilement dissociables.

33Deux catégories de médiateurs sont traditionnellement évoquées dans la littérature sur le stress : le coping et le soutien social. Mais la façon dont ils sont conceptualisés n’est pas appropriée dans une perspective sociologique. Le coping est, en effet, pensé comme un trait de caractère relativement stable et les recherches qui utilisent ce concept pour expliquer pourquoi deux individus peuvent réagir différemment face à un même stresseur négligent généralement sa dimension sociale. Celle-ci tient, selon Pearlin, à deux caractéristiques : tout d’abord, les formes de coping mises en œuvre sont conditionnées par l’apprentissage social que l’individu fait dans son milieu social et professionnel des normes et des répertoires d’action en vigueur. Ensuite parce que chaque contexte rend plus ou moins possible ou pertinent tel ou tel type de coping. Par exemple, un individu socialisé dans la culture américaine sait que l’usage des émotions et des larmes peut être valable dans certains contextes (par exemple quand un homme politique doit avouer publiquement une infidélité conjugale) mais pas dans d’autres (par exemple lors d’un entretien d’embauche). Autre grande catégorie de médiateurs largement étudiée par la littérature sur le stress, le support social est lui aussi trop peu sociologisé dans la mesure où il ne tient pas assez compte de la nature des interactions en contexte ni des différences objectives dans la composition et le fonctionnement des réseaux sociaux d’une classe sociale à l’autre. Il ne suffit pas de prendre en compte le seul stock de contacts possibles d’un individu pour évaluer correctement sa capacité à modérer ou modifier les stresseurs. La façon dont les médiateurs médiatisent est donc inséparable de l’inscription sociale de l’individu, de son environnement organisationnel et institutionnel.

34Si l’accumulation et l’enchaînement des stresseurs, toujours spécifiques et contextualisés, ne peuvent pas être gérés, supportés, médiatisés, il peut en résulter un stress qui s’exprimera à travers différents signes physiologiques ou psychiques et conséquences pathologiques. C’est d’abord en termes de dysfonctions par rapport à un système social donné, de comportements inadaptés dans un milieu social particulier, de difficultés à performer les rôles sociaux attendus et à garantir la continuité des relations sociales, de carrières déviantes ou de bifurcations biographiques que le sociologue doit approcher les manifestations du stress plutôt qu’à travers les perturbations du système endocrinien. En fonction de son appartenance économique, sociale, ethnique ou de genre, les manifestations du stress d’un individu ne prendront pas les mêmes formes et les mêmes significations. Par exemple, le résultat d’un stress peut prendre plutôt la forme de troubles dépressifs chez une femme des classes moyennes et d’un usage excessif de l’alcool et de la violence chez un homme ouvrier.

35L’expérience sociale du stress peut ainsi suivre différentes formes et configurations qui s’inscrivent dans le parcours de vie de la personne et les contextes sociaux qu’elle traverse. Les arrangements économiques et sociaux locaux peuvent venir compenser ou renforcer les effets des constellations de stresseurs. Ainsi, pour Pearlin, le sociologue avisé doit contribuer à mieux comprendre ces emboîtements particuliers qui façonnent le destin des individus plutôt que de tenter d’établir des modèles prédictifs de corrélations et de causalités.

3.2. Enrichissements et prolongements du programme de Pearlin

36Le programme de recherche esquissé par Pearlin n’a eu que peu d’impact sur les travaux ultérieurs portant sur le stress, mais inspire tout de même un petit nombre de chercheurs (Thoits, 1991 ; Avison et al., 2010 ; McLeod, 2012 ; etc.) Peggy Thoits (1991, 1995) montre que le sens des stresseurs est lié à la menace qu’ils représentent pour l’identité familiale ou professionnelle de la personne, le respect de ses rôles sociaux. Elle introduit en outre dans l’analyse la notion de « travail émotionnel » (Hochschild, 1983) comme moyen de gérer ou de normer collectivement le rapport aux stresseurs. Jane McLeod (2012), quant à elle, s’intéresse au processus de négociation du sens. Si le stresseur affecte un individu particulier (licenciement, maladie, etc.), il va également avoir des répercussions sur les relations sociales de cet individu avec les autres personnes (collègues, famille, etc.) avec lesquelles il est en interaction, ce qui va conduire à une négociation et une construction partagée du sens de la nouvelle situation jouant un rôle dans la perception et les répercussions des stresseurs. Quand un évènement affecte toute une collectivité (restructuration de l’entreprise, tremblement de terre, etc.), celle-ci va être animée par un ensemble de débats et de discussions (en interne et en externe) qui vont contribuer à forger le sens de l’évènement (imputation de responsabilité, conséquences attendues, réactions souhaitables, etc.)

37La plupart des travaux évoqués dans le point 2.2. pourraient être facilement intégrés au programme initié par Pearlin. Toutefois, les réflexions sur la construction des catégories cliniques et leurs éventuels effets performatifs sur la façon dont la situation et les stresseurs sont expérimentés sont, à ma connaissance, absentes des travaux de Pearlin et de ses continuateurs. Comment les discours scientifiques et profanes sur le stress, lorsqu’ils sont intériorisés ou appropriés par les acteurs sociaux, participent-ils à la mise en forme du vécu et de l’expérience même des stresseurs ?

38Andrew Abbott (1990) prend l’exemple du stress pour questionner, comme il l’a fait dans ses travaux sur la notion de profession, la distinction traditionnelle entre objectivisme et subjectivisme. Il s’interroge par exemple sur le coping et le soutien social : s’agit-il de médiateurs qui viennent aider le salarié à affronter les stresseurs ou de moyens de masquer, de dissimuler et de rendre acceptables des atteintes à la santé – c’est-à-dire de favoriser un déni qui peut être au final dangereux – ? Le terme même de stress est ambivalent, car il évoque à la fois l’adaptation et le mal-être, la conformité et la déviance. Seule une approche constructiviste qui articule les approches objectivistes (le stress est une réalité psychophysiologique qui résulte de certains facteurs environnementaux) et interprétatives (le stress est un symbole, une métaphore, une figure rhétorique pour exprimer les difficultés et les contradictions qui traversent notre société) permet de comprendre le développement contemporain du stress : non seulement, les études sur le stress comme phénomène objectif ne peuvent faire l’impasse sur les significations sociales et les interprétations historiquement situées des acteurs, mais les approches interprétatives doivent aussi prendre en compte l’intériorisation des représentations et des discours qui s’imposent ainsi comme des faits, des réalités objectives aux yeux des acteurs concernés.

39Une vision élargie du processus de construction du stress pourrait se fonder sur l’articulation et l’imbrication de quatre niveaux d’analyse : l’invention, la diffusion et la réappropriation des catégories cliniques et des théories du stress ; la construction locale du sens des situations et des difficultés éventuellement ressenties (en ayant ou non recours aux concepts et théories du stress) ; l’étiquetage dans le milieu professionnel des personnes comme « stressées » ou à risque et l’impact sur le parcours professionnel et de vie de cette catégorisation. Pearlin a montré comment la perception des stresseurs pouvait être liée à la position dans le parcours de vie ; il s’est toutefois moins intéressé à la façon dont l’étiquetage d’une personne comme « stressée » plutôt que « burnoutée », « dépressive » ou « exploitée » pouvait peser de façon différentielle sur son destin social et les représentations du mal-être.

40Une telle approche du stress suppose un type particulier d’intervention fondé non pas sur une expertise extérieure, venant proposer des solutions clés en main, mais plutôt sur une coconstruction, avec les travailleurs concernés, de l’analyse de la situation de travail et des réponses collectives.

Conclusion

  • 8 C’est notamment ce que je me suis vu reprocher lorsque j’ai proposé un article à une revue de socio (...)
  • 9 Échanges personnels avec l’auteur par courrier électronique.
  • 10 Échanges personnels avec l’auteur par courrier électronique.

41Les travaux anglo-saxons ou nordiques sur le stress au travail illustrent la diversité des choix épistémologiques et des méthodes possibles, ainsi que leurs limites et apports propres (tant sur le plan pratique de l’action que théorique de l’analyse). Toutefois, malgré sa richesse relative, la sociologie nord-américaine du stress est restée très spécialisée (ceux qui travaillent sur le lien entre classes sociales et atteintes à la santé ne se sont pas intéressés aux travaux sur la construction du sens du stress ou des stresseurs, les spécialistes du support social ne travaillent pas avec ceux qui étudient les liens entre réseaux sociaux et santé, etc.). Il existe une crainte, pour certains sociologues, que des travaux sur la construction ou les représentations du stress fragilisent la crédibilité scientifique des liens entre organisation et stress ainsi que la légitimité des plaintes des travailleurs concernés8. En outre, d’après Mark Tausig9, le phénomène de spécialisation de la sociologie américaine et les coûts d’entrée importants pour s’approprier la compétence et la reconnaissance dans un sous-champ spécifique rendent difficiles la maîtrise des différentes dimensions d’analyse du stress. La revue Work & Stress, qui avait un temps été un lieu de débats interdisciplinaires où l’on pouvait trouver aussi bien des recherches quantitatives que des études plus qualitatives a décidé depuis peu de refuser ces dernières. Toon Taris, responsable scientifique de la revue, explique que le comité de rédaction a décidé de ne plus publier d’études qualitatives, car celles-ci « soulèvent plus de questions nouvelles qu’elles n’en résolvent. »10 Or, au vu des controverses actuelles sur la façon d’envisager le stress, il ne semble pas que le temps des questions puisse être considéré comme révolu.

42L’approche de l’épidémiologie sociale ou en termes de classes sociales permet de mettre au jour de grandes tendances, mais se prête peu à une analyse des risques en situation, alors qu’il existe une forte demande sociale en ce sens. Adapter ces approches à des études sur les cas individuels conduit à l’inverse à une dénaturation des concepts sociologiques et à leur psychologisation. Les démarches constructivistes permettent de mieux comprendre comment se sont fabriquées localement des significations spécifiques du stress et des stresseurs tout en rendant difficiles la prise en compte et la contextualisation des résultats les plus établis de l’épidémiologie sociale. De tels constats plaident en faveur d’un dialogue entre les différentes traditions afin de stimuler « l’imagination sociologique » (Wright Mills, 1959).

Haut de page

Bibliographie

Abbott A. (1990), « Positivism and Interpretation in Sociology : Lessons for Sociologists from the History of Stress Research », Sociological Forum, 5, 435-458.

Avison W., Aneshensel C. S., Schieman S. et B. Wheaton (dir.) (2010), Advances in the Conceptualization of the Stress Process. Essays in Honor of Leonard I. Pearlin, New-York, Springer.

Barley S. et D. Knight (1992), « Toward a Cultural Theory of Stress Complaints », Research in Organizational Behaviour, 14, 1-48.

Bogardus E. (1949), « The Sociology of William I. Thomas », Sociology and Social Research, 34, 34-48.

Cockerham W. (2013), Sociology of Mental Disorder, Londres, Pearson.

Crozier M. et E. Friedberg (1977), L’acteur et le système, Paris, Le Seuil.

Dohrenwend B. (1961), « The Social Psychological Nature of Stress : a Framework for Causal Inquiry », The Journal of Abnormal and Social Psychology, 2, 62, 294-302.

Gardell B. (1975), Technology, Alienation and Mental Health, Department of Psychology, Stockholm, University of Stockholm.

Harkness A., Long B., Bermbach N., Patterson K., Jordan S. et H. Kahn (2005), « Talking about Work Stress : Discourse Analysis and Implications for Stress Interventions », Work & Stress, 19, 121-136.

Karasek R. et T. Theorell (1990), Healthy Work, Stress, Productivity and the Reconstruction of Working Life, New-York, Basic Books.

Keegel T., Ostry A. et A. Lamontagne (2009), « Job Strain Exposures Vs. Stress-Related Workers Compensation Claims in Victoria, Australia : Developing a Public Health Response to Job Stress », Journal of Public Health Policy, 30, 17-39.

Marichalar P. (2013), « Mesurer les effets physiques des facteurs psychosociaux de risque : une marque des recherches suédoises sur le travail depuis les années 1950 », Communication au colloque Comparisk, Bordeaux.

Marmot M. (2005), The Status Syndrome : How Social Standing Affects Our Health and Longevity, New-York, Henry Holt and Company.

McLeod J. (2012), « The Meanings of Stress : Expanding the Stress Process Model », Society and Mental Health, 2, 3, 172-186.

Meyerson D. (1994), « Interpretations of stress in institutions : the Cultural Production of Ambiguity and Burnout », Administrative Science Quarterly, 39, 628-653.

Moss S. et K. Lawrence (1997), « The Effects of Priming on the Self-Reporting of Perceived Stressors and Strains », Journal of Organizational Behavior, 18, 393-404.

Newton T. (1995), Managing stress : Emotion and Power at Work, Londres, Sage.

Pearlin L. (1989), « The Sociological Study of Stress », Journal of Health and Social Behavior, 30, 241-256.

Pearlin L. (1999), « The Stress Process Revisited : Reflections on Concepts and their Interelationships », dans Aneshensel et Phelan (dir.), Handbook on The Sociology of Mental Health, New-York, Springer, 395-415.

Peterson C. (1999), Stress at Work : a Sociological Perspective, New-York, Baywood.

Seeman M. (1959), « On the Meaning of Alienation », American Sociological Review, 24, 783-91.

Siegrist J. (1996), « Adverse Health Effects of High-Effort/Low-Reward Conditions », Journal of Occupational Health Psychology, n°1, 27-41.

Sorokin P. (1956), Fads and Foibles in Modern Sociology and Related Sciences, Chicago, Regnery Co.

Tausig M. (1999), « Work and Mental Health », dans Aneshensel et Phelan (dir.), Handbook on The Sociology of Mental Health, New-York, Springer, 255-274.

Theorell T. (2003), « Democracy at Work and its Relationship to Health », dans Perrewe et Ganster (dir.), Emotional and Physiological Processes and Positive Intervention Strategies, Amsterdam, Elsevier, 323-357

Thoits (1991), « On Merging Identity Theory and Stress Research », Social Psychology Quarterly, 54, 2, 101-112.

Thoits (1996), « Managing the Emotions of Others », Symbolic Interaction, 19, 2, 85-109.

Väänänen A., Anttila E., Turtiainen J. et P. Varje (2012), « Formulation of Work Stress in 1960-2000 : Analysis of Scientific Works from the Perspective of Historical Sociology », Social Sciences and Medicine, 75, 5, 784-94

Viner R. (1999), « Putting Stress in Life Hans Selye and the Making of Stress Theory », Social Studies of Science, 29, 391-410.

Wainwright D. et M. Calnan. (2002), Work Stress : the Making of a Modern Epidemic, Buckingham, Open University Press.

Wilkinson R. (2005), The Impact of Inequality : How to Make Sick Societies Healthier, Routledge.

Wright Mills C. (1959), The Sociological Imagination, Oxford, Oxford University Press.

Young A. (1980), « The Discourse on Stress and the Reproduction of Conventional Knowledge », Social Science and Medicine, 14, 133-146.

Haut de page

Notes

1 Par rapport à la France, les travaux des sociologues nord-américains intéressés par le stress ne se limitent pas au monde du travail, mais portent également sur la vie privée et familiale. Si ces travaux sont présentés dans cet article, c’est surtout leurs enseignements sur le stress au travail qui sont retenus.

2 L’idée de coping, en sociologie, remonte à William Isaac Thomas (1863-1947) pour qui la capacité d’un individu à contrôler les situations de crise dépend à la fois de son expérience passée (afin de comparer la situation présente avec des situations similaires) et du niveau culturel du groupe (qui limite les solutions et les problèmes envisageables) (Bogardus, 1949 ; Cockerham, 2013).

3 Une étude sur le système australien d’indemnisation du stress professionnel (qui existe dans l’État de Victoria) a montré que les salariés qui bénéficiaient le plus de cette mesure étaient, du fait des mécanismes d’auto-sélection et de tri social, ceux qui appartenaient aux catégories socioculturelles les plus favorisées (Keegel, Ostry & Lamontagne, 2009).

4 L’Américain Robert Karasek, après des études d’ingénieur et d’architecture a réalisé son doctorat en sociologie. Alors qu’il est dans un premier temps étiqueté en tant que sociologue, puis de plus en plus comme psychologue social, ses travaux ont été surtout cités par les psychologues et les médecins. Il se rapproche en 1978 du suédois Töres Theorell médecin cardiologue intéressé par la médecine psychosomatique (Marichalar, 2013).

5 Johannes Siegrist, après des études de sociologie à l’université de Bale, est directeur de l’institut de sociologie médicale de Düsseldorf. Comme Karasek, il est parfois étiqueté comme psychologue.

6 Melvin Seeman est actuellement (2013) professeur émérite de sociologie à l’UCLA (University of California, Los Angeles).

7 Leonard Pearlin est professeur émérite de sociologie à l’université de Colombia et a présidé les sections « sociologie de la santé » et « santé mentale et société » de l’AMA (American Sociological Association).

8 C’est notamment ce que je me suis vu reprocher lorsque j’ai proposé un article à une revue de sociologie du travail anglo-saxonne.

9 Échanges personnels avec l’auteur par courrier électronique.

10 Échanges personnels avec l’auteur par courrier électronique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Loriol, « Les sociologues et le stress », La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/1498 ; DOI : 10.4000/nrt.1498

Haut de page

Auteur

Marc Loriol

IDHES – Paris 1

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org