Navigation – Plan du site
Corpus : Temps professionnels éclatés, TIC et urgences

Temps éclatés, urgences et nouvelles technologies : quels effets sur le travail et les travailleurs ?

Texte intégral

1Le travail et son organisation sont traversés par des processus d’accélération, de densification et de désynchronisation temporelle. La pression des délais et de la vitesse d’exécution semble avoir investi de larges secteurs professionnels. Adaptabilité, mobilité, flexibilité, réactivité, etc., sont devenus les maitres mots des nouvelles formes d’organisation, au gré des modes managériales et gestionnaires. Ces temps du travail éclatés, atomisés, et désynchronisés donnent de plus en plus l’impression que les activités s’effectuent sans discontinuer. C’est par exemple le cas du travail le dimanche sans justification impérative de services publics (pompiers, santé, etc.) ou de nécessité résultant de la vie sociale (hôtellerie, restauration, etc.). La flexibilité recherchée par la montée du temps partiel imposé, essentiellement destinée aux femmes, ressortit aussi de ces logiques. C’est donc tout l’objet de ce premier dossier proposé par la Nouvelle Revue du Travail d’examiner plus avant les multiples facettes de ces évolutions temporelles, en appréhendant les tensions qu’elles provoquent dans le travail et la manière dont les travailleurs y réagissent, tout en faisant place à des recherches récentes qui montrent que des contre-tendances peuvent aussi être observables.

2Faut-il rappeler que ces nouvelles temporalités du travail, ainsi que leurs logiques d’urgence, se déploient dans un contexte de développement et d’accélération sans précédent des principales économies mondiales. Les échanges de biens et de personnes n’ont cessé de croître en volume et en rapidité, quoi qu’ils soient inégalement répartis sur la planète. Tirées par la conquête de nouveaux marchés, la multiplication et la fluidification des échanges ont également bénéficié d’innovations techniques spectaculaires, en particulier dans le domaine des transports. Parallèlement, les flux de capitaux entre les grandes places financières mondiales se sont, eux aussi, développés de façon inédite et encouragée par des politiques de déréglementation financière qui prennent leur source au début des années 1970. Désormais, d’un clic de souris, ou sur l’ordre de robots qui réagissent dans des délais qui se calculent en nano secondes, les capitaux traversent la planète. À l’évidence, les nouvelles technologies de l’information et de la communication jouent un rôle non négligeable dans l’instantanéité et la densité caractéristiques de ces transferts de données immatérielles et de biens. Les effets temporels d’une telle dynamique globale se font souvent durement ressentir au niveau des entreprises : les orientations stratégiques sont marquées au sceau du court terme. En la matière, c’est bien la logique du changement permanent qui prévaut, pour répondre toujours mieux et plus vite à la demande, réduire les coûts, se montrer compétitif, accroître ses parts de marché, ses profits et sa notoriété. Ainsi en va-t-il des fusions acquisitions, des restructurations organisationnelles (filialisations, externalisations, délocalisations, etc.) ou encore des reconfigurations des outils de production pour les adapter à des biens en perpétuelle mutation. L’ampleur prise par le secteur tertiaire, avec la création permanente de nouveaux services, accentue et facilite l’emprise croissante de la logique de l’urgence sur les différentes formations sociales.

3Une première série de contributions aborde l’émergence et la multiplication des nouvelles temporalités du travail. Jens Thoemmes, apporte un éclairage historique sur la production de ces nouvelles normes temporelles du travail. Il évoque une forme de « dé-standardisation » grosses d’incidences sur les salariés. Ludovic Jamet montre comment l’action publique orientée vers le traitement de la délinquance juvénile est de plus en plus menacée par les discordances temporelles qui se nichent au cœur de l’intervention de différents acteurs. Elles sont notamment symptomatiques des difficultés professionnelles rencontrées par les éducateurs de ce secteur. Philippe Brunet montre comment les différentes temporalités qui rythment le travail des chercheurs, qu’elles soient de natures professionnelle, gestionnaire ou encore normative génèrent des tensions substantielles dans le procès de travail scientifique.

4Un deuxième ensemble de contributions se demande ce que signifie travailler dans l’urgence. Denis Monneuse, s’intéresse à la façon dont des techniciens et des managers exerçant une activité de maintenance dans le transport aérien évoluent dans un contexte où ils subissent la pression de certains personnels navigants. Il risque l’hypothèse qu’ils parviennent à s’y adapter et à s’en « arranger », mais diversement selon leurs statuts et leurs positions dans l’entreprise. Julien Choquet, s’intéresse quant à lui à l’activité commerciale, et montre que la logique de l’urgence caractéristique des phases de « rush » tend à s’imposer comme un mode permanent de fonctionnement.

5Le rôle joué par les nouvelles technologies dans l’instauration d’une telle logique de l’urgence occupe également une place de choix dans ce dossier puisque trois contributions y sont consacrées : le recours aux nouvelles technologies – en l’occurrence l’envoi de messages via la téléphonie mobile – par les agences d’intérim pour solliciter les travailleurs en attente de missions retient l’attention de Philippe Rosini ; l’impact du « guidage par commande vocale » sur le travail des préparateurs de commandes est analysé par David Gaborieau ; et l’usage de la messagerie électronique par les cadres et la façon dont elle rythme leur travail au quotidien est étudié par Sophie Bretesché, François de Corbières et Bénédicte Geffroy-Maronnat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Temps éclatés, urgences et nouvelles technologies : quels effets sur le travail et les travailleurs ? », La nouvelle revue du travail [En ligne], 1 | 2012, mis en ligne le 10 décembre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/152

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org