Navigation – Plan du site
Controverses – Où en est la critique en sociologie du travail ?

La sociologie de la gestion : une posture critique revendiquée

The sociology of management. Claiming a critical stance
Sociología de la gestión : reivindicación de una postura crítica
Salvatore Maugeri et Jean-Luc Metzger

Résumés

Ce texte rappelle, tout d’abord, le cadre épistémologique à partir duquel toute démarche sociologique peut être considérée comme critique, au-delà de la portée intrinsèquement démystifiante de la discipline. Dans un second temps, il entend faire retour sur les origines de la sociologie de la gestion : les auteurs rappellent que celle-ci s’est construite, au début des années 1990, en réaction aux évolutions instrumentales de la sociologie du travail en France, dont les acquis tendaient, à mesure de sa vulgarisation, à sa récupération managériale. Aussi, pour renouer avec l’approche critique et émancipatrice de la première sociologie du travail, un ensemble de catégories et de problématiques ont été élaborées, à partir de l’étude de la gestion et de ses dispositifs, dont les auteurs exposent, dans un troisième temps, les grandes lignes. Ils terminent en soulignant combien le fait de mettre la recherche au service de visées émancipatrices s’inscrit implicitement dans un idéal d’engagement de l’intellectuel dans la vie de la cité, sans pour autant contrevenir au précepte wébérien de neutralité axiologique : celui-ci n’est pas à comprendre comme un interdit fait au savant de traiter des valeurs, mais comme l’obligation de toujours révéler la nature de celles qui sous-tendent sa réflexion.

Haut de page

Texte intégral

1Parler de sociologie critique peut sonner comme une tautologie : l’effet de « dévoilement » accompagnant l’enquête sociologique n’est-il pas consubstantiel à la discipline, ainsi que le rappelle Bernard Lahire (2005) ? Il nous semble cependant nécessaire de dépasser ce degré zéro de la critique et de suivre Jean de Munck (2011) lorsqu’il propose trois conditions générales que doit respecter la sociologie pour être authentiquement critique. Produire avec rigueur des connaissances n’est qu’un premier pas. Le sociologue doit ensuite évaluer les connaissances produites, passer du jugement de fait au jugement de valeur, souligner les pathologies, les déviations, les méfaits, au sein des réalités qu’il étudie, ce qui suppose d’expliciter les normes de son évaluation. Ce moment normatif n’est cependant pas une fin en soi : la sociologie est critique quand elle contribue aussi à l’émancipation du plus grand nombre vis-à-vis de toutes les formes de domination, qu’elles soient économiques, politiques, culturelles, sociales ou symboliques. La sociologie critique est ainsi toujours une sociologie politique qui s’engage dans le débat social afin d’aider les individus à vivre plus librement.

2Si la sociologie de la gestion respecte ces conditions de « criticité » c’est, en premier lieu, parce qu’elle vise à réactiver certaines intentions portées par la sociologie du travail à ses débuts et que les années 1980/1990 ont semblé vouloir condamner. Certes, comme le rappelle Lucie Tanguy (2011), en France, la pratique initiale de cette sociologie était partagée entre une activité d’expertise – conseil à l’action des organisateurs publics ou privés – et une posture critique, dénonçant les dégâts du taylorisme/fordisme et promouvant une autre approche du travail. Au-delà de leurs divergences, les tenants de l’approche critique entendaient replacer l’étude empirique du travail dans une perspective théorique d’ensemble : à quel type de société conduit le développement sans limite de la rationalisation technicienne ? Quel type d’humanité produisait, mais aussi détruisait le « progrès » technique ? N’y a-t-il pas une autre forme de développement possible ? Autant de questions, on l’a compris, qui répondent au programme de la sociologie critique, en mobilisant connaissance, valeur et aide pour favoriser l’émancipation du plus grand nombre grâce à la réflexivité individuelle et sociale.

3Pour de nombreuses raisons, qui tiennent aussi bien à la dynamique du champ académique qu’aux transformations macro-politiques, l’aspiration première à une critique sociale a largement été délaissée par la sociologie du travail dans le courant des années 1980 et 1990, au moment où, précisément, sous l’effet cumulé de politiques d’inspiration néolibérale, la domination du capitalisme s’exerçait avec une violence accrue sur les travailleurs d’un nombre croissant de secteurs et de pays. Ce renoncement était d’autant plus surprenant qu’au même moment plusieurs courants de pensée contribuaient à redonner à la sociologie générale son identité critique, soit dans la perspective ouverte par Pierre Bourdieu, soit en s’inspirant de l’école de Francfort. Rares étaient les chercheurs au sein des sciences sociales du travail qui, comme Christophe Dejours, Jean-Pierre Durand, Vincent de Gaulejac et Danièle Linhart, par exemple, montraient les origines – et les conséquences – macro-économiques des résultats qu’ils établissaient au niveau empirique, dénonçant par la même occasion un développement jugé pathologique de la société et appelant, implicitement ou non, à un changement radical dans les rapports de production.

4C’est dans le droit fil de ces travaux et au sein de ce que l’on pourrait appeler le courant de la critique du travail en régime néolibéral que s’inscrit la sociologie de la gestion. Elle a déjà fait l’objet de plusieurs textes de présentation (Benedetto-Meyer et al., 2011 ; Craipeau & Metzger, 2007 ; Maugeri, 2001, 2006 et 2011). Nous résumerons ici les ambitions qui la portent et les catégories qu’elle mobilise à partir d’une reprise des travaux du réseau thématique 30 (RT30) de l’AFS1. Auparavant, il nous a paru utile de rappeler ses origines, pour mieux faire saisir ses intentions critiques, sa vocation et ses visées émancipatrices.

1. Dépasser la fragmentation et l’instrumentalisation de la connaissance

5L’impulsion initiale de la sociologie de la gestion a été donnée par un ensemble de déceptions vis-à-vis des évolutions du champ académique et de son positionnement par rapport aux transformations macro-politiques qui frappaient les entreprises et les administrations au début des années 1980. Déception face aux tendances dominantes qui traversaient la sociologie du travail, d’abord, déception face à la sociologie des organisations ensuite.

1.1. Contre la croyance en l’autonomie du travailleur

6Pour ce qui est de la sociologie du travail, la déception est venue du sentiment de morcellement et de répétition éprouvé à la lecture des très nombreuses études empiriques offertes au chercheur et qui ne dépassaient pas les constats critiques établis par les sociologues, dès l’origine du taylorisme. Par ailleurs, ces études ne proposaient aucune perspective théorique de portée générale capable d’entraîner des effets d’accumulation de connaissances susceptibles d’être mobilisées par les acteurs sociaux dans leur recherche d’autonomie. La pensée sur le travail semblait bloquée sur des séquences obligées, introduites par le courant des « relations humaines », et plus ou moins récupérées par la théorie de la régulation de Jean-Daniel Reynaud : travail prescrit vs travail réel, régulation formelle vs informelle, etc. Il nous semblait que la connaissance sociologique du travail se diluait dans un émiettement toujours plus fin de « terrains » et d’« objets » de recherche et dans un « raffinement méthodologique » toujours plus grand pour le recueil de la parole des « acteurs » ou l’enregistrement des traces de leur « pratique ». Mais, au final, la plupart des « résultats » ne faisaient que confirmer le vieux diagnostic friedmanien : « l’homme est plus grand que sa tâche », « les savoir-faire (non reconnus) du travailleur compensent (toujours) les lacunes des prescriptions ». Et, au total, le sociologue de bornait à rappeler au manager les potentialités gâchées de sa « ressource humaine ».

7Quel était l’intérêt d’une telle sociologie qui s’enfermait dans une sorte d’ingénierie sociale ambitionnant de corriger les simplifications et naïvetés du management, sans favoriser une véritable autonomie du sujet, sans produire une conception alternative du travail, de sa vocation, de sa signification anthropologique, de son organisation et de son devenir ?

8Certes, il y avait un peu plus de divergences que cela à l’intérieur de la recherche, on l’a vu, et l’inspiration marxiste de certains chercheurs donnait un tour plus critique à leurs travaux (par exemple, les recherches s’inspirant de Pierre Naville). Mais telle nous apparaissait la réalité dominante de la discipline, la sociologie du travail qu’un étudiant des années 1980-1990 devait maîtriser.

9Ajoutons que notre déception était d’autant plus grande que, pour notre part, nous vivions et observions des réalités professionnelles où ni la « négociation », ni la « régulation conjointe », pas plus que la prétendue « autonomie salariale » ne caractérisaient les transformations à l’œuvre, contrairement à ce que soutenait le discours sociologique dominant. Qu’en était-il de « l’autonomie dans le travail » quand on se trouvait face à des « outils » prescrivant au mot près l’attitude à avoir face à un client, comme on le voit dans les centres d’appels, par exemple, ou quand la machine garantit la traçabilité des hommes et des biens à travers l’espace-temps éclaté du transport et de la logistique globale, dans un univers de plus en plus benthamien ? Dès lors, la focalisation sur l’ici et maintenant du travail, sur les microsituations, ou l’emploi a-critique du vocabulaire même du management – comme les termes de « rationalisation de la production », « modernisation », « compétences », « gouvernance » ou « performance » –, sans oublier la volonté de proposer des solutions pour « dépasser » les contradictions entre capital et travail, toutes ces évolutions de la recherche nous paraissaient aux antipodes de ce qui nous semblait être la vocation de la sociologie, celle d’une science susceptible d’aider les travailleurs à sortir de la pensée néolibérale dont l’emprise s’affirmait.

1.2. Contre l’oubli des rapports de domination et l’instrumentalisation du regard sociologique

10Pour ce qui est de la sociologie des organisations, la déception était aussi forte et plus politique sans doute. Son coup de force théorique a été de faire comme si le contrat de travail n’avait pas la valeur juridique que la loi lui imputait, que le principe de la subordination salariale ne lui était pas consubstantiel et que, somme toute, les règles de vie au travail étaient toutes discutables, négociables, en vertu des zones d’incertitudes maîtrisées par les différentes catégories de salariés, et qu’en définitive, les « règles du jeu » n’étaient jamais « données », mais toujours « construites » dans l’interaction entre acteurs, selon leurs ressources stratégiques. L’ordre social était toujours une « coproduction » de l’ensemble des acteurs, supposés négocier en permanence les cadres de leur action.

11Cette sociologie agissait par glissements conceptuels progressifs et cristallisations sémantiques captieuses : par un tour de passe-passe théorique, elle était parvenue à nous faire admettre l’idée qu’il y avait bien des jeux sociaux, des acteurs, des stratégies (au sens d’interprétation de rôle), mais nul auteur, nul texte préalable, nulle scène sociale avec ses structures de reproduction des rapports de domination, nul scénario, enfin, conçu par un metteur en scène qui, bien que devant composer avec ses acteurs et figurants, avait une idée, même floue, de où il voulait aller. Cette sociologie avait essentialisé la « liberté de l’acteur » et s’était fait une spécialité de l’analyse des jeux de pouvoir, niant ainsi le primat de ceux qui ont le pouvoir d’organiser les jeux.

12Dit autrement, l’asymétrie infranchissable des positions de pouvoir était toujours négligée au profit de la « liberté stratégique ». Les sphères dirigeantes, les stratégies des comités de direction, les décisions prises au sommet de l’entreprise étaient toujours évoquées à titre de « données de cadrage », comme les données météo : puisque le personnel n’avait aucune prise sur ces dimensions, le chercheur n’avait qu’à entériner cet état de fait pour concevoir son « cadre d’analyse ». De plus, l’analyse stratégique oubliait que ce qui avait été vrai en 1950/1960, en période de plein emploi, de syndicalisme de masse, de solidarité et de fierté ouvrière, l’était de moins en moins après 1975/1980, alors même que les jeux des auteurs, des scénaristes et l’influence des textes gouvernant l’économie mondiale devenaient de plus en plus visibles : les metteurs en scène et les dispositifs installés afin de canaliser les jeux salariaux avaient pris une importance primordiale. On ne comprenait pas que la sociologie ne s’en saisisse pas…

  • 2 Voir notre recension (Maugeri, 2012).

13C’est dans ce contexte qu’est apparue la sociologie de l’entreprise. Quel espoir immense n’a-t-elle pas fait lever dans une partie de la communauté, entraînant certaines revues à se jeter sans retenue dans la discussion sur les mérites et promesses de cette sociologie… Il faut lire l’ouvrage incontournable de Lucie Tanguy (2011) pour en comprendre les motifs2. La mise sous tutelle politique de la recherche sur le travail y est parfaitement analysée. La façon dont les laboratoires et de nombreux chercheurs, afin de capter les subsides gouvernementaux, se sont laissé imposer leurs terrains et problématiques de recherche est édifiante. Elle doit être connue des jeunes générations afin de comprendre ce qu’est, aujourd’hui, « la science ». Aucune audace conceptuelle n’était interdite, l’innovation en matière sémantique devait rivaliser avec l’injonction à l’innovation technologique et organisationnelle qui parcourrait le corps social, afin de « moderniser l’économie et les relations de travail » – entendez « dépasser » le conflit travail/capital. L’entreprise, « une affaire de société » – souvenons-nous ! Les angles d’analyses, les croisements disciplinaires, les champs et sous-champs d’investigations se multipliaient et avec eux les objets, paradigmes, théories et élucubrations intellectuelles. Chacun y a été de sa petite trouvaille. Tant pis pour les réfractaires, les attentistes, les artisans besogneux qui voulaient réfléchir avant d’écrire ou ceux pour qui la matrice « classiste » dans l’analyse sociologique du travail n’était pas encore totalement devenue inutile. Ce courant a constitué le repoussoir parfait : il achevait de faire de la sociologie un instrument au service des intérêts dominants et au prix d’un détournement de ses contenus et de son histoire.

  • 3 Consultable à l’adresse : http://rt30.free.fr/revue.html
  • 4 Cette ambition de mettre les résultats de la recherche à la disposition d’un vaste public rejoint l (...)

14Cette double déception, partagée au sein du RT30, s’est traduite par la volonté de préserver une vision non instrumentale de la science, comme le précise la première page de notre revue : les Cahiers internationaux de sociologie de la gestion3. « Non instrumentale » signifiant que le savoir produit ne doit pas pouvoir être mis au service de la domination et de l’exploitation du travail et des travailleurs, mais de leur émancipation, notamment, en renonçant à proposer des solutions « clés-en-main » au management et en rappelant que toute proposition d’amélioration organisationnelle contient en germe des risques d’aggravation des rapports de domination4. Une telle visée paraîtra sans doute normative. Mais nous l’assumons, même si, hélas, nous ne parvenons que partiellement à la réaliser.

2. « L’idéologie gestionnaire » comme mécanisme central des transformations contemporaines du travail

15Reste à expliquer le choix de la gestion comme objet central d’investigation. Celle-ci nous est apparue comme l’instance qui cristallisait à merveille le conflit de classes mondialisé, ouvert depuis les années 1980 autour du travail, en prenant, notamment, la forme d’une économie financiarisée au service de laquelle la réforme permanente des États et des services publics joue un rôle crucial. En s’effaçant devant l’initiative privée, ceux-ci en deviennent, paradoxalement, les nouveaux piliers.

16D’ailleurs, plutôt que de parler de gestion, il conviendrait de parler « d’idéologie gestionnaire », c’est-à-dire d’un corps de doctrines, de concepts et de théories, incarné dans des dispositifs et des pratiques portés par un groupe social revendiquant une expertise conceptuelle et méthodologique permettant de garantir un accroissement sans fin de l’efficacité et de la performance des organisations marchandes, des services publics, du fonctionnement de l’État et plus généralement des sociétés, dans le souci prétendu de l’intérêt général. Une de ses caractéristiques est son ambition à détenir le monopole de l’action rationnelle en mettant en avant, notamment, un certain usage de la quantification. De par sa dynamique propre et en tant qu’instrument des décisions de politique macro-économique, elle colonise non seulement les sphères comptables et financières, mais également l’organisation du travail, l’emploi, les carrières, la communication, la santé, l’éducation, etc. Sous son effet, toutes les activités humaines ont à se rendre décomposables en éléments simples, distincts, standardisables et calculables à la façon d’un compte de résultat ou d’un bilan d’entreprise. L’intérêt social de toute activité doit se mesurer désormais à sa capacité à maximiser le retour financier des ressources qui lui sont allouées : tout doit être calculable et tout calcul doit conduire à l’augmentation du capital investi dans l’activité humaine. Élaboré par les membres d’organisations économiques et professionnelles en compétition pour le contrôle de l’économie, l’« idéologie gestionnaire » constitue à nos yeux l’un des moyens par lesquels le capital financier étend son emprise pour asservir et conformer le travail – y compris celui des gestionnaires et des chercheurs – à travers toute la planète.

17Cette activité de construction idéologique doit être vue d’emblée comme une activité sociale mondialisée. Elle est conduite par des groupes aux capacités financières démesurées, en particulier les firmes multinationales, les banques et les grands cabinets de conseil et d’audit. Employant partout dans le monde des experts (ingénieurs et analystes financiers, comptables, auditeurs, etc.), ces groupes financent les travaux de nombreuses associations professionnelles (dont les organismes de normalisation comptable, par exemple) et des chercheurs en gestion, en économie, sociologie ou psychologie, etc. Présentant de nombreuses caractéristiques, sinon d’une classe, au moins d’élites transnationales partageant une même vision néolibérale du monde, leur rôle est de produire les discours et les « théories » (économie financière, règles de comptabilité, etc.) et les ressources matérielles (logiciels, indicateurs brevetés, conseils en organisation, etc.), conformes aux visées du capital financier. Et l’on peut dire que leurs effets ont été aussi décisifs que dévastateurs sur les entreprises, les administrations, les associations, les systèmes de santé et d’enseignement, ainsi que, plus généralement, sur les sociétés et leur environnement naturel.

18Il est impossible d’appréhender un tel objet en se contentant de procéder à des observations, aussi fines soient-elles, dans une seule situation, une seule entreprise, à un moment donné, voire dans un seul pays. Pour capturer l’« idéologie gestionnaire », il faut reconstituer des genèses et mettre en relation des observations effectuées dans différentes organisations ou coalitions, à différentes échelles du fonctionnement économique et social, identifier le rôle de certains groupes professionnels, tenter de « remonter » aux décisions stratégiques, etc. Il s’agit en somme d’un chantier démesuré, difficilement couvert par un groupe restreint de chercheurs. Mais, pour limitées qu’elles soient, nos forces nous ont permis d’ordonner ces exigences de recherche en distinguant quatre problématiques interdépendantes.

2.1. L’idéologie gestionnaire, opérateur de liaison entre l’économie globale et les pratiques locales

19Le premier axe de réflexion consiste à étudier le mode d’interaction entre les dimensions politico-économiques et les pratiques gestionnaires. Il s’agit de préciser comment la production politique des cadres sociaux du marché, pour être opérationnelle, donne lieu à la conception et à la mise en œuvre de dispositifs de gestion qui deviennent les courroies de transmission de ces politiques.

  • 5 Le Balanced Scorecard est développé durant les années 1980 par Robert S. Kaplan, professeur à la Ha (...)

20Ainsi, on sait que le processus de financiarisation de l’économie et d’ouverture des marchés a été largement encouragé par les révisions législatives à répétition des États et institutions internationales en matière de contrôle des changes, d’activités spéculatives, etc. Ce processus a été facilité également parce que les acteurs publics se sont volontairement dessaisis de leur capacité régalienne. C’est le cas de la production et de la diffusion des normes comptables internationales, confié par les États européens à des agences privées qui ont ainsi élaboré – en conformité bien sûr avec les dogmes de l’économie néolibérale – des principes, des normes et des outils s’imposant à tous les acteurs économiques. Ou bien encore, Salvatore Maugeri (2011), analysant les usages du Balanced Scorecard (BSC) – un des outils de management les plus répandus dans les entreprises – montre comment les attentes de rentabilité des actionnaires des multinationales sont traduites par les dirigeants de ces firmes en termes de contraintes d’action et de comportement pour les salariés5. Avec un tel outil, le recours à certains indicateurs de gestion permet de prendre en charge prioritairement l’intérêt des actionnaires, sous couvert d’une prise en compte de « l’ensemble des parties prenantes » de l’entreprise.

21Plus généralement, il s’agit de souligner combien la production et l’usage d’indicateurs, la diffusion de grande ampleur des mêmes principes et outils de gestion, notamment comptables, mais aussi d’évaluation individuelle et d’implication subjective, contribuent, en retour, à façonner les représentations et les pratiques économiques et sociales, légitimant, par un autoréférencement spéculaire, une dynamique d’expansion infinie de l’utilitarisme marchand. Une des récentes tentatives pour éclairer cette problématique est présentée dans le corpus du numéro 3 de la Nouvelle revue du travail6.

2.2. Compétition pour le monopole de l’action rationnelle

22Le second axe d’analyse met au centre de l’attention les stratégies de construction et de défense des groupes professionnels (Boussard, 2006), en lutte pour la définition légitime des principes d’organisation censés accroître rationnellement la performance organisationnelle. L’action managériale – à la fois de commandement et de gestion – y est interprétée comme l’une des modalités d’exercice de la domination au travail.

23Dans cette visée, la conception, l’introduction et la mise en œuvre d’instruments de gestion manifestent la volonté de contrôler les territoires professionnels d’autres catégories d’acteurs, au nom d’un intérêt supérieur, d’un universel. Plus précisément, cet universel est celui du capital financier, quand on prétend accroître la « performance » d’entreprise, ou celui de l’équilibre budgétaire, quand on parle de « moderniser » l’administration. Cependant, organiser le travail des autres, c’est souvent se mêler d’un travail qui a déjà été effectué par les professionnels eux-mêmes, mais à partir d’autres principes, logiques et valeurs. L’introduction et la mise en œuvre d’outils de gestion peuvent alors s’interpréter comme la rencontre conflictuelle et déséquilibrée, entre, d’une part, le groupe professionnel des managers gestionnaires, au service de la rationalité néolibérale et, d’autre part, chaque groupe professionnel singulier, concerné par les décisions des premiers, et désireux de faire vivre leurs valeurs locales. Cette lutte est ainsi l’expression d’un conflit de rationalités entre logique gestionnaire et logique professionnelle, mais aussi d’un conflit de valeurs, dont la résolution est rarement consensuelle.

24On comprend ainsi le désordre apparent qui règne dans les organisations, l’impression de chaos brownien qu’on y rencontre et cette forme de compréhension apitoyée qu’expriment parfois les sociologues face aux désarrois du middle management. Il y a de la « résistance », évidemment, de la « friction » : mais c’est précisément la prérogative de l’encadrement, ce salariat de confiance, que de faire surgir du chaos organisationnel l’ordre gestionnaire voulu par les organisateurs de l’économie. À cet égard, le « management », en tant que groupe professionnel, en expansion et en transformation constantes, est une pièce maîtresse dans le rapport d’enrôlement salarial : il permet à certains individus d’en impliquer d’autres dans la réalisation de leur propre entreprise (voir Lordon, 2010 ; Jacquot, 2012). Ce qui est présenté comme obéissant à de pures intentions rationalisatrices dictées par l’intérêt général de l’entreprise (et, au-delà, de la société) est en réalité porté par des visées de construction professionnelle, de luttes de territoire et de rapports de domination entre groupes sociaux antagonistes dans le contrôle de ressources rares et la satisfaction des besoins et des désirs.

2.3. Centralité et diversité des dispositifs de gestion

25Le troisième axe examine le rôle des « dispositifs » dans la mise en ordre des activités de travail. Accordant une place importante aux règles de production et de gestion de l’information, aux routines et à leur dimension technologique (informatique), Salvatore Maugeri (2001, 2006) a tout particulièrement exploré cette dimension. Les « dispositifs de gestion » sont envisagés comme des « trappes cognitives » conçues par le management pour produire une représentation univoque de l’organisation et ordonner ainsi les actions à entreprendre. Le recours aux dispositifs de gestion a ceci de pernicieux qu’il tend à exclure a priori le débat, la contestation, à désamorcer la résistance en raison de leur capacité à incarner les valeurs supérieures de la calculabilité marchande promue au rang d’universel… L’utilisation, par le management (public et/ou privé), de mesures de performance, de tableaux de bord comparatifs, d’indicateurs comptables incarnant le « juste », le « vrai », le « bon », participe à la construction autour des travailleurs d’une représentation de la réalité organisationnelle, nécessairement réductrice, mais donnée comme la seule qui soit « rationnelle ». Incarnation d’une nouvelle eschatologie laïque, fournissant les « bonnes » définitions de la situation, les recueils d’information et indicateurs fournis par les dispositifs de gestion, l’usage « motivationnel » qu’en font les managers, orientent et canalisent l’activité de chacun. Ils contribuent, en cela, à la production et à la perpétuation de rapports de domination, sous couvert de gestion rationnelle de la performance au nom d’une forme supérieure d’intérêt.

26La déconstruction des dispositifs de gestion et de leur emploi s’avère ainsi un enjeu majeur, comme une difficulté redoutable puisque, pour en dénoncer la contingence, la subjectivité, en un mot le caractère entièrement politique, il faut entrer dans les arcanes de l’expertise, notamment comptable et financière, mais aussi des ingénieurs et des informaticiens. Nous retrouvons ce que le concept foucaldien de dispositif avait d’intéressant du point de vue de la compréhension de la nature profonde du pouvoir, à la fois production et instrumentalisation de connaissances, interactions microlocales et stratégie globale de domination. « C’est ça le dispositif : des stratégies de rapports de forces supportant des types de savoir et supportés par eux. » (Foucault, 1994, 300)

2.4. L’emprise tendanciellement globale de l’idéologie gestionnaire

27L’emprise de l’idéologie gestionnaire s’exerce également sur les activités non marchandes, sur les activités non professionnelles (voir Craipeau, 2011) et sur les pays dits « émergents », sous l’effet cumulé de l’implantation de filiales de grands groupes (investissements directs à l’étranger, délocalisation, joint ventures), mais aussi de la compétition qu’entendent maîtriser les entreprises de ces pays, en se dotant de dispositifs de gestion importés ou inspirés des firmes globalisées. À cela s’ajoutent les décisions de privatisation prises dans les pays à économie dirigée ou administrée.

28Le cas de l’invention et du développement des centres d’appels, puis de leurs transferts dans les pays émergents, parfois suivis de leur rapatriement dans les zones à fort taux de chômage des pays développés, est à ce titre emblématique de la propension des équipes dirigeantes à s’emparer des transformations du contexte macro-économique pour expérimenter de nouveaux modèles d’organisation du travail à partir de principes très anciens – taylorisation des activités – et de technologies récentes – supports d’indicateurs de productivité de plus en plus fins. Cherchant à profiter des différentiels en matière de « coût du travail », les promoteurs de ces dispositifs se voient renforcés dans la conviction qu’ils peuvent, à volonté, reconfigurer le social, ce qui plonge les opérateurs dans une insécurité permanente – non plus dans un seul pays ou groupe de pays, mais à l’échelon planétaire.

  • 7 Voir sa contribution à cette controverse.

29Pour être complets, signalons la proximité de notre projet avec les démarches critiques développées par la sociologie néo-institutionnaliste nord-américaine, par des historiens de l’économie et du fait comptable (notamment Touchelay, 2011), ainsi que par la sociologie clinique autour de Vincent de Gaulejac7, sans oublier des chercheurs en sciences de gestion en France (Capron, 2005 ; Chambost, 2010 ; Richard, 2005), au Royaume-Uni (Hopwood, 1987 ; Whitley, 1986) et aux États-Unis (Tinker, 1980). Ces auteurs abordent de manière critique les différentes formes de comptabilité (financière, de gestion) et les différentes modalités d’organisation du travail comme des pratiques génératrices de comportements sociaux, comme mécanisme de pouvoir, de surveillance, de disciplinarisation ou de domination. Ils participent, parfois depuis plusieurs décennies, à dénaturaliser l’apparente neutralité du fait comptable et des principes d’organisation en montrant qu’ils reflètent et renforcent les rapports sociaux de production.

3. Perspectives pour une recherche critique

30Avec l’analyse sociohistorique de l’idéologie gestionnaire promue par le RT30, c’est bien le travail des organisateurs du travail qui est mis au centre de l’attention pour penser les transformations contemporaines du travail. Le terme « organisateurs » désigne l’ensemble de ceux grâce auxquels le capital, sous ses différentes formes (financier, industriel, public), conforme les évolutions du travail et soutire aux différentes catégories de travailleurs de quoi s’augmenter encore, tandis que le travail s’appauvrit, se fait plus accaparant, plus usant à l’échelle de la planète. Parmi les causes de ces dynamiques inégalitaires, l’idéologie gestionnaire joue un rôle déterminant parce qu’il architecture les politiques néolibérales : sous leur double mouvement, l’utilitarisme marchand est devenu l’alpha et l’oméga de toute destinée humaine, imposant la raison calculatoire et l’impératif d’accroissement de la performance financière comme l’ultima ratio de l’humanité (Dardot & Laval, 2009).

31Pour favoriser une vision renouvelée du travail et, au-delà, du devenir humain, il est nécessaire de prendre à bras le corps les doctrines comptables et financières, ainsi que leur mode d’interaction avec les choix de rationalisation organisationnelle. Comprendre le travail signifie dès lors s’abstraire momentanément de l’ici et maintenant de l’action pour recomposer le cadre général dans lequel est pris le travailleur. Des « acteurs », il faut remonter aux « auteurs »  i.e. à ceux qui ont le pouvoir d’organiser le travail (actionnaires, directions, législateurs)  ainsi qu’aux doctrines et idéologies qui les sous-tendent  théories économiques, droit, sciences de gestion, sciences de l’ingénieur, mais aussi pratiques des sociologues , et enfin aux dispositifs technico-organisationnels grâce auxquels l’ordre social s’impose à nous.

32C’est en cela que la sociologie de la gestion peut se dire une sociologie critique ou « engagée » : elle vise le dévoilement des rapports de force sociaux au principe des technologies managériales de pouvoir, en cherchant à s’émanciper elle-même des effets de la violence gestionnaire sur les pratiques de recherche et le fonctionnement du champ académique : comme n’importe quel acteur social, le sociologue doit se déprendre de la violence symbolique qui règne au sein du champ académique et des rapports de force qu’il subit (on sait ce qu’il en est, par exemple, de la course à la publication). Sa pratique sociologique n’est recevable qu’à la condition d’intégrer une théorie de sa pratique, une réflexion sur ses conditions de possibilités.

33Envisagé sous cet angle, le travail sociologique, en s’interrogeant sur les limites politiques de sa liberté, peut aider les groupes dominés qui le souhaitent à comprendre et subvertir les « lois » de la domination à laquelle ils sont comme lui soumis. Cette sociologie n’indique pas pour autant comment établir de nouveaux rapports de production, débarrassés de toute forme de domination : une telle ambition ne peut être que portée collectivement, avec les acteurs sociaux. En la matière tout ou presque reste à faire et le chantier est vaste, assurément, pour rapprocher la recherche du mouvement social, quoiqu’il existe des tentatives de plus en plus nombreuses, comme les mouvements altermondialistes (ATTAC, entre autres), les initiatives de certains intellectuels, comme les économistes atterrés, ou ceux groupés autour du convivialisme, par exemple.

  • 8 Nous reprenons ici les critiques que Bernard Lahire (2012) adresse à certains chercheurs qui se rev (...)

34La conception que nous venons d’exposer du travail sociologique est enfin en désaccord avec un certain nombre de courants que François Dosse (1995) appelle les sociologies pragmatiques et dans lesquelles il inclut l’ethnométhodologie, l’interactionnisme symbolique, la sociologie de la traduction et l’économie des conventions. En effet, pour la sociologie de la gestion : le monde social n’est pas « plat », n’est pas composé d’éléments équipotents (individus ou collectifs, voire « actants » dans le vocabulaire de la sociologie de la traduction). Il est au contraire structuré, hiérarchisé et traversé de dynamiques de production/reproduction des inégalités. Si l’examen minutieux des interactions en situation apporte incontestablement une objectivation fine des pratiques sociales, celles-ci ne prennent leur sens qu’en référence aux dynamiques macro-économiques, aux parcours et « compétences » individuels et en procédant à des comparaisons avec d’autres situations, afin d’en tirer des enseignements généraux. Les capacités autoréflexives des individus sur leurs pratiques sociales sont très inégalitairement distribuées et, même quand elles sont développées, leur mise en œuvre ne va jamais de soi au point de leur permettre de s’émanciper seuls8. En tout état de cause, la sociologie ne peut se borner à être le compte rendu des comptes rendus que font les acteurs de leur rapport au monde, comme le revendique Luc Boltanski.

35Tout compte fait, la sociologie de la gestion est-elle « scientifique » ? Une critique ancienne formulée à l’encontre de la sociologie critique est qu’elle ne respecterait pas l’exigence de « neutralité axiologique ». Cette exigence, prêtée à Max Weber, a permis à certains sociologues de disqualifier la sociologie critique au prétexte que le « vrai savant » devrait se tenir à l’écart des jugements de valeur dans son rapport à l’objet. Une telle conception « aseptique » de la sociologie, comme l’écrit Marcel Rioux (1969), présente plusieurs défauts. D’une part, elle empêche le chercheur de reconnaître la dimension morale qui sous-tend son propre travail : s’interdire tout jugement de valeur n’est pas seulement un choix méthodologique ou épistémologique, mais aussi et avant tout éthique. D’autre part, elle transforme l’observateur en un monstre anthropologique, en lui demandant d’abandonner ce qui constitue son humanité. Comment dès lors pourrait-il prétendre comprendre ses semblables ? C’est ce que sous-entend assurément Jean-Marie Brohm (2004, 80), quand il écrit que si la sociologie « constate évidemment le polythéisme des valeurs, [elle] n’hésite pas pourtant à dénoncer la fiction de l’indifférence éthique ou de la neutralité axiologique ». Elle s’inscrit donc en faux contre « l’illusion que le sociologue pourrait rester apolitique, neutre, désengagé, impartial, désimpliqué ».

36En outre, on peut dire que Max Weber a lui-même eu beaucoup de mal à appliquer ses propres recommandations. Comme le montre Isabelle Kalinowski (2005), quand il parle de « neutralité axiologique », Weber veut avant tout mettre en garde contre le rapport d’influence inhérent à la relation pédagogique, notamment entre l’enseignant-chercheur de renom et ses élèves : les enseignants, précise-t-il, ne doivent pas transformer leur chaire en tribune politique. Malgré tout, il paraît difficile d’affirmer que la peinture qu’il a faite de « l’esprit capitaliste » puisse être qualifiée de « moralement neutre » : après l’avoir lu, on se demande qui aurait envie de vivre dans une telle société. Selon nous, Weber réclamait tout simplement le droit pour le chercheur de penser indépendamment de la pensée dominante de son temps. C’était un acte politique en faveur de la liberté de choisir ses objets, ses méthodes, ses postures, en en assumant les soubassements axiologiques. C’est le même acte que nous renouvelons en appelant de nos vœux une sociologie critique de la gestion, autrement dit une sociologie capable de penser la gestion en dehors des cadres cognitifs dominants, afin de favoriser une autre conception du travail et de son devenir social et historique.

Haut de page

Bibliographie

Benedetto-Meyer Marie, Maugeri Salvatore et Jean-Luc Metzger (dir.) (2011), L’emprise de la gestion. La société au risque des violences gestionnaires, Paris, L’Harmattan.

Boussard Valérie (dir.) (2006), Au nom de la norme : Les dispositifs de gestion entre normes organisationnelles et normes professionnelles, Paris, L’Harmattan.

Brohm Jean-Marie (2004), « Sociologie critique et critique de la sociologie », Éducation et sociétés, 2004/1, n° 13, 71-84.

Burawoy Michael (2006), « Pour la sociologie publique », Socio-logos [En ligne], n° 1, 2006. URL : http://socio-logos.revues.org/11

Capron Michel (dir.) (2005), Les normes comptables internationales, instruments du capitalisme financier, Paris, La Découverte.

Chambost Isabelle et Faycel Benchemam (2010), « Quand l’analyse ISR devient financière : une analyse des dispositifs cognitifs et organisationnels de légitimation », Économies & sociétés, tome 44, n° 11, novembre 2010.

Craipeau Sylvie (2011), La société en jeu(x), Paris, PUF.

Craipeau Sylvie et Jean-Luc Metzger (2007), « Pour une sociologie critique de la gestion », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], vol. XXXVIII, n° 1, 166-182. URL : http://rsa.revues.org/523

Dardot Pierre et Christian Laval (2009), La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte.

Dosse François (1995), L’empire du sens, Paris, La Découverte.

Foucault Michel (1994), « Le jeu de Michel Foucault », Dits et écrits, tome III (1976-1979), Paris, Gallimard, 1977, 298-329.

Hopwood Anthony G. (1987), « The archeology of accounting systems », Accounting, Organizations and Society, vol. 12, n° 3, 207-234.

Jacquot Lionel (2012), Management du travail et travail du management. Pour une sociologie de l’enrôlement salarial, Thèse pour l’obtention de l’habilitation à diriger les recherches, Université d’Évry.

Kalinowski Isabelle (2005), « Leçons wébérienne sur la science et la propagande », dans Max Weber, La science, profession & vocation, Marseille, Agone, 65-291.

Lahire Bernard (2005), L’esprit sociologique, Paris, La Découverte.

Lahire Bernard (2012), Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Paris, Seuil.

Lordon Frédéric (2010), Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique.

Maugeri Salvatore (dir.) (2006), Au nom du client. Management néolibéral et dispositifs de gestion, Paris, L’Harmattan.

Maugeri Salvatore (dir.) (2011), Délit de gestion, Paris, La Dispute.

Maugeri Salvatore (2011), « Cadrage des activités de production de l’ethos gestionnaire. Le rôle des dispositifs de gestion dans la domination actionnariale », Mana, n° 17-18, juin, 93-128.

Maugeri Salvatore (2012), « Lucie Tanguy, La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990 », La Nouvelle Revue du travail [En ligne], n° 1, Mis en ligne le 10 décembre 2012, Consulté le 12 novembre 2013. URL : http://nrt.revues.org/418

Metzger Jean-Luc, Maugeri Salvatore et Marie Benedetto-Meyer (2012), « Predominio da gestao e violencia simbolica », dans « Assedio moral no trabalho », rbSO (Revisata Brasilieira de Saude Ocupacional), vol. 37, n° 126, 225-242.

Munck Jean de (2011), « Les trois dimensions de la sociologie critique », SociologieS [En ligne], Expériences de recherche, « Régimes d’explication en sociologie », Mis en ligne le 6 juillet 2011, Consulté le 9 décembre 2013. URL: http://sociologies.revues.org/3576

Richard Jacques (2005), « The concept of fair value in French and German accounting regulations from 1673 to 1914 and its consequences for the interpretation of the stages of development of capitalist accounting », Critical Perspectives on Accounting, vol. 16, n° 6, 825-850.

Rioux Marcel (1969), « Remarques sur la sociologie critique et la sociologie aseptique », Sociologie et société, Presses de l’université de Montréal, n° 1, 53-67.

Tanguy Lucie (2011), La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990, Paris, La Découverte, coll. Recherches.

Tinker A. M. (1980), « Towards a political economy of accounting: en empirical illustration of the Cambridge controversies », Accounting Organizations and society, vol. 5, n° 1, 147-160.

Touchelay Béatrice (2011), L’État et l’entreprise. Une histoire de la normalisation comptable et fiscale à la française, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Whitley Richard (1986), « The transformation of business finance into financial economics: The roles of academic expansion and changes in U.S. capital markets », Accounting, Organizations and Society, vol. 11, Issue 2, 171-192.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation du réseau : http://rt30.free.fr/

2 Voir notre recension (Maugeri, 2012).

3 Consultable à l’adresse : http://rt30.free.fr/revue.html

4 Cette ambition de mettre les résultats de la recherche à la disposition d’un vaste public rejoint le projet de Michael Burawoy de fonder une sociologie critique publique (Burawoy, 2006).

5 Le Balanced Scorecard est développé durant les années 1980 par Robert S. Kaplan, professeur à la Harvard Business School, et David Norton, consultant au long court. Ceux-ci s’inspirent d’une initiative d’Art Schneiderman, cadre puis directeur chez Analog Device, une société américaine du secteur électronique (cf. Metzger, Maugeri & Benedetto-Meyer, 2012). Kaplan était déjà célèbre dans le milieu du management pour avoir fondé et diffusé la méthode comptable dite ABC (Activity-based Costing). Le succès du BSC a contribué à asseoir sa réputation internationale et a propulsé son coauteur sur le devant de la scène. Le BSC est présenté par ses concepteurs comme visant à garantir la performance financière à partir de la prise en compte d’indicateurs non financiers. Présenté sous la forme d’un tableau de bord à quatre « quadrants », les indicateurs financiers constituant le quadrant supérieur, il s’agit de mettre sous contrôle une série d’indicateurs dans trois dimensions jugées stratégiques pour garantir la profitabilité. Il s’agit des dimensions « service au client », « processus (organisationnels) clés » et « développement des personnels ». L’hypothèse est de dire que la satisfaction des actionnaires et la pérennité de l’entreprise passent par la prise en compte de ces trois dimensions, avant la dimension financière et pour optimiser celle-ci. Récemment, les auteurs ont ajouté un cinquième quadrant au service de la prospérité actionnariale : la soutenabilité. Ils ont rebaptisé leur outil Sustainability Balance Scorecard

6 En ligne : http://nrt.revues.org/1009

7 Voir sa contribution à cette controverse.

8 Nous reprenons ici les critiques que Bernard Lahire (2012) adresse à certains chercheurs qui se revendiquent du « pragmatisme ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salvatore Maugeri et Jean-Luc Metzger, « La sociologie de la gestion : une posture critique revendiquée », La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 26 avril 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/1548 ; DOI : 10.4000/nrt.1548

Haut de page

Auteurs

Salvatore Maugeri

Maître de conférences en sociologie, Vallorem, Université d’Orléans

Articles du même auteur

Jean-Luc Metzger

Sociologue, chercheur associé au centre Pierre Naville et au CNAM- LISE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org