Navigation – Plan du site
Controverses – Où en est la critique en sociologie du travail ?

Dénaturaliser l’institution. L’apport de la sociologie historique de Pierre Bourdieu à la critique du travail

Denaturing institutions. The contribution of Pierre Bourdieu’s historical sociology to a critique of work
Desnaturalizar la institución. La aportación de la sociología histórica de Pierre Bourdieu a la crítica del trabajo
Odile Henry

Résumés

Cette communication explore les dimensions critiques de la sociologie historique encouragée par Pierre Bourdieu, et la contribution d’une telle approche à une sociologie critique du travail. À partir de l’analyse de la sociogenèse du groupe des consultants (xixe-xxe siècles), l’article met tout d’abord en relation les traits structuraux du groupe professionnel qui émerge alors et les savoirs qui sont produits (et tout particulièrement la spécialisation d’un savoir managérial). Il éclaire les multiples ressorts de la croyance dans le marché, ou plus exactement dans le marché comme ultime principe régulation du groupe et de l’ordre social, croyance à la production de laquelle les différentes générations de consultants étudiés ont activement participé. En opposant à l’histoire institutionnelle produite par les acteurs une telle histoire structurale, la sociologie historique contribue ainsi à dénaturaliser l’institution. Précisant les orientations théoriques et méthodologiques contenues dans une telle approche, la seconde partie de l’article discute les conditions d’un engagement sociologique fondé sur la défense de l’autonomie de la discipline et visant à affaiblir la portée de la doxa managériale.

Haut de page

Texte intégral

1Parmi les nombreuses perspectives ouvertes par la sociologie de Pierre Bourdieu pour dévoiler les processus de domination, et rompre avec l’expérience première du monde social comme évident, allant de soi (taken for granted), la sociologie historique occupe une place importante. En effet, « favoriser l’émergence d’une science sociale unifiée où l’histoire serait une sociologie historique du passé et la sociologie une histoire du présent » fut « un des combats les plus constants de la revue Actes de la recherche en sciences sociales » (Bourdieu, 1995). Cette approche, que j’ai adoptée au cours de mes précédents travaux sur les cabinets de conseil et les savoirs managériaux (Henry, 2012), ouvre des perspectives critiques que je vais tenter de préciser.

1. Une sociologie historique du conseil

  • 1 De ce point de vue, les activités de conseil relèvent de la catégorie des « biens à mystère » ident (...)

2Entreprendre une sociogenèse du groupe des consultants en France répondait à des questions soulevées par l’analyse sociologique de l’univers du conseil français du début des années 1990 (Henry, 1993). En effet, cet univers, alors en plein essor et dont l’influence grandissante sur le champ économique commençait à attirer l’attention, présentait paradoxalement certains traits structuraux (encore très marqués aujourd’hui) qui mettaient en avant l’incertitude caractérisant les relations entre consultants et clients. Une des conclusions de cette première recherche mettait l’accent sur la dimension symbolique de cet univers professionnel, et ouvrait sur la question des fondements de la confiance permettant au marché du conseil de fonctionner1. Certes, la croyance est en partie produite par le fonctionnement du champ, les luttes économiques et symboliques renforçant l’adhésion aux enjeux que présente cet univers. Mais seule une sociologie historique du groupe semblait être en mesure de livrer des clés importantes pour comprendre la manière dont s’est ici construite la force d’une croyance apte à résister aux crises de confiance qui scandent l’histoire du groupe. Sans entrer maintenant dans le détail des analyses rassemblées dans ce livre, il convient d’en présenter quatre principales conclusions.

Compétence de droit et compétence de fait

3Tout d’abord, la montée en puissance à partir du milieu du xixe siècle d’une expertise extérieure à l’État, adossée aux intérêts capitalistes, va de pair avec la remise en cause par ces nouveaux experts de la légitimité des ingénieurs de l’État à incarner l’intérêt général (ceux-ci défendraient avant tout des intérêts de leurs corps) et de celle de l’école de la République à servir l’idéal méritocratique qu’elle affiche. Pour ces experts, des ingénieurs « civils » très longtemps démunis de titres scolaires reconnus, le marché permet mieux que l’État d’instaurer les conditions d’une véritable méritocratie. Particulièrement dépendants des sanctions du marché, ils tendent à investir subjectivement comme relevant du bien commun les activités de conseil qu’ils proposent (il s’agit d’appliquer les acquis de la science aux besoins industriels), alors même que celles-ci sont objectivement liées à l’essor du libéralisme économique et au désengagement de l’État. La concurrence exacerbée entre les ingénieurs de l’État, qui perdent progressivement au cours du xixe siècle le monopole de l’expertise industrielle, et les experts liés à l’industrie privée prend appui sur une opposition, constamment renouvelée au cours de l’histoire du secteur du conseil, entre les compétences de droit attachés aux détenteurs de titres juridiquement garantis (le titre scolaire, tout particulièrement) et les compétences de fait de ceux dont les savoirs « s’adaptent » aux transformations rapides de l’économie. Cette opposition, qui marque profondément la genèse des activités de conseil se détache, nous allons le voir, des conditions de sa naissance (c’est-à-dire des luttes entre ingénieurs de l’État et ingénieurs « civils » du xixe siècle). Convoquée dans des contextes historiques très différents qui, chaque fois, mettent aux prises des fractions concurrentes du groupe, elle constitue une part de l’inconscient collectif de ce groupe.

Une fausse autonomie

4Avec l’essor que connaissent les activités de conseil orientées vers l’organisation du travail à partir de la Première Guerre mondiale, c’est une expertise « instituante », pour reprendre la terminologie proposée par Robert Castel, qui s’impose alors puisque les connaissances qui sont produites ne visent pas seulement à apporter une aide dans un processus problématique de prise de décision, mais à établir des normes, des catégories de l’action mobilisées par les instances décisionnelles (Castel, 1991). Le renouvellement, au début du xxe siècle, des doctrines organisationnelles répond à une double nécessité : contourner la résistance ouvrière au machinisme et rationaliser les modes de coordination hiérarchique au sein des entreprises. Rendues obligatoires dans les usines de production d’armement liées à l’État pendant la Première Guerre mondiale, les méthodes d’organisation du travail sont intégrées, sous le Front populaire, aux politiques industrielles. D’une guerre à l’autre, les institutions chargées de promouvoir ces techniques et ces connaissances définissent un nombre toujours croissant de populations auxquelles s’appliquent les nouvelles normes de rationalité, la constitution d’un corpus scientifique et la construction sociale d’un marché pour ces savoirs allant de pair.

  • 2 Sur l’expertise comme acte de connaissance qui obtient la reconnaissance, voir Pierre Bourdieu (198 (...)

5À mesure que se développe un marché pour ces savoirs, la double figure de l’ingénieur savant et de l’expert lié à l’État cède la place à celle de l’intellectuel d’affaires organiquement lié au patronat. Démunis de toute forme de consécration savante, les organisateurs-conseils participent, de concert avec l’avant-garde patronale des années 1930 convertie au néolibéralisme, à l’édification d’un domaine de savoirs – la rationalisation de l’économie, dont l’organisation du travail est désormais un des chapitres – et à l’élaboration d’instruments d’intervention sociale. Un tel processus de « coproduction » des savoirs permet de réduire l’asymétrie entre prestataires et clients qui caractérise un certain nombre de professions libérales (de Bandt, Gadrey, 1994). En l’absence de savoirs certifiés et de compétences techniques garanties, les relations personnelles entre conseillers et patrons sont donc partie intégrante du dispositif de croyance sans lequel les marchés ne peuvent fonctionner. Le choc de 1936, qui oblige un patronat divisé à négocier avec les syndicats ouvriers, marque une étape importante dans la construction du pouvoir symbolique de ces experts en organisation : jusqu’alors ignoré ou contesté au sein de la Confédération générale du patronat français (CGPF), le point de vue qu’ils défendent offre alors une alternative à l’intervention des pouvoirs publics sur le champ économique : il est soudainement arraché à la relativité, doté d’un caractère officiel et d’un pouvoir normatif accru2. Cet épisode important de l’histoire du conseil permet de saisir comment cet univers a alors réussi le tour de force de s’attribuer les apparences de l’autonomie tout en restant étroitement subordonné aux intérêts généraux du patronat. S’il s’agissait dans les faits de préserver les fondements de l’ordre social capitaliste en adaptant le libéralisme (de transformer les pratiques patronales pour conserver l’ordre économique), l’opposition que ces transformations ont soulevée auprès d’une fraction importante du patronat établi, très attachée à l’exercice d’une autorité souveraine, a contribué à la méconnaissance de l’aspect conservateur de l’expertise rationalisatrice, et à la reconnaissance de sa dimension modernisatrice. L’occupation et la consolidation de positions structurales en porte-à-faux au sein du patronat (positions d’indépendance dans la dépendance qui permettent de jouer des divisions entre fractions patronales) semblent être une condition nécessaire à la fois pour que les cabinets de conseil produisent et entretiennent la croyance dans leur autonomie, et pour qu’ils puissent endosser leur fonction objective de gardien de l’ordre capitaliste.

Savoir managérial : la justification du processus d’accumulation illimitée

6La sociologie de l’émergence d’un groupe professionnel est indissociable de celle des savoirs que ce groupe mobilise, des doctrines fétiches et du point de vue sur le monde qui en est le corollaire. La spécialisation des activités de conseils, à partir du début du xxe siècle coïncide avec la naissance du management, défini à la fois en tant qu’idéologie (ensemble de valeurs et de croyances) justificatrice du capitalisme industriel, en tant que techniques spécifiques de domination et enfin en tant que groupe d’acteurs impliqués dans l’élaboration et la diffusion de ces idées et de ces pratiques. Si l’élaboration d’une pensée managériale dépend des transformations du champ économique et des restructurations du patronat, elle est également le produit d’un contexte politique marqué par le développement d’un syndicalisme ouvrier et de fonctionnaires, l’installation d’une République radicale et le renforcement de la vocation démocratique de l’école républicaine, autant de faits ayant pour corollaire la montée en puissance, au sein d’une fraction de l’élite, de la crainte d’une subversion de l’ordre social par les « masses » et d’un déclassement. Certains représentants de ces fractions conservatrices de la bourgeoisie économique catholique, qui contestent alors le pouvoir accru accordé à l’école dans le mode de reproduction des élites, se font dès la Première Guerre mondiale les émules de Henri Fayol, le père du management « à la française », et infléchissent sa « doctrine administrative » dans le sens d’une psychologie des chefs qui valorise la dimension personnelle de l’autorité, le leadership, l’esprit d’initiative et la volonté (des hommes d’action), contre la passivité, l’irresponsabilité et l’esprit de routine (des fonctionnaires).

7Ce sont toutefois les évènements de 1936 – lesquels pointent la faillite du taylorisme à garantir la paix sociale – qui favorisent le rapprochement entre experts en rationalisation et psychologues, au sein de nouveaux instituts de développement personnel et d’administration de soi, qui louchent parfois vers l’eugénisme à la française. Ces instituts d’efficience mentale offrent de nouvelles techniques de soi qui répondent à des objectifs de déplacement des frontières de l’intime. Elles s’inscrivent dans le prolongement de l’entreprise d’inculcation d’une rationalité instrumentale, prise en charge par les disciples français de Taylor, tout en enrichissant cette approche par de multiples emprunts à Fayol : sont ainsi valorisés l’esprit d’initiative, le goût du risque, la volonté créatrice, la nécessaire prise en charge par chacun de l’actualisation de ses potentialités et l’amélioration de ses performances. Le développement de ces savoirs sur soi – lesquels, en façonnant les intérêts privés permettent, mieux que l’obéissance ou la contrainte, la soumission aux intérêts capitalistes et l’acceptation du monde tel qu’il est – va de pair avec le glissement d’un pouvoir coercitif à un pouvoir incitatif : le régime de l’intérêt personnel doit se substituer à l’autorité, et les rapports marchands remplacer les relations salariales. Dans un contexte de reprise en main par l’État des opérations de sélection et de formation de la main-d’œuvre et de promotion de la psychologie expérimentale au rang de « science de l’État », patrons modernistes et spécialistes de rationalisation se saisissent d’une psychologie spiritualiste inspirée de Bergson, compatible avec leurs propres techniques de gestion de la main-d’œuvre, pour conserver le contrôle sur l’embauche, la formation et les licenciements. L’humeur anti-scolaire, alimentée, nous l’avons vu, par l’affirmation d’une logique spécifiquement scolaire de reproduction des élites économiques, que ces patrons partagent avec leurs conseillers réinvente, dans un contexte différent, la thématique du décalage temporel entre les savoirs utiles à l’industrie et les savoirs scolaires consacrés pour maintenir hors du contrôle de l’État les savoirs et les instruments constitutifs du management.

La régulation par le marché et l’apologie des savoirs « vivants »

8Enfin, la montée en puissance d’une expertise extérieure à l’État va de pair avec le clivage croissant, de l’entre-deux-guerres à la Libération, entre les deux principales catégories d’experts « privés ». D’un côté, les héritiers des ingénieurs « civils » du xixe, dotés dès 1912 d’un syndicat professionnel, cherchent constamment à protéger, face à leurs concurrents liés à l’État, leur titre et leur marché par l’instauration d’un ordre professionnel qui exclurait de la profession tous ceux qui n’en vivent pas à titre principal. De l’autre, les organisateurs-conseils, rassemblés avec leurs clients au sein d’institutions organisées sur le modèle de la société savante, sont plus réticents à l’adoption de telles garanties impersonnelles. Avec Vichy, ces luttes se soldent en faveur d’une organisation de la profession par le « marché », non seulement parce que nombre d’experts liés à l’État (ingénieurs des corps techniques de l’État, professeurs d’université ou d’écoles d’ingénieurs, membres de l’Académie des sciences), voient d’un mauvais œil une réglementation des activités de conseil qui les priverait d’une source de revenus « accessoire ». Mais également parce que les organisateurs-conseils, dont l’élite du groupe est désormais intégrée aux côtés des patrons modernistes à « l’État français », voient alors augmenter opportunément leur territoire professionnel et semblent peu disposés à en fixer les limites. L’attachement au flou et l’hostilité vis-à-vis de tout académisme et de tout appareil (ordre, corps, syndicat) susceptible d’instituer des hiérarchies et d’imposer un point de vue souverain l’emportent donc sous Vichy, sur le projet concurrent. La défense des initiatives privées et individuelles, qui a pour corollaire le refus de délimiter strictement les savoirs et les pratiques professionnelles et la volonté de les soustraire au contrôle de l’État, est alors justifiée par l’apologie du savoir « vivant » et pragmatique des organisateurs (à la limite de la vérité et de la croyance en l’efficacité) que l’estampille de l’État frapperait d’immobilisme et de dépérissement, à moins qu’elle ne discrédite l’État lui-même. Bientôt recouvertes par l’idéologie du « changement » et de la « modernité », ces luttes constitutives de l’identité professionnelles sont prises dans l’héritage des luttes passées auxquelles elles redonnent vie.

La reproduction de la croyance

9En opposant à l’histoire institutionnelle que le groupe produit sur lui-même une histoire des structures sociales au sein desquelles se construit cet espace professionnel, la sociologie historique contribue à dénaturaliser l’institution. Cette histoire institutionnelle, qui constitue la Libération en tant que véritable point de départ de l’activité professionnelle, privilégie l’explication de l’émergence du groupe par les déterminismes techniques et les nécessités économiques, présente les pionniers du métier sous les atours de l’inventivité, la curiosité, la modernité et accentue à souhait la dimension « révolutionnaire » des pratiques qu’ils instaurent (par opposition au culte du secret et à l’archaïsme des hommes d’affaires). Constitutive de l’inconscient professionnel, une telle histoire trouve tout naturellement sa place dans les manuels de gestion et hante également l’inconscient académique d’une discipline qui s’impose progressivement au sein de l’Université française au cours des années 1960. À cette histoire institutionnelle tronquée qui autorise les formes d’amnésie collective et contribue à faire exister le groupe sur le mode de l’évidence (donc à renforcer la croyance dans son autorité symbolique), la sociologie historique oppose une histoire structurale de la genèse du groupe qui réintroduit les luttes sociales occultées et les replace dans leur contexte. Elle montre que, loin d’être tournées vers la modernité, les doctrines fétiches des organisateurs de la première moitié du xxe siècle ont mobilisé largement les schèmes conservateurs de chaque époque (de la dénonciation du gavage intellectuel à la célébration du talent personnel et de l’idéologie du don naturel), et qu’elles ont été ardemment défendues par les fractions familialistes et catholiques de la bourgeoisie les plus hostiles au projet scolaire républicain, la force des idées dépendant toujours en partie de celle des groupes sociaux qui les soutiennent. Par la dénaturalisation du métier, des savoirs et des instruments de gestion (outils comptables ou grilles de classements des aptitudes, des postes), une telle sociologie historique permet de « faire revenir le social là où (…) l’épaisseur sociale semble s’être dissoute, avoir disparu derrière la nécessité et l’évidence a-historique qu’acquièrent les choses », bref, à retracer les processus au cours desquels les faits sociaux deviennent des choses, des mécanismes agissants (Gaïti, 2006).

  • 3 Sur la dialectique de l’histoire faite corps et de l’histoire fait chose, voir Pierre Bourdieu (198 (...)

10Elle permet également de montrer comment l’humeur anti-scolaire, qui puise ses ramifications dans les transformations affectant à des périodes différentes des espaces spécifiques, est constitutive de l’ethos des consultants contemporains. En effet, l’héritage de luttes perdure, alors même que les configurations sociales dans lesquelles ces luttes prenaient leur sens se sont transformées. Les idéologies professionnelles qui caractérisent l’univers du conseil des années 1990, et tout particulièrement le rejet des hiérarchies scolaires et des savoirs établis, semblent prises dans cet héritage à la fois inconscient et présent dans les représentations collectives du métier et les processus de socialisation adoptés par les grands cabinets de conseil3. Les désajustements, produits des transformations de l’institution scolaire entre 1950 et 1980, entre les aspirations scolaires et la scolarité réalisée – désajustements que la formule indigène du « casier scolaire » exprime de manière remarquable (parce qu’ils prétendent [sur]sélectionner une « élite », les cabinets de conseil offrent le moyen de « blanchir » un « casier scolaire ») – permettent ainsi de saisir les logiques par lesquelles les trajectoires contemporaines rencontrent cet héritage, l’actualisent et participent à la reproduction de la croyance (Henry, 1993). Cette humeur « anti-institutionnelle » n’est pas spécifique à l’univers du conseil, elle gagne de nombreux secteurs, y compris l’Université, où se développent des attitudes très ambivalentes à l’égard des savoirs critiques ou épistémologiquement contrôlés.

2. L’engagement sociologique vs la doxa managériale

11Si ce travail relève d’une sociologie critique du travail, la perspective que j’ai adoptée, influencée par les nombreuses discussions que j’ai pu avoir avec Michel Pialoux, a constamment cherché à faire sortir le travail de l’entreprise, à ne pas autonomiser l’objet « travail », ou encore à ne pas isoler ce que font les consultants de ce qu’ils sont. En appliquant les outils conceptuels de la sociologie à des objets traditionnellement investis par les historiens, la sociologie historique dispose d’une liberté qui lui permet de surmonter les cloisonnements entre écoles de pensée en histoire et, s’appuyant sur la relecture des classiques, de mettre en relation des approches souvent fermées les unes aux autres.

Outils conceptuels et méthodes

  • 4 Parmi les nombreux textes de Pierre Bourdieu sur le concept de champ, on pourra consulter la sectio (...)
  • 5 Par exemple, l’intérêt de certains patrons et de leurs conseillers à se saisir des apports d’une ps (...)

12La construction théorique que j’ai adoptée – dont découlent les méthodes de recueil des données – tente d’abord de replacer la genèse des activités de conseil et celle des savoirs managériaux dans un contexte économique et politique. S’écartant toutefois de la « théorie du reflet » comme des postulats idéalistes qui tendent à autonomiser la sphère des idées des représentations et des croyances collectives, elle cherche aussi à saisir les raisons de l’engagement de certains hommes dans la production des discours et des instruments managériaux. Ces hommes ne sont pas isolés, ils sont pris dans des relations d’interdépendance objectives, dans des « configurations sociales » (Elias, 1985) ou des « champs »4, que l’analyse doit restituer. Il s’agissait donc de démontrer que, bien qu’elles soient en partie le produit d’un contexte économique et de nécessités techniques, les doctrines managériales qui sont proposées ne sont ni le résultat d’adaptations mécaniques aux contraintes extérieures ni celui d’anticipations rationnelles purement stratégiques. Elles sont des réponses élaborées par des agents occupant des positions au sein d’espaces sociaux, dotés de trajectoires et partageant des systèmes de valeurs associés à ces positions et à ces trajectoires. En d’autres termes, je me proposais de réintroduire dans l’analyse les stratégies développées par les agents, assez mal traitées dans les travaux d’inspiration marxiste, sans tomber pour autant dans l’illusion de la singularité de la « personne », de « l’individu en soi » contre laquelle Norbert Elias nous met en garde (1985). Ou encore de prendre la mesure des effets spécifiques produits par les champs ou les configurations sociales, sans sacrifier une approche plus wébérienne qui s’attache à restituer le sens subjectif donné à l’action5.

13Une attention particulière a été accordée à la construction sociologique des trajectoires scolaires, professionnelles et politiques. Il fallait pour cela surmonter l’obstacle de l’éclatement des angles d’analyse dont les agents étudiés ont fait l’objet, éclatement en partie lié aux cloisonnements entre domaines de spécialité en histoire et en partie lié à la spécificité de l’objet lui-même puisque la faible institutionnalisation de cet univers rend possible les investissements en apparence contradictoires, la multiplicité des positions occupées et un certain opportunisme politique, scientifique et pratique. Entreprendre une telle histoire structurale est proprement interminable, comme le dit Pierre Bourdieu (2012), puisque les trajectoires, les positions occupées et les prises de position ne disent rien en elles-mêmes. Un tel souci de construction de la cohérence sociohistorique de parcours désordonnés exige de ne pas céder à l’illusion biographique, qui présuppose que la vie constitue une totalité cohérente et orientée et doit être appréhendée comme l’expression d’un projet (Bourdieu, 1986). Il suppose au contraire de replacer les trajectoires dans les structures sociales au sein desquelles elles se sont déroulées, c’est-à-dire dans l’espace objectif des possibles. Loin d’abîmer la notion de choix, ou de vider de sa substance le concept d’action, la construction, pour chaque contexte, de cet espace des possibles fait au contraire apparaître les marges de manœuvre (dont les individus s’emparent lorsqu’ils réinventent leur position) et le sens singulier de chaque trajectoire.

Autonomie et engagement

  • 6 Il désigne par « politique de la pureté » le fait que les « intellectuels » sont alors parvenus à c (...)

14Mobilisant le modèle de l’intellectuel critique à la française tel qu’il est forgé lors de l’affaire Dreyfus6, Pierre Bourdieu encourageait constamment ceux et celles qui travaillaient avec lui à dépasser l’opposition, sans cesse réinventée, entre l’engagement militant et la production scientifique. « Plus un travail est scientifique et plus il est politique », avait-il l’habitude de rappeler, mettant en garde les chercheurs contre le double écueil de l’isolement au sein du groupe des pairs et de l’hétéronomie que représente la soumission aux verdicts extérieurs à la communauté savante (que ceux-ci émanent des champs économique, politique ou journalistique).

15Pierre Bourdieu a longuement insisté sur la nécessité d’augmenter l’indépendance de la recherche en science sociale vis-à-vis de la demande sociale (c’est, écrivait-il, la condition majeure du progrès vers la scientificité). Il voyait dans le fort développement des mouvements sociaux et de la critique, mais aussi dans la forte indépendance des spécialistes vis-à-vis de ces mouvements sociaux, le moyen d’accroître le degré d’autonomie de l’enseignement supérieur et de la recherche à l’égard des forces économiques et politiques dominantes. C’est finalement en s’appuyant sur l’État que les sciences sociales peuvent résister à la pression des demandes sociales, à condition de défendre leur indépendance en usant « contre l’État de la liberté (relative) que leur assure l’État » (Bourdieu, 1994).

16Quels modes d’engagement ce cadre analytique rend-il possibles ? Tout d’abord, les résultats de cette recherche sur la genèse des consultants ont été présentés à diverses reprises, à l’occasion d’invitations de la part de syndicalistes et de militants. Lorsque le chercheur est payé par l’État pour produire un savoir, il est de son devoir, me semble-t-il, de consacrer une partie de son temps à mettre le savoir à la disposition des forces critiques, et de faire de ces rencontres l’occasion d’échanges et de débats. Au cours de ces débats, certaines questions étaient récurrentes : existe-t-il un « bon management » ? Est-il possible de faire du conseil de gauche ? N’y a-t-il pas quelque chose de bon dans tout cela, comme la recherche de la performance et de l’efficacité ? Ces questions étaient l’occasion d’explorer certaines expériences, généralement assez brèves, de réappropriation par la critique de ces institutions dont la genèse est liée au développement capitaliste. Si la subversion de ces institutions semble aujourd’hui improbable, c’est que le résultat des luttes entre les hommes et les postes, entre l’histoire incorporée et l’histoire réifiée, dépend en grande partie de l’état du rapport de forces entre les classes sociales (Bourdieu, 1980). Mais la sociologie historique et critique du travail, en débanalisant les évidences managériales, largement inconscientes ou impensées, et en se servant de l’histoire comme d’un moyen de révélation de l’arbitraire historique, contribue à rendre un peu moins robuste la réalité (du management), et peut limiter la contamination de la doxa managériale, en tout premier dans les cercles syndicalistes, militants ou critiques.

17Au-delà de la restitution des résultats du travail de recherche, est-il possible d’aller plus loin dans l’engagement du chercheur ? La recherche peut-elle prendre plus directement appui sur la critique ? La coordination d’un dossier de la Revue de l’IRES (2012) a été un autre des prolongements de ce travail, dans une perspective engagée. En effet, ce dossier soumet à la réflexion des représentants syndicaux les conséquences possibles du décloisonnement progressif entre l’expertise des conditions de travail, portée par les institutions représentatives du personnel et protégée depuis 1993 par un agrément du ministère du Travail, et le consulting, jusqu’à récemment exclu du marché en pleine expansion de l’expertise en prévention des risques psychosociaux. Enfin, une note de recherche sur les années noires du management à France Télécom a tenté de mieux articuler les contributions des cabinets de conseil et des dirigeants du groupe, issus pour certains d’entre eux des grands cabinets de conseil, à la conception et à la mise en pratique du néo-management (Henry, 2012). Réalisée essentiellement à partir d’entretiens auprès de représentants syndicaux de Sud Télécom et de la CGC (deux syndicats ayant pris l’initiative de la création de l’Observatoire du stress et de la mobilité forcée à France Télécom), cette enquête exploratoire soulevait certaines questions. En effet, quel est l’apport spécifique du sociologue lorsque ses informateurs mobilisent une critique de l’ordre social d’autant plus solide qu’elle repose sur une connaissance intime de l’entreprise, sur une expérience militante longue et qu’elle emprunte très largement aux savoirs issus des sciences sociales ? Ne risque-t-il pas précisément de perdre son autonomie ?

18Loin de former un appendice de la critique, la sociologie présente un apport spécifique qui intervient à deux niveaux. D’abord elle est dotée d’instruments de totalisation, tels que le concept de champ, capable d’organiser les points de vue nécessairement partiels et morcelés en une réalité cohérente et donc de favoriser les rapprochements entre différentes observations (par exemple l’univers du conseil et celui, en cours de restructuration, de l’expertise des conditions de travail). Ensuite, alors que la critique syndicale est menée à partir d’une position à l’intérieur d’une organisation, à l’intérieur d’un cadre donc, le sociologue, extérieur à ce cadre, a la possibilité d’enregistrer des points de vue variés, d’en restituer la pluralité et d’expliquer la réalité sociale à partir de l’analyse des logiques de concurrence ou d’alliance entre les positions occupées.

Défendre l’autonomie de la recherche

19Si la description sociologique enferme en elle la virtualité de la critique du fait même de son extériorité (Boltanski, 2009), la perspective de l’ingénieur ou de l’expert, de celui qui ne sort pas du cadre imposé par la demande, ne cesse de gagner du terrain, et tout particulièrement à l’Université qui se voit de plus en plus contrainte d’obtenir auprès des acteurs locaux une part de ses moyens financiers.

20Enjointe de répondre à des besoins institutionnels définis par les politiques publiques, la formation à et par la recherche, aujourd’hui valorisée par les autorités ministérielles, prend souvent la forme d’une initiation à l’expertise. Celle-ci inclut le formatage du langage et des méthodes d’enquête (dans le domaine de la sociologie de la santé par exemple, la soumission à l’approche épidémiologique) et l’inculcation de l’adhésion aux nécessités institutionnelles, qui va de pair avec l’acceptation des finalités assignées (identifier des leviers pour l’action) et de la censure de certains angles d’observation (notamment de ceux considérés comme trop brûlants politiquement). Transmettre en pratique les multiples opérations de collecte et d’analyse des faits constitutives d’un savoir critique relève dans ces conditions d’une aptitude au dédoublement ou au moins à la pratique d’une certaine gymnastique : celle qui intègre le cadre de l’enquête dans l’enquête elle-même, transforme l’objet initial de la commande en objet principal de la recherche, bref se sert de la commande comme d’un révélateur de l’inconscient institutionnel.

21Si, comme le dit Pierre Bourdieu, le savant doit se soumettre aux règles du scholarship pour pouvoir produire un savoir engagé, il doit également s’efforcer de peser sur des règles qui, avec l’injonction actuelle à la productivité des chercheurs et à leur évaluation comptable, rendent improbables les opérations de recherche les plus coûteuses en temps, comme celles qui s’efforceraient de systématiser les critiques de l’ordre social.

Rejoindre les mouvements sociaux

  • 7 On pense ici tout particulièrement aux travaux d’Annie Thébaud-Mony (2007) sur la politique du doub (...)
  • 8 Un exemple parmi d’autres, le « Rapport sur l’état de nos forêts et leurs devenirs possibles » réal (...)

22Parce que, comme le rappelait Pierre Bourdieu dans une de ses dernières interventions publiques en mai 2001 (Bourdieu, 2002), la politique de mondialisation est une politique de dépolitisation faisant largement appel à des chercheurs, experts spécialisés dans la conversion des choix politiques en choix techniques, les ressources scientifiques sont de plus en plus incontournables pour mettre en lumière, dans une perspective critique, les ressorts des politiques néolibérales ainsi que leurs effets sociaux et économiques. Il est nécessaire, disait alors le sociologue, que les chercheurs s’associent à un mouvement social confronté à une politique de mondialisation, qu’ils fournissent à ceux qui résistent aux politiques néolibérales des instruments de lutte contre la domination symbolique exercée par les experts engagés auprès des grandes compagnies transnationales7. À condition de ne pas limiter l’analyse à une critique des données produites et de la manière dont elles sont produites, mais de sortir du cadre général dans lequel sont réalisées les expertises pour opérer une critique plus radicale, comme le préconisait Daniel Bensaïd (2007) lorsqu’il soulignait l’impossibilité de résoudre le défi écologique par la loi de la valeur marchande, l’incommensurabilité entre valeurs marchandes et valeurs écologiques étant une des limites historiques du mode de production capitaliste. Au-delà des arènes de l’éducation populaire, et de l’objectif de désenclavement des sciences sociales et de circulation élargie de leurs résultats, il s’agit de rejoindre les mouvements sociaux et les luttes collectives locales, de participer à l’élaboration de projets politiques alternatifs, souvent adossés à des pratiques d’enquêtes sociohistoriques adoptées par les acteurs eux-mêmes8. Car si la sociologie critique permet de rendre la réalité du monde moins robuste, les structures mentales ne se modifient complètement que lorsque les structures économiques et politiques rendent possibles les révolutions (Bourdieu, 1977).

Haut de page

Bibliographie

Bensaïd Daniel (2007), Les dépossédés. Karl Marx, les voleurs de bois et le droit des pauvres, Paris, La Fabrique.

Boltanski Luc (2009), De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard.

Bourdieu Pierre (1977), Algérie 60. Structures économiques et structures temporelles, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu Pierre (1980), « Le mort saisit le vif », Actes de la recherche en sciences sociales, 32/33, 3-14.

Bourdieu Pierre (1986), « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62, 69-72.

Bourdieu Pierre (1987), « Espace social et pouvoir symbolique », Choses dites, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu Pierre, avec Loïc J.D. Wacquant (1992), Réponses. Pour une anthropologie réflexive, Paris, Le Seuil.

Bourdieu Pierre (1992), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil.

Bourdieu Pierre (1994), « Esprits d’État. Genèse et structure du champ bureaucratique », dans Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, Le Seuil, 106-107.

Bourdieu Pierre (1995), « Sur les rapports entre la sociologie et l’histoire en Allemagne et en France », entretien avec Raphaël Lutz, Actes de la recherche en sciences sociales, 106-107, 108-122.

Bourdieu Pierre (2002), Interventions, 1961-2001. Science sociale et action politique, Marseille, Agone, 565-575.

Bourdieu Pierre (2012), Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992), Paris, Raisons d’agir/Le Seuil.

Castel Robert (1991), « Savoirs d’expertise et production de normes », dans Chazel François et Jacques Commailles, Normes juridiques et régulations sociales, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 177-188.

Bandt Jacques de et Jean Gadrey (dir.) (1994), Relations de service, marchés de services, Paris, CNRS Éditions.

Elias Norbert ([1969] 1985), La Société de cour, Paris, Flammarion.

Gaïti Brigitte (2006), « Entre les faits et les choses. La double face de la sociologie politique des institutions », dans Cohen Antonin, Lacroix Bernard et Philippe Riutort, Les formes de l’activité politique, Paris, PUF, 39-64.

Henry Odile (1993), Un savoir en pratique. Les professionnels de l’expertise et du conseil, Thèse de Doctorat, mention sociologie, Paris, Éditions de l’EHESS.

Henry Odile (2012), Les guérisseurs de l’économie. Sociogenèse du métier de consultant (1900-1950), Paris, CNRS Éditions.

Henry Odile (2012), « Les syndicats et l’expertise en risques psychosociaux. Note de recherche sur les années noires du management à France Télécom Orange », 194, septembre 2012, 68-77.

Henry Odile (2012), « Expertise, syndicalisme et conditions de travail », La Revue de l’Ires, n° 74, 63-206.

Karpik Lucien (2007), L’économie des singularités, Paris, Gallimard.

Muel-Dreyfus Francine (1983), Le métier d’éducateur, Paris, Éditions de Minuit.

Roy Arundathi (2012), « Capitalism : a Ghost Story. Rockefeller to Mandela, Vedanta to Anna Hazare… How long can the cardinals of corporate gospel buy up our protests ? » [En ligne], Mis en ligne le 26 mars 2014. URL : http://www.outlookindia.com/article.aspx?280234

Thébaud-Mony Annie (2007), Travailler peut nuire gravement à votre santé. Sous-traitance des risques, mise en danger d’autrui, atteintes à la dignité, violences physiques et morales, cancers professionnels, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 De ce point de vue, les activités de conseil relèvent de la catégorie des « biens à mystère » identifiée par Lucien Karpik (Karpik, 2007).

2 Sur l’expertise comme acte de connaissance qui obtient la reconnaissance, voir Pierre Bourdieu (1987).

3 Sur la dialectique de l’histoire faite corps et de l’histoire fait chose, voir Pierre Bourdieu (1983) et Francine Muel-Dreyfus (1983).

4 Parmi les nombreux textes de Pierre Bourdieu sur le concept de champ, on pourra consulter la section qu’il lui consacre dans Réponses. Pour une anthropologie réflexive (Pierre Bourdieu avec Loïc J.D. Wacquant, 1992).

5 Par exemple, l’intérêt de certains patrons et de leurs conseillers à se saisir des apports d’une psychologie spiritualiste est tout autant le produit de l’attachement profond à une philosophie du sujet que celui des relations de concurrence (au sein de la classe dominante, mais aussi au sein de l’espace relativement autonome formé par les spécialistes de sciences humaines) qui actualisent cet attachement.

6 Il désigne par « politique de la pureté » le fait que les « intellectuels » sont alors parvenus à concilier ce qui paraissait inconciliable, à savoir la pureté comme autorité fondée sur l’autonomie du champ, et l’engagement (Bourdieu, 1992).

7 On pense ici tout particulièrement aux travaux d’Annie Thébaud-Mony (2007) sur la politique du double standard justifiant l’exportation de l’industrie française de l’amiante, et plus récemment aux analyses des transformations du capitalisme indien menées par Arundathi Roy (2012), qui met en évidence le rôle joué par McKinsey Global Institute dans le projet de création d’un corridor industriel associant les gouvernements indiens et japonais et prévoyant le déplacement de millions de personnes.

8 Un exemple parmi d’autres, le « Rapport sur l’état de nos forêts et leurs devenirs possibles » réalisé par les habitants du plateau de Millevaches, novembre 2013. Ou encore l’enquête en cours sur les récits de vie des ouvriers des mines d’uranium de Bessines, en opposition à l’histoire institutionnelle de la région et de ses habitants réifiée dans un musée de l’uranium.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Odile Henry, « Dénaturaliser l’institution. L’apport de la sociologie historique de Pierre Bourdieu à la critique du travail », La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 26 avril 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/1559 ; DOI : 10.4000/nrt.1559

Haut de page

Auteur

Odile Henry

Professeure de sociologie – Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org