Navigation – Plan du site
Controverses – Où en est la critique en sociologie du travail ?

Pour une sociologie clinique du travail

Towards a clinical sociology of work
Para una sociología clínica del trabajo
Vincent de Gaulejac

Résumés

La sociologie clinique est une orientation récente dans le champ des sciences sociales, quand bien même les questions qu’elle soulève ne sont pas nouvelles. Elle a pour objet l’analyse des processus sociopsychiques qui caractérisent les relations complexes et intimes entre l’individu et la société. Elle s’intéresse à la dimension existentielle des rapports sociaux. Elle analyse les phénomènes institutionnels et organisationnels dans leur dimension rationnelle, mais également imaginaire, pulsionnelle et symbolique. Elle cherche à démêler les nœuds complexes entre les déterminismes sociaux et les déterminismes psychiques dans les conduites individuelles et collectives, en particulier dans le registre du rapport au travail.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La controverse proposée par la NRT évoque en introduction une tension centrale qui oppose l’analyse « des logiques de la domination et de reproduction sociales, et l’accent mis sur les logiques et processus de résistance, subversion, émancipation. Jusqu’à quel point l’expérience des dominés est-elle… dominée, voire colonisée par la culture dominante ? Jusqu’à quel point et à quelles conditions les capacités critiques et réflexives des acteurs dominés sont-elles mobilisables et mobilisées au travers de formes d’action collective mettant en question les logiques de domination et de reproduction sociale ? ». La sociologie clinique s’inscrit depuis toujours dans une problématique critique. Dans l’analyse du pouvoir dans les organisations, elle a montré comment le pouvoir managérial produit l’adhésion de ceux sur lesquels il s’exerce par des processus sociopychiques d’introjection, de projection, de mobilisation narcissique et d’idéalisation dans le rapport des travailleurs à leur entreprise. Dans le même esprit, l’analyse du roman familial et de la trajectoire sociale des personnes qui changent de classe sociale montre l’ambivalence radicale qui traverse le rapport aux dominants et aux dominés entre fierté et honte, admiration et répulsion, amour et haine, soumission et rage, sentiment d’infériorité et de supériorité, culpabilité et manque de confiance en soi. L’intérêt de la clinique est aussi d’analyser comment les processus de résistance peuvent produire des comportements contradictoires entre les réactions défensives, qui conduisent à vivre avec la domination, les mécanismes de dégagement qui conduisent à s’en extraire, et les stratégies de subversion qui conduisent à des engagements individuels et des luttes collectives.

2Nos analyses des sociétés hypermodernes montrent combien les logiques de pouvoir sont de plus en plus paradoxales et paradoxantes. Les cadres d’analyse des processus de reproduction et de changement, d’émancipation et d’aliénation, de promotion et de régression, sont profondément bouleversés par la globalisation, la complexité et la crise des « grands récits ». Il convient alors de proposer de nouvelles constructions théoriques qui débordent la sociologie du travail en ouvrant sur des perspectives transdisciplinaires qui intègrent l’économie, la gestion, mais aussi la psychologie, l’histoire et la psychanalyse. Il convient également de réintroduire les questions de la subjectivité et de l’inconscient au cœur de nos analyses. Ces positions mériteraient un long développement que je résumerai en deux points. Un premier temps de présentation de la sociologie clinique, plus particulièrement dans le champ du travail. Un deuxième temps de réponse à aux questions de la NRT.

1. Présentation de la sociologie clinique

3La sociologie clinique a pour objet l’analyse des processus sociopsychiques qui caractérisent les relations complexes et intimes entre l’être de l’homme et l’être de la société (Caillois, 1937, cité par Hollier, 1979). Elle s’intéresse à la dimension existentielle des rapports sociaux. Elle analyse les phénomènes institutionnels et organisationnels dans leur dimension rationnelle, mais également imaginaire, pulsionnelle et symbolique. Elle cherche à démêler les nœuds complexes entre les déterminismes sociaux et les déterminismes psychiques dans les conduites individuelles et collectives, en particulier dans le registre du rapport au travail.

4La démarche clinique, du grecque klinica, du latin clinicus, consiste, pour un médecin, à observer directement « au lit du malade », c’est-à-dire à prendre en compte la personne dans sa totalité en écoutant le vécu de sa souffrance. En sociologie, la démarche consiste à développer des méthodes pour analyser les phénomènes sociaux au plus près du vécu des acteurs. L’objet de la méthode clinique est l’étude de l’homme en situation et en interaction. Elle favorise l’émergence d’une parole dans une relation à la fois intersubjective et sociale. En sociologie, elle consiste à saisir les individus au cœur de leur existence, à comprendre comment le sujet advient face à son histoire, ses désirs, son milieu social, ses aspirations, sa famille, ses émotions. Elle se veut à l’écoute des sujets, proche du réel dans ses dimensions affectives et sociales, attentive aux enjeux inconscients individuels et collectifs. Elle s’intéresse à la dimension existentielle des rapports sociaux.

5Se définissant davantage par « certain mode de production de connaissance » que par les objets d’investigation auxquels elle s’attache, la sociologie clinique accorde une importance particulière à question de la subjectivité (Gaulejac, Roche & Hanique, 2007) de manière à avoir accès à la manière dont les sujets éprouvent les phénomènes sociaux dans leur corps, dans leur mental et dans leur psyché, et à ce qu’ils en disent. La prise en compte de la subjectivité au sein du projet sociologique consiste à proposer une science compréhensive sans renoncer à l’idéal d’objectivité, prendre en compte la subjectivité en se démarquant du subjectivisme, et comprendre le sujet et l’individualité en refusant le psychologisme.

6La sociologie clinique s’est développée en particulier au laboratoire de changement social et politique (LCSP) de l’université Paris 7 et a vu le jour dans les années 1970 (Gaulejac & Giust-Desprairies [dir.], 2013), à l’occasion d’un programme de recherches pluridisciplinaires mené sous la direction de Max Pagès, et portant sur les phénomènes du pouvoir dans les organisations. Cette recherche, qui conduira à la publication de l’ouvrage L’emprise de l’organisation (Pagès et alii, 1979) conduira les chercheurs à tenir compte de la complexité de l’objet (en l’occurrence la question du pouvoir) pour penser les conditions d’une « problématisation complexe » reposant sur la convocation de plusieurs disciplines en particulier l’économie, la sociologie et la psychologie pour penser un même objet. Par la suite, d’autres travaux sont venus enrichir cette option épistémologique, et confirmer l’intérêt de ce courant pour l’analyse des problématiques liées au travail et à l’organisation.

1.1. L’objet travail : une problématisation multiple pour un objet multidimensionnel

7Au fil des années, la question du travail – pris dans son acception la plus large – s’est imposée comme un objet singulièrement pertinent pour une approche clinique en sociologie. La polysémie de cet objet et sa multidimensionnalité (renvoyant autant au registre de l’institution que de l’organisation, du social que du psychique, du réel que de l’imaginaire et du symbolique) appellent une problématisation multiple, tenant compte des différents niveaux de pensées qui font in fine de l’objet travail un fait social total (Gaulejac, 2011).

8La sociologie clinique du travail propose de mettre en perspective quatre registres abordés habituellement de façon singulière :

– Le registre macro-économique : il ouvre la réflexion sur une lecture des transformations du capitalisme contemporain, et permet en particulier d’explorer l’hypothèse d’une disjonction entre production (qui reste territorialisée) et finance (qui est « globalisée » échappant largement à toute forme de régulation et de contrôle).

– Le registre politique et idéologique : il repère et déconstruit les systèmes de pensée dominants ainsi que les imaginaires sociaux à l’œuvre dans la société. Il s’intéresse en particulier à l’analyse de « l’idéologie managériale » conçue initialement dans les entreprises multinationales et les grands cabinets de consultants.

– Le registre de l’organisation : il analyse la question de la gouvernance des entreprises et des modes d’organisations et de management qui en découlent. Un intérêt particulier est porté sur le choix et la mise en œuvre de pratiques de management et d’outils de gestion censés rationaliser la production qui sont en définitive des dispositifs de pouvoir.

– Le registre existentiel : il explore le monde vécu du travail. Dans cette perspective, le regard porte sur les conditions concrètes du travail et ce qu’elles mobilisent en termes de compétences et d’implication subjective. Une attention particulière est également portée aux liens entre le discours (la « novlangue managériale »), les pratiques de management et les manifestations de souffrance comme symptôme des dysfonctionnements de l’organisation.

1.2. Le mal-être au travail : un objet sociologique complexe

9La question du mal-être au travail illustre cette complexité et l’intrication des registres économiques, organisationnels, idéologiques et psychologiques. Elle nous conduit à explorer la subjectivité et l’imaginaire social à l’œuvre dans son émergence. C’est dire que la volonté bien compréhensible de certains de vouloir « objectiver » le phénomène passe à côté de l’essentiel : pourquoi le stress, le harcèlement, l’épuisement professionnel, la dépression, le suicide apparaissent massivement dans l’univers du travail alors que les conditions concrètes de travail semblent s’être plutôt améliorées ? Nous avons là un symptôme dont il nous faut décrypter la signification. Il ne s’agit donc pas tant d’en mesurer la « réalité », mais plutôt d’en comprendre les sources, moins de faire la preuve de son existence que de constater qu’il a une consistance subjective qui lui donne une existence effective.

10Certains vont nier la « réalité » du phénomène justement parce que ses incidences subjectives sont massives. La subjectivité est alors assimilée au personnel, à l’impalpable, l’indicible, l’immatériel. À ce titre elle est sujette à caution. Il vaut donc mieux la laisser de côté, ne pas trop s’en préoccuper comme s’il s’agissait d’illusion, de fantasmes et de choses inexplicables donc, par nature, incompréhensibles, du moins dans une démarche « scientifique ». Pour ceux qui se réclament d’une conception objectiviste de la science, la seule réalité qui compte est du côté de la matière, de la rationalité, de la maîtrise, le reste n’est qu’état d’âme et littérature. Ils considèrent la souffrance psychique comme un épiphénomène, un registre mystérieux qu’il vaut mieux mettre à l’écart et dont l’existence, tant qu’elle n’est pas prouvée selon les paradigmes de la « vraie science », n’a aucune raison d’être. Cette construction d’une représentation objectivante du monde n’est pas compatible avec l’idée que la subjectivité en est un élément incontournable. Transformer l’humain en variable, en facteur, en ressource, consiste avant tout à le rendre mesurable afin de le gérer comme une chose, une marchandise, un capital. Les dimensions affectives, émotionnelles, sensibles, les embarrassent parce qu’ils ne savent pas comment les traiter. Ils les considèrent comme irrationnelles sinon menaçantes. C’est la raison pour laquelle l’expression d’une souffrance, d’un mal-être, de troubles psychosomatiques, provoque tant d’incompréhension, alors même que ces incompréhensions accentuent un peu plus le phénomène lui-même. La négation du mal-être est un élément aggravant. Il empêche de lui donner du sens (Hanique, 2003), de le relier au niveau collectif, d’analyser les rapports entre le vécu et les conditions de travail.

1.3. L’organisation comme système sociopsychique

11L’entreprise, et plus généralement toutes les organisations, suscite la construction d’un imaginaire dont le management doit assurer la consistance et la permanence. L’imaginaire de l’individu devient l’objet principal du management avec pour objectif de canaliser ses aspirations sur des objectifs économiques. Deux processus majeurs provoquent la mobilisation psychique :

– l’identification par introjection de l’organisation, image de toute-puissance et d’excellence, et par projection sur elle des qualités que l’employé voudrait pour son propre moi ;

– l’idéalisation par intériorisation de l’idéal de perfection et d’expansion que l’organisation propose. L’idéal du moi trouve ainsi dans l’entreprise multinationale, une formidable caisse de résonance pour élargir ses limites et satisfaire ses aspirations de reconnaissance et de toute-puissance.

12Nous avons proposé le terme de système sociopsychique pour décrire l’ensemble de ces processus de transactions entre l’entreprise et l’individu (Aubert & Gaulejac, 1991). Dans les entreprises multinationales, il s’agit d’un autre aspect du contrat de travail, implicite, mais bien réel, qui complète les aspects formels (juridiques et financiers) par une transaction psychique équivalente à un contrat narcissique. L’organisation propose à ses employés des satisfactions illimitées de reconnaissance, de toute-puissance, de performances si le salarié se donne corps et âme à ses exigences. L’individu cherche dans l’organisation un moyen de satisfaire ses désirs d’accomplissement de soi et de canaliser ses angoisses. L’organisation lui offre un objet d’idéalisation et une excitation/incitation permanente à se dépasser, à être le plus fort, à devenir un « gagnant ». Elle lui offre les moyens de combattre son angoisse en suscitant un mode de fonctionnement défensif pour lui et utile pour l’organisation. Par ce biais, la tension se transforme en énergie productive, c’est-à-dire en force de travail, canalisée sur les objectifs fixés par l’entreprise. Le système sociopsychique met en synergie le fonctionnement organisationnel et le fonctionnement psychique. L’organisation donne beaucoup d’avantages et beaucoup de contraintes, l’individu éprouve beaucoup de satisfaction et beaucoup d’angoisse. Pour lutter contre l’angoisse, il s’investit totalement dans son travail. Il obtient des résultats ce qui lui amène de la reconnaissance sous forme de promotion, de salaire, mais également des responsabilités qui viennent renforcer le couple avantage/contrainte et par contre coup le plaisir et l’angoisse. L’individu est pris dans une spirale dont il ne peut plus se détacher. L’attachement des individus est produit, non par une contrainte physique, mais par une dépendance psychique qui s’étaie sur les mêmes processus que le lien amoureux, c’est-à-dire la projection, l’introjection, l’idéalisation, le plaisir et l’angoisse.

13C’est cette intrication entre les dispositifs organisationnels et les processus psychiques qui expliquent l’augmentation massive des risques psychosociaux dans les entreprises et les institutions qui appliquent les principes de la nouvelle gestion managériale. Dans ce contexte, les conflits se posent de moins en moins au niveau de l’organisation en termes de luttes revendicatives ou de respect de l’autorité hiérarchique. Ils se posent au niveau psychologique en termes d’insécurité, de souffrance psychique, d’épuisement professionnel, de troubles psychosomatiques, de dépressions nerveuses. Autant de conflits face auxquels les syndicats ou les contre-pouvoirs sont démunis.

14L’ambition de la sociologie clinique du travail est de montrer l’intrication permanente et indissociable de l’objectif et du subjectif, du personnel et du structurel, de l’existentiel et du social dans le rapport au travail. C’est en comprenant comment ces différents registres sont liés les uns aux autres que l’on peut trouver des « solutions » pour favoriser le bien-être au travail.

2. Pour une sociologie critico-clinique

2.1. Une certaine façon de faire de la sociologie

15La sociologie clinique se définit moins par un objet (le travail, l’organisation, la culture, l’individu, l’identité, etc.) que par une certaine façon de faire de la sociologie. L’intégration de la démarche clinique conduit à changer le rapport du chercheur à son objet et à ses terrains. Par exemple en mettant l’accent sur la subjectivité du chercheur et des acteurs, en étant plus sensible aux émotions collectives, au registre existentiel, ou encore en analysant les rapports entre les processus sociaux et les processus psychiques. Les premiers travaux de sociologie clinique ont porté sur les transformations des modes d’organisation du travail dans les grandes organisations et ses effets sur les salariés. Ces recherches nous ont conduits à remettre en question les frontières entre la sociologie du travail et la sociologie des organisations, entre la sociologie et la psychologie, entre objectivité et subjectivité, entre analyse des contradictions structurelles et analyse des conflits vécus. Des coopérations fructueuses se sont développées autour de la question du mal-être au travail et des risques psychosociaux. Elles montrent une convergence entre les évolutions récentes de la sociologie du travail et de la sociologie clinique. La contribution la plus marquante de la sociologie clinique à la sociologie du travail est sans doute l’analyse de la « révolution managériale » et des organisations hypermodernes que nous avons proposée dès les années 1970 avec L’emprise de l’organisation (Pagès, Bonetti, Descendre & Gaulejac, 1979) et Le coût de l’excellence (Aubert & Gaulejac, 1991). De nombreuses thèses et ouvrages ont suivi qui font aujourd’hui autorité dans le domaine (Hanique, 2003 ; Dujarier, 2004 ; Weber, 2005 ; Brunel, 2006 ; Harlé, 2010). Mes dernières publications, Travail, les raisons de la colère (2011) et le Manifeste pour sortir du mal-être au travail (2012), présentent une synthèse de ces travaux.

16La plupart des chercheurs impliqués dans la sociologie clinique sont également intervenants : pour des raisons stratégiques qui les conduisent à travailler au plus près du terrain ; pour des raisons scientifiques parce qu’ils considèrent que la validation des hypothèses passe nécessairement par une implication des acteurs dans le processus de production de la connaissance ; pour des raisons méthodologiques dans la mesure où la co-construction est au cœur de la démarche clinique.

2.2. Aux sources de la sociologie clinique : freudo-marxisme et école de Francfort

17Le freudo-marxisme et l’école de Francfort sont deux références majeures aux sources de la sociologie clinique (Gaulejac, Hanique & Roche, 2009).

18L’articulation entre les structures socio-économiques, les formes de pouvoir et les processus intrapsychiques, la nécessité d’appuyer la réflexion théorique sur une pratique à la fois clinique et politique, l’intégration des apports entre marxisme et psychanalyse, l’importance accordée au concept de contradiction au fondement des structures sociales et du fonctionnement psychique, autant de positions épistémologiques qui illustrent la filiation entre sociologie critique et sociologie clinique. Ces deux orientations se construisent contre la rationalité instrumentale, le positivisme, l’abstraction de l’activité scientifique déconnectée de la vie sociale. Toutes deux explorent la question du rapport entre la vie économique et la société, le développement psychique des individus, la problématisation multiple, la multiréférentialité, l’articulation entre questions théoriques et investigations de terrain, l’introduction de l’analyse de cas, la combinaison de référents sociologiques et psychanalytiques.

19Sur le statut de la psychanalyse, comme sur les liens entre recherche et intervention, les questions soulevées sont toujours présentes et le débat reste ouvert. La psychanalyse fournit les éléments de compréhension pour déchiffrer la conscience sociale dans ses dimensions inconscientes. Le lien se fait entre fantasme et conscience historique, ouvrant la voie à la sociopsychanalyse. La théorie psychanalytique est une théorie de référence parmi d’autres et non considérée comme le socle d’une théorie globale de l’homme et la société. Elle devient un élément inséré dans une théorie du social et des processus sociopsychiques. La sociologie critique comme la sociologie clinique recourt à la psychanalyse pour explorer les dimensions inconscientes des processus sociaux (Enriquez, 1983 ; Gaulejac, 1987, Pagès, 1993). La psychanalyse est incontournable pour analyser les composantes pulsionnelles des contradictions sociales, comprendre la subjectivité sociale, jusqu’aux dimensions psychosociales du sujet sociohistorique.

20Pour l’école de Francfort, comme pour la sociologie clinique, la recherche ne doit pas seulement résoudre des problèmes théoriques, mais également répondre à des préoccupations sociales et politiques. La connaissance scientifique doit produire des diagnostics débouchant sur des interventions concrètes, sur des projets d’émancipation. Il s’agit de réintroduire la question du sens, seule « thérapie » concevable au niveau de la société (Barus-Michel, 2004). L’idée d’un mal radical de l’histoire conduit à réinterroger la place du sujet sociohistorique et du sujet de l’inconscient comme radicalement divisés et inextricablement reliés. La sociologie clinique a particulièrement mis en évidence deux processus majeurs dans l’évolution de la conflictualité dans les sociétés hypermodernes : le passage de la lutte des classes à la lutte des places avec le développement de l’individualisme et de l’idéologie de la réalisation de soi-même (Gaulejac & Tabaoda-Leonetti, 1994) ; le déplacement de la conflictualité du niveau social au niveau psychique dans les entreprises soumises à la « révolution managériale » (Pagès et alii, 1979 ; Gaulejac, 2011).

2.3. Des dispositifs méthodologiques spécifiques

21La sociologie clinique s’intéresse au premier chef au vécu du travail, en évitant le double piège « du vécu sans concept, et du concept sans vie » pour reprendre une belle formule d’Henri Lefebvre. Ses méthodes d’investigations utilisent des méthodes verbales et non verbales qui favorisent l’exploration en profondeur de ce vécu dans ses dimensions réflexives, émotionnelles, corporelles, conscientes et inconscientes. Nous avons appliqué ces méthodologies sur des terrains divers dans des entreprises multinationales, des entreprises publiques et privées, des organismes de toute taille, des institutions, des associations, mais aussi des quartiers urbains, des groupes informels, en France et à l’étranger.

22Deux dispositifs méthodologiques sont particulièrement illustratifs de cette démarche :

23Les groupes d’implication et de recherche (GIR), organisés dans le cadre de l’Institut international de sociologie clinique, ou à la demande d’organisme de formation et de recherche. Ils accueillent des participants volontaires (Gaulejac & Legrand, 2008). Chaque GIR propose d’explorer une thématique particulière par exemple « roman familial et trajectoire sociale », « face à la souffrance au travail », « violence de la réussite, violence de l’échec », « sujet au travail, travail du sujet », « envie et lutte des places », etc. Il s’agit de petits groupes de 10 à 15 participants qui apportent leur expérience, le récit des difficultés qu’ils peuvent rencontrer dans des situations concrètes. Des supports méthodologiques favorisent l’exploration de ces situations. La dynamique du groupe permet un va-et-vient entre la mise en commun d’expériences vécues et l’analyse approfondie de ces situations, la production d’hypothèses compréhensives et explicatives. Les animateurs de ces groupes ont reçu une formation spécifique, théorique et clinique, afin d’accompagner les participants dans une démarche centrée à la fois sur la compréhension pour soi, sur son cas personnel, et une analyse sociologique centrée sur les processus à l’œuvre, les enjeux de pouvoir, les contradictions sociales, économiques et politiques qui sous-tendent les conflits vécus.

24L’organidrame est un dispositif méthodologique qui permet de travailler en profondeur les liens entre d’une part les conflits vécus par les différents acteurs de l’organisation et d’autre part les logiques organisationnelles et structurelles qui génèrent ces conflits (Gaulejac, Giust-Desprairies & Massa, 2013). Son principe repose sur l’hypothèse selon laquelle les tensions vécues par les salariés au sein du travail sont pour une large part le révélateur de contradictions, conflits et paradoxes générés par le fonctionnement ordinaire de l’organisation. Il existe des liens entre le registre de l’éprouvé (les tensions, les malaises, le vécu d’impuissance ou de toute-puissance, la honte, la culpabilité, etc.), le registre de l’organisation (son management, ses procédures, ses outils de gestion, etc.), et enfin le registre sociétal macro et socio-économique (à la fois sur le plan des représentations et valeurs véhiculées au niveau collectif, mais également sur le plan des déterminants sociaux à l’œuvre). Les groupes travaillent sur des situations conflictuelles vécues, élaborent un diagnostic commun et proposent des préconisations pour les traiter. La démarche permet d’explorer les processus sociopsychiques à partir de l’analyse de situations concrètes.

2.4. Faire sociologie, faire sa sociologie

25L’intrication clinique/critique est particulièrement pertinente pour aborder la question du changement au niveau personnel, institutionnel et social. On ne peut en fait dissocier ces trois niveaux tant leur intrication est indépassable. Cette position change en profondeur le travail du sociologue. Il ne peut rester dans une position d’extériorité en entretenant l’illusion de sa neutralité et en proposant des analyses surplombantes sans se préoccuper de ses effets sur et dans la société. Le sociologue est un acteur, qui occupe une position dans les rapports sociaux. Il est pris dans des enjeux de pouvoirs, des luttes épistémologiques et idéologiques, engagé dans les tumultes de la société, qu’il le veuille ou non. Dans ce contexte, l’objectivité ne consiste pas à entretenir l’illusion de la neutralité, mais de comprendre en quoi l’analyse de sa position de chercheur dans le monde et sa subjectivité fait partie du travail scientifique, ce que l’on peut appeler l’analyse du transfert et du contre-transfert du chercheur.

26S’agit-il ici de psychanalyser le sociologue ? Ou encore de sociologiser le psychanalyste ? Plutôt de montrer l’intérêt pour le chercheur d’articuler l’analyse du poids respectif des déterminants sociaux, de l’histoire familiale et des enjeux inconscients dans la pratique de la recherche en sciences sociales (Gaulejac, Giust-Desprairies & Massa, 2013). Cette analyse en profondeur du rapport à l’objet de recherche doit permettre au chercheur de comprendre comment cet objet est agissant en lui, comment ses interrogations, ses options épistémologiques et méthodologiques, ses positions critiques sont conditionnées par sa propre trajectoire, par son histoire personnelle, familiale et sociale. Dans un bel ouvrage, Devenir sociologue, Jean-Philippe Bouilloud (2009) analyse le corpus d’une trentaine de chercheurs qui ont accepté de venir dans le séminaire que j’anime au laboratoire de changement social sur le thème « histoire de vie et choix théoriques », dont les plus grandes figures de la sociologie comme Pierre Bourdieu, Alain Touraine, Michel Crozier, Robert Castel, Raymond Boudon, Edgar Morin ou Georges Balandier. Ces textes sont publiés dans la collection « Changement social ». Ils permettent de mieux comprendre comment chaque génération de sociologues est traversée par les contextes sociaux culturels, comment les interrogations sont marquées par les questions politiques de chaque époque, comment chacun construit « sa » sociologie à partir de son roman familial et sa trajectoire sociale.

Conclusion

27La perspective clinique en sociologie complète les autres courants critiques des sociologies contemporaines. Au nom de la lutte contre la psychologie, la sociologie s’est construite pendant longtemps contre le vécu, le personnel, le subjectif. Les choses sont en train de changer. Peu à peu les sociologues commencent à s’intéresser aux sentiments, aux émotions, aux passions collectives, à la subjectivité et à l’individu-sujet. L’ambition de la sociologie clinique est de favoriser cette ouverture, en particulier dans une démarche qui permet de mieux saisir la dimension existentielle des rapports sociaux, de s’approcher au plus près de la subjectivité dans ses dimensions mentales, psychiques et intrapsychiques, de mieux comprendre la dialectique entre d’un côté les processus de fabrication sociale des individus et, de l’autre, comment chaque individu contribue à produire sa vie, ce qu’il fait de ce qu’on a fait de lui, pour reprendre une belle formule de Jean-Paul Sartre.

28La démarche clinique propose des cadres méthodologiques dans lesquelles la recherche devient intervention permettant aux acteurs concernés de s’impliquer dans un double mouvement de compréhension pour soi et de collaboration à l’analyse collective des processus à l’œuvre. C’est dans cette intrication entre théorie et pratique, entre travail conceptuel et écoute sensible dans une immersion sur le terrain de type ethnologique, dans l’étude de l’homme en situation, dans l’accompagnement du sujet dans la prise de conscience de la façon dont l’histoire est agissante en lui, dans l’implication dans des collectifs qui cherchent à mieux comprendre les liens entre les conflits vécus et les contradictions qui les génèrent, que la sociologie clinique devient une sociologie critique, engagée, soucieuse de participer à l’émancipation du sujet individuel et des collectifs engagés dans la lutte contre toutes les formes de domination.

Haut de page

Bibliographie

Aubert Nicole et Vincent de Gaulejac ([1991] 2007), Le coût de l’excellence, Paris, Le Seuil.

Barus-Michel Jacqueline (2004), Souffrance, sens et croyance, Toulouse, Érès.

Bouilloud Jean-Philippe (2009), Devenir sociologue, Toulouse, Érès.

Brunel Valérie (2004), Les managers de l’âme, Paris, La Découverte.

Dujarier Marie-Anne (2006), L’idéal au travail, Paris, PUF.

Enriquez Eugène (1983), De la horde à l’État, Paris, Gallimard.

Foucault Michel (1975), Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

Gaulejac Vincent de (1987), La névrose de classe, Paris, Hommes et groupes.

Gaulejac Vincent de et Isabelle Tabaoda-Leonetti (1994), La lutte des places, Paris, Desclée de Brouwe.

Gaulejac Vincent de, Hanique Fabienne et Pierre Roche (dir.) (2008), Sociologies cliniques, Érès, Toulouse.

Gaulejac Vincent de et Michel Legrand (dir.) (2008), Intervenir par le récit de vie, Toulouse, Érès.

Gaulejac Vincent de (2009), La société malade de la gestion, Paris, Le Seuil.

Gaulejac Vincent de (2011), Travail, les raisons de la colère, Paris, Le Seuil.

Gaulejac Vincent de et Antoine Mercier (2012), Manifeste pour sortir du mal-être au travail, Paris, Desclée de Brouwer.

Gaulejac Vincent de et Florence Giust-Desprairies (dir.) (2013), Le laboratoire de changement social. 40 ans d’histoire, Paris, L’Harmattan.

Gaulejac Vincent de, Giust-Desprairies Florence et Ana Massa (2013), Recherches cliniques en sciences sociales, Toulouse, Érès.

Hanique Fabienne (2003), Le sens du travail, Toulouse, Érès.

Harlé Aude (2010), Le coût et le goût de l’exercice du pouvoir, le politique à l’épreuve du pouvoir managérial, Paris, Dalloz.

Hollier Denis (1979), Le collège de sociologie, Paris, Gallimard.

Pages Max, Bonetti Michel, Descendre Daniel et Vincent de Gaulejac ([1979] 1998), L’emprise de l’organisation, Paris, Desclée de Brouwer.

Pages Max (1993), Psychothérapie et complexité, Paris, Desclée de Brouwer.

Weber Hélène (2005), Du Ketchup dans les veines, Toulouse, Érès.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent de Gaulejac, « Pour une sociologie clinique du travail », La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 26 avril 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/1576 ; DOI : 10.4000/nrt.1576

Haut de page

Auteur

Vincent de Gaulejac

Professeur de sociologie, Université Paris 7 – Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org