Navigation – Plan du site
Controverses – Où en est la critique en sociologie du travail ?

Ouvertures critiques

Critical sociologies of work in debate
Las sociologías críticas del trabajo a debate
Lionel Jacquot

Résumés

Dans ce dernier texte, Lionel Jacquot revient sur les quatre contributions de cette controverse et fait converser et débattre les perspectives critiques du travail qu’elles soutiennent. Il part tout d’abord de la parenté entre les programmes pour tenter de construire un idéal-type de la sociologie du travail comme science critique. Il montre ensuite comment les perspectives et les problématiques qu’ils recouvrent ravivent la critique. Il met enfin en lumière la plurivalence de l’acte critique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La sociologie est-elle critique ou non critique ? Jean de Munck (2011) revient dans un article récent sur cette division irrémédiable, sur ce clivage structurant de notre discipline. On peut trouver la question éculée et l’esquiver, ou au contraire, la considérer comme essentielle puisqu’elle conduit à s’interroger sur l’univers de nos pratiques et de nos productions. Cette controverse de la NRT sur les sociologies critiques du travail, en ce qu’elle invite les auteurs à un retour réflexif, se range d’emblée sous la bannière de l’esprit critique. Sociologie critique et sociologie réflexive vont de pair. Comment la première pourrait-elle advenir en s’exemptant de la seconde ?

  • 1 Des sociologues sans qualités ? (Naudier & Simonet, 2011).

2Si les contributeurs de ce dossier ne se livrent pas à l’auto-socioanalyse et ne s’épanchent pas sur leurs qualités pour faire écho au titre de l’ouvrage dirigé par Delphine Naudier et Maud Simonet1, ils se prêtent à l’exercice de la réflexivité en nous donnant à penser leur engagement dans la construction de leur pensée, dans la production de connaissances sur le travail. La sociologie critique qu’ils affichent se distingue alors de la sociologie aseptique (Rioux, 1969), qui ne se laisse pas traverser par les valeurs et les jugements de valeur susceptibles de nuire à la sacro-sainte norme de la « neutralité axiologique ».

3À la question posée par Luc Boltanski (2009) dans son avant-propos de De la critique sur la relation entre sociologie et critique sociale, la réponse des auteurs est unanime : bien loin de corrompre l’intégrité de la sociologie et de la détourner de son projet scientifique, l’orientation vers la critique « constitue en quelque sorte la finalité, ou l’une des finalités, de la sociologie qui, en son absence, ne serait qu’une activité vaine, détachée des préoccupations des personnes qui composent la société » (Boltanski, 2009, 12). La sociologie sera donc d’autant plus scientifique et utile socialement à la fois qu’elle sera critique. Les programmes de recherche présentés dans cette controverse sont différents, mais force est de constater qu’ils ont un même air de famille.

4Nous partirons tout d’abord de la parenté entre les programmes pour tenter de construire un idéal-type de la sociologie du travail comme science critique. Nous montrerons ensuite comment les perspectives et les problématiques qu’ils recouvrent ravivent la critique. Nous mettrons enfin en lumière la plurivalence de l’acte critique.

1. La sociologie du travail comme science critique

5Brosser un portrait de la sociologie du travail tient presque de la gageure. Depuis sa naissance après la Seconde Guerre mondiale qui constitue un moment clef de la « nouvelle fondation » de la sociologie française (Chapoulie, 1991), elle s’est transformée sous l’effet d’un double mouvement de balkanisation en sous-disciplines et de fragmentation des paradigmes. La constitution de nouvelles sociologies spécialisées a renforcé la diversité et la combinaison des approches théoriques. Mais dès ses origines, elle n’affiche pas d’unité théorique comme en témoigne la gestation douloureuse du Traité de sociologie du travail que René Tréanton (1986) qualifie de « large guimbarde dont l’équipe tirait à hue et à dia ». Elle ne préfigure pas non plus le genre de production de la discipline, l’ambition de ses chercheurs consistant avant tout à établir une sociologie empirique (Tanguy, 2011).

6Les débuts de la sociologie du travail se caractérisent néanmoins par la prééminence de la critique sous l’influence de Georges Friedmann et Pierre Naville : critique de l’organisation capitaliste du travail qui prend la forme du taylorisme, critique aussi de l’école des relations humaines qui, bien que contestant le one best way taylorien, n’en cherchera pas moins à fonder une « sociologie directoriale » (Erbès-Seguin, 1999). Or, les sociologies spécialisées qui s’autonomisent de la discipline mère (comme la sociologie des organisations ou la sociologie de l’entreprise) et les paradigmes qui leur sont associés comme la théorie de la régulation sociale vont desservir l’orientation critique. Les contributeurs de cette controverse nous rappellent ainsi que la critique léguée par les fondateurs doit se conquérir… on ne peut se contenter d’en hériter. D’où la nécessité de renouveler les grilles d’analyse mais sans renoncer à certains postulats princeps : la centralité du travail posé comme la « matrice des faits sociaux » qui appelle à se centrer sur l’objet « travail » mais sans l’autonomiser, en décentrant au contraire le regard pour mieux le saisir. La sociologie du genre (Elsa Galerand & Danièle Kergoat), la sociologie de la gestion (Salvatore Maugeri & Jean-Luc Metzger), la sociologie historique de Pierre Bourdieu (Odile Henry) et la sociologie clinique (Vincent de Gaulejac) n’invitent-elles pas, chacune à leur manière, à ce travail de décentration pour refonder la critique du travail ? Et, au-delà de cette convergence, ne peut-on pas dégager des perspectives qu’elles portent, en rapport avec la tradition sociologique, un idéal-type de la critique ?

  • 2 Pour une discussion de la théorie wéberienne de la science, voir Michael Löwy (2012).

7On retrouve dans les quatre textes les traits permettant de caractériser la posture critique. La sociologie critique se définit tout d’abord par le dépassement du dualisme entre « jugements de fait » et « jugements de valeur » sur lequel repose la sociologie aseptique dont le représentant le plus illustre serait Max Weber (Rioux, 1969)2. Elle se refuse à n’être qu’« une science à l’indicatif » dont l’objectif se limiterait à rendre compte le plus objectivement possible. Elle ne feint pas les engagements mais assume bien au contraire le potentiel heuristique qu’ils recèlent. Aussi conteste-t-elle la norme de la neutralité axiologique qui peut se révéler inhibitrice pour la connaissance. La remise en cause de la vision androcentrée du travail – prégnante notamment dans la sociologie du travail classique – n’est-elle pas le résultat de l’engagement (scientifique) des féministes ? L’emprise contemporaine de la gestion aurait-elle pu être mise au jour en dehors du courant de la critique du travail en régime néolibéral ? Le décryptage de la contamination de la doxa managériale n’est-il pas un acquis de la sociologie historique du conseil ? La mise en visibilité du mal-être au travail et de ses ressorts ne revient-elle pas à la posture sociologique clinico-critique ? Autant d’exemples qui montrent que les sociologues font d’autant mieux leur travail qu’ils sont engagés, situés, et font partie du monde social qu’ils analysent, à condition qu’ils acceptent également de penser leurs engagements (Naudier & Simonet, 2011). C’est pourquoi la sociologie critique, comme le rappelle Jean-Marie Brohm, « ne peut pas ne pas être autoréflexive, autocritique » (Brohm, 2004, 80).

  • 3 Soulignons ici la parenté avec la XIthèse sur Feuerbach : « Les philosophes n’ont fait qu’interpr (...)

8Le second trait de la sociologie critique tient dans les tâches qu’elle se donne. Jean de Munck (2011) en identifie trois : décrire le réel social de manière rigoureuse et l’expliquer en mobilisant un appareil conceptuel adéquat ; évaluer et dévoiler sur cette base les pathologies de ce réel existant ; ne pas s’arrêter aux portes de l’interprétation mais participer à sa transformation3. Cette définition qui situe la sociologie critique à la jonction de trois dimensions constitutives – explicative, normative et pratique – est reprise dans le propos préliminaire de Salvatore Maugeri et Jean-Luc Metzger ; elle semble partagée par l’ensemble des projets au vu des ambitions affichées de description, de dévoilement et d’émancipation, même si sur cette dernière, force est de reconnaître que la contribution est plus modeste pratiquement que ce qu’elle énonce idéellement. Aux détracteurs la fustigeant parce qu’elle inventerait la réalité pour plus facilement la dénoncer, lui déniant par là même toute ambition cognitive, la sociologie critique peut arguer du haut degré de persuasion argumentative, d’exigence méthodologique et de sévérité empirique (Lahire, 2005) qu’elle s’impose, mettre en avant les règles du scholarship pour produire un savoir engagé (Henry). Elle se fourvoierait en délaissant le travail de description sur lequel toute perspective évaluative et action transformatrice doivent s’appuyer. C’est pourquoi sa tâche première est de rendre compte, avec les armes savantes, de la « vraie réalité sociale » pour parler comme Émile Durkheim (1937). Elle s’y emploie sans conteste : les études du genre s’attachent entre autres à comprendre les mécanismes de la division sexuelle du travail ou ceux du marché du travail ; la sociologie de la gestion cherche à « capturer » l’idéologie gestionnaire en décortiquant son instrumentation et en observant le travail des organisateurs du travail ; l’approche bourdieusienne est convoquée pour entreprendre une histoire structurale de la genèse du groupe des consultants ; la sociologie clinique propose de décrire l’ensemble des processus de transactions entre l’entreprise et l’individu à la base du système sociopsychique. On trouve dans ces perspectives toute une grammaire descriptive de la domination – masculine, économique, symbolique, managériale – qui ouvre vers une grammaire normative, conduisant à théoriser les rapports sociaux de sexe et la division sexuelle du travail, à dévoiler les rapports de production du capitalisme néolibéral, à dénaturaliser l’ordre social, à donner à voir l’hégémonie du nouveau pouvoir managérial… L’articulation entre explication et normativité ne suffisant pas à définir un programme de sociologie critique, il faut lui adjoindre une dimension orientée vers l’action, qui « pose la question de l’intervention efficace du sociologue dans le réel et donc celle de sa coordination avec les acteurs sociaux (Munck, 2011, § 13). Cette troisième tâche amène les sociologues à engager le savoir dans « les arènes de communication non académique », suivant en cela l’invitation de Michael Burawoy (2005) de mettre en pratique une « sociologie publique ». Ils le font à des degrés variables et sous des formes différentes, qu’elles soient classiques (participation à des débats, restitution de résultats d’enquête, réalisation de diagnostics, etc.) ou plus originales (invention de dispositifs méthodologiques comme les groupes d’implication et de recherche et « l’organidrame » pour la sociologie clinique). Mais n’échouent-ils pas dans l’entreprise de publicisation en s’adressant principalement à des publics « organiques » : les mouvements des femmes (Galerand & Kergoat) ; ceux des « anti », des « sans », des « alter », etc. (Maugeri & Metzger) ; « les cercles syndicalistes, militants ou critiques » (Henry) ; « les collectifs engagés dans la lutte contre toutes les formes de domination » (Gaulejac). Si l’on peut reconnaître avec Jean de Munck (2011) « un authentique rapport de fécondation réciproque » entre les sociologies critiques et leurs publics – leurs mouvements et leurs luttes –, il faut également pointer avec lui le risque d’une relation par trop organique, où les premières venant se confondre avec les seconds, isoleraient les dimensions normative et pratique par rapport à la dimension cognitive. Elles sacrifieraient, de ce point de vue, à une de ses « maladies infantiles » et achopperaient sur le problème de l’articulation entre critique sociologique et critique sociale.

  • 4 Parmi celles-ci, Nicolas Postel et Richard Sobel (2005) citent le droit social, l’ergonomie, l’écon (...)

9La sociologie ne saurait être critique sans être ouverte aux autres sciences humaines et sociales et recourir à leurs ressources critiques (Brohm, 2004) : le troisième trait est la transdisciplinarité. Ancrée dans la discipline, elle n’en dialogue pas moins avec les autres disciplines, communique avec leur programme de recherche, se confronte avec leur problématisation. Les sociologies critiques de cette controverse, à la lisière de la sociologie du travail, l’entraînent à renforcer les perspectives transdisciplinaires qui intègrent non seulement les autres sciences du travail4 mais aussi des disciplines moins habituellement convoquées pour étudier l’objet « travail ». S’il s’agit de faire interagir plusieurs points de vue disciplinaires, il ressort surtout des binômes inhérents aux démarches et champs de recherche des auteurs : articulation avec l’anthropologie (Galerand & Kergoat), mobilisation des approches critiques des sciences de gestion (Maugeri & Metzger), imbrication avec l’histoire (Henry), combinaison avec la psychanalyse (Gaulejac).

10Le quatrième trait caractéristique de la sociologie critique est l’affirmation d’une pensée dialectique qui tient ensemble les questions de domination et d’émancipation. Pour produire des connaissances qui soient véritablement émancipatoires, elle doit se soucier de chercher, pour parler comme Marcel Rioux (1978), non seulement ce qui doit être critique (les contradictions du capitalisme) mais aussi ce qui se crée dans la société, ce qui essaie de naître et de s’instituer (les pratiques émancipatrices). Elle doit pointer, pour reprendre cette fois-ci la reformulation d’une critique sociale émancipatrice au sens de Philippe Corcuff (2012), les aspects négatifs des ordres sociaux existants (le cœur du geste critique) et l’horizon d’un positif (l’émancipation du plus grand nombre). Il lui faut donc éviter de disjoindre les dimensions de domination et de résistance, de reconnaître l’existence des secondes aux premières sans en faire un objet d’étude en tant que tel. Une exigence dialectique qui imprime l’ensemble des perspectives, même si ces dernières n’y répondent que partiellement puisqu’elles saisissent les mécanismes de domination sans toujours « mettre en scène » les luttes et pratiques pour l’émancipation sociale. Conscientes « d’injustices heuristiques » (Bouquin, 2011) qu’elles peuvent commettre, elles cherchent à mieux dialectiser le travail qui porte l’empreinte capitaliste où tout à la fois s’exerce le rapport d’exploitation et de domination et où s’éprouve la lutte pour l’émancipation. C’est également le travail sociologique qui se voit dialectisé car il s’agit de coupler, comme l’affirmait Antonio Gramsci, le « pessimisme de la raison » et l’« optimisme de la volonté » (Granjon, 2012).

11La construction idéal-typique de la sociologie critique ne serait pas complète sans un cinquième élément qui la situe aux antipodes du paradigme de la postmodernité. Contre « une sociologie qui ne voit plus que la multiplicité éclatée des fragments, des isolats, des individus, des acteurs, des tribus, des pratiques, des valeurs, des croyances, etc., en scotomisant de plus en plus le tout qui les englobe, les produit, les détermine » (Brohm, 2004, 79), elle refuse de se passer de la société et continue à la penser comme totalité. Elle privilégie pour ce faire une analyse en termes de rapports sociaux, la complète et l’enrichit en s’intéressant à leur consubstantialité (Galerand & Kergoat), leur matérialité (Maugeri & Metzger), leur historicité (Henry) ou leur dimension existentielle (Gaulejac). Les perspectives critiques tentent – dotées « d’instruments de totalisation » (division sexuelle du travail, idéologie gestionnaire, champ, système sociopsychique) – de rendre intelligible la dynamique sociale actuelle, de proposer une lecture globale de la société, de donner à comprendre l’ordre social dans sa pluralité – sexuel, néolibéral, managérial, hypermoderne, etc. Ne s’instituent-elles pas alors, dans leur complémentarité, en sociologie de la société capitaliste faisant sa jonction avec une critique de l’économie politique renouvelée (Vincent, 2001) ?

12L’appréhension idéal-typique de la sociologie critique à laquelle nous nous sommes livré dans ce premier temps ne débouche pas sur une conception extensive mais choisit bien au contraire une définition différenciatrice : tout n’est pas critique en sociologie du travail. Elle participe de ces luttes de classement constitutives de notre champ disciplinaire, luttes qu’on ne peut pas considérer comme picrocholines, puisque l’enjeu est la construction d’un certain éthos professionnel, en particulier si l’on veut bien le situer aux antipodes de la posture de l’expert(ise).

2. Des nouvelles perspectives pour raviver la critique sociale

  • 5 Nulle prétention à l’exhaustivité dans cette controverse, mais la volonté d’exposer des contributio (...)

13Ambitionnant de comprendre les sociétés industrielles, la sociologie du travail naissante se conçoit comme une sociologie générale. La critique qu’elle porte du travail en tant que forme générale dans laquelle s’exprime tous les rapports sociaux est aussi une critique du capitalisme. Le retour de l’acteur dans les années 1980 correspond au reflux de la tradition critique et l’ambition de « fournir une analyse de la société comme totalité structurée » est jetée aux oubliettes par une sociologie du travail qui se range plutôt du côté des politiques réformatrices (Tanguy, 2011). Mais dans le même temps, cette dernière peut puiser, dans les perspectives sociologiques avec qui elle voisine et dialogue, les ressources pour raviver la critique sociale. Un ravivement qui passe par un renouvellement des grilles d’analyse, une reformulation des problématisations, un réexamen des concepts tout en assumant la filiation avec la sociologie française du travail qui les a fournis. C’est – pour s’en tenir à deux points principaux – en pensant le travail et les rapports sociaux capitalistes avec et contre elle, que les sociologies féministe, de la gestion, structuro-génétique et clinique élaborent les conditions de possibilité d’un renouveau de la critique sociologique5.

2.1. Sur le travail

14S’il s’agit de préserver le cadre analytique de la sociologie classique du travail consistant à appréhender le travail comme un rapport social, il est également nécessaire de repenser la catégorie forgée par la discipline dans la période industrielle de l’après-guerre. La sociologie féministe, dont les premiers travaux « partirent du travail et portèrent sur celui-ci » comme le rappellent Elsa Galerand et Danièle Kergoat, est une des premières à mettre en cause une définition restrictive derrière laquelle on trouve l’ouvrier masculin de la grande industrie. Contre cette vision archétypique attachée à la norme d’emploi salarié, elle propose alors de donner au travail domestique le statut de travail à part entière. Elle dévoile la division sexuée du travail qu’un regard trop androcentrique empêchait de voir. La démarche clinique va également chercher à se détacher d’une certaine unidimensionnalité incapable de saisir le travail comme « un phénomène sociopsychique total et contradictoire » (Gaulejac, 2011) en explorant le domaine de la subjectivité délaissé par la sociologie au nom de la lutte contre la psychologie. « Aller au plus près du vécu des acteurs » doit ainsi permettre de redécouvrir, derrière la figure du travail aliéné, les travailleurs, et de comprendre comment ils vivent les phénomènes, comment ils les éprouvent « dans leur corps, dans leur mental et dans leur psyché ». Mais pour penser le travail et ses transformations contemporaines liées à la rationalisation managériale et néolibérale, la sociologie de la gestion propose de décentrer la perspective en s’abstrayant momentanément de l’ici et maintenant de l’action pour recomposer le cadre général dans lequel sont pris les acteurs. « “Des acteurs”, il faut – affirment Salvatore Maugeri et Jean-Luc Metzger – remonter “aux auteurs” », ceux-là mêmes qui ont le pouvoir d’organiser le travail des premiers. D’une sociologie du travail des dominés, on passe alors à une sociologie du travail de domination où l’attention est portée à la classe capitaliste et à ses agents subalternes qui participent de la fabrique de l’idéologie gestionnaire. Le triomphe du capitalisme néolibéral appelle alors une analyse de la domination par le haut qui oblige la sociologie du travail à sortir de son confinement dans une étude des processus de division du travail complètement déconnectée de l’analyse de la logique du capital auquel l’a conduit la division disciplinaire entre sociologie et économie (Lojkine, 2002). Afin d’éviter que « les exigences de performance particulièrement impérieuses » ne restent la boîte noire de la sociologie du travail, les sociologues de la gestion répondent en quelque sorte à l’invitation de Jean Lojkine d’inventer un autre type de sociologie qui soit une sociologie du capital et plus seulement du travail, capable de relier enjeux économiques et enjeux impliqués par l’organisation du travail, de dénaturaliser le champ de l’économie et de la gestion pour y introduire du conflit et des rapports sociaux. Aussi la critique sociologique du travail s’enrichit-elle d’une critique sociologique du capital qui cherche à expliquer sa reproduction sous l’ordre néolibéral. Ce sont alors non seulement ceux qui possèdent et contrôlent le capital économique qui doivent être étudiés, mais aussi ceux qui mettent au service de ces premiers leur capital politique, organisationnel, culturel et scientifique (Wagner, 2007) – ils sont eux aussi, pour paraphraser Karl Marx (1867), les supports d’intérêts et de rapports de classe déterminés. L’approche sociohistorique des cabinets de conseil et des savoirs managériaux (Henry, 2012) participe de cette entreprise en mettant en exergue leur rôle dans l’imposition de la rationalité néolibérale. La fonction objective de gardien de l’ordre capitaliste qu’endossent les consultants ne peut se faire jour qu’en examinant leur travail de production, de diffusion et de légitimation de la doxa managériale, qu’ils réalisent d’autant mieux qu’ils produisent et entretiennent la croyance dans leur autonomie au principe de leur soumission doxique à l’ordre établi. Savoir ce qu’ils sont permet alors de comprendre ce qu’ils font et pourquoi ils le font.

2.2. Sur les rapports sociaux capitalistes

  • 6 On rappellera juste ici que les rapports sociaux dans lesquels les individus entrent nécessairement (...)
  • 7 Ce courant d’analyse inclut habituellement ceux de race, mais aussi ceux de génération. Voir le num (...)

15L’analyse par les rapports sociaux6 renvoie à l’influence du matérialisme historique qui continue d’irriguer les critiques du travail. Elle fonctionne comme une ligne démarcative puisqu’elle s’oppose à l’axiomatique de l’acteur rationnel qui cherche à extraire la sociologie de la « gangue classiste » dans laquelle elle aurait été enfermée, qu’elle refuse l’idée de compromis comme mode explicatif principal de fonctionnement des organisations qui nie la conflictualité, qu’elle préfère prendre le risque contre le paradigme de la diversité de rendre intelligible les dynamiques contemporaines du capitalisme en montrant comment les rapports sociaux font système. Une matrice des rapports sociaux commune mais qui n’empêche pas des divergences dans les perspectives qui réfléchissent des filiations singulières avec la tradition marxienne. La primauté que la sociologie de la gestion accorde aux rapports sociaux de production, et qui préside à l’intelligibilité du régime contemporain de domination du capital, témoigne d’une certaine continuité avec le projet entrepris par Karl Marx (1867) d’étudier le mode de production capitaliste. Les problématiques constitutives de son programme de recherche s’articulent autour de l’idéologie gestionnaire, des groupes professionnels qui la produisent, la légitiment et la diffusent, des dispositifs de gestion qui servent son déploiement et de son extension spatiale et sociale. Elles portent encore à la scène des groupements d’individus segmentés, hiérarchisés et conflictuels (Bihr, 2012), des classes sociales qui s’opposent et qui sont en lutte. La grille d’analyse des rapports sociaux de classe n’en est pas moins révisée pour intégrer les nouvelles hiérarchies, les nouveaux clivages, les nouvelles alliances entre classes et fractions de classe. Les mutations dont le travail est le siège pourront être d’autant mieux comprises que les recherches sauront restituer la complexification du rapport capital/travail en y introduisant l’examen des situations et des positions que tiennent les groupes professionnels intermédiaires, notamment ceux qui portent et naturalisent les rationalisations organisationnelles, managériales et gestionnaires propres au capitalisme néolibéral – les managers/gestionnaires ou les consultants pour s’en tenir à deux exemples. Odile Henry se focalise sur ce dernier groupe dont l’influence sur le champ de l’économie devient de plus en plus importante à partir des années 1990. La sociogenèse qu’elle en livre montre que le processus de socialisation sous le capitalisme se joue aussi en dehors de l’entreprise, que l’enrôlement du travail n’est pas seulement l’apanage des « fonctionnaires » de la domination (Courpasson, 2000) qui interviennent à l’intérieur même du procès de travail. La place occupée aujourd’hui dans les rapports capitalistes de production par les professionnels de la consultance, les raisons de leur engagement dans la production des discours et instruments managériaux qui en font des gardiens de l’ordre social capitaliste ne peuvent se lire qu’à travers l’histoire de la formation de leur groupe, scandée par des luttes entre fractions concurrentes. Ce sont aussi les stratégies des agents qui constituent ces fractions constitutives du champ du conseil, « assez mal traitées dans les travaux d’inspiration marxiste » (Henry), qu’il faut étudier. La proposition de la sociologie clinique de prendre en compte la dimension existentielle des rapports sociaux va encore plus loin. Elle se justifie d’un point de vue heuristique : comment faire l’analyse de « la révolution managériale » sans y réintroduire les questions de la subjectivité et de l’inconscient que celle-ci convoite et cherche à façonner ? La sociologie n’aurait-elle aucun intérêt à les disputer au management ? Mais alors que l’approche clinique affiche l’ambition « de montrer l’intrication permanente et indissociable de l’objectif et du subjectif, du personnel et du structurel, de l’existentiel et du social dans le rapport au travail » (Gaulejac), elle réduit la conflictualité sociale à une concurrence effrénée des individus entre eux pour l’accès aux différentes positions dans la hiérarchie sociale – une lutte de places versus une lutte de classes – et la rabat même au niveau psychique. Le féminisme matérialiste ne fait pas le deuil de la lutte de classes mais refuse de l’ériger en moteur de l’histoire. Elle s’inscrit en faux contre une certaine orthodoxie marxiste qui ne reconnaît pas l’existence de multiples formes de domination et donc de conflictualité. Elle opère contre l’idée que les relations fondamentales de toute société sont les rapports de production et contre une sociologie qui, s’y adossant, placerait au centre de l’analyse les rapports entre les classes au détriment des autres rapports sociaux. C’est d’ailleurs dans le sillage de la sociologie des rapports sociaux de sexe, à travers ces deux moments constitutifs – « la théorisation du travail domestique et la redéfinition de l’exploitation » d’un côté, « la transversalité de la division sexuelle du travail et la consubstantialité des rapports sociaux » de l’autre (Galerand & Kergoat) – que s’impose la nécessité de penser l’articulation des rapports sociaux, en premier lieu les rapports de classe et les rapports de sexe7. Cette perspective qui vise à comprendre comment les rapports sociaux s’entremêlent et font système – même si au demeurant elle ne cherche pas à démêler, dans leur enchevêtrement, les rapports fondamentaux (Lefebvre, 1948) – ne peut qu’enrichir la critique du travail, et ce, doublement, puisqu’elle rend compte tant du système qui organise les dominations, exploitations et oppressions que les résistances et les luttes contre ce système (Kergoat, 2012). Les analyses des rapports sociaux divergent, mais elles se complètent assurément et elles conduisent surtout à une même normativité assumée : il faut en changer !

3. La plurivalence de l’acte critique

16Aucune théorie sociologique ou école de pensée n’a le monopole de la critique du travail. Si le pluriel est de mise pour évoquer les approches critiques en sociologie du travail, celles-ci se lient par un même engagement, une même lutte contre le monde existant… tâche scientifique par excellence de l’éthos marxien (Dardot & Laval, 2012). Les perspectives que nous avons cherché à faire converser et controverser sont motivées par un même enjeu : la critique de l’ordre social contemporain qui doit être transformé. L’analyse de la domination du capital, de l’oppression patriarcale, de la gouvernementalité managériale, de l’emprise organisationnelle… obéit à un même mot d’ordre : comprendre la servitude moderne pour s’en affranchir. « La critique implique manifestement une perspective d’émancipation » (Fossier & Manicki, 2007, § 7). Elle n’a de sens que dans la production d’un savoir engagé qui dépasse la dichotomie funeste entre science (scholarship) et engagement (commitment) qui conduit, en refusant le second au nom de la pureté du savoir, à ne rien faire de la première (Bourdieu, 2001).

  • 8 On renverra là encore à ce que Karl Marx disait de la critique : « Son pathétique, c’est essentiell (...)

17L’engagement scientifique, du point de vue de la sociologie critique et conformément aux dimensions qui la caractérisent selon Jean de Munck (voir supra) – explicative, normative et pratique –, consiste alors à produire un savoir qui soit tout à la fois démystificateur, dénonciateur et libérateur. Expliquer le réel social, produire des vérités sur le monde pour le rendre plus conscient de lui-même est la première tâche du sociologue critique. Se départir de l’idéalisme et du naturalisme pour rendre compte de la domination masculine (Galerand & Kergoat), dévoiler les rapports de force sociaux au principe des technologies de pouvoir (Maugeri & Metzger), débanaliser les évidences managériales (Henry), déconstruire les systèmes de pensée dominants (Gaulejac)… relèvent du long travail de démystification que ne peuvent pas accomplir les acteurs ordinaires. Sa seconde tâche est la dénonciation8. Il ne se contente pas de faire connaître publiquement les différentes formes d’oppression et de domination, de visibiliser les violences, d’évaluer les souffrances au travail… il rend compte aussi des résistances, des oppositions, des luttes réelles à partir desquelles peuvent se dégager des voies pour l’émancipation, visée ultime de la critique. Mais l’accomplissement de l’acte critique implique une troisième tâche, une praxis par laquelle le sociologue engage pratiquement un savoir pour libérer les hommes et les femmes de certains rapports sociaux. Armé de ce savoir, il entre en dialogue avec eux, s’articule à leurs critiques et leurs luttes, se risque à l’intervention.

  • 9 « Si la catégorie “femme” est devenue la base d’un public – et quel public : actif, dense, visible, (...)

18L’acte critique n’en est pas moins plurivalent et peut prendre plusieurs formes d’intervention. En fonction des espaces de communication dans lesquels il intervient, le sociologue s’engage différemment. Il va déjà, contrairement au savant qui se replie dans sa tour d’ivoire (Bourdieu, 2001), chercher à diffuser son savoir hors du cercle académique, le mettre à la portée des publics, en particulier en direction des nombreux individus à qui la conscience des structures ne permet pas de transcender les milieux quotidiens (Wright Mills, 1971), aux dominés embarqués dans des rapports sociaux qu’ils ne peuvent subvertir, aux hommes et femmes qui ne sont pas libres de faire l’histoire, ou pour le moins leur histoire. Mais pour éviter que le message sociologique ne soit vain, il peut travailler au plus près d’un contre-public auquel il se lie organiquement (Burawoy, 2005), mettre son savoir à la disposition de forces critiques qu’il assiste et aide à se constituer. Le travail de déconstruction des rapports de domination masculine réalisé par les sociologues féministes a ainsi contribué à l’apparition d’une conscience de genre, condition nécessaire pour que les femmes puissent réussir le passage du groupe (collection d’individus) au collectif (système à forte capacité d’action) (Kergoat, 2012). « The category woman became the basis of a public – an active, thick, visible, national nay international counter-public – because intellectuals, sociologists among then, defined women as marginalized, left out, oppressed, and silenced, that is, defined them in ways they recognized »9 (Burawoy, 2005, 8). Le dialogue entre les sociologies critiques et leurs publics n’est pas toujours ce « processus d’éducation mutuelle » que relate Michael Burawoy. Il peut être plus lâche et ne s’effectuer que par intermittence lors de rencontres et de débats, de formations, d’interventions diverses auprès des syndicats, des mouvements sociaux, des collectifs militants, etc. ; il n’en témoigne pas moins d’un véritable compagnonnage entre la sociologie critique et les forces anticapitalistes. La sociologie critique ne peut pas ne pas être une sociologie publique. Elle s’adresse à des contre-publics à qui elle peut fournir des instruments de défense contre la domination. Elle cherche aussi à prendre en charge leur demande sociale, à répondre aux préoccupations sociales et politiques qui lui sont soumises. Elle est donc aussi pratique. La sociologue clinique intervient ainsi en organisation, non pas pour établir des régulations, mais bien plutôt pour provoquer une réflexion qui place dans le questionnement et dans l’intranquillité les normes régulatrices (Herreros, 2012). Il agit hic et nunc pour conjurer la violence, pour « trouver des “solutions” pour favoriser le bien-être au travail » (Gaulejac)… pour in fine participer à l’advènement du sujet. L’émancipation humaine est d’ailleurs le point de mire des perspectives critiques, qu’il s’agisse d’inventer de nouveaux rapports sociaux de sexe, de penser la gestion en dehors des cadres cognitifs dominants, de soutenir les résistances et alternatives aux politiques néolibérales, de libérer le travail. La sociologie critique apparaît comme une science politique traçant la voie de l’émancipation dont elle doit réinterroger le concept même, sans oublier qu’en tant qu’acte pratique, l’émancipation ne peut se conquérir que par et dans la lutte (Dardot & Laval, 2012). Elle ne peut s’y soustraire, elle se renierait à le faire.

19La sociologie critique doit elle aussi mener la lutte, prise en tenaille entre l’académisme scolastique et le réformisme néolibéral, mais à l’opposé de la conclusion défaitiste de Jean-Marie Brohm (2004) pour qui elle disposerait de peu d’espace pour exister, cette controverse ne vient-elle pas nourrir l’espérance en confirmant avec Jean de Munck que « le projet d’une sociologie critique reste la voie royale de l’imagination sociologique au xxie siècle » (Munck, 2011, § 73) ? Entre la claustration académique et l’extension du modèle de l’expertise, osons affirmer que c’est la voie qu’il nous faut continuer à tracer pour penser l’inacceptabilité du monde social, contester par là même son inéluctabilité et ouvrir le champ des possibles. Que s’en détourner s’apparenterait à un renoncement à l’égard duquel Marcel Rioux (1969) nous avait avertis : consentir que la sociologie ne soit plus une discipline intellectuelle, qu’elle devienne seulement une carrière et le sociologue, un professionnel.

Haut de page

Bibliographie

Bihr Alain (2001), La reproduction du capital. Prolégomènes à une théorie générale du capitalisme, Lausanne, Éditions Page deux.

Bihr Alain (2012), Les rapports sociaux de classe, Lausanne, Éditions Page deux.

Boltanski Luc (2009), De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard.

Bouquin Stephen (2011), « La question des résistances au travail dans la sociologie du travail française », Actuel/Marx, n° 49, 60-72.

Bourdieu Pierre (2001), « Les chercheurs et le mouvement social », dans Poupeau Franck et Thierry Discepolo (ed.) (2002), Pierre Bourdieu : Interventions (1961-2001), Marseille, Agone, 465-469.

Brohm Jean-Marie (2004), « Sociologie critique et critique de la sociologie », Éducation et sociétés, n° 13, 2004/1, 71-84.

Burawoy Michael (2005), « 2004 Presidential Adress : For Public Sociology », American Sociological Review, n° 70, 4-28.

Chapoulie Jean-Michel (1991), « La seconde fondation de la sociologie française, les États-Unis et la classe ouvrière », Revue française de sociologie, n° XXXII, 321-364.

Corcuff Philippe (2012), Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs, Paris, La Découverte.

Courpasson David (2000), L’action contrainte, Paris, PUF.

Dardot Pierre et Christian Laval (2012), Marx, Prénom : Karl, Paris, Gallimard.

Durkheim Émile (1937), Les règles de la méthode sociologique (1895), Paris, PUF.

Erbès-Seguin Sabine (1999), La sociologie du travail, Paris, La Découverte.

Fossier Arnaud et Anthony Manicki (2007), « Où en est la critique ? », Tracés. Revue de sciences humaines [En ligne], n° 13, mis en ligne le 22 janvier 2009, consulté le 4 février 2014. URL : http://traces.revues.org/306

Friedmann Georges et Pierre Naville (1961-1962), Traité de sociologie du travail, Paris, Armand Colin.

Gaulejac Vincent de (2011), Travail, les raisons de la colère, Paris, Seuil.

Granjon Fabien (2012), « La critique est-elle indigne de la sociologie ? », Sociologie [En ligne], n° 1, vol. 3, 2012, mis en ligne le 15 juin 2012, consulté le 20 janvier 2014. URL : http://sociologie.revues.org/1176

Henry Odile (2012), Les guérisseurs de l’économie. Sociogenèse du métier de consultant (1900-1950), Paris, CNRS éditions.

Herreros Gilles (2012), La violence ordinaire dans les organisations. Plaidoyer pour des organisations réflexives, Toulouse, Érès.

Kergoat Danièle (2012), Se battre, disent-elles…, Paris, La Dispute.

Lahire Bernard (2005), L’esprit sociologique, Paris, La Découverte.

Lefebvre Henri (1948), Le marxisme, Paris, PUF.

Lojkine Jean (2002), « Pour une sociologie du capital », dans Lojkine Jean (dir.), Les sociologies critiques du capitalisme, Paris, PUF, 43-68.

Löwy Michael (2012), Les aventures de Karl Marx contre le baron de Münchhausen. Introduction à une sociologie critique de la connaissance, Paris, Éditions Syllepse.

Marx Karl (1982), Philosophie – Introduction à la critique de la philosophie hégélienne du droit (1844), Thèses sur Feuerbach (1845), Paris, Gallimard.

Marx Karl (1985), Le capital – Livre I, Préface de la première édition (1867), Paris, Flammarion.

Munck Jean de (2011), « Les trois dimensions de la sociologie critique », SociologieS [En ligne], Expériences de recherche, Régimes d’explication en sociologie, mis en ligne le 6 juillet 2011, consulté le 9 décembre 2013. URL : http://sociologies.revues.org/3576

Naudier Delphine et Maud Simonet (dir.) (2011), Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, Paris, La Découverte.

Postel Nicolas et Richard Sobel (dir.) (2005), « Action et domination dans les relations de travail », Cahiers lillois d’économie et de sociologie, Paris, L’Harmattan.

Raison Présente (2012), « Articuler les rapports sociaux : classes, sexes, races », n° 178, 2012/2.

Rioux Marcel (1969), « Remarques sur la sociologie critique et la sociologie aseptique », Sociologie et sociétés, vol. 1, n° 1, 53-67.

Rioux Marcel (1978), Essai de sociologie critique, Montréal, Éditions Hurtubise, HMH.

Tanguy Lucie (2011), La sociologie du travail en France. Enquête sur le travail des sociologues, 1950-1990, Paris, La Découverte.

Tréanton Jean-René (1986), « Sur les débuts de la sociologie du travail », Revue française de sociologie, 27/4, 735-740.

Vincent Jean-Marie (2001), « Les conditions de possibilité d’une sociologie critique », dans Contretemps, n° 1, « Le retour de la critique sociale. Marx et les nouvelles sociologies », 91-100.

Wagner Anne-Catherine (2007), Les classes sociales dans la mondialisation, Paris, PUF.

Wright Mills Charles (1971), L’imagination sociologique, Paris, François Maspero.

Haut de page

Notes

1 Des sociologues sans qualités ? (Naudier & Simonet, 2011).

2 Pour une discussion de la théorie wéberienne de la science, voir Michael Löwy (2012).

3 Soulignons ici la parenté avec la XIthèse sur Feuerbach : « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde de diverses manières ; ce qui importe, c’est de le transformer. » (Marx, 1845).

4 Parmi celles-ci, Nicolas Postel et Richard Sobel (2005) citent le droit social, l’ergonomie, l’économie du travail, la philosophie du travail, les théories des organisations.

5 Nulle prétention à l’exhaustivité dans cette controverse, mais la volonté d’exposer des contributions significatives pour la sociologie critique du travail… d’autres perspectives et analyses auraient mérité sans aucun doute qu’on s’y arrête.

6 On rappellera juste ici que les rapports sociaux dans lesquels les individus entrent nécessairement, rapports complexes faits à la fois de coopération, de concurrence et de lutte (Bihr, 2001), constituent l’être social. « L’essence humaine n’est point chose abstraite, inhérente à l’individu isolé. Elle est, dans sa réalité, l’ensemble des relations sociales » affirme Karl Marx dans la VIe thèse sur Feuerbach (Marx, 1845).

7 Ce courant d’analyse inclut habituellement ceux de race, mais aussi ceux de génération. Voir le numéro que lui consacre la revue Raison Présente (2012).

8 On renverra là encore à ce que Karl Marx disait de la critique : « Son pathétique, c’est essentiellement l’indignation ; sa tâche, c’est essentiellement la dénonciation. » (Marx, 1844).

9 « Si la catégorie “femme” est devenue la base d’un public – et quel public : actif, dense, visible, national puis international, et un vrai contre-public –, c’est aussi parce que des intellectuelles, et des sociologues parmi elles, ont défini les femmes comme marginalisées, rejetées, opprimées, réduites au silence ; et qu’elles se sont reconnues dans cette définition ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Jacquot, « Ouvertures critiques », La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/1596 ; DOI : 10.4000/nrt.1596

Haut de page

Auteur

Lionel Jacquot

Professeur de sociologie à l’université de Lorraine – Directeur du laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org