Navigation – Plan du site
Varia

Du travail décent à la qualité de l’emploi : enjeux épistémologiques et politiques d’un changement de paradigme

From decent work towards quality of work: the epistemological and political challenge of the paradigm.
Del trabajo decente a la calidad del empleo : dilemas epistemológicos y políticos de un cambio de paradigma
Carlos Prieto Rodriguez et Amparo Serrano

Résumés

Cet article propose une réflexion sur les cadres de sens des deux catégories par lesquelles on dénomme le « bon travail » – « travail décent » ou « digne » d’une part, et « qualité de l’emploi » d’autre part – ainsi que les logiques sociales spécifiques où elles s’inscrivent. On analysera, pour ce faire, certains des textes parmi les plus importants produits par les deux institutions qui se sont le plus servi de ces notions pour formaliser leur projet politique de cohésion sociale : l’Organisation internationale du travail et les institutions européennes. Si la notion de « qualité de l’emploi » est caractérisée par un contenu imprécis et variable, dépendant sémantiquement d’un cadre de sens faisant référence à la productivité économique, la catégorie de « travail décent » est ancrée sémantiquement dans une représentation anthropologique qui rend le travail producteur du sujet qui le réalise et qui active un cadre politique permettant de mettre en évidence la vulnérabilité inhérente à une relation salariée politiquement asymétrique. L’hégémonie sémantique contemporaine de la notion de « qualité de l’emploi » au détriment de celle de « travail digne » a des conséquences politiques importantes. Le passage du traitement du bon travail en termes de dignité à sa discussion en termes de qualité fait que le regard se tourne de la justice vers l’efficience. On montrera la logique inscrite dans la construction sociale de ces deux conceptions différentes de la qualité/décence de l’emploi, et l’on en tirera les conséquences.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La question de la régulation du travail est aussi ancienne que celle de la domestication du modèle productif capitaliste. L’une des conditions de développement de ce modèle a été la capacité d’établir des mécanismes d’institutionnalisation de la lutte contre la précarisation du travail. Cependant, l’expression politique de « bon travail » fait et a fait l’objet de disputes qui oscillent toujours entre différents pôles sémantiques (par exemple, « travail digne » versus « qualité de l’emploi »). Cette lutte entre classifications et représentations sociales ne se borne pas à un exercice linguistique, mais elle vise aussi à reconnaître un problème. Le combat pour imposer une image particulière de la question du bon travail est aussi un combat pour reformuler les rapports politiques. Derrière chacun de ces cadres, il y a des institutions spécifiques, des significations différentes et un « bon sens » délimité.

  • 1 Une première version plus simple et plus réduite des idées développées dans cet article a été prése (...)
  • 2 Sur ce sujet, nous considérons d’une importance spéciale, de la part de l’OIT, les trois textes sui (...)

2Ce travail1 se propose d’analyser le champ sémantique qui délimite les notions dominantes ayant servi à nommer le bon travail. Nous pensons que ce champ sémantique a été surtout occupé par les notions de « travail digne » et de « qualité de l’emploi ». L’OIT, avec sa notion de « travail digne » d’une part, et les institutions européennes, avec leur concept de « qualité de l’emploi » d’autre part, ont été deux des institutions2 qui ont le plus participé à la délimitation spécifique d’un contenu sémantique de cette question. Comme nous l’argumenterons plus loin, cet objet d’étude – l’analyse de la conceptualisation du bon travail – devient intelligible sur le plan politique lorsqu’on le met en relation avec certains groupes et mouvements sociaux. Cette lutte entre classifications et représentations sociales ne se borne pas à un exercice linguistique, mais vise aussi à faire reconnaître un problème. Le combat pour imposer une image particulière de cette question est aussi un combat pour reformuler les rapports politiques.

3L´article s´organise de la façon suivante. Tout d’abord, quelques réflexions sont développées sur le pouvoir de nommer qui nous permettront de situer ce travail d’analyse conceptuelle. Nous tâcherons de montrer le rôle central que jouent les manières de nommer le problème dans les réponses qu’apporte le politique : les luttes politiques devenant de ce point de vue des combats fondamentalement sémantiques. En effet, le sens spécifique associé à une notion est indissociable des acteurs sociaux qui la portent (et de leur autorité politique). Suivra une analyse comparative de ces deux termes qui soulignera, notamment, les questions qu’ils contribuent à problématiser et celles qu’ils permettent d’occulter. Cette analyse comparative est articulée autour de quatre axes sémantiques : la définition du contexte où se situe la discussion sur le bon travail ; la représentation du bon travail ; la notion de « travail » ; celle de « travailleur » ; et une proposition de distribution des responsabilités face au problème. Un dernier paragraphe offre quelques brèves conclusions.

4Selon nous, l’espace sémantique traditionnel que l’OIT a défendu sur la dignité du travail (le discours du « travail décent ») tend à être remplacé par celui de la « qualité de l’emploi » défendu par l’UE, et ce déplacement sémantique a des conséquences importantes, non seulement parce que les acteurs qui défendent ces deux notions entretiennent un rapport très différencié avec les mouvements sociaux qui ont donné lieu à cette demande et à cette exigence de « bon travail », mais aussi parce que l’ambiguïté de la notion de « qualité de l’emploi » proposée par les institutions européennes facilite la réappropriation de son contenu sémantique par des acteurs ayant une plus grande autorité politique, et aussi parce qu’elle mise sur une forme de régulation « dépolitisée ».

5Le caractère vague, indéfini et polysémique de la notion de « qualité de l’emploi », ainsi que son lien avec un espace sémantique activant la centralité du marché et de son fonctionnement optimum en tant qu’axes centraux de l’ordre social, contrastent avec la nature plus précise et politiquement imposée de la notion de « travail digne » qui renvoie non seulement à ce qu’est le travail, mais aussi à ce qu’il doit (selon un impératif de justice) devenir. Le passage du traitement du bon travail en termes de dignité à sa discussion en termes de « qualité de l’emploi » fait que le regard se tourne de la justice vers l’efficience.

1. Manières de nommer et relations politiques

6La notion dominante par laquelle on nomme un problème – dans le cas présent, la précarité ou la « souffrance au travail » – intègre une série d’a priori qui délimitent les représentations que nous nous faisons de la nature du problème et de la nécessité/possibilité de le combattre. Remplacer l’expression « bon travail » entraîne l’incorporation d’un nouveau paradigme épistémique, c’est-à-dire d’une autre manière de nommer le problème et de désigner de nouvelles responsabilités pour le combattre. Tout paradigme présente des fondements normatifs, un « terrain commun » à partir duquel les intervenants font face au problème, un ensemble de croyances et de présupposés sur lequel s’articulent les modes d’intervention dominants. Ces présupposés normatifs reposent, pour une large part, sur des notions ontologiques et des conceptions anthropologiques non questionnées. Il y a donc, derrière ces notions qui fondent le paradigme, une série de présupposés (de « bon sens ») sur le travail et le travailleur, qui ne sont pas étrangers à un contexte sociopolitique déterminé.

7C’est pourquoi, comme le décrit Kuhn (2005), les changements dans un paradigme épistémique impliquent, non seulement une révision ou une transformation d’une théorie isolée, mais aussi une mutation profonde des notions sur lesquelles il se base, du type de questions jugées valables, et de vision du monde qu’elles expriment. En un mot, elles induisent une « révolution » cognitive. L’adhésion à un paradigme contient, non seulement, une manière d’appréhender le monde, mais aussi de se positionner par rapport à lui. L’incorporation du paradigme de la « qualité de l’emploi » suppose, non seulement un mode spécifique d’intervention contre la précarité, mais aussi une conception de la précarité et du rôle des institutions publiques pour la combattre.

8Les présupposés ayant permis l’institutionnalisation du travail et la protection contre la précarité peuvent être remis en question par ce changement sémantique et induire des cadres interprétatifs différents – voire opposés –, à l’aide desquels orienter le regard sur le travail. La notion de « travail digne » ne constitue pas seulement une manière particulière de nommer le bon travail, mais elle introduit aussi un cadre politique concernant la représentation de ce que doit être un travail « bon ».

9La notion de qualité occupe un espace sémantique fort différent de celui de dignité. Face à cette notion de dignité qui, dans l’expression « travail digne » acquiert la catégorie d’adjectif qualificatif pour désigner le bon travail et exprime donc une qualité du substantif travail qui le rend différent des autres substantifs (le travail peut être digne ou non, il n’y a pas de niveaux de dignité), la notion de « qualité » adopte la forme d’un attribut du travail (noyau d’une phrase nominale) et l’on peut donc différencier des degrés ou des niveaux de qualité. Dans le premier cas, le travail est digne ou non, et son indignité remettrait donc en question le substantif (un travail indigne ne serait plus considéré comme un – » vrai » – travail). Avec la notion de « qualité de l’emploi », nous nous trouvons face à un autre champ sémantique. L’essence du travail ne serait pas mise en question en fonction à sa qualité, mais nous pourrions différencier les travaux en fonction de leur niveau de qualité.

10Une analyse des cadres de sens, parmi lesquels la notion de « dignité » se déplace dans son usage quotidien, nous permet d’en expliciter les différentes acceptions. Cette notion peut être utilisée sous trois champs sémantiques : comme objet (« garder la décence », « conserver la décence », « avoir de la décence ») ; comme qualité d’une activité qui donne une valeur à la personne la réalisant, en lui offrant respect et reconnaissance publique (« sens de la décence », « manquer à la décence », « être décent ») ; ou comme essence qualifiant les actions ou l’objet réalisé (« vivre décemment », « salaire décent »). La notion de « travail décent » couvre les trois registres de façon complémentaire ; il s’agit d’un objet (qu’il faut défendre) qui dignifie la personne et l’activité réalisée. Le travail indigne ne serait pas qualifié comme travail mais comme condition de déshumanisation. Ces optiques anthropologiques grâce auxquelles le travail ne serait que l’expression de l’essence de l’homme ont été très présentes dans les représentations du mouvement syndical, et elles ont fait du travail le noyau central de la question sociale au cours du xxe siècle.

11Du point de vue épistémologique, la définition des catégories politiques de l’ordre socio-économique – comme le bon travail – indique à la fois l’être et le devoir-être social de l’objet défini. « La production d’une matrice cognitive n’est pas un simple processus discursif, mais une dynamique intimement liée aux interactions et au rapport des forces qui se cristallisent peu à peu dans un secteur et/ou un sous-système donné. Elle alimente tout à la fois un processus de prise de parole (production de sens) et de prise de pouvoir (structuration des champs de forces) » (Muller & Surel, cités par Radaelli, 2000, 256). L’autorité politique de ces notions dépend du pouvoir symbolique des acteurs qui les défendent, et n’est donc que l’expression de rapports de force complexes. Ces rapports de force manifestent les positions de pouvoir de ces acteurs, mais ils reflètent aussi leur marge de manœuvre, les instruments institutionnels dont ils disposent pour pouvoir exprimer leurs voix, et le contexte socio-économique de chaque époque.

  • 3 Par manque de place, nous ne pouvons pas nous étendre sur ce point qui est toutefois important dans (...)

12Les acteurs syndicaux et les mouvements sociaux organisés autour du travail ont joué un rôle fondamental dans la problématisation de la précarité. L’appropriation par le mouvement syndical de cette catégorie et son incorporation au lexique syndical a facilité la politisation de la vulnérabilité (déshumanisation) associée à l’exercice du travail. La notion de « travail digne » manifeste cette problématisation, l’OIT étant l’un des principaux canaux institutionnels de diffusion. À l’opposé, derrière le concept de qualité de l’emploi, se trouvent, entre autres, les institutions européennes qui, certes, présentent une grande complexité institutionnelle, mais dont le modèle néolibéral de gouvernance favorise, tel que nous l’avons mis en relief dans d’autres travaux (voir Serrano Pascual, 2007 ; Jepsen & Serrano Pascual, 2007)3, l’hégémonie des voix du monde économique. En employant la notion de « qualité de l’emploi », les dirigeants de l’Union européenne déplacent la question de la vulnérabilité vers un nouvel ordre sémantique. Ils mettent ainsi en place un nouveau cadre de sens qui ne nous renvoie plus à l’ordre des relations politiques et de la justice. Les changements sémantiques impliquent donc aussi des métamorphoses politiques.

  • 4 « Dans beaucoup de pays la précarité et le chômage sont redevenus le problème politique numéro un » (...)

13Nous avons sélectionné pour cette étude les documents qui étaient le reflet des positions les plus emblématiques de deux des institutions ayant la plus grande légitimité et le plus grand pouvoir de diffusion des cadres interprétatifs concernant la place et le sens du travail dans nos sociétés. La « qualité de l’emploi » est entrée formellement dans l’agenda politique de la Stratégie européenne pour l’emploi (SEE) en 2000, à l’occasion du conseil de Lisbonne, même si, dans le traité de Maastricht, une première allusion est faite à cette question. En 1999, une année avant le conseil de Lisbonne de 2000, le directeur général de l’Organisation internationale du travail met en place un plan stratégique en faveur du « travail décent » : « Le but fondamental de l’Organisation internationale du travail aujourd’hui est de promouvoir l’accès des hommes et des femmes à un travail décent et productif dans des conditions de liberté, d’équité, de sécurité et de dignité humaine » (Rapport du directeur général, 1999). Beaucoup d’auteurs et d’analystes sociaux (comme Gutierrez & Guillén, 2009 ou Davoine et al., 2008, entre autres) considèrent qu’il y a une forte coïncidence entre ce plan et celui de la « qualité de l´emploi » de l’Union européenne. Or, ce n’est pas notre interprétation. « Travail décent » et « qualité de l’emploi » naissent d’une circonstance commune (la dégradation des conditions d’emploi des années 1980 et 19904), mais ils répondent à deux référentiels politiques fort différents, tant du point de vue des processus sociaux qui les font naître que de la logique interne qui articule leur sens.

14Ce travail ne vise donc pas à analyser la capacité de diffusion de ces paradigmes différenciés par chacune des institutions ni la concrétisation politique de chacune de ces acceptations en termes d’indicateurs ; cela nous éloignerait, en effet, de notre argumentation centrale. Nous nous proposons, au contraire, de faire une analyse comparative du discours de l´Organisation internationale du travail sur le bon travail (« travail digne ») et de celui des institutions européennes (« qualité de l’emploi ») afin de s´interroger sur les paradigmes de sens qui s’activent dans chaque cas, et d’identifier ainsi leurs conséquences potentielles dans la lutte contre la précarité du travail.

2.  Acceptions dominantes du bon travail : du « travail digne » à la « qualité de l’emploi »

15Nous avons structuré l’analyse des cadres qui s’activent sur la notion de « bon travail » dans le discours de l’OIT face à celui des institutions européennes autour de quatre axes qui articulent les cadres différenciés de représentation du bon travail : contexte de discussion de la précarité ; cadres de sens du bon travail ; conceptions dominantes du travail ; et articulation des responsabilités sociales face à la précarité.

2.1. Contexte de discussion de la précarité

16En ce qui concerne le premier axe, la construction discursive du cadre de discussion du problème, qui permettrait d’expliquer pourquoi le bon travail a été une priorité politique, nous observons que les deux institutions insistent sur le fait que, du fait de forces supranationales croissantes qui provoquent des tensions dans la régulation du travail et dans la protection du travail, le bon travail constitue une question centrale dans l’agenda politique. Cependant, la nature de ces tendances supranationales d’intégration économique, qui se traduisent par un nouveau modèle de société et qui sont donc des forces transformatrices potentielles des conditions de travail, est traitée très différemment dans chacun de ces discours. Dans le cas de l’UE, ces tendances reçoivent le qualificatif de « société de la connaissance », alors que l´Organisation internationale du travail les conceptualise en recourant, pour une large part, au discours de la globalisation libérale. Deux extraits de textes nous permettront de comparer les deux discours.

« L’Union s’est fixée aujourd’hui un nouvel objectif stratégique pour la prochaine décennie : devenir l’économie de la connaissance la plus compétitive, la plus dynamique du monde, capable d’une croissance économique durable, accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi (« more and better jobs ») et d’une plus grande cohésion sociale. » (Conclusions de la présidence)

« (A)u rythme de la transformation des circonstances économiques et sociales due à la nouvelle économie mondiale. La politique de libéralisation économique a bouleversé les relations entre l’État, le monde du travail et le monde entrepreneurial. Aujourd’hui, dans les résultats économiques, les forces du marché ont plus d’influence que la médiation d’acteurs sociaux, de normes légales ou d’interventions de l’État. Les marchés internationaux de capital se sont déconnectés des marchés du travail nationaux, ceci entraînant des bénéfices et des risques asymétriques pour le capital et pour le travail. » (Organisation internationale du travail, Mémoire du directeur général, Travail décent, Conférence internationale du travail, Genève, juin 1999)

  • 5 Pour une analyse plus exhaustive de la société de la connaissance et de la nouvelle normalité qu’el (...)

17Le positionnement des institutions européennes face au changement qui conforme son fameux discours sur la société de la connaissance est très optimiste, proactif et triomphal. Le terme « société basée sur la connaissance » constitue une partie du patrimoine commun dans les explications économiques apportées par les institutions européennes, surtout après le conseil de Lisbonne. Selon ce type de discours, la connaissance devient un facteur productif et compétitif clé. Ce discours ne se limite pas à proposer une théorie sur les transformations économiques récentes mais il établit aussi une nouvelle normalité, une réarticulation du sens du travail, du temps et des relations de travail. Ce discours adopte un ton technologique et économiste, visant à définir une réponse face aux nouveaux enjeux économiques. Et il le fait en s’appuyant sur un projet de société qui est construit en opposition au modèle américain (« modèle social européen »). Dans ce projet identitaire modernisateur, on évoque l’adaptation nécessaire des compétences et des institutions aux nouvelles demandes économiques. Et c’est là que l’on introduit la question de la qualité de l’emploi. La qualité de l’emploi est conçue comme un facteur productif de plus. L’investissement en capital humain semble être une voie importante pour la compétence et la croissance économique en encourageant en même temps la motivation et l’implication des travailleurs5. Le facteur humain et les aspects cognitifs et d’attitude (motivation, initiative, responsabilité, etc.) acquièrent un rôle central dans le modèle compétitif avec lequel on construit l’Union européenne. Selon ce modèle pleinement européen, les entreprises ne seraient plus des espaces de subordination mais deviendraient des institutions mobilisatrices, des centres d’autonomie et d’apprentissage.

18La qualité de l’emploi, sous des formules diverses, apparaît pourtant comme un élément clé du modèle social européen, étant « devenue l’un des éléments du langage commun, du grand référentiel de la politique économique et sociale de la coordination communautaire » (Barbier & Schylla, 2004, 95). Par l’action de l’UE, elle a fini par faire partie de l’agenda social de tous les gouvernements et de tous les acteurs économiques et sociaux des pays de l’Union (et même des chercheurs en sciences sociales). Sans aucun doute, la position accordée par l’UE à la qualité de l´emploi dans l’ordre politique et social des pays de l’Union est centrale. L’importance qu’on lui accorde lors du conseil de Lisbonne de 2000 ne peut être plus grande : « l’amélioration quantitative et qualitative de l’emploi » est présentée comme le point qui unit « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde, capable d’une croissance économique » et « une plus grande cohésion sociale » ; sans « amélioration quantitative et qualitative de l’emploi » la connexion entre la croissance économique, basée sur une économie de la connaissance, et la cohésion sociale ne serait pas concevable. Si l’on pense directement à la construction du modèle social européen – signe d’identité de l’UE face à d’autres pays et régions développés –, le rôle de la qualité de l´emploi n’est pas moindre : « La promotion de la qualité de l’emploi, dit-on dans un document de la Commission, est un principe recteur de la modernisation du modèle social européen mis en marche avec l’Agenda de politique sociale […]. L’amélioration de la qualité […] de l’emploi en est l’un des trois objectifs établis […] conjointement avec le plein emploi et la cohésion sociale » (Commission européenne, 2003). Des conseils postérieurs vont maintenir une formulation semblable concernant les objectifs les plus généraux de la politique de l’emploi européenne. Ainsi, le conseil du 12 juillet 2005 soutient que « les politiques des États membres devront favoriser : le plein emploi ; l’amélioration de la qualité et la productivité de l’emploi ; le renforcement de la cohésion sociale et territoriale ».

19Centralité donc, mais en même temps centralité contenue, limitée. On le voit par le degré d’exigence imposé et qui contraste substantiellement avec l’exigence dans le domaine économique de « l’équilibre budgétaire ». L’engagement d’équilibre budgétaire que doivent respecter les pays de la zone euro est exigé et peut même donner lieu à de fortes pénalisations économiques des pays qui ne le respectent pas (union économique et monétaire). D’une façon contrastée, l’exigence d’accomplissement des diverses dimensions de la qualité de l´emploi se situe au niveau des recommandations de « bonnes pratiques » (la pratique politique européenne de la méthode ouverte de coordination) : dans les réunions du Conseil de l’Europe, les pays qui les respectent sont félicités par leurs pairs, ceux qui ne le font pas sont critiqués sans qu’il y ait pour autant la moindre pénalisation.

  • 6 Une analyse des documents et des déclarations des organisations patronales et syndicales européenne (...)

20L’imprécision du contenu d’un côté, et la centralité sociale de l’autre, ne sont pas deux attributs contradictoires dans la conception de la Commission (Prieto, 2009) : au contraire, ils sont, pour ainsi dire, complémentaires. D’après cette conception, la qualité de l´emploi est et doit être activement présente dans toutes les politiques pour l’emploi des pays de l’Union – un benchmarking établi à partir des dimensions du conseil de Laeken servira de vadémécum – et il y aura un suivi permanent et systématique par pays, ce qui est un symptôme de la grande importance qu’on lui accorde. Pays et acteurs sociaux vont l’accepter volontiers. L’idée de mener une politique d’amélioration de la qualité de l´emploi est difficilement refusable – comme l’est celle d’amélioration de la qualité de n’importe quel bien, pratique ou institution –, surtout si ce sont la croissance de l’économie de la connaissance et la cohésion sociale et territoriale des pays de l’Union qui sont en jeu. Or, étant donné que son contenu, tel qu’il est défini dans les documents de la Commission, est toujours à la fois pluridimensionnel et imprécis, tous les États et gouvernements (et, au-delà, tous les partis politiques et acteurs sociaux et économiques) auront toute liberté d’avoir et de défendre leurs propres positionnements, à condition, bien sûr, qu’ils se rapportent à la qualité de l’emploi. Ainsi les acteurs nationaux de la Stratégie européenne pour l’emploi s’en serviront comme « une ressource qui leur permettra d’augmenter leurs possibilités de faire triompher leurs propres projets » (Barbier & Schylla, 2004, 80)6.

21Ce jeu de centralité proclamée de la qualité de l´emploi et de liberté dans sa mise en pratique n’est pas une nouveauté dans la manière dont l’UE conçoit le traitement du « social ». Il s’inscrit dans la façon dominante, traditionnelle et habituelle de le faire (path dependency). L’introduction de la qualité de l´emploi dans la Stratégie européenne pour l´emploi par la Commission donne un sens social à celle-ci.

22Si la notion de « qualité de l’emploi » s’articule sur le modèle social européen comme un projet d’identité vague et imprécis qui distingue le modèle de croissance de l’UE face à son alter ego américain ou asiatique, le travail digne, lui, apparaît comme une condition centrale et sans appel dans notre projet de civilisation dans le discours de l´Organisation internationale du travail. Il se présente ainsi comme un projet éthique réclamant des actions profondes. C’est ce que nous allons voir dans les deux textes suivants :

« Les principes énoncés dans la présente Déclaration sont pleinement applicables à tous les peuples du monde, et […] leur application progressive […] intéresse tout le monde civilisé. » (Organisation internationale du travail, Déclaration de Philadelphie, 1944)

« Ce concept [le travail décent] est lié aux principes et aux valeurs fondatrices de l’OIT, c’est-à-dire à la promotion de la justice sociale et des conditions de travail vraiment humaines. » (Egger, 2002)

23La représentation du travail digne par l´Organisation internationale du travail part d’une conception ontologique qui rend le travail inséparable du sujet qui le réalise, signe de sa propre humanité. Ici, la demande de bon travail a été liée non pas à une question de productivité mais de justice.

« […] mesures visant à garantir à tous une juste distribution des fruits du progrès… » (Organisation internationale du travail, Déclaration de Philadelphie, 1944)

« The fundamental principles and rights at work recall that they are essential in linking social progress and economic growth by enabling the persons concerned to claim freely and on the basis of equality of opportunity their fare share of the wealth they have helped to generated. » (Egger & Sengenberger, 2001)

2.2. Représentation du bon travail

24Une deuxième dimension qui articule ces cadres, étroitement liée à la précédente, est la représentation dominante maintenue relative au bon travail. Si, pour l’UE, la représentation du bon travail est fondamentalement productiviste et dissimulatrice du conflit potentiellement inhérent à la relation salariée (González & Guillén, 2008), il y a, pour l´Organisation internationale du travail, un cadre essentiellement politique de représentation de la question du bon travail où on rend visible le lien que les situations de vulnérabilité ont avec des relations asymétriques de pouvoir. Comparons deux extraits :

« Protection contre la vulnérabilité et les événements imprévus. Comme l’OIT souhaite que les conditions de travail soient humaines, elle doit s’intéresser à la vulnérabilité. » (Organisation internationale du travail, Mémoire du directeur général, Genève, juin 1999)

« Une Union dynamique devrait être composée d’États sociaux actifs. Des systèmes sociaux bien conçus et fonctionnant de manière satisfaisante devraient être considérés comme des facteurs productifs du fait qu’ils offrent une sécurité dans un contexte de changement. » (Conclusions de la présidence, conseil européen de Stockholm, 23 et 24 mars 2001)

  • 7 Le conseil de Nice de 2001 « souligne le caractère pluridimensionnel de l’aspect de la qualité, qui (...)
  • 8 « Faute d’accord politique, certains indicateurs n’ont pas été définis (ceux qui correspondent à la (...)

25La conception du « bon travail » de l’UE se caractérise donc par un contenu « relatif et pluridimensionnel », selon les mots de la Commission, qui sera toujours vague, imprécis, établi à partir de critères divers, non nécessairement compatibles7 et variables (Davoine & Erhel, 2006). Les dix dimensions de qualité examinées au conseil de Laeken de 2001 (qualité intrinsèque, formation professionnelle, égalité de genre, santé et sécurité dans le travail, flexibilité et sécurité, inclusion sur le marché du travail, conciliation du travail et de la famille, dialogue social, non-discrimination et rendement au travail) semblent une liste de « vertus » de l’emploi apportées par les représentants des États membres8 sans qu’il y ait pour autant une vue d’ensemble cohérente ni un ordre de préférence (Prieto, 2009, 29). À la limite, on pourrait dire que les connotations du signifiant « qualité » comptent plus dans la définition que ses dénotations. Il s’agit d’une façon d’opérer qui répond à la même logique présidant à l’omniprésence de la qualité comme valeur universelle dans les pratiques économiques actuelles (comme le « Total Quality Management »).

26Parmi les diverses dimensions de la qualité du travail, on recueille des aspects liés tant à l’amélioration de la qualité de vie (par exemple, qualité intrinsèque) qu’à la justice (égalité) et à la productivité au travail (rendement au travail). Cependant ces dimensions, qui ne sont pas liées directement à l’efficacité économique, sont aussi prisonnières d’un cadre productiviste puisqu’elles sont conçues non pas comme un but, mais comme un moyen d’améliorer la compétence dans un « style » européen (le modèle social européen). Cela se voit, par exemple, dans la priorité donnée à l’une ou à l’autre de ces dimensions. Dans le processus de construction d’indicateurs permettant d’évaluer les efforts nationaux face à la promotion du bon travail mis sur pied lors du conseil européen de Laeken de 2001, deux dimensions manquent d’indicateurs spécifiques, alors que les indicateurs ont été incorporés comme instruments d’évaluation de la Stratégie européenne pour l’emploi (SEE) : le dialogue social et la non-discrimination (González & Guillén, 2009). De plus, il n’y a pratiquement pas de références aux tendances liées à l’organisation du travail, telles que l’intensification croissante du travail, son individualisation, etc. On oubliera aussi d’y inclure celle des salaires, oubli critiqué par la Commission elle-même dans le rapport « L’emploi en Europe 2008 ».

27La qualité de l’emploi serait conceptualisée comme une manière d’assurer une amélioration du rendement du marché du travail et un usage adéquat des ressources humaines à des fins productives. L’idée de faire que la qualité de l´emploi compte « parmi les objectifs centraux de la politique pour l’emploi de l’Union » et de penser qu’elle devrait y jouer un rôle clé en faveur de la « cohésion sociale » implique de sortir du cadre de sens selon lequel l’emploi et la cohésion ne pouvaient être pensés qu’en tant que phénomènes résultant uniquement, et d’une façon pour ainsi dire automatique, du bon fonctionnement de l’économie (de marché). Et l’on observe pourtant que, en même temps, la façon concrète de le faire ne va supposer aucune « transformation » – dans le sens que Polanyi (1989) donne à ce terme – ni aucune « modification de fond de la logique économique et de son hégémonie » (Prieto, 2009). En fait, tel que le montre la recherche déjà citée de Barbier et Schylla, si la direction générale de l’Emploi et des Affaires sociales mise sur la qualité de l´emploi et réussit à l’incorporer à la Stratégie européenne pour l´emploi, c’est précisément pour que l’hégémonique direction générale Ecofin accepte de prendre au sérieux ses propositions « à contenu social ». Et si la direction générale Ecofin finit par admettre comme acceptable l’incorporation de la qualité de l´emploi à la Stratégie européenne pour l´emploi, c’est parce que, telle que la direction générale de l’Emploi la présente, elle peut favoriser un meilleur fonctionnement de l’économie européenne. « En réalité, pour justifier la pertinence de la qualité comme sujet de politique économique et/ou sociale, la Commission – plus concrètement la direction générale de l’Emploi – se sert, avant tout, d’arguments économiques qui montrent plus la valeur instrumentale de la qualité que sa valeur intrinsèque. L’argumentation repose plus sur des considérations d’efficience que sur des considérations éthiques ou “sociales” » (Barbier & Schylla, 2004, 89-90). Se rapportant au processus concret d’inclusion de la qualité de l´emploi dans la Stratégie européenne pour l´emploi, ces mêmes auteurs disent aussi : « L’argumentation de la qualité de l’emploi est, d’une certaine façon, significative du progrès de la communication des deux directions générales. La direction générale de l’Emploi réussit à être capable de justifier les politiques sociales à partir de considérations d’efficience : si les politiques sociales sont socialement souhaitables, ce n’est pas tant parce qu’elles contribuent à plus de justice sociale mais parce qu’elles sont vitales pour la bonne santé de l’économie » (ibid., 91). Ce n’est qu’une façon de rendre plus claires et explicites les idées exprimées dans certains documents de la Commission, comme celui consacré aux politiques sociales et d’emploi – » Un cadre pour investir en qualité » (Commission européenne, 2001).

28On trouve une preuve claire de la pratique politique de la Commission, qui consiste à justifier le côté « social » de la qualité de l´emploi par son rapport positif et favorable à l’aspect « économique », dans le fait que, juste après le conseil de Lisbonne 2000, le triangle vertueux de la Stratégie européenne pour l´emploi (plein emploi, qualité de l’emploi et cohésion sociale et territoriale) verra comment la dimension « qualité de l´emploi » est remplacée par celle de « qualité et productivité », sans que la « qualité » soit concevable en marge de la « productivité » et sans que, dorénavant, cette nouvelle rhétorique soit ouverte à l’idée d’une possible relation négative entre les deux. Comme si « qualité » et « productivité » ne pouvaient répondre – tel qu’il arrive souvent dans la pratique – à des logiques sociales et économiques différentes. Ce sont pourtant les traits suivants qui caractérisent la politique « sociale » de promotion de la qualité de l´emploi de l’Union européenne : une définition floue et variable, une exigence d’accomplissement faible (comme les « bonnes pratiques ») et, surtout, une nette soumission à la logique économique.

29Dans le discours des institutions européennes, le référentiel de la qualité de l’emploi est donc l’otage de paradigmes économiques, et surtout des nouveaux modèles de gestion entrepreneuriale (un travail de qualité permet, à son tour, un plus grand rendement économique) qui font de la qualité de l’emploi la condition indispensable de la qualité du produit. À l’inverse, pour l´Organisation internationale du travail, la perspective est surtout politique. Le travail décent est pensé par l’OIT comme la médiation nécessaire pour atteindre un double but : permettre aux hommes et aux femmes de mener une vie individuelle et familiale digne, et construire un ordre social juste. L’un et l’autre sont inséparables : il n’y a pas de vie individuelle digne sans ordre social juste ni ordre social juste sans vie individuelle des membres d’une société digne ; et le travail y joue un rôle central. Ces critères de définition et de valorisation de la décence du travail s’appuient sur des considérations qui s’éloignent de celles qui sous-tendent la notion de « qualité de l´emploi ».

30Dans le discours de l´Organisation internationale du travail, « décence » et « productivité » du travail (ou de l’emploi) s’inscrivent dans des cadres de sens clairement différenciés et répondent à des lois et à des principes de développement divers (une haute productivité peut, par exemple, être atteinte sur la base d’un travail indécent, précaire). La norme et l’idéal c’est que la décence d’un travail augmente la productivité. Mais le rapport n’en est pas automatique. Dans le cas de l’UE, on l’a vu plus haut, la qualité de l’emploi se justifie seulement – ou se justifie avant tout – par ses effets économiques sur la productivité et la rentabilité. Dans celui de l’Organisation internationale du travail, la notion de « travail décent » est un point de départ qu’on ne doit jamais laisser de côté.

« Il ne s’agit pas de créer simplement des postes de travail mais ils doivent être d’une qualité acceptable. Il ne faut pas dissocier la quantité de l’emploi de sa qualité. » (Organisation internationale du travail, Mémoire du directeur général, Genève, juin 1999)

« L’OIT n’a jamais soutenu qu’un travail était un travail, indépendamment de ses caractéristiques » (Edger, 2002)

31Il est – ou il peut être – concevable que le travail décent soit aussi économiquement rentable, mais cet argument n’est qu’un argument secondaire en faveur de la décence. Les politiques sociales peuvent devenir un facteur productif (Rapport, 1999) et il convient qu’il en soit ainsi, mais ni leur justification ni leur implantation ne peuvent dépendre de leurs résultats productifs (Prieto, 2009). Le caractère non négociable de la décence du travail trouve son explication dans le fait qu’elle s’exprime dans le langage des droits sociaux : l’Organisation internationale du travail formule son programme de « travail décent » « en tant que gardienne des droits des travailleurs à l’intérieur du système des Nations unies » (Sen, 2000, 129). Il fait partie de l’actualisation de la mission permanente de l’Organisation internationale du travail qui, telle qu’elle est décrite dans « la Déclaration de Philadelphie », est de permettre à « tous les êtres humains, quels que soient leur race, leur croyance ou leur sexe [...] de poursuivre leur progrès matériel et leur développement spirituel dans la liberté et la dignité, dans la sécurité économique et avec des chances égales » (Rapport, 1999). La décence du travail relève donc de la normativité sociale, de tout un ensemble de qualités du travail et de la vie des travailleurs qui doivent être respectées en termes de justice sociale. La précarité du travail et de l’emploi est justement le contraire du travail décent : c’est le travail ou l’emploi qui ne respectent pas le niveau de décence considéré comme socialement juste (Laparra Navarro, 2006, 22). Ceci fait que si la « qualité de l’emploi » de l’UE est simplement recommandée sous forme de « bonnes pratiques », la décence (ou la dignité) du travail est revendiquée et exigée sous forme de « droits » (les droits sociaux du travail et du travailleur) par l’OIT. Cet énoncé normatif de l’Organisation internationale du travail contraste nettement avec la déclaration des recommandations de l’UE.

2.3. Acception dominante du travail

32Une troisième dimension qui différencierait les deux notions est la notion prédominante de travail qui est posée. Comme nous l’avons déjà signalé auparavant, dans le discours de l’Organisation internationale du travail la nature du travail serait indissociable de celle du travailleur, ce dernier étant sujet et objet de son activité de travail, ce qui donne au travail une qualité différente de celle des autres marchandises. La démarchandisation est, en termes politiques, l’équivalent de la dignification en termes individuels.

« Le travail n’est pas une marchandise » (Organisation internationale du travail, Déclaration de Philadelphie, 1944)

« Workers are not commodities and the labour market does not function in the same way as the market for apples or housing… » (Egger & Sengenberger, 2001)

33De cette conception d’une essence humaine s’affirmant par le travail, il s’ensuit donc le besoin de délier la production et la subordination, et d’identifier des instruments politiques régulant les principes et les normes de fonctionnement de la condition salariée (démarchandisation). Dans les documents de l’Organisation internationale du travail, il y a une allusion constante à un langage faisant référence à une nature partagée qui nous dignifie (« human beings », « all people », « all country members », « everyone », « member of society », « universal rights » (Déclaration de Philadelphie, 1944 ; Egger & Sengenberger, 2001)

« Everyone, as a member of society has the right […] Decent work is a comprehensive objective; it seeks to secure a number of basic benefits for all workers. Most of these benefits are work related, although they are closely linked to more universal rights, such as freedom of expression for instance and human rights generally. » (Egger & Sengenberger, 2001)

34Cette indépendance d’un cadre productif explique que, bien que dans ses documents elle aborde aussi la relation potentielle établie entre conditions de travail et productivité, l’allusion à ces questions semble située dans des cadres différents, comme nous l’avons argumenté précédemment.

« The ILO declaration of fundamental principles and rights at work restates that economic growth is essential but not sufficient to ensure equity, social progress and the eradication of poverty. […] Decency in work is not simply a function of per capita income growth, with the higher the income the more decent the work […] what is important is not a particularrate of growth, rate of inflation, or employment growth, but the full realization of basic rights at work and in society. » (Egger & Sengenberger, 2001)

35Ainsi, ce n’est pas le fait d’être rémunérée qui permet qu’une activité puisse être conceptualisée comme travail. En tenant compte de cette conception qui rend indissociable travail et travailleur, seuls les travaux dignes sont susceptibles d’être qualifiés comme travaux en tant que tels. La définition des droits inviolables est justifiée non seulement pour son allusion à une nature ontologique configurée avec l’activité réalisée, mais aussi par l’appartenance du sujet à un réseau d’interdépendance.

« L’emploi des travailleurs à des occupations où ils aient la satisfaction de donner toute la mesure de leur habileté et de leurs connaissances et de contribuer le mieux au bien-être commun. » (Déclaration de Philadelphie, 1944)

36Ce n’est pas le cas du discours des institutions européennes. Dans la fameuse phrase qui conforme le mantra souvent exprimé par les institutions européennes, « more and better job », la quantité et la qualité sont unies à un lien coordonnant (« et »), et en tant que phrase coordonnée, elle donne le même statut ontologique à la quantité et à la qualité, mais pas la même valeur. Cette subordination d’une perspective qualitative à une autre quantitative est le résultat de divers facteurs : par exemple, l’apparition préalable dans le discours européen d’un cadre sémantique et normatif visant à renforcer les dimensions quantitatives, ceci ayant obligé à adapter la question de la qualité à ce cadre préexistant ; les outils de mesure et de suivi existants dans la Stratégie européenne pour l´emploi, basés sur des indicateurs statistiques (Salais, 2009) ; le moindre coût de la construction d’outils de suivi quantitatif ; une plus grande possibilité d’obtenir des intérêts politiques des rendements statistiques de l’emploi (González & Guillén, 2009) ; les inerties institutionnelles ; et, concrètement, le fait que l’Union européenne se soit construite, à son origine, comme une coopération économique et technique, etc. La qualité de l’emploi est un facteur permettant de renforcer la compétitivité sur un marché global.

2.4. Articulation des responsabilités sociales

37Un quatrième axe serait défini par la façon dont sont articulées les responsabilités sociales face à la précarité du travail. Il résulte des deux cadres de significations analysés plus haut que, si dans le discours de la société de la connaissance, la formation et l’employabilité des travailleurs sont des critères indispensables pour atteindre un travail de qualité, dans le discours de l’OIT, employabilité doit être combinée avec « jobability » :

« Much has been made of the notion of employability as a measure of the continued relevance […]. While greater adaptation to changing situations is certainly desirable, some consideration should also be given to the notion of jobability, that is whether some jobs are decent enough to be offered and filled, in parallel to the continuous upgrading of the workforce to changing jobs » (Egger & Werner Sengenberger, 2001)

38La responsabilité face au travail précaire n’est plus élaborée en des termes qui problématisent surtout le travailleur. Un des axes majeurs articulant la problématisation du travail précaire n´est pas la « qualité des ressources humaines » mais les travaux disponibles et le concept de travailleurs pauvres est devenu l’un de ses fronts de bataille. L’OIT met l’accent sur le type de travaux offerts et sur le rôle joué par les organisations dans cette promotion d’un travail digne. Ainsi, d’après Sengengerger, « in many ways, decent work may depend more on enterprise policies than on national government policies. » (Egger & Sengenberger, 2001) ; et, selon le Mémoire du directeur général de l’OIT, « dans les dix prochaines années, il s’agira d’adapter les économies et les institutions nationales au changement mondial, ainsi que d’adapter ce dernier aux besoins de l’homme » (Conférence internationale du travail, Genève, juin 1999)

39Face au discours de la société de la connaissance, qui naturalise et donne pour acquis le changement économique, de façon à ce que l’unique option politique soit la préparation au changement, l´Organisation internationale du travail mettrait l’accent tant sur le fait de renforcer les travailleurs, que sur le fait d’intervenir et de guider le changement. La dimension qui est problématisée, et qui fait donc l’objet d’une intervention politique, n’est pas seulement l’orientation et l’attitude du travailleur, mais aussi la domestication du marché.

40Cette grande différence entre « travail décent » et « qualité de l’emploi » peut se rapporter à ce que nous pourrions appeler leur densité sociale et historique différente. L’enjeu de la décence au travail et sa défense a des origines bien antérieures à la fondation de l’Organisation internationale du travail en 1919. Il faut remonter aux enjeux du réformisme social de la fin du xixe siècle et à l’invention des États sociaux de la fin du xixe siècle (pensons à Bismarck) et du début du xxe siècle. Les historiens de la question sociale ont montré comment le réformisme social et les États sociaux supposèrent un changement radical dans le traitement de l’activité du travail salarié et de la figure du travailleur salarié. La relation salariale ne fut plus considérée comme une relation d’échange de marché entre deux individus égaux, et régulée par le droit civil, mais considérée dorénavant comme une relation d’échange entre membres de classes sociales inégales où il fallait protéger la classe des plus faibles (le salarié), face à la classe dominante (le patron, l’entreprise) et aux risques de l’économie de marché capitaliste (Bilbao, 1998 ; Ewald, 1986). Dans son fameux écrit de 1950, Citizenship and social class, T.H. Marshall a interprété cette transformation comme un processus historique grâce auquel l’antinomie due à la rencontre, dans les sociétés modernes, de l’égalité au niveau de la citoyenneté et de l’inégalité entre classe ouvrière et classe bourgeoise au niveau économique, finit par s’équilibrer sous la forme de la citoyenneté sociale, sous le couvert de la métaphore de la justice et des droits sociaux du travail. Dans tous les pays industrialisés, la citoyenneté sociale adoptera un type d’expression dans le cadre juridique qui donnera lieu aux droits individuel et collectif du travail et à celui de la protection sociale (Supiot, 1994). La longue histoire de son développement et de sa concrétisation a laissé une empreinte indélébile dans la conscience collective. Comme le dit le rapport du directeur de l’Organisation internationale du travail, « toutes les sociétés ont une notion du travail décent mais la qualité de l’emploi peut signifier beaucoup de choses » (Rapport du directeur, 1999).

41Et cela nous renvoie à un autre aspect très important de la différence entre qualité de l’emploi et décence de l’emploi. Il ne se rapporte plus, dans ce cas, à leurs significations et à leurs cadres de sens, mais au processus historique de leur construction et de leur maintien. Les diverses dimensions dans lesquelles la décence au travail se déploie ne puisent pas leur origine de la simple découverte intellectuelle, par des réformateurs sociaux, des inégalités entre la classe salariale et celle des patrons ni de leur volonté humaniste de les compenser par une intervention de l’État que l’ordre libéral classique, en quelque sorte, prévoyait. Il a à voir, avant tout, avec la constitution et le développement des mouvements ouvriers – surtout syndicaux – qui surgirent dans tous les pays en voie d’industrialisation comme moyen collectif de résistance face à « l’exploitation sociale du capitalisme », et de revendication d’un ordre social et de travail visant à améliorer les conditions de travail et de vie des salariés. Le rôle joué par ces mouvements sociaux, dans la configuration de nouveaux principes et de nouvelles règles de l’ordre social et de travail, apparaît reflété dans le Préambule de la constitution de l’Organisation internationale du travail en 1919 : « Attendu qu’une paix universelle et durable ne peut être fondée que sur la base de la justice sociale ; attendu qu’il existe des conditions de travail impliquant pour un grand nombre de personnes l’injustice, la misère et les privations, ce qui engendre un tel mécontentement que la paix et l’harmonie universelles sont mises en danger... » (souligné par nous). Sans ces mouvements sociaux, il n’aurait guère été possible de faire des réformes sociales dans le monde du travail. Il aurait été inimaginable non seulement d’arriver à ce que le travail devienne matériellement décent, mais aussi de le penser en tant que tel. Dans cette optique, la définition de la décence du travail et son intégration normative dans l’ordre social n’est autre que la réponse au problème politique de l’intégration dans l’ordre sociopolitique des mouvements ouvriers et syndicaux, et du salariat en général. Il s’agit d’un point de vue fort différent de la conception européenne de la « qualité de l’emploi ».

Conclusion : la qualité de l´emploi comme dépolitisation du travail décent

42La « qualité de l’emploi » et la « décence du travail » (ou sa dignité) sont marquées par un objectif politique souhaité, mais la « décence » y ajoute le label des droits sociaux. La qualité est recommandée, mais la décence est exigée (Prieto, 2009). Toutefois, le fait que ces deux référentiels soient différents ne signifie pas pour autant qu’ils n’aient aucun rapport. D’un côté, le référent politique de qualité de l´emploi n’est entré en scène que de fraîche date, alors que celui de travail décent a presque un siècle d’histoire dans la plupart des pays ; d’un autre côté, le premier semble promu dans l’intention, plus ou moins avouée, de remplacer le deuxième. Vu la forte charge politique contenue dans la problématique de la décence (derrière elle pointe toute l’histoire de la « question sociale », longue et conflictuelle), il ne semble pas hasardeux d’interpréter cette tendance de remplacement comme une tendance à la « dépolitisation de la question sociale »

43L’imprécision, la polysémie et le flou qui caractérisent la notion de « qualité de l’emploi » face au caractère nettement plus précis du concept de travail digne ne sont autres que le reflet des mécanismes de régulation mobilisés socialement dans les deux cas. La méthode « ouverte » de coordination à travers laquelle les institutions européennes garantissent que les États membres respecteront la demande de qualité de l’emploi est de toute autre nature que la technologie de régulation basée sur le droit, par laquelle on exige l’application de la revendication d’un travail digne. Ces technologies différentes de régulation (méthode ouverte de coordination versus le droit) ne sont que le reflet de leur lien avec des intérêts et des mouvements sociaux différents. Pour ce qui a trait à la méthode ouverte de coordination, le contenu de ses propositions n’est qu’un équilibre contingent, ouvert et en constante révision, selon le résultat des rapports de force (mettant en jeu des mouvements sociaux, des groupes d’intérêt, des experts scientifiques et politiques, des directeurs généraux, des pays membres, etc.). Pour ce qui a trait au droit, les propositions spécifiques ne sont que le résultat de l’hégémonie discursive du mouvement ouvrier et de son efficacité symbolique pour imposer une série de points de vue sur les questions sociales : le caractère interdépendant des rapports sociaux, l’asymétrie implicite des relations professionnelles et la vulnérabilité et l’hétéronomie comme caractéristiques immanentes du travailleur. En un mot, ce glissement sémantique de la question du travail digne vers la qualité du travail renferme des effets dépolitisants importants, et cela de trois manières différentes. Premièrement, en raison de la faiblesse régulatrice de la méthode ouverte de coordination dans le domaine social (Serrano Pascual, 2007). Deuxièmement, parce que, loin d’être une proposition claire et spécifique de promotion de la question sociale, le modèle social européen n’est en fait qu’un projet, ouvert et contingent, à construire ; son contenu spécifique, à un moment donné, n’est donc que le résultat d’un rapport de forces déséquilibré et asymétrique. Troisièmement, parce qu’elle participe d’un processus de remplacement de la politisation de la vulnérabilité (rapports de pouvoir asymétriques où le travailleur est plongé) par un autre modèle imaginaire social, lié à la recherche de l’efficacité et du rendement économique.

44La notion de qualité de l’emploi suppose l’extension d’un nouveau bon sens et de croyances indiscutables sur le travail, et cela par le biais d’un changement dans les rapports de force qui contribuera à la production de cadres interprétatifs alternatifs sur le travail, ainsi qu’à un glissement progressif des objectifs de l’intervention publique. Le caractère technique avec lequel la qualité de l’emploi est régulée, tel que cette notion est promue par les institutions européennes, promeut un point de vue sur la question du travail qui l’isole de son contexte social et politique. La régulation du (bon) travail s’éloigne du lexique social promu par les mouvements sociaux, et donc des cadres de sens qui soulignaient l’asymétrie immanente des relations industrielles, l’intervention nécessaire de l’État au moyen d’une norme protectrice, et la dimension collective des relations professionnelles. Elle favorise un mode de régulation plus technique, dont le champ sémantique est lié à la question du rendement social et de l’efficience économique, et qui transforme la demande de bon travail en facteur productif plus qu’en une question de justice sociale. Le travail digne est réclamé en toute justice, et son absence risque de déclencher un conflit social. L’émergence du caractère sociopolitique de la précarité du travail et de sa vulnérabilité sociale est ainsi occultée, et sa régulation ne devient en fait qu’une simple logique de rendement statistique (Salais, 2006). Les conflits politiques s’articulent donc, pour la plupart, comme des conflits sémantiques.

45Dans ce contexte, à quoi bon formuler la qualité de l´emploi en termes revendicatifs, en passant sous silence son contenu imprécis, fait de « libéralité » et d’économisme dont l’UE l’a remplie, et son activation en tant qu’alternative dépolitisée à l’exigence sociale d’un travail décent pour tous les hommes et toutes les femmes ? Si l’on veut lui donner une signification précise et effectivement mobilisatrice, il faudra en assimiler la signification à celle de « travail décent » ou, si l’on veut toujours se servir de la catégorie de qualité de l’emploi, il faudra préciser qu’il s’agit de la « qualité (socialement) due à l’emploi ».

46Barbier J.-C. et N.-S. Sylla (2004), « La stratégie européenne pour l’emploi : genèse, coordination communautaire et diversité nationale », Centre d’étude de l’emploi, Rapport de recherche.

Haut de page

Bibliographie

Bilbao A. (1998), El accidente de trabajo, Madrid, Siglo XXI.

Commission européenne (2001), « Politiques sociales et de l’emploi. Un cadre pour investir en qualité. », Rapport COM (2001) 313 final, 20 juin.

Davoine L. et C. Erhel (2006), « La qualité de l’emploi : une mise en perspective européenne », dans La qualité de l’emploi, Paris, La Découverte, Centre d’étude de l’emploi.

Davoine L., Erhel C. et M. Guergoat-Larivière (2008), « Évaluer la qualité de l’emploi : les indicateurs de la Stratégie européenne pour l’emploi et au-delà », Revue internationale du Travail, vol. 147, n° 2-3.

Egger Ph. (2002), « Hacia un marco programático para promover el trabajo decente. Perspectivas », Revista Internacional del Trabajo, vol. 121, n° 1-2.

Egger Ph. et W. Sengenberger (2001), « Decent work pilot Programme », ILO, Genève.

Ewald F. (1986), L’État Providence, Paris, Grasset.

Gutiérrez R., Guillén Rodríguez A.M. et S. González Begega (dir.) (2009), Calidad del trabajo en la Unión Europea. Concepto, tensiones, dimensiones, Madrid, Thomson-Reuters.

Gutiérrez R. et A.M. Guillén Rodríguez (2009), « Calidad del trabajo en la Unión Europa. Debate político y construcción de indicadores », Revista del Ministerio de Trabajo e Inmigración, n° 81.

Jepsen M. et A. Serrano-Pascual (2005), « The European Social Model : an Exercise in Deconstruction », Journal of European Social Policy, 15(3), 231-245.

Laparra Navarro M. (2006), La construcción del empleo precario, Madrid, Fundación FOESSA.

Marshall T. H. (1950), Citizenship and Social Class and other Essays, Cambridge, CUP.

Polanyi K. (1989), La Gran Transformación, Madrid, La Piqueta.

Prieto C. (coord.) (2009), La calidad del empleo en España : una aproximación teórica y empírica, Madrid, Ministerio de Trabajo e Inmigración.

Radaelli C.M. (2000), « Logiques de pouvoirs et récits dans les politiques publiques de l’Union européenne », Revue française de science politique, 50(2).

Salais R. (2006), « Reforming the European Social Model and the Politics of Indicador : from the Unemployment Rate to the Employment Rate in the European Employment Strategy », dans M. Jepsen et A. Serrano Pascual (dir.), Unwrapping the European Social Model, Bristol, Policy Press, 189-213.

Salais R. (2009), « Entre el discurso y los hechos : cantidad y calidad del empleo en el debate europeo », dans R. Gutiérrez, A. M. Guillén Rodríguez et S. González Begega (dir.), Calidad del trabajo en la Unión Europea. Concepto, tensiones, dimensiones, Madrid, Thomson-Reuters.

Sen A. (2000), « Trabajo y derechos », Revista Internacional del Trabajo, 119(2).

Serrano Pascual A. (2007), « Supranational expertocracy and the policy of production of identities », M. Kuhn, The European – a new global player, Peter Lang, New-York.

Serrano Pascual A. et E. Crespo Suárez, (2002), « El discurso de la Unión Europea sobre la sociedad del conocimiento », Revista Española de Investigaciones Sociológicas, 97, 189- 207.

Supiot A. (1994), Critique du droit du travail, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1 Une première version plus simple et plus réduite des idées développées dans cet article a été présentée et défendue préalablement dans Prieto (2009), ouvrage où ont été publiés les résultats d’une recherche sur la qualité de l’emploi en Espagne, auquel ont participé comme coauteurs M. Arnal, M. Caprile et J. Potrony. Nous avons publié une autre version, assez différente et beaucoup plus réduite, dans Coutrot, Meda et Flacher (dir.) (2011).

2 Sur ce sujet, nous considérons d’une importance spéciale, de la part de l’OIT, les trois textes suivants : Mémoire du directeur général de juin 1999 sur le « travail décent » ; le document de la constitution de l’OIT en 1919 ; et, tout particulièrement, le fameux préambule, la Déclaration de Philadelphie de 1944. Nous nous appuyons également sur deux articles écrits par des experts de l’OIT et développant la position de cette institution : l’un de Egger et Sengenberger (2001) et l’autre d’Egger (2002). Pour ce qui a trait à la Commission européenne, nous nous appuyons sur les deux textes suivants : « Politiques sociales et pour l’emploi. Un cadre pour investir en qualité » (2001) ; et « Conclusions de la présidence » (conseil européen de Laeken, 2001). La plupart des verbatims cités dans cet article proviennent de ces rapports.

3 Par manque de place, nous ne pouvons pas nous étendre sur ce point qui est toutefois important dans l’argumentation de ce travail. Dans d’autres articles, nous avons argumenté l’asymétrie établie dans le projet européen entre le processus de convergence économique et sociale et la fragilité du modèle de régulation de l’emploi (la méthode ouverte de coordination). Le fait qu’il s’agit d’un projet qui donne pour acquis la conciliation entre les dimensions de promotion économique et de justice sociale est d’ailleurs le principal signe d’identité du modèle social européen (Jepsen & Serrano Pascual, 2007).

4 « Dans beaucoup de pays la précarité et le chômage sont redevenus le problème politique numéro un » (Rapport du directeur général).

5 Pour une analyse plus exhaustive de la société de la connaissance et de la nouvelle normalité qu’elle intègre, voir Serrano Pascual et Crespo Suárez (2002).

6 Une analyse des documents et des déclarations des organisations patronales et syndicales européennes sur la question corrobore cette thèse. Les deux acceptent la » qualité de l’emploi » comme une valeur qu’elles appuient, mais la conception qu’elles en ont est fort différente, voire en partie antagonique (Prieto, 2009 : chap. 4 et 5).

7 Le conseil de Nice de 2001 « souligne le caractère pluridimensionnel de l’aspect de la qualité, qui se rapporte aussi bien aux caractéristiques du poste de travail qu’au cadre plus étendu du marché du travail » (Commission européenne, 2002).

8 « Faute d’accord politique, certains indicateurs n’ont pas été définis (ceux qui correspondent à la dimension “dialogue social”) et certaines dimensions sont absentes, entre autres celle du niveau social salarial. [...] D’autre part, la définition de Laeken n’inclut pas certains aspects qui apparaîtront cependant dans des documents postérieurs. » (Davoine & Erhel, 2006, 18)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carlos Prieto Rodriguez et Amparo Serrano, « Du travail décent à la qualité de l’emploi : enjeux épistémologiques et politiques d’un changement de paradigme », La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 26 avril 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/1639 ; DOI : 10.4000/nrt.1639

Haut de page

Auteurs

Carlos Prieto Rodriguez

Professeur de sociologie à l'Université Complutense de Madrid – EGECO (Empleo, Género y Cohesión social)

Amparo Serrano

Professeur de sociologie à l'Université Complutense de Madrid – EGECO (Empleo, Género y Cohesión social)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org