Navigation – Plan du site
Varia

Travail et santé dans la sociologie industrielle de Max Weber

Labour and health in Max Weber’s Industrial Sociology
Trabajo y salud en la sociología industrial de Max Weber
Pierre Desmarez et Pierre Tripier

Résumés

En 1907, Max Weber se charge de rédiger le manuel destiné aux chercheurs impliqués dans la réalisation d’une vaste enquête sur le travail industriel. L’année suivante, il se lance dans une étude minutieuse des facteurs influençant le rendement des ouvriers d’une usine textile. Weber aborde notamment la question de la santé au travail, et, plus particulièrement de la fatigue, au prisme de l’efficience productive. Prenant en considération non seulement une série de caractéristiques des travailleurs, mais aussi les formes de coopération, de rémunération et des éléments de contexte, Weber se démarque des études sur la fatigue menées en laboratoire et fait œuvre de pionnier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Association née en 1872 pour jeter un pont entre les différents courants qui, du socialisme de la c (...)
  • 2 Cette recherche n’est pas la première étude empirique que Max Weber consacre au travail, puisque, a (...)
  • 3 Des extraits de l’introduction méthodologique et des articles sur la psychophysique viennent d’être (...)

1Peu de temps après la publication des deux parties de L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1904-1905), Max Weber collabore à la préparation de la vaste enquête que le Verein für Sozialpolitik1 souhaite mener sur le personnel ouvrier de la grande industrie2. Il rédige notamment l’introduction méthodologique destinée à servir de manuel aux chercheurs géographiquement dispersés impliqués dans la réalisation de ce programme de recherche, dans le cadre duquel Weber publie aussi les deux articles qui constituent « Zur Psychophysik der industriellen Arbeit »3. Comme le dit son épouse et biographe Marianne Weber, les études sur la psychophysique sont une sorte de contrepoint à L’éthique protestante (Weber Marianne, 2009). Dans cette dernière, Weber examine la façon dont s’étaient élaborées les mentalités nécessaires au développement du capitalisme, alors que les textes sur la psychophysique explorent la manière dont l’organisation du travail les contraint. Ces travaux reposent sur l’analyse minutieuse de la résistance à la fatigue et d’autres dimensions de la situation psychophysiologique des ouvriers de l’usine textile dont Weber examine les livres de comptes, les registres de production, ainsi que les dossiers personnels des travailleurs, à l’occasion d’un séjour dans la ville d’Oerlinghausen, en Westphalie, en 1908.

2Weber y fait notamment œuvre de précurseur sur la question du « freinage » et des relations entre forme de salaire et productivité, comme l’a remarqué Georges Friedmann, qui qualifie « Zur Psychophysik » de « mémoire pénétrant » (1946, 276). Everett Hughes (1958, 47), Burkart Lutz et Alfred Willener (1960, 12), Karl Popitz (1957) et d’autres ont présenté ces textes comme un moment fondateur de la sociologie du travail. Le fait que ces textes n’aient pas été traduits en français explique vraisemblablement qu’il n’y soit pratiquement jamais fait référence dans les ouvrages fondateurs de la spécialité en France ; leur importance est néanmoins relevée dans le cadre des débats menés autour du renouveau de la sociologie de l’entreprise, dans les années 1990 (voir, par exemple, Spurk, 1998).

3On peut cependant considérer Weber comme novateur et pionnier dans la matière. Novateur en ce que, pour rédiger sa note méthodologique, il convoque des physiologistes, en grand nombre, mais aussi des psychologues, et même le grand historien Léopold von Ranke pour alimenter sa pensée, établir sa méthode, dont l’aspect le plus technique sera l’observation des ouvriers et le relevé journalier de la production de chacun d’eux. Novateur en ce qu’il pose, dans la sociologie naissante, la première pierre d’une étude du travail qui tienne en compte à la fois de la santé et de la description de l’activité.

4Une remarque aux débuts de la Psychophysique donne le sens de sa démarche :

On reste surpris, à première vue, par les extraordinaires progrès de la recherche en anthropologie, en physiologie, en psychologie expérimentale et en psychopathologie, sans que l’on ait songé à mettre en relation leurs résultats avec la connaissance du travail productif. (Weber, 1908-1909, 61)

5Il faut ici se souvenir que dans son étude sur les ouvriers du coton, de la laine et de la soie, Villermé (1782-1863) consacre des pages à l’épuisement au travail des enfants de sept ans travaillant dans les filatures (Villermé, 1989). L’enquête d’Adolphe Blanqui (1798-1854) évoque également cette thématique :

Il suffit d’y avoir pénétré une fois [dans les filatures], pour juger de leur influence matérielle sur la santé des ouvriers. En dépit du luxe et de l’habileté qui ont présidé à leur construction, ces filatures offrent toujours, dans quelques-unes de leurs dispositions, tous les extrêmes de la fatigue humaine, des ateliers où la poussière obscurcit l’air et dessèche les poumons ; tandis que dans les ateliers voisins les ouvriers se débattent contre l’inondation, la vapeur et l’humidité. (Blanqui, 1849, 95-96).

6Dans les nombreuses recherches de Le Play (1806-1882) et des leplaysiens sur le mode de vie ouvrier (Le Play, 1877-1879), si les dépenses de santé sont mentionnées, on ne trouve affirmé aucun lien entre celles-ci et des formes particulières de travail, et rien sur les effets de l’état de santé sur le labeur et sa productivité. Seules quelques descriptions lointaines : « Les indispositions et les maladies de la famille proviennent presque toutes de la suppression brusque de la transpiration, par suite des variations fréquentes de température, etc. » (Le Play, 1994, 27) et des relevés de dépenses annuelles, tant pour les caisses de prévoyance que pour la visite du médecin. Il en va de même pour Charles Booth (1840-1916), millionnaire positiviste (Potter, 1979), admirateur de Le Play et organisateur d’une impressionnante recherche sur la Vie et travail du peuple de Londres, à la fin des années 1880 (Booth, 1993).

7Ces auteurs cherchaient avant tout à connaître la vie au travail et au sein des familles (Topalov, 1991, 2004), dans le but d’avoir une vue plus exacte de l’existence quotidienne des ouvriers et paysans que celle diffusée à leur époque par la presse, qu’ils accusent de choisir des exemples dans le but de susciter l’émotion, exemples qui n’étaient, à leurs yeux, guère représentatifs de la population décrite. Penseurs philanthropes, il voulaient aussi, par leurs descriptions du peuple des industries, indiquer aux pouvoirs publics les réformes à entreprendre pour éliminer la pauvreté la plus manifeste.

  • 4 La plupart de ces auteurs n’ont pas laissé de traces dans la mémoire, souvent faible, des sciences (...)

8Weber sait probablement que des descriptions du travail et du mode de vie ouvriers, quelquefois de leur état de fatigue et de leur santé, existent depuis longtemps. Mais, lorsqu’il rédige son introduction méthodologique et livre les résultats de sa recherche sur la filature, il s’inspire avant tout de travaux de psychologues, médecins et physiologistes. Si les auteurs allemands, notamment ceux de l’école de Wundt ou de Kraepelin (dont la revue Psychologische Arbeiten publie des textes de Bolton, Oseretzkowsky, D.E. Müller, Vogt, Weygandt, Hylan , Heumann, Ephraïm, etc.4), sont les plus mobilisés, on trouve aussi des références à Du Bois Raymond, Seashore, Broca, Richet ou encore à Trèves, auteur du « Travail, la fatigue et l’effort », paru en 1906 dans l’Année psychologique.

Fatigue et efficience productive5

  • 5 « L’efficience d’un système productif complexe est le niveau d’aptitude obtenu dans la capacité à m (...)

9Les recherches qui retiennent l’attention de Weber portent plus particulièrement sur la fatigue, thème classique des sciences du travail de l’époque et cœur de la constitution au début du xxe siècle d’une psychophysiologie du travail (Rose, 1975 ; Vatin, 1999). « Dans le contexte épistémologique de cette époque, la psychologie du travail n’est en effet pas née en rupture avec la physiologie du travail, mais comme son prolongement. Avec la prise de conscience du caractère de plus en plus mental de l’activité laborieuse, il s’agissait en somme de passer d’une physiologie du muscle au travail à une physiologie du cerveau au travail » (Vatin, 1999, 47).

  • 6 C’est à Wundt (1832-1920) que l’on doit le concept de psychophysiologie et l’invention de méthodes (...)

10L’accent mis sur la sélection et l’adaptation du personnel ouvrier dans l’Introduction méthodologique et l’introduction à la Psychophysique du travail industriel indiquent bien l’objectif : il s’agit d’étudier l’impact des qualités physiologiques et mentales des travailleurs sur le rendement industriel. Weber s’inspire des analyses de Wilhelm Wundt6 et surtout des travaux de son disciple, Emil Kraepelin (1856-1926), s’efforçant aussi de les vérifier sur d’autres terrains et avec d’autres méthodes. Cette position, qui articule la sociologie naissante à la physiologie autour de la fatigue au travail, permet une certaine convergence d’intérêts entre toutes les fonctions de l’usine, afin d’éviter des baisses de productivité et la multiplication d’accidents et incidents dus à l’épuisement (Rose, 1975).

  • 7 Le fait que Weber ne traite qu’en passant (2012, 65) de la relation entre fatigue et accident, qui (...)

11Les analyses minutieuses de la production hebdomadaire, voire quotidienne, des ouvriers et ouvrières dans laquelle va se lancer Weber sont sous-tendues par ce thème central : la productivité au travail est une des clés de l’expansion de l’économie allemande. Près de quatre-vingts ans après le début des grandes enquêtes ouvrières citées plus haut, Weber encourage les chercheurs du Verein à se lancer (et se lance personnellement) dans des recherches qui permettraient d’identifier et de surmonter, à l’échelle de l’entreprise, les obstacles à une meilleure efficience productive, la santé ouvrière étant un des éléments permettant de l’optimiser.7

12Mais ce propos central ne l’empêche pas de porter un jugement critique sur ceux qui ne voient pas que le développement du capitalisme obéit à des lois qui échappent à la raison et s’imposent comme des super-règles de l’action des capitalistes, rejoignant ainsi certains propos du Capital de Marx, notamment dans le livre III achevé par Engels. Et, dans le même mouvement, Weber conteste les affirmations de ceux qui prétendent que la plasticité humaine permet aux personnes de s’adapter sans dommage, le temps de l’habitude leur étant consentie, à l’accélération du travail ou au changement technique.

13Contre ces affirmations spéculatives, le programme de recherche du Verein entend clarifier le lien entre la détermination par la loi de valorisation du capital et les efforts musculaires et psychiques des ouvriers : il faut examiner « dans quelle mesure le développement technique, tel qu’il se produit sous la pression de l’économie des coûts dans le secteur privé, suit en même temps la direction de l’économie des forces physiologiques » (Weber, 2012, 40). Ce qui implique qu’on garde « toujours à l’esprit que l’industrie comme telle n’aspire pas à une “économie de force” mais à une “économie des coûts” et que les moyens d’atteindre celle-ci ne coïncident pas systématiquement avec l’évolution vers une rationalité physiologique » (Ibid., 42), car la valorisation du capital a sa propre logique. Et de préciser que, dans l’enquête, le problème des relations entre la psychophysiologie, les conditions et les effets du changement de travail « doit être entièrement abordé sous l’angle de la rentabilité. » (Ibid., 47)

14Son travail empirique portant sur une entreprise textile, Weber note l’importance de l’acuité visuelle des fileurs et tisseurs, son déclin provoquant une baisse de rendement ou le départ de l’entreprise. C’est toutefois, nous l’avons dit, autour de la fatigue qu’il établit une relation substantielle entre santé et travail.

Comprendre la fatigue

15En somme, les interrogations de Weber sont de bon sens : l’accroissement de la vitesse de la machine et partant de l’intensité du travail est-il allé et va-t-il encore de pair avec une économie de force au sens physiologique du terme ? L’expérience permet-elle de mieux s’adapter aux contraintes du travail ? Le rythme de travail pâtit-il du changement d’étoffe ou de technique ? Quels sont les résultats d’une posture plus volontaire ? Ces questions étant traitées avec d’autres concernant, l’âge, le sexe, la provenance ethnique ou géographique des opérateurs.

16Dans la Psychophysique du travail industriel, Weber cherche à répondre à ces questions, en continuant à discuter avec les auteurs de son temps, et, en particulier, avec Kraepelin, qui lui sert en quelque sorte de guide. Dans trois chapitres qui n’ont pas encore été traduits en français, Weber aborde les relations entre la fatigue des ouvriers, le rythme et la pratique de travail, sans oublier les bénéfices de l’expérience dans l’activité. Il le fera en ayant perpétuellement en vue son objectif premier : trouver les moyens les plus appropriés à la croissance de la productivité du travail et de l’efficience productive.

17Ici, Weber va faire encore une fois la preuve de sa capacité à penser dans plusieurs directions à la fois, en l’occurrence sur la fatigue. Sa situation ressemble à celle que Charles Myers (1873-1946) rencontrera plus tard face aux « experts » qui cherchaient à trouver dans la modification de la composition du sang la seule mesure et la seule cause de la fatigue. Les premières recherches de l’Industrial Fatigue Research Board n’auront pas de mal à invalider cet indicateur unique et à montrer la fatigue comme déterminée de façon multi dimensionnelle (Rose, 1975). Et, notamment :

[qu’il] convient en particulier de distinguer strictement entre la “fatigue objective” [objektiven Ermüdung] – c’est-à-dire celle qui résulte du métabolisme – de la “sensation subjective de fatigue” [subjektive Gefühl der Müdigkeit], dont l’origine et le développement psychiques constituent un problème (relativement complexe) pour la psychologie. [...] La sensation subjective de fatigue [...] est aussi fonction de conditions étrangères au rendement “réel”, parmi lesquelles figure notamment l’attitude psychique envers le rendement exigé, en ce compris le degré d’intérêt que l’on accorde à sa tâche. Cette fatigue psychologiquement induite peut donc fortement affecter le rendement effectif du travail [...]. (Weber, 1908-1909, 67)

18Weber en vient ensuite à examiner la façon dont l’expérience des gestes à faire permet d’atténuer la fatigue, jusqu’à un certain point. C’est ce qu’il analyse dans les chapitres sur l’entraînement et sur les interactions entre l’entraînement et la fatigue.

19Apparaissent par exemple des « routines », qui ont des effets particuliers sur le rendement :

Cette familiarité avec une certaine tâche [Art der Arbeit] se manifeste par l’acquisition d’une plus grande pratique, grâce à la disparition, chez celui qui n’était pas habitué, de la sensation de l’“inadéquation” interne de son système psychophysique au travail qu’il n’avait pas accompli, ou pas depuis longtemps. Ceci se produit au bout de quelques jours pour les travaux faciles. L’effet de ce processus d’“habituation” à la tâche est repérable quand le rendement augmente brusquement, et que cette croissance est plus rapide que celle qui serait normalement attribuable à l’entraînement. (Weber, 1908-1909, 93-94)

20Le fait de se trouver en situation de travail réelle et pas dans le cadre de l’expérimentation en laboratoire fait aussi apparaître d’autres dimensions de la fatigue, comme le goût pour une certaine tâche ou encore l’incidence qu’auraient certaines formes de paiement aux pièces sur la satisfaction de l’ouvrier :

[les expériences menées en laboratoire] ne sont en rien directement comparables aux actes du travail quotidien (par exemple en usine). Dans celui-ci, l’intérêt économique joue un rôle très puissant, souvent dominant, dans la mesure où, dans de telles circonstances, intervient la relation psychologique au travail, conditionnée par son intérêt. (Weber, 1908-1909, 92)

21Scrupule dans la mesure, neutralité axiologique, distinction entre situation de terrain et de laboratoire, retour sur la routine et influence de la morale du travail bien fait et des nécessités économiques des opérateurs : les principaux éléments d’explication de la fatigue, donc de la propension à être malade ou accidenté sont déjà présents, tout comme « l’aversion des ouvriers pour l’uniformité du travail ». Il est vrai que ces dernières relations restent en pointillé et qu’il faudra attendre les recherches anglaises pour les voir exposées clairement.

22Weber attire aussi l’attention sur le vieillissement :

Il se peut qu’on reconnaisse dans un premier temps qu’un ouvrier a atteint ou dépassé le sommet de sa capacité de rendement pour des raisons d’âge, comme on le fait en général pour l’approche du maximum d’entraînement : à une baisse de rythme du progrès de l’entraînement. Seul un examen approfondi de cas nombreux et suffisamment comparables pourrait montrer si c’est vrai. Est-ce là, en tout ou en partie, une conséquence de la différence d’âge ? (Weber, 2012, 100)

23La réponse qu’il apporte à cette question, très nuancée, repose sur une analyse très détaillée du rendement de quelques tisseurs d’âges différents.

24Toujours dans la partie empirique de la Psychophysique, Weber évoque encore d’autres éléments susceptibles d’influencer indirectement la fatigue, dont certains, relatifs aux conditions de vie, rappellent les enquêtes ouvrières du siècle précédent : la condition maritale, les dérèglements dus à l’alcool ou ce qu’il appelle « la vie sexuelle des ouvriers ». En reprenant d’autres études, allemandes ou danoises, un ordre équilibré semble être le refuge qui permet d’être moins exposé aux causes de fatigue non liées au travail lui-même. Voyons le raisonnement par quelques exemples :

  • 8 « Ceci ne s’appliquait justement pas, par exemple, aux enquêtes faites à Copenhague [...] et même l (...)
  • 9 Sur la manière dont Weber conçoit les relations entre travail et « appétit charnel » (et sur la div (...)

On sait que notamment l’aversion des ouvriers pour l’uniformité du travail, lorsque celle-ci n’apporte qu’un revenu assuré, diminue en général radicalement et de manière très compréhensible une fois qu’ils sont pères de famille. Il se peut également que la monotonie leur soit alors “psychophysiquement” plus facile à supporter, parce que l’influence de l’alcool, au moins en général, a coutume de régresser8. (Weber, 2012, 105) [Notons tout de même que] ce sont principalement les chicaneries de la police, le manque de locaux syndicaux, etc., qui amènent le personnel ouvrier à dépendre des taverniers et donc de l’alcool. (Ibid., 106, note 58)
[Enfin] attendu que nous n’avons pas non plus grand-chose de neuf à ajouter à l’immense littérature concernant l’effet, en général assez connu, de l’alcool sur la capacité de rendement [...], ni à ce qu’on a déjà souvent dit quant à l’influence des conditions de logement et de la longueur du chemin du travail, et faute d’avoir déjà exploré la vie sexuelle des ouvriers qui, à mon avis, a une réelle incidence sur le rendement du travail9 [...], nous arrêtons ici la discussion des facteurs particuliers qui influencent de manière générale la configuration des courbes de rendement. (Ibid., 106)

Conclusion

25En mettant en cause les explications trop simples, « mécaniques » comme il les nomme, trop unidimensionnelles, vérifiant la pertinence des distinctions des auteurs de son temps entre fatigue interne et externe, physique ou mentale, Weber discute pied à pied avec Kraepelin et ses disciples, cherchant à rapprocher fatigue, sommeil, alcoolisme, passion érotique, mariage, volonté et raison, pour mieux saisir les ressorts de la productivité du travail. La question du rendement n’est pas seulement liée à la fatigue, mais à la rémunération du travail, à l’implication des travailleurs ou au contexte dans lequel il agit ; la menace du chômage, par exemple, peut avoir un effet sur le travail presté.

26En outre, telle que la conçoit Weber, l’entreprise n’est pas une communauté d’intérêts : deux puissances s’y affrontent. Ce qui fait que le rendement du travailleur n’est ni le résultat direct de son degré de fatigue, ni seulement motivé par le salaire, mais renvoie à la volonté de coopération des travailleurs et aux formes de solidarité qui peuvent déboucher sur leur résistance.

27Mettant le doigt sur les arguments qui feront l’échec de la psychophysiologie de la fatigue au début du xxe siècle, Weber anticipe ce que Vatin (1999, 58-59) appelle la « sociologisation » du problème de la fatigue, qui sera élaborée plus tard par Charles Myers et Georges Friedmann.

28Max Weber apparaît ici à la fois comme un entomologiste scrupuleux et comme un penseur inscrit dans le courant patriotique et modernisateur du Verein für Sozialpolitik (Pollak, 1986), qui est doté d’une farouche croyance dans la nécessité du développement industriel allemand ; la question du rendement, donc la fatigue, est avant tout traitée dans ses relations avec la dynamique industrielle.

29Appartenant à une génération et une culture où l’évocation d’une maladie en public est malséante, Weber ne l’abordera pas dans ses œuvres majeures. Les phénomènes supra-humains dont il traite dans Économie et société, dans Le Judaïsme antique, dans les autres écrits sur la religion ou la ville sont l’illuminisme, la prophétie, mais ni l’accident ni la maladie. Le monde qu’il étudie est certes tourmenté, mais sans désordre trop personnel : il est déjà difficile de le comprendre sans faire appel à cette complication supplémentaire. Aussi est-ce seulement quand il quitte sa bibliothèque pour voir, dans un élan patriotique, comment aider au développement de la prometteuse industrie allemande, que ces quelques failles sont approchées par le biais de la fatigue et, dans une moindre mesure, de la dégradation de la santé, en particulier visuelle.

30Le paradoxe est que, malgré cela, il soit pionnier.

Haut de page

Bibliographie

Berger S. (2003), Notre première mondialisation. Leçons d’un échec oublié, Paris, Le Seuil, coll. République des Idées.

Blanqui A. (1849), Des classes ouvrières en France, pendant l’année 1848, Paris, Pagnerre.

Booth C. ([1889-1891] 1993), Life and Labour of the People in London, Londres, Macmillan.

Friedmann G. (1946), Problèmes humains du machinisme industriel, Paris, Gallimard.

Grmek M. (1997), Histoire de la pensée médicale en Occident. T. 3 : Du Romantisme à la science moderne ; T. 4 : Le xxe Siècle, Paris, Le Seuil.

Hughes E.C. (1958), « Work and the Self » (1951), dans Men and their Work, New-York, Free Press.

Lallement M. (2013), Tensions majeures. Max Weber, l’économie, l’érotisme, Paris, Gallimard.

Le Play F. ([1855] 1877-1879), Les ouvriers européens. Études sur les travaux, la vie domestique et la condition morale des populations ouvrières de l’Europe, précédée d’un exposé de la méthode d’observations, Paris, Imprimerie impériale, Tours, A. Mame et fils.

Le Play F. et al. ([1857-1877] 1994), Les Mélouga, Une famille pyrénéenne au xixe siècle, Paris, Nathan.

Lutz B. et A. Willener (1960), Niveau de mécanisation et modes de rémunération, Paris, Masson.

Nicolas S. (2003) Psychologie de W. Wundt, Paris, L’Harmattan.

Pollak M. (1986), « Un texte dans son contexte », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 65, novembre 1986, 69-75.

Potter-Webb B. ([1926] 1979), My Apprenticeship, Cambridge U.P.

Popitz H. et H.P. Bahrdt (1957), Technik und Industrie Arbeit, Tübingen, Motter und Siebeck.

Rose M. (1975), Industrial Behaviour. Theoretical Development since Taylor, Harmondsworth, Penguin.

Ruffier J. (1996), L’efficience productive. Lyon, Éditions de la MRASH.

Spurk J. (1998), Une critique de la sociologie de l’entreprise, Paris, L’Harmattan.

Topalov C. (1991), « La ville, “terre inconnue”. L’enquête de Charles Booth et le peuple de Londres (1886-1891) », dans Genèse, n° 5, 4-34.

Topalov C. (2004), « Raconter ou compter ? L’enquête de Charles Booth sur l’East End de Londres (1886-1889) », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 22, 107-132.

Vatin F. (1999), Travail, sciences et société, essais d’épistémologie et de sociologie du travail, Bruxelles, Éditions de l’université de Bruxelles.

Villermé L.-R. ([1840] 1989), Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, Paris, Études et documentation internationales.

Weber Marianne ([1926] 2009), Max Weber, a biography, traduction de H. Zohn, Londres, Transaction Publishers.

Weber Max (1908-1909), « Zur Psychophysik der industriellen Arbeit », dans Marianne Weber (Hrsg.), Gesammelte Aufsätze zur Soziologie und Sozialpolitik, Verlag von J.C.B. Mohr (Paul Siebeck), Tübingen, 1924, 61-255.

Weber Max ([1924] 2012), Sur le travail industriel, traduit de Paul-Louis van Berg, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Haut de page

Notes

1 Association née en 1872 pour jeter un pont entre les différents courants qui, du socialisme de la chaire au libéralisme, s’intéressaient à une modernisation de la société allemande, où l’on retrouve certains des grands professeurs allemands de sciences sociales comme Lujo Brentano, Heinrich Herkner, Wilhelm Roscher, Gustav Schmoller, Adolf Wagner, Alfred et Max Weber. Sous l’impulsion de Schmoller, elle s’était donnée entre autres buts celui de faire des enquêtes. Max Weber rejoint le mouvement en 1888.

2 Cette recherche n’est pas la première étude empirique que Max Weber consacre au travail, puisque, aux environs de 1890, il participe à la vaste enquête que le Verein für Sozialpolitik a lancée sur le travail agricole en Allemagne, et s’est particulièrement intéressé aux conséquences de l’évolution de l’agriculture sur le marché du travail et sur le développement du salariat et de l’immigration à l’est de l’Elbe.

3 Des extraits de l’introduction méthodologique et des articles sur la psychophysique viennent d’être traduits en français. Weber, 2012.

4 La plupart de ces auteurs n’ont pas laissé de traces dans la mémoire, souvent faible, des sciences de la nature (Grmek, 1997).

5 « L’efficience d’un système productif complexe est le niveau d’aptitude obtenu dans la capacité à mobiliser les ressources humaines et non humaines pour produire des objets ou services dans des formes et des coûts requis par la demande. » (Ruffier, 1996, 2). Ce terme se différencie de l’efficacité productive en ce qu’il met, certes, comme ce dernier, l’accent sur la relation entre capacité de principe d’une machine ou d’un système technique et sa capacité réelle, mais l’articule à la question qui préoccupe Weber, celle de la productivité et des coûts productifs, qu’il pense, comme dans la France d’aujourd’hui, dans une concurrence internationale.

6 C’est à Wundt (1832-1920) que l’on doit le concept de psychophysiologie et l’invention de méthodes pour la caractériser et la mesurer ; il est aussi le créateur du premier laboratoire de psychologie expérimentale près de Leipzig, où séjournèrent les anthropologues Malinowski, Boas et Sapir, le sociologue Durkheim et le philosophe G.H. Mead. L’œuvre de Wundt est considérable (plus de vingt titres) ; son ouvrage le plus cité est Contributions à la théorie de la perception sensorielle (Beiträge zur Theorie der Sinneswahrnehmug) (1862) (voir Nicolas, 2003).

7 Le fait que Weber ne traite qu’en passant (2012, 65) de la relation entre fatigue et accident, qui deviendra une des thématiques importantes de l’Industrial Fatigue Research Board fondé en 1918 par Myers (Rose, 1975), confirme qu’il soit avant tout préoccupé par l’efficience productive et la place de l’industrie allemande dans la première mondialisation (Berger, 2003).

8 « Ceci ne s’appliquait justement pas, par exemple, aux enquêtes faites à Copenhague [...] et même les maladies de l’estomac et de l’intestin étaient plutôt mieux représentées chez les gens mariés, effet de l’incompétence culinaire des femmes d’ouvrier ! »

9 Sur la manière dont Weber conçoit les relations entre travail et « appétit charnel » (et sur la division du travail intellectuel entre Marianne et Max autour de la question des relations entre les femmes et les hommes), voir Lallement (2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Desmarez et Pierre Tripier, « Travail et santé dans la sociologie industrielle de Max Weber », La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 04 mai 2014, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/1678 ; DOI : 10.4000/nrt.1678

Haut de page

Auteurs

Pierre Desmarez

Professeur à l’université libre de Bruxelles

Pierre Tripier

Ancien professeur à l’université de Versailles-Saint Quentin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org