Navigation – Plan du site
Recensions

Paloma Candela et Josefina Piñón, Vida, trabajo y relaciones de género en la metrópolis global. Un estudio de caso en Las Rozas de Madrid, Éditions Catarata, 2013, 160 p.

Paloma Moré
Référence(s) :

Paloma Candela et Josefina Piñón, Vida, trabajo y relaciones de género en la metrópolis global. Un estudio de caso en Las Rozas de Madrid, Éditions Catarata, 2013, 160 p.

Texte intégral

1Écrit par deux sociologues du travail issues de l’université Complutense de Madrid, ce livre s’intéresse à la ville de Las Rozas, dans la banlieue riche madrilène. La ville sert de terrain d’enquête aux auteures pour analyser les effets des grandes transformations économiques et sociales du travail de l’époque contemporaine sur les conditions de vie et de travail de la population urbaine. Dans cet ancien bourg des alentours de Madrid, qui a été complètement renouvelé par l’économie de services, les auteures repèrent des traits du concept de la « ville globale » de Sassen et explorent les contradictions qui s’opèrent dans les relations vie privée-travail des habitants d’une ville qui, aujourd’hui, est devenue l’habitat préféré des classes moyennes aisées, grâce à sa concentration de centres commerciaux et d’entreprises de services avancés. Fondé sur une enquête qualitative, l’objectif de l’ouvrage est de montrer les répercussions sur les conditions de vie d’une population nouvellement urbanisée, de processus socioéconomiques tels que la fragmentation et la délocalisation internationale de la production, associée à la tertiarisation de l’économie. L’intérêt de cette contribution réside principalement dans l’effort qu’ont fait les auteures pour connecter l’espace social des stratégies personnelles dans les relations vie privée-travail aux processus macrosociaux comme la tertiarisation de l’économie, les migrations internationales ou la concentration de population dans le milieu urbain.

2La perspective théorique qui inspire cette recherche est l’étude de toutes les formes de travail qui font partie de la reproduction sociale, c’est-à-dire la chaîne complète des processus de production et de reproduction. Cette approche implique de prendre en considération non seulement le temps consacré au travail rémunéré, mais aussi tous les travaux de reproduction sociale et du « care », travaux moins visibles et qui sont organisés et réalisés principalement par des femmes. En allant au-delà des limites de l’analyse du travail formel, la perspective d’étudier dans un même cadre le travail productif et reproductif permet d’expliciter les différents usages du temps de travail – formel, productif et visible, ainsi qu’informel, reproductif et invisible –, en fonction des positions de genre, classe et ethnie des sujets. De cette façon, les auteures tentent de mieux comprendre les stratégies personnelles et familiales des hommes et des femmes sous des circonstances concrètes. Dans ce cadre, les asymétries et inégalités vont apparaître d’une façon explicite même dans les groupes qu’on aurait pu considérer comme homogènes.

3Las Rozas de Madrid est une ville de plus de 80 000 habitants qui a vécu une énorme croissance dans les trente dernières années. Accueillant des entreprises haut de gamme, nationales et internationales, qui opèrent fondamentalement dans le secteur des services – informatique, banque, communications, assurances, etc. –, cette ville a attiré l’attention des jeunes hautement qualifiés, qui occupent des postes bien rémunérés du secteur des services, pour le choix de leur lieu de résidence. Caractérisée aussi par la concentration de logement de haut standing, d’espaces verts et d’infrastructures de qualité, ainsi qu’une vaste offre de services commerciaux et de loisirs de luxe, cette ville est le paradigme du confort pour les jeunes couples de cadres. Ceux-ci occupent des postes de haute qualification bien rémunérés dans des entreprises de services avancés et désirent s’éloigner de la ville de Madrid, cherchant un style de vie en accord avec un statut social élevé. Ces caractéristiques ont fait de cette ville une scène propice pour explorer les conséquences concrètes de l’économie globale capitaliste pour ceux qui a priori ont un niveau de vie élevé. À ce propos, la recherche qualitative, fondée sur des entretiens et de l’observation, qu’ont menée Candela et Piñón, s’intéresse à toute une trame complexe de travaux de service plus ou moins avancés, protégés et rémunérés, qui soutiennent les conditions de vie des travailleurs les plus privilégiés de cette nouvelle économie globalalisée.

4Un chapitre est consacré à l’analyse des formes de gestion dans les entreprises des services avancés de Las Rozas. À travers ces lignes, on découvre que même dans ce milieu très privilégié, les modes de gestion, par exemple la sous-traitance, permettent de créer des salariés de première et de seconde catégorie qui vont partager projets, clients et lieux de travail, mais sous des conditions de travail et des degrés de protection inégaux. De cette façon les salariés expulsés de l’entreprise donneuse d’ordres sont le miroir inquiétant dans lequel les plus privilégiés se regardent quand il s’agit, par exemple, de se plier ou non aux contraintes de temps et de disponibilité imposées par l’employeur. La raison en est que, dans le portrait réalisé par les auteures, ce monde du travail privilégié est encore gouverné par des règles de gestion du temps fondées sur l’idée d’un salarié sans charges familiales et complètement disponible pour l’entreprise. Évidemment, cela implique de pénaliser davantage les femmes dans leurs carrières, car elles sont écartées des parcours à succès une fois qu’elles entrent dans la cohorte des préposées à la reproduction familiale.

5Cette persistance des inégalités de genre dans le monde du travail est en lien avec la problématique du chapitre suivant : les asymétries dans la consécration du temps de travail informel et reproductif des hommes et des femmes dans la vie privée. Les auteures signalent que, même dans les entreprises ayant été reconnues par la mairie en vue de mener une politique sensible au genre, ces politiques sont toujours fondées sur l’idée que ce sont les femmes qui doivent ajuster leur temps de travail pour pouvoir faire face aux exigences de la vie familiale, mais tout en respectant d’abord les besoins de l’entreprise. Les exemples tirés de couples de jeunes salariés ayant des enfants en bas âge, montrent que tandis que le temps des femmes se transforme en la variable dépendante pour concilier la vie familiale et l’emploi, les hommes continuent à se consacrer davantage au travail productif comme centre de leur activité. Entre temps, ces femmes cadres construisent leur agenda entre deux mondes – le travail rémunéré et la famille – portant le poids matériel et subjectif de l’organisation du quotidien aux dépens de leur progression professionnelle, ainsi que de leur temps de loisir et de repos.

6Dans le dernier chapitre, les auteures analysent la figure qui boucle cette chaîne de la précarité qui va du centre à la périphérie : les employées de maison et nourrices immigrées qui travaillent pour les classes moyennes aisées précédemment décrites. L’embauche d’une employée à domicile est la stratégie la plus répandue pour alléger la surcharge de travail des femmes cadres. Dans cette organisation du travail, les modèles hégémoniques de genre sont à peine questionnés et les tensions du couple sont en grande partie apaisées par l’apparition d’une femme immigrée qui les « dépanne », pour un salaire plus ou moins maigre et souvent non déclaré. Les auteures s’appuient sur le concept de « chaînes mondiales de soins » de Hochschild pour montrer non seulement comment l’organisation sociale du « care » s’appuie sur des asymétries d’ordre transnational, mais aussi pour rendre visible les situations de travail et les conditions de vie de ces salariées. Des trajectoires d’instabilité ainsi que de précarité de travail et de vie, marquées par la rupture avec la situation préalable à la migration, ainsi que par la ségrégation sur le marché du travail espagnol, sont très fréquentes. En outre, les auteures font apparaître quelques exemples de parcours de succès parmi les employées domestiques, rendus possible par le sacrifice et l’auto-exploitation de ces femmes qui sont, pour la plupart d’entre elles, chefs de famille et pionnières des chaînes migratoires.

7Ainsi, cet ouvrage nous offre une vision complexe, territorialement située mais généralisable, des effets des processus socioéconomiques liés au développement des économies de services en milieux urbains sur les conditions de vie et de travail des salariés qualifiés ou non. Des relations sociales marquées par les différences de genre, classe et ethnies qui s’entrecroisent, donnent lieu à des réseaux d’interdépendance où la frontière entre travail productif et reproductif devient contestable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paloma Moré, « Paloma Candela et Josefina Piñón, Vida, trabajo y relaciones de género en la metrópolis global. Un estudio de caso en Las Rozas de Madrid, Éditions Catarata, 2013, 160 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://nrt.revues.org/1742

Haut de page

Auteur

Paloma Moré

Doctorante en sociologie à l’université Complutense de Madrid

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org