Navigation – Plan du site
Recensions

Noëlle Burgi (dir.), La grande régression. La Grèce et l’avenir de l’Europe, Lormont, Le Bord de l’eau, 2014

Jean-Luc Metzger
Référence(s) :

Burgi Noëlle (dir.), La grande régression. La Grèce et l’avenir de l’Europe, Lormont, Le Bord de l’eau, 2014

Texte intégral

1Hormis quelques informations spectaculaires fournies par la presse, que savons-nous de la Grèce contemporaine, et tout particulièrement des évolutions récentes que connaît la population de ce pays, ses conditions de travail, ses conditions de vie ? Quelques requêtes simples sur les plateformes Cairn.info et Revues.org (pour la période 1995-2014) indiquent que moins d’une dizaine de documents en français traitent plus ou moins directement de ces sujets – et parmi ces documents, figurent plusieurs rapports de l’OCDE qui se centrent sur les moyens d’accroître la productivité du travail et de faciliter « l’accès à l’emploi ». En somme, quand il ne s’agit ni de son antiquité ni de ses îles, ce pays n’intéresse que très marginalement le champ académique francophone.

2C’est dire toute l’importance de La grande régression. La Grèce et l’avenir de l’Europe, livre collectif de 260 pages, que vient de publier Noëlle Burgi. En collaboration avec neuf intellectuels grecs (historiens, journalistes, juristes, politologues, psychologues, sociologues), l’auteur nous propose un ensemble d’éclairages pour analyser les situations que vivent quotidiennement les Grecs. Si ce livre mérite toute notre attention, c’est aussi parce qu’au-delà du « cas grec », les situations analysées constituent autant d’expérimentations que les institutions européennes et les gouvernements d’autres pays d’Europe observent avec grande attention : et ce, non pour veiller à l’amélioration générale des conditions de revenus et de santé, mais pour identifier les « best practices » en matière de destruction de l’État social. Dès lors, en effet, que le dogme consiste à « baisser le coût du travail », tout doit être tenté pour rapprocher les conditions de précarité et de fragilité d’une partie de la population européenne de celles de nombreux peuples d’Asie du Sud.

3Dans ce sens, par une introduction de trente-sept pages, Noëlle Burgi esquisse un cadre d’interprétation des changements à l’œuvre. Elle insiste sur le caractère particulièrement brutal des mesures prises entre 2008 et 2013 par les élites politico-économiques à l’encontre du peuple grec : le PIB s’est contracté de 25,6 %, le taux de chômage a presque triplé (atteignant 28 % en juillet 2013), le montant des salaires et des pensions de retraite a été réduit de façon dramatique (40 %), 36 % de la population survit sous le seuil de pauvreté, etc. Pour justifier leurs politiques d’austérité (Mémorandums successifs), les dirigeants ont mis en avant l’importance de la dette publique que la « crise » économique mondiale a aggravée. Mais pour l’auteur, la crise n’a été qu’une occasion, un prétexte pour passer à une nouvelle phase du projet, maintenant ancien, de faire de l’Europe le modèle d’application des préceptes de l’ordolibéralisme, source d’inspiration du néolibéralisme actuel.

4Plus précisément, le projet présente deux facettes : l’objectif économique et la manière de l’imposer. Citant les propres documents des institutions financières internationales, Noëlle Burgi pointe que la véritable signification des mesures d’austérité imposées à la population grecque est la volonté de « tester une hypothèse à laquelle réfléchissaient l’OCDE et le FMI depuis au moins 2004-2005 : celle d’une “association positive entre, d’une part, un chômage élevé et une situation de crise économique et, d’autre part, la propension à mettre en place des réformes structurelles” dans les pays démocratiques avancés » (p. 23-24). En d’autres termes, il s’agit d’expérimenter en grandeur réelle une configuration limite et ainsi « mesurer » le seuil de pauvreté absolue, ainsi que son degré de soutenabilité. Voilà pour l’objectif économique.

5Quant à la méthode, c’est celle de « la gouvernance autoritaire transnationale », qui donne son vrai visage aux doctrines économiques : il s’agit d’instaurer un « libéralisme disciplinaire », pour imposer un contrôle continu et a priori des finances publiques, d’assujettir les populations au respect de normes comptables (pacte de stabilité). Maîtrisant les rouages de cette mécanique autoritaire, les dirigeants allemands permettent à leurs plus riches ressortissants et notamment à ceux qui contrôlent l’industrie bancaire de s’enrichir au détriment du reste de l’Europe. L’auteur pointe les nouvelles règles du contrôle budgétaire, leur caractère automatique, les formes coercitives, pour ainsi dire punitives, qui caractérisent le fonctionnement de l’Union européenne, la vidant progressivement de tout contenu démocratique. « La Grèce devint ainsi le premier pays démocratique d’Europe occidentale à se voir imposer un plan d’“ajustement structurel”. […] En l’espace de trois ans, tout le système de protection sociale au sens large (qui inclut le droit du travail, les entreprises et les services publics) fut, en Grèce, méthodiquement déconstruit, pour ne pas dire liquidé » (p. 39-40). Aux manettes d’un nouvel empire, les ministres des Finances et les directeurs des banques centrales agissent à la manière de colonisateurs imposant le recours à des politiques de moins-disant fiscal et social.

6C’est pour comprendre les raisons qui ont conduit les nouveaux maîtres à s’en prendre « à la société sans doute la plus fragile d’Europe » et pour saisir jusque dans ses moindres aspects les effets des politiques d’austérité, que les contributeurs à cet ouvrage abordent successivement : l’évolution historique de l’État grec aboutissant à une « démocratie fragile » (première partie) ; la « liquidation des droits sociaux fondamentaux » (deuxième partie) ; et les effets de ce mélange explosif sur les conditions de vie des Grecs (troisième partie). Sans chercher à rendre compte de toutes les facettes de cette riche entreprise, plusieurs chapitres nous semblent particulièrement emblématiques.

7Ainsi, dans « État et société. Élites politiques et économiques du xixe au xxie siècle », Polymeris Voglis et Kostis Karpozilos reconstituent, de façon claire et concise, les différentes étapes qui ont conduit cet ancien fragment de l’Empire ottoman à devenir un État démocratique moderne fragile, après avoir connu plusieurs dictatures et la domination de puissances étrangères toujours influentes. Il en est résulté, en particulier, un processus d’autonomisation, toujours actif, qui a permis aux « élites politiques de considérer l’appareil d’État comme le domaine par excellence de la reproduction et de la consolidation de leur puissance » (p. 56). Les auteurs décrivent avec minutie les phases par lesquelles l’enrichissement des élites politiques s’est nourri du développement économique – aussi bien lors des vagues de nationalisation que de privatisation –, entraînant le pays dans une dynamique d’endettement récurrent où la corruption joue un rôle structurant.

8Beaucoup d’espoirs ont pu naître des succès électoraux de Syriza (dont le nom signifie Coalition de la gauche radicale, et qui est devenu le premier parti politique de gauche en Grèce lors des élections législatives de 2012) et de la figure de son leader Alexis Tsipras. Pour en apprécier les apports et les limites, Kostis Karpozilos, dans « La gauche grecque. À la recherche d’un programme de gouvernement », nous livre une présentation détaillée de la genèse des différents partis de gauche, de leurs inimitiés et luttes intestines, si propices à l’émiettement des forces progressistes. L’auteur insiste sur l’importance des questions laissées ouvertes, notamment sur la capacité de Syriza à « proposer un projet convaincant de sortie de crise qui puisse inverser le tournant conservateur et le désastre économique de la société grecque » (p. 102). En contrepoint, Dimitri Psarras, dans « L’aube noire de la démocratie grecque », étudie les évolutions successives de l’extrême droite et ses ramifications au sein de l’appareil d’État, rappelant que les catastrophes engendrées par la dictature des colonels sont loin d’avoir éradiqué la menace d’un régime autoritaire. La mise en œuvre des mesures d’austérité des années 2008-2013, en dégradant les conditions de vie de la plupart des Grecs et en annihilant leurs perspectives d’avenir, a rendu de nombreux citoyens réceptifs aux thèses xénophobes et anti-immigrées, relayées sans recul par la plupart des médias.

9Pour apprécier jusqu’à quel point un gouvernement au fonctionnement despotique serait imaginable aujourd’hui en Grèce, on se reportera aux chapitres de la deuxième partie, présentant certains aspects de la « liquidation des droits sociaux fondamentaux ». Ainsi, dans « Médias et propagande. Un pays “partiellement libre” ? Ou pas du tout ? », Corina Vassilopoulou s’appuie sur la décision brutale prise par le gouvernement de fermer les chaînes de radiotélévision publiques – mesure que même la dictature des colonels n’avait pas prise – pour rappeler que cette décision n’est pas isolée, mais constitue une étape supplémentaire dans le processus d’instrumentalisation des médias au service du recul démocratique. En effet, il faut savoir que, selon plusieurs classements internationaux réalisés en 2013 par Reporters sans frontière et par l’institut américain Freedom House, la Grèce figure dorénavant parmi les pays « partiellement libres », comme le Mali, le Malawi ou Israël. Pour justifier ce déclassement, les évaluateurs mettent en avant « le chômage et la précarité régnant dans le domaine médiatique grec et des cas de censure ou de persécutions de journalistes » (p. 133). Ces éléments prennent tout leur sens quand on les replace dans la perspective de l’histoire récente, notamment la libéralisation du secteur des médias qui, depuis 1989, et sous l’influence de la « dictature des mesures d’audience » a essentiellement bénéficié à des contenus sans consistance et a renforcé la concentration des entreprises, progressivement incorporées à des groupes industriels, eux-mêmes proches des élites politiques. « Ce phénomène oligarchique explique pour beaucoup l’homogénéité du message des grands médias. Dans l’ensemble, ils soutiennent les politiques du gouvernement et de la Troïka » (p. 136). L’auteur documente son propos en citant plusieurs cas de censure et de maltraitance des journalistes, profession dont la précarité de l’emploi s’est récemment accrue.

10Au chapitre cinq, intitulé « Le travail, la crise et les mémorandums », Apostolos Kapsalis et Yannis Kouzis analysent les « dispositifs imposés à la société grecque depuis 2010 » et étudient leurs effets sur les travailleurs. Si ces dispositifs n’ont rien d’original, ce qui caractérise la période récente, c’est la brutalité avec laquelle ils sont imposés aux individus et le mépris qui sous-tend leur mise en œuvre. Pour parvenir à leur fin, les élites politiques de Grèce, de l’Union européenne et du FMI ont procédé par la « concentration dans un laps de temps très court de mesures aux contenus dévastateurs pour le monde du travail dans son ensemble, et leur introduction en violation flagrante des principes constitutionnels et du droit international » (p. 158). Les auteurs examinent tout particulièrement la destruction du système des relations professionnelles et l’édifice de la négociation collective qui venait juste de se mettre en place. Cette destruction systématique a été le fruit de la mise en œuvre des mémorandums qui se sont succédé de 2010 à 2013. Le premier a inversé la hiérarchie des normes régissant le droit du travail : dorénavant, prime la négociation d’entreprise et l’individualisation des relations salariales. Avec le second mémorandum, le salaire minimum, que le gouvernement peut dorénavant fixer à la baisse, est devenu un « plafond salarial universel » (p. 165). Parmi d’innombrables mesures défavorables aux salariés, citons, en vrac, la délégitimation du travail et du statut d’emploi des fonctionnaires, la baisse significative de leur niveau de revenu, la flexibilisation du temps de travail (en réduisant de façon drastique le montant des heures supplémentaires) et la précarisation de l’emploi, le licenciement des syndicalistes, la qualification de nombreuses grèves comme illégales, etc.

11La troisième partie donne à voir certaines conséquences des politiques d’austérité sur le système de santé, la montée des formes d’addiction et la pratique psychiatrique. Noëlle Burgi, dans « démantèlement de la santé, destruction de la société », rappelle que « la Grèce s’est vue imposer un plafond arbitraire et anormalement bas de dépenses de santé, fixé à 6 % du PIB par le premier mémorandum », ce qui placerait ce pays au niveau du Burkina Faso. Fermetures d’hôpitaux, fusion de cliniques, regroupements de laboratoires d’analyse des hôpitaux publics, mobilité forcée des personnels de santé, surveillance des « performances » hospitalières, etc. la liste est longue des mesures prises pour restructurer le secteur de la santé à la manière d’une industrie, d’une chaîne de production. L’auteur compare d’ailleurs ces mesures de rationalisation gestionnaires avec celles prises au Portugal, en Irlande, en Espagne, pour pointer la convergence des évolutions imposées par les élites politiques aux sociétés européennes.

12Les restrictions de l’accès au soin qui découlent de telles politiques concernent, de façon dramatique, deux millions de personnes privées d’assurance maladie. Cette exclusion se manifeste au moment même où les besoins de prise en charge augmentent : les mesures d’austérité provoquent en effet un accroissement du nombre de personnes affaiblies, dépressives, adoptant des comportements à risque ou encore atteintes des maladies les plus graves (« le nombre de toxicomanes séropositifs a beaucoup augmenté. […] La fréquence des hépatites, en particulier de type C, est également en hausse », p. 220). Il en résulte un double mouvement, comme le montrent le docteur Katerina Matsa à propos des pratiques addictives en temps de crise (chapitre 8) et Kostas Bairaktaris à propos de la réforme psychiatrique (chapitre 9). D’un côté, des personnes marginalisées – parmi elles beaucoup de jeunes au chômage et de personnes âgées aux pensions de retraites dérisoires – se voient reléguées au rang de menace pour la société et sont souvent internées d’office. Cette « médicalisation illimitée » apparaît comme l’un des volets répressifs indispensable au néolibéralisme triomphant. D’un autre côté, tout un pan des sciences sociales, la psychologie et la psychiatrie en particulier, est instrumentalisé pour « psychiatriser – avec la franche complicité des groupes pharmaceutiques – les problèmes sociaux, les répercutions négatives de la crise, la souffrance humaine. […] Elles entendent changer l’individu, non le cadre sociopolitique » (p. 243).

13L’une des forces de cet ouvrage est ainsi de mobiliser les regards historiques, sociologiques, politiques (chaque chapitre fournit un grand nombre de références récentes bien utiles en grec, en anglais et plus rarement en français) pour reconstituer la cohérence de ce qui constitue une grande régression du point de vue de l’émancipation des peuples, mais qui peut être interprété, du point de vue de l’exercice des rapports de domination, comme une étape supplémentaire dans la conformation des sociétés européennes aux visées néolibérales des dirigeants. En effet, l’ensemble des arguments défendus montre que, sur un terreau démocratique fragile, où une oligarchie politico-économique puise sa puissance dans l’appareil d’État en favorisant un endettement récurrent, des interventions étrangères cyniques et intéressées trouvent une légitimité facile. D’autant que les partis de gauche sont fragmentés et sans projet alternatif solide, que le secteur médiatique est transformé en organe d’accompagnement du changement et que le peuple affaibli est incité à s’engager dans une guerre de tous contre tous, au nom d’une compétition exacerbée où des doctrines xénophobes peuvent apparaître comme le dernier rempart contre la perte de soi et la destruction.

14De façon complémentaire, cet ouvrage collectif fournit un modèle très général d’analyse pour interpréter les transformations du travail en cours dans les différents pays de l’Union européenne : il nous rappelle l’importance des démarches généalogiques et comparatives pour rendre compte de décisions apparemment prises dans l’urgence au prétexte de résoudre une « crise ». On ne peut donc qu’en conseiller la lecture et souhaiter que des publications équivalentes soient consacrées au Portugal, à l’Irlande, à l’Espagne, mais également au Royaume-Uni, pour ne citer que quelques exemples d’États où la volonté d’assujettir s’exerce avec une violence particulièrement visible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Noëlle Burgi (dir.), La grande régression. La Grèce et l’avenir de l’Europe, Lormont, Le Bord de l’eau, 2014 », La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 30 avril 2014, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://nrt.revues.org/1744

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Metzger

Sociologue, chercheur associé au centre Pierre Naville et au CNAM- LISE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org