Navigation – Plan du site
Recensions

Sylvain Maresca et Michaël Meyer, Précis de photographie à l’usage des sociologues, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 109 p.

François Cardi
Référence(s) :

Maresca Sylvain et Meyer Michaël, Précis de photographie à l’usage des sociologues, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 109 p.

Texte intégral

1« À mesure que les images deviennent une partie intégrante et essentielle de la culture des jeunes générations, dans une société elle-même envahie par les images, l’impératif se fait sentir d’incorporer concrètement les images à la palette des méthodes d’investigation de la sociologie »

2C’est ainsi que ce « manuel » présente son but, visant un public d’étudiants et de chercheurs tentés par l’élargissement des méthodes d’enquête traditionnelles de la sociologie, dans un contexte dominé en France par l’écrit, très en retard par rapport aux pratiques anglo-saxonnes.  

3Dans le premier chapitre, les auteurs brossent un tableau de l’utilisation de la photographie dans les publications sociologiques. Il est tout à fait édifiant : c’est essentiellement aux États-Unis qu’on a assisté à l’utilisation de la photographie par des auteurs (sociologues ou ethnologues) de renom : Franz Boas (en 1894, date de la fondation de l’Année sociologique par Durkheim en France !), Bronislaw Malinowski, Gregory Bateson et Margaret Mead, Erving Goffman, Douglas Harper, Nels Anderson, F.M. Thrasher et bien sûr Howard Becker. En France, ils citent les noms de Maurice Halbwachs, Alain Touraine et Paul-Henri Chombart de Lawe. Il existe également des guides de la photographie en sciences sociales, aux USA plus qu’en Europe et en France en particulier. Cet ensemble fait apparaître une distinction entre l’image comme produit social et l’image du social avec pertinence sociologique, puis une autre distinction entre recherche sur les images, recherche avec les images et recherche en images, distinction qui permet de spécifier les différents usages possibles de la photographie ainsi que les postures qui leur correspondent pour le sociologue. Elle permet également d’apercevoir la largeur du champ des réflexions et des pratiques ouvert par la photographie.

4Le deuxième chapitre, qui occupe environ la moitié de l’ouvrage, recense les usages possibles des photographies dans les enquêtes de sociologie, en indiquant dans des encadrés, des exercices pratiques à réaliser pour la formation à ces usages. Pour les auteurs, ces derniers doivent se définir en lien avec l’activité centrale qu’est l’observation : « l’usage sociologique de la photographie n’est qu’une pratique parmi toutes celles qui existent déjà » (p. 29).

  • 1 Datchary Caroline (dir.), 2013, Petit précis de méthodologie. Le sens du détail dans les sciences s (...)

5Le premier des problèmes à résoudre est celui des modalités d’existence de cette pratique : il faut négocier la photographie et la position du sociologue/photographe par rapport au terrain. Ouvre-boîte, outil de familiarisation progressive, de pénétration d’un milieu ou source de reconnaissance mutuelle ? Il est nécessaire d’avoir à l’esprit le « paradoxe de l’observateur » qui veut que « le réel de l’enquête est d’abord celui qu’elle produit », et qui rend nécessaire l’analyse du contexte dans lequel les prises de vue ont été réalisées. Un premier exercice pratique est proposé, qui vise à maîtriser la distance photographique et la distance sociale par rapport aux scènes et aux personnes. Le deuxième problème est celui de la systématisation et de la densification des observations. Il s’agit d’« enregistrer une trace de tous les éléments qui se sont trouvés dans le champ de prise de vue ». La difficulté est celle de la complexité ethnographique, par trop d’encombrement de l’image : petits gestes secondaires, implication différentielle des participants, intrusion d’acteurs périphériques, etc. Dans ce domaine, les sciences humaines ne sont pas dépourvues de moyens, avec les analyses systématiques de l’occupation de l’espace et celles des relations interpersonnelles. Sans parler des travaux sur les détails1, qui peuvent se révéler très utiles dans ce cadre. L’exercice proposé  est celui de l’exigence de la description ethnographique : apprendre à regarder une photo. L’« observation en plusieurs temps », troisième indication problématique, recommande de saisir les paysages sociaux dans le temps (« re-photographie historique » pour comparer un même paysage social à des moments différents) et dans l’espace (la photographie aérienne comme méthode efficiente de prise de distance visuelle concrète).

6Autre usage, l’implication des informateurs, là où la photographie de terrain est utilisée comme support particulier pour l’entretien : elle génère des relances et des compléments que de la méthode classique ne permet pas forcément. Mais quelles photos montrer ? Et à qui ? Peut-on, en outre, utiliser d’autres sources d’images, mélanger aire publique et aire privée ? Autant de questions fort pertinentes concernant les stratégies de la méthodologie visuelle. Autres questions dans le même champ d’usage méthodologique : peut-on faire réaliser des photographies ou des films par les personnes étudiées ? Et les organiser selon leurs directives ? Sur ces points, les auteurs apportent des problématiques et des éléments de réflexion du plus grand intérêt. Dans un ordre tout différent, ils évoquent, sous le terme de « photographie réflexive » la pratique du journal visuel de terrain, qui possède les vertus du journal de l’ethnologue dans ses observations journalières. Cette batterie de conseils ou de problèmes évoqués se termine par la désignation d’une attitude première de la recherche (et qui peut, paradoxalement, paraître contradictoire avec tout ce qui précède) : laissons le réel nous surprendre, laissons les images abaisser la résistance que nous leur opposons spontanément au nom de nos a priori.

7Ce deuxième chapitre de conseils se termine en soulignant l’importance des éléments techniques de la photographie : flou, mise au point, profondeur de champ, sur et sous-exposition, usage d’un flash, d’un trépied, photographie en séquences, etc. Il manque pourtant, sur ces points, une réflexion concernant les sens induits par ces éléments techniques. La conservation et l’archivage des photographies sont également abordés. L’exercice proposé est celui du portrait de l’absent (photographie des objets familiers d’une personne) puis celui de la photographie d’un processus avec élaboration d’un scénario de prise de vues, pour lequel se pose la question du travail avec un photographe professionnel, armé de compétences spécifiques dans ce domaine.

8Le troisième chapitre, après cette longue partie d’ordre pratique, fait retour sur l’histoire et certaines questions épistémologiques. L’histoire des rapports de la photographie aux « indigènes » fait aujourd’hui apparaître le droit de regard qu’ils ont sur cette production et le caractère conventionnel et arbitraire du regard occidental, où la photographie joue un rôle de « miroir réfléchissant ». Aussi faut-il approfondir les contraintes et les règles afférentes à l’utilisation de photographies réalisées en cours d’enquête. Il y va de l’« éthique visuelle » : droit à photographier, acceptation par le « terrain », droit de regard des enquêtés sur la diffusion des images, anonymisation des photographies, etc. « Renoncer à la photographie peut être la meilleure solution pour garantir le respect des enquêtés et la poursuite de la recherche », même si les étudiants peuvent être attirés par les photos et le film plutôt que par la rédaction d’un mémoire écrit.

9Le dernier chapitre traite de la publication et de la restitution des images. Déjà évoquées, ces questions se concentrent ici sur celle du support et de la forme de la restitution. La réflexion commence par un constat : dans les sciences sociales, le texte domine. D’où une interrogation sur le statut de l’image dans le rapport d’enquête ou de recherche : dans le texte ? Dans un cahier placé hors du texte ? Au début ou en fin d’ouvrage ? Le numérique offre vraisemblablement des possibilités nouvelles. De toute manière, les photographies doivent donc être retravaillées dans leur forme (recadrage, retouche), dans leur agencement (images isolées, séries) et leur rapport au texte. De ce dernier point de vue, la question semble tranchée, en partie en contradiction avec d’autres affirmations précédentes : il faut publier des textes savants avec peu ou pas d’images, ce qui réduit la photographie à peu de chose ou à une position d’auxiliaire. Restent heureusement les blogs, les sites Internet et les possibilités de détournement de médias sociaux.

10La conclusion se présente comme une interrogation synthétique sur l’utilisation des photographies par la sociologie. Après un rappel condensé des rôles différents (et nombreux) qu’elle peut jouer, les auteurs semblent pencher pour trois utilisations possibles : restituer les résultats d’une enquête dans le contexte académique, donner à voir l’expérience vécue par le chercheur sur le terrain, visualiser les résultats des recherches. Mais un principe reste intangible : restituer les résultats d’une enquête entièrement en images paraît peu adapté aux conventions en cours.

11L’ampleur et la nouveauté (pour la France) des questions soulevées sont ici indéniables. Les références bibliographiques, riches et puisant dans la littérature où ces questions sont traitées depuis longtemps, rendront les plus grands services. La préoccupation constante de « mettre en pédagogie » la réflexion méthodologique par la suggestion d’exercices pertinents est d’une utilité manifeste.

12Mais comme dans tout manuel, il manque dans celui-ci quelques références. Ici, les ouvrages courants de photographies proprement dits sont absents : la collection Photopoche, par exemple, comprend de nombreux volumes plus qu’utiles à la sociologie visuelle. Par ailleurs, certaines questions ne sont pas abordées : quid par exemple des aspects plastiques (composition, répartition des lignes, masses, plans, tous chargés de sens) de la forme photographique ? Comment « lire » une photographie sans aborder ces éléments qui ne cessent de guider la lecture et donner du sens ? Et quid des différences de pratique et de sens entre l’argentique et le numérique ? Comment passer des observations des détails des photos à la généralité du savoir sociologique ?

13On aurait préféré, pour tout dire, moins de frilosité et quelques prises de position nettes sans lesquelles le lecteur, l’étudiant ou le débutant, peut rester dans une certaine expectative. L’ouvrage refermé, on ne peut s’empêcher, en effet, de constater que les questions décisives de la nature et du statut spécifiques de l’image photographique dans la recherche, la méthodologie et la découverte sociologiques, restent souvent sans réponse. Faute d’une certaine hardiesse dans l’optique de l’ouvrage, l’écrit et le texte sont présentés comme devant l’emporter sur l’image, comme si in fine la photographie n’avait d’usage que secondaire dans la recherche, ce qui peut laisser mal augurer de l’essor de la sociologie visuelle.

Haut de page

Notes

1 Datchary Caroline (dir.), 2013, Petit précis de méthodologie. Le sens du détail dans les sciences sociales, Le bord de l’eau, Lormont (référence non citée dans l’ouvrage).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Cardi, « Sylvain Maresca et Michaël Meyer, Précis de photographie à l’usage des sociologues, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 109 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 30 avril 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://nrt.revues.org/1755

Haut de page

Auteur

François Cardi

Professeur de sociologie de l'éducation - Université d'Evry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org