Navigation – Plan du site
Recensions

Laetitia Sibaud, Les musiciens de variété à l’épreuve de l’intermittence. Des précarités maîtrisées ?, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2013, 271 p.

Nicolas Roux
Référence(s) :

Sibaud Laetitia, Les musiciens de variété à l’épreuve de l’intermittence. Des précarités maîtrisées ?, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2013, 271 p.

Texte intégral

  • 1 Menger Pierre-Michel (2005), Les intermittents du spectacle. Sociologie d’une exception, Paris, Édi (...)
  • 2 Sorignet Pierre-Emmanuel (2010), Danser. Enquête dans les coulisses d’une vocation, Paris, La Décou (...)

1Les sociologues, intrigués par la « figure d’exception »1 que représentent les intermittents du spectacle au sein du salariat, se sont généralement penchés sur le rapport à l’emploi et au travail de ces derniers. Peu nombreux en revanche sont ceux qui analysent conjointement ces deux dimensions et celle des conditions de vie, à l’instar de P.-E. Sorignet sur la « vie d’artiste »2 des danseurs. C’est ce à quoi s’est attachée L. Sibaud pour la population des musiciens de variété, afin de répondre à une problématique claire : pourquoi et comment ces salariés souhaitent et peuvent vivre à long terme dans un secteur d’activité marqué par une précarité importante. L’auteure a pour cela opéré une analyse multidimensionnelle visant à identifier, à la fois, les différentes formes de précarité du métier et les facteurs de stabilité des musiciens. L’architecture de l’ouvrage montre la structuration de l’argumentation, qui entend « établir des ponts entre micro et macrosociologie » (p. 20) : le contexte institutionnel et d’emploi est présenté (I) avant de laisser place au rapport à l’emploi et au travail des musiciens (II) puis aux trajectoires et conditions de vie qui en découlent, avec notamment un regard sur l’organisation de la vie hors travail (III). Ce travail est le fruit d’une thèse de doctorat au cours de laquelle a été réalisée une enquête associant observations in situ et entretiens. Cette immersion de longue durée au côté des musiciens a permis d’accéder au travail et au mode de vie artistiques, où s’entremêlent vie privée et intérêts professionnels, relations amicales et réseaux, passion et conflits, etc. 62 entretiens ont été réalisés avec des musiciens aux degrés de notoriété divers – comme en attestent les typologies d’insertion et d’intégration professionnelles affichant une forte polarisation entre la figure de la « super star » et celle du « cachetonneur » (p. 204) – et quelques institutions et intermédiaires influant sur ces trajectoires – « cinq managers, deux éditeurs, un producteur de spectacle, un directeur artistique et un directeur de projets en Major Company » (p. 23).

2Après avoir décrit la « flexiprécarité de l’emploi intermittent » (p. 29), qui se décompose en deux grands éléments que sont la « flexibilité contractuelle » (p. 29) et la « précarité endémique » (p. 34) – le chômage est au cœur de la temporalité de l’activité des intermittents – L. Sibaud aborde le premier facteur de sécurisation. Il s’agit du régime intermittent, qui est plus précisément « un mode d’affiliation spécifique au régime d’assurance chômage, régi par les annexes VIII pour les techniciens et X pour les artistes » (p. 41). Même si la plupart des musiciens enquêtés le soutiennent – malgré la diversité de leurs trajectoires d’indemnisation – ils ont un rapport ambivalent à l’égard de l’intermittence : sécurité financière, autonomie dans la gestion du temps de travail et de non-travail, libération d’un temps hors emploi propice à la création, « signe de l’appartenance à un groupe professionnel » (p. 52) d’un côté ; charge mentale due à l’incertitude répétée du renouvellement des droits, peur du lendemain, difficultés relatives à la consommation (notamment au niveau du logement), effets pervers du système dont profitent les employeurs, puis lourdeur administrative et dépendance aux institutions de l’autre.

  • 3 Cela renvoie à l’importance du « noyau dur » d’employeurs dans la stabilisation de la trajectoire d (...)

3La deuxième partie s’attarde ensuite sur les facteurs de stabilité individuels et sociaux des musiciens. Ils leur permettent aussi bien de pérenniser leur trajectoire que de faire face à l’irrégularité et l’imprévisibilité de leurs revenus – le rapport de force est en outre souvent en leur défaveur face à la multiplicité des employeurs et des intermédiaires. L’activité des musiciens étant faiblement institutionnalisée, ce sont les réseaux de cooptation qui sont au fondement des relations salariales. S’appuyant sur des « reconnaissances croisées nées d’affinités électives et de la participation aux mêmes projets artistiques » (p. 111), mêlant le don/contre-don, le professionnel et l’amical, ils permettent autant de diversifier les relations d’emploi que de nouer des relations fidèles avec un ou plusieurs employeurs3. L. Sibaud fait ainsi ressortir l’importance des savoir-être dans l’accès à l’emploi et la construction de la réputation, source de stabilité, mais aussi d’inégalités. Ce qui fait « tenir » les musiciens sur le long terme ensuite, c’est leur attachement au travail : le registre de la vocation est évoqué ainsi que les satisfactions inhérentes au travail (travail collectif, idéal de la communauté ou « famille » musicale, variété des activités, autonomie, plaisir de créer) et émanant du travail artistique (reconnaissance professionnelle et médiatique par les pairs, sociale par le public).

  • 4 Grégoire Mathieu (2009), Un siècle d’intermittence et de salariat. Corporation, emploi et socialisa (...)
  • 5 P-E. Sorignet a de son côté montré l’importance de l’intériorisation de la douleur des danseurs et (...)

4Cette deuxième partie montre, au final, à quel point le travail compense l’emploi et renvoie à l’équation liberté-précarité dont parle M. Grégoire4. Mais L. Sibaud se garde bien de livrer une vision enchantée de l’engagement artistique. La troisième partie fait effectivement une analyse des conditions de vie des musiciens qui va à l’encontre du mythe de la « vie de bohème ». L’autonomie au travail et la diversité des activités sont contrebalancées par l’impact de ce métier sur leur santé et sur la vie hors travail. Au niveau de la santé, les musiciens cumulent pénibilité physique et pénibilité mentale. La première est liée en partie à l’entraînement régulier que nécessite la maîtrise d’un instrument ou de la voix, mais aussi, et surtout, à « la durée excessive de la prestation » (p. 217), où les concerts peuvent être longs et fréquents, en particulier dans le cas des comédies musicales. Au-delà de l’usure corporelle – qui est un facteur parmi d’autres des carrières courtes des musiciens et des artistes en général –, le risque est d’être contraint de ne pas participer à un concert ou à une tournée et ainsi de compromettre le renouvellement des droits à l’assurance chômage. Ce poids du renouvellement – et parfois de la nécessité de « cachetonner » – constitue l’un des trois éléments à l’origine de la pénibilité mentale, les deux autres émanant : du travail artistique, générateur de stress lié au trac de la représentation et du jugement du public et des pairs, voire de dépression suite à une longue tournée et une vie collective et de travail intense ; et du risque de l’échec commercial, mais aussi humain, inhérent à tout projet collectif. Dévoiler ces usures, mentale et corporelle, revêt toute son importance dans ces milieux professionnels5 peu institutionnalisés et où les relations salariales et les trajectoires professionnelles sont largement individualisées. Les ressources collectives proviennent principalement de l’« entre-soi communautaire » (p. 213) et participent à la socialisation au milieu ; mais elles entraînent d’un autre côté l’adoption d’un « “conformisme déviant” (Coulangeon, 1999), où parfois alcool et drogues se mêlent » (p. 222). Si l’on perçoit les risques au niveau de la santé, ces pratiques – même si elles concernent majoritairement les musiciens en début de carrière – ne sont pas sans conséquences professionnelles, en raison des conflits, voire des séparations de groupes qui peuvent en découler.

5La profession a aussi un impact sur la vie hors travail, à plusieurs niveaux. Les difficultés relatives à la consommation tout d’abord, pour contracter un emprunt ou trouver une location, par exemple. L’« imbrication de l’espace-temps » (p. 225) ensuite – où lieu de travail et lieu de vie, temps de travail et temps pour soi se confondent – révèle une colonisation de la vie par le travail. La difficulté à prévoir des vacances, à se « déconnecter » du travail et à refuser toute proposition d’emploi impromptue en est une illustration. Si cette imbrication peut être appréciée par nombre de musiciens, elle précarise cependant le lien conjugal : les taux de célibat et de séparation élevés, ainsi que la quasi-inexistence d’unions instituées, contrastent avec les chiffres de la population générale. L’effet genre est ici supplanté par l’« effet profession » (p. 269) : le « rythme de vie inversé » (p. 235), les « phases récurrentes de non-cohabitation conjugale » (p. 236), la négociation permanente et les multiples arrangements pour l’organisation de la vie quotidienne et la garde des enfants – cf. le phénomène de « rattrapage » des pères après une longue absence – s’expliquent par l’organisation de la profession décrite au cours des deux premières parties. Par exemple, les couples endogames dureraient plus longtemps que les couples mixtes, en raison de la connaissance des réalités du métier – et ce malgré la difficulté à faire coïncider les emplois du temps. Une autre illustration provient du fait que les pères enquêtés respectent le partage des tâches domestiques, mais sur de courtes périodes, le lien conjugal et l’organisation de la vie familiale devant se reconstruire après chaque absence du domicile conjugal.

6Le résultat fort de cette troisième partie et de l’ouvrage est précisé en conclusion. Les « précarités conjuguées » (p. 253) auxquelles sont confrontés les musiciens engendrent « une intégration sociale et familiale difficile » (p. 257). Nous avons vu que les ressources dont ils disposent, qu’elles soient économiques, symboliques ou sociales, relèvent d’un équilibre fragile, car peu instituées et incertaines. Ces musiciens se retrouvent au final face à un dilemme : soit la carrière professionnelle est privilégiée et le reste de la vie doit s’adapter à ses exigences – ou est parfois sacrifiée ; soit la vie hors travail devient prioritaire et se profile la question de sa compatibilité avec le travail et le mode de vie artistes entrevus, et donc celle de la possibilité de durer dans le milieu. Le fait qu’il y ait peu d’intermittents de plus de 50 ans n’est probablement pas étranger à cette réalité et nous invite à questionner l’équation liberté-précarité souvent avancée pour minimiser la précarité de ces professions : le travail peut compenser l’emploi, mais jusqu’à une certaine limite dans le temps de la trajectoire professionnelle et de vie.

  • 6 Nissim Christine (2012), « Une professionnalisation qui précarise », dans Bureau Marie-Christine, C (...)

7Il aurait ainsi été intéressant que L. Sibaud se prononce sur les implications de ces résultats par rapport à la sécurisation des trajectoires à l’emploi discontinu : s’agit-il d’adapter la protection sociale à ces dernières, de privilégier les expérimentations collectives de mutualisation du travail ou encore de remettre en cause les annexes VIII et X de l’assurance chômage et considérer les artistes comme des travailleurs indépendants ? Nombre d’acteurs du spectacle dénoncent en effet une « précarisation » de leur profession suite aux récentes réformes des annexes VIII et X de l’assurance chômage, spécialement celle de 20036. Sur le plan méthodologique, on peut ainsi regretter le manque de précisions de l’auteure quant aux dates de réalisation de l’enquête et des entretiens avec chaque musicien. Il aurait été opportun de les mettre en relation avec le contexte de l’intermittence : était-ce avant ou après la réforme de 2003 ? Qu’en pensent les musiciens ?

8La population enquêtée aurait également pu être davantage caractérisée socialement. Les typologies cumulatives des trajectoires d’indemnisation, d’insertion et d’intégration professionnelles, bien qu’illustrant la diversité et les inégalités des situations – selon notamment le degré de notoriété des musiciens et les réseaux au sein desquels ils sont insérés – rendent peu compte des déterminismes sociaux à l’œuvre. On apprend certes que le niveau et le type de formation jouent un faible rôle – l’apprentissage du métier sur le tas étant prépondérant –, mais peu est dit sur l’origine sociale des musiciens. Au-delà de la vocation ressentie tôt chez ces musiciens, joue-t-elle un rôle dans le choix d’embrasser une carrière artistique ainsi que dans sa longévité ?

  • 7 Entre autres, Menger Pierre-Michel (op. cit., 2005) ; Corsani Antonella, Lazzarato Maurizio (2008), (...)

9Au niveau du contenu, l’apport de cette recherche réside principalement dans les résultats de la troisième partie, où l’on peut mesurer l’impact de la précarité sur la vie privée de ces musiciens, notamment au niveau de la vie de couple et familiale. D’autres recherches ont effectivement déjà illustré la précarité des intermittents liée à leurs conditions spécifiques d’emploi et d’indemnisation7 ; il faut toutefois mentionner que L. Sibaud a apparemment commencé sa thèse avant qu’une large partie de ces travaux n’apparaissent. L’intérêt de l’analyse est néanmoins d’apporter des concepts suffisamment englobants pour décrire cette réalité, même si ces derniers sont parfois trop nombreux et compliquent quelque peu la compréhension d’ensemble.

10Il reste que le triptyque emploi-travail-conditions de vie mérite selon nous d’être prolongé par L. Sibaud ou par d’autres enquêtes, tout en l’intégrant à une sociologie des inégalités et à une réflexion sur l’intermittence et la sécurisation des trajectoires.

Haut de page

Notes

1 Menger Pierre-Michel (2005), Les intermittents du spectacle. Sociologie d’une exception, Paris, Éditions de l’EHESS.

2 Sorignet Pierre-Emmanuel (2010), Danser. Enquête dans les coulisses d’une vocation, Paris, La Découverte.

3 Cela renvoie à l’importance du « noyau dur » d’employeurs dans la stabilisation de la trajectoire des comédiens décrite par O. Pilmis (2007) : « Des “employeurs multiples” au “noyau dur” d’employeurs : relations d’emploi et concurrence sur le marché des comédiens intermittents », Sociologie du travail, n° 3, 297-315.

4 Grégoire Mathieu (2009), Un siècle d’intermittence et de salariat. Corporation, emploi et socialisation : sociologie historique de trois horizons d’émancipation des artistes du spectacle (1919-2007), Thèse pour le doctorat de sociologie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

5 P-E. Sorignet a de son côté montré l’importance de l’intériorisation de la douleur des danseurs et de la socialisation à cette dernière par les pairs pour s’insérer et durer sur ce marché du travail. Sorignet Pierre-Emmanuel (2006), « Danser au-delà de la douleur », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 163, 46-61.

6 Nissim Christine (2012), « Une professionnalisation qui précarise », dans Bureau Marie-Christine, Corsani Antonella, Un salariat au-delà du salariat ?, Presses universitaires de Nancy.

7 Entre autres, Menger Pierre-Michel (op. cit., 2005) ; Corsani Antonella, Lazzarato Maurizio (2008), Intermittents et précaires, Paris, Éditions Amsterdam.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Roux, « Laetitia Sibaud, Les musiciens de variété à l’épreuve de l’intermittence. Des précarités maîtrisées ?, Paris, L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 2013, 271 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 01 mai 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/1762

Haut de page

Auteur

Nicolas Roux

CNRS, Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) – LISE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org