Navigation – Plan du site
Recensions

Claude Veil, Vulnérabilités au travail. Naissance et actualité de la psychopathologie du travail. Recueil de textes présentés par Dominique Lhuilier, Toulouse, Erès, 2012

Olivier Cleach
Référence(s) :

Claude Veil, Vulnérabilités au travail. Naissance et actualité de la psychopathologie du travail. Recueil de textes présentés par Dominique Lhuilier, Toulouse, Erès, 2012

Texte intégral

1Cet ouvrage consacré à l’œuvre de Claude Veil (1920-1999) est introduit par Dominique Lhuillier, qui a travaillé à ses côtés pendant plusieurs années et peut ainsi en rapporter des éléments biographiques de première main. Il s’agit d’un recueil de textes auxquels se rajoute en conclusion un entretien qu’il a accordé à la revue Psychiatrie française en 1996. Pour les personnes qui s’intéressent de loin aux champs de la psychologie et de la psychopathologie du travail, Claude Veil n’est pas l’auteur qui importe : son œuvre est, semble-t-il, moins connue que celles d’E. Enriquez, de C. Dejours ou d’Y. Clot, pour ne citer qu’eux. Aussi, ce recueil est le bienvenu pour faire connaître la pensée d’un des fondateurs (avec, notamment, P. Sivadon et L. Le Guillant) de la psychopathologie du travail, mais aussi une des figures de la psychologie sociale et, certainement, l’un des inspirateurs de la sociologie clinique. La psychopathologie est l’héritière des médecins hygiénistes du xixe siècle dont Villermé est une figure emblématique. Cette discipline a pour ambition de démontrer « pourquoi et comment certaines conditions de travail sont toxiques » (p. 88). Elle a été relancée au début des années 1980 par C. Dejours, après une éclipse d’une dizaine d’années.

2La lecture de ce livre présente au moins un double intérêt. Tout d’abord, il nous replonge dans les années d’après-guerre – fin des années 1950, début des années 1960 – si fécondes pour les sciences humaines (rappelons par exemple que c’est une période où la sociologie se reconstruit, particulièrement autour de la thématique du travail, avec des figures comme G. Friedmann – cité par C. Veil à plusieurs reprises –, P. Naville ou encore J.-D. Reynaud, M. Crozier… et où les approches de terrain profitent d’un regain d’intérêt). Ensuite, il aborde les éléments clés d’une problématique (psychologique et sociologique) qui a le vent en poupe actuellement : la santé au travail. À partir des regards du psychiatre, du médecin du travail, de l’universitaire (EHESS), de l’homme de terrain qu’il était, C. Veil éclaire des thématiques qui nous occupent encore aujourd’hui : la qualité de vie et la sécurité au travail, l’absentéisme, les états d’épuisement, le handicap, la santé mentale au travail (l’hygiène mentale, on ne parle pas encore de risques psychosociaux), la fatigue, la monotonie… Ainsi, par ces textes, c’est une bribe de la construction du champ de la psychopathologie française s’intéressant au travail qui se donne à voir.

3À travers ces contributions, le lecteur reconstitue : 1/ le cheminement d’une pensée (comment le psychiatre se tourne peu à peu vers le travail – ou plus exactement les « problèmes de travail » – afin d’expliquer certains maux de ses patients et de favoriser le « bon emploi des travailleurs ») ; 2/ la construction d’une démarche inductive et pluridisciplinaire de recherche empirique (mélangeant psychiatrie, médecine, physiologie, psychanalyse, ergonomie, sociologie…), d’une pratique clinique (l’approche expérimentale), tournée vers le terrain et l’engagement (« critique et humaniste ») d’un chercheur dans la défense de la santé et de la sécurité des travailleurs (en faisant de la prévention partenariale – matérielle, technique, humaine – afin de refermer les « failles de l’adaptation », en ouvrant des consultations de psychopathologie du travail, etc.). L’implication sur le terrain repose notamment sur des observations de situations, d’activités de travail. Ainsi, comme nous le rappelle D. Lhuilier, au début de sa carrière de médecin psychiatre, C. Veil a exercé à la fin des années 1940 des fonctions d’ingénieur en organisation dans une mine du nord de la France, pendant 16 mois. Cette expérience servira de base à sa thèse de médecine soutenue en 1952 (La fatigue industrielle et l’organisation du travail). Il a été également médecin du travail, entre autres fonctions. 3/ Ce texte est aussi une réflexion sur le métier de psychiatre du travail dont il est question dans plusieurs textes, notamment la nécessité pour lui de prendre en considération l’environnement de travail comme un des éléments du diagnostic, de travailler en partenariat avec d’autres chercheurs en sciences sociales ou avec des professionnels (assistantes sociales, éducateurs, etc.). De Le Guillant, C. Veil va conserver un intérêt pour l’analyse des professions et la recherche des dysfonctionnements dans l’organisation sociale, et de Sivadon son attachement à la construction des relations humaines en milieu professionnel, du lien social, mais aussi à sa décomposition, à sa dégradation (Sivadon parle alors de dysharmonie entre l’individu et son travail, générant ainsi de la souffrance).

4Dès le premier texte (« Phénoménologie du travail », 1957), C. Veil nous rappelle que le travail (avec l’ambiguïté qui caractérise le concept) tient une place fondamentale dans l’existence des individus (comme échange de services et d’affects notamment), et que le psychiatre du travail, c’est-à-dire celui qui voit le travailleur dans le malade (p. 280), étudie d’abord des frontières, entre le normal (le « travail-joie », le travail comme réalisation de soi par exemple, l’homme adapté à son milieu professionnel) et le pathologique (le travail comme peine ou comme entrave). Ainsi, l’auteur établit (p. 89) un lien entre l’état de santé d’un individu et sa « bonne » adaptation (c’est-à-dire l’adéquation, l’ajustement entre un travailleur et son milieu, notamment son poste de travail, sa capacité à changer). A contrario, il montre que cette adaptation peut avoir des failles : il interprète alors le passage dans la maladie (physique et/ou psychologique) liée à une activité de travail comme une forme de « désadaptation », elle-même résultant d’un échec professionnel (« clinique de l’échec professionnel », p. 66) : « Le travail nous est apparu comme activité humaine fondamentale. Il pose le problème des rapports entre la vie et la matière, entre la pensée et l’action – des rapports entre le moi et le monde, entre l’individu et la société. Toute éducation est préparation au travail. L’échec professionnel débouche sur toute la psychopathologie. » (p. 82).

5C. Veil indique, p. 68-69, les principaux signes de cette désadaptation, signes qu’il traitera plus spécifiquement dans d’autres textes présents dans ce recueil : « … la baisse de la production, les loupés, le turnover, l’absentéisme, les conflits de toute sorte, les accidents, aussi bien la gamme complète des manifestations névrotiques, etc. » Dans cette perspective, tout le travail du thérapeute consiste à accompagner le travailleur désadapté sur le chemin de la « désaliénation » (Marx, Engels), c’est-à-dire le passage du travail-peine vers le travail-joie, à travers les différentes phases d’intervention (diagnostic médico-psychologique, écoute du patient et de son entourage, prise en charge du problème, reprise du travail ; celle-ci étant souvent négligé, l’auteur lui consacre un texte : après un long arrêt, la reprise nécessite une réadaptation). A contrario, la « bonne » organisation est celle qui favorise l’adaptation (p. 96) : « Le travail bien organisé et bien divisé réduit l’effort d’adaptation nécessaire. La durée d’apprentissage est réduite, le seuil de capacité abaissé (ce qui favorise les handicapés, les sujets âgés, etc.). » (p. 96)

6Du point de vue de la question de la santé au travail, C. Veil apporte un ensemble de réflexions qui a encore toute sa pertinence actuellement. Il rappelle (dans le texte « Aspects médico-psychologiques de l’industrialisation moderne », 1957) un certain nombre de points également mis en lumière par la sociologie du travail : la perte de sens due au travail en miettes (« dans de nombreux cas, l’ouvrier ignore même le nom et l’usage de la pièce qu’il contribue à fabriquer. Il ne verra jamais le produit fini, et pour lui sa tâche n’a aucun sens » [p. 220]) ; le fait que « [si] la division du travail facilite l’adaptation. En même temps, elle en diminue la valeur personnelle. L’ouvrier dit “spécialisé” n’exerce pas un vrai métier ; il s’adapte en sacrifiant la majeure partie de ses capacités. » (p. 98) ; l’assujettissement des travailleurs, mais aussi de vieux réflexes managériaux (instrumentaliser la peur du chômage afin d’imposer ses vues, ses méthodes, ses dispositifs de gestion, de contraindre la production quels qu’en soient les effets pervers, par exemple en entraînant certains salariés à percevoir leur travail comme une menace pour leur santé – physique et/ou mentale –, et ce, parfois à juste titre, accidents du travail et maladies professionnelles étant là pour en attester [p. 101])… On peut alors parler d’insécurité au travail, sentiment allant à l’encontre du besoin de sécurité auquel tout un chacun aspire. Ces salariés se sentent enfermés dans une situation inextricable : au regard du contexte (chômage) et de leur formation (peu de qualifications), ils n’ont pas d’autres solutions que de subir le cours des choses. De plus, s’inspirant des sociologues, C. Veil souligne le lien existant entre le poste de travail, les conditions et l’organisation du travail (souvent perçue comme une menace [p. 99]) et diverses pathologies professionnelles (identifiées par des syndromes, des symptômes), par exemple, p. 79 et suivantes, à travers les critiques d’un système taylorien qui conduit à des excès et à des effets pernicieux, tel que le développement d’une fatigue et d’une monotonie dont les conséquences peuvent être nuisibles pour la santé. En plein essor du taylorisme et du fordisme, ces aspects sont très étudiés aussi bien par les psychologues du travail (on pense par exemple à E. Mayo), que par les sociologues (comme G. Friedmann). Dans plusieurs textes de ce recueil, C. Veil aborde ces questions à la fois de façon théorique, mais aussi clinique et présente la fatigue comme un signal d’alarme (p. 94) et un mode de régulation de l’activité. L’auteur rend compte de ces effets négatifs à travers la notion de « détérioration » : il utilise cette notion parce qu’à ses yeux elle revêt quelques avantages, notamment d’être un phénomène linéaire mesurable et réversible (on peut l’endiguer, agir sur lui, avoir prise en traitant les causes [p. 65]), mais aussi de lever les difficultés liées à la question de l’objectif vs du subjectif, qu’on retrouve par exemple avec la notion de fatigue. Il met en relief également l’importance de la prévention (qui commence par l’écoute), il relativise le rôle des technologies dans la survenue des pathologies (en rappelant la leçon que certains semblent avoir oublié que derrière tout dispositif – technologique, de gestion, etc. – il y a toujours des interventions, des actions, des intentions… humaines, des rapports sociaux), etc. : « Même lié à la machine, l’homme n’est pas esclave de la machine. Il n’est jamais esclave que d’autres hommes. À cet égard, et mutatis mutandis, il y a toujours des galères. » (p. 62)

7La lecture de cet ouvrage permet donc un retour en arrière salutaire pour éclairer des problématiques actuelles (notamment autour des risques de santé et de sécurité au travail), pour retrouver des résultats établis ou des éléments de bon sens oubliés, pour relativiser les prés carrés disciplinaires et valoriser les échanges entre les différentes sciences humaines, pour s’apercevoir que, finalement, dans un grand nombre de domaines, les choses n’évoluent pas rapidement (on retrouve, par exemple, toujours les mêmes populations vulnérables : les handicapés, les femmes, les jeunes et les travailleurs âgés), alors même que les causes des dysfonctionnements, des perturbations, sont connues depuis longtemps. Les treize textes et les études de cas sont intéressants à lire, même s’ils sont parfois un peu techniques, spécialisés et si, ici où là, il reste quelques sentences paternalistes et normatives (« Elle consiste, d’autre part, à aider les travailleurs à se conduire en adultes, c’est-à-dire à mieux s’adapter à leurs conditions de travail » [p. 219]).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cleach, « Claude Veil, Vulnérabilités au travail. Naissance et actualité de la psychopathologie du travail. Recueil de textes présentés par Dominique Lhuilier, Toulouse, Erès, 2012 », La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 30 avril 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://nrt.revues.org/1765

Haut de page

Auteur

Olivier Cleach

Sociologue - RT 30 (Socioethique)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org