Navigation – Plan du site
Recensions

Vanessa Pinto, À l’école du salariat. Les étudiants et leurs « petits boulots », Paris, PUF, coll. Le lien social, 2014, 350 p.

François Sarfati
Référence(s) :

Vanessa Pinto, À l’école du salariat. Les étudiants et leurs « petits boulots », Paris, PUF, coll. Le lien social, 2014, 350 p.

Texte intégral

1Fruit d’une pratique ethnographique réflexive articulée avec justesse aux données d’enquêtes statistiques, l’ouvrage de Vanessa Pinto « vise à explorer les différentes dimensions, à un moment historique donné, de cette phase biographique faite d’expériences, voire d’expérimentations, du lien salarial de subordination et, au-delà, de la relation entre “titres” et “postes” », (p. 3). De construction classique, À l’école du salariat est composé de trois parties. La première est constituée d’une revue de littérature et d’exploration des données disponibles. Elle définit l’objet et ses contours. La deuxième propose une analyse du salariat étudiant en deux segments : un pôle culturel fait d’emplois dans le secteur de l’animation et un pôle commercial regroupant des téléopérateurs et des équipiers de fast food. La dernière partie de l’ouvrage dresse un tableau des usages sociaux de l’emploi étudiant en trois idéaux-types structurés par le rapport au temps et son inscription dans les trajectoires des individus : « un présent qui n’engage à rien », « un avenir inscrit dans le présent », « un présent sans avenir ».

2L’enquête est réalisée dans le contexte de « démocratisation » de l’enseignement supérieur et inscrit son raisonnement dans une approche critique de la « professionnalisation » des études. À l’issue d’un mouvement d’une trentaine d’années, le nombre de jeunes fréquentant le supérieur a explosé. De manière concomitante le niveau de chômage a atteint de manière durable un niveau important. Les décideurs universitaires considèrent que le rapprochement de leur institution avec le monde économique doit permettre d’aider les étudiants à s’insérer dans l’emploi. Pour les opposants auprès desquels Vanessa Pinto se range, cette « professionnalisation » ne changera rien à la pénurie des emplois proposés aux sortants de l’enseignement supérieur dans la mesure où la dégradation du marché de l’emploi ne dépend pas du monde de la formation, mais des décisions des entrepreneurs. Sur un autre registre, la « professionnalisation » des études entérine la rupture d’une digue entre système éducatif et système productif. On retrouve ici de manière sous-jacente l’opposition qualification et compétence. Du côté de la qualification – l’État garantit, par l’intermédiaire du système éducatif, la valeur des connaissances acquises et rend possible la négociation collective de droits accordés aux travailleurs. Du côté de la compétence – l’entreprise attribue une valeur aux savoirs, savoir-faire et savoir-être et individualise de fait les rapports sociaux de production. Enfin, la « professionnalisation » serait impuissante dans la lutte contre les inégalités qui se reproduisent au sein du système d’enseignement supérieur.

3Dans la deuxième partie, la bipartition en pôles culturel et commercial est justifiée par « une série d’oppositions superposables » (p. 106) repérée sur le terrain entre activité lucrative/activité désintéressée, capital économique/capital culturel des étudiants, secteurs nouveaux/secteurs dotés d’une histoire. Elle permet de rendre compte des effets de trajectoire des étudiants salariés dans chacun des pôles. L’auteure démontre qu’on ne se retrouve pas par hasard employé dans un « Mc Do » ou animateur dans un centre de loisirs. « Il y a un ajustement entre les propriétés à la fois objectives et subjectives […] d’étudiants et d’autre part, les caractéristiques et les exigences [des secteurs] » (p. 109). Les ressources sociales dont on dispose et l’expérience acquise, en un mot, les propriétés sociales des individus ont tendance à les « prédestiner » à occuper un emploi dans tel ou tel pôle alors même qu’ils n’envisagent pas d’y avoir une présence durable.

4Dans la dernière partie, l’auteur mobilise les notions de « provisoire », d’« anticipation », et d’« éternisation » pour rendre compte de la manière dont la présence hic et nunc dans « un petit boulot » s’inscrit dans des trajectoires sociales. On peut accepter un petit boulot non pas bien qu’il soit provisoire, mais grâce à son caractère non définitif. Être dans cette activité n’engage pas l’individu dans la projection qu’il fait de lui-même. À l’inverse, d’autres vont se situer dans une logique d’anticipation. Ce que je fais maintenant prend du sens par rapport à ce que je pense faire demain. Enfin, l’éternisation rend compte de situations où le provisoire du « petit boulot » a tendance à devenir l’horizon professionnel. Dans les trois types d’usage, le croisement d’une analyse du rapport au travail avec celle du rapport à l’emploi s’avère tout à fait heuristique pour comprendre les modalités d’accès à l’emploi de jeunes ayant au minimum le baccalauréat.

5La première qualité de cet ouvrage réside dans la quantité de matériaux accumulés par l’auteure. On ne peut que se réjouir qu’elle ait réussi à réunir dans un seul volume des enquêtes diverses. Le lecteur a accès à un verbatim riche, qui ne vient pas simplement illustrer le propos. La rigueur intellectuelle est une autre qualité du texte. Le lecteur a affaire à une argumentation reposant sur un paradigme dont l’auteure n’ignore rien des subtilités. La sociologie de Pierre Bourdieu et de ses proches constitue la colonne vertébrale de l’argumentation. L’articulation entre rapport au temps et inégalités au sein de la jeunesse étudiante constitue un troisième intérêt de cet ouvrage. Elle permet de ne pas s’arrêter à ce que disent les enquêtés à un moment donné, et de révéler comment les déterminants sociaux se mettent en œuvre mutatis mutandis.

  • 1 Autant l’utilisation de ses attributs sociaux et de ses difficultés à se conformer aux attentes du (...)
  • 2 Ce que contestent des auteurs comme Maud Simmonet et Matthieu Hély.
  • 3 Cet élément est d’autant plus regrettable qu’une enquêtée elle-même mobilise le terme « âme » pour (...)

6Toutefois et bien qu’elle cherche à s’en défaire, l’auteure se laisse emporter par une forme d’ethnocentrisme de classe à divers moments dans l’argumentation. Le choix d’opposer un pôle culturel à un pôle commercial dans la construction même de l’ouvrage – s’il repose sur une logique repérée dans l’enquête – peut apparaître comme problématique dans la mesure où l’on comprend que l’auteure-enquêtrice a eu bien plus de difficultés à apprendre à vendre ou à feindre de vendre qu’à s’engager dans l’animation. Par exemple, quand elle se demande « quel est […] le secret de Raja [une enquêtée], qui parvient à faire tant de ventes ? » (p. 147)1, la réponse apportée se situe du côté des différentes visions de la réussite sociale du couple enquêtrice-enquêtée et des aspirations mutuelles ; l’une se projetant dans la carrière d’intellectuelle, l’autre désirant travailler dans le commerce. Au-delà des dispositions personnelles, on peut regretter que l’auteure ne procède pas à un examen symétrique des deux pôles étudiés. Ainsi, alors qu’elle analyse les difficultés de la mobilisation collective des salariés du pôle commercial et ne l’évoque pas pour ceux du pôle culturel. Elle semble ainsi considérer qu’il serait socialement plus acceptable que des jeunes salariés se voient réserver des conditions de travail et d’emploi dégradés dans certains secteurs plutôt que dans d’autres2. De la même manière, alors que Vanessa Pinto évoque les dispositions de ses enquêtés à travailler dans tel ou tel secteur, elle mobilise un vocabulaire distinct. Certains étudiants ont une « vocation socioculturelle » tandis que d’autres ont au mieux la « fibre commerciale » (p. 220). En mobilisant le même paradigme que l’auteure, on serait tenté d’y voir du noble et de l’ignoble, du valorisé et du déprécié, de l’acceptable et de l’inacceptable3. Ce dernier élément interroge d’autant plus qu’on comprend, que pour un certain nombre d’enquêtés en situation d’éternisation dans « les petits boulots », l’état d’étudiant-salarié est moins difficile à vivre dans son aspect salarié que dans son aspect étudiant. Pour une bonne partie de celles et ceux qui sont issus de la politique des 80 % d’une génération au bac et qui fréquentent l’université bon an, mal an, le travail salarié est plus vecteur d’intégration que l’université qui fait parfois preuve de violence sociale et symbolique à leur égard. En observant les primo-bacheliers, on fait le constat que c’est moins leur présence dans le prolétariat des services qui fait difficulté qu’un enseignement supérieur qui peine à leur faire une place. Au fond, le fait que Khadija et Awa (et pas Clément et Élodie qui eux vivent un présent qui n’engage à rien) abandonnent leurs études et s’enlisent dans la frange la plus précaire du secteur tertiaire, apprend moins sur le monde du travail que sur la sphère de la formation.

7L’apport majeur de cet ouvrage consiste in fine dans une analyse des usages sociaux des « petits boulots » qui articule avec clarté rapport aux études, rapport au travail et à l’emploi, avec comme clé d’analyse le rapport au temps et les inégalités qui structurent les jeunesses contemporaines. Un ouvrage qui sera lu, on le souhaite, autant par les chercheurs que par les responsables de l’enseignement supérieur et tous celles et ceux qui ont un intérêt pour l’accès au travail des jeunes.

Haut de page

Notes

1 Autant l’utilisation de ses attributs sociaux et de ses difficultés à se conformer aux attentes du « milieu » est un atout dans l’enquête de terrain, autant elle ne paraît pas à même de structurer l’analyse.

2 Ce que contestent des auteurs comme Maud Simmonet et Matthieu Hély.

3 Cet élément est d’autant plus regrettable qu’une enquêtée elle-même mobilise le terme « âme » pour se définir (« quelque part tu le sens si tu as l’âme un peu commerciale ou pas », p. 235).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Sarfati, « Vanessa Pinto, À l’école du salariat. Les étudiants et leurs « petits boulots », Paris, PUF, coll. Le lien social, 2014, 350 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 06 mai 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://nrt.revues.org/1820

Haut de page

Auteur

François Sarfati

Chercheur au Centre d’études de l’emploi et membre associé du Lise (CNAM-CNRS)

30 avril 2014

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org