Navigation – Plan du site
Corpus – Indépendance et salariat

Du désir d’autonomie à l’indépendance

Une perspective sociohistorique
A social-historical vision of the path from autonomy to independence
Del derecho de autonomía a la independencia : una perspectiva sociohistórica
Marie-Christine Bureau et Antonella Corsani

Résumés

La catégorie statistique « non-salariés » regroupe des formes très hétérogènes. La thèse défendue dans cet article est que la nouvelle et significative évolution du nombre de « non-salariés » doit être saisie comme l’indice d’une mutation du paradigme productif voire d’une mutation du travail. De nouvelles formes du travail indépendant émergent aujourd’hui et elles concernent en particulier des travailleurs qualifiés œuvrant dans le secteur des services. Ces formes procèdent de la crise du salariat, mais expriment aussi une nouvelle demande d’autonomie. Après avoir montré la pluralité des formes du travailleur indépendant et leurs métamorphoses dans une perspective historique, les auteurs formulent quelques hypothèses sur la signification de ces nouvelles figures qui émergent entre contrainte et désir d’autonomie, ainsi que sur les formes d’action collective dont elles sont porteuses.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 http://www.freelancersunion.org/
  • 2 Données EUROSTAT et Commission européenne, Bilan de l’Observatoire européen de l’emploi : le travai (...)
  • 3 En effet, la mesure des nouveaux indépendants – que l’on distingue des anciens indépendants, soit l (...)

1Depuis le début du xxe siècle, le nombre de travailleurs indépendants a baissé significativement, bien qu’avec des rythmes très différents dans le temps et selon les pays, tandis que le travail salarié en CDI s’imposait progressivement comme norme d’emploi. La crise du modèle de croissance fordiste, dont la première crise pétrolière de 1973 fut un révélateur, n’a pas signifié seulement ralentissement des gains de productivité, mais avant tout crise de la société salariale, soit de « l’intégration du salariat au sein de la circulation des richesses produites sous l’impulsion du capitalisme » (Aglietta, 1997, 426). Le processus de salarisation a continué à progresser à l’échelle de la planète, mais nombre de salariés ne bénéficient pas des dispositifs institutionnels qui encadrent la relation d’emploi, déterminent les modalités de partage des gains de productivité et assurent les salariés contre les risques sociaux. En outre, sur la période récente, le nombre de non-salariés a sensiblement augmenté dans les pays occidentaux d’ancienne industrialisation, pour atteindre des proportions conséquentes de la population active. Le syndicat américain des freelancers1 avance le chiffre de 42 millions d’« independant workers », soit 27 % environ de la population active nord-américaine au début des années 2010. Au Québec, les travailleurs dits « autonomes » occupent plus de 14 % des emplois, mais, surtout, la moitié des emplois créés sont des emplois « autonomes » (Bernstein et al., 2009). De son côté, l’Union européenne compte aujourd’hui plus de 30 millions de travailleurs non-salariés, soit 13 % environ de la population active occupée de l’EU 272. Si l’Italie connaît avec la Grèce les taux les plus élevés de travailleurs indépendants (respectivement 21 % et 27 %), en France, on compte 2,5 millions de non-salariés, soit seulement 10 % environ de la population active occupée. Cependant, depuis 2003, leur nombre progresse, c’est ce qui ressort des séries longues de l’emploi publiées par l’INSEE. Fait plus remarquable, selon une étude de l’European Forum of Independent Professionals (Lighton & Duncan, 2013), la France aurait connu entre 2003 et 2013 parmi les plus forts taux de croissance du nombre d’indépendants professionnels (85 %), c’est-à-dire de ceux qui ont un diplôme supérieur et travaillent dans les services avancés de l’information, de la communication, de la formation, de la recherche, du conseil et de la culture. Une donnée qui serait rendue partiellement invisible, selon cette étude, par le cadre institutionnel – dont le portage salarial en France constitue un exemple – qui conduirait à « cacher » dans le salariat des non-salariés3.

2Qui sont réellement ces nouveaux indépendants : de « vrais » indépendants ou des « salariés déguisés » ? Le terme de « salariat déguisé » a été initialement utilisé pour décrire le processus de prolétarisation dans les pays du Sud. Ainsi Chris Gerry analysait la situation sénégalaise des années 1970, en montrant comment l’État et les capitaux étrangers concouraient à transformer « l’indépendance relative de la petite production marchande en une indépendance purement formelle, devenue dépendance réelle, et également à asservir la main d’œuvre en instaurant un salariat déguisé. » (Gerry, 1980, 392). Plus récemment, Maria Cristina Cacciamali emploie les mêmes termes pour décrire les cas mexicain et brésilien : « Le salariat déguisé désigne les travailleurs qui, bien qu’ils s’insèrent dans une relation de travail salarié, sont recrutés en tant que travailleurs indépendants » (Cacciamali, 2004, 209). En nous déplaçant du sud vers le nord, nous retrouvons la même problématique aujourd’hui en France, avec la dénonciation des pratiques illégales de recours aux prestations professionnelles des auto-entrepreneurs (Vivant, 2013).

3Notre hypothèse est que la catégorie travail non salarié est fort hétérogène et que les formes du « salariat déguisé » ne l’épuisent pas. A contrario, la progression quantitative récente du nombre des non-salariés peut être saisie comme l’indice d’une mutation du paradigme productif, voire d’une mutation du travail, et elle n’est pas imputable seulement aux stratégies des employeurs en matière de gestion des emplois. De nouvelles figures du travailleur non salarié émergent aujourd’hui, elles concernent en particulier des travailleurs qualifiés œuvrant dans le secteur des services. Elles procèdent de la crise du salariat, mais expriment aussi une demande d’autonomie. En prenant appui sur le travail sociologique d’auteurs contemporains et d’auteurs du début du xxe siècle, nous montrerons, dans la première partie de cet article, que le travail indépendant a toujours été hétérogène, même si sa composition technique et sociale a évolué dans le temps. La multiplicité des termes mobilisés aujourd’hui dans la littérature et dans les systèmes statistiques – independent contractor, self-employed, freelancers, d’une part, travailleurs indépendants, non-salariés, travailleurs autonomes, travailleurs économiquement dépendants, d’autre part – reflètent à la fois cette hétérogénéité et la difficulté de caractériser une figure nouvelle du travail. Dans la deuxième partie, nous reviendrons sur l’ambivalence inhérente à l’expérience du travail indépendant, au sens où celui-ci relève à la fois d’une économie de la nécessité et d’une économie de l’autoréalisation (Bögendhold, 1996) et nous formulerons quelques hypothèses pour expliquer l’essor de ces nouvelles figures. Enfin, nous montrerons que celles-ci s’accompagnent aussi de formes renouvelées d’action collective.

La pluralité des formes du travail indépendant

  • 4 Pour sa reconstruction historique du débat des années 1930, S. Bologna a travaillé sur les document (...)

4Jusqu’aux années 1980, la sociologie du travail s’est intéressée essentiellement au travail salarié, délaissant la figure du travailleur indépendant qui semblait destinée à disparaître. Puis, la réapparition du travail indépendant, notamment en Allemagne et en Italie, a provoqué une réflexion sociologique sur les nouveaux travailleurs indépendants et suscité un intérêt renouvelé pour la sociologie du début du xxe siècle qui s’était confrontée à l’essor du salariat et à l’ampleur des questions sociales soulevées par celui-ci. De nombreux ouvrages et essais ont alors été réédités en Allemagne et, en 1996, le sociologue allemand Dieter Bögendhold proposait une reconstruction de l’œuvre d’enquête empirique et de réflexion théorique menée en Allemagne et en Autriche pendant les trois premières décennies du xxe siècle (Bögendhold, 1996). En s’inspirant du travail de Dieter Bögendhold, en 1997, Sergio Bologna a reconstruit4 à son tour le débat des années 1920 et 1930 (Bologna, 1997). Dieter Bögendhold et Sergio Bologna nous invitent à tirer de cette littérature des enseignements pour analyser la transition, dans le post-fordisme, de la non-indépendance à l’autonomie, soit le processus inverse de celui analysé par les sociologues allemands au début du xxe siècle.

La pluralité des formes du travail indépendant au début du xxe siècle

  • 5 « Économistes et socialistes sont tous d’accord – et c’est le seul point sur lequel ils s’entendent (...)

5Au début du xxe siècle, les transformations du modèle productif, la formation de la grande entreprise organisée selon les principes de l’organisation scientifique du travail de Taylor et du management de Ford ainsi que les effets de ces mutations du travail sur la structure sociale, étaient au cœur des analyses des économistes et des sociologues. Le phénomène qui attirait l’intérêt de l’observateur était d’abord l’augmentation rapide de la force de travail intégrée dans le système de la grande entreprise et provenant du travail indépendant. Pour autant, l’étude de cette transformation majeure laissait place à d’autres analyses, plus complexes, des structures sociales en mutation. En Allemagne, pendant la république de Weimar et contrairement aux attentes du début du siècle, la très petite entreprise continuait, malgré l’expansion de la grande usine, de représenter plus de 90 % de l’ensemble des entreprises. Ce phénomène n’a pas manqué de susciter l’intérêt pour l’étude du travail indépendant et des nouvelles classes moyennes. Il est à noter que, à peu près à la même époque, en France, Charles Gide (1920), en se basant sur les données du recensement de 1906 et sur d’autres sources statistiques de l’époque, évalue à un quart la proportion de travailleurs indépendants, c’est-à-dire de travailleurs qui gagnent leur vie sans employer de salariés et sans l’être eux-mêmes. L’auteur s’inscrit alors en faux par rapport à la croyance dominante de son époque en une loi de concentration industrielle qui tendrait à faire disparaître inéluctablement les derniers bastions de l’indépendance5. Il relève en effet, contrecarrant la tendance à la concentration, un mouvement continu de naissance d’industries nouvelles : « industries domestiques qui se détachent de la famille pour se constituer en métiers indépendants », naissance de petits métiers à partir d’inventions nouvelles. Cela n’empêche pas l’auteur de constater le risque croissant de dépendance économique des travailleurs indépendants : « Il semble bien, au contraire, qu’un grand nombre de ces petits producteurs tombe de plus en plus sous la dépendance de la grande industrie ou grand commerce, à tel point qu’ils cessent d’être des artisans, dans le sens attaché à ce mot, pour devenir simples salariés à domicile. Cette évolution qui se dessine aujourd’hui avec une intensité inquiétante tendrait à transformer la petite industrie en fabrique collective. » (Gide, 1920, 333). Dans ce cas, l’artisan se trouve réduit au rôle de travailleur à façon, comme cela a été le cas par exemple pour l’ouvrier tisserand de Lyon ou de Saint-Étienne. Brossant le tableau des conditions effectives de vie liées à cet état, l’auteur s’interroge : « vaut-il la peine de sauvegarder une ombre d’indépendance qui ne consiste le plus souvent que dans la possibilité de travailler plus longuement et plus péniblement qu’en fabrique et de vivre en marge des lois protectrices du travail ? », mais il ajoute aussitôt : « le travailleur est meilleur juge que nous des conditions de son bonheur » (Gide, 1920, 334).

  • 6 Expression utilisée pour se référer à la social-démocratie.
  • 7 Pour Geiger, la sociographie est une méthode de description des différences internes au corps socia (...)

6À l’instar de Charles Gide évoquant le mouvement permanent d’apparition de nouvelles formes du travail indépendant, Theodor Geiger (1932) est l’un des premiers à décrire finement l’hétérogénéité de ces figures dans le cas allemand. Il cherche à mettre en évidence la « zone grise » entre une époque et une autre, entre un mode de production et un autre, entre différentes formes du travail aux frontières indéfinies. En effet, critique vis-à-vis du déterminisme historique selon lequel la société tendrait vers une polarisation des classes sociales, et vis-à-vis du réductionnisme de la « vulgate marxiste »6 qui envisage la séparation de la société en deux classes antagonistes, Geiger conteste l’homogénéité interne aux classes et met au cœur de son analyse sociographique7 les mobilités vers le haut et le bas. Geiger distingue d’abord, parmi les classes moyennes, les anciennes (précapitalistes) et les nouvelles (capitalistes). Le noyau de l’ancienne classe moyenne était constitué par les paysans, les artisans, les petits commerçants, donc essentiellement par des travailleurs indépendants, tandis que le noyau de la nouvelle classe moyenne est représenté par les employés et en partie par les professions libérales et le nouveau fonctionnariat public. Si les employés constituent la composante fondamentale de la nouvelle classe moyenne, les différences internes conduisent Geiger à considérer cette nouvelle classe moyenne comme une galaxie composée de figures disparates, avec des habitus différents et opposés. De même, les nouveaux travailleurs indépendants, déclassés et appauvris pendant la république de Weimar, sont bien différents de ceux de la « première génération », c’est-à-dire le noyau de la vieille classe moyenne. Geiger reprend alors à son compte la notion de « prolétaroïde » mobilisée par Werner Sombart et par Goetz Briefs à propos de ces travailleurs qui se situent dans la strate inférieure, et les distingue des prolétaires, c’est-à-dire des travailleurs salariés, à faible niveau de qualification. D’un point de vue juridique et de l’organisation du travail, le prolétaroïde est « patron de sa vie laborieuse », il n’est pas soumis à un patron, à ses ordres et à son commandement sur son travail. Ce qui le différencie du prolétaire salarié. Mais, tout comme ce dernier, il subit la pression de la demande, il est contraint de reproduire chaque jour sa prestation de travail, condition même de sa survie. Il travaille à son compte, mais, comme le salarié, il vit essentiellement de sa force de travail. Du point de vue économique, il perçoit un revenu en tant que prestataire de travail, du point de vue juridique il représente une figure double, employeur et employé à la fois. Les termes « autonome » et « indépendant » peuvent donc servir à désigner un bloc social, mais, à l’intérieur de ce bloc, il faut distinguer ceux qui sont propriétaires d’un bien (un morceau de terre, une boutique, etc.) de ceux qui ne possèdent que leur propre force de travail. Pour ces derniers, qui se situent dans la strate des prolétaroïdes, Geiger a adopté le terme de « travailleur journalier en son compte », qu’il distingue des « travailleurs salariés mobiles » dont la rémunération est fixée en fonction du temps de travail. Entre le travailleur journalier en son compte et le travailleur salarié mobile, Geiger situe une figure-frontière, celle du « travailleur à domicile », en distinguant encore, à l’intérieur de cette catégorie, ceux qui achètent les matières premières et offrent leurs produits à leur propre clientèle, de ceux qui travaillent avec des matières premières fournies par des intermédiaires et qui vendent leurs produits à des donneurs d’ordres.

La pluralité des formes du travail indépendant au début du xxie siècle

7En nous déplaçant dans le temps, presque un siècle plus tard, la figure du travailleur indépendant, qui s’était estompée pendant la période de croissance dite fordiste-keynésienne, réapparaît dans les statistiques de l’emploi, toujours plurielle, bien que métamorphosée comme le mettent en évidence les études qualitatives.

  • 8 Cité par Bologna, op. cit.

8En Allemagne, le retour du travail indépendant date de la fin des années 1970 et serait pour partie lié à un mouvement autonome impulsé par la culture écologiste radicale (retour à la vie à la campagne, développement d’une agriculture alternative, retour aux activités artisanales, etc.) et porté essentiellement par des femmes qui auraient opté pour des formes de travail indépendant ou coopératif. Gerd Vonderach8, animateur d’un groupe de travail constitué par des sociologues à Oldenburg, rédige en 1980 un document ayant pour titre « Die “neuen Selbständigen”. 10 Thesen zur Soziologie eines unvermuten Phänomens » (Les nouveaux autonomes. 10 Thèses pour une sociologie d’un phénomène imprévu.) D’après son analyse, le nouveau travail indépendant constitue une réaction à la fois à la crise de l’emploi et à la crise du sens du travail, dans ses formes industrielles et bureaucratisées.

  • 9 European Foundation for the Improvement of Living and Working Conditions, Self-employed or not self (...)

9En Italie, comme en Allemagne, la progression du nombre de travailleurs indépendants a été relativement plus précoce et a connu une intensité plus grande que dans la plupart des autres pays européens, comme l’attestent les données statistiques produites par Eurofound9. Et c’est en Italie que, depuis trente ans déjà, s’est développé un large débat sur le travail indépendant. À la fin des années 1970, alors que les économies occidentales enregistrent un net ralentissement de la croissance, l’économie italienne connaît un nouvel essor. Les territoires qui affichent une dynamique sans précédent sont ceux de l’Italie du centre et ceux, interstitiels entre les grandes entreprises fordistes en crise, c’est-à-dire les territoires de la Troisième Italie (Bagnasco, 1977). Dans ces territoires fleurissent les microentreprises individuelles (ou avec un ou deux employés) organisées en réseaux. En s’inspirant des travaux d’Alfred Marshall, économistes (Becattini, 1987 ; 1992) et sociologues (Trigilia, 1986) développent alors les thèses sur les districts industriels, conçus comme une alternative au fordisme et à la production de masse (Sabel & Zeitlin, 1982). Ces travaux mettent en exergue le rôle de la microentreprise dans la dynamique d’innovation et de relance de l’économie. Mais d’autres chercheurs, critiques vis-à-vis d’un discours qui omet de voir dans la figure du microentrepreneur non seulement un entrepreneur, mais aussi un travailleur, s’intéressent, les premiers, aux nouvelles physionnomies du travail indépendant. Avec la notion de « travail autonome de deuxième génération », ils visent à saisir tant les nouveaux visages du travail indépendant que les ambiguïtés du travail autonome (non subordonné), mais en même temps dépendant (Bologna & Fumagalli, 1997). En effet, si le mouvement initial avait été impulsé par les conflits sociaux dans les grandes usines fordistes et par le refus du travail salarié, du « travail en miettes » (Friedmann, 1956), par la suite, la grande entreprise a repris le contrôle du travail en s’imposant comme donneur d’ordres. Remarquons l’ambivalence du phénomène : le nouveau travailleur autonome est une figure en tension entre autoréalisation et contrainte imposée par la grande entreprise. En traitant du « travailleur autonome de deuxième génération », Bologna et Fumagalli anticipent la notion de « travailleur économiquement dépendant » et mettent aussi en exergue le fait que les nouvelles figures du travailleur autonome, fort hétérogènes, sont néanmoins le plus souvent caractérisées par un niveau de formation élevé et travaillent dans les nouveaux secteurs des services.

10En explorant les figures du travail indépendant dans la société canadienne, Martine D’Amours (2006) montre, tout comme Bologna et Fumagalli, que l’archétype du travailleur indépendant n’est plus l’artisan, l’agriculteur ou le professionnel libéral mais plutôt le professionnel qui dispense des services aux entreprises ou le non-professionnel qui dispense des services à la personne. Inspiré, d’une part des travaux de Robert Salais et Michael Storper (1993), d’autre part de ceux de Yves Dupuis et Françoise Larré (1998) et de Marie-Laure Morin (Morin et al., 1999), son cadre d’analyse permet, à l’instar du travail de Geiger, de saisir la multiplicité des visages du travail non salarié et la pluralité de facettes dans la réalité du travail indépendant, en analysant celui-ci comme l’enchâssement d’une prestation de travail et de la production d’un bien/service :

    • 10 Dupuis et Larré ont montré qu’il existait une certaine autonomie entre ces deux dimensions, trop so (...)

    Le travailleur indépendant est un travailleur : à ce titre, il dispose d’une autonomie plus ou moins grande dans l’organisation de son travail ; en outre, il bénéficie ou non de protections collectives contre les risques professionnels et sociaux qu’il encourt (incertitude sur l’activité et aléas individuels)10.

  • Le travailleur indépendant est aussi un producteur : à ce titre, il peut être caractérisé par son statut professionnel ; par sa clientèle, plus ou moins étendue, d’individus ou d’entreprises ; par la nature du produit (ou service) qu’il fournit.

  • 11 Pour Martine D’Amours, le groupe « non-professionnels » correspond aux niveaux de compétences C et (...)
  • 12 Ce groupe spécifique est intitulé « les professionnels bénéficiant d’ententes collectives de travai (...)

11À partir de ces critères, l’auteure établit une typologie qui permet de rendre compte de la pluralité des figures du travail indépendant. Outre les figures anciennes des professions libérales et des petits producteurs dépendants, elle relève ainsi la montée du groupe des « non-professionnels indépendants » spécialisés pour la plupart dans les métiers de services à la personne11, l’essor des « conseillers et consultants », ainsi que la formation d’un groupe de professionnels des métiers de la communication et de la culture12.

  • 13 Voir le projet ANR Zogris coordonné par Donna Kesselmann.

12Pour éclairer la situation française, nous ne disposons pas d’une investigation d’aussi grande ampleur. Les travaux de Caroline Mazaud (2012) permettent néanmoins de mettre en évidence certaines transformations qui, depuis les années 1980, affectent l’idéal type de l’artisanat (tel que celui-ci avait été décrit en particulier par Bernard Zarca). L’auteure relève en particulier l’arrivée de nouveaux entrants qui ne sont pas passés par la norme traditionnelle d’acquisition des savoirs de métier, mais s’orientent vers l’artisanat à la suite d’études universitaires interrompues ou par désir de reconversion professionnelle, pour échapper à une situation salariée jugée insatisfaisante : ces derniers mettent en avant leur désir d’indépendance, « la possibilité d’organiser leur temps de travail et de vie comme ils l’entendent ». Dans ce cas, la mise à son compte ne relève pas d’un idéal issu d’une acculturation précoce, mais bien d’une bifurcation dans un parcours professionnel. L’auteure souligne clairement l’ambivalence inhérente à cette modalité d’accès à l’indépendance, entre nécessité pour échapper au déclassement et désir de réalisation personnelle. D’autres travaux s’attachent par ailleurs à explorer la « zone grise » qui se développe à la lisière entre travail salarié et indépendant13. Dans certaines activités comme les activités artistiques et le journalisme (Bureau & Corsani, 2012), mais aussi la communication, le conseil ou le développement de logiciels, le franchissement de la frontière entre salariat et indépendance constitue aujourd’hui une expérience commune, marquée par la même tension entre nécessité et autoréalisation, choix contraint et désir d’autonomie.

L’expérience du travail indépendant, entre nécessité et autoréalisation

13Comment saisir ces nouvelles dimensions du travail indépendant d’un point de vue sociologique ? Nous proposons de faire à nouveau un détour par la sociologie allemande du début du xxe siècle pour éclairer nos débats d’aujourd’hui : quelle signification les auteurs de l’époque donnaient-ils à la transformation qui se déroulait alors sous leurs yeux ?

Expérience et devenir du travail indépendant face à l’émergence du salariat au début du xxe siècle

  • 14 Nous nous référons ici à deux essais de Lederer réédités en 1979 par J. Kocka et analysés par S. Bo (...)

14En Allemagne, Lederer14 a été l’un des premiers à saisir le changement d’époque, changement lié au développement du salariat aux dépens du travail indépendant. Sa recherche porte sur les conséquences anthropologiques de ce changement : la disposition d’esprit, le changement de mentalité induit par le passage de la condition d’indépendant à la condition de salarié. Nous nous limiterons à évoquer ici trois questions soulevées par Lederer qui présentent, à nos yeux, un intérêt majeur pour la perspective présente. Le premier problème constaté par Lederer réside dans le fait que les observateurs continuent de penser avec la mentalité du xixe siècle. De même, aujourd’hui, peut-on se demander si la mentalité héritée des « trente glorieuses » ne constitue pas un obstacle majeur pour analyser et comprendre les nouvelles formes du travail indépendant et les mutations du paradigme productif qu’elles expriment. Elle conduit en effet à interpréter tous les phénomènes émergents dans les pays occidentaux comme dans les pays du Sud, en termes d’écart par rapport à la norme fordiste de l’emploi à temps indéterminé. La deuxième question qui nous intéresse ici est celle de la perception du temps, et de la précarité de l’existence de l’ouvrier, notamment en comparaison avec la stabilité de l’indépendant et du fonctionnaire. L’une des différences majeures entre la « mentalité » de l’indépendant et du salarié concerne, selon Lederer, les régimes temporels et la perception des temps de l’existence. Alors que pour l’indépendant, l’unité de temps est la vie même et l’unité d’espace la famille, pour le salarié comme pour le fonctionnaire, l’existence économique est détachée des moyens de production et dépend des conditions du contrat de travail. Mais à la différence du fonctionnaire, l’expérience du salarié est discontinue, étant donné la pluralité de contrats et d’employeurs. Ainsi, selon Lederer, l’un des aspects les plus importants du passage de la condition d’indépendant à celle de salarié est constitué par le fait que la vie, du point de vue économique, perd en stabilité et en continuité en raison précisément de la discontinuité des contrats de travail, alors que le travail indépendant des artisans, des paysans et des commerçants était inscrit dans la durée. On observe aujourd’hui un phénomène inverse, après plusieurs décennies d’institution du salariat, avec le développement de nouvelles formes, souvent précaires, de travail non salarié dont la figure du freelance constitue un exemple emblématique. La troisième question tient aux alternatives qui se présentent. Face au taylorisme, la collectivisation des moyens de production pourrait-elle constituer une alternative ? Pas pour Lederer, car elle maintiendrait un rapport anonyme entre le producteur et les moyens de production. L’idéal anarchiste dans lequel aussi bien le rapport entre le producteur et les moyens de production que le rapport entre le travailleur et son travail est un rapport direct, personnel, concret et contextuel, lui semble mieux convenir, mais il juge un tel horizon trop éloigné, le capitalisme n’étant pas prêt de mourir. L’alternative qu’il envisage alors par défaut est celle d’un système de droits permettant à l’ouvrier de retrouver une continuité de revenus dans la discontinuité de l’emploi.

Le devenir du nouveau travail indépendant en France face à la crise du salariat au début du xxie siècle

  • 15 La Coopérative d’activité et d’emploi est une société coopérative multiactive dont le chiffre d’aff (...)
  • 16 Nous ne pourrons malheureusement pas développer cette réflexion dans le cadre de l’article, mais c’ (...)
  • 17 D’après les données de 2012, 62 % des entrepreneurs salariés la CAE où nous avons mené l’enquête on (...)

15Jusqu’aux années 1980, l’alternative que Lederer avait envisagée comme la seule viable s’est imposée dans les pays occidentaux d’ancienne industrialisation, avant que le mouvement inverse de dé-salarisation ne reconfigure les questions qu’il posait. Comment rendre compte des transitions du salariat vers l’indépendance, en particulier parmi les travailleurs aux niveaux de qualification élevés, œuvrant principalement dans le secteur des services ? Pour apporter des éléments de réponse à cette question, nous prendrons appui sur une enquête exploratoire réalisée auprès de deux catégories de population précisément situées dans la « zone grise » entre salariat et indépendance : des entrepreneurs-salariés dans une coopérative d’activité et d’emploi (CAE)15 ; des développeurs et ingénieurs se rattachant à la communauté du Libre. Les premiers s’apparentent à des « indépendants déguisés en salariés », dans la mesure où ils sont salariés de la coopérative, mais autonomes dans l’exercice de leur activité ; les deuxièmes s’interrogent, individuellement et collectivement, sur le franchissement de la frontière entre ces deux formes de mise au travail, comme en témoignent par exemple les échanges relevés sur le forum Linux. Il est intéressant de noter que le premier groupe est à dominante féminine, tandis que le deuxième apparaît très majoritairement masculin. Si, comme le souligne Isabelle Bertaux-Wiame, l’installation reste principalement une affaire d’hommes avec l’appui de leur conjointe, l’expérience des CAE permet d’appréhender un « devenir indépendant » au féminin16. À partir du matériau recueilli (une douzaine d’entretiens semi-directifs, des ateliers de réflexion collective au sein de la coopérative, le relevé d’échanges sur le forum Linux), nous sommes en mesure de proposer quelques hypothèses pour expliquer, du point de vue de ces travailleurs, la bifurcation professionnelle vers le travail indépendant. Les propos recueillis éclairent davantage les faits déclencheurs de la transition professionnelle et l’expérience subjective des travailleurs, plutôt que les conditions qui ont rendu la transition possible. On peut supposer toutefois que le niveau élevé de qualification ainsi que la jeunesse (les développeurs en particulier se caractérisent par une moyenne d’âge peu élevée) facilitent la prise de risque17.

1 – Les modes de management déployés dans les grandes organisations placent de nombreux salariés, en particulier des cadres et des professionnels de services, dans des situations de conflit éthique. La sociologie comme la psychodynamique du travail ont abondamment décrit ces situations critiques auxquels les salariés peuvent être soumis : conflit entre un sens du travail bien fait et une injonction de résultat quantitatif ; obligation faite à la hiérarchie intermédiaire de répercuter sur les subordonnés les pressions subies, etc. (Dejours, 1998 ; Loriol, 2000 ; Dujarier, 2006). Face à l’aggravation et à la démultiplication de ces situations, l’indépendance peut alors apparaître comme la seule solution pour échapper à la violence du conflit éthique.

16Une psychologue clinicienne, entrepreneure salariée dans une CAE, raconte ainsi qu’elle a fait le choix de quitter le salariat pour devenir indépendante à la suite d’une expérience difficile en gestion des ressources humaines au cours de laquelle elle a dû affronter des conflits éthiques majeurs : « À la fin j’étais la reine des PSE (plans de sauvegarde de l’emploi) ». Elle ajoute que son histoire n’a rien d’un cas singulier : « une grande majorité d’entrepreneurs salariés, c’est suite à un conflit de valeurs qu’ils arrivent ici ». Forts de leur expérience en ressources humaines, plusieurs d’entre eux ont ainsi décidé de se regrouper et de créer ensemble une activité de formation et d’accompagnement pour développer la qualité de vie au travail dans les organisations.

2 – La coopération et le travail collectif tendent à devenir un mode ordinaire de mobilisation des salariés, dans la mesure où ils constituent aussi des enjeux décisifs de la productivité (Gheorghiu & Moatty, 1996). L’engagement dans des collectifs imposés devient alors une dimension importante du lien de subordination. Le désir de choisir avec qui coopérer constitue ainsi une motivation importante pour s’affranchir du salariat et parfois rechercher des formules d’indépendance à plusieurs.

17Spécialisée en création graphique et numérique, Sophie est entrée dans une CAE à la suite d’une mauvaise expérience du salariat, pour échapper à la subordination et à la pression des objectifs, mais aussi avec la ferme intention de trouver des personnes avec qui coopérer, à condition que cela relève d’un choix mutuel : « Je ne voulais pas travailler avec une personne que je ne pouvais pas sentir. [...] Il faut que j’en tire du plaisir, pas y aller à contre cœur ».

18Sylvain, jeune développeur informatique : « Je ne sais pas si c’est un effet de génération ou de milieu, de microcosme libriste hacker, mais on adore le travail collaboratif, quand on décide avec qui on travaille. [...] On est un peu des enfants gâtés ! Avec le web, on a pris l’habitude de choisir avec qui on travaille. Surtout si on s’est acharnés, que le logiciel nous tient à cœur, qu’on a pris des responsabilités dans ce logiciel, on a du pouvoir, on a le pouvoir de dire “non, je ne travaille pas avec toi !” Parfois ce n’est pas facile de s’accommoder des conditions classiques, normales de travail salarié en entreprise ou dans la recherche. »

3 – Le développement de la culture numérique et les formes d’acculturation qui l’accompagnent, en particulier dans la génération des digital natives, suscitent une nouvelle forme de rejet de la subordination salariale, à savoir la réticence à s’inscrire dans un environnement technique imposé. L’expérience du logiciel libre, et plus généralement l’acculturation au principe du peer to peer génère une revendication de liberté à l’égard des environnements techniques.

19Sylvain l’exprime ainsi : « Il n’est pas facile de vivre avec un pied dans le monde du logiciel libre où on est libre de nos outils et le monde du travail où on n’est pas libre. Être obligé de sacrifier ça (la liberté de choix des logiciels) dans l’environnement dans lequel on est censé mettre le plus d’énergie intellectuelle, des fois, ce n’est pas évident. Moi je l’ai parfois mal vécu ». Ingénieur en mécanique, s’étant formé par choix aux logiciels libres, Christophe refuse l’enfermement dans un rôle d’exécutant, même très qualifié : « je ne voulais pas retourner dans mon école parce que la voie parfaite, là-bas, c’était ce qu’on appelait avec mon pote “ingénieur clic droit” : les algorithmes sont implémentés par d’autres et vous faites juste un clic droit pour mettre les bons matériaux au bon endroit, vous n’avez jamais une vision d’ensemble du processus. C’était vraiment une paupérisation de l’ingénieur ! » À partir de ce refus, il a choisi de s’écarter de la trajectoire professionnelle à laquelle sa formation lui donnait accès pour défendre une conception militante du hack, comme voie de sortie du capitalisme et de la subordination salariale qui l’accompagne. De son côté, Andrea a exercé longtemps une activité artistique en bénéficiant du régime de l’intermittence et refuse aujourd’hui d’exercer son activité au sein d’un univers technique imposé : « Je fais du son et j’en ai eu marre d’acheter des choses dans les magasins qui m’imposaient la façon de concevoir le son. J’ai craqué, j’ai décidé de faire mes propres sons. »

4 – La maîtrise du temps a constitué un enjeu de lutte permanente dans l’histoire du salariat : lutte contre le travail mesuré par le temps, puis lutte pour la réduction du temps de travail subordonné. Si les institutions du salariat ont permis aux plus stables d’accéder à un horizon temporel (la sécurité de l’emploi permettant de faire des projets à moyen terme), ainsi qu’à une certaine gestion des temps (par la réservation du temps libre), ces deux promesses ne sont plus guère tenues pour un nombre croissant de salariés, qu’ils soient embauchés sur un contrat précaire ou qu’ils soient soumis à des astreintes et qu’il leur soit difficile de préserver leur temps libre à l’abri de toute intrusion professionnelle.

20D’après l’enquête menée au sein d’une CAE, la maîtrise de son temps est aussi l’une des motivations premières pour devenir entrepreneur-salarié. François, entrepreneur-salarié spécialisé dans le service à domicile, met aussi en avant la préservation de son temps libre : « Mon idée, c’est de travailler à temps partiel dans la structure pour 800 euros par mois. Comme ça je n’ai pas besoin de trop facturer mes clients, je peux avoir ma vie comme j’ai envie de la faire, avoir du temps libre pour faire autre chose : du sport, aller au ciné, lire un bouquin [...]. La CAE me permet d’être salarié, d’avoir les clients que j’ai choisis, les horaires de travail que j’ai choisis. [...] Il y a des mois où j’ai envie de travailler 200 h et puis un mois où j’aurai envie de travailler 40 h. [...] Moi, je n’ai pas l’impression de travailler en fait. Je fais ce qu’il me plaît, on va dire à peu près comme il me plaît. J’ai l’impression d’être en vacances tous les jours. Tout le monde me dit “tu prends des vacances ?” – Non, je suis en vacances tout le temps ! Je n’en ressens pas le besoin. »

  • 18 Même si, dans le cas des CAE, ces travailleurs sont statistiquement comptabilisés comme salariés.
  • 19 Sous la forme d’un chantier intitulé « Vers une mutuelle de travail ».

21Ces quelques hypothèses permettent d’esquisser les contours d’un phénomène qui, même limité, contribue à l’hétérogénéité du travail indépendant aujourd’hui : la transition de travailleurs qualifiés du salariat vers l’indépendance18. L’enquête exploratoire permet de faire l’hypothèse que ce phénomène procède de la dégradation de la condition salariale et des nouveaux modes de mobilisation au travail, mais aussi des aspirations liées à l’élévation du niveau de formation et de l’acculturation à des formes collaboratives d’interactions. Si l’on peut s’accorder avec Fanny Darbus (2008) pour constater que la transition vers l’indépendance permet à nombre de salariés d’échapper à une forme de déclassement, on ne saurait pour autant sous-estimer la portée de l’aspiration qui s’exprime clairement dans les entretiens et prend corps aussi dans la dynamique interne à la CAE que nous avons rencontrée19, vers l’invention de nouvelles formes de coopération au travail.

Des formes renouvelées de coopération et d’action collective ?

22Même si la bifurcation vers le travail indépendant, fut-il déguisé en salarié, résulte d’un choix fortement contraint, l’ensemble des motivations exprimées pour la justifier, traduisent donc in fine une demande d’autonomie dans le travail, déclinée dans ses différentes dimensions : choix de ses coopérations et de son environnement technique de travail, maîtrise de l’organisation de son temps, liberté de rester fidèle à sa propre éthique. Il est aussi frappant de constater que le choix de l’indépendance ne coïncide pas avec l’adhésion à un modèle entrepreneurial. Les débats entre développeurs sur le forum de Linux montrent d’ailleurs que, dans ces métiers de la connaissance, l’indépendance n’apparaît pas nécessairement plus lucrative que le salariat. Que ce soit au sein de la CAE ou dans la communauté du Libre, nombreux sont les indépendants à la recherche de modes de coopération libre, vecteurs de solidarité, mais aussi d’innovation, ce qui explique l’émergence de formes nouvelles comme les espaces de coworking ou les coopératives d’activités et d’emploi. Si les CAE, comme les sociétés de portage salarial, « déguisent » les indépendants en salariés, leur permettant ainsi d’accéder à un minimum de droits sociaux, elles offrent aussi, comme les espaces de coworking, des opportunités de rencontres et d’apprentissages croisés (Fabbri & Charue-Duboc, 2013).

23Frédéric a choisi de se reconvertir en accordeur de piano après vingt ans de travail salarié dans une banque : « S’est alors posée la question de la forme : sous quelle forme exercer cette activité ? Le premier truc, c’est je me mets à mon compte. Mais me mettre en mon nom, entrepreneur, seul dans son coin, ça ne m’intéressait pas vraiment. Par ma culture, j’étais plus proche déjà des courants de pensée coopératifs, mutualistes, parce que je bosse dans une banque mutualiste, donc cette idée me plaisait. J’ai rejoint la CAE comme ça. [...] J’étais content de voir que cette idée de coopérative renaissait. Ce n’est pas l’état d’esprit du moment qui est très individualiste. Donc moi, je me sens bien ici, on n’est pas seul, on croise des gens de tous les horizons, il y a une richesse extraordinaire. » De la même façon, Guillaume Libersat raconte comment il a finalement mis en œuvre son projet, en mobilisant à la fois le cadre d’une CAE et celui d’un espace de travail collaboratif : « Au tout début, je me suis orienté vers les circuits classiques pour “créer” : incubateurs, financeurs, CCI, etc. Je me suis rendu compte que la plupart voulaient me tordre mon projet dans le seul but d’aligner des chiffres dans un tableau en faisant passer au second plan la nature du projet et mon idéal de vie. Par chance, j’ai rencontré une CAE qui s’est intéressée à mon projet personnel et m’a fait confiance. [...] Même si tu as beaucoup de liberté et que tu peux te permettre parfois de te lever à 12 h ou de te prendre quelques jours à l’arrache à l’autre bout du monde (et en plus, en info, tu peux bosser de n’importe où, alors autant en profiter !), tout n’est pas toujours tout rose. D’abord, être isolé quand tu es indépendant, ça peut vite taper sur le système. Idem, quand ton lit, ton bureau, ta cuisine et ton canapé ne font plus qu’un : tu peux vite fait côtoyer la descente aux enfers. Comme je le disais plus haut, de mon côté, j’ai fait le choix de monter un espace de travail collaboratif sur Lille pour aussi éviter ces problématiques. Du coup, la plupart du temps, je vais bosser, quand je ne suis pas en déplacement, dans cet espace de coworking, dans une ambiance conviviale ».

24Nombreuses sont aujourd’hui les initiatives nées à la lisère entre travail salarié et indépendant et qui renouent, en les renouvelant, avec les traditions du mutualisme et de la coopération telles qu’elles ont été développées au xixe siècle. Rappelons qu’au tournant du siècle précédent, Charles Gide, considérant que le sentiment de travailler pour soi ou pour ses pairs et non pour un maître constitue l’une des conditions préalables à la « vie heureuse », s’interrogeait sur la nature des institutions capables de « conférer ou sauvegarder l’indépendance économique » et voyait dans l’association d’indépendants une solution privilégiée pour résister à l’emprise de la grande industrie, que cette association ait pour objet l’accès au capital, l’approvisionnement en matière première ou la recherche de débouchés. À l’heure actuelle, les CAE recherchent dans la coopération entre entrepreneurs-salariés (partage de commandes, réponses communes aux appels d’offres, création de marques communes regroupant des activités complémentaires), les moyens d’accroître l’autonomie de chacun dans son travail, tout en assurant un minimum de protection mutuelle. De leur côté, les makers, héritiers de la philosophie du logiciel libre, créent et font vivre des lieux et des événements dédiés au travail collaboratif. Il s’agit d’espaces équipés de machines et au moins partiellement libres d’accès, pour développer des projets individuels ou collectifs en dehors de tout lien salarial, ce qui constitue une différence majeure avec les CAE. Qu’ils soient animés d’une motivation principalement ludique ou qu’ils entrevoient un horizon politique de reconquête d’un espace de production et de consommation autonome, ils réinventent à leur façon le travail et la libre coopération, en dehors des rapports hiérarchiques propres aux organisations. L’inspiration des utopies du xixe siècle est aussi très présente dans la conception italienne du Cinquième État (Allegri & Ciccarelli, 2013). De quoi s’agit-il ? Si, sous l’Ancien Régime, le Tiers État désignait la partie de la population qui n’appartenait ni à la noblesse, ni au clergé, le Quatrième État était constitué par les ouvriers et les paysans, mais aussi par ceux qui appartenaient aux anciennes corporations et avaient plongé dans la pauvreté : les sans-emploi, les vagabonds. Le Cinquième État dont parlent Allegri et Ciccarelli à propos de la structure sociale en Italie au début du xxie siècle serait constitué par quelque huit millions de personnes qui vivent d’un travail autonome, précaire, sous-payé, au noir et qui, de ce fait, ne bénéficient pas de droits sociaux. Le Cinquième État renvoie, selon les auteurs, à une condition sociale qui s’est enracinée dans le travail indépendant, s’est affirmée dans les anciennes et nouvelles professions (avocats, architectes, chercheurs, consultants, graphistes, experts en marketing en réseau) et dans les activités non subordonnées, précaires et intermittentes. Il s’agit d’un agrégat extrêmement hétérogène du point de vue du statut professionnel, de la position sur le marché, des habitus, même si Allegri et Ciccarelli mettent en avant une variable d’âge : ceux qui exercent une activité indépendante sont avant tout ceux qui sont nés après 1970 et qui sont arrivés sur le marché du travail au milieu des années 1990, tout comme les figures que nous avons analysées dans nos recherches de terrain. L’ensemble constitue, d’après eux, 23 % de l’emploi en Italie. Dans la perspective d’envisager le travail indépendant comme une véritable alternative à la crise du travail salarié standard, les auteurs s’intéressent à toutes les expériences d’associationnisme qui, en renouant avec les pratiques mutualistes et coopératives du Quatrième État au xviiie et xixe siècle, conjuguent indépendance individuelle et coopération sociale afin de garantir l’autonomie dans le travail de tout un chacun. Il s’agit notamment des expériences de coop capitalisme (capitalisme collaboratif), de co-housing et de crowdfunding, des pratiques de désintermédiation et de coworking (généralistes et sélectifs), et des FabLab.

Conclusions

  • 20 Voir en particulier Gherardi & Murgia (2013), Armano & Murgia (2012), Banfi & Bologna (2011)

25Depuis le xixe siècle, la figure du travailleur indépendant n’a jamais véritablement disparu, mais elle a pris à chaque époque des visages multiples et mutants. Si les institutions de la société salariale ont contribué à construire le travail indépendant comme une catégorie homogène, plus précisément comme un envers du salariat, les études empiriques anciennes et actuelles20 en révèlent la profonde hétérogénéité et ambivalence. Pendant la période fordiste, l’emploi salarié avait progressé quantitativement et qualitativement, grâce aux droits sociaux octroyés en contrepartie de la subordination. Mais depuis les années 1980, le travail indépendant connaît une nouvelle et significative évolution. Comme le suggère Philippe Madinier (2013), il est important de bien s’entendre sur les mots « indépendance » et « dépendance » qui ont historiquement caractérisé les deux statuts du travail. En effet, toute activité est dépendante, nous sommes toujours liés par des liens d’interdépendance. La véritable question est celle de l’autonomie. Si le travailleur salarié fordiste a négocié la cession de son autonomie en contrepartie de la stabilisation du revenu, les nouveaux indépendants portent des exigences nouvelles de reconquête de l’autonomie dans le travail et certains la recherchent dans l’association et le mutualisme, redonnant ainsi une nouvelle jeunesse à des expériences héritées du xixe siècle. D’une part, les CAE visent à créer les conditions de l’autonomie dans le travail de chacun en agençant les modalités du travail indépendant et la coopération, de l’autre, l’univers makers se développe dans un espace de coopération au-delà du salariat et du travail indépendant et l’autonomie prend ici le sens d’une autonomie vis-à-vis du système techno-scientifique. Néanmoins, deux questions majeures s’imposent. La première tient aux conditions individuelles de cette autonomie, c’est-à-dire le contexte familial, le niveau de formation, l’âge, le système de protection sociale dont ces nouveaux indépendants peuvent bénéficier selon les contextes institutionnels nationaux. En reprenant la catégorisation de Pierre Bourdieu (1980), il s’agirait d’analyser les trois formes de capital (économique, culturel et social) dont disposent les individus et qui leur permettent de s’engager dans des expériences de travail indépendant ou bien d’exercer des activités productives gratuitement. La deuxième tient aux conditions nécessaires pour réaliser l’autonomie comme entreprise collective au sens de Cornelius Castoriadis (1975). Dans cette perspective, la réalisation de l’autonomie de tous ne suppose-t-elle pas aussi une réforme radicale du concept même de welfare, pensé comme welfare universel (Allegri & Ciccarelli, 2013), de façon à garantir à la personne du travailleur la pleine jouissance de ses droits et de sa liberté dans le travail par-delà la nature du contrat ?

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aglietta M. (1997), Régulation et crises du capitalisme, Paris, Éditions Odile Jacob.

Allegri G. et R. Ciccarelli (2013), Il Quinto Stato. Perché il lavoro indipendente è il nostro futuro. Precari, autonomi, free lance per una nuova società, Milano, Ponte alle Grazie.

Armano E. et A. Murgia (ed.), Mappe della precarietà, Bologna, Odoya.

Bagnasco A. (1977), Tre Italie – La Problematica territoriale dello sviluppo italiano, Bologna, Il Mulino.

Banfi D. et S. Bologna (2011), Vita da freelance : i lavoratori della conoscenza e il loro futuro, Milano, Feltrinelli.

Becattini G. (ed.) (1987), Mercato e forze locali : il distretto industriale, Bologna, Il Mulino.

Becattini G. (1992), « Le district marshallien : une notion socioéconomique », dans G. Benko et A. Lipietz (ed.), Les Régions qui gagnent, Paris, PUF, 35-55.

Bernstein S., Coiquaud U., Dupuis M.-J. et al. (2009), « Les transformations des relations d’emploi : une sécurité compromise ? », Regard sur le travail, vol. 6, n° 1, 19-29.

Bertaux-Wiame i. (2004), « Devenir indépendant, une affaire de couple », Cahiers du genre, n° 37, 13-40.

Bögenhold D. (1996), Das Dienstleistungsjahrhundert. Kontinuitäten und Diskontinuitäten in Wirtschaft und Gesellschaft, Stuttgart, Enke Verlag.

Bologna S., (1997) « Per un’antropologia del lavoratore autonomo », dans Bologna S. et A. Fumagalli (ed.), Il lavoro autonomo di seconda generazione, Milano, Feltrinelli, 81-132.

Bologna S. et A. Fumagalli (ed.) (1997), Il Lavoro autonomo di seconda generazione, Milano, Feltrinelli.

Bourdieu P. (1980), « Le capital social. Notes provisoires », Actes de la recherche en sciences sociales, n  31, 2-3.

Bureau M.C. et A. Corsani (2012), Un Salariat au-delà du salariat ?, Nancy, PUN.

Cacciamali M-C. (2004), « Régime d’accumulation et processus d’informalité : le Brésil et le Mexique à l’unisson de l’Amérique Latine », dans Lautier B. et J. Marques Pereira (dir.), Brésil, Mexique, deux trajectoires dans la mondialisation, Paris, Karthala, 201-224.

Castoriadis C. (1975), L’Institution imaginaire de la société, Paris, Le Seuil.

D’Amours M. (2006), Le Travail indépendant. Un révélateur des mutations du travail, Québec, Presses universitaires du Québec.

Darbus F. (2008), « L’accompagnement à la création d’entreprise », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 175, 18-33.

Dejours C. (1998), Souffrance en France, Paris, Le Seuil.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dujarier M.-A. (2006), L’Idéal au travail, Paris, PUF.
DOI : 10.3917/puf.dujar.2006.01

Dupuis Y. et F. Larré (1998), « Entre salariat et travail indépendant : les formes hybrides de mobilisation du travail », Travail et emploi, n° 77, 1-14.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Fabbri J. et F. Charue-Duboc (2013), « Un modèle d’accompagnement entrepreneurial fondé sur des apprentissages au sein d’un collectif d’entrepreneurs : le cas de La Ruche », Management international, vol. 17, n° 3, 86-99.
DOI : 10.7202/1018269ar

Friedmann G. ([1956] 1964), Le Travail en miettes. Spécialisation et loisirs, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Geiger T. ([1932] 1987), Die Soziale Schichtung des Deutschen Volkes : Soziographischer Versuch auf Statistischer Grundlage, Stuttgart, Enke Verlag.

Gheorghiu M.D et F. Moatty (2006), « Réorganisation des entreprises et caractéristiques du travail collectif dans l’industrie : la diversité des formes de coopération », Revue économique, vol. 57, n° 4, 1177-1203.

Gherardi S. et A. Murgia (2013), « By Hook or by Croock: Temporary Workers between Exploration and Exploitation », Research in the Sociology of Organisations, vol. 37, 75-103.

Gerry C. (1980), « Petite production marchande ou “salariat déguisé” ? », Revue du Tiers Monde, n° 82, 387-403.

Gide C. ([1920] 2007), Les Institutions de progrès social, Paris, L’Harmattan.

Lederer E. (1979), Kapitalismus, Klassenstruktur und Probleme des Demokratie in Deutschland 1910-1940, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht.

Lighton P. et D. Brown (2013), Futur Working: the Rise of Europe’s Independent Professionals, London, EFIP.

Loriol M. (2000), Le Temps de la fatigue. La gestion sociale du mal-être au travail, Paris, Anthropos.

Madinier P. (2013), Une Économie de services sans servité, Paris, L’Harmattan.

Mazaud C. (2013), « Artisan, de l’homme de métier au gestionnaire ? », Travail et emploi, n° 130, 9-20.

Morin M-L (dir.), Dupuy Y., Larré F. et S. Sublet (1999), Prestation de travail et activité de service, Paris, La Documentation française/ministère de l’Emploi et de la Solidarité, coll. « Cahier Travail et Emploi ».

Sabel C. et J. Zeitlin (1982), « Alternative storiche alla produzione di massa », Stato e Mercato, n° 5, 213-258.

Salais R. et M. Storper (1993), Les Mondes de production. Enquête sur l’identité économique de la France, Paris, Éditions de l’EHESS.

Trigilia C. (1986), Grandi Partiti e piccole imprese, Bologna, Il Mulino.

Vivant E. (2013), « Être autoentrepreneur, c’est pas si facile. Les ambiguïtés d’une nouvelle catégorie juridique », intervention aux Journées d’étude Le travail indépendant : santé et conditions de travail, 18 septembre, Paris.

Haut de page

Notes

1 http://www.freelancersunion.org/

2 Données EUROSTAT et Commission européenne, Bilan de l’Observatoire européen de l’emploi : le travail indépendant en Europe, 2010

3 En effet, la mesure des nouveaux indépendants – que l’on distingue des anciens indépendants, soit les commerçants, les agriculteurs et les chefs de micro et petites entreprises – et la comparaison entre pays sont complexes. La difficulté de mesure tient à plusieurs facteurs, parmi lesquels, à part le cadre institutionnel des contrats et des statuts, il y a le fait que les freelancers peuvent ne pas se déclarer comme tels, soit pour éviter les lourdeurs administratives, soit parce qu’ils ne s’identifient pas comme entrepreneurs.

4 Pour sa reconstruction historique du débat des années 1930, S. Bologna a travaillé sur les documents des années 1918-1933 de l’Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik fondée par Werner Sombart, Max Weber et Edgar Jaffe en lien avec Joseph Schumpeter et Alfred Weber édité par Emil Lederer et sur les archives de la revue Die Arbeit.

5 « Économistes et socialistes sont tous d’accord – et c’est le seul point sur lequel ils s’entendent – pour déclarer que la petite industrie et le petit commerce sont condamnés par les lois de l’évolution sociale » (Gide, 1920, 330).

6 Expression utilisée pour se référer à la social-démocratie.

7 Pour Geiger, la sociographie est une méthode de description des différences internes au corps social, réalisée grâce au croisement des données et analyses des conditions économiques et du positionnement professionnel. Le démarche de la sociographie consiste à diviser les différents blocs sociaux ou strates de la société de façon à les différencier les uns par rapport aux autres, en fonction à la fois de leur mentalité et de leur position dans la division sociale du travail.

8 Cité par Bologna, op. cit.

9 European Foundation for the Improvement of Living and Working Conditions, Self-employed or not self-employed? Working conditions of “economically dependent workers”, 2013.

10 Dupuis et Larré ont montré qu’il existait une certaine autonomie entre ces deux dimensions, trop souvent confondues dans la caractérisation du travail indépendant.

11 Pour Martine D’Amours, le groupe « non-professionnels » correspond aux niveaux de compétences C et D selon la Classification nationale des professions.

12 Ce groupe spécifique est intitulé « les professionnels bénéficiant d’ententes collectives de travail », en lien avec une spécificité de la législation canadienne sur le statut professionnel des artistes.

13 Voir le projet ANR Zogris coordonné par Donna Kesselmann.

14 Nous nous référons ici à deux essais de Lederer réédités en 1979 par J. Kocka et analysés par S. Bologna dans son essai de 1997.

15 La Coopérative d’activité et d’emploi est une société coopérative multiactive dont le chiffre d’affaires est généré par l’activité indépendante de chaque salarié. La coopérative fonctionne à la fois comme une société de portage salarial et comme une pépinière d’entreprises, mais elle est irréductible tant à l’une et qu’à l’autre, du fait de la non-sélection des projets retenus, du caractère permanent de l’accompagnement (individuel et collectif) et surtout du fait qu’elle ne vise pas la création de multiples entreprises individuelles, mais le développement d’une entreprise partagée.

16 Nous ne pourrons malheureusement pas développer cette réflexion dans le cadre de l’article, mais c’est une piste d’investigation à poursuivre.

17 D’après les données de 2012, 62 % des entrepreneurs salariés la CAE où nous avons mené l’enquête ont au moins bac + 3.

18 Même si, dans le cas des CAE, ces travailleurs sont statistiquement comptabilisés comme salariés.

19 Sous la forme d’un chantier intitulé « Vers une mutuelle de travail ».

20 Voir en particulier Gherardi & Murgia (2013), Armano & Murgia (2012), Banfi & Bologna (2011)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Christine Bureau et Antonella Corsani, « Du désir d’autonomie à l’indépendance », La nouvelle revue du travail [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 17 novembre 2014, consulté le 04 décembre 2016. URL : http://nrt.revues.org/1844 ; DOI : 10.4000/nrt.1844

Haut de page

Auteurs

Marie-Christine Bureau

LISE – CNAM

Articles du même auteur

Antonella Corsani

IDHES – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org