Navigation – Plan du site
Varia

Créer de la continuité : un travail en soi

Artistes intermittents du spectacle et saisonniers agricoles
Creating continuity: a work itself. Workers from the agricultural and entertainment industries
Crear continuidad : un trabajo en sí mismo. Intermitentes del espectáculo y trabajadores agrícolas temporales
Nicolas Roux

Résumés

L’agriculture et le monde du spectacle disposent historiquement d’un cadre institutionnel favorisant le recours à la discontinuité de l’emploi. Au vu du développement des formes particulières d’emploi, il apparaît judicieux d’observer comment les saisonniers agricoles et les artistes du spectacle font face à la précarité et sécurisent leur parcours professionnel. En effet, à la recherche d’autonomie de ces salariés précaires s’oppose la vulnérabilité de leur situation sociale. Ils développent alors des pratiques qui, au final, représentent « un travail en soi » : elles traversent les temps d’emploi et hors-emploi et mobilisent des compétences autant relationnelles, techniques que corporelles. Cette comparaison permet ainsi de mettre à jour la manière dont les salariés précaires peuvent gérer l’alternance des périodes d’emploi et hors-emploi et anticiper l’avenir. Elle pose également la question de l’inégalité et de la pluralité des ressources individuelles, invitant par là même à réfléchir à d’autres filets de sécurité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Expression mise en italique par l’auteur.

1D’aucuns s’inquiètent de l’« effritement de la société salariale » (Castel, 1995), alors que la précarité de l’emploi est « au principe même du travail salarié » (Maruani & Reynaud, 2004, 56) : l’enquête historique de plus d’un siècle de A-S. Beau (2004) sur le grand commerce montre que les contrats à durée déterminée (CDD) et le temps partiel ne datent pas de la crise des années 1970. Il devient intéressant en ce sens de comparer deux secteurs, l’agriculture et l’entreprise du spectacle, qui disposent historiquement d’un cadre institutionnel facilitant et régulant le recours à des formes particulières d’emploi. Les formes d’emploi au sein desquelles travaillent les artistes du spectacle et les saisonniers agricoles enquêtés dérogent à la norme d’emploi du point de vue de la durée et de la stabilité du contrat de travail, comme les contrats à durée déterminée, l’intérim ou divers stages. Toutes ces formes d’emploi indiquent « le caractère décisif du temps et, plus particulièrement, de l’intermittence1, entendue comme discontinuité des temps » (Cingolani, 2006, 22). Le « temps de l’astreinte » des pigistes et des intermittents dont parlent Bureau & Corsani (2012, 121) montre en effet que, pour les salariés à l’emploi discontinu, le temps hors emploi n’est pas un temps libéré du travail mais investi dans la recherche d’emploi et diverses pratiques visant à sécuriser leur parcours professionnel : ils doivent créer la continuité que ne leur apportent ni l’organisation du travail de leur secteur d’activité (par projet), ni leur situation contractuelle (CDD d’usage pour les intermittents et rémunération à l’article pour les pigistes).

  • 2 Car nous avons choisi de centrer notre analyse sur les personnes vivant à moyen ou long terme de ce (...)

2Si la situation d’emploi des saisonniers agricoles et des artistes du spectacle est comparable à celle de bien d’autres salariés embauchés en CDD, il nous semble qu’il ne s’agit ni des mêmes temporalités ni du même degré de contrainte. En effet, s’ils partagent avec eux l’incertitude de l’emploi à court terme – à la fin de leur contrat – les salariés enquêtés, pour espérer durer dans leur secteur d’activité2, doivent créer une triple continuité : au niveau des revenus, de l’emploi – pour faire face à l’alternance de périodes d’emploi et de chômage – et du parcours professionnel – la diversité et l’irrégularité des emplois compromettant toute représentation et planification a priori. La discontinuité temporelle des deux populations enquêtées se situe donc à trois niveaux : à (très) court terme, pour simplement subvenir à leurs besoins ou trouver un prochain emploi – la recherche d’emploi est ainsi permanente – ; à moyen terme, pour travailler un maximum de temps au cours de l’année – afin d’obtenir ses droits à l’assurance chômage, par exemple – ; et à long terme, pour pouvoir se projeter dans son activité professionnelle. C’est donc sur ce manque de visibilité quant à leur situation d’emploi et leur parcours professionnel que nous voulons insister : il s’agit pour eux d’intégrer cette incertitude, à la fois répétée et diffuse dans le temps, dans une projection à long terme.

3Cette étude comparative se situe dans la lignée de travaux qui se sont attachés à observer les pratiques développées par les individus pour faire face à la précarité (Cingolani, 2006 ; Sarfati, 2012). Plus précisément, la comparaison vise à comprendre comment deux populations, qu’a priori tout oppose (socialement, culturellement ou en termes de capitaux), font face à la même nécessité, à savoir créer de la continuité et sécuriser leur parcours professionnel. Les pratiques de ces salariés pas comme les autres peuvent en effet nous éclairer plus largement sur la manière de gérer l’alternance de périodes d’emploi et de chômage et donc la précarité.

4La première partie s’arrête sur la construction sociale de l’emploi précaire dans les deux secteurs puis sur l’expérience ambivalente de la précarité, entre autonomie et vulnérabilité. Si certaines ressources permettent à ces salariés précaires de se prémunir a minima de la vulnérabilité, nous verrons qu’elles sont inégalement réparties entre les deux populations. Malgré ces inégalités, la deuxième partie illustre les pratiques qu’elles développent, leur permettant à la fois de « gérer le présent » et d’anticiper l’avenir.

Emploi précaire et expérience de la précarité

La saisonnalité de l’agriculture et l’intermittence du spectacle

5La première des trois acceptions que distingue P. Cingolani dans la notion de « précarité » est celle du travail ou, plus précisément, de l’emploi précaire. Il s’agit ici de voir comment est apparu puis s’est développé l’emploi précaire et quelles fonctions managériales il recouvre pour les acteurs de chaque secteur.

6Reconnue depuis la loi Montagne du 9 janvier 1985, la saisonnalité de l’agriculture a été actée en 1997 par la création du dispositif TESA (titre emploi saisonnier agricole). Celui-ci vise à simplifier les démarches liées à l’embauche des saisonniers et permet aux employeurs agricoles d’embaucher régulièrement des salariés sur de courtes périodes, en CDD n’excédant pas trois mois. Le recours à la saisonnalité est également facilité par les exonérations successives des charges patronales sur les contrats courts (Darpeix, 2010, 107).

7Malgré le retard du salariat agricole dans l’acquisition des droits sociaux – du fait d’une invisibilité sociale, syndicale, politique et académique (ibid., 114) –, celui-ci est depuis longtemps constitué de « figures salariales » (Vincq et al., 2012) correspondant à une division du travail au sein des exploitations. Une première distinction peut être établie entre les salariés permanents (embauchés en CDI) et les salariés saisonniers. Les « CDD saisonniers »représentent 89 % des CDD conclus dans le secteur agricole (Darpeix, 2010, 105-106) et leur proportion augmente par rapport à 2002, alors que celui des CDI diminue sur la même période (Villaume, 2011). Avec le dispositif TESA, ils participent d’une « flexibilisation externe » (Darpeix, 2010, 23) : main d’œuvre temporaire, les CDD saisonniers permettent également à l’employeur de s’adapter aux exigences passagères, qu’elles soient naturelles ou liées à des imprévus (défection d’un salarié, par exemple). Si cette distinction n’est pas suffisante – des passages sont possibles entre ces deux catégories et celles-ci recouvrent des pratiques et des usages variés – elle permet de mettre en évidence le caractère construit de la saisonnalité : l’existence du CDI intermittent ou de dispositifs tels que le groupement d’employeurs montre que d’autres formes d’emploi sont possibles pour remédier aux variations de l’activité.

8Dans le secteur du spectacle, « le recours à des contrats courts, à la pièce, au “cachet”, ou au “service”, est une réalité très ancienne dont on retrouve la trace dans tous les contrats types établis durant l’entre-deux-guerres » ; le terme de « salarié intermittent » apparaissant juridiquement à la fin des années 1930 (Grégoire, 2009, 25). La discontinuité y est reconnue par le droit du travail, par la possibilité qu’ont les entreprises de recourir au CDD dit d’usage : il leur permet d’embaucher un même salarié sous CDD de manière récurrente, et ce, sans contraintes au niveau de la durée du contrat ou des délais entre deux contrats. L’emploi intermittent est en effet fondé sur l’organisation du travail par projet : la durée du contrat, de la journée de travail et le montant des revenus sont à chaque fois différents, en raison de la possibilité offerte à l’employeur de recourir à un mode de déclaration forfaitaire des heures – réservée à l’embauche d’artistes et de réalisateurs –, le « cachet ». « Ainsi, les CDD d’une journée sont-ils loin d’être une exception » (Corsani & Lazzarato, 2008, 89). Les annexes 8 et 10 de l’assurance chômage, créées dans les années 1960, permettent néanmoins aux intermittents d’obtenir plus facilement l’indemnisation chômage que dans les autres annexes, car relevant de critères particuliers.

  • 3 www.anefa.org
  • 4 Insee Languedoc-Roussillon – Présentation de la région (mis à jour en novembre 2009). www.insee.fr

Le poids du Languedoc-Roussillon et de la région parisienne dans les saisons agricoles et l’intermittence du spectacle
Le choix des régions enquêtées renvoie principalement au poids de chacune dans l’activité – notamment discontinue – de chaque secteur.
En ce qui concerne l’entreprise du spectacle, Paris ne déroge pas au constat souvent fait de la « forte polarisation des marchés artistiques autour des grandes concentrations urbaines […], le volume et la diversité de l’offre d’emploi apparaissant comme des facteurs positifs d’insertion durable. » (Rannou & Roharik, 2009, 118)
Pour l’agriculture, l’ANEFA (Association nationale pour l’emploi et la formation agricole) rappelle que le Languedoc-Roussillon fait partie des « grandes régions viticoles et arboricoles qui totalisent presque la moitié de l’emploi salarié saisonnier3 ». Même si le nombre d’emplois dans l’agriculture viticole diminue, notamment en raison de la crise viticole, la région possède « toujours le premier vignoble français en surface »4.

La recherche d’autonomie

9La précarité « ne suppose pas un travailleur qui d’emblée voudrait se stabiliser ou qui inversement aurait choisi l’instabilité » (Cingolani, 1986, 8). Elle n’est donc pas seulement un fait objectif, mais aussi une expérience subjective. La deuxième acception de la notion de précarité, les précaires, s’attache ainsi à saisir le sens des pratiques précaires.

10On retrouve dans le discours de saisonniers la distanciation du travail décrite par P. Cingolani dans L’Exil du précaire (1986). Ces précaires expriment des besoins spécifiques qui peuvent se résumer par le refus d’un investissement total dans le travail : il s’agit d’« arracher » du temps au travail pour l’investir dans la vie hors travail. La trajectoire et le discours de René (59 ans) sont représentatifs de ces besoins. Alors qu’il travaillait à la banque depuis la fin de ses études (baccalauréat agricole puis unités de valeur en économie, droit, management et comptabilité), des « éléments extérieurs » l’amènent à « changer de travail » à l’âge de 34 ans. Il ne donne pas de détails sur cette « cassure » dans sa trajectoire, mais il n’aura de cesse à partir de ce moment-là de sa vie – et de l’entretien – de mettre à distance le travail, celui-ci constituant un obstacle à la réalisation de ses activités hors travail : « dans cette première partie de ma vie, je voyais un cursus, pour le métier » ; puis « cette entreprise de liberté, de voyage, et un côté sportif se sont réveillés ». Tout au long de cet entretien, il ne parlera pratiquement pas de son travail actuel de saisonnier agricole ou de celui d’employé à la banque, mais plutôt de ses activités extraprofessionnelles : excursions à la montagne, visites de sites du patrimoine de l’Unesco, courses de vélo, etc. Si une analyse de sa trajectoire montrait qu’il n’a pas délibérément « choisi » de travailler en saisons, il s’est approprié cette situation comme un moyen de mettre à distance le travail. Précisons toutefois que le fait d’être propriétaire de sa maison – ce qui, nous le verrons, est peu fréquent chez les saisonniers – et d’avoir pu cotiser pour la retraite lorsqu’il travaillait à la banque – il lui reste environ deux années à travailler pour comptabiliser tous ses trimestres – lui permet d’appréhender l’avenir sereinement.

  • 5 L’enquête de A. Corsani et M. Lazzarato révèle notamment que seulement 39 % des intermittents inter (...)

11Sa critique du monde du travail provient en partie de la « discipline capitaliste du travail » au sens de E.P. Thompson ([1967] 2004), qu’il retrouve dans ses emplois saisonniers à la cave coopérative du village, lors des vendanges : « je ne supporte pas un règlement strict, où on ne peut pas interpréter le règlement. Un jour, le chef m’a dit : “le travail c’est 8 h 00-12 h 00, point ; c’est pas 7 h 55 ou 12 h 05”. » Cette dimension subversive et alternative des précaires se retrouve chez les artistes. Il en ressort une critique du « travail emploi » dont nous parle A. Gorz (1997, 96), qui s’est construite autour de la norme d’emploi fordiste (CDI à temps plein pour un seul employeur). Comme de nombreux intermittents5, Adeline (comédienne, 30 ans) n’accepterait pas un CDI, car cela reviendrait à perdre son autonomie – même relative – quant au choix du travail et quant à sa diversité :

Il y a des jours où je me dis que de ne jamais savoir ce que tu vas faire dans trois mois, c’est pas une vie. Et le reste du temps, je me dis que c’est quand même la vie que j’ai choisie, et que je préfère ça plutôt que d’être dans un bureau et de me lever tous les matins pour aller au même endroit, voir les mêmes gens et faire les mêmes choses. Je pense que ça a contribué au choix de vie que j’ai fait.

12Le discours d’Adeline renvoie au final à l’équation « liberté-précarité » exprimée par les intermittents : « d’un côté, la précarité, de l’autre, l’autonomie ; d’un côté, l’instabilité et l’incertitude […], de l’autre, le refus de la subordination, de “l’usine”, de la discipline et de la monotonie qu’on lui prête. » (Grégoire, 2009, 23-24)

Vulnérabilité sociale et inégalités de ressources

13Cette dernière citation nous rappelle que la dimension subversive des précaires ne doit pas cacher la vulnérabilité de leur situation sociale, tout comme les inégalités de ressources dont ils disposent pour y faire face. Il est question ici de la troisième acception : la précarité, « entendue comme synonyme d’une manifestation spécifique de la pauvreté » (Cingolani, 2006). Si des saisonniers et des artistes parviennent à trouver un équilibre de vie à long terme en mobilisant un certain nombre de compétences – voir infra – celui-ci peut être menacé par le risque de la « désaffiliation » (Castel, 1991), lorsqu’à une intégration professionnelle incertaine se rajoute une fragilité des supports de proximité.

14Au-delà de la pénibilité du travail, les salariés agricoles, et en particulier les saisonniers, sont parmi « les plus pauvres d’entre les pauvres », comme le relatait déjà l’Organisation internationale du travail en 19966. Des différentes catégories socioprofessionnelles, les ouvriers sont les plus touchés par la pauvreté (21 %)7. Dans notre échantillon, seuls 2 saisonniers ont une moyenne de revenus sur l’année supérieure au SMIC – le plus haut revenu mensuel atteignant 1 500 €. Les revenus des autres avoisinent pour moitié avec le niveau du SMIC, l’autre moitié se situant en dessous, flirtant avec le seuil de pauvreté. Les pratiques de travail non déclaré sont ainsi fréquentes pour compenser la faiblesse de l’indemnisation chômage. Johanne, célibataire de 56 ans et saisonnière viticole dans un petit village de l’Aude, gagne le SMIC lorsqu’elle travaille et touche environ 600 euros d’indemnisation chômage quand elle ne travaille pas. Lors de l’été 2013, elle s’est trouvée en difficulté pour deux raisons. Elle a tout d’abord eu des « soucis » avec Pôle emploi, car elle a travaillé de manière non déclarée tout en percevant le RSA activité : celui-ci a donc été suspendu temporairement, ce qui était problématique pour payer son loyer de 440 euros. Elle a dû ensuite changer de voiture, car la précédente est « tombée en panne ». Les réparations étant trop chères, elle a mis trois semaines à en trouver une autre ; un ami lui vient alors en aide en lui prêtant sa voiture ainsi que 2 000 euros. La situation de Johanne révèle à la fois la vulnérabilité des saisonniers agricoles – notamment quant à l’accès à la consommation et à la propriété – et les ressources nécessaires à la vie professionnelle et sociale en milieu rural. Posséder un véhicule est effectivement une condition indispensable pour trouver du travail et le garder ; tout comme le fait d’être intégrée à la société d’interconnaissances (Mendras, 1976) du village lui permet d’être aidée par un ami.

  • 8 Insee (mise à jour novembre 2009). Le Languedoc-Roussillon : une région attractive malgré un défici (...)

15Le risque de désaffiliation est en définitive évité par le capital social de Johanne, qui est d’ailleurs la seule forme de capital qu’elle peut mobiliser. Son baccalauréat de secrétariat ne peut être valorisé en raison de la prédominance de l’agriculture dans l’emploi du Languedoc-Roussillon – à côté de l’hôtellerie-restauration8. Parmi les saisonniers enquêtés, un seul possède un niveau de diplôme supérieur au baccalauréat, 5 sont sans-diplôme ou ont le brevet des collèges, 4 ont un CAP ou un BEP et 5 ont le baccalauréat. Ils sont issus majoritairement (10) de parents ouvriers et employés ; les professions intermédiaires, intellectuelles et supérieures sont quant à elles absentes. Le fait de recourir aux saisons agricoles renvoi finalement dans leur discours à un choix par défaut : « quand t’as pas de diplôme, c’est ce qu’il y a de plus simple, les saisons » (Marine, 26 ans). Johanne ne peut pas non plus compter sur les revenus d’un conjoint pour payer son loyer en cas de difficulté. Seuls 5 saisonniers sont propriétaires d’un logement – ils sont dans ce cas-là tous en couple –, quand bien même notre échantillon affiche une moyenne d’âge relativement élevée (42 ans) : 6 ont 50 ans et plus, et 7 ont entre 30 et 50 ans – 4 ont entre 23 et 29 ans.

  • 9 Selon les propos d’un responsable de la MSA du Languedoc-Roussillon.
  • 10 Nous ne détenons pas d’information sur le logement d’un des enquêtés.

16En ce qui concerne les intermittents, « depuis 1969, la Sécurité sociale les fait bénéficier d’un régime original qui construit de la continuité là où il n’y a que discontinuité » (Gazier, 2003, 319-320). À la différence des saisonniers, qui peuvent être victimes des « effets de seuil9 » liés à l’assurance chômage et ainsi passer à côté de certains droits sociaux, l’annexe 10 des artistes constitue un filet de sécurité institutionnel certes relatif, mais non-négligeable. En plus de faciliter l’accès à l’assurance chômage, elle permet aux artistes de dégager du temps, qu’ils peuvent investir, entre autres, dans la recherche d’emploi, la diversification de leur activité, l’entretien de leur corps ou la création d’un projet – voir infra. Au niveau des ressources sociales, les intermittents forment une catégorie de population d’origine sociale souvent favorisée (Gouyon & Patureau, 2013, 153) et « ayant atteint des niveaux de formation générale largement supérieurs aux niveaux moyens en France » (Corsani & Lazzrato, 2008, 104). Les deux tiers des artistes enquêtés ont au moins un des parents issu des professions intellectuelles supérieures et plusieurs d’entre eux ont au moins un parent qui exerce une activité artistique (professionnelle ou de loisir) ou en lien avec ce domaine. Un seul ne possède pas un niveau de diplôme au moins équivalent au baccalauréat – près de la moitié possèdent un niveau de diplôme I et II – et tous ont effectué une ou plusieurs formations professionnelles. Ce capital culturel leur permet de se former continuellement, de pouvoir envisager une reconversion future ainsi que d’être mobiles. Ces ressources sociales sont particulièrement adaptées à l’intermittence ainsi qu’à un marché du travail au sens large où l’une des conditions requises pour durer est aussi d’intérioriser son incertitude (Sarfati, 2012). Enfin, si l’« entre-soi communautaire » (Sibaud, 2013, 213) et la vie d’artiste génèrent un « rythme de vie hors norme » (Sorignet, 2010, 1) compliquant l’aménagement de la vie familiale et sentimentale – les taux de célibat et de séparation élevés, ainsi que la quasi-inexistence d’unions instituées, contrastent avec les chiffres de la population générale –, ils constituent des supports de proximité qui participent à l’insertion professionnelle, mais aussi sociale des intermittents, pouvant compenser les difficultés d’accès au logement. Concernant les 17 artistes de l’échantillon de notre thèse10, sur les 9 qui occupent un logement en location – dont la moyenne d’âge est de 32 ans –, 1 est en sous-location, 3 sont en colocation et 3 sont en couple, à chaque fois avec des artistes. 7 autres artistes ont pu devenir propriétaires soit à un moment où ils étaient en couple et où les prix de l’immobilier étaient moins chers – leur moyenne d’âge est de 41 ans –, soit grâce à un héritage familial.

  • 11 Bulletin du département des études et de la prospective, « Les danseurs », Développement culturel, (...)
  • 12 Se reporter au site du collectif des « matermittentes » : www.matermittentes.com

17Si les artistes semblent somme toute davantage dotés en ressources institutionnelles et sociales que les saisonniers, quelques nuances sont à apporter. Tout d’abord, comme nous le verrons plus bas, il ne faut pas négliger les mécanismes de mise en relation au sein des sociétés d’interconnaissances, dont certains saisonniers peuvent tirer profit à travers la constitution d’une réputation locale. Ensuite, les parcours professionnels des intermittents sont particulièrement courts, puisqu’ils sont rares à avoir plus de 50 ans : la moyenne d’âge des danseurs est de 32,5 ans, celle des comédiens et des musiciens de 38 ans11. Plusieurs causes peuvent expliquer cette réalité : l’usure du corps des danseurs et des artistes de cirque, l’incertitude perpétuelle du renouvellement des droits, la prépondérance des réseaux et de la réputation dans l’accès à l’emploi ; ou encore la non-progression, la variabilité et la faiblesse des salaires. Sur ce dernier point, Corsani et Lazzarato indiquent que « la part la plus importante des intermittents (56,4 %) gagne un salaire annuel compris entre la moitié du SMIC et un peu plus d’un SMIC » (Corsani & Lazzarato, 2008, 67). De nombreux acteurs du monde du spectacle dénoncent de manière plus générale la « précarisation » (Nissim, in Bureau et Corsani, 2012) de leur métier suite à la réforme de 2003. La situation des « matermittentes », des intermittentes qui perdent une partie ou la totalité de leurs droits sociaux au cours du congé maternité, en est l’illustration extrême12. Cette intériorisation de la précarité peut entraîner des pratiques actives de sécurisation de l’avenir, comme l’ont fait Michaël (40 ans) et sa compagne (comédienne) en empruntant pour l’acquisition de trois appartements. Si ce « choix de surendettement » a des conséquences sur leur consommation (« je ne passe pas un mois sans que je ne puisse plus utiliser ma carte bleue »), il permet de soutenir une perspective professionnelle à long terme : 

On fait quand même des boulots marqués par la précarité. Donc, le fait qu’à un moment donné, on ait pu avoir des emprunts pour acheter des apparts parce que l’argent n’était pas trop cher – chose qui ne serait plus possible aujourd’hui – ça a été une chance de pouvoir faire quelque chose d’un peu rassurant.

Créer de la continuité : un travail en soi

18Si les degrés de vulnérabilité varient selon les situations socioprofessionnelles, les saisonniers et les artistes partagent la nécessité de créer de la continuité et de sécuriser leur parcours professionnel. Les pratiques qu’ils développent contribuent à améliorer leur capacité à se maintenir sur le marché du travail : à court ou moyen terme, lorsqu’il s’agit de combler une période de chômage ou de travailler un maximum de temps dans l’année ; et à long terme, si l’on souhaite continuer à travailler dans le même secteur d’activité ou dans un autre à l’avenir. Créer de la continuité s’avère être « un travail en soi » : développer et entretenir son réseau, diversifier les activités ou les tâches que l’on peut réaliser, entretenir son corps, monter sa compagnie ou se former pour devenir exploitant agricole sont autant de pratiques qui traversent les temps d’emploi et hors-emploi. Les saisonniers et les artistes sont néanmoins inégalement armés pour y faire face.

Les réseaux : l’importance des savoir-être dans des milieux peu institutionnalisés

C’est assez aléatoire. Mettons que P. [son employeur principal] tombe malade, qu’il arrive un autre employeur qui décide de prendre deux CDI de plus et de ne plus prendre de saisonniers : tu te retrouves sur le cul. Pour la taille aux H., ça fait quand même douze ans que je taille pour eux, mais, chaque année, je vais quand même les voir pour savoir si j’ai les vignes.

19Cette citation de Claire, saisonnière agricole (51 ans), témoigne de la fragilité des relations d’emploi à laquelle sont soumises les deux populations enquêtées. Les saisonniers et les artistes doivent toujours anticiper, même lorsqu’ils sont en emploi, car « tu n’es pas sûr de faire toujours les mêmes choses d’une année sur l’autre ». Dans ces secteurs où l’activité est faiblement institutionnalisée, les compétences relationnelles jouent un rôle majeur : « les relations professionnelles, c’est un travail en soi. » (Comédienne, 30 ans)

20L’organisation de la carrière des artistes repose « sur la multiplicité des liens contractuels » (Menger, 2005, 46). Cela se caractérise le plus souvent par une disposition à la rencontre, liée en particulier à la présence à des évènements publics (spectacles, concerts, expositions, etc.) :

Il y a beaucoup de relations publiques. Alors ce n’est pas que de l’hypocrisie ! Moi, je vais voir des spectacles parce que j’aime ce que font les gens, mais j’ai remarqué que, quand tu montrais un peu ta tête aux spectacles, les gens ils te rappelaient plus facilement. Puis, tout simplement, tu viens voir leur spectacle, ils viennent voir le tien… (Artiste lyrique, 27 ans)

21Ainsi, Tanguy, artiste de cirque (30 ans), n’hésite pas à aller à la rencontre de ses pairs, avant ou après un spectacle, afin de faciliter la rencontre avec un potentiel futur employeur :

Il y a une chose pour laquelle je ne suis pas timide : c’est d’aller voir des metteurs en scène, d’autres artistes, des comédiens ou des chorégraphes, d’aller les remercier après leur spectacle, leur dire que j’aime vachement leur boulot quand c’est le cas, de dire qui je suis et ce que je fais, et qu’éventuellement j’aimerais les rencontrer dans le boulot. Pour l’instant, ça a toujours fonctionné comme ça.

22Il faut également être « sympa ». Les travaux de L. Sibaud (2013), sur les réseaux de cooptation des musiciens de variété, et ceux de P.-E. Sorignet (2006), qui concernent la relation entre les danseurs et les chorégraphes, illustrent le brouillement des frontières entre le professionnel et l’amical, avec le risque de mettre en péril la relation d’emploi en cas de conflit. Il importe donc à la fois de multiplier et diversifier les contacts et de conserver un « noyau dur » d’employeurs (Pilmis, 2007).

23Les réseaux des saisonniers circulent par des canaux différents. Dans les petits villages ruraux tout particulièrement, ils se situent au sein d’une société d’interconnaissances où une grande majorité de la population se connaît. Le bouche-à-oreille est central dans la mise en relation avec les employeurs : contrairement aux artistes, qui disposent d’évènements publics et de représentations pour faire des rencontres et se rendre visibles, c’est quasiment l’unique canal par lequel circule l’information. Ils partagent cependant avec eux l’importance de la réputation, qui doit se gérer comme un « capital » qui « informe les employeurs sur les aptitudes et sur la valeur du personnel » (Menger, 2005, 58). Leur réputation est « transitive : si un sujet est fiable et s’il fait confiance à quelqu’un, alors ce tiers est fiable » (Vincq et al., 2012, p. 19). Mais la mise en relation avec les employeurs est différente de celle des artistes, car elle engage leur personnalité tout entière ainsi que leur mode de vie. Il s’agit d’une « gestion de proximité » des exploitants agricoles (ibid., 8) : à leurs yeux, le fait qu’un saisonnier vive non loin du lieu de travail, possède un véhicule et soit « sédentaire » signifie que celui-ci est disponible et flexible. La notoriété de Claire, 51 ans – certains employeurs lui demandent de travailler sans qu’elle ne les ait contactés –, s’explique ainsi par son ancienneté (cela fait 12 ou 13 ans qu’elle est saisonnière agricole) et le fait qu’elle soit toujours restée dans le département de l’Aude. Elle se qualifie comme une « saisonnière permanente » : elle n’a au final qu’un mois et demi de congés par an, ne prend jamais de vacances (« comme ça au moins c’est plus simple ») et est quasiment assurée d’avoir un travail régulier chez son employeur principal. Cela lui permet de ne pas vivre « au jour le jour » et de pouvoir s’organiser « au moins sur une année ».

24La localité et la sédentarité sont donc rassurantes et valorisées dans le milieu agricole, contrairement au monde du spectacle dont l’organisation du travail par projet prête davantage à la mobilité, à la multiplication des rencontres et à des relations d’emploi plus courtes. Mais si la société d’interconnaissances peut permettre aux saisonniers de se construire une réputation positive, le revers de la médaille est fréquent, puisque l’information circule rapidement et à l’intérieur d’un réseau plus resserré. Cette inscription au sein d’un marché du travail local, ajouté à une plus grande prévisibilité et à une plus longue durée des tâches à effectuer au cours de l’année – cf. infra – font que les saisonniers sont finalement plus dépendants de l’établissement de relations durables avec les employeurs que les artistes.

Diversifier les activités ou diversifier les tâches

  • 13 Nous retenons ici la définition générique de cette notion que propose Le Larousse, à savoir « la ca (...)

25Diversifier les tâches pour les saisonniers ou diversifier les activités pour les artistes leur permettent d’améliorer leur employabilité13, mais aussi de pouvoir se projeter dans un certain avenir. Les mécanismes et les enjeux sont néanmoins différents pour les deux populations : tandis que les artistes font coexister plusieurs activités (professionnelles ou extraprofessionnelles), les saisonniers se spécialisent dans une activité en y développant leur polyvalence.

26Qu’elle concerne des emplois limités au domaine artistique ou non, la diversification de l’activité des artistes répond à deux fonctions principales : gérer le présent et anticiper l’avenir. Pour la première, dans un grand nombre de cas, la diversification est une nécessité économique : « courir le cachet » ou « faire des piges » fait partie de l’ordinaire, afin de répondre à un besoin financier momentané ou d’obtenir le nombre suffisant d’heures travaillées pour l’indemnisation chômage. Elle est également nécessaire au maintien de la compétence et de la construction identitaire. En ce qui concerne l’anticipation de l’avenir, plus que la gestion de l’incertitude à court terme, avoir une autre activité à côté de celle que l’on considère comme principale peut permettre de se constituer une « voie pour durer » (Perrenoud M., in Bureau et al., 2009, p. 90). La plupart des artistes étant conscients des incertitudes qui pèsent sur leur marché du travail, ils songent souvent à une reconversion professionnelle afin d’anticiper d’éventuelles difficultés. Gérard, par exemple, chargé de production (42 ans), tente aujourd’hui de compléter la pratique artistique qu’il développe – qui était jusqu’alors du théâtre gestuel – par de nouvelles disciplines : Chi Kong, Taïchi, médecine chinoise… Cela lui permet non seulement d’élargir sa pratique artistique, mais également de se constituer une forme de sécurité par rapport à l’avenir :

Donc je suis sur des projections de deux-trois ans, mais c’est vrai que, en parallèle, je lance des pistes à droite à gauche. En parallèle, il y a tout ce qui est formation, médecine chinoise. Je me dis : on ne sait jamais, ça peut toujours être un autre pied sur lequel danser.

27L’activité agricole est quant à elle structurée autour de tâches qui se succèdent de manière périodique. Hors entretien, Claire me cite les tâches qu’elle peut être amenée à effectuer à la vigne tout au long de l’année : la taille, l’arrachage, la pioche, attacher des baguettes, premier palissage, dépalissage, deuxième palissage, troisième palissage, un peu d’arrosage, parfois du défonçage, les vendanges, les vendanges en vert, etc. La capacité des saisonniers à réaliser un maximum de tâches leur permet de travailler le plus longtemps possible au cours de l’année et donc de limiter la discontinuité de l’emploi. Un « avantage » pour Évelyne (49 ans) : « il y a plein de travaux à la vigne ; si t’apprends à tailler, à dégriller, à remonter les fils, tu arrives à avoir du travail à l’année pratiquement. » Savoir tailler et conduire un tracteur représente ainsi un réel atout, les autres tâches ne requérant pas autant de savoir-faire. Une fois ces compétences acquises et reconnues par les employeurs – ajoutées à la disponibilité du salarié déjà décrite – travailler en saisons à long terme peut devenir envisageable, d’autant plus que, « aux dires des exploitants qui embauchent, 50 % de l’effectif des équipes de saisonniers est stable et renouvelé, à l’identique, chaque année » (Vincq et al., 2012, 18). Ces compétences peuvent même permettre de devenir salarié permanent, en tant que technicien par exemple.

28Mais c’est ici que la différence de capital culturel avec les artistes décrite plus tôt peut faire son effet. Contrairement à ces derniers, pour qui la formation permanente est structurante de l’évolution de leur parcours professionnel et de leur identité, certains saisonniers ne souhaitent pas ou éprouvent de l’appréhension à se former, l’école représentant pour eux une expérience douloureuse voire un « échec ». Évelyne a par exemple « laissé tomber » l’apprentissage de la taille, car son échec scolaire – elle a arrêté ses études après l’obtention du brevet des collèges pour travailler et se « faire de l’argent de poche » – lui fait redouter toute situation d’apprentissage (« dès que j’ai un échec, je fais un blocage… »).

Entretenir et soigner son corps : employabilité, endurance et longévité

  • 14 La question du rapport au corps peut donc aussi concerner les comédiens qui jouent des rôles « phys (...)
  • 15 Se reporter au site de la CIP (coordination des intermittents et précaires) : www.cip-idf.org

29Au-delà des compétences techniques et relationnelles s’ajoutent les compétences corporelles. Chez les artistes, la question du rapport au corps concerne principalement les domaines de la danse et du cirque. Leur corps étant leur « outil de travail numéro 1 » (comédienne14, 30 ans), il leur importe que celui-ci ne connaisse pas de coup d’arrêt ou de fatigue. En effet, outre la complexité administrative relative à l’indemnisation des accidents de travail15, une blessure peut écarter les artistes de propositions ou interrompre une relation d’emploi avec un chorégraphe. Les limites corporelles engendrent en outre une contrainte temporelle forte : un « impératif de jeunesse », « lié à la brièveté de leur trajectoire de danseur du fait d’une usure précoce de son corps » (Rannou & Roharik, 2009, 119-120). La plupart des danseurs et artistes de cirque enquêtés (les plus âgés avaient 37 ans) ont à l’esprit cette usure du corps et font une estimation approximative du nombre d’années qu’ils leur restent à exercer : « c’est vrai qu’un comédien, a priori, ce n’est pas son corps qui lui fait prendre sa retraite. Y a un rapport au temps qui s’inscrit aussi dans le corps. » (Artiste chorégraphique, 36 ans)

30Ainsi, « tenir la douleur fait partie des compétences professionnelles » (Sorignet, 2006, 6) : cela leur permet d’être employable le plus souvent possible et sans interruption. Cette compétence se traduit par une pratique régulière de l’activité, mais aussi par l’entretien de la santé. Le temps hors travail est ici pleinement investi. Tout d’abord par des pratiques sportives régulières non-directement liées à l’activité artistique telles que la natation, l’escalade, la course à pied ou le vélo (« je fais du vélo, ça me maintient en bonne santé, mais ça fait aussi partie de mon entraînement quotidien » ; artiste chorégraphique, 36 ans). L’origine sociale et/ou la socialisation professionnelle facilitent ensuite une « familiarité avec un discours médical alternatif qui participe à la construction d’un rapport au corps centré sur l’écoute et l’introspection » (ibid., 13) : le recours à l’ostéopathie, à l’acupuncture, à des arts martiaux ou au yoga et une hygiène de vie adaptée sont autant de pratiques développées par les enquêtés. L’importance de l’entretien du capital corporel s’accentue au fur et à mesure de leur âge et de leur durée d’activité, car, au-delà de 40 ans, « âge social et biologique qui remet en cause la légitimité de pouvoir continuer à se penser danseur », une blessure est perçue « comme un facteur de fragilisation tant physiologique que sociale » (ibid., 16).

31Du côté des saisonniers, leur reconnaissance, au-delà de leur disponibilité, repose sur l’« efficience du travail » (Vincq et al., 2012, 3). À l’image du chorégraphe, l’exploitant agricole veut être assuré du consentement à l’effort du saisonnier. À la différence de l’artiste de cirque ou du danseur, le saisonnier a cependant affaire à des tâches répétitives. Pour les travaux courts mais décisifs, où la rapidité de la récolte peut compter dans la qualité du produit (cueillette des fruits ou vendanges, par exemple), il doit être capable de suivre une cadence de travail importante. S’il est perçu par l’employeur comme endurant, il pourra être rappelé pour la taille, puis pour l’éclaircissage, etc. et finalement travailler pratiquement toute l’année et revenir la saison suivante. Cette endurance fait office de sélection naturelle. Johanne (56 ans) me raconte ainsi, en souriant et avec fierté qu’avec son équipe – reconduite chaque année – ils ont « tué » (à la tâche) des « petits jeunes » qui découvraient le travail saisonnier en début d’été.

32Le corps subissant des conditions de travail difficiles, des maux tels que les tendinites, l’arthrose ou le dos bloqué, ressortent fréquemment des entretiens. La faiblesse de leur capital culturel et le « déni populaire des pénibilités » (Gollac, 2011, 25) font que la conscience de l’entretien du capital corporel vient souvent tard dans leur parcours professionnel. Les pratiques qu’ils développent semblent moindres par rapport aux artistes : il s’agit de « vieilles recettes de grand-mère » (Johanne), comme porter un bracelet en lin à la cheville pour faciliter la circulation du sang, consommer régulièrement du curcuma – anti-inflammatoire qui soigne les arthrites, tendinites, blessures, etc. – ou du magnésium. Il faut également noter qu’à cause de cette usure du corps et de la pénibilité physique, certains des saisonniers les plus âgés refusent de devenir salarié permanent, car ils ne pourraient pas supporter ce rythme toute l’année, les périodes de chômage liées aux saisons leur permettant de récupérer – certains prennent des « cachets » pour « tenir le coup ».

Travailler pour soi

33Devenir « salarié-employeur » pour les artistes, ou devenir exploitant agricole pour les saisonniers, peut représenter une solution au manque d’emploi et/ou constituer un projet pour l’avenir (« si personne ne me fait danser, je vais me faire danser moi » ; artiste chorégraphique, 37 ans).

34La figure de « salarié-employeur » (un salarié employé par sa propre structure) s’inscrit dans la nouvelle économie du monde culturel et de l’intermittence, qui « se configure à partir d’une multiplicité de petites et moyennes productions et compagnies » : « 29 % des intermittents du spectacle se déclarent salarié-employeur » (Corsani & Lazzarato, 2009, 38-39). Ce type d’initiative concerne principalement les métiers artistiques et croît avec l’âge. Le fait de créer sa propre structure est donc « très souvent l’expression d’un projet personnel qui se définit dans le cadre d’une évolution de la carrière » (ibid., 85). Si c’est le cas de certains artistes enquêtés expérimentés, travailler pour soi ne renvoie pas qu’à cette seule logique. Pour des artistes plus jeunes et qui peinent à se créer un réseau et être embauchés, cette initiative peut constituer un tremplin. Justine (musicienne, 32 ans) a par exemple éprouvé des difficultés à s’insérer sur le marché du travail à son retour de Chine, où elle est partie plusieurs années : faisant face à des difficultés financières, elle décide de monter sa compagnie de spectacles pour enfants. C’est également le cas d’artistes qui n’ont pas fait de grandes écoles artistiques ou qui n’ont pas su tirer profit du réseau tissé en son sein.

35Créer son exploitation agricole peut faire partie des projets de certains saisonniers : devenir propriétaires et ne plus être subordonnés à un employeur sont les principales motivations. Ce projet a été formulé par ceux travaillant ou ayant travaillé au sein d’un GEIQ (groupement des employeurs pour l’insertion et la qualification). L’enquête de B. Zimmermann a en effet illustré comment, sous certaines conditions, le groupement d’employeurs pouvait favoriser l’écoute et la mise en place de l’évolution du parcours professionnel des salariés, par la proximité entre ces derniers et les différents employeurs du groupement (Zimmermann, 2011). Par exemple, Mohamed (25 ans) aurait la possibilité de devenir autoentrepreneur avec son père, qui possède 1,5 hectare dans une commune proche de Perpignan. Même s’il s’agit d’une « idée », car il faudrait investir, il sait qu’il pourrait obtenir le soutien de la maison des agriculteurs (un syndicat des jeunes agriculteurs), sur les conseils du GEIQ avec lequel il vient de terminer son contrat. La maison des agriculteurs pourrait effectivement lui proposer une formation portant sur la gestion d’une entreprise, ce qui complèterait ses compétences d’ouvrier qualifié. Il pourrait ainsi se débrouiller par ses propres moyens – et ceux de sa famille – sans avoir à embaucher.

36Mais pour les saisonniers, travailler pour soi représente le plus souvent un projet difficilement atteignable, en raison de l’investissement financier que cela nécessite et de la faiblesse de leur capital social – pour trouver une aide financière ou monter une exploitation à plusieurs. La contrainte est moins importante pour les artistes qui, par la multiplicité des rencontres, disposent d’un capital social plus important – ce qui facilite également la recherche de financements.

Conclusion

37Toutes ces pratiques contribuent à gérer l’incertitude à court terme, mais également à rendre l’avenir plus soutenable pour ces salariés précaires. Créer de la continuité s’avère être un travail en soi : il s’agit de mobiliser des compétences techniques, relationnelles et corporelles qui s’entretiennent aussi bien lors des temps d’emploi que hors emploi, et qui répondent à des temporalités et des contraintes variées. Si parmi les artistes et saisonniers enquêtés, certains éprouvent des satisfactions quant à leur cadre d’emploi et au mode de vie associé, en mettant à distance le travail ainsi que la norme d’emploi, cela s’opère au prix d’un équilibre long à construire et en même temps fragile : la recherche d’autonomie des précaires reste soumise au risque de la désaffiliation.

38L’importance de la sécurisation personnelle de leur parcours professionnel pose la question de l’inégalité et de la pluralité des ressources dont ils disposent. Malgré la précarisation du secteur depuis 2003, nous avons vu que les artistes possèdent davantage de ressources sociales et institutionnelles que les saisonniers agricoles. Pour la majorité de ces derniers, l’origine sociale et l’expérience douloureuse que représente l’école n’autorisent pas une aspiration à une autre condition que celle de saisonnier ou d’ouvrier (« on est là pour être ouvrier, on le restera, c’est comme ça » ; saisonnier agricole, 51 ans) et compromet l’idée d’une reconversion. L’attachement au territoire et un mode de vie sédentaire, ensuite, renforcent leur dépendance au marché du travail local et à la société d’interconnaissances dans lequel ce dernier est inséré. Ainsi, à l’inverse des artistes, qui malgré l’incertitude du marché du travail artistique espèrent y rester le plus longtemps possible, les saisonniers ne s’identifient pas au travail saisonnier. Les plus jeunes y voient une étape transitoire vers l’emploi stable ou le travail indépendant – à l’instar de l’intérim de transition de C. Faure-Guichard (2000) – tandis que les plus âgés espèrent « tenir jusqu’à la retraite », le champ de possibles leur paraissant restreint (« à mon âge, qu’est-ce que tu veux que je fasse d’autre ? » ; saisonnière agricole, 56 ans).

39Ces inégalités rappellent donc que le cadre institutionnel permettant aux employeurs de recourir plus facilement à la flexibilité de la main d’œuvre doit être complété de filets de sécurité visant à accompagner le parcours professionnel des salariés et ses transitions. Pour les intermittents, jusqu’en 2003, « les conditions spécifiques d’ouverture des droits aux allocations chômage et les modalités de perception des allocations ont joué pendant longtemps un rôle important en relâchant partiellement la contrainte monétaire du revenu » (Corsani, 2012, 509), dépassant par-là la seule logique réparatrice de l’assurance en accordant du temps. C’est en partant de cette idée que la CIP a travaillé sur un « nouveau modèle » de l’assurance chômage pour l’ensemble des salariés à l’emploi discontinu. Estimant que les champs d’application de l’assurance chômage doivent s’appliquer « non plus en fonction des secteurs mais des pratiques d’emploi », ils proposent :

[…] d’élaborer pour chaque pratique une annexe spécifique et adaptée. On passerait ainsi d’un régime général et 13 annexes à trois annexes : une pour l’indemnisation des salariés à l’emploi discontinu et au taux de rémunération variable (nouveau modèle), une pour l’emploi discontinu à taux de rémunération fixe, une pour le chômage accidentel (“emploi continu”), quels que soient les secteurs d’activité. (Nissim, 2012, 240)

40Ce modèle comporte selon nous plusieurs potentialités. Celle tout d’abord de permettre aux salariés de ne pas dépendre des régulations professionnelles liées à chaque secteur d’activité, et donc des rapports de force qui les constituent. Le régime spécial de l’agriculture et la faiblesse du poids syndical des salariés expliquent par exemple une des spécificités du droit du travail agricole : une durée du travail et un repos hebdomadaire moins favorable aux salariés, ainsi que de faibles revenus (Darpeix, 2013, 24). Celle ensuite de « repêcher » dans l’assurance chômage des catégories de salariés à l’emploi discontinu qui sans cela peuvent en être écartés, comme les pigistes. Ce modèle permettrait également de desserrer la contrainte économique, en limitant la « course aux cachets » des intermittents pour obtenir leurs droits à l’assurance chômage, ainsi que le temps de travail des saisonniers agricoles sur l’année afin de disposer d’un niveau de revenus suffisamment élevé – ce qui pourrait également préserver leur intégrité physique et limiter le recours au travail non déclaré. Il reconnaîtrait également les activités que les salariés précaires consacrent à créer de la continuité, à développer des projets ou à acquérir des connaissances. Le revenu social garanti représente un point limite du nouveau modèle, tant au niveau de la reconnaissance de l’utilité sociale de l’individu et de ses différentes activités, au-delà de la sphère marchande, que de l’émancipation de la contrainte économique. Le débat mérite toutefois d’être posé.

Haut de page

Bibliographie

Bureau Marie-Christine et Antonella Corsani (2012), Un Salariat au-delà du salariat ?, Presses universitaires de Nancy.

Bureau Marie-Christine, Perrenoud Marc et Roberta Shapiro (dir.) (2009), L’Artiste pluriel. Démultiplier l’activité pour vivre de son art, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Castel Robert (1991), « De l’indigence à l’exclusion, la désaffiliation. Précarité du travail et vulnérabilité relationnelle. », dans Donzelot Jacques, Face à l’exclusion, le modèle français, Paris, Éditions Esprit.

Cingolani Patrick (1986), L’Exil du précaire. Récits de vie en marge du travail, Paris, Éditions Méridiens Klincksieck.

Cingolani Patrick (2006), La Précarité, Paris, PUF.

Corsani Antonella (2012), « Autonomie et hétéronomie dans les marges du salariat : les journalistes pigistes et les intermittents du spectacle porteurs de projets », Sociologie du travail, n° 54, 495-510.

Corsani Antonella et Maurizio Lazzarato (2008), Intermittents et précaires, Paris, Éditions Amsterdam.

Corsani Antonella et Maurizio Lazzarato (2009), « Travailler dans le secteur du spectacle : les intermittents », dans Bureau Marie-Christine et al. (2009), L’Artiste pluriel. Démultiplier l’activité pour vivre de son art, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 35-49.

Darpeix Aurélie (2013), « La main d’œuvre salariée en agriculture : histoire d’une invisibilité », Le Demeter 2013. [En ligne] http://www.clubdemeter.com/pdf/ledemeter/2013/la_main_d_oeuvre_salariee_en_agriculture_histoire_d_une_invisibilite.pdf

Darpeix Aurélie (2010), « La demande de travail salarié permanent et saisonnier dans l’agriculture familiale : mutations, déterminants et implications. Le cas du secteur des fruits et légumes français », Thèse de doctorat en sciences politiques, Philippe Perrier-Cornet (dir.), Centre international d’études supérieures en sciences agronomiques de Montpellier.

Gazier Bernard (2003), Tous « sublimes ». Vers un nouveau plein-emploi., Paris, Éditions Flammarion.

Gorz André (1997), Misères du présent, richesse du possible, Paris, Éditions Galilée.

Gouyon Marie et Frédérique Patureau, « Les métiers artistiques : des conditions d’emploi spécifiques, des disparités de revenus marquées », Insee (dossier), 2013, 153-163. [En ligne] http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/FPORSOC13j_D4_artistiques.pdf

Grégoire Mathieu (2009), « Un siècle d’intermittence et de salariat. Corporation, emploi et socialisation : sociologie historique de trois horizons d’émancipation des artistes du spectacle (1919-2007) », Thèse de doctorat en sociologie, Bernard Friot (dir.), Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Menger Pierre-Michel (2005), Les Intermittents du spectacle. Sociologie d’une exception, Paris, Éditions de l’EHESS.

Maruani Margaret et Emmanuel Reynaud (2004), Sociologie de l’emploi, Paris, La Découverte.

Nissim Christine (2012), « Une professionnalisation qui précarise », dans Bureau Marie-Christine et Antonella Corsani (2012), Un Salariat au-delà du salariat ?, Presses universitaires de Nancy, 221-230.

Pilmis Olivier (2007), « Des “employeurs multiples” au “noyau dur” d’employeurs : relations d’emploi et concurrence sur le marché des comédiens intermittents », Sociologie du travail, n° 3, 297-315.

Perrenoud Marc (2009), « Formes de la démultiplication chez les “musicos” », dans Bureau Marie-Christine et al. (2009), L’Artiste pluriel. Démultiplier l’activité pour vivre de son art, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 83-91.

Rannou J. et I. Roharik (2009), « Vivre et survivre sur le marché de la danse », dans Bureau Marie-Christine et al., L’Artiste pluriel. Démultiplier l’activité pour vivre de son art, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 109-126.

Sibaud Laetitia (2013), Les Musiciens de variété à l’épreuve de l’intermittence. Des précarités maîtrisées ?, Paris, L’Harmattan.

Sorignet Pierre-Emmanuel (2006), « Danser au-delà de la douleur », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 163, 46-61.

Thompson Edward Palmer (2004), Temps, discipline du travail et capitalisme industriel, Paris, La Fabrique.

Vincq Jean-Louis, Granié Anne-Marie et Philippe Perrier-Cornet (2012), « Entre dispositions salariales et dispositifs sociaux : les figures du salariat dans les exploitations agricoles de fruits et légumes en Languedoc-Roussillon », Montpellier, communication sans actes au symposium « Pour et sur le développement régional : les chemins du développement territorial ».

Villaume Sophie (2011), « L’emploi salarié dans le secteur agricole : le poids croissant des contrats saisonniers », Insee, septembre 2011. [En ligne] http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1368

Haut de page

Notes

1 Expression mise en italique par l’auteur.

2 Car nous avons choisi de centrer notre analyse sur les personnes vivant à moyen ou long terme de ces formes d’emploi. Une première série d’entretiens non directifs a été effectuée dans la région du Languedoc-Roussillon lors de l’été 2011 avec 17 saisonniers agricoles travaillant dans les secteurs des fruits et légumes et de la viticulture. En ce qui concerne les artistes (comédiens, musiciens, danseurs et artistes de cirque vivant dans la région parisienne principalement), les résultats avancés ici sont issus de 15 entretiens semi-directifs réalisés en 2009-2010 à l’occasion d’un mémoire de master, et de 17 entretiens non directifs dans le cadre de notre travail de thèse en cours.

3 www.anefa.org

4 Insee Languedoc-Roussillon – Présentation de la région (mis à jour en novembre 2009). www.insee.fr

5 L’enquête de A. Corsani et M. Lazzarato révèle notamment que seulement 39 % des intermittents interrogés accepteraient d’être salarié permanent si on le leur proposait (Corsani & Lazzarato, 2008, 111).

6 Communiqué de presse, 23 septembre 1996. http://www.ilo.org/global/lang--fr/index.htm

7 « La pauvreté selon la catégorie sociale ». http://www.inegalites.fr/spip.php?page=article&id_article=1633 (mis à jour le 16 octobre 2012).

8 Insee (mise à jour novembre 2009). Le Languedoc-Roussillon : une région attractive malgré un déficit d’emplois. www.insee.fr

9 Selon les propos d’un responsable de la MSA du Languedoc-Roussillon.

10 Nous ne détenons pas d’information sur le logement d’un des enquêtés.

11 Bulletin du département des études et de la prospective, « Les danseurs », Développement culturel, 142, novembre 2003.

12 Se reporter au site du collectif des « matermittentes » : www.matermittentes.com

13 Nous retenons ici la définition générique de cette notion que propose Le Larousse, à savoir « la capacité à être affecté à un nouveau travail » (www.larousse.fr).

14 La question du rapport au corps peut donc aussi concerner les comédiens qui jouent des rôles « physiques ».

15 Se reporter au site de la CIP (coordination des intermittents et précaires) : www.cip-idf.org

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Roux, « Créer de la continuité : un travail en soi », La nouvelle revue du travail [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 08 novembre 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://nrt.revues.org/1938 ; DOI : 10.4000/nrt.1938

Haut de page

Auteur

Nicolas Roux

Lise-Cnam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org