Navigation – Plan du site
Varia

Les médiateurs pairs en santé mentale

Une professionnalisation incertaine
The Health Peer Mediators
Los “mediadores pares” en salud mental
Lise Demailly

Résumés

L’article étudie la tentative de créer un nouveau métier, celui de « médiateur de santé pair » en santé mentale. Les MSP sont d'ex-patients de la psychiatrie, en voie de rétablissement, embauchés comme médiateurs dans des services psychiatriques publics de trois régions françaises, au cours d’un programme expérimental (2012-214). L’idée de « créer un nouveau métier hospitalier » est présente dès le début du programme. L’originalité sociologique de l’objet est, d’une part, qu’il s’agit, non d’un processus émergent, mais d’une tentative de création volontariste, d’autre part, que le projet s’attaque à des frontières symboliques fortes, enfin, que le programme dispose de solides soutiens institutionnels français et internationaux, mais aussi d’adversaires résolus. L’article étudie la stratégie du réseau promoteur dans le contexte français et international d’une telle innovation, ses hésitations, ses enjeux, les difficultés qu’il rencontre, et contribue ainsi à la théorie sociologique des groupes professionnels et à la connaissance des dynamiques actuelles du champ de la santé mentale.

Haut de page

Texte intégral

1Ce texte présente l’analyse sociologique d’une tentative volontariste de « créer une nouvelle profession ». Si l’apparition de nouveaux métiers et de nouveaux groupes professionnels est un phénomène social commun (Latreille, 1980), il est exceptionnel que cela relève d’un projet explicite, et qui concerne la fonction publique tout en étant formulé par des acteurs non étatiques.

  • 1 Quelques-uns des 14 départs du programme sont dus à des rechutes, quelques uns à des reprises d’étu (...)
  • 2 Je pilote l’équipe de recherche évaluative qualitative. En sont membres : Nadia Garnoussi (MCF Lill (...)

2Le projet de « créer un nouveau métier » et « une nouvelle profession » a été explicitement présent dès les débuts du programme expérimental médiateurs de santé pairs en santé mentale (MSP dans la suite du texte), même s’il n’en est qu’un objectif adjacent, ou plus précisément, un moyen jugé stratégiquement important. Disons, en quelques mots, en quoi consiste ce programme expérimental qui se déroule de septembre 2011 à juin 2014. Il s’agit de l’embauche dans les hôpitaux (comme « adjoint administratif », catégorie C de la fonction publique), sur contrat à durée déterminée renouvelable, d’ex-usagers de la psychiatrie, personnes ayant eu ou ayant encore des troubles psychiques, rétablis ou en voie de rétablissement, au nombre initial de 29 et aujourd’hui de 161, après qu’ils aient été stagiaires un an et suivi parallèlement une formation de huit semaines (diplôme universitaire à Paris VIII). Le programme est financé par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, les quinze établissements hospitaliers concernés, trois agences régionales de santé et la direction générale de la santé2. Il pourrait en principe, après la phase expérimentale, être étendu par vagues successives à d’autres régions.

  • 3 13 hommes et 16 femmes (Il reste aujourd’hui 8 hommes et 8 femmes), d’âge diversifiés. Leurs niveau (...)

3La trajectoire de vie des MSP manifeste le vécu de plusieurs formes de domination : sociale (ils étaient tous chômeurs, certains ont connu de graves difficultés financières, voir le fait d’être sans logement), symboliques (ils ont connu la stigmatisation, les discriminations, ont ressenti la peur ou le mépris qui sont le lot des personnes ayant des troubles psychiques graves), sexistes pour certaines. Quasiment tous ont subi l’hospitalisation en hôpital psychiatrique, parfois comme internements sous contrainte, la violence des procédures d’isolement ou de contention3. On verra que l’expérience de la domination est centrale pour comprendre la spécificité de la construction de leur professionnalité.

  • 4 Pour la présentation de la psychiatrie communautaire et sociale ou « citoyenne » et de ses difficul (...)

4Le programme expérimental est dirigé par le Ccoms (Centre collaborateur OMS France pour la santé mentale), qui défend une philosophie communautaire et sociale4 du soin psychiatrique (proche des options de l’Organisation mondiale de la santé), mais aussi des expérimentations italiennes des années 1960 ayant abouti à la fermeture des hôpitaux. Les objectifs du programme sont pour le Ccoms politiques et cliniques : « faire bouger » les équipes du soin psychiatrique et les mentalités de la population par rapport aux personnes atteintes de trouble psychique, faire modifier les pratiques des équipes psychiatriques françaises dans le sens du « soin dans la cité », aider à la déstigmatisation de la maladie mentale.

  • 5 À juste titre, car leurs métier ne contient que rarement des tâches de médiation

5Précisons que la question de l’institutionnalisation du métier de « pair aidant » comme se nomment eux-mêmes les MSP5, n’a donc que peu de choses à voir avec la réussite du programme. Le programme pourrait avoir atteint son principal objectif, modifier les pratiques de soin, sans qu’un nouveau métier soit créé. La question de la profession n’a rien à voir non plus avec la durabilité des emplois créés. Ceux-ci pourraient être très durables sans pour autant qu’un métier soit créé, mais seulement des emplois ou des fonctions, ce qui n’est pas la même chose. L’inverse est également vrai : un « nouveau métier » pourrait tout à fait rater les objectifs politiques du programme, s’il se conformait aux logiques dominantes dans le champ de la santé mentale. Les deux questions sont donc indépendantes. Mais la création d’une nouvelle profession est cependant apparue très vite, aux yeux des équipes et des MSP eux-mêmes, comme un bon moyen d’atteindre les objectifs politiques et cliniques du Ccoms.

  • 6 À ce sujet, voir Aballéa, 2005 ; Barthélemy, 2004 et 2009 ; Bonafe-schmitt, 2012 ; Duret, 1996 ; Di (...)

6On se trouve devant un cas intéressant, qui n’est pas sans poser de multiples questions sociologiques. Au-delà de la nomination de la fonction qui sacrifie à l’engouement pour le travail de médiation, la tentative de création d’une profession est originale par rapport au mouvement sociétal de développement des métiers relationnels (Demailly, 2008). Il ne s’agit pas ici d’un processus émergent, au gré des besoins d’un certain nombre d’employeurs, d’une demande privée solvable ou de nouveaux besoins sociaux devenus visibles, ou encore de l’action régulatrice de l’État, comme pour les médiateurs sociaux, mais d’une création volontariste, à objectifs politiques, par un « entrepreneur moral » et ses alliés. Le projet s’appuie sur un réseau d’alliances solide, mais il rencontre des oppositions institutionnelles également fortes : la totalité des directions des syndicats infirmiers, qui ont demandé à deux reprises au ministère l’arrêt de l’expérimentation, et l’opposition idéologique d’un nombre non négligeable de psychiatres, dont certains pourtant plutôt amicaux à l’égard du courant de la psychiatrie sociale et communautaire, au nom du fait qu’un malade à peine formé ne peut devenir un soignant. Une deuxième originalité est donc que le projet s’attaque à une frontière symbolique puissante, celle qui sépare la normalité de la pathologie. Une troisième spécificité, l’insertion dans des emplois de la fonction publique, différencie de nouveau les pairs-aidants en santé mentale des « grands frères » ou médiateurs sociaux qui ont suscité de nombreux travaux sociologiques6 ou des médiateurs scolaires (Bouveau, Cousin & Favre, 1999), qui sont embauchés parfois sur contrat privé et surtout sur contrats aidés. Enfin, plus globalement, comme nous le verrons, la création de la fonction n’est pas pensée comme une délégation de « sale boulot » (Hughes, 1996) mais comme une intervention politico-éthique.

7Autant dire que la question de l’éventuelle institutionnalisation de ce nouveau métier et la construction de ce nouveau groupe professionnel est un bel objet sociologique. Il s’agira donc, dans cet article, d’analyser le contexte, les enjeux et les formes des stratégies explicites ou implicites concernant cette professionnalisation.

8Pour cette analyse, je me sers des données de terrain recueillies : entretiens avec les responsables du programme, les MSP, leurs collègues et leurs patients, visites des sites et observations in situ du travail des MSP, des séances de formation et des réunions de pilotage du programme (voir annexe).

9Je commencerai, pour des raisons de clarté didactique, par présenter les outils conceptuels qui m’ont permis d’analyser les tensions stratégiques observables sur les terrains en partie antérieurs à la présente recherche, mais affinés grâce à cette dernière. Je décrirai ensuite l’histoire des hésitations stratégiques des acteurs concernés, la légitimité croissante de la « logique compétence », puis sa relative impasse, ainsi que les autres voies auxquelles aboutissent ou retournent actuellement les différents groupes. Je chercherai enfin à dégager les enjeux de cette évolution.

Les transactions sociales autour du travail

10Commençons par dire quelques mots de la sociologie des professions sur laquelle s’appuie cette analyse.

Le processus de professionnalisation

  • 7 Je suis particulièrement redevable à Hughes (1987) et à Abott (1988). Je m’appuie également sur Dem (...)

11L’émergence d’un groupe professionnel – c’est en ce sens que sera ici employé le mot « professionnalisation » - requiert évidemment des professionnalisations individuelles et la professionnalisation d’activités spécifiques, mais requiert bien d’autres conditions en matière de reconnaissance sociale et administrative, et cela au-delà des seuls employeurs. Je m’appuie sur l’interactionnisme nord-américain et les positions néo-wébériennes7, en cherchant l’économie du nombre de critères distinctifs caractérisant l’existence d’un groupe professionnel et en accordant une large place aux relations entre groupes au sein de champs (Bourdieu) ou d’« écologies » (Abbott, 1998). La construction d’un groupe professionnel est ainsi envisagée comme un processus qui, au sein d’un espace social, transforme une collection d’individus non seulement en un groupe spécialisé dans le travail qu’il fournit et reconnu pour cela, mais aussi en un acteur collectif.

12L’expression « groupe spécialisé » renvoie à une place déterminée dans la division sociale et technique du travail : une articulation entre un faisceau de tâches spécifiques identifiable et relativement stable dans les organisations de travail (un « mandat » au sens de Hughes [1997]) correspondant à des besoins sociaux, des propriétés spécifiques des personnes qui autorisent à remplir ces tâches et une reconnaissance sociale (matérielle et symbolique) permettant au travailleur d’en tirer des revenus. Ce triangle mandat-propriétés-reconnaissance, qui caractérise l’échange social autour du travail, construit la professionnalité, ensemble des habiletés considérées comme caractérisant normalement les membres d’un groupe professionnel donné à une époque donnée. 

13L’expression « acteur collectif » implique le développement d’une autonomie et d’une solidarité, l’existence d’un « nous » qui est subjectif et qui peut être assumé vis-à-vis des groupes professionnels voisins ou des publics et renvoie à la fois à des capacités d’action, à du pouvoir professionnel (si minime soit-il) et à des capacités à se protéger (des profanes, des usagers, des clients, des concurrents, des partenaires de travail).

14Les deux critères (groupe spécialisé reconnu et acteur collectif) sont tous deux nécessaires à l’émergence d’un groupe professionnel. L’absence d’un de ces deux critères montre une construction incomplète de la profession, « professionnalisation inachevée » (Aballéa, 2005) ou « dormante » (Divay, 2012).

Trois types de transactions sociales

15Généralement, les groupes professionnels connaissent des professionnalisations plus ou moins robustes, qui confèrent à leurs ressortissants une autonomie professionnelle plus ou moins affirmée, une capacité inégale à démontrer son expertise dans son domaine, des capacités monopolistiques inégales, des identités collectives plus ou moins fortes, des reconnaissances matérielles ou symboliques plus ou moins élevées.

16L’articulation entre la structure des propriétés des individus (on pourrait dire aussi leurs « ressources »), les faisceaux de tâches à accomplir et les modes de reconnaissance définit plusieurs formes d’échange social autour du travail. On verra au long de l’histoire des tentatives de professionnalisation des MSP, ces trois types de formes être valorisées tour à tour.

  • Les qualifications, les certifications : ces dernières sont là pour garantir les propriétés individuelles (savoir, savoir-faire, savoir-être), le plus souvent par des formations, des diplômes, des concours, des listes de qualification en amont des embauches, des certifications, et ce de manière collective (la même pour tous ceux qui sont du même métier).

  • Les compétences : savoir-faire et savoir-être, objectivables et transmissibles, évaluables par rapport à une organisation donnée, acquis en cours de formation et/ou en cours de travail, et permettant aux opérateurs de mieux répondre aux demandes de l’organisation (Monchatre & Rolle, 2003, 18). Les compétences se jugent sur le comportement au travail de l’individu, sur les techniques qu’il met en œuvre.

  • Les qualités ou propriétés personnelles : caractéristiques personnelles, innées ou acquises, par exemple, les caractéristiques physiques (beauté, force, jeunesse), les qualités dites féminines (aptitude au care) qui sont encore mal reconnues comme compétences, les dispositions sociales (pour la communication), les goûts, talents, les caractéristiques ethniques, de lieu d’habitation, de capital social, de réseau, etc. Elles se jugent sur ce que la personne est, et fait. La professionnalisation des groupes sur la base de « qualités » peut être éphémère, car la professionnalité individuelle disparaît en même temps que la qualité (on cesse d’être sportif ou jeune de pouvoir travailler dans les quartiers avec des adolescents, ou de pouvoir être mannequin), ou peut rester socialement « invisible » et bénéficier d’une reconnaissance sociale faible (assistantes maternelles, auxiliaires de vie, auxiliaires de travail à domicile, médiateurs sociaux). Mais elle assure aussi certains statuts sociaux moyens ou élevés : les psychothérapeutes (avant la reforme, qui exige maintenant d’eux une qualification), les psychanalystes et les métiers artistiques et sportifs en sont quatre grands exemples. Les traits de personnalité, les convictions politiques ou les positions morales appartiennent à cette catégorie de ressources, ce qui est important pour notre terrain d’étude.

  • 8 Voir le titre suggestif de cet article de S. Divay (2003) : « Quand la jeunesse devient une compéte (...)

17Ces trois modes de professionnalités ne sont pas exclusifs. Ils peuvent coexister harmonieusement ou se trouver en tension comme dans le corps enseignant où qualifié ne signifie pas nécessairement compétent (Demailly, 1987). Le mouvement historique depuis les années 1980, dit logique compétence, tend à rendre exigible la compétence pour compléter les qualifications. L’exigence de compétences adaptées au poste de travail et aux organisations concrètes porte aussi le nom de « professionnalisme » (Brossard, Demazière & Milburn, 2010). La logique compétence est parallèlement une question de langage. La technique de description de l’adéquation des individus aux postes et la technique d’évaluation du travail tendent à retraduire au plus près les propriétés des travailleurs en termes de compétences – même s’il s’agit de qualifications ou de qualités8 – pour pouvoir les évaluer dans le cadre du management moderne, comme il a été observé au cours des réunions de comités de pilotages du programme MSP.

Brève histoire des stratégies de professionnalisation des MSP

18Cette histoire des efforts pour institutionnaliser ce nouveau métier débute en 2006, lorsqu’émerge l’idée du programme, et se poursuit jusqu’à maintenant, pour étape charnière l’année 2011-2012, date de la première formation universitaire des MSP et de leur prise de poste.

Atouts et obstacles de départ

  • 9 Greacen & Jouet (2012) ; Davidson, Rakfeldt & Strauss (2010) ; Bracke, Christiaens & Verhaeghe (200 (...)

19Le Ccoms et les MSP disposaient au départ de quelques atouts en matière de professionnalisation. Le métier existe déjà à l’étranger, sous diverses appellations, avec un contenu convergent. Dans plusieurs pays, durant la dernière décennie, se sont développées de nombreuses expériences d’intégration de personnes, « ex-patients », et membres de famille dans les équipes de soin en santé mentale : pairs-aidants au Québec, peer support workers au Royaume-Uni, États-Unis, Canada, Écosse, Australie et Nouvelle-Zélande, et UFE (usagers et familles experts) en Italie9.

20Il existe des argumentaires idéologiques, cliniques et scientifiques justifiant l’intérêt que peuvent avoir les établissements de soins à accueillir de tels profils. S’il s’agissait seulement pour certains chefs de service ou directeurs d’hôpitaux de ne pas laisser passer un programme innovant sans en faire partie ou des moyens humains hors budget hospitalier, d’autres expriment des convictions dont le maître mot est l’empowerment des malades mentaux. L’existence des groupes d’entraide mutuelle, clubs d’usagers financés, en France, par l’État, depuis la loi de 2005 sur le handicap, a également popularisé l’idée de capacités d’entraide, d’auto-organisation et d’autosupport des malades psychiques.

21Mais cette reconnaissance possible se heurte à la force de l’opposition profane / professionnel qui est propre au monde social de la santé. D’autres mondes sociaux marquent moins la coupure entre professionnels et destinataires, car ils s’organisent sur l’opposition amateur / professionnel (les pratiques artistiques ou sportives, avec leurs possibilités de transitions et de statuts intermédiaires) ou professionnel / client (qui autorise aussi les glissements). En santé, le destinataire est un profane, susceptible de prétentions, d’intervention juridique, de non-compliance, d’ignorance. D’où le côté provocant qu’il y a à franchir le pas en assumant explicitement la continuité, surtout dans le domaine du trouble psychique, qui convoque les images de la folie. Créer le métier de pair aidant implique donc de franchir une barrière symbolique et de faire consister un entre-deux qui n’existe pas :

On ne voit pas comment le fait d’avoir été malade rendrait les gens soignants. (Infirmier)

22La formation des MSP leur a permis d’obtenir un diplôme universitaire (DU) de niveau bac + 2, ce qui n’est pas rien en terme d’acquisition de compétences, mais ne vaut pas certification. Certains MSP s’en sont aperçus, avant le Ccoms, quand ils ont, suite à des difficultés sur leur lieu d’embauche, tenté de négocier le diplôme ailleurs : « C’est un diplôme qui ne vaut rien » dit brutalement Nadette, une « médaille en chocolat » dit une autre, un dernier découvre qu’il ne lui permet pas de s’inscrire en master.

23L’opposition unanime des syndicats et coordinations infirmiers, qui s’est un peu mise en veilleuse parce qu’il s’agit d’une phase expérimentale, resurgit à chaque consultation gouvernementale. L’opposition porte sur le financement des postes, le mode d’embauche dérogatoire de la fonction publique – puisqu’il fait intervenir le fait d’avoir été malade (une « qualité ») dans le recrutement –, la concurrence sur les tâches, le risque de la diminution des emplois infirmiers en cas de généralisation de ce type d’emplois.

24Le programme se heurte aussi à l’opposition de certains psychiatres qui disent dans les médias que le travail du MSP n’est pas utile, dangereux pour les MSP eux-mêmes, qu’il correspond à une orientation idéologique néfaste pour la psychiatrie (dissolution de la psychiatrie dans le travail social), qu’il instaure une confusion entre expérience et connaissance.

25Enfin, un problème des MSP est qu’ils ne constituent nullement aujourd’hui un acteur collectif, car c’est le Ccoms qui définit la philosophie de l’expérience, et c’est lui et les hôpitaux qui décident du contenu de leur travail. La construction d’un acteur collectif n’est pas facilitée par la diversité des histoires de vie, des projets, des styles professionnels, du rapport à l’emploi (du boulot ordinaire qui permet de sortir du chômage jusqu’à la grande cause militante des usagers de la psychiatrie, en passant par l’expertise spécialisée sur les addictions), autant de causes de petits heurts au sein du groupe.

26Par rapport à cette situation, quelle stratégie poursuit le réseau-promoteur de l’expérimentation ? L’observation des réunions, les entretiens et le suivi des évènements révèlent une succession de stratégies différentes pour promouvoir la professionnalisation et des hésitations qui portent tant sur le type de professionnalité que sur son contenu.

La stratégie de départ : la « qualification »

27Cela a été la stratégie initiale du Ccoms quand, dès 2009, il a décidé de chercher une formation universitaire pour son programme.

Formation universitaire, c’était pour que ce soit sérieux ! (Entretien, Ccoms)

Ce n’est pas dérogatoire de la fonction publique puisqu’ils ont un diplôme ! (Membre Ccoms, lors d’une discussion à propos de la position des syndicats infirmiers)

On pourrait passer catégorie B de la fonction publique. Plusieurs années de contact avec la psychiatrie peuvent valoir plusieurs années d’études (MSP)

28Cette stratégie de l’institutionnalisation d’un métier par la qualification se révèle petit à petit difficile pour plusieurs raisons, notamment le choix d’un diplôme faible qui n’entre pas dans le système LMD (licence-maîtrise-doctorat). De plus, tous les MSP qui se sont présentés à l’examen l’ont obtenu (source de contentement, mais aussi de gêne : « Que vaut un diplôme que tout le monde obtient ? »). De fait, ce diplôme est difficilement opposable et ne « ferme » pas le groupe professionnel. Rien ne peut empêcher un établissement psychiatrique ou une association d’embaucher un pair aidant non tutélaire de ce diplôme. C’est le cas dans l’équipe psychiatrie-précarité de Marseille, ou dans le programme Un chez soi d’abord, destiné aux malades mentaux de la rue

La stratégie spontanée des MSP : mettre en avant les « qualités »

29La stratégie de professionnalisation par l’affirmation de qualités spécifiques, risquée, car elle aboutit en général aussi bien à des statuts assez élevés qu’à des professionnalisations faibles et inachevées, tente certains MSP, au moins en début de parcours de formation, ainsi que certains acteurs de terrain (psychiatres) et un des membres du staff du Ccoms.

C’est un métier qu’on ne devrait faire que quelques années, après, l’expérience s’effacera. On ressemblera à tout le monde. (MSP)

On ne doit pas avoir le type de distance qu’ont les professionnels de santé ou du travail social avec les patients… (MSP, débat lors d’un regroupement)

Moi je ne leur dis jamais : vous devez prendre vos médicaments. Je ne m’engage pas là-dessus (MSP)

On devrait être des électrons libres (MSP)

30On est là du côté d’une définition charismatique de la fonction : introduire des décalages, des ruptures, faire bouger les lignes de la psychiatrie, être un porteur militant de la subjectivité des patients ou d’une nouvelle politique de santé mentale. La référence directe à l’expérience personnelle, précieuse, non remplaçable, non imaginable pour les autres professionnels, est évoquée chaque fois que les MSP se plaignent et se décrivent comme contraints à rentrer dans le moule de service, où ils sentent leur créativité et leur autonomie bridées, voire dans les cas où ils revendiquent une certaine extraterritorialité par rapport à la hiérarchie hospitalière.

31Par ailleurs, au fur et à mesure que le temps passe, la liste des qualités exigibles se complète. Au-delà des trois expériences de la maladie, du soin, et du parcours de rétablissement, d’autres critères sont précisés pour les futurs recrutements, qui sont aussi des « qualités » : être suffisamment bien rétabli, ne pas avoir de compte à régler avec l’institution psychiatrie, avoir envie d’aider, être bienveillant, aimer, communiquer, etc. Si ces qualités manquent, c’est l’échec : des MSP maîtrisant mal leurs addictions ou leurs troubles, un autre qui communique très peu, n’ont pas vu leur contrat renouvelé.

32Des professionnels dans les équipes parlent aussi en terme de qualité :

Elle est habile avec les patients. Je ne sais pas si c’est parce qu’elle a été malade, je crois plutôt que c’est parce que c’est elle (souligné de la voix.) (Psychiatre)

33Propos louangeur certes, mais qui, tel quel, pose problème pour une professionnalisation collective, vu qu’il sous-entend une personnalisation radicale de l’adaptation à l’emploi. Une autre MSP perçoit la même difficulté.

Elle (le médecin-chef) m’a dit « Soyez vous-même ! » Ça m’a beaucoup aidée. Maintenant je suis moi-même et ça se passe bien… Tout de même de temps en temps, je me demande si être soi-même, c’est travailler.

34Pourtant, dans les métiers clairement définis sur la base « qualité », la question ne se poserait en principe pas. Un artiste ne se sent pas handicapé parce qu’il « est lui-même », il ne fait pas de clivage entre être soi-même et ses performances. Un psychanalyste n’est pas gêné parce que son identité professionnelle est collée à son identité personnelle, il le revendique. Mais la logique compétence dominante, et donc du coup le sens commun, postule un clivage entre être soi même et être un professionnel (Pasquier & Rémy, 2008). Les employeurs et l’État tendent de plus en plus à penser en termes de compétences, à exiger pour tous les métiers « que soit défini et évaluable l’acte professionnel qui en est le plus caractéristique » (Strauss, 1991, 67-86) « et qui en constituerait le cœur », ou, autre formulation qui paraît bien adaptée au cas étudié, que l’éthique de la pratique puisse dépendre explicitement d’une éthique institutionnelle. Cela fragilise la stratégie de professionnalisation par les qualités.

35De plus, même si elle apparaît « juste » et pertinente aux MSP, quand elle emprunte un mode d’expression trop charismatique ou trop critique, comme ils ont eu tendance à le faire à leurs débuts, des tensions et la désapprobation se font jour, voire des heurts rédhibitoires, dans un monde du travail hospitalier régi par un mixte de logique compétence et de régulation bureaucratique :

Disons qu’au début, ils se prenaient un peu trop pour des professions libérales (Médecin-chef, entretien).

La stratégie dominante, la « compétence », et son échec

36La stratégie de professionnalisation par la compétence est soutenue à partir de 2012 au sein des comités de pilotage par les cadres supérieurs de santé, habitués au langage de la gestion prévisionnelle des métiers et des compétences et au maniement des grilles d’évaluation. Elle est affirmée dès le début par le directeur de l‘hôpital gestionnaire du projet, qui veut s’en faire le porte-parole en tant que président de l’Association des directeurs d’hôpitaux psychiatriques. Plusieurs responsables de sites également appellent à un retour au rationnel légal pour la fonction de MSP : des fonctions bureaucratiquement définies, des hiérarchies claires, des autorisations et des interdits explicites, des traçabilités. La définition écrite de la fonction paraît nécessaire pour que les MSP puissent être évalués comme les autres personnels et inclus dans le « projet de service ». La stratégie rallie le Ccoms.

37C’est elle qui devient dominante au fil des réunions de 2012-2013. Il s’agit de « passer de ce que la personne est à ce que la personne sait faire » et cela par le biais d’outils discursifs et administratifs, dans une gradation temporelle de rédaction présentée comme logique :

  • fiche de poste (individuelle) ;

  • fiche de fonction (commune aux MSP) ;

  • référentiel de compétences ;

  • référentiel métier.

38Plusieurs ordres du jour de Comités et autres regroupements sont consacrés à ces tentatives d’écriture collectives. Cependant il se révèle vite difficile d’écrire un référentiel de compétences qui ne peut s’adosser à une certification (comme les cadres l’ont fait pour les métiers d’AS, infirmier, d’éducateur à l’hôpital). Au fil des discussions qui s’enlisent, même la rédaction de la fiche commune de fonction se bloque.

39Ceci pour plusieurs raisons :

  • La difficulté à circonscrire le « savoir expérientiel » comme compétence

40Est-ce que c’est l’expérience d’une maladie particulière qui est utile pour le patient ayant la même ou l’expérience du trouble psychique en général ? Qu’est-ce qui est essentiel dans l’expérience ?

41S’agit-il d’être capable de donner espoir par l’exemple de sa personne ou d’être capable d’évaluer où un malade en est de son rétablissement (ce qui impliquerait d’autres savoirs) ?

42Ces compétences sont-elles transmissibles indépendamment de l’expérience de la maladie. A priori, non. L’expérience de la maladie est insubstituable. Elle peut être utilisée vis-à-vis d’un patient, elle lui est donc transmissible, mais pourquoi serait-elle intransmissible aux professionnels ?

  • La difficulté à identifier des compétences spécifiques

43Les discussions interminables butent aussi sur la difficulté d’identifier des compétences spécifiques, différentes de celles d’une infirmière (pour les actes non techniques), d’une assistante sociale, d’un travailleur social (animateur, éducateur, travailleur de rue). Les fiches de poste suscitent des remous dans les sites :

La première fois que j’ai lu leur fiche de poste, je me suis dit, mais c’est tout ce qu’on fait, nous, moins les actes techniques. (Infirmière de secteur psy)

44Une éducatrice fait la même remarque. Leur réaction est normale par à rapport un descriptif qui s’appuie sur des actes que devrait faire aussi le MSP (entretiens individuels, visites à domicile, groupe d‘éducation thérapeutique…).

  • La difficulté à identifier des compétences communes

45Les rédactions sont gênées par la diversité des activités des MSP, qui obéissent à des règles différentes, voire antagonistes :

  • accès/non-accès aux réunions de service ;

  • travail avec patients par accord mutuel ou uniquement sur prescription médicale ;

  • insertion dans les trous d’un projet de service existant ou imagination de tâches en fonction des goûts du MSP ;

  • accès ou non-accès au dossier des malades de la file active du service

  • traçabilité ou non des actes du MSP ;

  • possibilité de travailler seul ou obligation du binôme avec un infirmier, etc.

46Les MSP sont insérés dans des services très différents non seulement quant aux types d’accueil des patients (dans les murs, en ambulatoire, dans la ville), mais aussi quant à l’organisation, la philosophie clinique, le degré d’informatisation. De plus, même dans des sites à données organisationnelles similaires, les MSP, en fonction de leur histoire de vie, de leur trouble psychique personnel, du contact qu’ils ont eu avec diverses offres thérapeutiques, de la « transaction subjective » qu’ils ont opérée (Dubar, 1995) n’utilisent pas les mêmes ressources ni le même style pour aider les patients qu’ils rencontrent.

  • Les hésitations sur la famille de métiers visés

47Les difficultés pour écrire les référentiels furent le révélateur d’autres ambigüités concernant directement l’identité professionnelle. Si, pour le Ccoms, il s’agissait d’une profession de santé, para médicale, et de la fonction publique hospitalière, ce design est loin de faire l’unanimité, y compris chez les intéressés eux-mêmes. On peut repérer plusieurs choix à opérer, dont les alternatives partagent les acteurs : travail sanitaire ou social, personnel soignant ou non soignant ? Avec quelle place dans la hiérarchie hospitalière ? Voué à travailler seulement dans la fonction publique ou sous d’autres statuts (associatif, par exemple, comme le souhaite l’association des usagers de la psychiatrie) ? Le Ccoms tient à un emploi public exclusif et à un profil clairement sanitaire. Les MSP sont plusieurs à penser qu’ils auraient aussi pu être embauchés dans des associations et que, si le groupe professionnel se développe, ce sera dans des formes d’emplois diverses.

48La stratégie « compétence » connaît donc un échec. Une sorte de retour à la case départ se produit alors pour le Ccoms qui évoque la nécessaire création d‘un diplôme d’État. Les pairs aidants passent, eux, à une stratégie mixte. Ils rêvent de la mise en place d’une licence professionnelle. Ils commencent à identifier leurs savoir-faire, et continuent à affirmer qu’ils sont « embauchés d’abord pour ce qu’ils sont », pour leur personnalité telle qu’elle s’est construite dans un parcours de vie. Leurs revendications se focalisent moins sur l’appellation de métier et plus sur la défense des emplois existants, avec succès d’ailleurs, et sur les salaires. Enfin, des tentatives à la base se font jour pour structurer l’acteur collectif sous forme associative (« en étant entre nous »), en l’élargissant à d’autres pairs aidants, notamment ceux du programme Un chez soi d’abord.

Les limites de la stratégie de professionnalisation

49Je voudrais maintenant analyser les limites de la stratégie de professionnalisation suivie, par rapport aux relations entre les médiateurs et leur environnement.

Les effets pervers du projet de professionnalisation par les compétences : l’insuffisance du travail collectif sur les pratiques

50La polarisation sur la « création d’un nouveau métier », contrairement à la stratégie qui voyait en elle un moyen de mieux atteindre l’objectif politique du programme (la transformation des pratiques psychiatriques), a plutôt desservi celui-ci. Certes, il s’est agi d’une idée régulatrice positive qui a soutenu le moral et l’imagination des MSP, leur implication dans la formation et dans le stage : ils étaient en train d’inventer quelque chose d’inédit et d’utile, ce qui est somme toute assez exaltant, avec l’idée que l’institutionnalisation du métier diminuerait la marginalité de la fonction et en faciliterait la reconnaissance sociale. Reconnaissance sociale qu’elle présupposerait en même temps.

51Du temps a été passé à essayer de fabriquer fiche de poste et référentiel de compétence de manière synthétique, descendante et normative, modélisatrice et formalisatrice, au lieu de partir des places réelles, des pratiques réelles et d’une entraide sur le comment trouver la place du MSP dans chacun des lieux, alors que certains étaient maintenus en nette sous-activité et à l’écart des patients. Une conséquence de la normativité précoce est même que des blocages sont apparus là où ils n’existaient pas au début, les descriptions en termes de compétence agaçant les infirmiers :

Cela a complètement changé, l’ambiance. J’ai parlé de prescription médicale (la nouvelle fiche de fonction en cours d’écriture). J’ai dit : ailleurs, ils font des prescriptions médicales pour le MSP, c’est ce que recommande le Ccoms. Ça a jeté un froid. Les infirmiers m’ont dit : « Mais qu’est ce qu’il y aurait dans la prescription médicale ? » (Elle a finalement dû changer de site)

52Le temps de travail collectif pris à construire des référentiels n’a pas non plus été utilisé à construire des savoirs cliniques, pas seulement à partir du savoir expérientiel passé, mais aussi à partir du savoir expérientiel actuel, c’est-à-dire le fait que chacun fait son expérience de la relation avec les malades, éprouve « l’ordre de l’interaction », pour reprendre l’expression de Goffman (1972 et 1983), et procède à des échanges sur ses pratiques avec ses collègues, échanges qui ne soient pas guidés par des normes a priori, mais par le constat de ce qui marche et qui ne marche pas.

53Par exemple, lors du focus group de février 2013, suite à la question des chercheurs sur l’usage de l’« autodivulgation » dans le travail (autodivulgation de la maladie personnelle et/ou du processus personnel de rétablissement avec les patients). Les MSP ont découvert alors leurs positions respectives, extrêmement variées. Un MSP dit : « très souvent, presque toujours ». Un autre : « jamais ». Un autre : « Au début, beaucoup, maintenant, de moins en moins ». Un autre « selon les cas ». Il n’a pas été possible d’obtenir une réponse claire et collective à cette question pourtant centrale pour le métier de MSP : l’autodivulgation du parcours personnel est-elle utile, et, si oui, dans quelles circonstances et à quelles conditions ?

54Du fait que leurs pratiques étaient peu débattues, il s’avérait difficile pour les MSP de répondre aux questions de manière non stéréotypée, si un membre d’une équipe les interrogeait agressivement sur leurs savoirs, leur spécificité ou leur utilité, ou d‘argumenter précisément leur rôle et leur position dans les dynamiques propres de l’espace politique de la santé en France : son hospitalo-centrisme, son management néo-bureaucratique et la montée d’une psychiatrie biogénétique aux diagnostics rationalisés qui, tout en appelant à une clinique comportementaliste centrée sur la compensation du handicap et donc d’une certaine façon sur le rétablissement, « voit plus, dans les malades, de la chimie et des symptômes que des personnes » (selon un MSP) et supporte mal la force de désordre que représentent les MSP dans les services, leurs préoccupations sociales, leurs exigences que soient prises en compte les personnes et pas seulement les symptômes. Ces questions furent peu travaillées dans l’espace de réflexion collective lors de la phase « compétence » de l’histoire de la stratégie de professionnalisation, et ne se disaient que dans des plaintes ou des questionnements individuels.

La délicate question des groupes professionnels voisins

55Les travaux empiriques sur les professions montrent que l’institutionnalisation d’un nouveau métier ne peut s‘opérer que si elle rend service aux groupes professionnels voisins. C’est ce qui a fait le partage, fort intéressant à observer, entre les médiateurs conjugaux qui ont réussi leur professionnalisation et les médiateurs sociaux qui ne l’ont pas faite, malgré le soutien des employeurs et un nombre d’emplois non négligeables. Les médiateurs conjugaux, dont les emplois sont apparus à peu près en même temps, réussissent l’institutionnalisation de leur métier, notamment par la création d’un diplôme d’État, car ils rendent service aux avocats, aux juges, etc. Le sentiment de l’utilité d’un nouveau groupe professionnel du point de vue des groupes professionnels voisins, notamment ceux qui sont en position dominante, est indispensable. Il faudrait donc que les MSP, comme acteurs individuels et comme acteurs collectifs, puissent faire la preuve de leur utilité (sans concurrence de territoire) auprès des groupes professionnels voisins, psychiatres, infirmiers, psychologues.

56Or on se trouve ici devant un paradoxe (déjà souligné par Pasquier & Rémy, 2008). Des psychiatres voient dans les MSP des porteurs de remises en cause de leur pratique clinique. Les infirmiers y voient des concurrents (puisque leur travail peu normé leur permet de passer une heure ou une heure et demie avec un usager et d’avoir le beau rôle là où l’emploi du temps de l’infirmier le « contraint » à être beaucoup plus rapide).

  • 10 Lettre commune de sept organisations syndicales de la fonction publique hospitalière. http://www.sy (...)

57Sur les sites de l’expérimentation, les situations sont bien sûr plus nuancées. Dans les cas où les MSP sont parvenus à se faire donner du travail et à rester en poste, les infirmiers se sont souvent montrés amicaux, protecteurs, et finalement intéressés par la découverte d’une proximité dans le travail relationnel très différente de l’éthos soignant basé sur la distance et sur le strict partage vie privée / vie professionnelle. Mais les directions syndicales, elles, restent pour la plupart très hostiles au projet10. Les infirmiers, en tant que groupe professionnel, défendent en effet logiquement leur différentiel de salaire en fonction de la logique des qualifications, les moyens budgétaires de la psychiatrie et leurs postes.

58Le dernier point pose le plus de problèmes. Le nombre des infirmiers diminue objectivement dans les services psychiatriques au profit d’une diversification des professions : aides-soignantes, agents hospitaliers, psychomotriciens, ergothérapeutes, assistantes sociales et éducateurs spécialisés se redécoupent en partie le travail infirmier initial qui était d’une grande polyvalence. Il est de fait que la création des emplois de MSP s’inscrit objectivement dans une tendance au remplacement d’emplois bien payés par des emplois moins bien payés et par délégation de tâches en cascade. Des psychiatres vers les psychologues (pour la psychothérapie) puis les infirmiers et l’aide médico-psychologique, des infirmiers vers les aides-soignantes et de celles-ci vers les auxiliaires de vie pour le prendre soin courant.

59La contre-offensive est alors pour les infirmiers de demander, non seulement le non-élargissement du programme expérimental, mais un surplus de qualification. Deux syndicats infirmiers, auditionnés en 2013 par la mission d’information sur la santé mentale et l’avenir de la psychiatrie de l’Assemblée nationale, ont plaidé pour la création d’une spécialisation infirmière en psychiatrie de niveau master (bac+5).

Conclusion : savoir expérientiel et savoir-y-faire avec la domination

60Les emplois des MSP ne semblent aujourd’hui pas menacés par l’administration publique. Les trois agences régionales de santé expérimentales viennent de s’engager à ce que les crédits soient « pérennes » pour les MSP qui seront encore en poste à la fin de l’expérimentation. Les hôpitaux n’auront donc pas à prendre en charge budgétairement les emplois, c’est une victoire pour le groupe MSP actuel. La reconduction du programme n’est pas décidée, mails il se peut que des emplois se développent : d’autres agences régionales de santé se sont déclarées intéressées, d’autres établissements également. D’autres programmes utilisent déjà ou utiliseront des pairs aidants. Mais une professionnalisation achevée, réalisant les formes d’autonomie professionnelle et d’autonomie au travail que réclament les MSP les plus dynamiques, reste incertaine (la reconduction du programme n’est pas encore décidée) et, en tout cas, pas immédiate. Le nombre élevé d’abandons ou de non-reconduction (50 % environ) lors de la phase expérimentale montre que la construction des insertions et des places est difficile.

  • 11 Cette opération caractérise certains emplois féminins. On peut penser que ce cas, où la mise en ava (...)

61L’histoire de deux ans de programme expérimental et d’une tentative volontariste de créer un nouveau métier dans la fonction publique et des diverses difficultés qu’elle rencontre est instructive pour l’étude des processus de professionnalisation. Un résultat théorique de ce texte est l’affinement de la proposition consistant à typifier les ressources que les individus jouent dans l’échange social autour du travail en trois grandes formes : compétences, qualifications et qualités (propriétés personnelles) et à rendre sociologiquement plus visible et plus consistant ce dernier type, les « qualités », qui peuvent être un élément important d’une professionnalité et être pensées comme autre chose que le négatif de compétences non reconnues11.

62Le cas nous en apprend aussi sur les rapports de l’expérience et de la professionnalisation. Si le processus de traduction et de rationalisation de l’expérience est courant dans les métiers techniques traditionnels (Demailly, 2002), l’audace, peut-être téméraire, du Ccoms et des MSP a été de tenter une professionnalisation non pas à partir d’une expérience de travail, mais d’une expérience de la vie. Et l’erreur tactique de l’année 2012-2013 a été d’espérer convertir tout de suite et totalement cette expérience en savoir-faire formalisables et énonçables dans le langage de la compétence.

63Mais en quoi cette expérience de la vie se prête-t-elle à une construction possible de professionnalité ? On peut faire l’hypothèse, à partir des cas individuels réussis de construction d’une place spécifique de MSP dans des unités de soins, et en tenant compte des discours des patients, que les savoirs les plus efficaces en termes d’impact sur la santé des patients que les MSP accompagnent sont ceux qui relèvent d’une part de l’expérience passée de confrontation à l’institution de soin, d’autre part de l’histoire personnelle du rétablissement. Le savoir expérientiel de la maladie a, lui, un usage plus rhétorique : il fait appel à l’imaginaire, sert à nouer une relation de confiance avec les patients et à provoquer chez eux une identification en miroir. Celle-ci permet au patient de croire en une empathie particulière et en une « compréhension » originale de la part du MSP et lui donne un certain espoir de rétablissement (« Si lui a réussi à se sortir de la maladie, pourquoi pas moi ? »). Mais cette identification peut s’avérer décevante à moyen terme. En revanche, les conseils pratiques que peut fournir le MSP à partir de son expérience des hôpitaux psychiatriques, des effets parfois indésirables des médicaments psychotropes et des différentes tactiques de résistance pertinentes, à partir de son expérience concrète des techniques de soi qu’il a utilisé pour s’en sortir et aller mieux, ont un impact thérapeutique et constituent donc la base d’une professionnalité possible.

  • 12 On trouve dans la littérature, notamment récente, des illustrations de ces « savoirs-y-faire » avec (...)
  • 13 J’emploie volontairement « savoir-y-faire » (terme employé par Lacan qui parle de « savoir y faire (...)

64Plus généralement, l’originalité et le caractère précieux de leur expérience de la vie résident dans le fait qu’il s’agit d’une expérience de la situation de domination et des résistances, décalages, subjectivation, empowerment possibles par rapport à celle-ci12. Peut-on professionnaliser l’expérience de la domination et du « savoir-y-faire13 » avec la domination ? Telle est la question plus générale et l’enjeu sociétal que met en lumière le cas des MSP, et qui concerne d’autres métiers émergents, par exemple les formes de travail social explicitement liées à la lutte contre la domination de genre, ou les formations orientées sur la promotion de l’égalité. Le travail des MSP est à la fois social-soignant (thérapeutique au sens large) et politique.

65Il m’apparaît que la professionnalisation d’un rapport créatif à la domination ne peut s’opérer dans le seul langage de la compétence ou de la qualification. La mise en forme des ressources professionnelles spécifiques de tels travailleurs intègre obligatoirement, sauf à renier leur spécificité, au-delà de compétences progressivement formalisées, d’origine expérientielle ou non, liées à la formation universitaire, à l’histoire de vie ou à l’expérience des interactions au travail, des postures éthiques et politiques, militantes si l’on veut, communes au groupe élargi de la pair aidance, autour de la lutte contre la domination et de la valeur de l’émancipation, ainsi que quelque chose que l’on pourrait nommer (mais qui reste à décrire), des styles personnels de travail avec autrui, dont la singularité, liée à une certaine expertise personnelle de la conduite de soi, ne pourrait être gommée sans entrer en contradiction avec les objectifs mêmes de la fonction.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aballea F. (2005), « La professionnalisation inachevée des assistantes maternelles », Recherches et Prévisions, n° 80, juin 2005, 55-65.
DOI : 10.3406/caf.2005.2144

Abbott A. (1988), The System of Professions, Chicago, University of Chicago Press.

Barthelemy F. (2004), « Médiateur social : dynamique de fabrication d’une pratique professionnelle », Esprit critique, vol. 6, n° 3. [En ligne] http://www.espritcritique.fr/0603/index.html

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Barthelemy F. (2009), « Médiateur social, une profession émergente ? », Revue française de sociologie, 2/2009, vol. 50, 287-314.
DOI : 10.3917/rfs.502.0287

Beaumont C. (2005), « La médiation entre pairs pratiquée par les élèves en difficulté », Les Politiques sociales, n° 1-2, 95-103.

Bonafe-Schmitt J.-P. (2012), « Évaluation des effets des processus de médiation », Informations sociales, 2/2012, n° 170, 122-129.

Bouveau P., Cousin O. et J. Favre-Perroton (1999), L’École face aux parents : analyse d'une pratique de médiation, Issy-les-Moulineaux, ESF.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bracke P., Christiaens W. et M. Verhaeghe (2008), “Self-Esteem, Self-Efficacy, and the Balance of Peer Support among Persons with Chronic Mental Health Problems”, Journal of Applied Social Psychology, vol. 38(2), 436-459.
DOI : 10.1111/j.1559-1816.2008.00312.x

Brossard V., Demaziere D. et Ph. Milburn (dir.) (2010), L’Injonction au professionnalisme, analyse d’une dynamique plurielle, Rennes, PUR.

Davidson L., Rakfeldt J.J. et J.S. Strauss (2010), The Roots of the Recovery Movement, London, Wiley Blackwell.

Demailly L. (1987), « La qualification ou la compétence professionnelle des enseignants » Sociologie du travail, XXIX, p. 59-69.

Demailly L. (2002), « La rationalisation du traitement social de l’expérience », Revue des sciences de l’éducation, vol. XXVII, n° 3, 523-542.

Demailly L. (2003), « Une spécificité de l’approche sociologique française des groupes professionnels : une sociologie non clivée », Knowledge, Work & Society/Savoir, travail et société, n° 2, 107-128.

Demailly L. (2008), Politiques de la relation. Sociologie des métiers et des activités professionnelles relationnelles, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Sciences sociales ».

Demailly L. et M. Autes (dir.) (2012), La Politique de santé mentale en France. Acteurs, instruments, controverses, Paris, Armand Colin.

Demaziere D. et C. Gadea (2009), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Divay S. (2003), « Quand la jeunesse devient une compétence », Terrain, n° 40, 151-162.
DOI : 10.4000/terrain.1598

Divay S. (2004), « Quand les compétences ethnicisées facilitent l’insertion professionnelle », Hommes & migrations, n° 1249, mai-juin, 87-96.

Divay S. (2012), « La professionnalisation dormante de la médiation sociale », Informations sociales, 2(170), 102-108.

Dubar C. (1995), La Socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin.

Duret P. (1996), « Gratuité et professionnalisation dans le travail social : le cas des grands frères », Revue française des affaires sociales, n° 3, 89-98.

Gelinas D. (2006), « Participation grandissante des usagers au sein des services de santé mentale », Le Partenaire, vol. 14, n° 1, été 2006, 4-41.

Girard V., Perrot S., Musso S. Handlhuber H., Lefebvre C. et N. Payan (2010), « Quelques éléments sur le recrutement et la professionnalisation des travailleurs pairs/médiateurs en santé mentale sur le site pilote du programme Housing First (Marseille) », Pluriels, n° 85/86, 14-16.

Goffman E. (1972), « Role distance », dans Encounters. Two Studies in the Sociology of Interaction, Penguin University Books.

Goffman E. (1983), « L’ordre de l’interaction », dans Les Moments et leurs hommes. Textes recueillis et présentés par Yves Winkin, Paris, Éditions Seuil/Minuit, 186-230.

Hughes E.C. (1997), Le Regard sociologique. Essais choisis, textes réunis et présentés par Jean-Michel Chapoulie, Paris, Presses de la MSH.

Jeannot G. (2005), Les Métiers flous. Travail et action publique, Toulouse, Éditions Octares.

Latreille G. (1980), La Naissance des métiers en France : 1950-1957. Étude psycho-sociale, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Laville J.-L. et R. Sainsaulieu (1997), Sociologie de l’association, Paris, Éditions Desclée de Brouwer.

Milburn P. (2002), La Médiation : expériences et compétences, Paris, La Découverte.

Pasquier S. et J. Remy (2008), « Être soi peut-il être professionnel ? Le cas des médiateurs sociaux », SociologieS. [En ligne] http://sociologies.revues.org/1443

Repper J. et T. Carter (2010), Using Personal Experience to Support Others with Similar Difficulties. A Review of the Literature on Peer Support in Mental Health Services, Nottingham, The University of Nottingham.

Stebe J.-M. (2005), La Médiation dans les banlieues sensibles, Paris, PUF, coll. « Le lien social ».

Trepos J.-Y. (2003), Sociologie de la compétence professionnelle, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

Vezinat N. (2010), « Une nouvelle étape dans la sociologie des professions en France. Bilan critique autour des ouvrages de Didier Demazière, Charles Gadéa (2009) et Florent Champy (2009) », Sociologie, 2010/3, vol. 1, 413-420.

Vieille-Grosjean H. et R. Solomon Tsehay (2011), « Les médiateurs sociaux : limites et enjeux d’un dispositif », Sociétés et jeunesses en difficulté, n° 12. [En ligne] http://sejed.revues.org/7320

Haut de page

Annexe

Annexe 1 – Méthodologie mise en œuvre

Entretiens enregistrés et retranscrits avec des membres du Ccoms, les responsables de Paris VIII sur l’histoire du projet et la Fédération des usagers (FNAPSY)

Recueil d’archives internes et externes

Observation in situ des séances de formation à Paris VIII et de formation continue. Observation des soutenances des mémoires de fin de formation et analyse des mémoires

Observation des réunions au Ccoms, des comités de pilotages régionaux et interrégionaux, des regroupements de MSP organisés par le CCOMS

29 entretiens enregistrés et retranscrits avec les MSP d’une durée moyenne de 4 h, un deuxième entretien un an plus tard et de nombreux contacts informels

Focus group avec les MSP, focus group avec les équipes

Visites des 15 sites. Entretiens enregistrés avec le psychiatre, le cadre supérieur de santé, le cadre de proximité, des infirmiers et éducateurs.

Observation in situ du travail des MSP (2 jours à trois semaines)

Entretiens avec 80 patients ayant travaillé avec un MSP

Annexe 2 – Extraits du dépliant de la formation (2012)

 

 

Annexe 3 – La fiche de fonction des MSP diffusée par le Ccoms en janvier 2013

Bonjour,
Depuis le 16 janvier 2012, les médiateurs de santé pairs (MSP) ont suivi le programme de formation du diplôme universitaire, alternant les cours théoriques et le stage pratique sur le terrain.
Cette formation est désormais achevée et à ce jour 20 MSP sont diplômés. Cette année, en février et en octobre, ils seront conviés à deux sessions de formation de deux jours qui aborderont les principales thématiques liées à leur activité.
Comme il a été évoqué lors des derniers Comités de Pilotage (COPIL) régionaux et interrégionaux, le statut des MSP diplômés a évolué à compter du 16 janvier 2013 : ils ont terminé leur année de formation et acquis une qualification de Médiateur de santé pair. Il appartient aux établissements de définir si ce parcours justifie une évolution indiciaire. 

Au niveau des services, l’encadrement et les activités évoluent également. Sont joints à ce courrier des éléments pouvant permettre aux établissements qui le souhaitent de définir les extensions de mission qu’ils souhaitent mettre en œuvre.

Définition

La médiation en santé mentale exercée par les pairs constitue une interface favorisant l’accès aux soins et l’alliance thérapeutique en psychiatrie et en santé mentale.

Le médiateur de santé/pair est en capacité d’utiliser son vécu personnel de la maladie et son parcours de rétablissement ainsi que sa connaissance de l’utilisation des services de psychiatrie et de santé mentale.

Activités principales

Utilisant ses connaissances et son expérience personnelle de rétablissement et de recouvrement de la santé, le Médiateur de santé/pair en santé mentale, en collaboration avec l’équipe interdisciplinaire, sur indication médicale et avec l’accord des usagers concernés :

A. Favorise l’accès aux soins

  • Participe à l’information des usagers sur les différents services sanitaires, sociaux et associatifs disponibles

  • Participe à la compréhension des informations sur les soins en psychiatrie

  • Aide à dépasser la stigmatisation pour accéder aux soins

  • Aide l’usager dans le choix des services

B. Participe à l’accompagnement des usagers dans :

  • Les démarches en lien avec l’équipe socio-éducative

  • Le développement de leur autonomisation et de leurs habiletés sociales dans la cité

  • Leur parcours de réinsertion et de réhabilitation psychosociale

  • Les activités à médiation culturelle, artistique, sportive

  • Les activités favorisant l’insertion sociale

  • Participe au travail d’accompagnement, d’aide et d’information des familles et des proches

C. Apporte un soutien relationnel

  • Soutient la personne afin qu’elle puisse créer, maintenir et/ou développer un réseau social

  • Aide les usagers à déterminer et atteindre leurs objectifs en fonction de leur projet de vie et de soin, facilite la prise de parole

  • Encourage les choix professionnels des usagers

  • Favorise les actions de dé-stigmatisation et aide les usagers en situation de discrimination

  • Facilite l’intégration des personnes dans des groupes d’entraide mutuelle et les associations

  • Favorise le maintien dans des réseaux sociaux (famille/amis/proches)

D. Facilite l’éducation à la santé

  • Participe aux programmes d’éducation thérapeutique autorisés

  • Facilite la communication et les échanges

  • Participe à l’information donnée aux usagers concernant l’identification et éventuellement la prévention des manifestations de la maladie

  • Propose des stratégies d’adaptation, d’autonomisation et d’autodétermination

  • Informe les usagers sur comment identifier et combattre la dépréciation de soi et l’autostigmatisation (représentation négative de soi)

Le Médiateur de santé/pair en santé mentale est tenu au secret professionnel et à la discrétion professionnelle.

Compétences et qualités requises
Connaissances (Savoirs) :

  • Avoir du recul sur son parcours de rétablissement et de recouvrement de la santé

  • Avoir une connaissance des troubles psychiques

  • Connaître les dispositifs de santé mentale et leur lien avec la cité

  • Utiliser son expérience de façon professionnelle

  • Avoir une sensibilité à l’aide des usagers en souffrance psychique en lien avec son expérience

Savoir-faire :

  • Animer des groupes dans son domaine de compétence

  • Favoriser ou participer au maintien du lien entre l’usager et le dispositif de soin

  • Rendre compte de son activité

  • Jouer le rôle d’interface et de facilitateur entre les usagers et le système de soin favorisant la continuité des soins

  • Savoir transmettre ses connaissances et son expérience du rétablissement et savoir présenter sa fonction

  • Savoir participer activement en équipe pluridisciplinaire aux réunions d’équipe et communiquer ses observations

  • Connaître les limites de son action

  • Prendre part au travail de réseau

  • S’impliquer dans les groupes de travail de l’établissement en lien avec son champ de compétence

Aptitudes relationnelles et comportementales (Savoir-être) :

  • Aisance relationnelle

  • Capacité de communication

  • Capacité d’adaptation

  • Capacité d’écoute

  • Attitude bienveillante, empathie

  • Capacité à maintenir une distance professionnelle

  • Savoir se situer et se positionner dans l’équipe pluridisciplinaire

  • Être en capacité d’accompagner sans jugement

  • Faire preuve d’ouverture d’esprit, de curiosité

  • Faire preuve de mobilité et de disponibilité

Haut de page

Notes

1 Quelques-uns des 14 départs du programme sont dus à des rechutes, quelques uns à des reprises d’études, la majorité à l‘hostilité des équipes soignantes et à l’impossibilité pour le MSP de trouver sa place dans l’unité de soins, d’avoir du travail.

2 Je pilote l’équipe de recherche évaluative qualitative. En sont membres : Nadia Garnoussi (MCF Lille 3), Cyril Farnarier (post-doc AMADES/LaSSA, Marseille), Damien Cassan (post-doc CLERSE Lille), Olivier Dembinski (UT Belfort), Catherine Déchamp le Roux (CLERSE), Jérémie Soulé. Les analyses proposées ici ne s’insèrent pas dans l’évaluation du programme, mais en constituent une étude adjacente.

3 13 hommes et 16 femmes (Il reste aujourd’hui 8 hommes et 8 femmes), d’âge diversifiés. Leurs niveaux scolaires vont de l’absence de tout diplôme à bac + 5. Certains sont bien rétablis, d’autres « stabilisés » (schizophrénie, psychose maniaco-dépressive, toxicomanie, dépression grave) sous médicamentation ou non, d’autres sont fragiles et sujets à rechutes.

4 Pour la présentation de la psychiatrie communautaire et sociale ou « citoyenne » et de ses difficultés d’implantation en France, malgré le soutien de l’OMS, et sur les différents paradigmes qui partagent le champ de la santé mentale. Voir Demailly & Autes 2012.

5 À juste titre, car leurs métier ne contient que rarement des tâches de médiation

6 À ce sujet, voir Aballéa, 2005 ; Barthélemy, 2004 et 2009 ; Bonafe-schmitt, 2012 ; Duret, 1996 ; Divay, 2012 ; Macé, 1997 ; Jannot, 2005 ; Stebe, 2005 ; Vieille-Grosjean, Solomon, Tsehay 2011.

7 Je suis particulièrement redevable à Hughes (1987) et à Abott (1988). Je m’appuie également sur Demazière & Gadéa (2009) et Trépos (2003). Voir aussi Vezinat (2011).

8 Voir le titre suggestif de cet article de S. Divay (2003) : « Quand la jeunesse devient une compétence ».

9 Greacen & Jouet (2012) ; Davidson, Rakfeldt & Strauss (2010) ; Bracke, Christiaens & Verhaeghe (2008) ; Repper & Carter (2010) ; Gelinas (2006) ; Girard et al. (2010)

10 Lettre commune de sept organisations syndicales de la fonction publique hospitalière. http://www.syndicat-infirmier.com/Mediateurs-en-sante-mentale-les.html

11 Cette opération caractérise certains emplois féminins. On peut penser que ce cas, où la mise en avant des « qualités » est un moyen de ne pas reconnaitre la compétence, a occulté sociologiquement l’identification d’un mode de professionnalisation par les qualités.

12 On trouve dans la littérature, notamment récente, des illustrations de ces « savoirs-y-faire » avec la domination. À titre d’exemple, Retour à Reims (Eribon, 2009) et En finir avec Eddy Bellegueule (Louis, 2014).

13 J’emploie volontairement « savoir-y-faire » (terme employé par Lacan qui parle de « savoir y faire avec le symptôme »), plutôt que savoir-faire.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://nrt.revues.org/docannexe/image/1952/img-1.png
Fichier image/png, 54k
URL http://nrt.revues.org/docannexe/image/1952/img-2.png
Fichier image/png, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lise Demailly, « Les médiateurs pairs en santé mentale », La nouvelle revue du travail [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 11 novembre 2014, consulté le 04 décembre 2016. URL : http://nrt.revues.org/1952 ; DOI : 10.4000/nrt.1952

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org