Navigation – Plan du site
Matériaux

Les tribulations de Jean-Pierre ou le sociologue face à l’analyse du parcours biographique d’un salarié de l’intérim

Jean-Pierre’s tribulations or how a sociologist deals with analyse of temporary workers’ biographical trajectories
Las tribulaciones de Jean-Pierre o el sociólogo ante el análisis de la trayectoria biográfica de un trabajador temporal
François Sarfati

Résumés

Analyser un matériau biographique confronte le chercheur à la difficulté d’opérer des choix épistémologiques et paradigmatiques. Conformément à l’ambition de la rubrique dans laquelle il se situe, cet article accorde une place conséquente au verbatim. A partir d’un parcours singulier, celui d’un intérimaire de 54 ans, il discute les différentes lectures sociologiques du travail temporaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Guilbert (1970) ; Caire (1973) ; Pialoux (1979) ; Germe (1982) ; Michon & Ramaux (1992) ; Marchand  (...)
  • 2 Prism’emploi fédère les entreprises de la profession en vue de défendre leurs intérêts.
  • 3 Tant dans la littérature syndicale que patronale, la fourchette de 200 et 300 millions d’euros ains (...)
  • 4 Nous privilégierons ici cet acronyme (CIDTT), employé pour contrat à durée indéterminée pour les tr (...)

1La sociologie du travail et de l’emploi a beaucoup étudié l’intérim depuis les années 19601. Comme le note Rachid Belkacem (2013), le secteur s’est institutionnalisé entre la première loi sur le travail temporaire en 1972 et la loi Borloo de 2005. Au cours de la négociation de l’Accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 sur la sécurisation des parcours professionnels qui prévoit la taxation des contrats courts, le patronat, sous la pression de Prism’emploi2, obtient que le secteur de l’intérim évite la mesure en s’engageant à négocier avec les organisations de salariés un accord de sécurisation des « parcours professionnels des salariés intérimaires »3. Le 11 juillet 2013, trois confédérations (CFDT, CFE-CGC, CFTC) signent alors un accord prévoyant la création d’un nouveau contrat de travail, le contrat à durée indéterminée intérimaire (CDITT4). Ce dernier voit le jour, suite à l’extension de l’accord par le ministre du Travail, le 6 mars 2014.

  • 5 L’auteur remercie Claire Vivés et Gaëtan Flocco pour les suggestions qu’ils ont faites sur une vers (...)

2Nous réalisons5 au Centre d’études de l’emploi avec Claire Vivés une enquête, sur la mise en œuvre du CDITT en interrogeant les responsables d’agence d’intérim ayant proposé ce type de contrat, les responsables d’entreprises utilisatrices ayant souhaité confier des missions à des intérimaires en CDI, ainsi qu’avec des intérimaires à qui l’entreprise de travail temporaire a proposé cette modalité contractuelle.

  • 6 Jean-Pierre est un pseudonyme. Dans la suite de cet article, les noms des personnes physiques et mo (...)
  • 7 L’entretien a été intégralement retranscrit par Laëtitia Sibaud. L’auteur lui adresse ses sincères (...)

3L’objet de cet article n’est pas de livrer des premiers résultats de ce travail empirique. Il s’agit plutôt de mener une réflexion théorique et méthodologique sur l’intérim et ses usages, en suivant pas à pas les étapes du parcours biographique d’un enquêté. Jean-Pierre6 a 54 ans au moment de l’entretien. Il travaille en intérim depuis 7 ans et a enchaîné différentes missions dans le secteur industriel. On lui a proposé un CDITT qu’il vient de refuser. En laissant une très large part au matériau brut que constitue l’entretien7, nous nourrissons une triple ambition. Si les sociologues s’accordent sur l’idée selon laquelle leur discipline repose sur l’analyse d’un matériau empirique, peu de supports permettent la publication de longs extraits d’entretiens. Généralement, les entretiens sont mobilisés avec parcimonie dans une logique d’argumentation et/ou d’illustration de la thèse. Le matériau s’efface derrière l’analyse. Dans de rares exceptions, le lecteur a accès aux coulisses de l’enquête (Bourdieu, 1993). Et les auteurs se voient reprocher leur manière de produire du matériau et de l’analyser (Mayer, 1995). Nous pensons pour notre part que la diffusion des données originales permet d’expliciter les choix théoriques réalisés par l’auteur. Nous verrons ainsi que l’analyse d’un matériau de recherche, même lorsqu’il s’agit d’un unique entretien, suppose de réaliser des choix en portant l’attention sur tel aspect ou tel aspect du verbatim.

4Par ailleurs, la sociologie est une discipline qui s’enseigne. Et bon nombre d’apprentis sociologues n’ont pas d’autres choix que de travailler sur leurs propres entretiens pour apprendre à analyser des entretiens. Certes, mettre en forme ses données permet de voir quelles sont les erreurs réalisées au cours de la collecte et oblige à remettre en question sa pratique de l’entretien. Mais nous pensons que donner à voir du matériau permet d’envisager sous un autre jour la didactique de la sociologie.

5Enfin, si l’on considère à la suite de Robert Castel (2003), la remontée de l’incertitude sur les marchés du travail et la multiplication de situations instables, les parcours d’emploi sont de plus en plus complexes et soumis à des vicissitudes. Étant entendu que les individus « tombent dans la sujétion lorsqu’ils n’ont pas eux-mêmes de quoi conduire leur vie en mobilisant des ressources qui puissent assurer leur indépendance » (Castel & Haroche, 2001), il convient de rendre compte de l’épaisseur biographique des individus pour comprendre comment se construisent et comment se recomposent les « supports » des individus tout au long de leur parcours personnel et professionnel.

6La complexité des parcours se lit dans les nombreux emplois par lesquels Jean-Pierre est passé au cours des 35 années qui précèdent l’entretien. On peut distinguer deux périodes. Dans la première, il a un statut d’emploi stable et passe le plus clair de son temps à travailler. Dans la seconde, il multiplie les expériences précaires et change d’employeurs régulièrement. Si l’existence de Jean-Pierre est structurée par le travail et ses conditions dans les 20 premières années, la volonté d’investir sans compter dans son rôle paternel l’emporte dans la dernière période. À un engagement complet dans la sphère professionnelle succède alors la mise en œuvre d’une « conciliation » travail/famille qui vient donner du sens à son existence.

  • 8 L’entretien a été réalisé dans un bar PMU, situé sur la place de la gare d’une ville ayant le statu (...)

7Pour les besoins de l’argumentation, l’entretien a été recomposé, de manière à permettre une lecture qui suit la biographie de Jean-Pierre. Les propos ont été retranscrits tels quels de manière à ce que le texte reste fidèle à ses conditions d’énonciation8. Le lecteur peut ainsi percevoir dans les termes utilisés et les expressions mobilisées les dispositions langagières de l’enquêté. L’entretien a également fait l’objet de « coupes », la version originale dépassant les 70 000 signes.

Un parcours et ses vicissitudes

De la boulangerie familiale au BEP en comptabilité

Jean-Pierre : Mes parents étaient boulangers, mon père au fournil, ma mère au magasin, classique, voilà. Et qu’est-ce qui m’a amené à la compta… Heu… Rien… Qu’est-ce qui m’a amené à la compta… Bah ! une grosse connerie ! Je ne savais pas vraiment quoi faire et à la maison c’était pas vraiment suivi. C’était une autre époque : « tu fais ce que tu veux, du moment que tu fais ce que tu veux. Voilà ! » Personne n’a su déceler que j’avais peut-être une ouverture, une idée, peut-être un don sur quelque chose pour essayer de m’aiguiller sur un sujet quelconque. Non, rien, rien et ça je le reproche un peu à une certaine génération de « va travailler mon fils ». Donc dans ma petite ville où j’habitais, il y avait 2-3 écoles…

François Sarfati : C’était où ?

Jean-Pierre : À Pontivy dans le Morbihan en Bretagne, et il y avait 2-3 écoles dont une école de comptabilité. Donc c’était soit faire comptable ou alors aller en pension, partir la semaine. Mais je ne me sentais pas, je n’avais pas la maturité pour partir en dehors de la maison à 15-16 ans. Donc je suis resté à la maison et j’ai pris l’école qui était à côté et je suis tombé dans la comptabilité (rires) ! Dommage ! J’aurais bien voulu faire les Beaux-Arts aussi. Mais il fallait le bac et comme je n’ai pas été poussé non plus à faire de grandes écoles, je me suis fait tout seul, en fait.

Les tribulations professionnelles

Une porte d’entrée dans l’armée

Jean-Pierre : J’avais un BEP, un petit diplôme BEP compta, déjà ça ne valait pas grand-chose. Donc comme j’avais de la famille dans la Marine nationale, je me suis dit pourquoi pas ?, je vais faire comme eux. Je suis rentré dans une branche administrative, donc la comptabilité, la gestion, l’administratif tout ça. Je suis rentré comme ça, voilà. Donc là, effectivement, j’ai fait plusieurs branches de métiers parce que dans l’administratif c’était aussi bien de la gestion administrative, de personnel, de matériel, tout ce qui peut se compter, tout ce qu’on peut faire. Là, j’ai fait 10 ans. Après, j’ai changé de profession. Dans la Marine, toujours, mais j’ai changé de spécialité. Donc avec l’ouverture que j’ai eue à ce moment-là, je suis passé directeur de foyer et, là, j’ai fait 8 ans. J’ai fait directeur de foyer à plusieurs endroits.

François Sarfati : Ça consiste en quoi directeur de foyer dans la Marine ?

Jean-Pierre : Et bien, il y a un endroit dans les bases militaires, quelle que soit l’armée, où les gens viennent se distraire, il y a une salle de jeux, un bar, une coopérative, tout ça. Donc j’étais directeur de ce genre de foyer-là pendant 8 ans.

François Sarfati : Alors, qu’est-ce qui fait que vous quittez l’armée ?

Jean-Pierre : J’ai quitté l’armée parce que, pour aller plus loin, il fallait passer d’autres diplômes, d’autres statuts, et j’ai pas pu les passer, j’étais déjà trop vieux, j’étais bloqué. Donc ils avaient déjà essayé de m’évincer plus ou moins parce que ça commençait déjà à partir, c’était à l’époque où on commençait à avoir l’armée de métier. Ils ont essayé à 15 ans, ils n’ont pas réussi parce que j’étais à l’étranger, donc ils ne pouvaient pas me faire partir. Ils ont été obligés de me re-prolonger et ça a fini sur 18 ans.

La grande distribution et le retour sur la terre ferme

François Sarfati : Donc vous quittez la Marine, vous rentrez dans la grande distribution directement ?

Jean-Pierre : Non, non, non. Il y a des petits trucs que j’ai tentés à droite, à gauche, comme j’avais quelques connaissances. Donc j’ai fait un peu magasinier dans le circuit automobile, des petits tests comme ça, mais ça n’a pas forcément marché. J’avais pas mal de collègues qui travaillaient dans les assurances, je me suis essayé dans les assurances aussi. J’étais pas assez voleur donc j’ai pas fait long feu (rires) et je ne me sentais pas du tout de faire du porte-à-porte. Et puis, de CV en CV, j’ai vu qu’ils cherchaient des magasiniers pour une création de postes dans la grande distribution, donc j’ai sauté dessus. Je suis rentré comme ça très rapidement.

François Sarfati : Donc il y a 9 ans dans la grande distribution où vous avez changé d’emplois, mais vous étiez toujours dans le même magasin ?

Jean-Pierre : Oui, tout à fait, au même endroit. C’était une création, donc il y avait tout à mettre en place. C’était un service après-vente, donc tout ce qui est partie technique, bureaux des réparateurs. Donc il fallait tout mettre en place, la logistique parce qu’il y avait différents magasins, donc il fallait aller chercher le matériel dans le magasin, le chercher, le réparer et le retourner. Donc il fallait tout mettre en place. J’ai commencé par la logistique et après, comme étant à l’origine plutôt dans la gestion, j’ai pris le service administratif. J’ai commencé par la gestion, le service administratif et quand le directeur adjoint est parti, j’ai pris sa place.

François Sarfati : Donc, là, vous êtes directeur adjoint plutôt orienté ressources humaines, c’est ce que vous disiez tout à l’heure, pendant combien de temps ?

Jean-Pierre : J’ai fait 3 ans.

François Sarfati : Et qu’est-ce qui fait que cet emploi s’arrête au bout de 3 ans ?

Jean-Pierre : Justement, on a changé de statut juridique et du coup, il y a eu 2-3 trucs qui ne marchaient pas. Il y a eu pas mal de problèmes. Moi je suis parti une année, le responsable des formations était parti, le chef de service blanc était déjà sur la sellette, moi je suis parti et l’année d’après c’est le directeur qui est parti.

François Sarfati : Ça veut dire qu’à ce moment-là vous avez démissionné ?

Jean-Pierre : Non, non, j’ai été licencié. Les accords ne m’intéressaient pas vraiment, ne me plaisaient pas, avec des motifs qu’ils m’ont collés et que j’ai pas trop aimés. Donc je suis parti aux Prud’hommes et j’ai fait tomber le couperet et je suis sorti correctement.

François Sarfati : D’accord, vous êtes sorti par le haut des Prud’hommes.

Jean-Pierre : Voilà.

François Sarfati : Vous êtes allé jusqu’au jugement ou…

Jean-Pierre : Ah oui ! je suis allé jusqu’au bout et ça a été rapidement puisque je connaissais pas mal de personnes, je connaissais un avocat. Je lui ai demandé s’il voulait bien s’occuper de la situation et il m’a dit « pas de problème, j’arrive ». C’était très vite réglé en fait parce que moi je connaissais l’avocat de la grande distribution et je savais ce qu’il valait puisque j’ai eu affaire à lui plusieurs fois pour des raisons juridiques. Je savais ce qu’il valait, donc ça a été très facile de trouver quelqu’un en face de lui.

François Sarfati : C’est pas indiscret si je vous demande combien vous avez obtenu à cette époque ?

Jean-Pierre : Heu… À peu près 10 000 euros.

François Sarfati : Ça représentait à peu près combien de votre salaire de directeur adjoint ?

Jean-Pierre : J’étais pas cher payé ! Ça représentait quoi, il y a une dizaine d’années, même plus que ça, ça représentait à peine un an de salaire. Ils m’avaient proposé 3 mois en me disant que c’était une fleur, donc j’ai dit « il faut arrêter les conneries ! ». Donc ça faisait 10 mois de salaires à peu près.

Le saut dans l’intérim

François Sarfati : Et l’idée d’aller dans le secteur de l’intérim à 45 ans, c’est parce qu’à ce moment-là, pour vous, c’est une évidence ou vous auriez préféré rester dans la grande distribution ?

Jean-Pierre : Ben, j’ai cherché autre chose, j’ai fait un peu toutes les annonces, j’ai envoyé des CV un peu partout ; j’ai toute une collection de CV ! Bon, c’est vrai que j’avais un statut dans la grande distribution, mais en définitive en diplôme, avec un BEP de comptabilité qui remonte à 30 ans en arrière. En fait, je n’avais rien quoi, donc invendable. Invendable, donc l’intérim c’était une solution que j’espérais temporaire, mais en fait ça dure parce qu’on est arrivé il y a 5-6 ans, 7 ans, ça commençait à être la crise de l’emploi un peu partout, donc c’est un peu la misère !

François Sarfati : J’imagine qu’une carrière d’intérimaire de 7 ans c’est un peu compliqué de me raconter toutes les entreprises dans lesquelles vous avez été, etc. Mais en intérim, vous avez été dans quels types d’entreprises, dans quels types de postes ?

Jean-Pierre : Donc pendant un an et demi, j’ai travaillé dans les frigos pour du frais dans la grande distribution.

François Sarfati : Vous faisiez quoi exactement ?

Jean-Pierre : Bah ! c’était préparer les commandes pour les magasins Carrechan en règle générale. Donc tout ce qui est frais : le beurre, les œufs, le lait, enfin les conneries comme ça. Préparer les palettes, ça j’ai fait un an et demi dans les frigos à 3-4°. Ensuite, j’ai fait également chez Toutessence, les pompes à essence Toutessence. Il y avait du service après-vente à faire parce que les pompes à essence ça tombe en panne aussi. Donc il y a des pièces qui arrivent qu’il faut trier, les neuves, les anciennes.

François Sarfati : C’est toujours logistique-magasinier ?

Jean-Pierre : Oui et après, je suis arrivé chez Métaldur.

François Sarfati : Finalement, on a l’impression que c’est… Là, vous citez 3 expériences : préparateur de commandes, logistique, magasinier et Métaldur. En 7 ans il y a eu juste ces 3 entreprises ou il y a eu…

Jean-Pierre : Je suis rentré chez Métaldur, mais comme dans beaucoup d’entreprises, au bout de 18 mois, vous avez 6 ou 8 mois de carence et ils vous reprennent après si tout va bien. Donc j’ai fait 18 mois chez Métaldur, je suis parti 4 mois chez Gromédocs, c’est des produits pharmaceutiques. Après, je suis resté 2 ou 3 mois au chômage et je suis retourné chez Métaldur.

François Sarfati : Et là, vous êtes depuis combien de temps chez Métaldur ?

Jean-Pierre : Ça fait un bout de temps, ça fait plus de 18 mois.

François Sarfati : Vous avez dépassé la date fatidique ?

Jean-Pierre : Oui, parce que j’ai changé d’entreprise d’intérim entre-deux. Chez Métaldur, ils ont dit « on arrête toutes les boîtes d’intérim, on n’en prend plus que deux ». Donc j’ai changé de boîte d’intérim et je suis resté chez Métaldur et quand j’ai changé de boîte d’intérim, l’historique n’a pas été demandé et je suis reparti à zéro. Donc, là, je suis tranquille jusqu’à la fin de l’année, normalement. Après, advienne que pourra !

François Sarfati : Jusqu’à fin 2014 ; ça veut dire que vous avez fréquenté combien d’agences d’intérim ?

Jean-Pierre : Intérimezvous et Bientérim.

François Sarfati : Uniquement Intérimezvous et Bientérim ?

Jean-Pierre : C’est tout.

François Sarfati : En fait, vous avez réussi à enchaîner sur cette histoire que vous avez changé d’enseigne et qu’ils ne vous ont pas redemandé votre ancienneté ?

Jean-Pierre : Bah ! Jusque-là non. Apparemment non, parce que, quand j’ai demandé en début d’année que je ne devais pas être loin de la fin, je me suis renseigné de savoir si ça se terminait bientôt et il m’a dit : « non, tu as encore ça ». En remontant les dates, ça correspond au moment où j’ai changé de boîte d’intérim. Donc les compteurs sont repartis à 0 et c’est reparti pour un tour, tant mieux.

François Sarfati : Bien sûr. Pour vous, ces histoires de 18 mois c’est plutôt un problème ?

Jean-Pierre : Oui, c’est un problème. C’est un problème pour l’entreprise aussi parce qu’ils ont formé des personnes, ils m’ont payé des formations, je suis apte à prendre n’importe quel poste à n’importe quel moment, je connais tout de l’entreprise, ça fait 5-6 ans que j’y suis. Jamais malade, jamais absent, toujours à fond de taquet, le boulot est bien fait, ça tout le monde le reconnaît sinon je n’y serai plus et eux ça ne les arrange pas non plus de se séparer d’un gars, alors qu’il est en plein boulot. Pour prendre un intérimaire qu’il faudra reformer, on ne sait pas sur quoi ils vont tomber. Donc sur moi, ils ont une valeur sure, ils voudraient me garder, mais bon, la règle du jeu veut qu’il y ait 18 mois.

Aspiration et direction

Une vocation parentale tardive, mais affirmée

Militaire et célibataire

Jean-Pierre : Moi j’ai vécu pendant 18 ans dans la Marine, j’ai vécu pendant 18 ans comme un sauvage, ok. Mais je ne le conseille pas à tout le monde parce que refaire sa vie à 40 balais, c’est tout en retard ! Entre mon frère et moi, il y a presque 2 générations, mon fils à l’âge des petits enfants. Donc il y a un trou dans la famille et j’ai qu’un seul enfant, pas la peine d’en faire 2 à 50 balais, c’est fini. Il faut savoir être objectif aussi.

François Sarfati : Quand vous étiez dans la Marine, qu’est-ce qui vous empêchait d’avoir une vie de famille ?

Jean-Pierre : Ça ne m’empêchait pas, j’aurais pu, j’avais des tentatives (rires). Mais c’est vrai que j’avais fait un choix, si on veut parce qu’on peut très bien être militaire et rester sur une base militaire pendant x temps. Même s’il faut partir tous les 3-4 ans, on peut rester à terre, en France, dans un coin. On peut très bien se planquer dans un coin, c’est pas un souci. Mais si je suis rentré dans la Marine c’est pour sortir un peu, pour partir en campagne, pour voyager, pour monter en bateau, pour faire ce que j’ai fait. C’est vrai qu’avec une vie de patachon comme ça, c’est pas évident. J’ai fait des missions, des fois, c’est n’importe où, n’importe quand, on sait quand on part, on sait pas quand on revient, on sait pas où on va. Avoir une femme qui accepte de dire « je t’attends à la maison, j’attends que tu reviennes », même si tu reviens au bout de 9 mois, il y a des clashs !

François Sarfati : Vous avez fait quoi comme missions un peu longues, un peu loin ?

Jean-Pierre : J’ai fait 2 fois le tour du monde. Il y a des missions, c’était on part, on sait pas où on part, on sait pas quand on revient, ça a duré 9 mois.

François Sarfati : Et au final vous avez été quelque part ou juste en mer ?

Jean-Pierre : On a fait un tour du monde pour des objectifs différents, pour des opérations différentes. C’est pour ça qu’on ne savait pas où ni quand on était parce qu’il y avait des sous-marins nucléaires. Eux, ils ne savent pas où ils vont, ils n’ont pas le droit de le dire, nous on était à côté, c’était la même situation. Donc en 9 mois d’absence en France… Bon, il y en a qui ont demandé à ne pas partir parce qu’ils avaient un peu peur de laisser bobonne à la maison, et c’était évident, flagrant et logique pour ceux qui ont des responsabilités que je conçois fortement bien. On a eu un suicide en cours de route, en rentrant on a eu 4-5 divorces, on a eu encore 2 suicides en rentrant. Donc sur la bande qu’on était, il y a quand même 10 cas particuliers. Il y en a qui sont rentrés chez eux, il n’y avait plus de meuble, il n’y avait plus personne. Oui, il y a eu 5-6 divorces et 2 suicides.

François Sarfati : Si je comprends bien, c’était une vie qui était plus facile célibataire ou en tout cas sans charge de famille.

Jean-Pierre : Oui, surtout pour l’épouse ! Nous les hommes on était ensemble, on voyageait, on travaillait, on faisait ceci, on faisait cela. Pour nous ça allait, mais pour ceux qui restent à la maison c’est invivable, ça se conçoit, je comprends. Le quotidien n’est pas le même.

Civil et père de famille disponible pour son fils

François Sarfati : Je trouve ça marrant parce que si on regarde une grande partie de votre existence professionnelle, on a l’impression où il y a une grosse moitié tout à fait orientée vers le boulot parce que vous partez pendant 9 mois, vous faites le tour du monde et c’est compliqué d’avoir une vie de famille. Et puis, il y a une deuxième partie où vous jetez l’ancre, c’est pas un hasard si je prends cette expression, et depuis 12 ans, vous consacrez le plus clair de votre existence à votre vie de famille, à votre enfant.

Jean-Pierre : Ah oui ! bah oui ! j’ai assez bourlingué pendant pas mal de temps, donc je pose les valises et ça suffit, ça suffit parce qu’avoir une vie de patachon ça joue, c’est pas logique. C’est pas normal de déménager tous les 2-3 ans, de faire tous les pays du monde, de partir 2 ans en Nouvelle-Calédonie, 2 ans en Martinique et j’en passe et pas mal d’années en Afrique. On est un petit peu perturbé ! Quand on retombe dans le civil et qu’on se dit « tiens ! qu’est-ce que je fais et pour combien de temps ? » On sait pas pour combien de temps, tu poses tes valises pour 20-30-40 ans, c’est bon, tu poses tes valises. Il faut savoir aussi s’arrêter, au départ c’est très dur. C’est très dur de poser les valises, c’est très dur. Et puis bon, après, je me marie, j’achète la maison, je fais un gamin, et voilà, après c’est bon. Voilà, mais c’est pas facile. J’ai assez donné avant, maintenant je m’arrête et puis bon, 54 balais, maintenant ça va, il ne faut pas m’embêter et j’en ai fait suffisamment, j’ai assez donné et j’en ai assez vu dans toutes mes vies que j’ai pu avoir. Donc moi, on me la fait plus. […]

Bah ! une chose était claire quand je suis arrivé dans les entreprises d’intérim, j’ai dit : « moi, j’ai mon fils qui est à l’école, je vais le chercher le soir à 16 h, donc vous me donnez ce que vous voulez, la nuit, le soir, le matin, mais le soir j’arrête ». La priorité c’est la famille, c’est mon fils, j’en ai qu’un, j’y tiens. Donc je prendrai tous les boulots, n’importe quoi, mais je serai devant la porte de l’école à 16 h et ça a marché comme ça.

Un investissement éducatif intense

Jean-Pierre : Déjà, mon fils aura fait des études, il est bien placé pour ça, il est parti pour aller très loin. Donc je vais continuer à m’occuper de lui parce que s’il fait des études jusque 25 ou 30 ans, il faut bien papa-maman derrière, toujours. Donc ça sera encore, pendant très longtemps je pense, notre but. Il risque d’être à la maison encore quelques temps ou s’il va faire ses études ailleurs, il faudra toujours s’en occuper plus ou moins. Mais au moins, il sera à l’abri du besoin, on s’arrange suffisamment tous les mois pour dire que ses études sont payées. Là-dessus, je ne me fais pas de souci pour nous ni pour lui.

François Sarfati : Donc dès aujourd’hui, vous êtes en train de prévoir que s’il faisait des études qui coûtaient cher et qu’il y aurait besoin d’un financement, c’est des choses que vous anticipez dès aujourd’hui ?

Jean-Pierre : Bien sûr, c’est un peu pour ça que je travaille, sinon je m’arrêterais tout de suite. J’en ai suffisamment pour manger tous les jours, donc c’est pour préparer l’avenir, surtout le sien.

Contraintes et ressources d’un parcours chaotique

8La sociologie du travail temporaire a insisté sur le développement de ce qui s’est appelé les « nouvelles formes d’emploi », avant de renoncer au qualificatif de nouveau. On a cherché à expliquer le développement de la précarité et ses effets sur les collectifs de travail, sur les possibilités de résistance face à l’entreprise (que ce soit dans un cadre syndical ou non), sur la santé des travailleurs (Belkacem & Montcharmont, 2012), sur la vie hors travail (Faure-Guichard, 2000). On a également mis en avant le fait que l’intérim se focalisait sur certaines catégories de main d’œuvre : les hommes, non ou peu qualifiés, principalement dans le secteur industriel. Et dans certains cas, on a pu insister sur le fait que l’intérim était en passe de devenir un mode d’accès au marché du travail quasiment obligatoire, dans la mesure où les jeunes sont particulièrement exposés à l’intérim (Papinot, 2007). Et on a pu réfléchir aux inégalités sur lesquelles repose l’intérim et que l’intérim contribue à façonner. Par ailleurs, ce type de contrat de travail a été analysé comme une fragilisation des rapports salariaux, non seulement parce qu’il distend la relation entre un salarié et son employeur en introduisant une relation tripartite (salarié / agence d’intérim / entreprise utilisatrice), mais aussi parce que l’arrivée parfois massive de travailleurs précaires dans les entreprises a pu avoir des effets de déstabilisation des travailleurs stables. De la même manière, les collectifs de travail ont pu être fragilisés. Enfin, le travail temporaire a donné lieu à la construction de typologies permettant d’en exposer des usages différenciés. Et parce que les entreprises de travail temporaire ont pris l’habitude d’embaucher et de fidéliser des intérimaires, des sociologues ont pu rencontrer et interroger des intérimaires installés dans l’intérim. On a alors forgé l’expression « intérimaires de profession » pour décrire celles et ceux qui étaient de manière stable et durable dans l’intérim et qui ne souhaitaient pas nécessairement sortir de ce statut d’emploi à brève échéance.

9La fourchette de 10 à 20 % des intérimaires a été avancée pour quantifier cette réalité. Par glissement sémantique, on a alors évoqué le « choix » de l’intérim (Kornig, 2007), comme pour mieux opposer celles et ceux qui subiraient un contrat de travail non désiré aux engagés volontaires désireux d’expérimenter différentes situations de travail, s’affranchissant du lien de subordination représenté par le contrat de travail, grâce à la multiplication des liens de subordination. Si, dans la littérature scientifique, la figure du sublime a permis de rendre compte des mondes vécus de ces individus, ces derniers sont également cités par les représentants des entreprises d’intérim. Non seulement le secteur ne serait pas habité de « marchands d’hommes » parce que des femmes et des hommes ne souhaiteraient pas avoir un autre statut d’emploi, mais, en outre, ces 10 à 20 % des intérimaires contribueraient à une part importante du chiffre d’affaires du secteur (le chiffre de 50 % est parfois avancé).

10Le parcours de Jean-Pierre montre que l’opposition binaire choisi/subi empêche de comprendre sa présence dans le secteur. Nous sommes par ailleurs sceptique quant à la possibilité de distinguer, comme le fait Dominique Glaymann (2008), des choix selon leur degré d’autonomie. Jean-Pierre devient intérimaire parce qu’il n’a pas trouvé d’autre emploi à l’issue d’un parcours qui commence par un BEP, qui passe par la Défense et la grande distribution. Il sait que le diplôme dont il dispose n’est pas recherché. Il sait en outre que la conjoncture économique n’est pas à l’embellie au moment où il accepte l’intérim (crise de 2007). Mais, il a lui-même eu à procéder à des recrutements au moment où il travaillait dans la grande distribution. Il a lui-même embauché sur des contrats stables des salariés qu’il avait précédemment pris dans le cadre de mission d’intérim. Il a, à ce moment-là, l’espoir que l’intérim soit une porte d’entrée vers un CDI classique. En outre, il accepte cet emploi, parce qu’à ce moment-là, il a un enfant à sa charge et un crédit sur son logement à honorer et qu’en conséquence, sa retraite de militaire (dont le montant avoisine celui du Smic) ne lui suffit pas. Il accepte donc, « faute de mieux », ce statut d’emploi après avoir cherché autre chose. Mais l’analyse de sa biographie d’intérimaire montre qu’il ne reste pas dans l’intérim pour les mêmes raisons qu’il y est entré. La notion de choix suppose l’exercice de son libre arbitre au moment de la décision à un instant t. Elle laisse de côté les possibilités d’« installation » dans la situation parce que le contexte évolue.

11Ancien militaire, il est vu comme un salarié fiable, digne de confiance, respectueux de la hiérarchie et des ordres. En outre, il est adaptable et comprend vite quand il arrive sur un nouveau poste. Comme en témoigne également le verbatim qui n’a pas été corrigé lors de la retranscription, il a une élocution claire, une capacité à exprimer ses idées et à faire preuve de réflexivité qui se révèle utile, tant dans le processus productif que pour trouver de nouvelles missions. Ainsi, il lui arrive régulièrement d’être contacté directement par une entreprise utilisatrice pour effectuer une mission :

Jean-Pierre : Et puis bon, je commençais à connaître pas mal de monde dans la région et différentes entreprises et des personnes que je connaissais déjà. Donc, quand je suis rentré dans les pompes à essence chez Toutessence, c’est parce que je connaissais quelqu’un là-bas qui m’a dit qu’il avait besoin d’un intérimaire. Donc tu me téléphones, j’arrive. Deux fois, je connaissais déjà l’employeur avant qu’il m’appelle. Donc tu téléphones chez Intérimezvous, tu m’appelles.

François Sarfati : Donc, d’un certain point de vue, vous êtes aussi un bon client pour le monde de l’intérim parce que les missions c’est parfois vous qui les vendez auprès d’une entreprise utilisatrice et eux ne font que la gestion administrative de la paie.

Jean-Pierre : Oui.

12Au-delà de cette capacité à « se vendre » sur le marché du travail, Jean-Pierre a une certaine assurance qui lui permet de faire valoir ses décisions et de s’y tenir. Deux situations évoquées par Jean-Pierre illustrent particulièrement cet élément :

Jean-Pierre : Au laboratoire Gromédocs, j’ai voulu prendre une semaine pour les vacances de Pâques, ça ne se passait pas trop mal, quoique les laboratoires Gromédocs c’est encore quelque chose, c’est toute une époque ça ! J’ai dit « je prendrai bien une semaine pendant les vacances de Pâques » et là, on m’a dit « si tu pars, tu ne reviens plus ». Donc j’ai dit « bon, salut » et je suis parti ! […]

François Sarfati : C’était autour de quoi les frictions ?

Jean-Pierre : C’est-à-dire que j’avais reçu un coup de téléphone un jour d’une personne de chez Intérimezvous que je ne connaissais pas. J’en connaissais beaucoup, mais celle-là non. Elle avait été désagréable au téléphone parce que je refusais une mission qui finissait vers 18 h. J’ai dit non et elle a commencé à être désagréable, voire insultante. Je lui ai dit « ne bougez pas, j’arrive ». J’ai pris la voiture, je suis descendu 5 minutes après, on s’est expliqué. Je lui ai demandé si elle avait des enfants, ce qu’elle en faisait le soir et moi je lui ai expliqué que le mien c’est pas pour le mettre dans un chenil que j’ai fait un gosse, c’est pour m’en occuper. Donc si elle, elle accepte de donner son fils à quelqu’un d’autre, moi je le garde pour moi. En gros, c’était l’idée.

François Sarfati : D’accord, donc un petit échange un peu franc.

Jean-Pierre : J’ai raccroché et je suis arrivé, et, quand je me déplace, c’est pas pour vendre des cravates.

François Sarfati : Et quand vous avez fait ça, vous n’avez pas eu peur que Intérimezvous vous propose plus rien ?

 Jean-Pierre : Non.

François Sarfati : Parce que vous auriez pu vous dire…

Jean-Pierre : Oui, oui mais…

François Sarfati : Parce que c’est un peu culotté.

Jean-Pierre : Ouais, mais qui ne tente rien n’a rien et puis c’est comme ça, sinon je serais allé ailleurs. Voilà, c’est tout, j’aurais fait d’autres boîtes d’intérim. C’est pas ça qui manque sur le marché. C’est moi d’abord, c’est ma vie, c’est pas la leur !

13Cette assurance pour aller « se vendre » aux agences d’intérim, il l’acquiert au cours du temps, parce qu’il fait le constat qu’il y a certes très peu d’annonces d’emploi en CDD ou en CDI sur le bassin d’emploi, mais que l’offre d’emploi intérimaire est régulière et qu’au vu de ses expériences et compétences, il arrive à travailler de manière continue. Dans le parcours biographique de Jean-Pierre, le temps joue un rôle important. S’il a bien connu un besoin immédiat d’être employé suite à son expérience dans la grande distribution, notamment pour faire face aux dépenses liées à son crédit immobilier, aujourd’hui, la structure de ses revenus et de ses dépenses a changé. Il est propriétaire de son logement, titulaire de sa retraite de militaire et son épouse a un emploi. En outre, travaillant depuis 7 années dans l’intérim, il sait avoir des droits au chômage.

Jean-Pierre : Heu… Oui, j’espère trouver autre chose et à l’heure actuelle, même si je ne trouve rien pendant un certain temps, je peux me le permettre, c’est pas le cas de tout le monde.

François Sarfati : Vous pouvez vous le permettre pour quelle raison ?

Jean-Pierre : Bah ma maison est payée, au pire si je m’arrête de travailler j’ai encore le chômage et ma retraite, donc je peux m’arrêter quelques mois. Maintenant ma maison est payée, je n’ai que mon gamin, donc si ça s’arrête, ça ne pose pas un gros, gros souci. Il y a des gens, à l’heure actuelle, où le père et la mère sont intérimaires, un enfant, un chien, un chat, une maison sur le dos, 30 ans de crédits, ça fait peur. J’ai peur pour eux, moi je suis très bien logé.

14Interrogé sur sa manière d’envisager le futur, il revient sur sa volonté d’aider son fils à se construire un avenir professionnel.

Jean-Pierre : Déjà, mon fils aura fait des études, il est bien placé pour ça, il est parti pour aller très loin. Donc je vais continuer à m’occuper de lui parce que s’il fait des études jusque 25 ou 30 ans, il faut bien papa-maman derrière, toujours. Donc ça sera encore, pendant très longtemps je pense, notre but. Il risque d’être à la maison encore quelque temps ou s’il va faire ses études ailleurs, il faudra toujours s’en occuper plus ou moins. Mais au moins, il sera à l’abri du besoin, on s’arrange suffisamment tous les mois pour dire que ses études sont payées. Là-dessus, je ne me fais pas de souci pour nous ni pour lui.

François Sarfati : Donc, dès aujourd’hui, vous êtes en train de prévoir que s’il faisait des études qui coûtaient chères et qu’il y aurait besoin d’un financement, c’est des choses que vous anticipez dès aujourd’hui ?

Jean-Pierre : Bien sûr, c’est un peu pour ça que je travaille, sinon je m’arrêterai tout de suite. J’en ai suffisamment pour manger tous les jours, donc c’est pour préparer l’avenir, surtout le sien. Et puis bon, s’il est grand, qu’il se débrouille tout seul, qu’il n’y a plus besoin de papa-maman le week-end, on se fera des voyages parce que je serai toujours un grand voyageur.

C’est pour ça que maintenant mon gamin je m’en occupe matin, midi et soir et je veux pas qu’il soit tout seul et je veux qu’il réussisse. Je le laisse faire, il se débrouille, je ne veux pas non plus lui foutre la pression, mais je lui donne un coup de main et mon épouse aussi et ça marche très bien. Beaucoup de psychologie, beaucoup de patience, des petits conseils, des petits trucs, bon on est toujours derrière son cul en fait (rires). Mais ça marche bien, il a 18 de moyenne. Il est en 5e, il a 4 langues, ça va quoi ; 18 de moyenne il est bon partout, sauf en sport (rires) ! C’est pas un problème.

Le retour de la structure ou comment les décisions d’entreprise construisent le rapport à la stabilité dans l’emploi et à l’action collective

François Sarfati : On parle de gueuler, les syndicats dans l’entreprise, quels rapports ils entretiennent avec les intérimaires ?

Jean-Pierre : Très bien, si, ça se passe très bien. Un bon relationnel, bon, moi, j’éviterais d’aller discuter avec eux parce qu’ils démarrent très vite. Dès qu’ils trouvent quelque chose à dire, ils mettent le doigt dessus et à la limite, ça fait plus de mal que de bien.

François Sarfati : Vous avez des exemples ?

Jean-Pierre : Des exemples, non, pas vraiment. Mais c’est vrai que j’évite de trop m’étaler avec eux parce que déjà, ils demandent au patron d’embaucher les intérimaires qui sont là depuis longtemps. Mais, comme Métaldur n’embauche pas de toute façon, c’est un coup d’épée dans l’eau. Mais c’est vrai qu’un jour, il y a eu un intérimaire qui s’est adressé à un syndicat parce qu’il y avait un problème relationnel, et le patron, la direction a été obligée d’en tenir compte, mais c’était la fin du contrat de l’intérimaire.

François Sarfati : Donc en fait c’est l’intérimaire qui se retrouve en difficulté.

Jean-Pierre : Voilà ! parce qu’en contrat d’intérim, il n’y a pas besoin de motif, à la fin de la semaine, « au revoir », et sur le listing des intérimaires de l’entreprise, il est marqué en rouge, donc il ne reviendra jamais.

François Sarfati : Ça c’est des choses que vous avez vues ?

Jean-Pierre : Ça existe. Je ne l’ai pas vu, j’ai pas vu l’ordinateur, j’ai pas vu l’écran, mais je sais qu’il y a des intérimaires qui ne reviendront plus. Et les intérimaires qui sont demandés régulièrement, on sait très bien que dans chaque service, en tout cas tous les services que j’ai faits, c’est « pour demain je veux un tel, un tel et un tel ». Ils ont chacun leur liste de personnes qui ont été formées et que j’ai côtoyées dans chaque service. Je retourne régulièrement dans des services et je retrouve toujours les mêmes. C’est toujours les mêmes, on est une bande d’intérimaires et on se retrouve tous. Ils partent, ils reviennent, « ah tiens ! te revoilà », « oui, je suis parti pendant 6 mois et je reviens maintenant ». C’est toujours les mêmes qui tournent.

François Sarfati : Ce que vous dites là, ça pourrait donner raison aux syndicats de demander des embauches, si c’est toujours les mêmes qui sont là depuis longtemps et qui font bien le boulot et que tout le monde reconnaît qu’ils font bien et qu’ils font tellement bien le boulot qu’on les rembauche à chaque fois. Ça pourrait donner raison que ces gens-là basculent en CDI.

Jean-Pierre : Oui, mais ça c’est une politique de l’entreprise, s’ils ont décidé de ne pas embaucher parce qu’ils ont des objectifs dans les hautes sphères de fermer l’entreprise dans 5 ou 6 ans, ils ne vont pas embaucher maintenant. Depuis 2008, il n’y a pas eu d’embauche chez Métaldur, ils se cassent la figure de plus en plus. Alors, on change ceci, on change cela, on change de gamme, on change de produit, on les fabrique, on les fabrique pas, ça marche, ça marche pas, n’empêche que ça se casse bien la gueule.

François Sarfati : Donc vous pensez qu’essayer de revendiquer la création de postes, la création d’emplois en CDI c’est peine perdue, ça marchera jamais ?

Jean-Pierre : Il y a des entreprises où ça marchera. Il y a des entreprises qui fonctionnent bien et, de toute façon, il n’y a même pas besoin que les syndicats s’en mêlent. S’il y a une entreprise qui fonctionne très bien et qui a besoin de personnel, elle prendra les personnes qu’elle a déjà prises et qu’elle connaît déjà. Moi, ça m’est arrivé quand j’étais dans la grande distribution, j’ai pris des intérimaires et le jour où il a fallu embaucher parce qu’on était 7 au départ et quand je suis parti on était 40, j’ai embauché beaucoup d’intérimaires, au grand désarroi des boîtes d’intérim parce que je leur piquais leur personnel. Je leur piquais un peu leur personnel, mais je disais : « celui-là je l’ai eu en intérim pendant 3 mois, 6 mois, je le garde parce que quand on embauche quelqu’un, il y a une période d’essai, éventuellement renouvelable, mais ça ne dépasse jamais le mois ». C’est deux fois 15 jours, après on est obligé de faire quelque chose, tandis qu’un intérimaire on peut le prendre plus longtemps, on peut le tester plus longtemps. C’est pour ça que souvent, dans beaucoup d’entreprises, elles commencent par embaucher les personnes qu’elles connaissent.

15Métaldur est une structure internationale implantée en France. Dans l’entretien que nous avons réalisé avec le DRH français, celui-ci nous a confirmé que l’entité française ne procédait plus à aucun recrutement en CDD ou en CDI depuis 2008. L’entreprise est en perte de vitesse du point de vue des parts de marché et des bénéfices réalisés tant en Europe qu’en Afrique du nord, où sont situés ses principaux marchés. Le PDG a bâti une stratégie d’entreprise visant à fermer des usines pour ajuster les niveaux de production aux ventes réalisées. Ce dernier considère que le droit du travail en vigueur en France protège trop les salariés en cas de plan social. Dans la mesure où une grande partie des ouvriers a une ancienneté importante, le chiffre de 80 000 € par licenciement a été évoqué. Ainsi, pour ne pas avoir à provisionner ladite somme sur chaque embauche, décision a été prise de ne plus recruter en direct. Fondamentalement, peu importe que la logique économique énoncée par la direction de l’entreprise soit juste ou non. Elle s’impose comme un effet de vérité, parce qu’elle est mise en œuvre, et ce depuis 6 ans au moment de l’entretien.

16Jean-Pierre, comme les autres intérimaires de Métaldur ne croit pas à une action collective visant à transformer le recours à l’intérim en CDI. Et s’il arrive que des mobilisations improbables adviennent (Bouquin, 2006 ; Béroud & Bouffartigue, 2009), la précarité n’est que rarement un déclencheur de mobilisation collective (Paugam, 2000). Dans les propos de cet enquêté, la lutte semble perdue d’avance. Et ce d’autant plus que la décision est ancienne et ses effets réels. Pour Jean-Pierre, comme pour les autres intérimaires, il y a plus à perdre, en risquant d’atrophier son « employabilité » pour fait de grève qu’à gagner à se mobiliser. D’autant plus que la situation économique d’ensemble ne l’incite pas à l’optimisme.

François Sarfati : Il y a un sujet qu’on n’a pas abordé, comment les gens autour de vous voient le fait que vous soyez en intérim, et depuis longtemps ? Ça pose question pour les gens autour de vous ou pour les gens c’est transparent ? On a parlé du banquier, d’accord, mais…

Jean-Pierre : Non, il n’y a pas trop de questions qui se posent en fait parce que l’entourage est assez vite fait. À l’heure actuelle, les gens ne se posent plus de question puisque tout le monde est à peu près dans la merde. Donc, même si je suis intérimaire, j’ai quand même du boulot, ce qui n’est pas toujours le cas de tout le monde en ce moment, et si je m’en sors comme ça, et bah tant mieux ! Maintenant, il ne faut pas être difficile, il ne faut pas dire ceci, cela, personne n’est à l’abri, même un CDI n’est pas à l’abri. Il y a plus d’entreprises qui ferment qui n’ouvrent, surtout par ici, c’est la grande décadence.

17S’il est clair qu’on ne peut pas le situer du côté des dominants, dont il subit les décisions, Jean-Pierre n’incarne pas non plus la figure de l’intérimaire dénué de ressources pour faire face à l’incertitude sur les marchés du travail. Qu’il s’agisse de son expérience professionnelle, de sa capacité à s’adapter et à occuper rapidement un poste ; qu’il s’agisse de son aptitude à vendre sa force de travail sur un marché concurrentiel ou de faire valoir ses positions pour que le monde de l’intérim respecte sa manière de concilier travail et vie familiale ; qu’il s’agisse enfin du capital social qu’il active tout au long de son parcours (pour entrer dans la Marine, pour trouver un avocat, pour trouver différentes missions, etc.), Jean-Pierre est outillé pour ne pas basculer dans la sujétion. Mais l’espoir d’un avenir meilleur repose sur les épaules de son fils pour lequel il nourrit des ambitions importantes, et pour lequel il fait en sorte que ces espoirs se transforment en réalité. Comme si une génération était sacrifiée.

Haut de page

Bibliographie

Belkacem R. (2013), « Des agences d’intérim aux agences d’emploi », Notes de l’IES, n° 30. [En ligne] http://www.ies-salariat.org/IMG/pdf/Notes_IES_30.pdf

Belkacem R. et L. Montcharmont (2012), « Analyse des conditions de travail des travailleurs intérimaires », Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé, 14-2.

Béroud S. et P. Bouffartigue (2009), Quand le travail se précarise, quelles résistances collectives ?, Paris, La Dispute.

Bouquin S. (2006), La Valse des écrous, Paris, Syllepse.

Caire G. (1973), Les Nouveaux Marchands d’hommes. Études du travail intérimaire, Paris, Les Éditions Ouvrières, coll. « Relations sociales ».

Castel R. (2003), L’Insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Le Seuil/La République des idées.

Castel R. et C. Haroche (2001), Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Paris, Fayard.

Faure-Guichard C. (2000), L’Emploi intérimaire, trajectoires et identités, Rennes, PUR, coll. « Des Sociétés ».

Fréchou H. et R. Cancé (2003), « Les contrats courts : source d’instabilité mais aussi tremplin vers l’emploi permanent », Premières Informations et premières synthèses, avril, n° 14.1.

Fréchou H. (2004), « Les permanents de l’intérim », Premières Informations et premières synthèses, octobre, n° 43-3.

Germe J-F. (1982), Le Travail temporaire, Paris, Le Sycomore.

Glaymann D. (2005), La Vie en intérim, Paris, Fayard.

Glaymann D. (2007), L’Intérim, Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Glaymann D. (2008), « Pourquoi et pour quoi devient-on intérimaire ? », Travail et emploi, n° 114, avril-juin, 33-43.

Guilbert M. (1970), Le Travail temporaire en France, Paris, Centre de sociologie, CNRS.

Kornig C. (2007), « Choisir l’intérim : sous quelles conditions ? », Socio-Économie du travail économies et sociétés, tome XLI/12, décembre, n° 29, 1959-1977.

Mayer N. (1995), « L’entretien selon Pierre Bourdieu : Analyse critique de La misère du monde », Revue française de sociologie, vol. 36, n° 2, 355-370.

Michon F. et C. Ramaux (1992), « CDD et intérim, bilan d’une décennie », Travail et emploi, n° 52, 37-56. [En ligne] http://travail-emploi.gouv.fr/publications/Revue_Travail-et-Emploi/pdf/52_3117.pdf

Papinot C. (2007), « En attendant de trouver sa place : le chômage-intérim des jeunes diplômés », Agora, n° 46, 96-106.

Paugam S. (2000), Le Salarié de la précarité, Paris, PUF.

Pialoux M. (1979), « Jeunesse sans avenir et travail intérimaire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 26-27, 19-47.

Turquet P. (2001), « Le développement du travail intérimaire », dans Del Sol M. (dir.), Nouvelles Dimensions de la précarité, Actes du colloques des 28 et 29 octobre 1999, Rennes, PUR, 171-185.

Haut de page

Notes

1 Guilbert (1970) ; Caire (1973) ; Pialoux (1979) ; Germe (1982) ; Michon & Ramaux (1992) ; Marchand & Ficquelmont (1993) ; Belkacem (1998) ; Deneuve (2000) ; Faure-Guichard (2000) ; Turquet (2001) ; Jourdain (2002) ; Kornig (2003 et 2007) ; Puissant (2003) ; Fréchou (2004) ; Glaymann (2005 et 2007).

2 Prism’emploi fédère les entreprises de la profession en vue de défendre leurs intérêts.

3 Tant dans la littérature syndicale que patronale, la fourchette de 200 et 300 millions d’euros ainsi économisés est citée.

4 Nous privilégierons ici cet acronyme (CIDTT), employé pour contrat à durée indéterminée pour les travailleurs temporaires, qui est l’expression utilisée par les acteurs de l’intérim pour désigner ledit contrat à durée indéterminée intérimaire.

5 L’auteur remercie Claire Vivés et Gaëtan Flocco pour les suggestions qu’ils ont faites sur une version précédente du présent texte.

6 Jean-Pierre est un pseudonyme. Dans la suite de cet article, les noms des personnes physiques et morales ont été anonymisés.

7 L’entretien a été intégralement retranscrit par Laëtitia Sibaud. L’auteur lui adresse ses sincères remerciements.

8 L’entretien a été réalisé dans un bar PMU, situé sur la place de la gare d’une ville ayant le statut de chef-lieu de région. L’enregistrement a une durée de 90 minutes. L’entretien s’est prolongé pendant 30 minutes après l’arrêt du dictaphone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Sarfati, « Les tribulations de Jean-Pierre ou le sociologue face à l’analyse du parcours biographique d’un salarié de l’intérim », La nouvelle revue du travail [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 04 novembre 2014, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://nrt.revues.org/1972 ; DOI : 10.4000/nrt.1972

Haut de page

Auteur

François Sarfati

Chercheur au Centre d’études de l’emploi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org