Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

François Aballéa et Arnaud Mias (coord.), Organisation, gestion productive et santé au travail, Toulouse, Octares Éditions, coll. « Le travail en débat », série Colloques et congrès, 2014, 383 p.

Paul Bouffartigue
Référence(s) :

François Aballéa et Arnaud Mias (coord.), Organisation, gestion productive et santé au travail, Toulouse, Octares Éditions, coll. « Le travail en débat », série Colloques et congrès, 2014, 383 p.

Texte intégral

  • 1 Le Corpus n° 4 de La Nouvelle Revue du Travail compte plusieurs articles inscrits dans cette troisi (...)

1Élaboré à partir d’un colloque organisé en 2010 par le GRIS (université de Rouen) et les RT 18 (« relations professionnelles ») et RT 25 (« travail, organisation, emploi ») de l’AFS, ce livre se présente comme une somme de plus de 350 pages, rassemblant 26 contributions (en sus des introduction et conclusion) signées par 41 auteurs. L’ouvrage témoigne du développement récent, mais rapide et relativement convergent sur le plan des orientations intellectuelles, des travaux inspirés par la sociologie de la santé au travail en France. Du moins des travaux sociologiques qui s’inscrivent pour l’essentiel dans l’identification de ce que nous avons reconnu (Bouffartigue, Bouteiller & Pendariès, 2010) comme le principal modèle d’interprétation des relations entre travail et santé : celui qui vise à identifier les conséquences sur la santé physique et mentale de ce qui se passe dans la sphère du travail. En effet, la manière dont le travail peut être un facteur de protection et de développement de la santé, ou/et dont la vie extra-professionnelle peut jouer sur l’état de santé de la population au travail, restent largement dans l’ombre.1 Dans son introduction F. Aballéa contextualise ce développement récent plus large des préoccupations publiques en matière de « santé au travail » – rappelant au passage que la paternité institutionnelle de l’Union européenne de cette expression – dans lequel se combinent transformations de la production, du travail et de l’emploi, évolutions démographiques et scandales sanitaires. Mais le regard sociologique a été au cours des dernières années interpellé par la prépondérance antérieure des approches individualisantes ou localisées portées par l’ergonomie ou la psychologie.

2L’ouvrage est articulé en quatre parties d’importance comparable : l’impact des nouvelles formes d’organisation du travail sur la santé, celui des nouveaux modes et dispositifs de gestion, la prise en compte de la santé par les relations professionnelles, et les outils de diagnostic et d’analyse.

3L’impact des nouvelles formes d’organisations du travail sur la santé, en dehors de la contribution d’A. Valeyre nourrie par la 4e enquête européenne sur les conditions de travail, est approchée à partir d’études de cas : caissières (G. Tiffon), vendeurs (P. Barbier), nettoyeuses (G. Lebeer), hôpitaux (M. Gheorghiu et F. Moatty), centres d’appels (A. Bénion ; M. Bénedetto-Meyer et J.-L. Metzger). L’approche européenne montre que les « innovations organisationnelles » ont des effets bien contrastés sur la santé des travailleurs, selon qu’elles prennent place dans un modèle d’organisation « apprenante » (effet positif) ou en « lean production » (effet négatif), car, dans ce dernier, elles sont associées à une intensification du travail. On ne sera pas surpris de constater que l’organisation « taylorienne » – qui est loin d’avoir disparu – reste pathogène. Mais l’état de santé relativement favorable des salariés travaillant dans des « structures simples » (supervision directe, procédures faiblement formalisées, faible contenu cognitif des tâches, etc.) aurait mérité de plus amples réflexions. Quant aux études de cas, elles ont toutes l’intérêt de mettre l’accent sur les effets peu visibles ou paradoxaux, mais largement délétères, de la rationalisation des activités de service : surveiller des caisses automatiques et inciter les clients à les utiliser affecte le sens du travail et inquiète quant à l’avenir du métier ; si le travail des vendeurs est exigeant et épuisant c’est aussi parce qu’il faut s’y ennuyer et s’y épuiser dans l’attente du client tout en se montrant disponible et dynamique ; la « multi-subordination » et la dilution des responsabilités patronales auxquelles sont exposées les travailleuses du nettoyage sont associées au sentiment d’injustice, d’impuissance et de mésestime de soi qui contaminent la vie privée ; la « T2A », sans avoir produit encore tous ses effets, semble surtout accroître la pression temporelle qui conduit les soignantes à contourner des principes de prévention et à privilégier les actes techniques sur le travail relationnel. Les centres d’appels, quant à eux, apparaissent être des cas limites du « travail empêché » (A. Benion, reprenant Clot), au sens à la fois d’empêchement d’un service correct au client et d’« empêchement de devenir » – les perspectives de carrière sont très réduites. Ils sont aussi révélateurs, tout particulièrement en France des « méta-dispositifs de gestion » construits sur la défiance réciproque entre employeurs et travailleurs, les innovations que l’on y observe demeurant inscrites dans ces dispositifs basés sur la défiance (M. Bénedetto-Meyer et J.-L. Metzger).

4L’entrée selon laquelle sont regroupés les textes de la seconde partie – les dispositifs de gestion et les acteurs qui les portent – se traduit par une hétérogénéité apparente plus grande de cet ensemble : gestion de projet dans l’industrie (L. Goussard), management du travail (P. Conjard), gestion bureaucratique d’un organisme public (O. Foli), gestion de la prévention à la SNCF (J. Kubiak) et gestion publique de l’insertion professionnelle de handicapés (M. Blanc et C. Peyrard). On en retiendra trois points forts : les effets de ces dispositifs en termes d’atteintes aux significations du travail, de management empêché, ou encore d’occultation des pratiques effectives de prévention ; l’absence de liens directs entre types de dispositif de gestion et impacts sur la santé ; et le fait qu’on ne saurait attendre d’amélioration de cette dernière de la seule formation ou professionnalisation du managements ou des acteurs spécialisés dans les risques professionnels.

5La santé au travail est-elle un enjeu concourant à une transformation du champ des relations professionnelles et de ses acteurs ? C’est en tous cas à partir de cette hypothèse et/ou de cet espoir que la plupart des articles de la troisième partie du livre réfléchissent, notamment en s’intéressant aux « risques psychosociaux » (« RPS ») et/ou au rôle des CHSCT. Les réponses sont pour le moins prudentes. Faible appropriation locale des nouvelles règles juridiques et incitations publiques (L. Lerouge et G. Debruyne) ; caractère prématuré de l’étude de l’impact effectif des accords de méthodes signés dans les grandes entreprises (P. Douillet) ; difficultés des syndicalistes membres des CHSCT à faire avancer les questions du travail, même quand ils sont inscrits dans une tradition attentive à ces questions (H. Adam et L.-M. Barnier) ; force des logiques de « carton rouge » à l’employeur et/ou de délégation du travail syndical dans l’appel à l’expertise par les CHSCT (S. Gallioz) ; difficultés de la médecine du travail à sortir d’une approche hygiéniste (D. Bachet), voire à faire face à la montée de la pluridisciplinarité dans les services de santé au travail autrement que comme un menace de remplacement des médecins (P. Marichalar). C’est sans doute la contribution d’I. Gaillard et de G. de Terssac qui incite le moins au pessimisme dans la mesure où elle restitue une expérience de recherche conjointe chercheurs/syndicalistes de CHSCT sur les modalités de prise en charge de souffrance au travail. Ils montrent à quelles conditions méthodologiques il est possible de passer de la plainte individuelle à une solution positive pour le(la) salarié(e) tout en mettant au jour les conflits ou dysfonctionnements organisationnels à l’origine du problème.

6La quatrième partie interroge les outils de diagnostic et d’analyse, les catégories de perception et d’action mobilisées dans le domaine de la santé au travail. Dans un contexte où des risques professionnels dits émergents se signalent par leur multicausalité et leurs effets différés, les enjeux sociaux et cognitifs de leur (in)visibilité semblent aiguisés. Les approches statistiques sont ici particulièrement interpelées. De multiples formes de « désajustement » existent dans les organisations qui provoquent de la souffrance tout en échappant aux enquêtes statistiques (D. Cartron et C. Guaspare), et les causalités organisationnelles et managériales sources de difficultés de santé échappent largement aux approches en termes de « facteurs de risques » (J. Choquet et S. Nechstein). La catégorie institutionnelle d’« accident du travail » est éloignée de la réalité des atteintes à la santé au travail, notamment pour les femmes (I. Prost, J.-P. Tabin et G. Waardenburg). L’étude de la prévention dans une grande entreprise de transport routier montre combien l’absence d’acteurs-relais internes conduit à privilégier l’approche curative et individualisante (C. Perrin-Joly). C’est également l’accent mis sur la responsabilité individuelle des travailleurs et le respect de l’usage des équipements de protection individuelle qui caractérise une pratique de prévention mise en place aux chantiers de St-Nazaire, dans le but pourtant louable de rapprocher les conditions de travail des travailleurs en sous-traitance des travailleurs directement employés (P. Seiller). Même quand il s’agit clairement de souffrance au travail, le traitement des plaintes dans un centre d’« urgence psy » fait disparaître le monde du travail (L. Salah-Eddine). Finalement ne faudrait-il pas proposer des catégories alternatives, notamment à celle de « RPS » – par exemple celle de « troubles socio-psychiques » – si on veut favoriser la désindividualisation de la santé au travail et mettre en question la responsabilité de l’entreprise et des logiques financières qui la gouvernent dans la genèse des maux contemporains du travail  (J.-P. Durand) ?

7La conclusion de cet ensemble très riche est signée par P. Ughetto, qui parvient en quelques pages à « montrer comment la santé au travail fait histoire dans toute cette histoire », celle de trente années de transformations rapides du travail déjà largement documentées par les sociologues. Il le fait en relevant d’abord que cette période n’a pas été un « bloc passible d’une évolution continue » (p. 357). Qu’a surgi un nouveau problème public de « conditions de travail » dès la fin des années 1980 et le grand mouvement des infirmières, prolongé par la thématique du stress, du harcèlement, des suicides. Ce phénomène traduit bien le déplacement du monde industriel vers le monde tertiaire de ce qui est pénible dans le travail. Avec le glissement du travail vers les activités de service « le travail en ressort comme épreuve, dans le double sens, d’épreuve dans la sociologie pragmatiste […], et de ce qui est éprouvé dans son intimité […] » (p. 360). Au fond, c’est une sorte de télescopage entre deux tendances de fond qui seraient à la source des nouveaux maux du travail et de leur écho public : la « managérialisation », d’un côté, la densification des tensions et ambivalences dans l’expérience du travail, de l’autre. « La managérialisation se trouve être l’autonomisation d’une forme de connaissance du réel et notamment du travail, celle des instruments de pilotage, qui “s’envole” de plus en plus et perd le contact avec le réel par l’interdiction qui est systématisée de faire remonter vers les dirigeants et par la voie hiérarchique l’information sur ce qui est vécu. Le travail est de plus en plus peuplé de tensions, de choses contradictoires qui, d’un côté, donnent de l’intérêt au travail, et, de l’autre, en font quelque chose qui ne se résout pas de manière mécanique. » (p. 361)

8C’est pourquoi l’auteur en appelle logiquement, avec bien d’autres, à promouvoir dans l’entreprise le dialogue, formel et informel, autour du travail et de sa complexité. Ce qui pose la question de « l’autorisation politique » donnée dans l’entreprise aux « cadres de terrain » pour parler du travail, et plus largement, de la manière dont tous les acteurs sont interrogés et amenés à des déplacements. L’ensemble du livre confirme que la partie est loin d’être gagnée – et démontre de multiples manières combien cette perspective passe par l’expression des conflits dont le travail est le lieu –, tout en offrant bien des pistes pour s’y engager. À lire donc par tous ceux qui s’intéressent aux liens entre travail et santé.

Haut de page

Bibliographie

Bouffartigue P., J. Bouteiller et J.-R. Pendariès (2010), « Les représentations des liens travail-santé. Le rôle des normes de genre et de profession, Revue française de Sociologie, n° 51-2.

Bouffartigue P. (dir.) (2014), Santé au travail : regards sociologiques, La Nouvelle Revue du Travail, Corpus n° 4. [En ligne] http://nrt.revues.org/1401

Haut de page

Notes

1 Le Corpus n° 4 de La Nouvelle Revue du Travail compte plusieurs articles inscrits dans cette troisième perspective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartigue, « François Aballéa et Arnaud Mias (coord.), Organisation, gestion productive et santé au travail, Toulouse, Octares Éditions, coll. « Le travail en débat », série Colloques et congrès, 2014, 383 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 06 novembre 2014, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://nrt.revues.org/2014

Haut de page

Auteur

Paul Bouffartigue

CNRS – Aix-Marseille université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org