Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Patricia Champy-Remoussenard (coord.), En quête du travail caché : enjeux scientifiques, sociaux, pédagogiques, Toulouse, Octares Éditions, 2014, 126 p.

Jean-Pierre Durand
Référence(s) :

Patricia Champy-Remoussenard (coord.), En quête du travail caché : enjeux scientifiques, sociaux, pédagogiques, Toulouse, Octares Éditions, 2014, 126 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, préfacé par Yves Schwartz, s’intéresse au travail invisible, essentiellement dans les métiers éducatifs. Ce qui ne l’empêche pas de se situer dans les problématiques générales de l’opacité du travail en soulignant la richesse du lexique (p. 13).

2Les auteurs s’inquiètent des enjeux sociaux du dévoilement des dimensions cachées du travail et posent les questions éthiques afférentes à celui-ci. Ils soulignent aussi les enjeux idéologiques dans une période où la transparence a pour mobile essentiel l’évaluation et le contrôle au nom d’un objectif de performance que tout un chacun devrait partager.

3Le premier chapitre de Pierre Imbert et Marc Durand vise une relecture de la séparation entre utilitarisme et anti-utilitarisme dans les activités de travail comme forme cachée de processus éducatifs ; ce qui les conduit, on s’en doute, à revenir sur les théories du don pour réinterpréter cette dimension invisible du travail que serait sa fonction formatrice. Le second chapitre produit par la coordinatrice interroge la relation entre les dimensions cachées du travail et la construction des dispositifs de formation. C’est certainement le texte le plus convaincant de l’ouvrage parce qu’il interroge le cœur des processus d’invisibilisation du travail, à partir de situations finement analysées telles que le management et l’organisation du travail des équipes d’entretien des routes ou les dimensions relationnelles dans le service aux personnes des Emplois-jeunes (1998-2002). Le chapitre conclut sur les difficultés à rendre compte et à traiter des dimensions cachées du travail réel : la question devient redoutable quand il s’agit de formaliser ces dimensions cachées dans le cadre de la formation professionnelle, puisqu’il s’agit de transmettre de l’indicible. Enfin, dans une perspective réflexive l’auteur s’interroge sur les effets sociaux possibles d’une mise à nu de parties invisibles du travail quant aux risques que celle-ci fait courir aux travailleurs observés et interrogés.

4Dans le troisième chapitre, Françoise Lantheaume met en évidence les pratiques invisibles des enseignants qui se trouvent dans des situations contraintes de « surprescription », tels les projets pluridisciplinaires, le travail par projet, l’accompagnement de jeunes en difficulté, etc. Ce texte s’avère être une critique assez radicale quoique indirecte de l’évolution du système éducatif qui, empêtré dans ses difficultés de rénovation, invente des solutions « latérales » productrices de travail caché. Le chapitre suivant déporte la thématique de l’invisibilisation du travail vers une forme spécifique de celui-ci : l’ingéniosité dans les pratiques pédagogiques. Ici, Nicole Mencacci parle de ruse éducative pour caractériser le rapport enseignant-élève et va jusqu’à en faire une des conditions du succès de cette relation.

5Le chapitre de Jean Clenet est l’un des plus originaux puisqu’il propose une réhabilitation du flou dans le travail du sujet en formation. Dans la relation pédagogique, la place du flou serait au fondement du succès de celle-ci : d’une part le sujet est à la recherche de lui-même et par là il peut résister à l’emprise de la formation elle-même, d’autre part il est en tension, condition de sa dynamique de reconstruction. Le dernier chapitre propose de « rendre visible la part insue de l’activité » : ce serait, selon Richard Wittorski, le propre d’une société qui veut optimiser l’efficacité du travail. Mais c’est aussi une puissante critique des systèmes de formation qui délaissent les « tours de main » au bénéfice d’autres préoccupations pédagogiques certainement moins valides, selon l’auteur.

6Cet ouvrage traite de l’invisibilisation du travail, de sa face cachée, de son caractère insu, etc. à partir des points de vue et des approches spécifiques aux sciences de l’éducation et les applications elles-mêmes ou les exemples relèvant du même champ. On peut regretter qu’il reste la plupart du temps prisonnier de ce champ et de ses problématiques. La permanence du travail caché peut tout aussi bien provenir du souhait des acteurs de ne pas publiciser leurs tours de main ; mais en même temps, l’invisibilisation de certaines tâches, voire de certaines activités, peut aussi s’inscrire dans un processus plus ou moins volontaire de non-reconnaissance du travail accompli ou des compétences mises en œuvre pour ne pas les rémunérer. Dans d’autres situations de plus en plus fréquentes, les activités flottantes, le travail non tracé – autant de formulations esthétisantes du travail caché ou invisible – constituent des activités incompressibles, par exemple le traitement des emails, pour réaliser le vrai travail : maintenir cette invisibilisation signifie du point de vue des salariés ne pas reconnaître les nouvelles charges de travail qui leur échoient. Ainsi, le travail invisible est bien souvent à l’origine des troubles sociopsychiques dont chacun reconnaît le fort développement récent. Bien sûr les auteurs de l’ouvrage peuvent arguer que cette dimension du travail caché était hors champ ; il reste que le hors-champ a toujours des effets sur le champ, sur le cœur de l’image et qu’il est toujours perceptible dans le champ lui-même. Il est dommage que ce hors-champ soit le grand absent de cet ouvrage...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Durand, « Patricia Champy-Remoussenard (coord.), En quête du travail caché : enjeux scientifiques, sociaux, pédagogiques, Toulouse, Octares Éditions, 2014, 126 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 08 novembre 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://nrt.revues.org/2017

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Durand

Université d’Evry – Centre Pierre Naville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org