Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Yves Clot et Michel Gollac, Le Travail peut-il devenir supportable ?, Armand Colin, 2014, 240 p.

Paul Bouffartigue
Référence(s) :

Yves Clot et Michel Gollac, Le Travail peut-il devenir supportable ?, Armand Colin, 2014, 240 p.

Texte intégral

1Les lecteurs de La Nouvelle Revue du Travail ont déjà eu l’occasion de prendre connaissance des travaux d’Y. Clot, notamment à propos de son livre précédent, Le travail à cœur. Pour en finir avec les risques psychosociaux1. Ce nouvel ouvrage se présente également comme un « essai engagé » – mais tout autant érudit et informé de l’état de la recherche en sociologie du travail ou en gestion. Il est cette fois cosigné avec un sociologue dont les travaux font également référence dans le domaine des conditions de travail et de la santé au travail. M. Gollac a animé également un collège d’expert chargé de faire le point sur les connaissances concernant ces fameux « risques psychosociaux » (RPS) et de mettre en place une enquête nationale spécifique sur ce thème (Gollac & Bodier, 2011). L’ouvrage se propose donc non seulement de « faire le point », mais également de « faire du neuf », en faisant « jouer pleinement [les] différences, sans hésiter à rendre manifestes [les] controverses » entre les deux auteurs (p. 9). D’où la forme originale et quelque peu paradoxale du livre, à la fois entièrement cosigné, mais dans lequel le lecteur – surtout s’il est averti des travaux antérieurs des deux auteurs – saura repérer les moments de ces controverses. On reviendra sur ce paradoxe : ces controverses n’auraient-elles pas gagné à être plus explicites ?

2Par rapport au précédent livre d’Y. Clot, celui-là apporte plusieurs développements, visiblement en partie nourris par les débats nombreux auxquels il a participé à partir du « travail à cœur ». Il s’agit bien entendu et d’abord, des contributions propres de M. Gollac qui se situent principalement sur le registre de la contextualisation sociale des enjeux de santé au travail (dans le chapitre trois, « Limiter les risques », qui traite des liens entre les modèles organisationnels et santé, et des enjeux de la durée du travail) et celui des conditions sociales de possibilité de la « clinique de l’activité » (chapitre 5 sur le « professionnalisme délibéré »). Mais il s’agit également des approches théoriques du « stress » ; de la critique, vigoureuse, des usages sociaux de la psychologie ; de l’interprétation des suicides au travail comme « drames de la conscience professionnelle » (chapitres 1 et 2) ; ou encore de l’insistance nouvelle mise sur les liens entre les enjeux de qualité du travail et de critères de performance au sein de l’entreprise, et les enjeux de santé publique et d’écologie.

3Le premier chapitre, « Individus en souffrance », propose une excellente mise en perspective de la manière dont les théorisations, fort hétérogènes, offertes par les psychologies pensent la variabilité des rapports qu’entretiennent les individus avec leur travail, et les pratiques sociales qu’elles nourrissent : pratiques de sélection des individus jugés « aptes », d’adaptation des individus jugés insuffisamment « aptes », ou de remédiation des individus fragilisés. Pour les auteurs, seules ces dernières peuvent – éventuellement – être utiles, à condition qu’elles favorisent, et non contredisent, des changements organisationnels favorables à la santé au travail. Mais il faut nécessairement se tourner vers les représentations psychologiques du travailleur comme sujet – donc vers la psychodynamique du travail ou la clinique de l’activité, dont les différences sont clairement rappelées au passage – pour que les personnes soient sérieusement prises en compte, ce qui implique nécessairement une action sur le travail et son organisation. Sinon, c’est à la mise en place d’un « gouvernement par la psychologie » auquel on assiste, gouvernement dont la critique serrée fait l‘objet du chapitre suivant.

4Il y est montré comment le monde de l’entreprise est le réceptacle d’un phénomène plus large : « la conjugaison sociale d’une injonction morale au conformisme d’un côté et d’un dépistage des dépressifs ou des personnalités dangereuses de l’autre » (p. 48). Au lieu de le réduire, cet « hygiénisme » aiguise les RPS, car il fait disparaître l’activité concrète de travail exercée par les sujets en mettant au premier plan leur profil et/ou leurs dispositions personnels. On est d’ailleurs passé du projet d’adaptation de l’homme au travail à celui de « doter chacun d’un capital personnel d’adaptation » (p. 50). Le refoulement du conflit latent sur le travail prend deux formes jumelles : « l’écoute de la souffrance au travail adossée au traitement compassionnel de la question sociale » (p. 54) et une « psychologie du bien-être [qui] veut faire le bonheur des salariés » (p. 61). Apprendre à « gérer ses émotions et celles des autres » (p. 65) devient ainsi un nouveau capital distinctif sur le marché du travail. Et les travailleurs les plus exploités échappent à ces dispositifs, car souvent ils ne se plaignent pas. Symétriquement, il existe de la plainte sans souffrance. La réflexion des auteurs se poursuit par un développement poussé sur la question du suicide au travail, en appui sur ou en dialogue avec de nombreux auteurs : Canguilhem, Vigotski, Durkheim et les sociologues qui sont revenus sur cette question (C. Baudelot et R. Establet), ainsi que d’autres psychologues du travail (C. Dejours, P. Molinier). Le suicide au travail concerne des sujets particulièrement engagés dans leur métier, leur tâche, c’est un drame de la conscience professionnelle, cette « rupture avec ce sentiment d’exister au dehors et au-delà de soi » (p. 81). En milieu professionnel, il faut retenir l’hypothèse de son « orientation vindicative » (p. 85), car cela permet de questionner l’organisation du travail, sans présupposer une fragilité mentale antérieure à l’expérience du sujet. Même C. Dejours n’échapperait pas à cette dernière vision, puisqu’il évoque une « faille personnelle », et des « vulnérabilités » exploitées par l’entreprise chez les plus performants, « vulnérabilités » dont certains pourraient également être bénéficiaires. Ce n’est pas le point de vue de toute la psychodynamique du travail : P. Molinier évoque « ceux qui ont le plus de mal à s’autoriser une souplesse à l’égard des exigences démesurées de la performance factice exigée ». On ne saurait jamais être vraiment « bénéficiaire » d’une conception de la performance réclamant d’être entièrement habitée par son travail.

5C’est franchement du côté de l’organisation sociale du travail que se tourne le chapitre « Limiter les risques ». Il synthétise des données plus familières aux sociologues, concernant les formes, dynamiques ou situations organisationnelles plus ou moins favorables à la santé au travail. Les enquêtes européennes sont mobilisées pour montrer la variété des modes d’organisation du travail, leurs liens avec la santé des salariés et avec les grands facteurs de RPS. Les conditions sociétales et institutionnelles avancées à propos de la France sont soulignées, alertant sur les dangers d’implantation partielle de principes organisationnels. Il aurait été utile ici de préciser, à propos des pays d’Europe du Nord (Finlande, Danemark), qui semblent demeurer à certains égards des modèles vertueux d’organisation du travail et de santé au travail, dans quelle mesure l’approche de la santé au travail n’y reste-t-elle pas, contradictoirement, marquée par un certain hygiénisme. Concernant la réduction du temps de travail, les auteurs concluent à juste titre qu’il ne faut pas tout en attendre si l’on vise à rendre le travail supportable, l’expérience des « 35 heures » – qui a été associée dans bien des cas à une dégradation du travail – le démontrant amplement.

6Avec « Pour (et contre) un professionnalisme délibéré », on entre dans le cœur des orientations théoriques et méthodologiques de la clinique de l’activité, dont les conditions sociales d’efficacité sont ensuite discutées. Les liens intimes entre les notions de santé, activité et pouvoir d’agir sur son milieu sont rappelés. « La passivité qui s’impose à des sujets diminués par un “travail ni fait ni à faire” empoisonne une existence professionnelle avortée. C’est à la rencontre de cette activité contrariée que se porte une clinique de l’activité, au chevet du travail comme tel. […] Il s’agit d’appuyer la relance d’un travail soigné au sein d’organisations qui le demandent et pour des objectifs qui dépassent ces organisations : au nom de la santé au travail, mais aussi au nom de la santé publique » (p. 132). Une série d’exemples sont pris dans l’actualité récente, de catastrophes industrielles et de scandales alimentaires et sanitaires, traduisant la dégradation de la qualité du travail : reconnaître et promouvoir l’initiative des travailleurs concernés n’est-elle pas la principale ressource pour éviter ces drames ? L’architecture conceptuelle et les dispositifs d’intervention de la clinique de l’activité sont exposés, nous rappelant qu’il s’agit ici d’abord de « transformer pour comprendre », à rebours de la démarche scientifique plus classique. Les notions de « genre » – de « métier », de « collectif » – et de « style » sont confrontées à celles de la sociologie : « intégration sociale », « professions », « champ », « individuation ». Des convergences possibles sont signalées avec la notion de « style » au sens de P. Bourdieu, explicitée par A. Bidet et M. Macé (2013). Mais la clinique de l’activité peut-elle agir dans n’importe quel milieu professionnel ? Ne peut-elle pas être « récupérée », voire connaître des effets pervers ? La réponse est négative à la première question, affirmative à la seconde. Les groupes professionnels trop dominés, trop instables, soumis à une trop forte intensité du travail ne peuvent développer des « genres professionnels », même si des précaires se sont révélés parfois très engagés dans des actions inspirées par la clinique de l’activité. Bref, l’ensemble des rapports sociaux de domination ne peut pas être ignoré par cette dernière. Quant à la possibilité de récupération par les directions d’entreprise, elle n’est jamais à écarter. Mais « toute action portant sur le travail est exposée à des formes de récupération et ne peut être durablement libératrice que si des changements globaux interviennent. […] Mais inversement, les changements globaux ne sont efficaces et peut-être même possibles que si le travail concret change. » (p. 203)

7Le livre se termine par un appel à l’ouverture du débat sur l’objectif du « développement des formes démocratiques dans la vie de travail », ses conditions, et le rôle que peuvent y jouer les sciences du travail et la clinique de l’activité. Cette dernière n’est pas dans l’illusion que soigner le travail passerait par l’action de « myriades de spécialistes formés ad hoc au CNAM », elle se propose « d’expérimenter l’institution du conflit de critères dans la définition de la performance afin d’ouvrir des possibilités à l’action sociale » (p. 202-203). Face à la critique concernant les risques de récupération, Y. Clot rétorque que toute pratique sociale et institutionnelle de la recherche s’y expose, et cite Bouveresse interpelant Bourdieu : la sociologie critique peut être mise au service d’un savoir cynique d’acceptation de l’ordre social plus que d’un savoir d’émancipation. Quant à la mise en place d’institutions démocratiques dans l’entreprise, instituant la « coopération conflictuelle » sur les critères de performance et la qualité, les auteurs en voient monter la perspective dans les travaux de nombreux chercheurs (Ferreras, Detchesshar, Segrestin et Hatchuel), et en relèvent des échos dans le monde syndical.

8Nouvelle étape dans le développement de la clinique de l’activité, notamment grâce à ses réponses aux interpellations que lui adressent depuis un certain temps les sociologues ou praticiens intéressés par ses apports, ce livre ouvre effectivement le débat autant qu’il le nourrit. Toutefois le lecteur peu averti aura sans doute du mal à identifier les points de controverses entre les deux auteurs. Le choix de cosigner était-il indispensable, ou n’aurait-il pas été préférable de présenter plus clairement accords et désaccords – ou différences de points de vue ? Mais la NRT offre un espace, la rubrique Controverses, qui pourrait utilement jouer ce rôle. La clinique de l’activité et la sociologie critique du travail, au sens large, n’ont ni les mêmes objets, ni les mêmes méthodes, ni les mêmes finalités – ne relèvent pas des mêmes épistémologies – tout en partageant une commune visée d’émancipation des sujets humains. Tout est loin d’avoir été élaboré à propos des malentendus comme des complémentarités qui peuvent les relier. Un des axes sur lesquels le débat mériterait d’être poussé plus loin est celui des conceptions sociologiques de la domination sociale qui seraient davantage en résonnance avec la clinique de l’activité que celles de P. Bourdieu – je pense notamment aux dernières contributions de L. Boltanski.

Haut de page

Bibliographie

Gollac M. et M. Bodier (2011), « Mesurer les facteurs psychosociaux de risque au travail pour les maîtriser », Rapport du Collège d’expertise sur le suivi des risques psychosociaux au travail, faisant suite à la demande du ministre du travail, de l’emploi et de la santé, avril.

Bidet A. et M. Macé, « Les styles au travail, à partir de Pierre Bourdieu », Colloque Quelles actions pour un autre travail, DIM Gestes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Bouffartigue, « Yves Clot et Michel Gollac, Le Travail peut-il devenir supportable ?, Armand Colin, 2014, 240 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 08 novembre 2014, consulté le 04 décembre 2016. URL : http://nrt.revues.org/2020

Haut de page

Auteur

Paul Bouffartigue

CNRS – Aix-Marseille université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org