Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Gabriel Colletis, L’Urgence industrielle, Lormont, Le Bord de l’eau, 2012, 196 p.

Gaëtan Flocco
Référence(s) :

Gabriel Colletis, L’Urgence industrielle, Lormont, Le Bord de l’eau, 2012, 196 p.

Texte intégral

1Le livre de Gabriel Colletis n’est pas celui d’un économiste comme les autres. Adoptant une approche qu’il convient de qualifier d’hétérodoxe, il engage, à l’instar d’un trop faible nombre de ses confrères, une réflexion à contre-courant de l’économie dominante qui, prétendument neutre, demeure enfermée dans la modélisation mathématique et déconnectée de la réalité. À l’inverse, l’auteur est animé ici par la volonté de comprendre concrètement les évolutions de l’économie contemporaine. La thèse qu’il défend est forte, arguant qu’une autre industrie et un autre développement sont possibles. Il estime en outre qu’ils permettraient de sortir de la crise économique profonde dans laquelle une partie de la planète est aujourd’hui plongée, recréant les conditions d’une réelle démocratie dans toutes les sphères de la société, y compris l’économie.

2Pour développer cette thèse, le livre est construit autour de quatre chapitres. Dans le premier, Gabriel Colletis rappelle les liens indéfectibles qui résident entre l’industrie et la prospérité des nations, estimant qu’aucun pays ne peut se dispenser d’une base productive, tout en tenant compte de leurs spécificités nationales et géographiques. L’auteur y esquisse déjà les pistes à emprunter pour s’orienter vers une industrie souhaitable, comme la nécessité de se débarrasser des indicateurs prédominants de productivité du travail et de réduction des coûts, ou bien de s’affranchir des spécialisations géographiques – celles qui s’érigent entre des activités de conceptions réservées aux pays du centre et les activités de production délaissées aux pays périphériques.

3Ces premières considérations amènent l’auteur à aborder dans le deuxième chapitre les causes du déclin industriel en France. Pointant principalement la faible croissance économique comme facteur principal de ce déclin, il met en cause à la fois les choix macroéconomiques adoptés par les gouvernements successifs et les orientations stratégiques empruntées par les acteurs économiques. Les pratiques des grands groupes s’apparentent en effet, selon l’auteur, à de véritables errements : internationalisation et financiarisation des entreprises, destruction de centaines de milliers d’emploi au nom de la rentabilité, recherche permanente de réduction des coûts salariaux, mépris des compétences des salariés, insuffisance des investissements en matière d’innovation, etc.

4Une fois cet état des lieux effectué, Gabriel Colletis dessine dans le troisième chapitre les voies d’un renouveau de l’industrie. Forcément plurielles, celles-ci impliquent en particulier une revalorisation du travail, par trop mis à mal par les politiques systématiques de déqualification et d’austérité salariale. Une telle revalorisation nécessite d’améliorer alors les parcours de formation, de reconnaître davantage les compétences des salariés et de leur garantir des emplois hautement qualifiés. Une telle revalorisation du travail doit être promue, selon l’auteur, tout en préservant la nature et en s’orientant vers une satisfaction des besoins sociaux. Afin de limiter l’empreinte écologique des activités productives, Gabriel Colletis suggère notamment d’encourager l’ancrage local des activités productives afin de mettre en place des circuits courts d’une production de proximité en prise avec les territoires locaux.

5Le quatrième chapitre expose les moyens politiques et économiques qui permettraient de revaloriser le travail et de relancer la dynamique industrielle en France. Cela suppose d’abord de s’affranchir des logiques financières qui caractérisent désormais les stratégies d’entreprise, en ne se contentant pas des régulations financières qui ont été pratiquées jusqu’alors, avec toutes les impasses que l’on connaît. Selon l’auteur, la crise est en effet plus grave et plus profonde que l’unique déficit de régulation des principales institutions financières. En outre, la démocratie ne doit pas non plus rester aux portes de l’entreprise, l’organisation de celle-ci (voire sa définition même, dans le droit fil de ce que préconise un D. Bachet, par exemple) devant être largement refondue afin de rééquilibrer les pouvoirs de décision et d’action en faveur des salariés.

6Indéniablement, le livre comporte de nombreux atouts. Sur la forme, il a le mérite d’être accessible et pédagogique. Il contient de nombreux encadrés et exemples qui illustrent le propos de l’auteur. Des conclusions de chapitre reviennent à chaque fois sur les points clés à retenir, facilitant dès lors la lecture, tandis que les mutations du capitalisme contemporain sont finement et clairement analysées. On dispose donc là d’un véritable outil de compréhension qui ne s’embarrasse pas des équations ou des débats théoriques de spécialistes, mais qui au contraire, met à la portée du plus grand nombre une analyse de la situation économique contemporaine.

7Résolument critique, l’ouvrage de Gabriel Colletis ferraille contre la doxa économique néo-libérale, en déconstruisant les principales idées reçues en matière économique. Il explique ainsi que les causes de la crise actuelle ne relèvent pas du seul dysfonctionnement des marchés financiers – notamment de l’émission « d’obligations pourries » – et d’un déficit de leurs régulations, mais bien davantage de l’économie réelle, celles des choix stratégiques, politiques et des réformes financières décidées entre autres par l’État. Il conteste l’image d’une société de services qui se serait développée en dehors de l’industrie ou contre elle. Pour lui, industrie et services ne s’opposent pas, les seconds nécessitant la base matérielle apportée par la première. Il rappelle aussi que le problème de la croissance n’est pas dû à la dette, à un déficit de compétitivité lié à un coût trop élevé de la main-d’œuvre, ou encore aux rigidités juridiques du marché du travail. Il critique « l’illusion technologique » (p. 95) et en particulier le mythe de ce qu’on appelé, au début des années 2000, la « nouvelle économie » avec son obsession pour les « hautes technologies ». Enfin, il démonte le « mirage de “la croissance verte” » (p. 100), dont il déplore la tendance à tout marchandiser, y compris de nouvelles activités censées être écologiques.

8Enfin, Gabriel Colletis ne se contente pas de livrer un diagnostic de la situation économique. Dans sa conclusion, il défend la nécessité d’affirmer ses convictions en tant que chercheur, non pas des croyances, mais des idées politiques, argumentées et respectueuses d’un certain pluralisme. Il explique ainsi qu’il souhaite « désigner des solutions possibles » ainsi que « d’en faire émerger de nouvelles » (p. 190). Parmi ces visées intéressantes, on relèvera celles qui plaident pour une économie de la lenteur, pour une relocalisation des activités productives en prise avec leur territoire, et pour un retour à des activités productives plus traditionnelles, citant les thèses défendues par l’écrivain américain Matthew Crawford (2009). Certaines d’entre elles invitent également à dresser des formes de protectionnisme à l’échelle de l’Europe. En dépit de ses différentes qualités, le livre comporte également quelques points qui demeurent à notre sens discutables.

9Tout d’abord, dès l’introduction, nous avons été un peu gêné par la façon dont Gabriel Colletis associe la critique de la société industrielle au seul fait des analyses « post-modernes » et « techno-libérales » qui appellent à sortir d’un paradigme industrialiste soi-disant dépassé. Or, il existe d’autres analyses critiques des sociétés industrielles, ou de l’industrialisme – qui ne sont pas mentionnées par l’auteur –, et qui sont pourtant bien plus intéressantes que les seules critiques post-modernes. Elles mettent en garde, non pas contre le caractère suranné du monde ouvrier, mais contre les dangers provoqués par l’industrie sur les sociétés humaines, la nature et les modes de vie. Sans compter que ces critiques anti-industrialistes ont parfois été le fait même de travailleurs, que l’on pense par exemple à la révolte des canuts à Lyon ou aux mouvements dits des luddites en Angleterre, qui détruisaient les instruments de production industriels.

10La seconde critique que l’on peut adresser à l’ouvrage est l’ambigüité sémantique qui entoure la notion d’industrie. Dans le premier chapitre, Gabriel Colletis en rappelle la définition très générale, tirée du Petit Robert, qui en fait « l’habileté à exécuter quelque chose » et « l’ensemble des opérations concourant à la production et à la circulation des richesses » (p. 13). Il s’agit d’une définition que l’on peut bien sûr partager – même si le contenu à donner à la notion de richesse mériterait en soi tout un débat. Sauf que le terme d’industrie ne peut s’y réduire, renvoyant également à une manière particulière de concevoir la production. Celle-ci, à rebours de l’artisanat, désigne aussi une production à grande échelle, comportant un certain degré de mécanisation, ayant massivement recours à des sources d’énergie non renouvelables, concentrant et divisant la force de travail. La notion d’industrie réfère donc à une forme productive qui n’est pas anodine, ayant accompagné et sans doute décuplé la puissance de développement du capitalisme. Par conséquent, si l’on souhaite véritablement « changer de paradigme », comme le souhaite Gabriel Colletis, et viser une rupture avec l’existant, ne faut-il pas d’abord rompre avec la notion même d’industrie, qui, au-delà de son acception générale, reste fortement connotée ?

11Cette remarque à propos de la notion d’industrie amène à une troisième interrogation qui est fréquemment revenue au cours de la lecture : en quoi ce que propose Gabriel Colletis induit un réel « changement de paradigme » (p. 174) ? Ainsi, d’une part, le livre est parsemé d’expressions typiques du vocabulaire capitaliste tel que les notions d’« investissement productif », de « compétences », de « gouvernance », d’« innovation » ; etc. D’autre part, on y trouve aussi des raisonnements symptomatiques des tenants de l’économie mainstream, comme celui consistant à associer tout à la fois prospérité économique, croissance et innovation. Autre exemple dérangeant, l’auteur estime que le salut de l’économie réside clairement dans la formation et la recherche qui, aujourd’hui, seraient insuffisamment mises au service de l’industrie et de la croissance. Ici encore, quoi de neuf par rapport au discours dominant sur l’enseignement supérieur, que le sens commun a tendance à considérer comme inadapté au monde du travail ? Enfin, Gabriel Collettis explique à plusieurs reprises qu’il est nécessaire de relancer la croissance, tout en préservant la nature. Or n’est-ce pas ici le crédo même, paradoxal et intenable, de l’idéologie du « développement durable » ?

12Une autre critique peut être adressée à la manière dont Gabriel Colletis conçoit cette fois-ci le travail. L’auteur en défend une conception élevée – quasi comparable à la conception de l’œuvre chez Arendt – en plaidant pour qu’il soit plus qualifié, pour que le travailleur soit plus compétent, mieux formé, permettant d’accorder une place plus importante et plus valorisée au travail. Or, cette dernière n’est-elle pas déjà extraordinairement importante – en dépit bien sûr de n’être souvent considéré que comme un coût à réduire et malgré un chômage de masse ? Le travail, et pas seulement salarié, n’occupe-t-il pas déjà une place considérable dans nos sociétés, en temps et valeurs ? On peut également se demander si une telle conception haute d’un travail créatif et innovant – du reste, tout à fait intéressante – est possible dans le cadre du capitalisme et du salariat. Toute proportion gardée, cela rappelle ici les analyses du sociologue Pierre-Michel Menger (2002), qui affirme que le modèle du travailleur créatif est généralisable aujourd’hui à toutes les strates du salariat, ne voyant pas au contraire que cette figure du « travailleur artiste » est davantage une illusion qu’une réalité. Donc, qu’est-ce que la créativité et l’imagination sous le capitalisme ? Des emplois créatifs sont-ils possibles dans un tel contexte où la standardisation et la prescription tayloriennes perdurent, jusque dans les activités dites de service (voyez les centres d’appel) ? Finalement, est-ce que le livre n’idéalise pas le travail salarié, avec des références à la beauté du geste de l’ouvrier, comparable à celui de l’artisan ou bien des allusions à la beauté du produit obtenue grâce aux activités de design, etc. ? Là aussi, en quoi cette conception du travail se démarque de l’idéologie capitaliste et moderniste ?

13Enfin, l’ouvrage considère que l’un des problèmes de nos sociétés modernes réside dans la financiarisation du capitalisme. À ce titre, on aurait aimé qu’il engage une discussion avec des auteurs, eux aussi critiques, mais qui ne partagent pas cette hypothèse ; donc non pas les penseurs libéraux qui dédouanent la finance pour mieux défendre le capitalisme, mais des analyses critiques radicales, à l’instar de celles proposées par Anselme Jappe (2011), qui estiment que la finance n’est pas le cœur du problème. Elle serait plutôt le symptôme inéluctable d’un régime d’accumulation qui serait entré en crise depuis les années 1970. Ce faisant, la critique ne doit pas être adressée en premier lieu à la finance ou à un quelconque néolibéralisme, mais bien d’abord à « l’esprit » même du capitalisme. En outre, à titre personnel, nous émettons des réserves lorsque tous les maux contemporains – dégradation de l’environnement, chômage, accélération des modes de vie, etc. – sont en grande partie attribués à la financiarisation de l’économie, comme le fait Gabriel Colletis ici. Ces nuisances fondamentales ne sont-elles pas bien antérieures au capitalisme financiarisé – même si elles se sont exacerbées avec lui ? La dégradation de la nature n’existait-elle pas déjà durant les « Trente Glorieuses » par exemple, comme le rappellent Céline Pessis, Sezin Topçu et Christophe Bonneuil (2013) ? La perte de sens du travail n’avait-elle pas déjà cours sous le capitalisme industriel – que l’on pense aux descriptions du travail ouvrier effectuées par Robert Linhart (1978) dans les années 1970 ? Donc le capitalisme financiarisé est l’une des cibles principales de la critique de Gabriel Colletis, mais quid du capitalisme moderne, tout simplement ?

Haut de page

Bibliographie

Crawford Matthew B. (2009), Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail, Paris, La Découverte.

Jappe Anselm (2011), Crédit à mort. La Décomposition du capitalisme et ses critiques, Paris, Lignes.

Linhart Robert (1978), L’Établi, Paris, Éditions de Minuit.

Menger Pierre-Michel (2002), Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphose du capitalisme, Paris, Seuil.

Pessis Céline, Topçu Sezin et Christophe Bonneuil (coord.) (2013), Une Autre Histoire des « Trente Glorieuses ». Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’Après-Guerre, Paris, La Découverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëtan Flocco, « Gabriel Colletis, L’Urgence industrielle, Lormont, Le Bord de l’eau, 2012, 196 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 08 novembre 2014, consulté le 24 avril 2017. URL : http://nrt.revues.org/2023

Haut de page

Auteur

Gaëtan Flocco

Centre Pierre Naville – Université d’Evry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org