Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Mathieu Grégoire, Les Intermittents du spectacle. Enjeux d’un siècle de luttes, Paris, La Dispute, coll. « Travail et salariat », 2013, 183 p.

Rachid Belkacem
Référence(s) :

Mathieu Grégoire, Les Intermittents du spectacle. Enjeux d’un siècle de luttes, Paris, La Dispute, coll. « Travail et salariat », 2013, 183 p.

Texte intégral

1Tiré d’une thèse en sociologie soutenue à Nanterre en 2009, et fondée sur un très large matériau constitué à la fois d’archives syndicales et d’une soixantaine d’entretiens auprès d’intermittents, de responsables et de permanents du secteur du spectacle, cet ouvrage analyse les enjeux des luttes des artistes du spectacle depuis 1919. L’auteur cerne trois périodes, trois horizons d’émancipation des intermittents, qu’il analyse successivement dans trois chapitres. Cette analyse permet de mettre en évidence des objets et des méthodes des luttes de ces travailleurs fort différents selon les périodes, mais qui sont, en fin de compte, connectés à une même ambition, constante dans le temps, celle « de vivre dignement de leur métier, de revendiquer un droit à des conditions de revenus et de protection sociale dignes ». (p. 7)

2Le premier chapitre analyse la période de l’entre-deux-guerres (1919-1936). C’est une défense corporatiste et professionnelle du métier qui est revendiquée par ces musiciens, artistes du théâtre, acteurs lyriques, danseurs, comédiens, réalisateurs, techniciens, ouvriers… Le second chapitre concerne la période 1936-1979. Là, les revendications portent sur la défense de l’emploi, du double point de vue de sa stabilisation et de sa disponibilité. Enfin, le troisième et dernier chapitre traite de la période actuelle. Ce nouvel horizon d’émancipation débute en 1979 à l’occasion, nous dit l’auteur, de la vraie naissance du régime spécifique d’indemnisation du chômage des intermittents du spectacle, un régime défendu durement par ces travailleurs.

3Dans cette analyse illustrée et bien organisée, l’auteur part de deux questions simples. La première est : comment ces intermittents du spectacle se sont-ils collectivement organisés pour essayer de se défaire d’un côté des contraintes d’un marché hyperflexible qui leur fait payer leur statut d’intermittent et, de l’autre, de la subordination aux employeurs. Ou bien, en d’autres termes, « comment s’assurent-ils collectivement une condition matérielle et morale digne malgré l’intermittence des engagements ? » (p. 13). Plus ambitieuse, la seconde question concerne les enseignements à tirer de cette histoire des luttes des intermittents pour le salariat dans sa globalité et, plus particulièrement, pour les travailleurs précaires. L’analyse du sociologue débute d’ailleurs par cette interrogation qui assoit parfaitement sa problématique (p. 7) et qui constitue d’une certaine façon le fil directeur de sa démonstration : « la précarité de l’emploi doit-elle nécessairement signifier une condition socioéconomique dégradée ? ». Ces questionnements constituent le fil rouge de la démonstration de l’auteur.

4Dans le premier chapitre, qui se focalise sur la période de l’entre-deux-guerres, on découvre que les revendications des intermittents du spectacle sont surtout animées par une volonté de rassemblement corporatiste et professionnel pour tenter « de retourner les armes du marché contre lui-même » (p. 22), nous dit l’auteur. Cette période débute en 1919 dans un contexte de difficultés économiques et, surtout, de mutations technologiques pour ces travailleurs, générant un important chômage, particulièrement pour les musiciens : avènement du sonore et du parlant dans le cinéma qui réduit fortement le recours aux orchestres ; apparition de nouvelles techniques d’enregistrement (disques, bandes sonores, ou système TSF). L’ambition affichée par les trois organisations formant le paysage syndical de l’époque (l’Union des artistes, la Fédération du spectacle CGT et les Syndicats des artistes musiciens de Paris) est d’imposer une nouvelle régulation du marché du travail. Comment ? Par une revendication d’exclusivité syndicale, une ambition portée surtout par la fédération du spectacle CGT, c’est-à-dire « la reconnaissance d’un droit de ne jouer qu’avec des artistes syndiqués » (p. 22-23) ou de n’embaucher que des artistes syndiqués (p. 29). Pour l’Union des artistes, rassemblant surtout des comédiens, il s’agit aussi de fermer le marché en édifiant des barrières à son entrée par l’instauration d’une licence professionnelle ou encore de contrôle de la formation afin « d’expurger la profession de tous les intrus qui se sont glissés dans la profession qui empêchent les vrais professionnels de vivre correctement de leur métier » (p. 36-37). À l’inverse de l’Union des artistes, on apprend que les organisations syndicales des musiciens vont revendiquer plutôt « une ouverture du marché… et ce, sans exclure personne […] mais en forçant la discipline » (p. 44), nous explique l’auteur. Si les règles collectives ne sont pas respectées, ou si les conditions minimales de travail ne sont pas assurées ou bien si les tarifs syndicaux ne sont pas pratiqués, une pression collective s’opère à partir de trois principaux outils, qui sont une mise à l’index des employeurs (p. 31), les interdits (p. 32) et le Pilori (p. 33) qui concerne surtout, pour ce dernier instrument, les traîtres, les intermittents qui ont failli aux règles collectives. Cette période décrite avec précision par l’auteur marque aussi la mise en place des assurances sociales de 1928 et 1930. Dans ce contexte, l’emploi permanent devenant progressivement la norme grâce aux flux de cotisations sociales salariées et patronales, et l’intermittence devenant de son côté un handicap en raison de l’insuffisance ou de l’irrégularité des contributions de ces salariés aux caisses collectives (p. 49), les intermittents sont d’emblée relégués aux marges des droits du salariat (p. 51 et 64).

5Dans le second chapitre, qui se focalise sur la période 1936-1979, l’auteur cerne un nouvel horizon d’émancipation, produit d’une révolution intellectuelle et idéologique chez les organisations syndicales (p. 77). Pour lutter contre un chômage massif dans le secteur (p. 88), contrer la flexibilité accrue du marché du travail, générant pour ces travailleurs l’instabilité de leurs engagements, les obligeant pour beaucoup au biprofessionnalisme par l’exercice d’un second travail (p. 62) souvent peu valorisant ou au cachetonnage (l’acceptation de n’importe quel cachet) nous dira plus loin l’auteur (p. 142-143), c’est l’emploi, du double point de vue de sa stabilité et de sa disponibilité, qui devient la principale revendication (p. 61). Cette dernière est principalement portée par la Fédération du spectacle CGT, le syndicat désormais le plus représentatif du secteur (p. 62). L’ambition affichée par les intermittents du spectacle est cette fois « d’encastrer le marché du travail dans des normes, nationales et obligatoires, afin d’assurer, entre autres, des niveaux de salaires minimums » (p. 64). Dans cette perspective, trois objectifs principaux sont définis (p. 64-65) : l’encadrement normatif de la relation de travail, assurer une quantité d’emploi suffisante à chaque intermittent pour éviter les divisions et la concurrence, en somme « garantir un plein emploi de tous et de chacun », nous dit l’auteur, et faire correspondre davantage le travail et l’emploi (ibid.). Dans ce cadre, la défense de la production impliquant que les employeurs soient prospères, les actions de sauvegarde et de promotion du théâtre, du cinéma et de la musique (p. 65), l’élargissement des débouchés (p. 77 et 78) grâce aux politiques nationales de la culture (p. 83) deviennent les principaux axes de revendications des intermittents. Cette période décrite là encore avec précision par l’auteur marque une phase d’institutionnalisation de la relation d’emploi intermittent en véritable relation salariale : d’une part, en raison des nombreuses conventions collectives signées dans ce secteur et, d’autre part, par l’accès de ces travailleurs au régime général de la sécurité sociale qui se consolide à partir de 1945. Mais, observe le sociologue, une grande partie de l’activité professionnelle de ces travailleurs a échappé à ce processus de reconnaissance. Il s’agit des temps de préparation et d’entraînement des artistes, de répétitions (p. 87), des situations considérées en dehors de l’emploi (p. 89), des temps de travail invisible (p. 90).

6Le troisième et dernier chapitre décrit le processus de création du régime spécifique d’indemnisation du chômage, organisé par les fameuses annexes VIII et X de l’Unedic. Et il expose à l’aide d’illustrations tirées des entretiens, les raisons de l’attachement des intermittents à ce régime spécifique. C’est un nouvel horizon d’émancipation, cette fois-ci, par la socialisation du salaire, qui s’ouvre à partir de 1979 (p. 109). L’auteur analyse finement les stratégies des acteurs, publics et syndicaux, particulièrement de l’organisation patronale (CNPF puis Medef) qui n’a pas arrêté de combattre ce régime d’indemnisation en réclamant son exclusion du champ de la solidarité interprofessionnelle (p. 124). Alors que pour les intermittents, l’enjeu principal de ce régime n’est autre qu’un « moyen d’accéder à des ressources hors emploi pour vivre dignement de leur métier tout en se consacrant pleinement à leur activité vocationnelle. » (p. 142)

7On apprend ainsi dans ce chapitre que c’est en fait en 1964 et en 1967 que sont créées ces fameuses annexes VIII et X, mais leur nature va profondément évoluer à l’occasion de la convention Unedic de 1979 et de celle de 1984, des années qui marquent la véritable naissance de ce régime d’indemnisation des intermittents et son élargissement rapide à l’ensemble des intermittents dans un contexte de chômage massif (p. 110). Ces réformes de 1979 et de 1984 vont surtout permettre d’organiser le financement de ce régime par la solidarité interprofessionnelle (p. 118), renforçant ainsi l’intégration des intermittents au régime de solidarité interprofessionnelle (p. 121).

8L’appropriation de ce régime d’indemnisation par les intermittents est rapide, facilitée par un abaissement des seuils d’éligibilité (de 1 000 h à 520 h), des délais de franchise et de carence ainsi que par une valorisation des allocations journalières, des mesures conformes aux revendications des organisations syndicales. La nouvelle convention UNEDIC de 1984 tranche à la faveur des positions patronales en scindant le régime d’indemnisation du chômage en deux : un régime d’assurance interprofessionnel d’une part, un régime de solidarité de l’autre. Cette réforme va avoir paradoxalement pour effet de renforcer l’intégration des intermittents dans le salariat, nous dit l’auteur, puisque du fait de l’intermittence du travail des artistes, ils ont logiquement vocation à bénéficier surtout du premier système, celui couvert par la solidarité interprofessionnelle. Si ce régime est défendu âprement par les intermittents, l’organisation patronale n’aura de cesse, quant à elle, de le combattre. Avec l’apparition dans le paysage syndical, au début des années 1990, de nouveaux acteurs (CIP-IDF, des organisations en province…) distincts de la CGT, les discours vont sensiblement évoluer. La déconnexion de l’emploi et du travail est de plus en plus assumée et, le travail hors emploi de moins en moins stigmatisé, voire même valorisé « en tant que gages d’innovation, de créativité » (p. 131).

9Dans ce nouveau contexte social, mais aussi politique avec le retour de la droite aux affaires en 2002, les attaques de l’organisation patronale se font plus marquées. Elles se traduiront dans l’accord du 26 juin 2003 par un durcissement des conditions d’éligibilité de ces intermittents à ce régime d’indemnisation du chômage (p. 169), ces travailleurs devant désormais justifier de 507 heures d’emploi sur une période de référence réduite de 12 à 10 mois (304 jours) pour l’annexe VIII concernant les ouvriers et techniciens et, à 10,5 mois (317 jours) pour l’annexe X concernant l’ensemble des artistes.

10C’est un ouvrage qui appelle de nombreuses discussions. Au-delà du fait que les travaux de l’auteur invitent à un renouvellement des cadres d’analyse traditionnels pour comprendre le travail et l’emploi, leurs contenus, leurs conceptualisations, leurs rapports, leurs transformations, ce livre éclaire parfaitement (et, en retour, est éclairé par) les débats actuels. N’assistons-nous pas à un processus de remise en question des régimes d’indemnisation chômage qui affectent tout le salariat, à commencer par ses marges, et parmi ces dernières, celles qui sont les plus exposées aux aléas du marché du travail ? C’est ce que nous indique l’actualité toute brûlante. Ce ne sont pas seulement les annexes VIII et X qui sont vivement discutées, mais également l’annexe IV qui couvre le régime d’indemnisation des intérimaires. D’ailleurs, les conclusions de la Cour des comptes, dans un rapport publié en novembre 2013, ont trouvé des oreilles plus qu’attentives chez les contestataires de ces régimes spécifiques, particulièrement au Medef. Dans ce rapport, on pouvait en effet y lire que le régime des intérimaires, et plus généralement des travailleurs précaires, contribue au creusement du déficit de l’ensemble du régime d’indemnisation, « […] que les conditions d’indemnisation des intérimaires sont plus favorables que pour les autres travailleurs précaires, dont ceux en CDD qui relèvent du régime général du chômage, mais moins favorables que pour les intermittents du spectacle ; des règles de cumul, allocations-revenus d’activité avantageant encore les intérimaires […] » Permanents contre précaires, et, précaires contre précaires ! Dans la nouvelle convention Unedic, entrée en vigueur au 1er juillet dernier, ce sont les intérimaires les grands perdants de ces négociations, après, rappelons-le, les saisonniers en 2011. À la différence des intermittents, les intérimaires se sont très faiblement mobilisés malgré une modification importante des modalités de calcul du cumul salaire-allocations de chômage rapprochant davantage leur système d’indemnisation de celui du régime général. Comment ces intérimaires « peuvent-ils retourner les armes du marché contre lui-même ? » Comment mobiliser ces travailleurs formant un groupe très hétérogène pour se défaire des contraintes d’un marché de plus en plus agressif à leur encontre ? Ce sont des emplois stables que revendiquent ces travailleurs, des emplois qui leur permettent d’exercer non seulement une activité professionnelle, mais aussi d’obtenir des revenus décents, une protection sociale, de pouvoir aussi se projeter dans l’avenir. Et paradoxalement, c’est cette revendication d’emplois disponibles et permanents qui a été abandonnée par les intermittents du spectacle au tournant des années 1980. Aussi, les objets et les méthodes des luttes salariales sont-ils non seulement différents dans le temps, ils le sont également entre les différents segments qui composent les travailleurs précaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachid Belkacem, « Mathieu Grégoire, Les Intermittents du spectacle. Enjeux d’un siècle de luttes, Paris, La Dispute, coll. « Travail et salariat », 2013, 183 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 17 novembre 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://nrt.revues.org/2033

Haut de page

Auteur

Rachid Belkacem

Laboratoire Lorrain des Sciences Sociales-2L2S – Université de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org