Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

David Harvey, Brève Histoire du néolibéralisme, Paris, Les Prairies ordinaires, coll. « Penser/Croiser », 2014, 320 p.

Lionel Jacquot
Référence(s) :

David Harvey, Brève Histoire du néolibéralisme, Paris, Les Prairies ordinaires, coll. « Penser/Croiser », 2014, 320 p.

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage est traduit de l’anglais par Antony Burlaud, Alexandre Feron, Victor Gysembergh, Marion L (...)
  • 2 On peut citer le volumineux Essai sur la société néolibérale de Pierre Dardot et Christian Laval (L (...)

1Il faut saluer le travail de traduction1 de l’œuvre de David Harvey entrepris par Les Prairies ordinaires. Celui-ci a débuté en 2008 avec la publication de Géographie de la domination, composé de deux essais du géographe anglais issus d’un recueil d’articles de 2001, Spaces of capital : towards a critical geography. Tous les deux ans, un nouveau titre enrichit le catalogue de l’éditeur indépendant : Le Nouvel Impérialisme (2010) et Paris, capitale de la modernité (2012). Cette année, presque dix ans après sa sortie chez Oxford University Press, vient de paraître la Brève Histoire du néolibéralisme dans la collection « Penser/Croiser » dirigée par Nicolas Vieillescazes. N’existait en langue française que le dernier chapitre de l’ouvrage édité en 2006 dans la revue Actuel Marx sous le titre « Les horizons de la liberté ». Cette traduction entre en résonance et complète plusieurs recherches hexagonales sur le néolibéralisme qui sont pourtant postérieures à l’édition originale2. Elle participe à cette entreprise salutaire de diffusion et de mise à disposition pour un plus grand nombre d’une analyse critique du capitalisme néolibéral.

  • 3 Haber S. (2013), Penser le néocapitalisme. Vie, capital et aliénation, Paris, Les Prairies ordinair (...)
  • 4 Ibidem, 141-142.

2La fortune récente du terme néolibéralisme, qui peut conduire à des usages flottants et des définitions incertaines, ne doit pas nous faire douter de sa valeur heuristique. Stéphane Haber, qui préfère parler de « néocapitalisme », rappelle qu’il n’en existe pas de définition consensuselle dans les sciences sociales et politiques contemporaines, la catégorie désignant tantôt une doctrine, tantôt une politique et tantôt une période de l’histoire du capitalisme3. Et de préciser qu’« il n’y a pas à choisir entre ces trois acceptions, toutes légitimes en ce qu’elles dévoilent des aspects bien réels et même très importants de notre réalité présente »4. Le tour de force de David Harvey est de tenir compte de l’ensemble de ces aspects que recouvre le néolibéralisme sans manquer l’exercice de la problématisation et de la conceptualisation scientifiques. Si, comme le note François Denord dans la préface, David Harvey tourne le dos aux interprétations les plus idéalistes de l’histoire du néolibéralisme, il n’en néglige pas pour autant les idées originelles qui dévoilent la vision du monde que ce dernier cherche à imposer, fussent-elles tordues par la réalité néolibérale. Si de l’infrastructure découle la superstructure pourrait-on résumer trivialement en reprenant une certaine terminologie marxiste, la réalisation du projet néolibéral de rétablissement des conditions d’accumulation du capital et de restauration du pouvoir de la classe dominante ne pouvait s’accomplir pour lui sans l’édification théorique d’une pensée libérale renouvelée, sans la production d’un nouveau discours mobilisateur qui justifie l’engagement dans le capitalisme, sans la construction d’une culture populaire prônant une consommation différenciée et une morale individuelle libertarienne, sans la mise en place d’institutions politiques et juridiques favorables à la propriété privée et au profit. Certes, il ne propose pas d’écrire une histoire d’une idéologie politique à la manière de François Denord et ne prétend pas plus faire une archéologie de la nouvelle raison du monde à l’instar de Pierre Dardot et Christian Laval, mais, pour mettre au jour l’hégémonie du néolibéralisme, il n’est pas sans interroger ses valeurs, ses croyances, ses idéaux politiques… sans manquer de s’intéresser aux rôles des acteurs et des organisations qui les portent et les diffusent (Société du Mont-Pèlerin, Chicago Boys et autres think tanks). Le raisonnement matérialiste du chef de file de la géographie radicale n’occulte pas la question de la doctrine, car la réalité est façonnée aussi par les idées dominantes qui sont les idées de la classe dominante. Ces dernières participent à la construction du consentement au processus de néolibéralisation qui doit être conçu comme un projet politique pour délivrer le capital des entraves mises en place après la seconde guerre mondiale suite au compromis fordiste entre le capital et le travail. La formation d’un État néolibéral apparaît alors comme la pierre angulaire de cette nouvelle phase expansionniste du capitalisme en ce qu’il doit créer et maintenir un cadre institutionnel caractérisé par le libre-échange, le marché libre et de solides droits de propriété privée.

  • 5 Clerval A. (2011),. « David Harvey et le matérialisme historico-géographique », Espaces et Sociétés(...)
  • 6 Haber S. (2007), op. cit., 141.
  • 7 Keucheyan R. (2013), Hémisphère gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques, Paris, La(...)

3Le « vigoureux tournant néolibéral » pris dans les années 1970 qui vient saper les bases de l’État social marque sans conteste une nouvelle période du capitalisme en déployant ses effets sur la scène mondiale. La synthèse historique qu’en propose David Harvey cherche à comprendre pourquoi celui-ci s’est donc produit et quelles ont été les forces qui le rendirent si hégémonique au sein du capitalisme. Sans évacuer les tensions et contradictions entre la théorie et les pratiques néolibérales, sans gommer la diversité de ces dernières montrant un processus de néolibéralisation multiforme, elle fait ressortir une dynamique d’expansion spatiale du capitalisme accroissant l’emprise de la finance sur tous les autres secteurs de l’économie, mais aussi sur l’appareil d’État et sur la vie quotidienne. On y retrouve le matérialisme géographique historique de la pensée harveyenne qui intègre la dimension de l’espace pour comprendre la logique du capital et examiner la forme nouvelle d’impérialisme qu’implique le néolibéralisme. Dans le nouvel impérialisme, les États « agissent dans le système capitaliste mondial comme acteurs économiques majeurs afin d’attirer ou de réorienter les flux de capitaux à leur profit, en utilisant leurs prérogatives diplomatiques ou militaires (logique territoriale de l’impérialisme) »5. Coexistant avec la forme coloniale consistant au pillage des ressources, matérielles et humaines, des régions non occidentales, « il prend aussi aujourd’hui l’aspect d’une imposition brutale du mode de production capitaliste et de la contrainte à l’insertion à marche forcée dans le circuit des échanges internationaux entre pays ou régions capitalistes »6. Il accélère le mouvement capitaliste d’« accumulation par dépossession » qui transforme des secteurs non capitalistes de la société en secteurs capitalistes, y faisant régner la logique privée du marché7. C’est bien ce cycle économique de la fin du xxe siècle et du début du xxie qu’explore David Harvey qui va conduire à une redistribution des richesses dans le sens d’un accroissement des inégalités sociales… un projet abouti de restauration du pouvoir de la classe dominante.

4Le chapitre 1 (« La liberté n’est jamais qu’un mot ») revient sur le tournant néolibéral qui s’opère à partir des années 1970 pour répondre à la crise dans le mécanisme d’accumulation du capital jusqu’à former une nouvelle orthodoxie dans les années 1990. Il s’interroge sur la manière dont va s’accomplir cette conversion au néolibéralisme considéré comme un projet politique dont l’objectif est de rétablir les conditions d’accumulation du capital et de restaurer le pouvoir des élites économiques au détriment du monde du travail. Cette conversion sert donc les intérêts de la classe dominante, classe qui s’est transformée avec la financiarisation généralisée désormais constituée des PDG, des principaux membres du conseil de direction des entreprises et des chefs de l’appareil financier, juridique et technique qui entoure le foyer de l’activité capitaliste.

5Le chapitre 2 est consacré à « La construction du consentement » à la néolibéralisation qui gagne du terrain alors que son idéologie de classe et ses effets néfastes sont désormais connus. « Comment a-t-on obtenu un assentiment populaire suffisant pour légitimer le tournant néolibéral ? » (p. 70) se questionne David Harvey. Si les modalités de la transition vers le néolibéralisme ont été différentes d’un pays à l’autre – jusqu’à l’usage de la force militaire pour imposer un État néolibéral comme au Chili avec le coup d’état de Pinochet en 1973 ou comme en Irak, trente ans plus tard, avec la guerre préventive menée par les États-Unis contre Saddam Hussein – l’auteur invite à dépasser les mécanismes idéologiques et culturels infiniment variés et à considérer l’expérience quotidienne de chacun afin de mieux identifier la base matérielle de la construction du consentement. Il s’y emploie en relatant la réponse néolibérale à la crise budgétaire de la ville de New York qui va préparer la voie aux pratiques néolibérales, tant sur le plan national, sous Reagan, qu’au plan international avec le FMI dans les années 1980, et en racontant l’épisode Thatcher en Grande-Bretagne, qui verra l’anéantissement du pouvoir des syndicats et le domptage des travailleurs.

  • 8 Denord F. (2007), op. cit.

6Le chapitre 3 (« L’État néolibéral ») se penche sur la forme singulière de l’État sous le néolibéralisme et soulève un paradoxe : « de fortes interventions de l’État et un gouvernement des élites et des “experts”, dans un monde qui n’est pas censé être interventionniste » (p. 110). S’il s’agit d’en finir avec le welfare state du keynésianisme, l’État n’est pas pour autant condamné à la faillite puisqu’il doit assurer, pour les entreprises capitalistes, un « climat propice aux affaires et à l’investissement ». Le néolibéralisme vise bien sûr à remettre celui-ci à sa place, mais il tend aussi à créer avec son aide un cadre pour le marché… ; ce que François Denord résume par l’oxymore « interventionnisme libéral »8. Il existe d’autres écarts par rapport au modèle de la théorie néolibérale que ne manque pas de soulever David Harvey, comme l’habitude d’intervenir sur le marché et de renflouer les institutions financières. L’instrumentalisation et la reconfiguration de l’État pour restituer du pouvoir à la classe dominante peuvent également se lire dans les réformes mises en place pour promouvoir la flexibilité du marché du travail et lutter contre les organisations qui l’entraveraient. « L’État néolibéral en pratique », malgré une pluralité d’adaptations à la dynamique de néolibéralisation, a conduit à « la consolidation croissante d’un pouvoir oligopolistique, monopoliste et transnational détenu par une poignée de multinationales centralisées […] » (p. 124).

7Le chapitre 4 (« Un développement géographique inégal ») met la focale sur la dimension spatiale de la néolibéralisation, qui ne peut être qu’appréhendée par une carte mobile représentant les turbulences d’un développement géographique inégal. Il distingue quatre éléments qui ont été d’une importance cruciale dans le processus de transformation et de restauration du pouvoir de classe : l’essor de la financiarisation ; l’accroissement de la mobilité géographique du capital ; la domination de la politique économique de la triade formée par Wall Street, le FMI et le Trésor américain ; la diffusion à l’échelle mondiale de la nouvelle orthodoxie économique du monétarisme et du néolibéralisme. Les différents fronts de néolibéralisation étudiés (le Mexique, l’Argentine, la Corée du Sud et la Suède) montrent des trajectoires différentes, mais nous renseignent sur les facteurs favorisant la restauration d’un pouvoir de classe : l’affaiblissement des syndicats ; la conversion des forces internes au néolibéralisme ; l’obligation des États nationaux de créer un climat propre aux affaires pour attirer et retenir des capitaux très mobiles géographiquement.

8Pour illustrer des voies différentes de néolibéralisation, le chapitre 5 (« Un néolibéralisme “à caractéristiques chinoises” ») porte sur la Chine qui a construit une économie de marché d’un genre particulier, associant l’incorporation croissante d’éléments néolibéraux à un contrôle centralisé et arbitraire. Décrivant la genèse de la néolibéralisation depuis les réformes de Deng Xiaoping, il montre comment la Chine s’est incontestablement acheminée vers le néolibéralisme et la reconstitution d’un pouvoir de classe, mais selon la voie chinoise.

9Le chapitre 6 (« Le néolibéralisme en procès ») est l’occasion pour David Harvey de faire un bilan de la néolibéralisation. La propagande orchestrée par les classes dominantes qui en ont bénéficié ne saurait masquer les effets néfastes qu’elle a produits : appauvrissement des populations les plus pauvres quand les populations les plus riches continuent de s’enrichir ; dégradation de l’environnement ; recul des droits des travailleurs au profit des droits de propriété privée et de profit ; élargissement de la marchandisation ; etc. Même sur le plan de l’économie, le bilan est négatif car « le seul succès dont la néolibéralisation puisse se targuer est d’avoir systématiquement réduit et contrôlé l’inflation » (p. 222). La néolibéralisation apparaît en fait comme la poursuite du processus capitaliste d’« accumulation par dépossession » qui présente quatre traits principaux : la privatisation et la marchandisation de biens jusque là avant tout publics ; la financiarisation ; la gestion et la manipulation des crises ; les redistributions étatiques.

10Dans le dernier chapitre, David Harvey envisage les « Perspectives de liberté ». Si le désir d’une alternative à la néolibéralisation se manifeste abondamment, aucun mouvement actuel de résistance n’est en capacité de contrecarrer l’hégémonie du néolibéralisme. On peut néanmoins s’inspirer des nombreux mouvements contestataires qui ont produit pléthore d’idées d’alternatives et trouver le lien organique entre ceux axés sur l’exploitation du travail salarié et les conditions qui définissent le salaire social et ceux qui combattent l’« accumulation par dépossession ». La condition nécessaire pour construire une alternative est de faire dialoguer les mouvements de contestation existants à l’ordre néolibéral et les recherches théoriques et pratiques sur notre situation actuelle qui montrent « le caractère nécessaire et inévitable de la lutte de classe ». Comme toute critique qui se respecte, celle proposée par David Harvey lance un appel à la résistance : « Des libertés plus nobles, bien plus nobles que celles que prêche le néolibéralisme, sont à conquérir. Un système de gouvernance plus digne, bien plus digne que celui que permet le néolibéralisme, reste à construire » (p. 287). Un enjeu de lutte sur lequel il semble possible de bâtir une résistance massive…

  • 9 Keucheyan R. (2011), « David Harvey : le retour du marxisme », introduction à la conférence de Davi (...)
  • 10 Jacquot L. (2014), L’enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale, Nancy, PUN – Édit (...)
  • 11 Hardt M. & A. Negri (2000), Empire, Paris, Exils.
  • 12 L’exemple archétypique du Traité de libre-échange transatlantique entre l’Union européenne et les É (...)

11L’étude du néolibéralisme « réellement existant » livrée par David Harvey est fondamentale pour tous ceux qui n’ont pas renoncé à penser le capitalisme comme une totalité (contradictoire) dont la logique s’impose à tous les secteurs de la vie sociale. Elle permet de situer la critique au niveau même où opère le capital, c’est-à-dire justement celui de la totalité9. D’aucuns pourront déplorer le style totalisant d’une théorie qui cherche à embrasser l’unité du monde néolibéral sans toujours distinguer suffisamment les éléments qui spécifient le capitalisme néolibéral de ceux qui seraient des invariants du mode de production capitaliste quelle que soit la forme de ce dernier. Pour ne pas diluer la valeur heuristique de la catégorie du néolibéralisme dans celle plus englobante du capitalisme, on pourra procéder plus systématiquement à l’analyse des réformes entreprises pour instaurer un État néolibéral et s’intéresser au new public management qui peut être considéré comme le cheval de Troie de la rationalité néolibérale à la conquête de l’action publique10. On pourra également tenter de caractériser, comme s’y sont essayés Michael Hardt et Antonio Negri avec le concept d’Empire11, le nouveau cadre constitutionnel et la nouvelle forme de souveraineté qui règlent les échanges mondiaux12 et montrer plus finement comment les différents échelons de pouvoir s’articulent (organisations internationales, institutions financières, groupes d’États nations, États nations, firmes multinationales, administrations infranationales, ONG, etc.). Aussi faut-il placer nos pas dans ceux de David Harvey : mieux comprendre le régime néolibéral pour mieux le combattre et créer les conditions d’une possible alternative au système de croissance et d’accumulation illimitée du capital.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage est traduit de l’anglais par Antony Burlaud, Alexandre Feron, Victor Gysembergh, Marion Leclair et Gildas Tilliette.

2 On peut citer le volumineux Essai sur la société néolibérale de Pierre Dardot et Christian Laval (La Nouvelle Raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009) et l’histoire du néo-libéralisme français de François Denord (Néo-libéralisme version française. Histoire d’une idéologie politique, Paris, Demopolis, 2007). Ni l’un ni l’autre ne mentionnent l’ouvrage de David Harvey, celui-ci ne figure même pas dans l’index des noms ; François Denord a pourtant préfacé la version française de la Brève Histoire du néolibéralisme.

3 Haber S. (2013), Penser le néocapitalisme. Vie, capital et aliénation, Paris, Les Prairies ordinaires.

4 Ibidem, 141-142.

5 Clerval A. (2011),. « David Harvey et le matérialisme historico-géographique », Espaces et Sociétés, 4, n°147, 173-185. [En ligne] www.cairn.info/revue-espaces-et-sociétés-2011-4-page173.htm (§ 20).

6 Haber S. (2007), op. cit., 141.

7 Keucheyan R. (2013), Hémisphère gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques, Paris, La Découverte.

8 Denord F. (2007), op. cit.

9 Keucheyan R. (2011), « David Harvey : le retour du marxisme », introduction à la conférence de David Harvey à l’université de Nanterre organisée le 21 novembre 2011. http://www.contretemps.eu/lectures/david-harvey-retour-marxisme

10 Jacquot L. (2014), L’enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale, Nancy, PUN – Éditions universitaires de Lorraine.

11 Hardt M. & A. Negri (2000), Empire, Paris, Exils.

12 L’exemple archétypique du Traité de libre-échange transatlantique entre l’Union européenne et les États-Unis (TAFTA en anglais) prévoyant la création d’une zone de libre-échange peut être interprété par la grille de lecture harveyenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Jacquot, « David Harvey, Brève Histoire du néolibéralisme, Paris, Les Prairies ordinaires, coll. « Penser/Croiser », 2014, 320 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 06 novembre 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://nrt.revues.org/2037

Haut de page

Auteur

Lionel Jacquot

Professeur de sociologie à l’université de Lorraine – Laboratoire lorrain de sciences sociales (2L2S)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org