Navigation – Plan du site
Recensions et notes de lecture

Lionel Jacquot, L’Enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale, 2014, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 111 p.

Nadège Vezinat
Référence(s) :

Lionel Jacquot, L’Enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale, 2014, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 111 p.

Texte intégral

1Le livre publié par Lionel Jacquot aux Presses universitaires de Lorraine se propose d’étudier le fait managérial et invite à repenser les liens entre la sociologie et le management. Pour l’auteur, management et capitalisme n’ont pas intérêt à être dissociés mais plutôt à être analysés ensemble, à travers leur ordonnancement, l’un éclairant l’autre. Pour proposer son analyse du management et des formes que ce dernier revêt, l’essai de Lionel Jacquot se compose de 4 chapitres : l’un présente une définition du management, un autre propose une analyse de l’action de manager à partir de la catégorie d’enrôlement, le suivant se penche sur l’étude du champ managérial et des agents d’enrôlement, le dernier chapitre analyse, enfin, les dispositifs de gestion au regard de ce qu’il appelle la « doxa » managériale.

2Dans son premier chapitre, l’auteur montre que ce que recouvre le terme de management n’a rien d’évident. Ce terme oscille entre la codification et diffusion de pratiques gestionnaires dans l’entreprise moderne, la légitimité donnée à la rationalité organisationnelle, et une science formalisant les pratiques nécessaires pour coordonner et faire adhérer les salariés au projet entrepreneurial. Le but de Lionel Jacquot n’est pas de synthétiser les théories et différentes modes managériales, mais de montrer ce que le point de vue de sociologue apporte à la compréhension du fait managérial. L’auteur part pour cela des hommes, les managers, situés entre les travailleurs et les actionnaires, et les analyses en s’appuyant sur « la scission de la propriété et de la gestion qui marque la formation d’une classe capitaliste à part entière employant des personnes pour diriger, administrer, gérer et manager » (p. 13). Pour l’auteur, l’hétérogénéité du groupe professionnel des managers (où l’on trouve des hauts dirigeants comme des managers de proximité) n’empêche pas de le considérer comme une « classe d’individus chargée du travail d’organisation » (p. 16). En ce sens, le management relève pour Lionel Jacquot du gouvernement des hommes et donc de l’enrôlement pour reprendre à la fois son titre et Karl Marx.

3Dans ce premier chapitre, Lionel Jacquot ouvre plusieurs perspectives : le management comme profession (par l’analyse de la constitution et des dynamiques du groupe formé par les managers), le management comme système de contrôle et opérateur de rationalisation (qui vise à produire la coopération des travailleurs à leur propre exploitation, à produire leur enrôlement), le management comme fondement de l’action organisée (dans une optique de sociologie des organisations où le management devient le garant des règles du jeu), le management comme pilotage et maîtrise des changements (optique de sociologie de l’entreprise), le management comme activité d’encadrement (en référence plutôt à la sociologie des cadres) et enfin le management comme ensemble de dispositifs de gestion (perspective relevant alors de la sociologie de la gestion). En croisant ces 6 perspectives sociologiques, Lionel Jacquot souhaite ériger « le management en fait social total » (p. 22).

4Dans le deuxième chapitre, le management est vu comme une classe sociale en soi, car si ses membres sont des travailleurs salariés, leur position et leur fonction dans la division capitaliste du travail ne sont pas les mêmes que le prolétariat. Pour l’auteur, l’analyse des rapports capitalistes de production dans lesquels le management intervient permet de tenir compte de l’hétérogénéité des managers, en saisissant des pratiques managériales diverses et des types d’encadrants variés. Lionel Jacquot présente le management comme une forme particulière d’enrôlement institué dans le cadre d’un rapport salarial propre au capitalisme : c’est donc d’abord un rapport social et un rapport de classe qu’il faut étudier. Plusieurs approches (école de la régulation ou des conventions par exemple) sont venues selon l’auteur masquer la conflictualité et l’historicité des rapports sociaux de production. « Saisir le management par le prisme du rapport salarial permet de mettre au jour les fonctions plurielles de direction, d’organisation et de contrôle, de médiation par lesquelles il enrôle le travail » (p. 29). Ce que Lionel Jacquot appelle « machinerie managériale » est « l’ensemble des dispositifs, techniques, mécanismes, procédés permettant l’enrôlement des forces de travail » (p. 29). L’étude de cette machinerie managériale et la problématique de l’enrôlement dans le travail permettent d’analyser aussi bien la docilité, la coopération que l’engagement des salariés. Un lien avec le travail récent d’Alexandra Bidet proposant une sociologie de l’engagement dans le travail et analysant ce qu’elle nomme le « vrai boulot » aurait d’ailleurs été le bienvenu à ce moment de l’analyse. Le passage du management du travail – de plus en plus nécessaire à mesure que l’appareil de production croît et se complexifie – au travail du management invite à penser l’action managériale à travers ses dispositifs notamment. Le manager de proximité constitue d’ailleurs au sens de l’auteur un bon exemple de toute l’ambiguïté et l’ambivalence de cette fonction.

5Le troisième chapitre porte sur la sociologie du champ managérial et des agents d’enrôlement. En considérant le management comme une nouvelle forme d’orthopédie sociale visant à prévenir, en référence à Foucault, les difformités de l’âme chez les salariés, il apparaît central dans le processus de socialisation du travail capitaliste. Mais pour éviter de le réifier, Lionel Jacquot propose de faire appel à Bourdieu et de considérer le champ managérial pour « saisir à la fois l’enrôlement du travail engagé et l’engagement dans le travail enrôlé » (p. 42). Le management fabrique donc des dispositions professionnelles à enrôler d’autres salariés. La division du travail d’encadrement permettant de mettre au jour ce que font et ce que sont ceux que Lionel Jacquot nomme les agents d’enrôlement. L’étude du champ managérial doit se faire pour l’auteur à l’échelle de l’entreprise, mais il n’empêche pas de s’intéresser à la division propre au travail d’encadrement. Au contraire, Lionel Jacquot montre différents stades ou niveaux qui peuvent être atteints dans « l’art » d’enrôler les salariés. La hiérarchisation des agents enrôleurs donne à voir toute la complexité des formes d’encadrement au travail et l’étendue des positions occupées dans l’espace social.

6Partant du postulat selon lequel « l’exercice de l’enrôlement suppose l’enrôlement de celui qui l’exerce » (p. 53), l’auteur se penche plus spécifiquement sur l’intermédiation hiérarchique (les cadres intermédiaires, plus proches des salariés). Leur rôle de traducteurs et de relais de la direction lui semble intéressant à analyser, d’autant que « le discours participatif – qui peut au demeurant être entendu et partagé – semble éloigné des réalités du terrain et de l’organisation concrète du travail » (p. 55). Dans la mesure où les dispositions des membres de l’intermédiation hiérarchique (loyauté par exemple) s’accordent aux attentes des directions, elles permettent des trajectoires ascendantes pour ceux qui les possèdent ou les développent. Avec toute la part d’illusion qui va avec : « les dispositions professionnelles des managers de proximité à enrôler d’autres salariés sont au principe de leur propre enrôlement, dispositions qu’ils soutiennent et qui les tiennent » (p. 58-59). C’est pourquoi Lionel Jacquot estime fondamental d’analyser les dispositifs (de gestion notamment) qui produisent les dispositions.

7Dans le quatrième et dernier chapitre, l’auteur étudie comment le management s’appuie sur une instrumentation qui vise à normaliser le travail d’encadrement. Il s’appuie ici sur les travaux de la sociologie de la gestion qui analyse les dispositifs de gestion et ceux qui les conçoivent. Pour cela, Lionel Jacquot considère l’empire du management comme relevant autant de la doxa que de la servitude volontaire. Identifier celui-ci comme une doxa permet de comprendre comment les contraintes peuvent prendre des aspects divers (comme l’autonomie) et ne pas recourir seulement à la force. Plutôt que d’en rester à la thèse de l’acceptation des rapports de domination (La Boétie), Lionel Jacquot propose de les interpréter en termes d’intériorisation (Bourdieu) – permettant de « saisir les mécanismes de domination symbolique » (p. 68). La doxa managériale, ensemble de croyances allant de soi, doit être alors explorée. Pour l’auteur, l’analyse du logos gestionnaire seul n’est pas suffisante et, si elle permet de voir comment une certaine naturalisation s’opère dans les organisations, elle doit être complétée par l’analyse de l’activité des managers qui se conforment à ce logos. Comme le présente l’auteur, « la doxa sert l’idéologie managériale en même temps qu’elle la masque » (p. 70). S’appuyant sur différents auteurs comme V. Boussard, S. Maugeri, E. Chiapello, L. Boltanski, ou encore M. Marzano, Lionel Jacquot donne à voir ce que recouvre le logos gestionnaire et explique comment la « performativité des discours managériaux » (p. 72) tient dans le fait qu’il se matérialise par des dispositifs remplissant des fonctions différentes : de rationalisation, de disciplinarisation, de routinisation. La « lean production » relève ainsi de cet objectif qui consiste à éliminer les opérations sans valeur ajoutée et à décloisonner l’organisation en vue de supprimer tout gaspillage et d’optimiser encore la rationalisation du travail.

8La place de l’évaluation dans la machinerie managériale constitue un autre point d’analyse important pour l’auteur. Saisie en tant que dispositif de gestion se généralisant, l’évaluation devient un mode comptable de mesure du travail et produit des standards, procédures, protocoles, indicateurs. Lionel Lacquot dénonce à ce propos : « une gouvernance par les nombres pour gouverner les hommes en faisant fond sur une connaissance instrumentale qui nie l’épaisseur concrète de toute expérience du travail » (p. 82) et qui, surtout, perpétue la division verticale du travail (qui dissocie la conception de l’exécution du travail) : « elle perpétue l’erreur taylorienne consistant à rendre le travail conforme à ce qu’il a été pensé et ne prend pas la mesure de ce que signifie l’écart entre le travail prescrit et le travail réel » (p. 83). En ce sens, l’activité même de travail s’érige contre ces dispositifs (de gestion et de pouvoir). L’évaluation sert cependant l’enrôlement dans la mesure où, en apportant la reconnaissance de la hiérarchie, elle discipline, formate, procède de l’incorporation des normes.

9La conclusion de Lionel Jacquot revient sur la gouvernementalité managériale et les dispositifs par lesquels elle passe (évaluation, coaching, benchmarking, etc.) en les liant au néolibéralisme. L’auteur souhaite expliciter comment la gouvernementalité managériale a imposé le néolibéralisme et comment ce dernier a appelé au développement de la première. Le renforcement mutuel des deux a conduit le néolibéralisme à se développer en dehors du cadre entrepreneurial seul et Lionel Jacquot considère dans cette perspective le new public management « comme un avatar de la gouvernementalité managériale, le cheval de Troie de la rationalité néolibérale à la conquête de l’action publique » (p. 93). En ce sens, l’adoption d’un nouveau référentiel d’action publique bouleverse à la fois les organisations et les métiers mais n’est toutefois peut-être pas aussi inébranlable qu’il y paraît. La compréhension de la machinerie managériale et de l’enrôlement qu’elle opère constitue pour l’auteur la clé – ou du moins le premier pas – pour en (re)considérer la vulnérabilité.

10Au final, ce texte aborde un objet original et peu traité sous cet angle d’analyse. L’auteur souhaite prendre au sérieux l’objet « management » et pour ce faire, évite le piège de la sous-segmentation disciplinaire, ce qu’il appelle le « mouvement de balkanisation de la sociologie du travail » (p. 5-6). Cela lui permet de déconstruire un cadre organisationnel qui est parfois considéré comme allant de soi. Cet effort de conceptualisation me semble être l’intérêt majeur de l’ouvrage même si les concepts sont théoriquement situés (avec des références à Marx ou Bourdieu fortement marquées notamment) et parfois trop nombreux pour que la ligne de force de l’ouvrage se dégage très clairement. Enfin, une critique peut être faite quant à la face relativement sombre du travail qu’étudie l’auteur qui se focalise sur l’« enrôlement » (le choix même de ce terme pour le titre de l’ouvrage en est significatif). Et s’il ne faut en effet pas être naïf sur la réalité des rapports sociaux et de classe au travail (et en ce sens ce rappel de Lionel Jacquot est très utile), il est également important de ne pas basculer dans l’omniprésence (et l’omnipotence) des rapports de dominations et ne plus voir que de la conflictualité rentrée et de la soumission (volontaire ou non) dans le travail. Cette vision peut ainsi paraître partielle et négative et, pour cette raison justement, une analyse du travail dans toute sa dialectique serait souhaitable, dans la mesure où elle permettrait à l’auteur de proposer une approche moins englobante (et, en un sens, despotique) de la domination et de la machinerie managériale, pour mieux déterminer quelles en sont les configurations ainsi qu’éventuellement les moyens de les contourner.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadège Vezinat, « Lionel Jacquot, L’Enrôlement du travail. Comprendre la machinerie managériale, 2014, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 111 p. », La nouvelle revue du travail [En ligne], 5 | 2014, mis en ligne le 08 novembre 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://nrt.revues.org/2040

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo La NRT est soutenue financièrement par
  • Logo CNRS INSHS
  • Logo Centre Pierre Naville - Université d'Evry
  • Logo Laboratoire Printemps (professions, institutions et temporalités)
  • Logo Centre Emile Durkheim
  • Logo Laboratoire lorrain de sciences sociales - Université de Lorraine
  • Logo IRISSO - Dauphine université Paris
  • Logo Multidisciplinaria de Estudios sobre el Trabajo (UMEST) - Universidad Autónoma de Querétaro
  • Logo La NRT est aussi reconnue et soutenue par
  • Logo HCERS
  • Logo Fondation Maison des sciences de l'homme
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org